Aller au contenu
Les Forums de MeteoBelgique

Messages recommandés

Ouaip, tout à fait. Les deux cartes comparés sont là pour l'illustration, elles ne se prétendent pas force de démonstration. De plus, le point important dans la comparaison est bien sur la plus basse T850. Si une comparaison sur une journée particulière n'est pas valable en toute généralité, le point soulevé n'est pas tellement là. L'incapacité des masses d'air à se refroidit correctement est patent sur cette comparaison. La répartition des masses d'airs peut varier, la moyenne peut être difficile à évaluer sur une carte et au jour le jour elle n'a pas de sens. Pour autant, le point essentiel est bien dans le fait qu'en 1998 la plus basse T850 est sous les -35°C. Cette année, on n'est même pas foutu de stabiliser les -30°. Illustration :

post-3513-1387481695_thumb.png

Cette comparaison des valeurs les plus basses permet de s'affranchir partiellement du bruit qui peut affecter deux situations au jour le jour. Cela ne vaut pas une moyenne, mais la température la plus basse de l'Hémisphère a aussi une dimension temporelle. Pour arriver à -30° ou -35°, même en Sibérie, il faut des pertes radiatifs dans la durée.

La moyenne que tu donnes permet de justifier plus rigoureusement ce constant. À l'évidence, les masses d'airs les plus froides du globe subissent une forte tendance de réchauffement, et ce n'est pas Décembre 2013 qui viendra démentir ce constat. Rappelons que 2013, et Décembre en particulier, est exceptionnellement doux, encore plus quand on considéré que c'est une année dominé par des conditions Nina (même si il n'y a pas eu d'événement déclaré) :

post-3513-1387482297_thumb.jpg

La comparaison avec 1998 a d'ailleurs été choisie pour cette raison. Malgré le mythe d'une tendance au refroidissement, même une année Nina arrive à produire des conditions aussi, si ce n'est, plus douces. Il est également notable que, toujours sur ton graphe qui cause des masses d'airs les plus froids, 2012 ou 2008 sont les plus récents extrêmes froids. Et surtout, ils sont représentatifs des extrêmes chauds des années 60/70/80... C'est dire l'énorme progression. Il y a aussi ce mythe que les réserves de froids seront toujours là, et que la nuit polaire est la garante du maintien du froid dans l'Arctique. Rien n'est moins faux. Déjà la solidité des masses d'airs froids est aussi un élément majeur des synoptiques à vagues de froid. C'est sans doute très con à dire, mais on ne se fera jamais -20° à 850hPa en France si en Sibérie il n'arrive même pas à aller sous les -25°C... Et en l'occurrence actuellement en Sibérie c'est le cas. Au passage, le coin continue de péter les records. À Верхоянске, le pôle "froid" de l'Hémisphère Nord, la courbe a quand même cette tête :

post-3513-1387484257_thumb.png

Même si le froid résiste au Canada, ce qui a permis cette vague de froid, il ne faut pas non plus espérer de miracles. Si il n'y a pas de réserves, bah y en a pas...

Pour continuer à étayer, voici le nombre de records mensuels battus aux USA par catégorie :

    Tnn        Txn        Tnx        Txx    
    battu    égalé    battu    égalé    battu    égalé    battu    égalé
12/01/13                                
12/02/13                    2    1        
12/03/13                    1            
12/04/13                        2        1
12/05/13    2                1    4        2
12/06/13            2        3    3        2
12/07/13                    1            2
12/08/13            1    2    1        1    1
12/09/13        1                        1
12/10/13        1        1                
12/11/13                            1    
12/12/13                                
12/13/13                                
12/14/13                                
12/15/13                                
12/16/13                        1        
12/17/13                                
12/18/13                                
12/19/13                                
12/20/13                                
12/21/13                                
12/22/13                                
12/23/13                                
12/24/13                                
12/25/13                                
12/26/13                                
12/27/13                                
12/28/13                                
12/29/13

Il n'y a pas photo, les records positifs dominent largement.

Le cas de 2012 est intéressant. Cette idée délirante qui veut que la nuit polaire nous protègera d'un réchauffement excessif de l'Arctique. J'en avais abondamment parlé l'année dernière. Pour autant, v'là ti pas que c'est 2012 qui sort vers le bas.

En fait, jusqu'à début Décembre, l'Arctique a bien été un véritable océan de douceur. Certains jours, cela devenait caricatural :

post-3513-1387488103_thumb.png

Cependant, par rétroaction négative, la Sibérie et le Canada se sont refroidis. La neige est tombée avec abondance :

post-3513-1387488261_thumb.jpg

Cela semble toujours aberrant de dire cela, mais dans un climat qui se réchauffe, il peut neiger plus. L'air contient environ 7% de vapeur par 1°C (relation de Clausius Clapeyron). Avec l'Arctique qui était largement ouvert à tous les vents, littéralement, il aurait été étonnant qu'il ne neige pas d'ailleurs. Sur les cartes du rayonnement de surface, l'anomalie négative en Sibérie était nette, dû à l'excédent d'enneigement. Elle indiquait que le frigo sibérien était lancé, et était bien lancé. Mi Décembre, à la faveur d'un relâchement de l'AO-, le froid s'est reconcentré sur l'Arctique. Ce qui a pu donné ce genre de résultats :

Rhavn00220121220.png

Insistons sur le fait que ce que nous disons reste purement de l'ordre de l'illustration, pour montrer les conséquences quotidiennes de ce que raconte les papiers. Citons par exemple :

While the Arctic region has been warming strongly in recent decades, anomalously large snowfall in recent winters has affected large parts of North America, Europe, and east Asia. Here we demonstrate that the decrease in autumn Arctic sea ice area is linked to changes in the winter Northern Hemisphere atmospheric circulation that have some resemblance to the negative phase of the winter Arctic oscillation. However, the atmospheric circulation change linked to the reduction of sea ice shows much broader meridional meanders in midlatitudes and clearly different interannual variability than the classical Arctic oscillation. This circulation change results in more frequent episodes of blocking patterns that lead to increased cold surges over large parts of northern continents. Moreover, the increase in atmospheric water vapor content in the Arctic region during late autumn and winter driven locally by the reduction of sea ice provides enhanced moisture sources, supporting increased heavy snowfall in Europe during early winter and the northeastern and midwestern United States during winter. We conclude that the recent decline of Arctic sea ice has played a critical role in recent cold and snowy winters.

Liu, J., Curry, J. A., Wang, H., Song, M., & Horton, R. M. (2012). Impact of declining Arctic sea ice on winter snowfall. Proceedings of the National Academy of Sciences, 109(11), 4074-4079.

The dramatic decline in Arctic summer sea-ice cover is a compelling indicator of change in the global climate system and has been attributed to a combination of natural and anthropogenic effects. Through its role in regulating the exchange of energy between the ocean and atmosphere, ice loss is anticipated to influence atmospheric circulation and weather patterns. By combining satellite measurements of sea-ice extent and conventional atmospheric observations, we find that varying summer ice conditions are associated with large-scale atmospheric features during the following autumn and winter well beyond the Arctic's boundary. Mechanisms by which the atmosphere “remembers” a reduction in summer ice cover include warming and destabilization of the lower troposphere, increased cloudiness, and slackening of the poleward thickness gradient that weakens the polar jet stream. This ice-atmosphere relationship suggests a potential long-range outlook for weather patterns in the northern hemisphere.

Francis, J. A., W. Chan, D. J. Leathers, J. R. Miller, and D. E. Veron (2009), Winter Northern Hemisphere weather patterns remember summer Arctic sea-ice extent, Geophys. Res. Lett., 36, L07503, doi:10.1029/2009GL037274.

In this study the impact of a substantially reduced Arctic sea-ice cover on the lower and middle stratosphere is investigated. For this purpose two simulations with fixed boundary conditions (the so-called time-slice mode) were performed with a Chemistry- Climate Model. A reference time-slice with boundary conditions representing the year5 2000 is compared to a second sensitivity simulation in which the boundary conditions are identical apart from the polar sea-ice cover, which is set to represent the years 2089–2099. Three features of Arctic air temperature response have been identified which are worth to be discussed in detail. Firstly, tropospheric mean polar temperatures increase10 up to 7K during winter. This warming is primarily driven by changes in outgoing long- wave radiation. Secondly, temperatures decrease significantly in the summer strato- sphere caused by a decline in outgoing short-wave radiation, accompanied by a char- acteristic increase of ozone mixing ratios. Thirdly, there are short periods of statistical significant temperature anomalies in the winter stratosphere probably driven by modi-15 fied planetary wave activity. Both the internal as well as the inter-annual variability of Arctic sea-ice content is related to Arctic climatic fields like surface air temperature, sea level pressure or pre- cipitation, which are analogue with the variability of the Arctic Oscillation (AO)-index. In this study significant changes in the AO-index are detected in the course of winter.20 Neutral phases of AO appear more often. As expected, the dominating dynamical re- sponse of the stratosphere during winter turned out to be consistent to alterations in the tropospheric AO, although it is not statistically significant most of the time.

Cai, D., Dameris, M., Garny, H., and Runde, T.: Implications of all season Arctic sea-ice anomalies on the stratosphere, Atmos. Chem. Phys., 12, 11819-11831, doi:10.5194/acp-12-11819-2012, 2012.

Etc...

En gros toutes les études disent que l'oscillation arctique continuera de dériver. Le dernier article est intéressant. Même si l'abstract dit plus d'AO neutre, les conclusions sont plus subtils en fait. La plus grande fréquence d'AO neutre s'explique par l'apparition de nouveaux régimes de variabilités (on continuera à citer après cette digression, histoire d'être cette fois dans la démonstration et non l'illustration...). Pour autant, la réponse de l'AO à un réchauffement, est à la fois une AO+ plus marquée, et une AO- plus marquée.

While a shift to a more meridional atmospheric climate pattern in the last decade contributed to recent reductions in summer Arctic sea ice extent, the increase in late summer open water area is, in turn, directly contributing to a modification of large scale atmospheric wind patterns. An anomalous meridional wind pattern with high sea level pressure on the North American side of the Arctic, and low over the Siberian Arctic -which was refered to as the Arctic Dipole (AD) anomaly, shifted from primarily small interannual variability to a persistent phase during spring (AMJ), particularly in the month of June. Once there is a reduction of sea ice cover in late summer, additional heat is stored in the Arctic Ocean which is released during the autumn season. During the last six years, this persistent AD pattern creates an enhanced mean meridional flow across the Arctic. Coupled impacts of the new persistent pattern are increased sea ice loss in summer, long-lived positive temperature anomalies and ice sheet loss in west Greenland, and a possible increase in Arctic-subarctic weather linkages through higher-amplitude upper-level flow. With continuing loss of summer sea ice to less than 50 % of its climatological mean over the next decades, we anticipate increased modification of atmospheric circulation patterns in northern mid-latitudes.

Wang, M., & Overland, J. (2013, April). The recent shift of the Arctic atmospheric circulation and the reduction of sea ice. In EGU General Assembly Conference Abstracts (Vol. 15, p. 12253).

Bref, le climat se réchauffe, et pour l'instant cela se passe mal...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

À propos des prévisions saisonnières aussi, cela discute un peu d'un possible SSW, mais en tout état de cause l'activité de l'onde 1 semble forte, et plus cela va plus je pressens le gros loupé, avec un displacement mineur sans SSW à proprement parler qui ne fait que renforcer le zonal. Peut être que cela aidera la stratosphère à s'ouvrir un peu plus à la pénétration de l'activité ondulatoire par la suite, avec pourquoi par un deuxième round plus intéressant. Mais là dans l'immédiat, j'ai comme l'intuition que cela ne se passera pas forcément bien :lol:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour le "SSW" cela sent toujours le cochon grillé :

post-3513-1387809117_thumb.png

Il n'y a même pas de SSW, et l'activité de l'onde 2 n'arrive pas à émerger face à l'activité de l'onde 1... Cela permettra peut être cependant un deuxième round avec finalement un displacement ou un split, mais mais pour l'instant il n'y a pas grand'chose à espérer du côté de la stratosphère. L'IFS dit la même chose d'ailleurs. Sinon il y a ce site dont certains parlaient récemment :

http://earth.nullschool.net/#current/wind/...-2.03,60.97,458

On voit bien le VP et la QBO d'est

http://earth.nullschool.net/#current/wind/...-2.03,60.97,458

On voit bien le VP et la QBO d'Est ^^

Modifié par paix

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je partage également ce que paix suppose. On parlait justement avec paix de ce graphique à ce propos d'ailleurs :

fluxes.gif

Pour l'ECMWF on voit bien le flux de géopotentiel et de heat aux alentours de la fin d'année. C'est également entrevu par GFS.

Cependant on a encore rien du tout d'un SSW. L'U10 reste largement positif sur toute la période. Au début de Janvier ces flux ondulatoires commenceraient à baisser et le vent à 10 hpa n'aurait même pas bronché. GFS aussi est dans ce tir.

On peut expliquer ça par les vents en haute stratosphère qui restent dopés à la bûche de noël.

En conclusion, on pourrait s'attendre à un premier assaut ondulatoire pour la fin d'année mais qui n'aboutirais pas à un SSW ( displacement mineur pourquoi pas. C'est ce qui nous a facilité le zonal y'a quelques mois :P ).

Mais comme le rappel paix ça laisse une porte ouverte pour un possible second assaut plus conséquent par la suite. Si cela arrive, et rien n'est moins sur, on serait quand même déjà mi-Janvier.

Pour cela que je partage sa retenue quand à l'explosion du VP pour la fin et tout début d'année. Maintenant à voir comment ça va évoluer.

Modifié par passiion

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Yep tout à fait. Pour étayer, voici en comparaison le même run, un an avant :

post-3513-1387912023_thumb.png

L'activité de l'onde 1 est très net. Et à 384 heures :

post-3513-1387912092_thumb.png

Alors qu'actuellement, l'activité de l'onde 1... heu quelle onde 1 ?

post-3513-1387912205_thumb.png

Et les conséquences, il y a toujours un VP :

post-3513-1387912234_thumb.png

Le filtrage de l'activité ondulatoire par les forts vents stratosphériques est en effet une hypothèse qui se défend. La propagation de l'onde 2 est complétement bridée et empêche donc tout réchauffement stratosphérique majeur.

Si on va au displacement mineur, on peut espérer un renforcement du zonal possiblement sur l'Atlantique. Par contre il est clair qu'un SSW -splitting ou displacement- avec toutes sa cohortes de conséquences :

http://journals.ametsoc.org/doi/abs/10.117...ournalCode=clim

n'est sans doute pas à l'ordre du jour dans l'immédiat.

Modifié par paix

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tenez, des gens m'ont encore parlé des forums IC alors qu'ils sont loin d'être une référence pour la stratosphère. Sur netweather (ouaip, faut aller chez les roastbeefs ^^ ), ils ont un fil sur la strato :

http://forum.netweather.tv/topic/78161-str...0132014/page-34

Et cela dit ceci :

Good summary. I think what is important here is the wave 1 activity as much as the wave 2. Clearly we all know that despite what looks to be quite a strong wave 2 event, in association with the Asian MT, that this alone is never going to completely disrupt the vortex. So using Ed's classic boxer analogy, one punch just isn't going to get the job done and a second or third 'upper cut' is required before said boxer hits the deck...especially this season!

I think the wave 1 activity needs to be as potent as possible to deliver a secondary 'blow'. It really is quite remarkable just how to plan things are going this winter so far. The signals back in November for a complete lack of blocking through the early part of the winter at higher latitudes has, without question, come to fruition and that isn't going to change any time soon. From a cold fans point of view I think it remains a case of wait and hope that the middle and latter half of the winter delivers the goods. Despite the usual grumbles that the 'sun is getting stronger' and all that rubbish by February, if the patterns are favorable then clearly February can deliver some bitterly cold conditions and once again March of this year provides one of the best examples of how a March month can easily be an extension of winter.

Merry Christmas to one and all and here's to late January and February!....

Matt.

Rien d'hivernal à espérer avant Fév'. Et encore, si on récupère de nouvelles pulsions vers la strato' ce qui n'est pas gagné.

Yes Wave 1 is important. Chance for a SSW 'only' caused by Wave 2 is small. Please read this part of the conclusion of Kuttippurath and G. Nikulin

http://www.atmos-che...-2012-print.pdf

Probabilité d'un SSW faible.

Interesting if you like stormy wet weather!? I agree though, a grim reading if you're a coldie that's for sure! Would Likely have to wait until February or March for proper cold if that comes off?

Situ' intéressante si on aime le zonal. Sinon rien à espérer avant Fév' ou Mars.

Yes, no winter weather. What I mean, that in my opinion it is interesting to watch and fellow the developments in the atmosphere. Once again I realise the importance of the stratosphere for our weather. And although we have a strong wave 2 forecast, it is interesting to see if 'our' prediction of a limited effect on the polarvortex becomes reality. So it's more or less a intellectual interest.

Of course I prefer cold weather so I can skate over here in the Netherlands over canals, lakes and so on.

Aucune situ hivernale en vue, il se rend compte à nouveau à quel point la strato' est importante.

Et ... je ne vais pas tous vous les faire. Plus le temps passe et plus il devient clair que l'impulsion de fin Décembre début Janvier n'apportera rien. L'espoir, c'est que cela affaiblisse suffisamment le VP pour permettre des nouveaux assauts, mais là on repousse les échéances :

http://www.forums.meteobelgium.be/index.ph...st&p=474256

Modifié par paix

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Tenez, des gens m'ont encore parlé des forums IC alors qu'ils sont loin d'être une référence pour la stratosphère. Sur netweather (ouaip, faut aller chez les roastbeefs ^^ ), ils ont un fil sur la strato :

Et cela dit ceci :

Rien d'hivernal à espérer avant Fév'. Et encore, si on récupère de nouvelles pulsions vers la strato' ce qui n'est pas gagné.

Probabilité d'un SSW faible.

Situ' intéressante si on aime le zonal. Sinon rien à espérer avant Fév' ou Mars.

Aucune situ hivernale en vue, il se rend compte à nouveau à quel point la strato' est importante.

Et ... je ne vais pas tous vous les faire. Plus le temps passe et plus il devient clair que l'impulsion de fin Décembre début Janvier n'apportera rien. L'espoir, c'est que cela affaiblisse suffisamment le VP pour permettre des nouveaux assauts, mais là on repousse les échéances :

Salut Olivier :thumbsup:

Oui, il est fortement probable qu'il n'y ait pas la consitution d'une pool stratosphérique de NAM-.

Nous aurons juste un SSW mineur.

La décélération des vents zonaux à la périphérie du vortex polaire va s'effectuer, mais pas de manière prononcée.

Nous allons avoir un vortex polaire en forme de haricot géant sur la première décade de janvier, d'après les modèles numériques.

Oui, pas grand chose à attendre, à l'exception (peut-être, cela reste encore à déterminer), d'un changement de régime de temps très temporaire qui ne s'étalerait pas dans la durée.

Quant à la suite des évènements (après le SSW de début janvier), il va être difficile de rendre compte de la variabilité haute fréquence dans la stratosphère. Il est possible qu'il y ait d'autres SSW mineurs qui puissent se manifester dans la durée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour continuer aussi un peu sur le sujet, le forçage dominant ne sera sans doute pas la stratosphère, mais l'Arctique.

Actuellement, côté Atlantique les anomalies approchent les 50 W/m²...

Les données du 21 au 23 Décembre :

post-3513-1388059503_thumb.png

Et la normale (désolé je n'ai pas réussi à avoir la même échelle :blush: ' faut pas se perdre en route en comparant) :

post-3513-1388059627_thumb.png

Un jour faudrait quand même faire l'expérience grandeur nature. On casse des radiateurs sur une moitié de terrain de foot pour sortir 50 W/m², et on laisse les gens se balader entre la moitié chauffé et la moitié non chauffé, histoire qu'ils sentent physiquement ce que cela veut dire que l'Arctique force un bœuf. C'est juste monstrueux d'arriver à 50 W/m² pour un bilan qui se fait sur 200 ou 300 W/m². On se demande d'ailleurs des fois comment la circulation atmo' peut encore tenir un peu près la route... 'fin bref, pour faire une comparaison plus exhaustive :

post-3513-1388059993_thumb.jpg

Une comparaison entre les latitudes entre 30°N et 62.5°N et les latitudes polaires. L'ULWR est en hausse partout nécessairement, suite au réchauffement climatique. Par contre, les anomalies sont plus fortes en absolues (et encore plus relativement au fait que le flux est plus faible de base...) pour les latitudes polaires. C'est cela l’amplification polaire.

C'est ce qui explique l'instabilité des modèles au delà des premiers jours de Janvier :

post-3513-1388060261_thumb.png

n0yf.png

Mais bon comme personne ne s'intéresse à ce genre de paramètres... Tout les sites préfèrent balancer du Z500/T850 alors qu'au final cela n'explique rien, c'est purement la résultante de forces qui sont simplement niées. Un gars m'avait demandé de ressortir les paramètres GEFS du Z10 et T10 pour avoir la moyenne de l'ensembliste de l'évolution de la strato'. Dans le même genre, on pourrait sortir les données ULWR de GFS pour voir les points de forçages. Bibi avait déjà demandé à différentes organisations -qui avaient les serveurs pour- de sortir des paramètres un peu plus pertinents, mais ce doit être moins stressant intellectuellement de se raccrocher toujours au fameux Z500/T850 qui pourrait être compris même par un gamin de maternelle. Si Dieu le veut, je tenterais l'aventure, mais ce sont fichiers massifs, c’est ce qui m'inquiète. Déjà que sur la réanalyse du NCEP NCAR j'ai failli perdre à l'occasion l'ordi' :lol2: (sérieusement en plus...), alors sur les fichiers GRIB de GFS... J'irais encore allumer des cierges à la sainte mère d'Eisntein XD

En terme d'instabilité, CFS démontre encore une fois que son utilité est nulle à complétement nulle :

cfsnh-2-174.png

Son refroidissement des T850 en une semaine est beaucoup trop rapide, et surtout il est en opposition frontale, flagrante, avec les données de l'IFS et (pire, vu que c'est son frère d'armes) GFS... CFS est couplé, et en fait il se raccroche au climat du 20ème siècle. Et beaucoup plus fortement que ne le ferait GFS ou l'IFS qui eux sont forcés par des conditions aux limites imposées (comme l'Arctique à tout hasard...) ce qui limite la casse à moyenne échéance. Cela ne m'étonnerait même pas que CFS soit presque plus utile en tant que "témoin" en première approximation de l'expérience du RC (qu'est qui se serait passé si on n'était pas en train de forcer comme des attardés) qu'en tant que modèle de prévi' saisonnière. En tout cas à 168h il est déjà à la rue, alors à 546h...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
En terme d'instabilité, CFS démontre encore une fois que son utilité est nulle à complétement nulle :

cfsnh-2-174.png

Son refroidissement des T850 en une semaine est beaucoup trop rapide, et surtout il est en opposition frontale, flagrante, avec les données de l'IFS et (pire, vu que c'est son frère d'armes) GFS... CFS est couplé, et en fait il se raccroche au climat du 20ème siècle. Et beaucoup plus fortement que ne le ferait GFS ou l'IFS qui eux sont forcés par des conditions aux limites imposées (comme l'Arctique à tout hasard...) ce qui limite la casse à moyenne échéance. Cela ne m'étonnerait même pas que CFS soit presque plus utile en tant que "témoin" en première approximation de l'expérience du RC (qu'est qui se serait passé si on n'était pas en train de forcer comme des attardés) qu'en tant que modèle de prévi' saisonnière. En tout cas à 168h il est déjà à la rue, alors à 546h...

Complètement d'accord avec toi ce modèle est vraiment une girouette . Aucune fiabilité.

Faut dire aussi que c'est un modèle expérimentale ... Il ne peut que s'améliorer.

Concernant les prévisions saisonnières , je sens un petit louper de météo Belgique pour cette fin de mois de décembre .

Il annonçait un refroidissement et pour le coup c'est mal parti. On ne peut pas être bon à chaque fois :thumbsup:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Salut Olivier :thumbsup:

Oui, il est fortement probable qu'il n'y ait pas la consitution d'une pool stratosphérique de NAM-.

Nous aurons juste un SSW mineur.

La décélération des vents zonaux à la périphérie du vortex polaire va s'effectuer, mais pas de manière prononcée.

Nous allons avoir un vortex polaire en forme de haricot géant sur la première décade de janvier, d'après les modèles numériques.

Oui, pas grand chose à attendre, à l'exception (peut-être, cela reste encore à déterminer), d'un changement de régime de temps très temporaire qui ne s'étalerait pas dans la durée.

Quant à la suite des évènements (après le SSW de début janvier), il va être difficile de rendre compte de la variabilité haute fréquence dans la stratosphère. Il est possible qu'il y ait d'autres SSW mineurs qui puissent se manifester dans la durée.

Oui ça semble le scénario le plus logique qu'on puisse proposer au vue des différentes projections actuelles.

D'ailleurs la dernière sortie d'ECMWF :

fluxes.gif

Ça décélère un peu en haute stratosphère, mais rien d'extraordinaire. Y'a un moment aussi ou la normal c'est pas non plus des vents digne d'Uranus :lol: Mais ailleurs c'est nada.

L'activité ondulatoire est présente mais ça ne suffit pas à faire un SSW au sens de la définition. Par contre le SSW mineur semble acquis maintenant. A voir comment ça va réagir entre l'arctique qui force des flux méridiens comme paix l'a montré, et la stratosphère qui a tendance à favoriser un flux zonal ( displacement mineur ).

Si un changement s'amorce, la cause première ne serait pas la stratosphère, et il y'a également des chances qu'il soit furtif comme Fred l'a fait remarqué :thumbsup:

Modifié par passiion

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Yep, toujours à 200% derrière vous :lol2:

Bon sinon n'arrivant pas à trouver le sommeil, c'est parti pour une petite traduction, et cela ira mieux pour trouver Morphée après :lol: Pour montrer que paix ne délire pas en hoquetant tout seul dans coin (et oui, cela m'arrive de loin en loin de dire des choses censés ^^ ) :

L'impressionnant système dépressionnaire quitte enfin les US

Le vaste et complexe système dépressionnaire hivernal désigné comme « Gemini» par The Weather Channel a desserré son emprise sur les États-Unis après trois jours de météo très agité. Le plus impressionnant sont les quantités de pluie et de chaleur qui ont précédé le passage des fronts de la tempête dans l'est et le centre du pays (N.D.T. : Vous noterez qu'à nouveau, une tempête hivernale se distingue par la ... douceur. Un jour on va vraiment finir par battre des records de chaleur en flux de NE en France à ce rythme...). Voici un bref résumé de quelques-uns des faits saillants.

Pluie

Un panache d'humidité à l'avant du front froid de la tempête a pratiquement atteint des valeurs record pour autant que le contenu précipitable soit considéré.

tgw.jpg

Le 21 Décembre un ballon météo lancé depuis le sud-ouest de Wilmingto, Ohio a montré que l'humidité dans l'atmosphère a atteint un niveau maximal record pour Décembre ( depuis 1951 ). NOAA.

Cela a été manifesté par certains cumuls pluviométriques extraordinaires. Les inondations ont tué cinq personnes dans le Kentucky où Paducah a connu son plus fort cumul pour un jour calendaire du mois de Décembre (voir tableau ci-dessous). Voici les chiffres les plus élevés par État :

[...]

N.D.T. : Je ne vais pas faire toutes les conversions, si quelqu'un est intéressé qu'il y aille de bon cœur. Les cumuls vont de 68 mm à 260 mm.

Pluies verglaçantes

La région la plus touchée fur le sud de l'Ontario et le Québec, le Canada, où des accumulations de glace jusqu'à 5 centimètres ont été signalés. Toronto a été particulièrement touché avec pas moins de 250 000 foyers / entreprises sans courant à un moment donné le dimanche et 225 000 de plus dans les autres régions du sud-est du Canada.

torice.jpg

L’accumulation de glace dans la région de Toronto, Ontario a paralysé les infrastructures de la ville ce week-end. Photo de Daniel Chris Ascano .

Cinq décès au Canada ont jusqu'ici été attribués à la tempête. Aux États-Unis 475 000 clients privés d'électricité dans le Michigan, État de New York, et le nord du Vermont. Le temps glacial en Oklahoma donné lieu à trois accidents de la route. Les plus importantes des accumulations de glace rapportés étaient de 3.2 cms à Canton, Potsdam, et Rensselaer Falls, New York ; 2.7 cms à Jeffersonville, Vermont ; 2.7 cms en Cherryfield et Wesley, Maine, et de 1.9 cms à divers endroits de l'Oklahoma, le Kansas et le Michigan .

Chute de neige

Les chutes de neige de la tempête n'étaient pas particulièrement impressionnant à l'exception des secteurs autour du lac Supérieur dans le Wisconsin qui ont connu l'effet des lacs. Le plus impressionnant des cumuls est de 80 cms à Ashland, Wisconsin depuis dimanche matin. Les maximums des chutes de neige de l'État (y compris la ceinture de neige de la ceinture des Grands Lacs) ont été les suivants :

[...] N.D.T : idem, je me fais grâce moi même de toute les conversions ^^

Les tornades

Il y avait deux décès signalés à la suite de cinq événements de tornades confirmées dans l'Arkansas et du Mississippi le 21 Décembre . Un décès a été associé à un EF- 2 tornade près de Hughes , Arkansas et une autre fatalité près de Rena Lara , Mississippi , également un EF- 2 . En outre , au moins quatre blessés ont eu lieu aux endroits .

Chaleur record

Avec la pluie, la caractéristique la plus impressionnante du système de tempête ont été les températures incroyablement chaudes qui ont précédé le passage du front le 21 ou 22 Décembre. De la Floride à New York des records quotidiens et, dans certains cas, des records mensuels de chaleur ont été battus. Ils sont trop nombreux pour tous les énumérer tous, alors voici une sélection :

[...]

Un aspect qui est intéressant est de voir comment l'air froid a été pris au piège dans les vallées de New York alors que l'air chaud en altitude amenaient les températures à varier jusqu'à 20°C sur une hauteur d'un peu plus de 150 à 300 mètres.

almap.jpg

La carte wunderground.com des observations de température de la région d'Albany, New York, à environ 14h30 le dimanche 22 Décembre. Weather Underground.

Christopher C. Burt

Météo Historien

Le lien avec Dirk, c'est bien que le panache d'humidité et de chaleur record de Gemini a traversé l'Atlantique pour se brancher directement sur la cyclogenèse atlantique. D'où le fait que Dirk a été au moins aussi flotteux que venteux. Un climat plus chaud est aussi un climat plus humide. Et donc est aussi un climat neigeux, plus sec, et plus pluvieux. D'où qu'on ai eu à sortir les seaux d'eau pour écoper après avoir traversé le désert de mi Novembre à mi Décembre. C'est ce qui s'appelle l'accélération du cycle hydrologique.

Et pendant ce temps, en plus de pleuvoir en Décembre en Alaska, il pleut en Décembre en Sibérie :

http://siberiantimes.com/ecology/casestudy...-snow-shortage/

http://www.aljazeera.com/weather/2013/12/w...2332312557.html

Et si certains voient dans les réactions des citoyens les effet d'un Alzheimer collectif avancé, les stations météos sont là pour confirmer les dires.

Modifié par paix

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est vrai que cet hiver, la Sibérie enchaîne les anomalies positives. Ça doit faire bizarre à la population de quasiment pas avoir d'hiver comparé à ce qu'ils ont normalement..

inside%20Krsk%20embankment%20without%20s

inside%20Krsk%20ducks.jpg

:wacko:

En cette période de l' année, de nombreux Sibériens s'attendent à la pêche par la glace épaisse sur leurs rivières, et leur véhicule sur ces « routes d'hiver » solide .

Pas ici . Un hiver chaud de même - et un manque de neige - a été signalé dans de nombreux endroits à travers la Sibérie. «Je ne peux pas en croire mes yeux , dit l'une des personnes âgées locale à Barnaoul . "Cela ne se produit pas..." .

À Novossibirsk , nous avons demandé à un homme de 83 ans, Fyodor Olifirenko, de comparer cet hiver à d'autres qu'il a connus .

«Je ne me souviens pas d'un tel Décembre chaud, dit-il . « En 1963, il y avait un certain dégel sur le Décembre 24-25 , il pleuvait un peu . Mais le lendemain matin , tout était gelé et après on a de nouveau enchaîner les fortes gelées . Mais comme actuellement - quand il pleut constamment dans le milieu de Décembre - c'est la première fois ».

Modifié par passiion

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et cela signifie quoi ... on voit qu'une onde 2 se forme ( depuis qql RUN sur GFS ) et après ? un réchauffement stratosphèrique?

post-14534-1388439442_thumb.png

post-14534-1388439557_thumb.png

Modifié par Fourneau

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Effectivement, on a une tendance à partir vers un split sur le GFS depuis peu. Il faudra surveiller les prochains jours comment cela va tourner ( confirmation/infirmation ) et ce que dira l'ECMWF.

Pour l'instant on va subir un Displacement mineur, en tout cas. Pas trop de changement en vue pour le moment de notre côté de l'hémisphère.

Modifié par passiion

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cela reste poussif mais il y a bien une tentative pour un véritable SSW vers le 15 ou 20 Janvier. En attendant, en troposphère la synp' reste dominé par une circulation globalement zonale, même si elle sera sans doute un peu bousculé entre le 5 et 10 Janvier. Les conséquences d'un éventuel SSW (il n'est toujours pas acquis...) ne seront pas perceptibles avant la dernière décade de Janvier.

Modifié par paix

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Des gens m'avaient posé quelques questions au sujet de la stratosphère d'ailleurs, je vais essayer de faire un pavé explicatif pas trop indigeste.

(dédicace à Cirus :P )

Donc commençons par la théorie du déferlement :

http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9ferlement

Une vague qui déferle, c'est une vague qui se casse la gueule en fait. La hauteur de la vague devient "trop" haut par rapport à la profondeur du fond, et elle se ramasse la figure. Petit dessin :

post-3513-1388482796_thumb.png

En eaux profondes, les vagues ne sont qu'une oscillation. Un bouchon à la surface (le machin noir qui ressemble à rien...) montera et descendra en restant strictement à sa place. Il n'y a pas propagation de l'énergie. Il y a bien une énergie en jeu, le bouchon ne monte pas et ne descend pas tout seul, mais cette énergie ne se propage pas. Par contre, quand la vague broute le fond, elle commence à déferler. Le haut de la vague se brise (en anglais, ils disent bien "breaking" pou déferlement) et elle se projette en avant. L'énergie est alors dissipée dans le mouvement de l'eau qui n'est plus oscillatoire. C'est l'érosion côtière par exemple.

Les vagues sont des ondes de gravité. La force de rappel est ici la pesanteur.

Prenons une carte 1.5 PVU Météociel (personnellement, je n'en suis vraiment pas partisan, en plus que les cartes de Météociel sont fin dégeu' de mon point de vue, une projection du PV sur une isentrope semble plus satisfaisant physiquement, mais comme tout le monde a l'air d'apprécier les cartes Météociel ^^ ) :

post-3513-1388483312_thumb.png

Il faut arriver à transposer l'intuition que l'on a sur les vagues de l'océan (qui se font sur la verticale...) à un plan horizontal isentropique de l'atmo' (outch :lol2:). Ici les ondes sont liées à un gradient de thêta et de PV, ce sont des ondes inertielles. La force de rappel n'est plus la gravité. Si on arrive à transposer l'intuition sans passer par des tas de calculs, un bon bout de la bataille est déjà gagné. Dans l'atmosphère, les basses valeurs de thêta et les hautes valeurs PV sont vers les pôles. Et les hautes valeurs de thêta et les basses valeurs de PV sont vers l'équateur.

C'est dans ce contexte de gradient de la stabilité de l’atmosphère que prennent place les ondes de Rossby. Quand les ondes déferlent, il y a une inversion de ce gradient. Cela correspond à un brassage de l'énergie, comme quand les vagues de l'Océan se gaufrent sur la côte. Un exemple de déferlement :

post-3513-1388484388_thumb.png

Sur la France, la zone de bas PV est issu d'un déferlement cyclonique (peu marqué je vous l'accorde ^^ ), ou CWB pour Cyclonic Wave Breaking.

Cette notion de PV et d'isentrope est un bien meilleur traceur de la dynamique atmosphérique que l'approche Z500 / T850 et autres. Prenons la situation du 24 Décembre 2013 (complétement au hasard...) :

2013122412_39.gif

Le gradient de PV commence à se resserrer sur l'Atlantique, mais ne présente aucune caractéristique d'un creusement secondaire explosif. C'est pourquoi Dirk a été un non événement complet pour ce qui est du vent.

Si nous revenons aux ondes, le déferlement est déterminé par la vitesse du vent zonal et le nombre d'onde. Plus le nombre d'onde est grand, plus l'onde est étroite, peu large. Si le vent zonal est trop rapide, la crête d'une onde trop étroite va avoir tendance à se casser la figure, c'est le déferlement. Une illustration :

sv37.jpg

Issu de ce papier :

http://journals.ametsoc.org/doi/abs/10.117...AS%3E2.0.CO%3B2

Le nombre d'onde est sur l'axe horizontal, la vitesse zonale sur l'axe vertical. Si le flux accélère, seul les grandes longueurs d'ondes passent. C'est un schéma comme un autre par contre, il ne faut pas commencer à s'enfiler un manche à balai jusqu'à la brosse dans le fondement à ce sujet. Le schéma marche dans le contexte donné par le papier, avec certaines hypothèses qui sont ce qu'elles sont. C'est plus pour les ordres de grandeurs et l'idée générale. En stratosphère, le vent est soit très zonal avec le jet de la nuit polaire en Hiver, soit zonal négatif en Été. Il n'y a donc aucune onde qui peut passer en Été (d'où qu'on s'en fout de la strato' en Juillet :lol: ), soit des ondes ondes 1 ou 2 en Hiver (marginalement, un peu 3 des fois). Pour ceux qui ont du mal à voir une onde 1 :

http://www.forums.meteobelgium.be/index.ph...st&p=471465

Un maximum et un minimum. Après, on continue :

193780ZonalWaveNumber.jpg

Nombre d'onde 2, deux max's et deux min's, et caetera.

Ici, le vent zonal est très vigoureux :

post-3513-1388487075_thumb.png

Les ondes ont donc du mal à passer. Pendant que j'écris, le 06Z de GFS a eu le temps de sortir, et à nouveau aucun SSW :

gfsnh-10-384.png

Le VP est chahuté, il y a de l'onde 1 et de l'onde 2 à l'évidence, mais il n'y a pas de SSW. Les ondes partent à l'assaut de la forteresse mais pour l'instant cela ne suffit pas à la faire sauter.

D'autre part, la quantité d'O3 en stratosphère ne pourra pas aider le SSW. En Hiver, le rayonnement solaire pour la stratosphère est nul à complétement nul :

post-3513-1388487536_thumb.png

L'O3 ne réchauffant la stratosphère que par absorption des UVs, sans Soleil par de réchauffement stratosphérique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Effectivement, on a une tendance à partir vers un split sur le GFS depuis peu. Il faudra surveiller les prochains jours comment cela va tourner ( confirmation/infirmation ) et ce que dira l'ECMWF.

Pour l'instant on va subir un Displacement mineur, en tout cas. Pas trop de changement en vue pour le moment de notre côté de l'hémisphère.

Cela reste poussif mais il y a bien une tentative pour un véritable SSW vers le 15 ou 20 Janvier. En attendant, en troposphère la synp' reste dominé par une circulation globalement zonale, même si elle sera sans doute un peu bousculé entre le 5 et 10 Janvier. Les conséquences d'un éventuel SSW (il n'est toujours pas acquis...) ne seront pas perceptibles avant la dernière décade de Janvier.

Le scénario majoritaire pour la mi-janvier est l'émergence d'un displacement event, accompagné ponctuellement d'une bipolarisation tendancielle de l'auge polaire. Le GFS18z a été assez dantesque en proposant un splitting event (notamment très marqué près de la stratopause), mais ce run demeure isolé, par rapport aux autres runs proposés par GFS.

9028029runs.png

Je pense qu'il y aura des déferlements de NAM- après ce SSW, mais non durables.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Complètement d'accord avec toi ce modèle est vraiment une girouette . Aucune fiabilité.

Faut dire aussi que c'est un modèle expérimentale ... Il ne peut que s'améliorer.

Concernant les prévisions saisonnières , je sens un petit louper de météo Belgique pour cette fin de mois de décembre .

Il annonçait un refroidissement et pour le coup c'est mal parti. On ne peut pas être bon à chaque fois :thumbsup:

Oui, CFS s'améliore quand même avec le temps ;) Le CFS1 c'était vraiment un veau, le CFS2 c’est un peu moins pire, et ils planchent sur le CFS3.

http://journals.ametsoc.org/doi/abs/10.117...LI-D-12-00823.1

La composante océano' de CFS se défend plutôt bien, par contre la composante atmo' ce n'est pas gagné :lol: mais ils progressent à l'évidence.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un facteur à prendre en compte encore et toujours est aussi l'humidité. Miami a atteint des Tds qui deviennent vraiment élevés pour le coin :

http://www.ogimet.com/cgi-bin/gsynres?ind=...=31&hora=12

Température du point de rosée de 73°F (22.8°C environ). Sachant que c'est quasiment la normale des Tx... Je ne connais pas les records, mais il est certain que c'est très élevé. Du coup, on a toujours des solides panaches d'humidité qui se balade sur l'Atlantique :

post-3513-1388494302_thumb.png

Et nous en bout de course pour ramasser :

120_44.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Si nous revenons aux ondes, le déferlement est déterminé par la vitesse du vent zonal et le nombre d'onde. Plus le nombre d'onde est grand, plus l'onde est étroite, peu large. Si le vent zonal est trop rapide, la crête d'une onde trop étroite va avoir tendance à se casser la figure, c'est le déferlement. Une illustration :

sv37.jpg

Issu de ce papier :

http://journals.ametsoc.org/doi/abs/10.117...AS%3E2.0.CO%3B2

Le nombre d'onde est sur l'axe horizontal, la vitesse zonale sur l'axe vertical. Si le flux accélère, seul les grandes longueurs d'ondes passent. C'est un schéma comme un autre par contre, il ne faut pas commencer à s'enfiler un manche à balai jusqu'à la brosse dans le fondement à ce sujet. Le schéma marche dans le contexte donné par le papier, avec certaines hypothèses qui sont ce qu'elles sont. C'est plus pour les ordres de grandeurs et l'idée générale. En stratosphère, le vent est soit très zonal avec le jet de la nuit polaire en Hiver, soit zonal négatif en Été. Il n'y a donc aucune onde qui peut passer en Été (d'où qu'on s'en fout de la strato' en Juillet :lol: ), soit des ondes ondes 1 ou 2 en Hiver (marginalement, un peu 3 des fois). Pour ceux qui ont du mal à voir une onde 1 :

Ça explique la propagation verticale des ondes ce truc :thumbsup:

En gros, les "petites" ondes déferlent avant d'arriver à la tropopause quoi, comparé aux grandes qui ont de la marge avant de déferler préférentiellement en stratosphère en hiver en bonnes conditions. Tu aurais du sortir tout ceci à quelqu'un qui cherchait comment les ondes se propageaient sur la verticale fut une époque :lol:

Modifié par passiion

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ça explique la propagation verticale des ondes ce truc :thumbsup:

En gros, les "petites" ondes déferlent avant d'arriver à la tropopause quoi, comparé aux grandes qui ont de la marge avant de déferler préférentiellement en stratosphère en hiver en bonnes conditions. Tu aurais du sortir tout ceci à quelqu'un qui cherchait comment les ondes se propageaient sur la verticale fut une époque :lol:

:lol2: :lol2: :lol2: Il n'y a pas trente six schémas de ce genre de toute façon, donc il est certain que celui-ci a déjà été utilisé. Il existe des schémas un peu différents :

post-3513-1388576234_thumb.png

http://books.google.fr/books?id=bZ2ARhIg--...p;q&f=false

mais cela revient au même. La difficulté, c'est que les hypothèses ne sont pas toujours tout à fait les mêmes. Ici, c'est la propagation en fonction de u (tjrs en m/s) et en fonction non plus du nombre d'onde zonal mais du nombre d'onde total. En plus, le crobar est dans l'autre sens :lol2: mais l'idée générale reste que seules les grandes longueurs d'ondes survivent à du vent zonal soutenu.

Modifié par paix

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le scénario majoritaire pour la mi-janvier est l'émergence d'un displacement event, accompagné ponctuellement d'une bipolarisation tendancielle de l'auge polaire. Le GFS18z a été assez dantesque en proposant un splitting event (notamment très marqué près de la stratopause), mais ce run demeure isolé, par rapport aux autres runs proposés par GFS.

9028029runs.png

Je pense qu'il y aura des déferlements de NAM- après ce SSW, mais non durables.

Tient je t'ai extrait les données GFS brutes ;) C’est pour le 30 Décembre (j'ai un peu de retard :blush: ). Il faut automatiser la routine. D'habitude j'ai une grande tolérance à un certain foutoir sur mon ordinateur, mais là, ce doit pouvoir être officialisé, c'est le Bronx sur la bécane XD Demain, ce sera rangement du dur (à faire 40 000 truc en même temps, à un moment où l'ordi ne suivait plus mes clics frénétiques y a eu un raté, j'ai les inondations du Colorado de cet été en arrière plan ^^" ) et ce sera automatisation de la routine :P Bref tout ceci pour dire que le Z10 de GFS du 30/12/2013 à 18 UTC pour 384h d'échéance à cette tête :

post-3513-1388616051_thumb.png

Et que là dedans il n'y a aucun SSW (pour ceux qui auraient encore un doute, l'approximation géostrophique est quasi parfaitement vérifié dans la stratosphère, et l'approximation géostrophique dit que le vent laisse les bas Z à sa gauche dans l'HN. Donc clairement le vent reste totalement, strictement, absolument et sans concession zonal positif sur ce run. Or un SSW c'est un zonal négatif en stratosphère par définition même...). Faut voir, mais ce sera possible de sortir d'autres paramètres (notamment le vent) qui permettront de fournir plus de précisions dans l'analyse des sorties GFS que les paramètres très bateau dont on nous bassine à longueur de site.

Modifié par paix

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le positionnement du froid n'est évidemment pas le même, cette année cela penche côté Canada, 1998 côté Sibérie. Pour autant il n'y a pas besoin d'être convaincant du RC pour comprendre que le froid n'est plus que l'ombre de lui même en 2013. On ne bataille plus pour atteindre -35°C à 850, on bataille pour sortir du -30... Et bientôt on sera réduit à se battre pour avoir du -25 quelque part dans le monde.

Forcément, quand on n'a même pas une masse d'air froide réellement froide, il ne faut pas espérer qu'avec les pertes radiatives au cours de l'advection il reste quelque chose en bout de course...

Ceci pour dire que Novembre, c'était encore du grand n'importe quoi, et que Décembre n'est pas parti pour relever le niveau.

Ceci dit, 2 semaines plus tard on arrive quand même à tirer du -40°C sur le Canada. Je me demande techniquement quelle est la T° la plus froide observée à 850hPa dans l'HN. J'imagine bien qu'en Antarctique on doit aller chercher facile dans les -50°C.

Je ne remet certainement pas en cause que les T° en altitude dans les régions polaires se réchauffent mais je pense qu'il faut faire attention en prenant des évènements ponctuelles. Peut-etre serait-ce plus concret et révélateur si on compare décembre 2013 dans son ensemble avec décembre 1998, histoire de gommer les variations naturelles qui peuvent se produire d'un jour à l'autre.

post-1038-1388673505_thumb.png

Modifié par huymétéo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce qui est certain, l'Europe n'est pas prête à se séparer de sa douceur qu'elle aime tant ! De l'autre côté de l'Océan Atantique, là tu as de l'hiver franc avec des températures que ce soir de jour ou de nuit largement en-dessous de 0°C. . Pendant ce temps là l'Europe ne veut pas divorcer de son automne sans fin ! Entre vous et moi, j'en ai soupé de ce temps doux avec son cocktail de vents forts et de pluie en veux-tu en voilà avec de temps en temps quelques éclaircies perdues ! Qu'est-ce qu'il faudra qu'il se passe pour les spécialistes d'entre vous pour que cette ( censurée ) de douceur nous quitte ENFIN ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×