Aller au contenu
Les Forums de MeteoBelgique
cumulonimbus

10 jours de grande douceur automnale

Messages recommandés

Bonjour à tous,

Après les températures exceptionnelles qui ont été observées au début du mois d’octobre, notre pays a connu à nouveau une période douce très remarquable pour la saison. À Uccle par exemple, la température a constamment oscillé entre 16 et 19°C entre 27 octobre et le 5 novembre 2011, soit pendant dix jours consécutifs. C’est très rare, si tard dans la saison. En plus, de nombreuses journées ont été particulièrement belles. Le 28 octobre, par exemple, on a noté à Uccle 7h16 de soleil et une température maximale de 18,9°C. Le matin, on observait quelques bancs de stratocumulus, puis le ciel est devenu peu nuageux avec des cirrus uncinus et des altocumulus translucidus avec une petite tendance vers lenticularis. Vers le milieu de l’après-midi, quelques cumulus humilis et fractus se sont formés, puis vers le soir, des nappes de stratocumulus plus étendues ont fini par donner un ciel très nuageux.

Le 31 octobre a été une journée plus ensoleillée encore, avec 8h15 de soleil. La température, un brin plus fraîche (17,3°C) peut encore être considérée comme très élevée pour un 31 octobre. Le ciel a été très peu nuageux toute la journée, avec de discrets cirrus et quelques cumulus humilis le midi et l’après-midi. Le bleu profond du ciel en fin d’après-midi, associé aux couleurs de l’automne, a en outre donné des images d’une rare beauté dans nos forêts.

Les 1er et 2 novembre ont également été de très belles journées. Une zone de pluie a certes traversé notre pays, mais la dégradation du temps ne concernait que la fin de la journée et le début de la nuit du 1er. Le 3, par contre, a été une journée en mineur, avec des nappes d’altocumulus épais, parfois accompagnées d’altostratus, couvrant le ciel presque entièrement. En dessous, on notait parfois quelques stratocumulus. Malgré cela, le temps a été très doux, avec 17,8°C à Uccle. Mais le plus remarquable est venu en fin de soirée, avec un vent irrégulier et assez sec, aux allures de foehn, qui a fait remonter la température jusque 17°C vers minuit (après une baisse temporaire jusqu’à 15°C en début de soirée). Les rafales atteignaient alors 60 km/h. Ceci était lié à une ondulation dans le front froid situé à l’ouest, qui a été ralenti de ce fait et qui a aspiré de l’air très chaud vers nos régions.

yse2011110400.gif

Source KNMI

Ceci est bien visible sur le sondage de minuit de Beauvechain, où la turbulence a éliminé toute inversion, permettant ainsi à l’air chaud de se propager dans les basses couches. En outre, le vent du sud augmente rapidement avec l’altitude, jusqu’à atteindre un maximum de près de 100 km/h vers 1600 mètres.

Le 4 novembre, on se retrouve certes à l’arrière de ce front froid, mais la différence de température n’est vraiment perceptible qu’à moyenne altitude. Avec beaucoup de soleil et un bon flux d’air tropical maritime dans les basses couches, venant toujours du sud, la température montera même un peu plus haut encore que la veille, avec 18,6°C. C’est vraiment beaucoup pour un mois de novembre. Le matin, on observait des cirrus spissatus et, vers l’horizon, quelques rares cumulus fractus liés à une turbulence résiduelle. Ces cirrus spissatus nous accompagneront tout au long de la journée, de même que les cumulus, mi-fractus, mi-humilis, résultant d’un mélange de turbulence et de discrète convection (toujours la présence de cet air un peu plus frais à moyenne altitude). Ces cumulus resteront toutefois peu nombreux. Par contre, dans le courant de l’après-midi, les cirrus s’épaissiront temporairement pour former des cirrostratus. En dessous, quelques bancs plus importants de stratocumulus élevés, à la limite de l’altocumulus.

Le 5 novembre, le front froid fait marche arrière et nous revient de l’est, en se transformant en front chaud. Une nouvelle journée remarquable en perspective, et… qui se réalise. Le matin, les stratocumulus se dispersent rapidement, laissant place à un ciel légèrement voilé, présentant cependant de très belles éclaircies. Cirrus spissatus et cirrostratus, et, l’après-midi, temporairement des altostratus translucidus et des bancs d’altocumulus. Puis cela s’effiloche à nouveau en belles éclaircies, surtout vers l’est.

photo2481600x1200.jpg

Photo : Robert Vilmos

La température monte jusqu’à 18,2°C. Avec un vent nettement plus faible, soufflant d’est à sud, l’impression de douceur est encore plus forte. Cette baisse de la turbulence est notamment liée au retour de l'air chaud en altitude. À De Bilt, on a observé une température de 16°C vers 1000 mètres d'altitude. Une telle température, cette fois-ci, est une lointaine conséquence du foehn passant au-dessus des Alpes. Plus au sud, ce foehn devient plus nettement visible, avec 19°C à 800 mètres (soit à 300 mètres au-dessus du sol) à Munich. Là, l'inversion persiste, mais en d'autres stations allemandes près des Alpes, les températures sont incroyablement hautes, avec 21,4°C à Kempten (altitude = 705 mètres), 22,3°C à Hohenspeissenberg (altitude = 977 mètres) et encore 20,2°C à Garmish-partenkirchen (altitude = 719 mètres). En Suisse, on observe même 24,1°C à Glarus (altitude = 515 mètres). En Autriche, on note également 24,0°C à Kufstein (altitude = 495 mètres). En contrepartie (ce qui est typique des situations de foehn), il n'arrête pas de pleuvoir en Italie, avec des inondations catastrophiques à Gênes et à La Spezia.

En Belgique, on retiendra notamment les « performances » thermiques de Kleine Brogel, avec 19,8°C le 28 octobre, 20,1°C le 4 novembre et 20,4°C le 5 novembre. Schaffen se défend très bien aussi, avec 19,5°C le 28 octobre, 19,5°C également le 4 novembre et 19,0°C le 5 novembre. Bierset, en ce 5 novembre, frise les 20°C, avec 19,8°C. Le littoral par contre, comme si souvent en pareille situation, est moins privilégié. Le temps y est en moyenne plus nuageux (les hautes pressions se trouvant à l’est et les basses pressions se trouvant à l’ouest) et les températures, quoique très douces, y sont moins remarquables (17,4°C le 30 octobre et 16,7°C les 3 et 4 novembre à Middelkerke).

Mais peut-on parler de record quelque part sur le territoire belge ? Non ! Des températures autrement plus élevées ont déjà été relevées en Belgique à cette saison. Pour la 3e décade du mois d’octobre, le record à Uccle est ancien et remonte au 27 octobre 1937, avec presque 24°C. Une température du même ordre a également été relevée en Campine, avec 23,9°C à Bourg-Léopold. Dans les Hautes Fagnes, on observait encore 21°C à la Baraque Michel. Pour les Hautes Fagnes, ça reste aussi, jusqu’à aujourd’hui, la plus haute température jamais relevée au cours d’une 3e décade d’octobre. À titre de comparaison, les derniers jours d’octobre de cette année-ci n’ont jamais donné que 15,9°C à Mont-Rigi, station géographiquement très proche et fort similaire à la Baraque Michel.

Plus près de nous, en 2005, le 30 octobre a été une journée extraordinairement ensoleillée et chaude, avec juste quelques altocumulus le matin et quelques cirrus le soir. En de nombreux endroits, les températures maximales oscillaient entre 20 et 23°C, avec une insolation supérieure à 8 heures. À Uccle, le maximum a atteint 22,6°C, tandis que Bierset arrivait à 22,2°C et Deurne, à 22,3°C. En Campine, il a fait plus chaud encore, avec 24,0°C à Lanaken, 23,8°C à Meeuwen et 23,5°C à Kleine Brogel. Le littoral a également pu pleinement bénéficier de cette magnifique journée (qui de surcroît était un dimanche), avec 8h15 de soleil à Ostende et des températures de 21,6°C à Coxyde, 20,5°C à Middelkerke, 21,5°C à Ostende et 21,0°C à Knokke.

En outre, cette journée appartient à une période de temps automnal chaud aussi longue, mais plus marquée encore que celle de cette année-ci. En effet, du 25 octobre au 3 novembre, les maxima ont constamment oscillé entre 15 et 23°C, soit 10 jours consécutifs aussi.

En novembre, les records sont proches de 20°C sur pratiquement tout le territoire belge, à l’exception de la Campine et de la région liégeoise, où les valeurs sont plus élevées (22,6°C à Kleine Brogel et, respectivement, 22,1°C, 22,0°C et 21,3°C à Angleur, Liège-Monsin et Bierset), et de l’ouest du pays où les valeurs sont plus basses (18 à 19°C). Les Hautes Fagnes, souvent situées au-dessus de l’inversion, peuvent dans des situations extrêmes connaître aussi des températures proches de 20°C (record officiel : 19,4°C à Mont-Rigi le 5 novembre 1994).

Pendant trois années consécutives, en 1993, 1994 et 1995, les 20°C ont été atteints au moins dans une station en Belgique. En 1993, ce fut le cas à Rochefort, avec 20,2°C le 4 novembre. En 1994, le 4 (et parfois le 5) novembre, les maxima ont atteint les 20°C en de nombreux endroits, comme à Uccle (20,2°C), Deurne (20,3°C), Beauvechain (20,5°C) et, comme déjà mentionné ci-dessus, à Kleine Brogel et différentes stations près de Liège. En 1995, c’est le 12 novembre qu’on a encore noté 20,3°C à Uccle et 21,0°C à Bierset. En 2006, c’est encore plus tard que les 20°C ont été atteints, avec 20,0°C tout rond le 16 novembre à Liège-Monsin, par un temps venteux et très nuageux avec des altocumulus.

Cependant, il s’agit-là de très courts épisodes chauds, de 1 ou 2 jours. En 2006 par contre, on a aussi connu une énorme période de temps doux, d’un gabarit supérieur à celui de cette année-ci, mais qui a été malheureusement interrompue un jour, en l’occurrence le 24 octobre, où il a fait assez frais. Le 26 octobre par contre constituait l’apothéose de cette période de douceur, avec 22,2°C à Uccle, 23,3°C à Kleine Brogel et 24,0°C à Lanaken. Cette douceur ne se poursuivra toutefois pas en novembre, tout au moins pas au début, où l’on observe une période même plutôt fraîche. Mais le 16 novembre, et surtout le 25, les températures redeviennent extrêmes. Cette journée-là est très curieuse puisque c’est en matinée, sous un ciel très nuageux (stratocumulus, altocumulus, altostratus et cirrus denses), que les maxima sont atteints, avec 18,5°C à Uccle, 19,4°C à Wasmuel, 19,6°C à Sint-Katelijne-Waver et 19,8°C à Liège-Monsin. Après cela, le ciel devient particulièrement menaçant lors du passage de deux fronts froids (même si les précipitations restent modestes) avant que le ciel ne s’embrase pour un magnifique coucher de soleil.

Plus loin dans le passé, on trouve aussi des périodes très douces en novembre, comme par exemple en 1955, où les températures ont largement dépassé les 15°C pendant 6 jours consécutifs sur de très nombreuses régions. Le 7 novembre a été particulièrement remarquable avec 20,8°C à Virton sous un ciel parfaitement serein. Il n’y a que le soir qu’on observait quelques altocumulus lenticularis, signe de la présence d’air tropical. À Uccle, les 20°C ont été atteints aussi, mais sous un ciel un peu plus nuageux, avec également des altocumulus lenticularis, mais aussi des cirrus et des bancs de stratocumulus, parfois doublés de cumulus. Toutefois la période douce de 1955, quoique plus intense, fut nettement plus courte que celle de 2011. Tel fut le cas, également, pour la période extraordinairement douce de la 2e décade de novembre 1938.

En 1983 aussi, une période remarquablement douce a été observée en novembre et ce, sous un ciel souvent parfaitement serein ou, tout au plus, voilé par quelques cirrus et de rares altocumulus lenticularis. Entre le 7 et le 10 et, localement, entre le 4 et le 10, les températures maximales sont restées constamment au-dessus de 15°C, sauf là où l’inversion était particulièrement coriace. Ce fut Virton qui, cette fois-ci, a été particulièrement désavantagée, avec des températures de 7 à 14°C seulement pendant qu’il faisait 15 à 20°C ailleurs. C’est le 9 que la plupart des températures les plus remarquables ont été observées, avec 18,6°C à Uccle, mais aussi à Mont-Rigi (674 mètres d’altitude). À Dourbes, on a enregistré 18,7°C. La veille, le 8 novembre, a été très localement encore plus chaud, avec 20,2°C à Genk et 20,3°C à Angleur.

Il est intéressant de noter que cette vague de douceur a été suivie par une chute vertigineuse des températures sous un ciel restant parfaitement serein. Le 14, les maxima ne dépassaient plus 2 à 3°C dans la plupart des régions tandis que dans la nuit du 14 au 15, les minima oscillaient le plus souvent entre –6 et –9°C en Basse et Moyenne Belgique. À Kleine Brogel, cette nuit-là, le minimum est descendu jusqu’à –10,7°C, et à Rochefort, on a enregistré –13,0°C. Il s’agit-là des minima les plus bas jamais enregistrés au cours d’une 2e décade de novembre et ce, après les quasi-records de douceurs de la 1er décade. Le tout… à cause d’un petit basculement des vents de surface, qui sont passé du secteur sud-est à sud au secteur est.

Notons encore que des températures de 20°C ont déjà été observées en novembre dans des temps très reculés, comme par exemple le 2 novembre 1899 !! Pour conclure, on peut donc dire que la période douce que nous venons de connaître est bel et bien remarquable, mais pas exceptionnelle, certainement pas en intensité. Pour la durée cependant, seules deux périodes à la même saison, en l’occurrence 2005 et 2006, peuvent être considérées comme équivalentes, voire supérieures. En ce sens, si l’on considère une période totale d’observations de 178 ans, de 1833 à 2011, on peut cependant affirmer sans exagérer que la période que nous venons de connaître peut être qualifiée de rare.

Sources

- OGIMET

- University of Wyoming

- IRM

- KNMI

- SkyStef’s weather page

- ECA&D

- UKMO-Bracknell-Analysis

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci cumulonimbus !

Esperons que cette récurrence à AA ne nous colle pas tout l'hiver ( à cette période , l'an passé les premiers signes de VDF étaient déjà visibles sur certains modèles ) :whistling:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Prévisions du dimanche 13 novembre au samedi 19 novembre

Sous l'influence et la persistance des courants méridionaux, le temps restera d'abord assez doux et sec avec des maxima voisins de 15 degrés. Ensuite les températures devraient baisser graduellement. De faibles précipitations seraient possibles. Il n'y aura pas de gel nocturne.

Prévisions de L'IRM.

111106114432677472.png

Modifié par jeanot

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tous,

Tout d'abord, un grand merci pour vos compliments !!!

Et voici la suite des événements...

La période douce du 27 octobre au 5 novembre 2011 a certes été interrompue, mais connaît une suite très intéressante sur le plan météorologique. En effet, dès le 5 novembre, le front ondulant, inclus dans un courant méridional de sud à sud-sud-ouest et nous ayant placé en alternance dans de l’air tropical maritime et de l’air tropical continental, a commencé à marcher à reculons, nous plaçant définitivement du côté continental. Le 5 novembre, comme décrit précédemment, a encore été une journée remarquablement douce, avec un ciel clair ou légèrement voilé et des températures le plus souvent comprises entre 16 et 20°C. Les 6, 7 et 8 novembre par contre, on assiste à une baisse substantielle des températures, sous l’effet de brouillards et de stratus persistants en de nombreux endroits, parfois accompagnés de bruines. Le 7 novembre par ailleurs, les températures maximales ne dépassent plus les 10°C en de nombreux endroits de Basse et Moyenne Belgique, avec par exemple 9,4°C à Uccle, 8,7°C à Beauvechain, 8,4°C à Gosselies et 7,9°C à Bierset. Sur les Hautes Fagnes, on n’observe que 5,6°C à Mont-Rigi.

En altitude par contre, l’air demeure doux et sec. On est bien dans de l’air tropical continental, seulement en novembre, les inversions peuvent facilement persister, même en journée, dès que le vent diminue un peu. En plus, la situation devient défavorable dans les basses couches des suites d’un lointain effet des dépressions méditerranéennes, qui font temporairement basculer le courant vers le nord-est chez nous. En outre, le développement d’une cellule anticyclonique vers la Scandinavie contribue à cette rotation du vent vers le nord-est, voire nord-nord-est.

yse2011110700.gif

Source : KNMI

Les sondages de De Bilt montrent bien ce petit vent de nord à nord-est dans les basses couches, surmonté d’un vent d’est à sud dans des couches plus hautes. De même, on observe une inversion marquée, se situant souvent autour des 1000 mètres (la raison pour laquelle les Hautes Fagnes ne bénéficient pas non plus de la douceur). Le « nez » de l’inversion se trouve entre 1000 et 1500 mètres, avec des valeurs comprises entre 12 et 15°C. Au niveau 850 hPa (vers 1500 mètres), la température demeure constamment proche des 12°C, ce qui est beaucoup pour la saison. À Beauvechain, où l’on dispose de sondages à 00h, les valeurs sont similaires. À Idar Oberstein en Allemagne, les valeurs sont encore un peu plus élevées et le sommet de l’inversion, souvent plus bas. À Munich, l’on voit bien la persistance du foehn, avec des températures de 16, voire 17°C vers 900 mètres d’altitude. Par après, le foehn s’atténue, mais l’inversion persiste nettement. C’est ce foehn, par ailleurs, qui est en partie responsable des températures élevées en altitude jusque dans nos contrées. Malheureusement, la répercussion vers les basses couches ne s’opère plus, même pas en journée.

Cela se traduit, chez nous, par des stratus et des stratocumulus persistants, couvrant souvent la totalité du ciel, et une visibilité médiocre ou mauvaise. De temps en temps, la couche nuageuse est suffisamment épaisse pour distiller un peu de bruine. Les hauteurs ardennaises sont même plongées dans un brouillard persistant, car situées au-dessus de la base des stratus et stratocumulus.

À partir du 8 novembre, la base des stratocumulus s’élève et des trous apparaissent dans la couverture nuageuse. Le 9, cette tendance se confirme, la nappe de stratocumulus stratiformis finit par se disperser, laissant place à des éclaircies où se développent des cumulus fractus et humilis, et à nouveau des stratocumulus du type cumulogenitus cette fois-ci. En effet, l’inversion s’élève temporairement jusqu’à 1600 mètres sous l’effet d’un mini-front froid, et l’air se refroidit dans les couches autour de 1500 mètres (+4°C), ce qui donne un peu d’instabilité.

yse2011110900.gif

Source : KNMI

Au sol par contre, grâce au vent qui reprend une direction sud à sud-ouest, puis sud-est, les températures remontent à nouveau pour atteindre 15°C en bien des endroits. Plus à l’est, du côté des Ardennes, l’inversion est plus basse et la plateau se trouve au-dessus, dans de l’air stable, sec et très doux. À Elsenborn, le thermomètre monte même plus haut que dans la plupart des régions, avec 15,6°C comme maximum.

Le 10 redevient une journée exceptionnelle dans bien des régions de notre pays. L’inversion s’abaisse à nouveau (16°C à 400 mètres au-dessus de Beauvechain à 00h) et, sous un ciel quasiment serein (juste quelques altocumulus et quelques cirrus à l’horizon), la température monte fort haut.

photo2851600x1200.jpg

Photo : Robert Vilmos

À Gosselies, on note 17,5°C, à Chièvres on note 17,9°C et à Uccle, 18,0°C. Toutefois des poches d’air frais (inversion au sol) résistent par endroit, avec 14,4°C à Zaventem (à 15km seulement d’Uccle) et 13,9°C à Deurne. Là, le temps est encore ensoleillé. Plus à l’est, l’inversion est tellement coriace que le brouillard persiste toute la journée, et Kleine Brogel ne dépasse pas 7,7°C.

En Ardenne par contre, la journée est tout à fait extraordinaire. À Elsenborn (570 mètres), sous un ciel parfaitement serein, le maximum s’élève à 18,6°C. C’est l’une des plus hautes valeurs de novembre jamais observées à cette station, érigée en octobre 1986. Seuls les 4 et 5 novembre 1994 (19,4°C et 19,5°C) et le 12 novembre 1995 (18,9°C) ont connu des températures encore plus élevées. Dans les Hautes Fagnes, où nous disposons de séries thermométriques beaucoup lus longues, les 17,5°C de Mont-Rigi (674 mètres) se classent très bien aussi. En dehors de 1994 et 1995, seules les années 1983 et 1993 ont connu des températures légèrement plus élevées que cette année et ce, depuis 1945. Le record, là, appartient à 1994 aussi, avec 19,4°C.

Le 11 novembre, l’air reste doux en altitude, mais l’inversion ne parvient plus à être résorbée. Le brouillard et les stratus se dissipent certes en après-midi dans la plupart des régions (littoral excepté), mais les maxima ne parviennent plus à dépasser les 11 ou 12°C dans le meilleur des cas.

En ce 12 novembre, le temps est à nouveau particulièrement doux sous un ciel légèrement voilé par des cirrus tendant vers des cirrostratus. À 15 heures, on observait 15,2°C à Uccle. Au vu des températures en altitude, l’inversion n’a toutefois pas été complètement résorbée.

Sources

- OGIMET

- University of Wyoming

- IRM

- KNMI

- SkyStef’s weather page

- ECA&D

- UKMO-Bracknell-Analysis

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Super, merci :thumbsup:

où peut-on trouver le sondage de Beauvechain ? Est-ce qu'on en lance encore à Uccle ?

Les sondages de Beauvechain sont disponibles sur le site de l'« University of Wyoming » sous

http://weather.uwyo.edu/upperair/sounding.html

Il faut taper le code de la station dans « Station Number », en l'occurrence 06458. Il n'y a pas moyen de cliquer sur la carte d'Europe, la station n'y étant pas reprise.

Uccle ne fait plus de sondages depuis le 31 octobre 2003. Les stations proches de chez nous qui ont des données régulières sont Trappes en France (07145), De Bilt aux Pays-Bas (06260), Essen en Allemagne (10410), Idar-Oberstein en Allemagne (10618) et Herstmonceux en Angleterre (03882). En Belgique, Beauvechain (06458) donne encore assez régulièrement des sondages, mais seulement la nuit. Saint-Hubert (06476) a encore fait des sondages jusqu'assez récemment, mais de façon irrégulière (tout au moins les données accessibles sont irrégulières).

Cb

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
MODERATION: message supprimé car il ne contenait que le texte de cumulonimbus sans aucun autre forme d'intervention. Modifié par Zovirax

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La situation commence à devenir vraiment remarquable pour la saison en Haute Belgique. Voici un tableau reprenant les températures minimales et maximales de 4 stations ardennaises au cours de la première moitié de novembre et l'on peut très bien y voir le comportement des inversions thermiques. Celles-ci ont été présentes quasi constamment depuis le 5 novembre, mais leur altitude a fortement varié. Les 6 et 7 notamment, la limite de l'inversion a été trop élevée pour que les hauts plateaux en profitent. Il en a été de même le 11.

On observe aussi de fortes variations locales, dont les plus habituelles sont les différences entre stations de plateau et station de vallée. À Elsenborn, les nuits ont été souvent bien plus froides qu'à Spa et Mont-rigi, alors qu'en journée, Elsenborn profitait pleinement de sa situation au-dessus de l'inversion, et grapillait même 1 ou 2°C en plus grâce à sa position plus déprimée par rapport aux plateaux. Toutefois, le comportement de l'inversion a, parfois aussi, été imprévisible. C'est ainsi que l'air froid débordait par moment des cuvettes et affectait temporairement aussi les plateaux durant la nuit. De même, l'on peut observer que Saint-Hubert, de façon générale, a été moins privilégié que les autres stations de Haute Belgique.

Jr | Mont-Rigi | Elsenborn | .. Spa ...| St.Hubert

Alt|.. 673m .. |.. 570m .. |.. 480m .. |.. 557m ..

01 | 07,7 11,7 | 06,9 12,5 | 08,7 12,6 | 08,1 14,0

02 | 06,6 12,3 | 07,6 12,9 | 07,7 12,8 | 06,7 11,7

03 | 10,2 13,0 | 11,5 14,1 | 11,6 14,5 | 10,7 13,5

04 | 08,7 15,6 | 10,5 15,9 | 10,6 15,8 | 09,2 14,4

05 | 10,1 15,9 | ---- ---- | 11,3 15,8 | 09,2 15,8

06 | 08,9 09,3 | ---- ---- | 07,9 09,1 | 09,3 10,1

07 | 04,1 05,6 | 04,6 05,7 | 05,4 06,4 | 05,8 06,3

08 | 04,9 12,4 | 04,6 13,2 | 06,1 13,0 | 06,0 09,9

09 | 05,5 14,7 | –0,2 15,6 | 06,7 14,7 | 05,3 12,0

10 | 06,1 17,5 | ---- 18,6 | 08,8 17,2 | 05,4 13,8

11 | 01,2 04,5 | 01,5 05,5 | 02,5 05,9 | 02,1 04,8

12 | 00,6 14,0 | –0,6 14,8 | 02,0 12,9 | 02,3 11,7

13 | 04,8 13,5 | –3,8 14,5 | 04,8 13,1 | 01,1 08,5

14 | 01,1 15,4 | –3,1 15,3 | 03,6 14,3 | –0,4 13,1

15 | 02,9 11,2 | –6,0 12,6 | 03,3 09,9 | –3,0 06,0

Et voici, à titre de comparaison, la situation en Basse et Moyenne Belgique :

Jr |Middelkerke|.. Uccle.. | Zaventem. | Kl.Brogel

Alt|... 5m ... |.. 100m .. | .. 39m .. | .. 64m ..

01 | 09,1 15,8 | 10,1 17,3 | 09,9 16,9 | 05,2 18,9

02 | 05,6 14,8 | 09,0 16,4 | 09,2 15,9 | 10,5 17,6

03 | 12,6 16,7 | 13,2 17,8 | 12,2 17,7 | 09,2 18,7

04 | 13,7 16,7 | 13,8 18,6 | 13,4 18,4 | 12,5 20,1

05 | 09,5 15,3 | 12,6 18,2 | 11,2 18,4 | 10,0 20,4

06 | 12,8 13,7 | 11,9 12,5 | 11,2 12,1 | 08,4 13,7

07 | 11,3 11,3 | 09,3 09,4 | 08,8 09,3 | 08,0 09,4

08 | 08,2 10,6 | 07,9 11,8 | 07,8 11,9 | 06,4 14,4

09 | 09,1 13,4 | 09,3 15,1 | 08,7 14,8 | 05,6 16,7

10 | 06,0 17,1 | 05,7 18,0 | 04,4 14,4 | 03,4 07,7

11 | 05,5 09,3 | 04,3 12,3 | 03,9 11,7 | 01,1 12,4

12 | 06,2 11,4 | 04,8 15,5 | 02,1 14,5 | 00,3 14,0

13 | 05,2 10,3 | 05,3 06,8 | 03,6 06,4 | 04,0 06,9

14 | 04,6 05,9 | 02,6 14,2 | 01,0 10,1 | –1,6 12,2

15 | 00,1 03,9 | –1,0 08,5 | -1,8 08,1 | –3,2 11,2

Le mélange entre l'air frais et l'air doux dans les basses couches a été très variable par moment, et dépendait en grande partie de la dissipation ou non du brouillard. Le 10 par exemple, Uccle profitait pleinement de l'air doux alors que Zaventem en profitait déjà moins. À Kleine Brogel, où le brouillard ne s'est pas dissipé, le temps est resté froid tout au long de la journée. Dans la région côtière, le surplus d'humidité, d'une façon générale, a été un frein à la dissipation des brouillards. En contrepartie, l'orientation du vent a empêché la douceur maritime d'atteindre la côte, notamment les 14 et 15 novembre. Il s'ensuit (et c'est rare à cette saison) que le littoral a été la zone la plus froide de la Belgique au cours de ces deux journées-là.

Cb

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
La situation commence à devenir vraiment remarquable pour la saison en Haute Belgique. Voici un tableau reprenant les températures minimales et maximales de 4 stations ardennaises au cours de la première moitié de novembre et l'on peut très bien y voir le comportement des inversions thermiques. Celles-ci ont été présentes quasi constamment depuis le 5 novembre, mais leur altitude a fortement varié. Les 6 et 7 notamment, la limite de l'inversion a été trop élevée pour que les hauts plateaux en profitent. Il en a été de même le 11.

On observe aussi de fortes variations locales, dont les plus habituelles sont les différences entre stations de plateau et station de vallée. À Elsenborn, les nuits ont été souvent bien plus froides qu'à Spa et Mont-rigi, alors qu'en journée, Elsenborn profitait pleinement de sa situation au-dessus de l'inversion, et grapillait même 1 ou 2°C en plus grâce à sa position plus déprimée par rapport aux plateaux. Toutefois, le comportement de l'inversion a, parfois aussi, été imprévisible. C'est ainsi que l'air froid débordait par moment des cuvettes et affectait temporairement aussi les plateaux durant la nuit. De même, l'on peut observer que Saint-Hubert, de façon générale, a été moins privilégié que les autres stations de Haute Belgique.

Jr | Mont-Rigi | Elsenborn | .. Spa ...| St.Hubert

Alt|.. 673m .. |.. 570m .. |.. 480m .. |.. 557m ..

01 | 07,7 11,7 | 06,9 12,5 | 08,7 12,6 | 08,1 14,0

02 | 06,6 12,3 | 07,6 12,9 | 07,7 12,8 | 06,7 11,7

03 | 10,2 13,0 | 11,5 14,1 | 11,6 14,5 | 10,7 13,5

04 | 08,7 15,6 | 10,5 15,9 | 10,6 15,8 | 09,2 14,4

05 | 10,1 15,9 | ---- ---- | 11,3 15,8 | 09,2 15,8

06 | 08,9 09,3 | ---- ---- | 07,9 09,1 | 09,3 10,1

07 | 04,1 05,6 | 04,6 05,7 | 05,4 06,4 | 05,8 06,3

08 | 04,9 12,4 | 04,6 13,2 | 06,1 13,0 | 06,0 09,9

09 | 05,5 14,7 | –0,2 15,6 | 06,7 14,7 | 05,3 12,0

10 | 06,1 17,5 | ---- 18,6 | 08,8 17,2 | 05,4 13,8

11 | 01,2 04,5 | 01,5 05,5 | 02,5 05,9 | 02,1 04,8

12 | 00,6 14,0 | –0,6 14,8 | 02,0 12,9 | 02,3 11,7

13 | 04,8 13,5 | –3,8 14,5 | 04,8 13,1 | 01,1 08,5

14 | 01,1 15,4 | –3,1 15,3 | 03,6 14,3 | –0,4 13,1

15 | 02,9 11,2 | –6,0 12,6 | 03,3 09,9 | –3,0 06,0

Et voici, à titre de comparaison, la situation en Basse et Moyenne Belgique :

Jr |Middelkerke|.. Uccle.. | Zaventem. | Kl.Brogel

Alt|... 5m ... |.. 100m .. | .. 39m .. | .. 64m ..

01 | 09,1 15,8 | 10,1 17,3 | 09,9 16,9 | 05,2 18,9

02 | 05,6 14,8 | 09,0 16,4 | 09,2 15,9 | 10,5 17,6

03 | 12,6 16,7 | 13,2 17,8 | 12,2 17,7 | 09,2 18,7

04 | 13,7 16,7 | 13,8 18,6 | 13,4 18,4 | 12,5 20,1

05 | 09,5 15,3 | 12,6 18,2 | 11,2 18,4 | 10,0 20,4

06 | 12,8 13,7 | 11,9 12,5 | 11,2 12,1 | 08,4 13,7

07 | 11,3 11,3 | 09,3 09,4 | 08,8 09,3 | 08,0 09,4

08 | 08,2 10,6 | 07,9 11,8 | 07,8 11,9 | 06,4 14,4

09 | 09,1 13,4 | 09,3 15,1 | 08,7 14,8 | 05,6 16,7

10 | 06,0 17,1 | 05,7 18,0 | 04,4 14,4 | 03,4 07,7

11 | 05,5 09,3 | 04,3 12,3 | 03,9 11,7 | 01,1 12,4

12 | 06,2 11,4 | 04,8 15,5 | 02,1 14,5 | 00,3 14,0

13 | 05,2 10,3 | 05,3 06,8 | 03,6 06,4 | 04,0 06,9

14 | 04,6 05,9 | 02,6 14,2 | 01,0 10,1 | –1,6 12,2

15 | 00,1 03,9 | –1,0 08,5 | -1,8 08,1 | –3,2 11,2

Le mélange entre l'air frais et l'air doux dans les basses couches a été très variable par moment, et dépendait en grande partie de la dissipation ou non du brouillard. Le 10 par exemple, Uccle profitait pleinement de l'air doux alors que Zaventem en profitait déjà moins. À Kleine Brogel, où le brouillard ne s'est pas dissipé, le temps est resté froid tout au long de la journée. Dans la région côtière, le surplus d'humidité, d'une façon générale, a été un frein à la dissipation des brouillards. En contrepartie, l'orientation du vent a empêché la douceur maritime d'atteindre la côte, notamment les 14 et 15 novembre. Il s'ensuit (et c'est rare à cette saison) que le littoral a été la zone la plus froide de la Belgique au cours de ces deux journées-là.

Cb

Merci pour toutes ces précisions !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'inversion, qui nous a jamais vraiment quitté depuis le début du mois (tout au plus s'est-elle atténuée certains jours) a bien fait reparler d'elle, surtout les 21 et 22 novembre. En effet, elle est descendue très bas, jusqu'à-300-400 mètres (cela s'est esquissé dès le 18), avec une couche d'air très doux de 11°C, voire 12°C à cette altitude (sondages de Beauvechain). Vers 1550 mètres (niveau 850 hPa), la température oscillait entre 4 et 6°C, ce qui dénotait la présence d'une couche parfois légèrement instable à ce niveau. Plus haut, l'air redevenait stable. On retrouvait par ailleurs l'inversion grosso modo aux mêmes altitudes tant à De Bilt qu'à Trappes et à Essen.

Il s'ensuit qu'en Belgique, des températures remarquablement élevées ont pu être observées sur les moyens plateaux, comme par exemple à Florennes, où les maxima ont été, respectivement, de 14,7°C et de 14,8°C les 21 et 22.

Mais revenons d'abord au 21 novembre. Ce jour-là, de grandes différences ont été observées sur notre pays. En effet, l'altitude très basse de l'inversion a permis, localement, sa résorption même en plaine. Là où l'inversion a (partiellement) disparu, on a pu observer du très beau temps, avec des cirrus et quelques stratocumulus isolés. En fin d'après-midi, on voyait bien les traînées de condensation des avions dans un ciel très clair, tandis que vers l'horizon, la brume sèche était très visible, de couleur brunâtre, puis orangée au coucher du soleil. Les températures ont été très élevées pour la saison, avec par exemple 13,7°C à Bierset, 12,1°C à Elsenborn et, comme déjà mentionné, 14,7°C à Florennes. En milieu de journée, la visibilité a parfois été bonne dans ces stations, avec même 24 km à Elsenborn.

Là où l'inversion est restée coriace, le brouillard ne s'est pas (ou presque pas) dissipé tout au long de la journée, avec un ciel restant visible ou non selon l'épaisseur de ce brouillard. C'est au littoral, surtout, que le brouillard est resté très épais, avec un stratus masquant complètement le ciel et des visibilités horizontales parfois inférieures à 100 mètres. Les maxima y sont restés fort bas, avec 5,5°C à Middelkerke et 5,8°C à Coxyde.

Le cas de Bruxelles a été intéressant aussi. Au sud de la ville, à Uccle (alt = 100m), le temps a été très beau et la température maximale est montée jusqu'à 13,7°C. Au nord-est de la ville par contre, à l'aéroport, le brouillard n'a pas réussi à se dissiper, on entrevoyait seulement les cirrus et le maximum n'a pas dépassé 6,0°C.

Ceci a été bien visible depuis Louvain aussi, comme le décrit très bien ElNino27 : « j'étais donc à la limite de l'air doux et de l'air froid. Hier, je me suis promené, et j'avais cette impression d'être dans un air froid tout en en ressentant quelque chose d'agréable, sans excès. Ce qui est certain, c'est que les nuages bas sévissaient sur Malines, et de mon perchoir louvaniste, je voyais bien cette brume au loin, au Nord. »

Le 22 novembre, l'inversion a été nettement moins coriace et a pu se résorber, au moins partiellement, presque partout dans le pays. Du coup, les températures ont pu remonter même en plaine, avec par exemple 13,8°C à Bierset, 13,9°C à Zaventem et 14,4°C à Uccle. Il s'agit là de températures très élevées pour la saison, même si ce ne sont pas des records. Le temps, quant à lui, a été beau, quoique voilé par moment, avec cirrus spissatus souvent denses et des altocumulus à la limite d'être des stratocumulus. La brume sèche était toujours bien visible.

À Coxyde, un ciel plus dégagé au bon moment a même permis au maximum de dépasser les 15°C, avec une valeur de 15,3°C (presque 10°C de plus que la veille). À cette station, on n'a pas été très loin d'un record pour la 3e décade de novembre. En effet, celui-ci est de 16,6°C, mesuré le 21 novembre 2009, suivi des 15,9°C du 24 novembre 1980 et du 25 novembre 2006. À cette dernière date, à l'intérieur des terres, les valeurs ont été presque partout de 18 à 19°C, ce qui fait que ce record-là sera très difficile à battre. Le 21 novembre 2009, très localement, les 18°C ont été atteints aussi, comme à Schaffen.

En Haute Belgique, bien entendu, les valeurs ont été très élevées aussi pour la saison, avec 14,7°C à Elsenborn (après un minimum de –3,3°C), 13,0°C à Mont-Rigi (après un minimum de 2,6°C) et des valeurs parfois proches des 15°C sur les moyens plateaux, comme par exemple à Florennes (14,8°C). À Elsenborn, la petite couche instable, mentionnée plus haut, s'est matérialisée par quelques cumulus humilis en milieu de journée.

Mais ce qui est surtout intéressant, c'est que Saint-Hubert a également pu pleinement bénéficier, cette fois-ci, de la douceur, avec un maximum de 13,2°C. Cette valeur, pour une 3e décade de novembre, vient se classer en 4° position depuis le début des observations à cette station, en 1953, après les 16,0°C du 26 novembre 1970, les 14,9°C du 25 novembre 2006 et les 14,7°C du 29 novembre 1979. Notez bien que la première et la troisième valeur sont aussi le résultat d'une inversion, et qu'ils sont propres à la Haute Belgique (on les retrouve aussi, au sommet des valeurs, dans les Hautes Fagnes). Quelques stations privilégiées, en pareille situation, comme par exemple Bierset et Dourbes, en ont pu pleinement profiter aussi dans le premier cas (1970). Les valeurs des 25 novembre 2006 et 21 novembre 2009, observées dans une configuration plus instable, ont été moins extrêmes sur les plus hauts plateaux, c.-à-d. les Hautes Fagnes.

On n'est pas encore à la fin du mois, mais il est probable que les moyennes de température seront particulièrement élevées en Haute Belgique et, dans une moindre mesure, aussi en Moyenne Belgique. En plaine par contre, certaines moyennes n'appelleront sûrement pas de commentaires particuliers. Quant aux précipitations, elles sont extrêmement basses pour un mois de novembre jusqu'à présent, mais un retournement de situation (atmosphérique) peut parfois remplir les pluviomètres en dernière minute, et effacer d'un coup toute possibilité de record de sécheresse.

En ce 23 novembre, le remplacement de l'ancienne cellule anticyclonique par une nouvelle, plus « maritime » semble mener vers une résorption au moins temporaire de l'inversion. À midi à De Bilt, cette inversion était déjà beaucoup plus diffuse.

Edit : les valeurs oubliées du 21 novembre 2009 ont été ajoutées dans la comparaison des valeurs actuelles avec les valeurs du passé.

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×