cumulonimbus

Printemps 2017

7 messages dans ce sujet

Pour bien commencer la rubrique du printemps 2017, rien de tel qu’un petit retour vers le passé.

 

 

Un printemps hivernal complètement oublié : 1975

 

Même si les événements du printemps 2013, notamment ceux de mars, ont été bien plus impressionnants que ceux de 1975 en Basse et surtout Moyenne Belgique, il n’en est pas ainsi pour la Haute Belgique, où l’épisode neigeux de 1975 (qui même en hiver aurait été qualifié de majeur) a été tout à fait exceptionnel pour le printemps. En outre, l’Entre-Sambre-et-Meuse a parfois été durement touché aussi par l’intensité des épisodes neigeux.

 

Voici d’abord l’historique de début 1975.

 

L’hiver 1974-1975 a été l’un des plus doux de l’histoire de la Belgique et de ce fait, particulièrement pauvre en neige. Janvier 1975 a été presque constamment doux et souvent pluvieux, avec seulement deux jours de sol enneigé dans les Hautes-Fagnes, avec un maximum de … 2 cm.

 

Février 1975 a été ensoleillé et véritablement printanier, surtout dans les régions situées au-dessus de l’inversion comme les Hautes-Fagnes, les plateaux Ardennais mais aussi une bonne partie de l’Entre-Sambre-et-Meuse. Là, le soleil a brillé presque sans arrêt, avec un petit vent à peine frais et une sensation on ne peut plus agréable… sauf pour les amateurs de glisse : les Hautes-Fagnes n’ont pas connu plus de 1 cm de neige pendant deux jours seulement.

 

Le 28 février, au grand soleil, le printemps est vraiment au rendez-vous, le doux petit vent étant à peine perceptible sous les rayons de soleil. En bien des endroits, le mercure atteint 13 à 14°C mais la température ressentie est bien plus élevée.

 

Cette tendance printanière se poursuit encore un peu au mois de mars, avec un temps devenant toutefois graduellement plus perturbé. Mais il continue à faire doux.

 

Le retournement de situation vient le 11 mars. Un vent de nord-est particulièrement désagréable se met à souffler sous un ciel désespérément gris pendant 5 jours consécutifs, brumes et stratus distillant régulièrement un peu de bruine. Pour tous ceux qui étaient persuadés que l’hiver était fini, il s’agissait là d’une bien mauvaise surprise.

 

Le 16 mars, une première offensive d’air polaire direct déferle sur le pays et un une couverture neigeuse se forme rapidement sur toute la Haute-Belgique dès 250-300 mètres d’altitude. Mais même en plaine, le pays est souvent blanc le matin dès le 17. Là en journée, la neige fond encore sous l’effet du soleil.

 

Le 19, un retour d’est donne de la neige jusqu’en plaine avec, dans le sud du pays, parfois d’énormes quantités. À Florennes, la couche neigeuse atteint déjà 8 cm le matin et montera jusqu’à 20 cm l’après-midi, sous des bourrasques neigeuses de nord-est, parfois accompagnées de pluies verglaçantes. À Spa, les conditions sont véritablement polaires sous des phénomènes de chasse-neige tandis qu’à Saint-Hubert, la couche atteint 25 cm le soir.

 

À Luxembourg, la neige tombe en continu toute la journée, avec une couche passant de 3 cm à 1 heure du matin le 19 à 25 cm à 1 h du matin le 20  (15 cm à 13h, 18 cm à 19h).

 

Dans les Hautes-Fagnes, c’est le début d’un épisode neigeux qui durera plus d’un mois, tandis que la neige tiendra près d’une semaine vers 300 mètres d’altitude. En plaine, on observe en ce 19 mars jusqu’à 5 cm à Chièvres, où la température peine à dépasser 0°C même en journée.

 

À Paris, la couverture neigeuse montera jusqu’à 20 cm le 20 mars au matin.

 

Les jours suivants, le froid s’atténue quelque peu en plaine, mais le temps reste fort désagréable, avant le retour de la neige jusqu’en plaine les 27 et 28 mars. À Uccle, le sol est enneigé en matinée les deux jours (jusqu’à 6 cm le 28), avec fonte (partielle) l’après-midi sous la pluie et la neige fondante. Temporairement, la neige est abîmée par le dégel même en Haute Belgique mais là, l’hiver revient aussitôt en force le 29.

 

Dans les Hautes-Fagnes, la couche atteint 30 cm à la fin du mois, après 16 jours consécutifs de neige au sol.

 

En avril, les courants polaires persistent et la couche de neige dans les Hautes-Fagnes augmente encore jusqu’à 55 cm le 5 avril, la plus haute couche jamais observée en Belgique en avril. En plaine, on observe des enneigements les 9 et 10, avec notamment de très fortes averses de neige entre Liège et Bruxelles, mais plus fortes encore sur l’extrême sud-ouest du pays. À Lille, des précipitations fortes et prolongées (20,1 mm) par températures de 0°C (et à peine 1 à 2°C en journée dans les accalmies) font monter la couche neigeuse à 12 cm le 10 au matin. L’ouest du Hainaut en est sûrement touché aussi.

 

Dans les Hautes-Fagnes, il faudra attendre jusqu’au 17 avril pour que les dernières traces de neige disparaissent du sol, soit 33 jours d’enneigement consécutifs.

 

La fin avril donnera quelques journées chaudes, mais dès le mois de mai, la fraîcheur est de retour, avec des invasions d’air polaire  direct à plusieurs reprises en fin de mois.

 

Le 1er juin 1975, la température descend jusqu’à –2,8°C à Rochefort, –1,8°C à Kleine Brogel,  –0,8°C à Dourbes et –0,3°C à Saint-Hubert. Mais même les stations de plaine et de bas plateaux ont froid, avec 0,8°C à Chièvres, 1,4°C à Bierset, 2,3°C à Beauvechain et 2,5°C à Uccle. Le 3 juin, de la neige se mêle encore à la pluie sur les Hautes-Fagnes.

 

Et par après ? L’été sera souvent beau et chaud, très chaud même par moment. Pourtant cet été restera toujours à l’ombre de son successeur : le grand été de 1976 !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Cumulonimbus ! :thumbsup:

 

Pour ma part, je n'en avais jamais entendu parler.

 

J'avais plutôt entendu parler de l'hiver et du printemps de l'année suivante qui avaient étés fort sec avant le fameux été 76 !

 

Bonne journée à tous !

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ah pour cela, je m'en souviens !

arrivé en retard à l'hôpital de jolimont, à cause de bris de caténaires dus au poids d'une neige abondante et mouillée, heureusement que j'avais demandé un ticket de retard à la gare, sinon ils ne m'auraient pas cru !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quelques températures élevées pour la saison ont été enregistrées hier, 12 mars 2017. C'est le cas, notamment, à :

 

Dourbes : 19,2°C

Hastière : 19,0°C

Angleur : 18,8°C

Kruishoutem : 18,5°C

La Hestre : 18,4°C

Sivry : 18,4°C

Koersel : 18,3°C

Uccle : 18,0°C

Bierset : 18,0°C

 

Ces températures sont cependant très éloignées des records, qui dépassent nettement les 20°C dans presque toutes les régions de Belgique lors d'une deuxième décade de mars. Ces records ont été enregistrés le plus souvent en 1990, mais ici et là aussi en 2004, en 2012 ou en 2014.

 

Plus d'informations sur la première moitié du mois de mars en cours suivront à la fin de cette semaine.

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Première quinzaine de mars 2017 : sombre d’abord, printanière ensuite

 

1er mars 2017

 

Le temps maritime sombre aux températures modérées (tantôt douces, tantôt un peu plus fraîches) se poursuit en ce 1er mars.

 

L’insolation de ce jour n’atteint que 6 minutes à Uccle. Le temps est en effet fort gris avec stratocumulus parfois doublés de fractus et quelques précipitations (petites averses en matinée, liées à des cumulonimbus plus ou moins enclavés, tendance à des précipitations plus continues l’après-midi). L’après-midi, présence également de cumulus sous un voile d’altitude (altostratus/altocumulus). Seul le littoral bénéfice d’éclaircies un peu plus marquées, avec cependant des cirrus denses précédant un voile encore plus épais.

 

Les températures en journée sont légèrement supérieures aux moyennes saisonnières, avec 8 à 10°C en plaine et 3 à 4°C sur les hauteurs. Le bref passage d’un secteur chaud en soirée permet aux températures de grappiller encore un degré ou deux ici et là.

 

Le matin, on observe toujours une couverture neigeuse complète dans les Hautes-Fagnes, en après-midi, cette neige fond cependant, et disparaît complètement la nuit suivante. Sur le plateau ardennais, la neige est fondante dès le matin et disparaît rapidement en matinée.

 

 

2 mars 2017

 

Un flux d’ouest continue à déterminer le temps sur nos régions, avec l’influence temporaire d’une crête anticyclonique mobile sur la France.

 

Cela nous vaut… 1h02 de soleil à Uccle ! Les éclaircies du matin font rapidement place à des cumulus fractus, suivis de cumulus puis de nappes étendues de stratocumulus (en partie par étalement), ne présentant que peu de trous. Il faudra attendre le soir pour revoir des éclaircies dignes de ce nom.

 

Le sud du pays (Gaume mais aussi Entre-Sambre-et-Meuse) connaît des conditions meilleures, avec moins d’étalement. Là, les cumulus parviennent à se développer jusqu’au stade mediocris dans un ciel nettement plus bleu. En fin de journée, les cirrus de la perturbation suivante y sont très visibles.

 

Les températures, dans l’ensemble, sont dans le même ordre de grandeur que la veille, avec des valeurs de 9 à 10°C en plaine et de 4°C dans les Hautes-Fagnes. Les zones à éclaircies connaissent cependant des valeurs un peu plus élevées, jusqu’à 11°C (11,4°C à Sivry et 11,2°C à Hastière).

 

 

3 mars 2017

 

Un front chaud passe sur notre pays en milieu de journée et est suivi par un large secteur chaud.

 

Cela se marque dans les températures, qui atteignent 12 à 13°C en de nombreux endroits. Mais le temps reste fort nuageux, avec principalement des altostratus plus ou moins translucidus, parfois mêlés d’altocumulus. Quelques bancs de stratocumulus en dessous, surtout en matinée, parfois aussi l’après-midi. Quelques faibles précipitations au moment du passage du front chaud, en matinée ou vers midi selon les endroits.

 

 

4 mars 2017

 

Le front froid associé à la perturbation continue à onduler pendant tout un temps à l’ouest de notre pays, puis le traverse en après-midi. Les températures restent donc particulièrement douces la nuit du 3 au 4 ainsi que pendant une bonne partie de la journée du 4 et ce, malgré un ciel couvert et quelques précipitations.

 

À nouveau l’on observe des altostratus mêlés d’altocumulus, accompagnés ici et là de quelques fractus le matin. L’après-midi, d’épais stratocumulus traversent le pays tandis que les altostratus s’épaississent sur l’ouest et le centre du pays, mais restent fins sur l’est (tendance cirrostratus, avec altocumulus). En fin d’après-midi (vers 17h00 – 17h30), cumulonimbus orageux sur Liège avec petite tendance à arcus. Les précipitations : 14,2 mm à Angleur, 9,0 mm à Bierset et 10,1 mm plus au nord, en Campine à Koersel. Genk observe 8,5 mm, Mont-Rigi 9,2 mm et Bièvre 8,2 mm. Sinon, les précipitations sont plus modestes, le plus souvent inférieures à 5 mm.

 

Des rafales de 61 km/h sont notées à Bierset au passage du front.

 

Les températures maximales présentent de grandes disparités. Sur l’ouest du pays, les maximas ne dépassent pas 9 à 10°C, au centre 11 à 12°C mais souvent 13 à 14°C plus à l’est (le plus haut : Angleur avec 14,8°C, suivi de Kleine Brogel avec 14,1°C).

 

À noter que le passage du front froid s’accompagne d’une baisse marquée des températures à l’est du pays. À Elsenborn, où le maximum aura été de 12,6°C, la température passe de 10,3°C à 17h à 3,9°C à 18h.

 

 

5 mars 2017

 

Notre pays se trouve à présent bien à l’arrière de la perturbation, dans une circulation de sud-ouest certes fraîche mais pas vraiment froide. Une nouvelle perturbation (front occlus) aborde le pays l’après-midi.

 

Dans un premier temps, on observe des éclaircies (cirrus, cumulus, parfois aussi stratocumulus), puis le ciel devient couvert en fin de matinée avec de la pluie l’après-midi (stratocumulus évoluant en nimbostratus). Après, ciel très nuageux avec altocumulus, stratocumulus et quelques fractus.

 

Les températures maximales : 8 à 9°C en plaine mais localement 10 à 11°C, voire même 12°C. Sur les hauteurs : autour des 5°C.

 

Les plus fortes précipitations sur 24 heures :

 

Bièvre : 24,3 mm

Sivry : 20,5 mm

Passendaele : 18,5 mm

Kruishoutem : 18,0 mm

 

Bien des endroits, cependant, les pluies restent (largement) inférieures à 10 mm.

 

 

6 mars 2017

 

Une petite dépression se déplace de l’est de l’Angleterre à l’Allemagne en passant juste au nord de nos régions. En altitude, l’air est assez froid avec –32°C au niveau 500 hPa (vers 5300 mètres) mais relativement bien réchauffé par le bas par l’Océan. Les températures minimales, en plaine, ne descendent pas en dessous de 4 ou 5°C pour atteindre quelques 8°C comme valeurs maximales.

 

Dans les Hautes-Fagnes, cela suffit tout juste, cependant, pour donner un enneigement. La couverture neigeuse, quoiqu’assez mince, est complète le matin et demeure presque complète jusqu’au soir. Les températures minimales et maximales sont de –0,2°C et 2,1°C à Mont-Rigi.

 

À Wirtzfeld, une mince couche est également observée le matin, mais là, elle disparaît complètement vers midi.

 

Le temps prend un caractère instable avec des averses, mais les éclaircies ne sont pas trop fréquentes, les cumulonimbus étant souvent reliés entre eux, dans les basses couches, par des stratocumulus. Quant éclaircies il y a, ce sont les typiques cumulus d’un ciel de traîne, et pas mal de cirrus. Quelques cumulonimbus, par ailleurs, présentent un aspect quelque peu menaçant.

 

 

7 mars 2017

 

Notre pays se trouve dans une vague circulation de nord-ouest avec une petite baisse temporaire des températures. C’est cependant suffisant, à nouveau, pour qu’il neige en Haute Belgique, avec en matinée une couverture à nouveau bien complète à Mont-Rigi (mais neige fondante l’après-midi). Bastogne se réveille également dans la blancheur, mais pas Wirtzfeld cette fois.

 

Le ciel est enfin (temporairement) plus lumineux après la grisaille matinale, et faiblement instable avec cumulus se développant jusqu’à congestus, et relativement peu d’étalement. De petites averses parviennent à se former. Quelques cotes sur 24 heures atteignent même 3 à 4 mm, mais le plus souvent il s’agit de faibles quantités.

 

Grâce à la meilleure insolation et au soleil déjà plus puissant de mars, les températures remontent à une dizaine de degrés presque partout en plaine (sauf sur une large bande littorale avec 7 à 9°C). Les Hautes-Fagnes, avec 3°C, demeurent assez froides, mais le plateau ardennais est bien moins froid avec 6°C.

 

 

8 mars 2017

 

Une nouvelle journée sombre, avec 0 minute d’insolation à Uccle et aussi pas mal de précipitations.

 

Une perturbation frontale traverse le pays, avec le front chaud qui passe en matinée et le front froid, l’après-midi. Le ciel reste donc couvert, avec un nimbostratus pluvieux toute la journée. Ce n’est que peu avant le coucher du soleil que quelques éclaircies sont observées et, en Gaume, aussi le matin.

 

Les températures maximales suivent le passage du secteur chaud et se produisent en début d’après-midi sur l’ouest du pays, en fin d’après-midi sur le centre et en soirée sur l’est. Elles se situent le plus souvent autour des 11 à 12°C, sauf sur les hauteurs où elles ne sont que de 7 à 8°C.

 

Les précipitations sont parfois très abondantes. Voici quelques valeurs :

 

Mont-Rigi : 36,5 mm

Bièvre : 22,8 mm

Sivry : 21,8 mm

Buzenol : 21,6 mm

Hastière : 17,1 mm

Koersel : 17,1 mm

 

Dans les Hautes-Fagnes, avant le passage du front chaud, il se met à reneiger, avec une couverture neigeuse passant de « incomplète » le matin à « quasi complète » à midi. Mais après, elle fond rapidement pour ne laisser que des traces en fin de journée.

 

 

9 mars 2017

 

Le front ondule sur nos régions et nous replace dans l’air chaud avant qu’un air très tempéré ne nous envahisse à l’arrière de la nouvelle perturbation, sous une influence anticyclonique grandissante.

 

Les températures, souvent situées entre 10 et 11°C à 8 heures du matin (et encore 7 à 8°C sur les hauteurs) peuvent être considérées comme élevées pour la saison au vu de l’heure et de la nature perturbée de la masse d’air. Avec l’arrivée des éclaircies en journée, et en dépit d’une masse d’air un brin plus fraîche, les températures montent assez haut pour la saison, avec des maxima dépassant parfois même les 15°C. Voici quelques valeurs :

 

Kruishoutem : 15,8°C

Passendaele : 14,6°C

Semmerzake : 14,6°C

Beitem : 14,5°C

 

De façon générale, les valeurs se situent autour de 14°C en plaine, et autour de 8°C sur les Hautes-Fagnes (mais 11°C sur le plateau ardennais).

 

Ces hautes températures peu après le passage du front froid ont plusieurs raisons :

 

1)      Le front est thermiquement peu marqué, avec un air juste un peu moins doux derrière l’air doux.

2)      Le ralentissement du front dans les toutes basses couches en raison du frottement, ce qui fait que l’air doux a quelque mal à s’évacuer.

3)      Le soleil déjà puissant du mois de mars.

 

Le ciel est d’abord couvert et pluvieux (avec dans les basses couches les habituels stratocumulus doublés de fractus), puis on observe des éclaircies avec cumulus se développant jusqu’au stade mediocris. Le soir, le ciel tend à se dégager complètement.

 

Au littoral, l’évolution est quelque peu différente. La perturbation quitte plus rapidement la côte, mais est suivie un long moment par des stratocumulus qui ne se déchirent que progressivement, mais pour faire place ensuite à un ciel tout à fait serein (absence de cumulus).

 

 

10 mars 2017

 

Un anticyclone se forme au sein de cette masse d’air maritime à peine plus frais, avec le centre sur la Belgique pendant la première moitié de la journée, et sur l’Allemagne ensuite.

 

Les éclaircies prolongées pendant la nuit finissent cependant par refroidir un peu plus l’air dans les basses couches, avec comme conséquence des températures s’approchant de 0°C en de nombreux endroits, même en plaine. Ici et là, on note même des gelées, comme à Anvers (–1,2°C), Retie (–0,3°C) et Sint-Katelijne-Waver (–0,2°C).

 

En Haute Belgique et en Gaume, les températures ne sont guère différentes, avec par exemple –1,0°C à Aubange et à Mont-Rigi, –0,8°C à Buzenol, –0,2°C à Elsenborn et –0,1°C à Saint-Hubert. Mais là non plus, il ne gèle pas partout : à Bièvre, le minimum est de 0,9°C.

 

Le temps est beau, avec quelques cirrus et le passage de bancs d’altocumulus, ici et là assez denses. En Gaume, le ciel reste quasi serein.

 

Les températures maximales sont un brin plus basses que la veille, mais se situent toujours à des valeurs élevées pour la saison, entre 11 et 14°C en plaine et autour de 10°C sur les hauteurs. Quelques chiffres : 14,8°C à Sivry, 14,1°C à Koersel, 14,0°C à Gouvy, 13,9°C à Angleur.

 

Les vents, encore orienté au nord-ouest la veille au soir ainsi que la nuit, deviennent rapidement variables avant de s’orienter au sud-est en cours de journée, ce qui fait graduellement perdre à la masse d’air son caractère maritime.

 

 

11 mars 2017

 

L’anticyclone allemand fusionne avec un anticyclone sur le sud de la Scandinavie tandis qu’un train de perturbations frontales ondule loin à l’ouest. Il en résulte un flux de plus en plus méridional avec, en surface, des vents de sud-est à est.

 

Le refroidissement nocturne est à nouveau bien présent, avec 0 à +4°C en plaine (Anvers : –0,3°C) et  –3 à +3°C en Haute Belgique (–2,9°C à Elsenborn, +2,8°C à Saint-Hubert).

 

Le temps est assez beau, quelque peu voilé dès la fin de la matinée par des cirrus et cirrostratus (liés à la partie extrême sud d’un front chaud). Les températures atteignent de fortes valeurs en Haute Belgique avec 16,1°C à Bièvre, 14,5°C à Gouvy et encore 13,6°C à Saint-Hubert. En plaine, en raison du voile nuageux et d’un air en altitude un brin plus frais qu’au-dessus du sud du pays, les températures restent quelque peu décevantes, avec « que » 13 à 15°C.

 

Les vallées et endroits encaissés tirent mieux leur épingle du jeu, avec 16,0°C à Sivry, 15,9°C à Dourbes, 15,8°C à Hastière et 15,6°C à Angleur. Mais même là, au vu des températures ardennaises, l’on se rend compte que l’inversion ne se résorbe pas tout à fait.

 

 

12 mars 2017

 

Une vraie journée printanière ! Le vieux front chaud remonte complètement vers le nord et le flux d’air méridional sec et très doux se met mieux en place, épaulé d’une part par une meilleure influence anticyclonique (noyau sur la Baltique) et d’autre part par de basses pressions thermiques sur l’est et le sud-est de la France. La tendance plus orientale des vents que cela entraîne chez nous ne gâche rien, le continent se réchauffant bien au printemps.

 

Le voile nuageux, encore quelque peu présent, parfois, le matin avec des cirrus, se disloque en ne laissant que des cirrus isolés, et de rares cirrocumulus. Seul le littoral conserve dans une large mesure son voile nuageux. En Gaume, des altocumulus apparaissent le soir.

 

L’Ardenne connaît à peu de choses près les mêmes températures que la veille, avec 16,6°C à Bièvre, 13,4°C à Gouvy et 13,2°C à Saint-Hubert, mais la douceur s’impose bien mieux en plaine et dans les vallées. C’est ainsi que Dourbes monte jusqu’à 19,2°C, Hastière jusqu’à 19,0°C et 18,8°C à Angleur. D’une façon générale, il fait entre 16 et 18°C en Basse et Moyenne Belgique (à l’exception du littoral avec 14°C) et entre 13 et 14°C sur les plus hauts plateaux. En plaine, la plus haute valeur revient à Kruishoutem avec 18,5°C.

 

 

13 mars 2017

 

Un front froid affaibli, presque sans nuages, traverse le pays et provoque une petite baisse des températures en raison d’une rotation des vents vers le nord-ouest.

 

Les températures maximales n’atteignent donc plus que 10 à 11°C au littoral, 12 à 15°C en plaine (plutôt 12°C vers l’ouest et le nord-ouest, plutôt 15°C vers l’est et le nord-est) et environ 11°C sur les hauts plateaux. Les plus hautes valeurs sont réservées pour les sols sablonneux et pour les endroits abrités, comme Aubange (15,6°C), Kleine Brogel (15,6°C), Genk (15,4°C), Angleur (15,3°C) ou Koersel (15,2°C).

 

Le ciel est très légèrement voilé par des cirrus, tandis que de modestes cumulus se forment l’après-midi grâce à un air plus humide. En raison du manque d’ instabilité marquée, ces cumulus ont aussi une petite tendance à s’étaler en stratocumulus cumulogenitus.

 

Au littoral, on note en plus un brouillard qui a quelque mal à se dissiper et qui ne se lève qu’en fin de matinée. En contrepartie, il n’y a pas de cumulus l’après-midi, et pas de stratocumulus cumulogenitus.

 

La Gaume, bien à l’abri, ne connaît pas de cumulus non plus, juste le petit voile (discontinu) de cirrus.

 

 

14 mars 2017

 

Le nouvel anticyclone, situé trop au sud-ouest par rapport à nos régions, n’influence que partiellement le temps de notre pays. La frange sud de perturbations est notamment responsable d’un ciel plus nuageux l’après-midi.

 

En matinée, on observe encore de belles éclaircies parmi les cirrus, mais l’après-midi devient voilée avec des cirrostratus, tandis que des cumulus se forment, accompagnés d’une quantité variable de stratocumulus, répartie de façon assez aléatoire sur le pays.

 

Au littoral, le temps reste fort gris, avec du brouillard ne se dissipant qu’en fin de matinée, faisant place à des stratus plus ou moins fractus, laissant entrevoir les stratocumulus au-dessus (peu d’éclaircies).

 

En Gaume, on observe du brouillard aussi, mais là, il se dissipe plus vite et le temps devient très beau avant de devenir légèrement voilé.

 

Les températures présentent quelques disparités. Sur l’ouest, la température n’atteint que 11 à 12°C au littoral et quelques 13°C sur les plaines flamandes. Le centre du pays ne fait pas de meilleurs scores, mais les plaines de l’est ainsi que la vallée de la Meuse enregistrent le plus souvent 16 à 17°C. Quelques valeurs :

 

Hastière : 17,4°C

Koersel : 16,8°C

Angleur : 16,2°C

Kleine Brogel : 16,1°C

 

Sur les plus hauts plateaux, les températures atteignent encore 12 à 13°C.

 

 

15 mars 2017

 

Un vieux front, quasi frontolysé dans l’anticyclone, traverse notre pays sons forme de faible front froid avant de tendre à remonter sous forme de front chaud. Ce front est responsable d’un très léger ralentissement de la hausse des températures déterminée par le cycle diurne. Malgré cela, à 15 heures, les températures dépassent déjà les 15°C en de nombreux endroits (comme par exemple Uccle avec 16,1°C et Melle avec 16,5°C).

 

En outre, le temps est assez beau après la dissipation de la grisaille matinale (stratus et stratocumulus), avec quelques bancs d’altocumulus et la formation de cumulus. Au littoral, le ciel tend même à devenir tout à fait serein.

 

 

Conclusion pour cette première moitié du mois de mars

 

Le beau temps agréable avec des températures parfois fort élevées n’est certainement pas passé inaperçu, mais le côté remarquable de ce mois se caractérise principalement par son absence de froid. À peine quelques petites gelées, ici et là, alors qu’un mois de mars normal connaît au moins encore quelques bonnes gelées nocturnes.

 

Cette absence de froid fait suite à un mois de février particulièrement pauvre en froid aussi. –7,3°C a été la valeur la plus froide pour tout le mois, mesurée à Elsenborn le 19 février. Une bien piètre performance pour une station comme Elsenborn. On peut dire, d’ailleurs, que les valeurs inférieures à –5°C se comptent pour ainsi dire sur les doigts d’une main.

 

Ce phénomène est récurrent ces dernières années. L’hiver 2013-2014 n’a presque pas connu de gel à Uccle (3 jours calendrier seulement), avec un minimum absolu de –0,5°C pour tout l’hiver. L’hiver suivant, 2014-2015, en dépit d’une température moyenne proche de la normale, a été très avare en froid aussi, et même les endroits les plus exposés de Belgique ont peiné à atteindre les –10°C (ce qui n'a réussi que très ponctuellement).

 

Sans parler de l’hallucinant mois de décembre 2015 qui, outre tous les records pulvérisés, n’a pas donné le moindre froid.

 

Et si l’hiver, bien souvent, n’arrive plus à nous donner du froid, les autres saisons y arrivent encore moins ! Cet aspect des choses est peut-être même plus inquiétant que toutes les canicules qu’on a connues. Et les quelques contre-exemples récents, comme par exemple mars 2013, sont loin d’être suffisants pour rassurer…

 

En tout cas le mois de mars 2017, au vu des tendances prévues, n’est pas prêt à résorber cette pénurie du froid. Si cela tombe, il se terminera même sans le moindre gel à de très nombreuses stations du réseau belge.

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour le résumé de la première quinzaine de mars  cumulonimbus.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et bien voilà, nous sommes passés au printemps "astronomique" ce lundi 20 mars vu que l'équinoxe a eu lieu ce matin à 10h28m38s (GMT-UTC).  Il se terminera le mercredi 21 juin au moment du solstice d'été à 04h29m09s (GMT-UTC).  Mais nous passerons déjà à l'heure d'été ce dimanche 26 mars, à 2h00 (local) il sera alors 3h00 du matin.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant