Aller au contenu
Les Forums de MeteoBelgique

Messages recommandés

A 15Z en France :

Socoa : 28,8°C (pointe sud ouest et 29,2°C à San Sebastian en Espagne)...

Dax : 28,0°C

Sinon pour le classement d'hier, il faudra attendre le synop de 18Z pour avoir les données complètes mais on a déjà dépassé (voir pulvérisé!) un record qui date d'hier.. --> Vichy : 25,7°C (contre 24,9 hier)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je pense que la 1ére décade de novembre la plus chaude a été enregistrée en 1977 avec température moyenne de 11,4°C à Uccle.

Si c'est bien le cas, il va vraisemblablement être pulvérisé par la 1ére décade de cette année 2015.

Au 7/11, la température moyenne en était de +13,6°C.

Et la dernière observation à Uccle ce 8/11 à 23h donne une température de +17,6°C. :huh:

Source : IRM

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Samedi 7 novembre 2015

Après la nuit exceptionnellement douce du 6 au 7, la journée du 7 a été fort douce aussi pour la saison, avec des températures le plus souvent comprises entre 19 et 20°C en plaine et autour de 15°C sur les hauteurs.

Quelques valeurs :

Hastière : 20,2°C

Angleur : 20,0°C

Kruishoutem : 20,0°C

Coxyde : 19,8°C

Passendaele : 19,8°C

Koersel : 19,7°C

St-Kat.-Waver : 19,7°C

Chièvres : 19,7°C

Ici et là, des records ont même été battus en journée aussi, comme à Middelkerke avec 19,2°C (précédent record : 18,7°C les 11 et 12/11/1995) et à Beitem avec 19,5°C (précédent record : 19,1°C le 01/11/2014). D’autres records ont été approchés comme à Stabroek avec 19,4°C (record : 19,6°C le 04/11/1994), à Kruishoutem avec 20,0°C (record : 20,5°C le 01/11/2014), à Anvers-Deurne avec 19,6°C (record : 20,3°C le 04/11/1994) et à Sint-Katelijne-Waver avec 19,7°C (record : 20,6°C le 04/11/1994).

En France, les températures ont été plus extraordinaires encore, avec là de nombreux records battus, dont notamment à Paris-Montsouris avec 21,6°C (voir intervention de passiion ci-dessus).

Au sein d’un secteur chaud, avec un vent de sud à sud-ouest, le ciel a été généralement très nuageux avec des stratocumulus (parfois nettement undulatus), se disloquant quelque peu l’après-midi et laissant apparaître un ciel par moment voilé avec des cirrostratus/altostratus s’effilochant parfois, mais se doublant parfois aussi d’altocumulus. Dans le sud du pays, on voit aussi une évolution temporaire des stratocumulus en cumulus humilis.

Le passage du front froid en soirée fait basculer le vent vers l’ouest-sud-ouest avec une baisse momentanée des températures, passant de 18-19°C en début de soirée à localement 8-9°Cn même en plaine, le matin.

Dimanche 8 novembre 2015

Une nouvelle forte ondulation du front nous replace dès l’après-midi dans un large secteur chaud. Le front chaud qui le précède nous vaut quelques bancs (relativement) importants de stratocumulus, mais les éclaircies sont aussi présentes dès le matin, accompagnées de cirrus. L’après-midi, le voile de cirrus se généralise avec tendance à cirrostratus et doublé de quelques bancs d’altocumulus, dont certains sont de type floccus.

Le sud du pays connaît aussi du brouillard, d’abord formé dans les vallées et cuvettes, mais débordant vers des régions plus élevées en matinée avant de se transformer en stratus, puis stratocumulus et enfin en cumulus humilis. Au-dessus, on note également des cirrus et cirrostratus.

2ir924y.jpg

Webcam Radioamateurs LX – Rodange – 8 novembre 2015 à 8h35

Les températures maximales, un brin moins élevées que la veille, se situent entre 17 et 18°C en plaine et entre 14 et 15°C sur les hauteurs. Les 20°C n’ont tout juste pas été atteints à Angleur, avec 19,9°C.

Mais c’est en France que les températures explosent à nouveau. Sous un ciel parfaitement serein dans tout le sud-ouest de la France, on observe des valeurs incroyables comme 29,0°C à Saint-Jean de Luz (entre Biarritz et Hendaye), 28,1°C à Dax, 27,8°C à Biarritz, 27,7°C à Biscarosse ou encore 26,7°C à Bordeaux (voir ci-dessus le post de passiion pour connaître l’amplitude de ces records).

Arrêtons-nous un peu au temps qui a régné à Saint-Jean de Luz. Après une nuit (très) modérément fraîche avec 13,8°C à 3 heures du matin, la température explose soudain à 5 heures avec 20,9°C sous un vent fort de sud. À 11 heures, la barre des 25°C est déjà atteinte tandis qu’on observe des rafales de föhn jusqu’à 78 km/h. L’après-midi par contre, le vent se calme rapidement mais le temps reste chaud, et on peut pleinement profiter du temps estival, sous un ciel restant parfaitement serein et une température de 28,8°C à 16 heures.

À Biarritz, on observe la même évolution, mais avec un vent un peu moins fort en matinée. Là, la brise de mer fait même une petite tentative de se lever en fin d’après-midi, mais n’y réussira que très temporairement, sans vraiment faire baisser la température.

Inutile de dire que le temps a été idéal pour aller à la plage comme en plein été.

nl69ty.jpg

Biarritz – Source : Webcam.Travel

À l’intérieur des terres, au pied des Pyrénées, il fait tout aussi beau et tout aussi chaud, mais avec en plus une visibilité extraordinaire grâce au föhn.

14cec8l.jpg

Urt – Source : Webcam.Travel

À suivre…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Après une journée déjà très douce le 8 novembre, une nouvelle bouffée d’air chaud traverse le pays le soir et la nuit. Celle-ci, poussée par un bon vent de sud-ouest, est accompagnée de petites rafales qui, localement, dépassent les 50 km/h.

À 20 heures, on retrouve cette bulle d’air chaud au Touquet (FR) avec 17,9°C tandis qu’elle commence à affecter l’ouest du pays avec 17,4°C à Zelzate.

À 21 heures, on la retrouve sur le centre-ouest et le centre-nord du pays, avec 18,2°C à Sint-Katelijne-Waver, 17,8°C à Uccle et 17,7°C à Anvers-Deurne.

À 22 heures, cette bulle englobe une bonne partie du centre du pays avec un status quo pour Sint-Katelijne-Waver et Anvers-Deurne, tandis que la température monte à 17,8°C à Zaventem et 17,9°C à Uccle.

À 23 heures, c’est le centre-est qui est affecté par la douceur avec 18,1°C à Schaffen tandis qu’Anvers-Deurne grapille encore quelques dixièmes de degrés pour arriver à 18,0°C.

À 00 heure, la température atteint 17,5°C à Kleine Brogel et 17,6°C à Ell (NL).

À 01 heure, les hautes températures se décalent vers les Pays-Bas et l’Allemagne en perdant de l’ampleur. À ce moment, un premier front froid aborde le littoral belge, aussitôt suivi d’un second qui, à eux deux, vont provoquer une chute des températures sur tout le pays avec des valeurs qui, au petit matin, se situeront entre 9 et 11°C en Basse et Moyenne Belgique.

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Je pense que la 1ére décade de novembre la plus chaude a été enregistrée en 1977 avec température moyenne de 11,4°C à Uccle.

Si c'est bien le cas, il va vraisemblablement être pulvérisé par la 1ére décade de cette année 2015.

Au 7/11, la température moyenne en était de +13,6°C.

Et la dernière observation à Uccle ce 8/11 à 23h donne une température de +17,6°C. :huh:

Source : IRM

À quoi ressemblaient les périodes chaudes de début novembre par le passé.

Le record de la 1re décade de novembre la chaude est jusqu’à présent détenu par 2011 avec une moyenne de 12,3°C à Uccle (mais ce record sera sans doute battu à plate couture par la décade actuellement en cours).

On retiendra de 2011, notamment :

Deux très belles journées les 1 et 2 novembre, séparées par une zone de pluie qui traverse notre pays la nuit. Températures en plaine de 16 à 19°C le 1 et de 15 à 18°C le 2.

Le 3 a été une journée grise mais tout aussi douce, avec une nouvelle remontée des températures en pleine nuit (du 3 au 4) avec 17 à 18°C vers minuit sur une large bande couvrant le centre du pays (vents parfois forts avec impression de föhn).

Le 4, à l’arrière d’un front « froid », une nouvelle belle journée avec un air polaire très indirect, fortement réchauffé par le bas (et de ce fait dépourvu d’inversions), qui fait remonter les températures jusqu’à localement 20°C (Campine).

Le 5, l’air chaud revient en altitude aussi, tandis qu’en surface, on atteint à nouveau localement 20°C par beau temps légèrement voilé.

Les 6, 7 et 8 novembre, on assiste à une baisse temporaire des températures, sous l’effet de brouillards et de stratus persistants en de nombreux endroits, parfois accompagnés de bruines. Mais le 10 redevient une journée extraordinaire (juste quelques cirrus et altocumulus) avec des températures notamment très élevées en Ardenne, de 18°C sur les Hautes Fagnes. Ailleurs, il fait souvent doux aussi (18°C à Uccle) mais des poches d’air froid subsistent en dessous de l’inversion, avec un maximum de 7,7°C seulement à Kleine Brogel (avec, là, un brouillard persistant).

En d’autres termes, même si aucun record ponctuel n’a été battu, l’accumulation des belles journées douces peut être considérée comme remarquable, d’autant plus que l’ensoleillement a été bon et les précipitations, faibles.

L’hiver qui suit sera plutôt doux dans l’ensemble, mais avec une vague de froid assez brève mais très intense en février 2012.

Avant cela, la 1re décade de novembre la chaude à Uccle avait été celle de 2005, avec 11,6°C. On en retiendra surtout les très belles journées des 3 et 8 novembre, avec 18 à 20°C en plaine dans le premier cas (19,8°C à Kleine Brogel) et avec 17 à 19°C en plaine dans le second.

Cette décade est surtout impressionnante par le fait qu’elle suit immédiatement une période déjà extraordinairement douce entre le 27 et le 31 octobre, avec une apothéose le 30 octobre où, sous un soleil radieux, les températures montent jusqu’à localement 24°C !

L’automne 2005 aurait pu battre tous les records s’il n’y avait pas eu une brusque et surprenante arrivée de l’hiver au cours de ce même mois de novembre, avec 21 cm de neige à Uccle le 26. Mais l’automne 2006 se chargera bien de ce record (mais alors, le centre de gravité de cette douceur ne se situera pas en début novembre).

À noter que l’hiver qui suit novembre 2005 sera modérément froid mais très long, avec régulièrement du gel, même en plaine, jusqu’au 23 mars.

Lors du 20e siècle, la palme revient en effet à 1977, avec une moyenne de 11,4°C à Uccle pour la 1re décade de novembre. Mais cette douceur est passée quasiment inaperçue aux yeux de la population, tant le temps avait été maussade et pluvieux. On retiendra comme belle journée douce juste le 10 novembre, avec 17 à 18°C en plaine et (au centre du pays tout au moins) du soleil, des cirrus, de rares altocumulus et temporairement des stratus fractus en matinée. Le 1er du mois avait été ensoleillé aussi, mais les températures n’avaient pas été extraordinaires.

L’hiver qui a suivi n’a rien donné de particulier en Basse et Moyenne Belgique, mais a été très neigeux en Haute Belgique.

En 1955, la vague de douceur de novembre a été bien plus intéressante que celle de 1977, mais les journées très froides (pour la saison) des 1 et 2 novembre ont littéralement « cassé » la moyenne de la 1re décade de novembre 1955. Il est curieux de constater que tout comme en 2011, l’hiver qui a suivi a été très froid en février, avec cette fois-là, même le mois de février le plus froid de l’histoire, le « fameux » février 1956.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
À quoi ressemblaient les périodes chaudes de début novembre par le passé.

Le record de la 1re décade de novembre la chaude est jusqu’à présent détenu par 2011 avec une moyenne de 12,3°C à Uccle (mais ce record sera sans doute battu à plate couture par la décade actuellement en cours).

On retiendra de 2011, notamment :

Deux très belles journées les 1 et 2 novembre, séparées par une zone de pluie qui traverse notre pays la nuit. Températures en plaine de 16 à 19°C le 1 et de 15 à 18°C le 2.

Le 3 a été une journée grise mais tout aussi douce, avec une nouvelle remontée des températures en pleine nuit (du 3 au 4) avec 17 à 18°C vers minuit sur une large bande couvrant le centre du pays (vents parfois forts avec impression de föhn).

Le 4, à l’arrière d’un front « froid », une nouvelle belle journée avec un air polaire très indirect, fortement réchauffé par le bas (et de ce fait dépourvu d’inversions), qui fait remonter les températures jusqu’à localement 20°C (Campine).

Le 5, l’air chaud revient en altitude aussi, tandis qu’en surface, on atteint à nouveau localement 20°C par beau temps légèrement voilé.

Les 6, 7 et 8 novembre, on assiste à une baisse temporaire des températures, sous l’effet de brouillards et de stratus persistants en de nombreux endroits, parfois accompagnés de bruines. Mais le 10 redevient une journée extraordinaire (juste quelques cirrus et altocumulus) avec des températures notamment très élevées en Ardenne, de 18°C sur les Hautes Fagnes. Ailleurs, il fait souvent doux aussi (18°C à Uccle) mais des poches d’air froid subsistent en dessous de l’inversion, avec un maximum de 7,7°C seulement à Kleine Brogel (avec, là, un brouillard persistant).

En d’autres termes, même si aucun record ponctuel n’a été battu, l’accumulation des belles journées douces peut être considérée comme remarquable, d’autant plus que l’ensoleillement a été bon et les précipitations, faibles.

L’hiver qui suit sera plutôt doux dans l’ensemble, mais avec une vague de froid assez brève mais très intense en février 2012.

Avant cela, la 1re décade de novembre la chaude à Uccle avait été celle de 2005, avec 11,6°C. On en retiendra surtout les très belles journées des 3 et 8 novembre, avec 18 à 20°C en plaine dans le premier cas (19,8°C à Kleine Brogel) et avec 17 à 19°C en plaine dans le second.

Cette décade est surtout impressionnante par le fait qu’elle suit immédiatement une période déjà extraordinairement douce entre le 27 et le 31 octobre, avec une apothéose le 30 octobre où, sous un soleil radieux, les températures montent jusqu’à localement 24°C !

L’automne 2005 aurait pu battre tous les records s’il n’y avait pas eu une brusque et surprenante arrivée de l’hiver au cours de ce même mois de novembre, avec 21 cm de neige à Uccle le 26. Mais l’automne 2006 se chargera bien de ce record (mais alors, le centre de gravité de cette douceur ne se situera pas en début novembre).

À noter que l’hiver qui suit novembre 2005 sera modérément froid mais très long, avec régulièrement du gel, même en plaine, jusqu’au 23 mars.

Lors du 20e siècle, la palme revient en effet à 1977, avec une moyenne de 11,4°C à Uccle pour la 1re décade de novembre. Mais cette douceur est passée quasiment inaperçue aux yeux de la population, tant le temps avait été maussade et pluvieux. On retiendra comme belle journée douce juste le 10 novembre, avec 17 à 18°C en plaine et (au centre du pays tout au moins) du soleil, des cirrus, de rares altocumulus et temporairement des stratus fractus en matinée. Le 1er du mois avait été ensoleillé aussi, mais les températures n’avaient pas été extraordinaires.

L’hiver qui a suivi n’a rien donné de particulier en Basse et Moyenne Belgique, mais a été très neigeux en Haute Belgique.

En 1955, la vague de douceur de novembre a été bien plus intéressante que celle de 1977, mais les journées très froides (pour la saison) des 1 et 2 novembre ont littéralement « cassé » la moyenne de la 1re décade de novembre 1955. Il est curieux de constater que tout comme en 2011, l’hiver qui a suivi a été très froid en février, avec cette fois-là, même le mois de février le plus froid de l’histoire, le « fameux » février 1956.

Merci pour toutes ces infos, Cumulonimbus ! :thumbsup:

2005, 2011, 2015, c'est quand même fort proche...

Pour le moment, la température moyenne au 9/11 est de 13,8°C.

Bonne journée à tous !!

:thumbsup:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce début Novembre est exceptionnel sur une grande partie de l'Europe, par exemple en Allemagne ou plus de 70 stations ont battus leur record mensuel!

CTevryHXIAAByc4.png

@Keraunos

Modifié par passiion

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En dépit d’un 9 et d’un 10 novembre plus « modérément » doux, le record de la décade la plus douce de novembre a été bel et bien battu avec une moyenne de 13,7°C. On se situe donc à 1,4°C au-dessus de 2011 et 2,1°C au-dessus de 2005. Par rapport à la 1re décade la plus chaude du 20e siècle, on se situe même à 2,3°C au-dessus.

Lundi 9 novembre 2015

Nous nous trouvons dans un flux maritime redevenant rapidement de nature subtropicale, avec cependant une tendance restant plus maritime que subtropicale. Il s’ensuit que les températures maximales, surtout, perdent quelques degrés tout en demeurant très élevées pour la saison.

Les maxima se situent donc le plus souvent entre 14 et 16°C en plaine et entre 11 et 13°C sur les hauteurs, sous un bon vent de sud-ouest, avec parfois une petite tendance ouest.

Il est à noter que les isobares se resserrent fort au nord de nos régions dans le courant de l’après-midi et de la soirée, avec une véritable tempête en mer qui n’affectera cependant que marginalement nos côtes. Les vents sont forts notamment à l’entrée de la Manche et sur l’extrême ouest de la Mer du Nord, avec au large de Calais et de Dunkerque des vitesses atteignant 106 km/h vers 16 heures et 113 km/h à 22 heures. Entre 16 et 17 heures et entre 21 heures et 5 heures (le 10), les rafales dépassent régulièrement les 100 km/h.

Au large des côtes néerlandaises, les vents sont déjà moins forts, mais atteignent encore 86 km/h en soirée et durant la nuit à la station marine d’Euro-Platform.

Sur les côtes, Dunkerque monte à 76 km/h, Middelkerke à 58 km/h, Zeebruges à 65 km/h (la nuit) et Vlissingen à 65 km/h (nuit).

Le temps est d’abord très nuageux à couvert avec cirrostratus/altostratus doublés de stratotumulus et de cumulus fractus fractus, puis des éclaircies se développent avec cumulus humilis/mediocris sous un faible voile de cirrostratus accompagnés de quelques bancs d’altocumulus. À l’est du pays, on note aussi des éclaircies le matin avec un beau rouleau de cumulus / stratocumulus castellanus, tandis que dans l’ensemble, le ciel est moins voilé au sud qu’au nord du pays.

2r3y43k.jpg

Webcam IRM – Diepenbeek – 9 novembre 2015 à 8h20

Mardi 10 novembre 2015

Nous nous retrouvons à nouveau dans un large secteur chaud, avec toujours cet air à tendance très maritime.

Cette fois-ci cependant, le ciel est couvert, avec généralement des stratocumulus. Le sud du pays connaît encore quelques éclaircies matinales, puis devient couvert à son tour et parfois assez brumeux. Ceci est lié à des températures qui remontent très fort en altitude au-dessus d’une inversion qui se fait de plus en plus basse. En surface, les températures se situent à nouveau entre 14 et 16°C en plaine, mais un peu moins à l’est et au sud du pays, tandis que les Ardennes ne sont juste pas assez hautes pour bénéficier de l’inversion et connaissent des maxima de 9 à 10°C. À noter qu’en Gaume, la température ne dépasse pas une dizaine de degrés non plus.

Ajoutons à cela que la nuit précédente, du 9 au 10, a été à nouveau particulièrement douce sur le centre et l’ouest du pays, avec 12 à 13°C comme températures minimales.

Quelques précipitations sont notées ici et là, avec un maximum de quelques 2 mm sur l’ouest du pays (sur 24 heures).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La température moyenne sur les 11 premiers jours de novembre est de 13.5°C, soit 3.1°C de plus que le précédent record de 10.4°C de 1994!! :blink: :blink:

Vu les prévisions pour le reste du mois, je crois qu'on peut déjà miser une petite pièce sur 2015 pour le record du mois de novembre le plus doux...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
La température moyenne sur les 11 premiers jours de novembre est de 13.5°C, soit 3.1°C de plus que le précédent record de 10.4°C de 1994!! :blink: :blink:

Vu les prévisions pour le reste du mois, je crois qu'on peut déjà miser une petite pièce sur 2015 pour le record du mois de novembre le plus doux...

Le record de la 1re décade de novembre la chaude était détenu par 2011 avec une moyenne de 12,3°C à Uccle. (2015 : +13.7°C)

Le record de 10.4°C de 1994 concerne tout le mois de novembre.

Vu les prévisions (et surtout les nuits particuliérements douces), il est effectivement possible qu'il soit battu c'est encore très loin.

Il suffit de 3 jours de froid à la fin du mois pour faire chuter la moyenne.

Vu d'ou on vient et les journées de plus en plus courtes (ou les nuits de plus en plus longues :D ), elle ne pourra dèjà de toute facon faire que baisser.

Bonne journée à tous !

:thumbsup:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui oui, bien sûr on parle d'un écart entre une moyenne sur 11 jours et sur le mois entier.

Ce que je veux dire c'est que avec un tel écart, et vu les prévisions actuelles, il faudrait quand même un sacré refroidissement en toute fin de mois pour ne pas battre le record.

Evidemment rien n'est acquis, on peut avoir un changement des prévisions et/ou un sacré refroidissement en fin de mois. Je voulais simplement dire que c'était bien parti...

Voilà je viens de faire rapidement le calcul, il faudrait que la moyenne des températures sur les 19 jours restants soit de 8.60°C ou moins pour ne pas battre le record de 1994. Les prévisions actuelles de l'IRM sont clairement au-dessus...

Modifié par Poplecerf

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, c'est bien parti mais il y a un dicton qui dit "Il ne faut pas tuer l'ours avant d'avoir vendu sa peau" ou quelque chose comme ça :D

Moi, ce qui me réjouis vraiment c'est qu'on va enfin avoir de la pluie.

Les relevés de l'IRM pour Uccle donnent 30,3 mm de pluie pour le 31 derniers jours (du 12 octobre au 11 novembre).

En plein automne, c'est beaucoup trop peu : la quantité moyenne de précipitations pour octobre et novembre est respectivement de 74,5 mm et 76,4 mm. (1981-2010)

Depuis le mois de février, les précipitations sont chaque mois en dessous des moyennes et parfois nettement.

Par exemple en octobre avec 40.9 mm (normale 74.5 mm) et en juillet avec 35,5 mm (Normale 73,5 mm)

Bonne journée à tous !

:thumbsup:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ferais une remarque au passage à propos de ce 08 Novembre 2015, parce que certains -devant être passionné de cadavres et de nécromancie- ont été déterrer l'un ou l'autre des cadavres susdits. Comme disait l'autre, les morts savent danser... Le 29 Novembre 1979 :

post-3513-1447438918_thumb.png

À Bordeaux la température a atteint à 850 hPa le 29 à 00Z et le 30 à 00Z 15.6°C à Trappes et 13.6°C à Uccle. A priori les trois valeurs n'ont pas été battu. Mais en 1979 une inversion monumentale faisait qu'il gelait au sol. Du coup certains ont servi la soupe (réchauffé) de ouais, début Novembre, un non record juste dû à un bête coup de chance (sous entendu, ouais le RC etc... et je vous en passe). Dans la pratique et dans la réalité concrète de ce monde ici-bas, il ne faut pas oublier qu'une inversion ne lève pas son cul par la seule intercession de la Sainte Église du ciel au près de Dieu le père. Qu'on se le tienne pour dit... Une des raisons qui fait que l'inversion ne s'est pas mise en place, c’est que la colonne atmosphérique était blindé en vapeur d'eau (oh surprise...), que la vapeur d'eau est une gaz à effet de serre, et donc que le ciel nous rayonnait célestement sur la gueule encore plus efficacement que ne l'aurait fait une troupe de dragons divins invoqués par l'intercession sus mentionnés. Reprenons en effet les fondamentaux. La vapeur d'eau est un gaz à effet de serre, sans doute le plus efficace et en tant cas en général le (la ?) plus abondante dans l'atmosphère. Quand l’atmosphère se réchauffe, la charge en eau augmente d'environ 7% pour 1°C Celsius en toute généralité. L'air pouvant toujours être plus ou moins sec évidemment. Cependant, pour poursuivre une tradition solidement établie maintenant, la colonne atmosphérique était pleine de vapeur, à en dégueuler. Le 07 à 12Z l'eau précipitable à Trappes atteignait 32 mm alors qu'elle était de seulement 7 mm le 29 à 12Z. Histoire de situer un peu la différence... Par là dessus, vous rajouter 40 ans de hausse du CO2, et vous avez une explication de pourquoi l’atmosphère rayonnait la blinde d'énergie. Pour illustrer, le flux IR descendant qui représente effectivement le chauffage de l'atmosphère dans les basses couches :

post-3513-1447440444_thumb.png

post-3513-1447440461_thumb.png

En 2015 l'atmosphère forçait bien plus. Dans le détail après je n'ai pas regardé, il faudrait recalculé les flux à différents niveaux suivant les profils de température et point de rosée et poussait l'investigation un peu plus, et voir aussi par rapport au flux solaire forcément un peu plus fort un 08 qu'un 29 novembre. Mais l'un dans l'autre ce devrait être un réflexe de vérifier si l'H2O n'aurait pas mail à partir quand la colonne est aussi chargé en vapeur d'eau... De manière plus générale, c'est un enjeu du RC également. Pour les latitudes moyennes et hautes, le réchauffement climatique s'accompagnera probablement d'un réchauffement plus rapide de la surface que de l'altitude, donc des profils plus "penchés". Dans les tropiques ce sera sans doute l'inverse, avec des profils plus "droits" (cf. le débat fleuve sur le hot spot tropospheric...). L'un dans l'autre à l'échelle globale cela devrait plus ou moins s'équilibrer et l'évolution du profil de température est un facteur secondaire par rapport à d'autres facteurs comme la hausse de la vapeur d'eau... mais à l'échelle régionale il y aura bien évolution. Et il est raisonnable de s'attendre à ce que les inversions souffrent avec le RC. Une colonne atmosphérique bien chargé en H2O, CO2 et tout ce qu'on veut est parfois redoutable d'efficacité pour flinguer une inversion même sans nébul' associée. À strictement parler, à 850 hPa il ne s'est rien passé de bien sensationnel si on parle de la température sèche seulement. Pour autant, c'est très loin d'être le fin mot de l'histoire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ou alors on a eu les types qui brodent sur le thème du "meuh non, c'est pas grave ma brave dame" :

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1...inquietude.html

C'est sûr que pour le pékin moyen qui a pour seul objectif dans la vie que de terminer avec un mélanome à force de cramer au Soleil, il n'y a pas de quoi s'inquiéter. Pour autant, à nouveau pour la faune et flore ce n'est pas forcément l'idéal avec des plantes qui ne savent plus si c'est le Printemps ou l'Automne. En plus cela augmente l'évaporation, et aggrave donc la sécheresse qui devient particulièrement sensible dans l'Est de la France -surtout en considérant le fait qu'on est pratiquement en Hiver et que ce n'est pas trop la saison des sécheresses...-. Et dans le même temps les moustiques continuent à partouzer dans le Sud-Est de la France, avec un cas de virus du Nil occidental à Nice :

http://www.nicematin.com/derniere-minute/u...ud.2366935.html

Et au passage on a eu en France un foyer autochtone de dengue qui s'est développé à la fin de l’Été à Nîmes avec 5 cas confirmés apparemment :

http://www.nicematin.com/derniere-minute/u...ud.2366935.html

(et là on ne risque pas de rétablir le contrôle aux frontières pour ces envahisseurs venus du Sud, vu que tout le monde s'en fout... On va bien rigoler quand on aura une épidémie européenne de Chik')

La chaleur en Novembre ce n'est pas seulement un truc anodin et bénin pour le folklore local et le plaisir de cramer un peu plus encore au Soleil.

Modifié par paix

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ou alors on a eu les types qui brodent sur le thème du "meuh non, c'est pas grave ma brave dame" :

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1...inquietude.html

...

:thumbsup:

C'est une inquiétude notable d'ailleurs la remontée des maladies tropicales sur la France ( par exemple ). Les cas de dengue et de Chik' et les moustiques tigres se multiplient rapidement depuis le début des années 2000 ( humidité, douceur et manque de froid .. ).

Progression en 10 ans :

carte_albo_niv%203.jpg

http://www.signalement-moustique.fr/signal...ictus/sinformer

Les cas de parasites qui se développent dans ces conditions aussi, sont conséquents et prolifèrent et causent un taux de mort d'arbres notable ( ici, sur les dernières années ont a abattus plusieurs érables, hêtres, sapins, bouleaux avec un tronc bouffé de l’intérieur et autres joyeusetés .. ). Je rajouterais d'ailleurs aussi l'extension et l'augmentation des problèmes d'allergies.

"Tout va bien dans ma bulle" collerait bien à certains je pense.

Modifié par passiion

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
À Bordeaux la température a atteint à 850 hPa le 29 à 00Z et le 30 à 00Z 15.6°C à Trappes et 13.6°C à Uccle. A priori les trois valeurs n'ont pas été battu. Mais en 1979 une inversion monumentale faisait qu'il gelait au sol. Du coup certains ont servi la soupe (réchauffé) de ouais, début Novembre, un non record juste dû à un bête coup de chance (sous entendu, ouais le RC etc... et je vous en passe). Dans la pratique et dans la réalité concrète de ce monde ici-bas, il ne faut pas oublier qu'une inversion ne lève pas son cul par la seule intercession de la Sainte Église du ciel au près de Dieu le père. Qu'on se le tienne pour dit... Une des raisons qui fait que l'inversion ne s'est pas mise en place, c’est que la colonne atmosphérique était blindé en vapeur d'eau (oh surprise...), que la vapeur d'eau est une gaz à effet de serre, et donc que le ciel nous rayonnait célestement sur la gueule encore plus efficacement que ne l'aurait fait une troupe de dragons divins invoqués par l'intercession sus mentionnés. Reprenons en effet les fondamentaux. La vapeur d'eau est un gaz à effet de serre, sans doute le plus efficace et en tant cas en général le (la ?) plus abondante dans l'atmosphère. Quand l’atmosphère se réchauffe, la charge en eau augmente d'environ 7% pour 1°C Celsius en toute généralité. L'air pouvant toujours être plus ou moins sec évidemment. Cependant, pour poursuivre une tradition solidement établie maintenant, la colonne atmosphérique était pleine de vapeur, à en dégueuler. Le 07 à 12Z l'eau précipitable à Trappes atteignait 32 mm alors qu'elle était de seulement 7 mm le 29 à 12Z. Histoire de situer un peu la différence... Par là dessus, vous rajouter 40 ans de hausse du CO2, et vous avez une explication de pourquoi l’atmosphère rayonnait la blinde d'énergie. Pour illustrer, le flux IR descendant qui représente effectivement le chauffage de l'atmosphère dans les basses couches :

Je ne peut qu'approuver ce paragraphe :thumbup:

Y'a aussi des mécanismes de brassages turbulents qui s'accentuent à grande échelle avec le RC, ça participe aussi dans l'histoire des inversions qui tendent à morfler avec le temps. L'atmosphère réorganise son profil vertical pour s'adapter au nouveau bilan énergétique en gros. Mais ce n'est pas trop le sujet ici je présume :blush:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Purin en te lisant je me rend compte que j'écris vraiment comme un autiste.

au près -> auprès en un seul mot même si étymologiquement cela vient effectivement de la contraction de au et près, au était lui même la contraction de à le

blindé -> blindée

invoqués -> invoquée, c'est la troupe qui est invoquée, pas les dragons

et en tant cas -> et en tout cas ...

effectivement le chauffage de l'atmosphère dans les basses couches -> comprendre le forçage de l'effet de serre de l'atmosphère qui chauffe effectivement la surface et les très basses couches :whistling:

Juste pour terminer aussi, "D'ailleurs, ne sommes-nous pas apparu dans les zones tropicales de la Terre il y a plusieurs millions d'années ? Ce n'est pas un hasard..." . Oui on est bien d'accord que l'homme est un animal à sang chaud et qu'il se plait dans les ambiances à 25°C sous le Soleil. J'ai déjà vu des gugus qui râlaient qu'ils faisaient froid par 18°C sous une faible pluie donc bon :lol2: Mais cela n'a aucun rapport avec la choucroute. La terre de France est faite pour un climat à 10 - 12°C de moyenne annuelle, et le fait que certains considèrent cela comme "froid" n'y changera pas grand'chose. Peut-être qu'à 25°C de Tm annuelle le français moyen sera heureux de pouvoir se trimbaler en short et tong toute l'année, mais le blé, les centrales nucléaires, la forêt, les stations de skis, etc... risquent de ne pas vraiment apprécier. Et la France sans blé, sans forêt, sans centrales nucléaires, sans stations de skis, on m'explique comment on fait.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et ça continue, encore et encore…

Après des températures (un peu) plus normales le 13 novembre (en partie) et le 14 novembre, la grande douceur nous est revenue, une fois de plus, le 15 novembre.

Voici quelques maxima :

Kruishoutem : 17,2°C

Koersel : 16,6°C

Deurne : 16,3°C

Sint-Katelijne-Waver : 16,2°C

Angleur : 16,2°C

Stabroek : 16,0°C

Kleine Brogel : 16,0°C

Presque partout en Basse et Moyenne Belgique, la température a été supérieure à 15°C, et encore voisine de 14°C aux altitudes de 200 mètres environ. Il n’y a que Mont-Rigi et Saint-Hubert qui ont connu un maximum tout juste inférieur à 10°C, avec 9,9°C.

Cette fois-ci, la douceur nous a été amenée par grand vent avec le sommet de la douceur atteint en fin de matinée ou vers midi. De fortes rafales ont été observées à ce moment-là, avec 86 km/h à Middelkerke et 90 km/h à Zeebruges. Plus tôt le matin, Dunkerque (FR) observait 102 km/h tandis qu’en mer, au large de Calais, le vent atteignait même des pointes à 117 km/h. À l’intérieur des terres, les rafales étaient plus modestes, mais dépassaient encore localement les 70 km/h, comme par exemple à Sint-Katelijne-Waver.

Le ciel, quant à lui, a été le plus souvent couvert avec stratocumulus parfois en longs rouleaux (undulatus), parfois avec des trouées (éclaircies) et de nombreux fractus dans la région côtière.

Il est à noter que des températures de 14 à 17°C en novembre en Basse et Moyenne Belgique ne seraient pas anormales… si elles se produisaient un jour et deux. Mais la constance de cette douceur commence à devenir tout à fait hors normes !

En Autriche, en raison de la récurrence du foehn, la situation est plus exceptionnelle encore. À Salzbourg, la température a dépassé 15°C en novembre pendant 13 jours sur 15. Pendant 5 jours, la température a été supérieure à 20°C avec 22,5°C le 1, 22,2°C le 8 et 21,9°C le 15. La moyenne des maxima, jusqu’à présent, est de 18,6°C !

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Petit point de Météo-France au 16 novembre :

Dimanche 15 novembre, avec un temps souvent largement ensoleillé, les températures sont restées très élevées pour la saison sur la plupart des régions de l'Hexagone. En Languedoc-Roussillon en particulier, la douceur a été exceptionnelle. On peut même parler de chaleur avec des températures maximales qui ont parfois atteint et dépassé 25°C. Nîmes et Montpellier ont connu, de loin, les 25°C les plus tardifs depuis qu'on y effectue des relevés.

Dimanche, Météo-France a relevé à Montpellier (aéroport de Fréjorgues) 25,3°C de température maximale et 25,2°C à Nîmes. Les derniers 25°C de l'année y sont atteints en moyenne* respectivement le 8 et le 10 octobre. À Montpellier, les 25°C les plus tardifs dataient jusqu'ici du 3 novembre 1970 (début des relevés en 1946), à Nîmes du 7 novembre 2013 (début des relevés en 1922).

Ailleurs dans la région, des records de température maximale pour un mois de novembre ont été battus, notamment :

- à Torreilles avec 26,8°C (66), ancien record de 25,8°C le 7 novembre 1995 ;

- à Durban-Corbières avec 26,7°C (11), ancien record de 25,8°C le 6 novembre 2014 ;

- à Conqueyrac avec 25,8°C (30), ancien record de 25,3°C le 4 novembre 2010

À Perpignan, avec 25,9°C de température maximale dimanche, c'est la troisième journée avec plus de 25°C depuis le 1er novembre, égalant ainsi novembre 1970.

Sur le reste du pays, la douceur a souvent aussi été très marquée avec des valeurs supérieures aux normales* de 1 à 9 degrés. Quelques maximales relevées dimanche 15 novembre (écart à la normale entre parenthèses) : 20°C à Clermont-Ferrand (+9) et à Marseille (+5), 19°C à Colmar (+9), 18°C à Paris (+7) et à Limoges (+7), 17°C à Rennes (+5), à Besançon (+8) et à Lyon (+6), 15°C à Lille (+5) et à Nancy (+7).

Vers un temps agité et plus frais

Ce lundi 16 novembre marque le début d'un changement de temps. Les hautes pressions qui protégeaient l'Hexagone s'affaissent progressivement vers le sud permettant aux perturbations d'entrer sur le pays par le Nord-Ouest. La semaine devrait toutefois rester très douce jusqu'au vendredi 20 novembre qui verra une perturbation s'enfoncer vers le sud. Elle générera vent, pluies ainsi qu'une baisse des températures. Pour le week-end, le pays devrait être soumis à un flux dépressionnaire polaire, avec des températures hivernales et un temps souvent humide, apportant des averses de neige parfois à basse altitude.

559259aaq.png

Écart à la normale 1981-2010 de la température maximale quotidienne en degrés le dimanche 15 novembre 2015 (En rouge : les valeurs supérieures à la moyenne des températures quotidiennes, en bleu : celles inférieures à cette moyenne). © Météo-France

http://www.meteofrance.fr/actualites/30716...rrivee-du-froid

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×