aru1961

Blagues

5.948 messages dans ce sujet

Le premier jour, Dieu a créé la vache et lui dit,
- ''Reste au champ avec le fermier toute la journée et souffre sous le soleil. Fait des veaux et donne du lait pour soutenir le fermier. je te donne une durée de vie de 60 ans.''
La vache répondit,
- ''c'est une sacrée vie dure que tu veux pour moi pendant 60 ans. C'est ok pour 20 ans et je te rends les 40 autres.''

Et Dieu a été d'accord.
Le deuxième jour, Dieu a créé le chien. Dieu a dit,
- ''Reste assis toute la journée sur le seuil de la porte de la maison et aboie sur quiconque entre ou passe devant. Je te donne une durée de vie de 20 ans.''

Le chien a dit, ''c'est trop long pour aboyer. Donne-moi 10 ans et je te rends les 10 autres.''
Alors Dieu a été à nouveau d'accord.

Le troisième jour Dieu a créé le singe et lui dit,
- ''Amuse les gens, fait des tours savants, fait les rire. Je te donne une durée de vie de 20 ans.''
Le singe a dit, ''Faire des singeries pendant 20 ans ? C'est trop chiant ! Le chien t'a rendu 10 ans, non ? Ben je fais pareil, ok ?''
Encore une fois Dieu a été d'accord.

Le quatrième jour Dieu a créé l'homme. Dieu a dit, '
- 'Mange, dors, joue, baise, amuse toi. Glande un rien, Je te donne 20 ans.''

L'homme répondit, ''Quoi ? Seulement 20 ans ? Que dalle ! Écoute, je prends mes 20, les 40 que la vache a rendus, les 10 du chien et les 10 du singe. Ça fait 80, ok ?''

- ''Ok!'' répondit Dieu. ''Marché conclu''.

C'est ainsi que pendant les 20 premières années de notre vie nous mangeons, dormons, jouons, baisons, nous amusons et ne faisons rien.
Pendant les 40 années suivantes nous travaillons comme un forçat au soleil pour entretenir notre famille.
Pendant les 10 années suivantes nous faisons des singeries pour distraire nos petits-enfants.
Et pendant les 10 dernières années nous sommes assis devant la maison à aboyer sur tout le monde !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un type sort d'un bistrot, complètement ivre. Peu après, un second en sort, mais il est clair. Tous deux se dirigent vers le parking afin de récupérer leur voiture respective.
Le second remarque que le premier titube beaucoup et qu'il passe la main sur le toit d'une voiture, puis s'éloigne tant bien que mal, puis il passe la main sur le toit d'une autre puis s'éloigne, et ainsi de suite avec quelques véhicules du parking.
Intrigué, le gars à jeun l'interpelle :
- Je peux savoir ce que tu fais ?
L'autre marmonne :
- J'essaie de retrouver ma voiture...
- Et je peux savoir comment tu comptes la reconnaître ?
- La mienne a un gyrophare...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pourvu que cela ne nous arrive pas
 

 

 

A l'hôpital, un vieux monsieur couché dans son lit, s'époumone à crier : - BLANKENBERG .... NIEUWPORT ! .... OSTENDE! ... BREDENE ! ..... 
L'infirmière entre précipitamment dans la chambre et l'enguirlande : - Non, mais ça ne va pas de crier comme ça !  Et puis c'est quoi cette odeur d'urine ? 
Elle soulève les draps et s'aperçoit qu'ils sont complètement mouillés : 
- Mais c'est dégoûtant ! Vous auriez pu demander la panne .... 

- Voilà ! LA PANNE ! C'est le mot que je cherchais.. 
 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rions un peu.

Vous êtes-vous déjà senti coupable de regarder des gens de votre âge et de penser :

« Je ne peux pas paraitre aussi vieux ! »

Alors, vous allez adorer celle-ci…

J’étais assise dans la salle d’attente pour mon premier rendez-vous avec un nouveau dentiste quand j’ai remarqué que son diplôme était accroché sur le mur.

Il y était inscrit son nom et je me suis soudain remémoré un grand brun portant ce nom.

Il était dans ma classe de lycée quelques 40 ans auparavant et je me demandais si cela pouvait être le même garçon pour qui j’avais craqué à l’époque ??

Quand je suis entrée dans la salle de soins, j’ai immédiatement écarté cette pensée de mon esprit.

Cet homme grisonnant, dégarni et le visage marqué de profondes rides était bien trop vieux pour avoir été mon amour secret …

Quoique…

Après qu’il eut examiné ma dent, je lui ai demandé s’il était allé au lycée Henry IV.
– Oui, m’a-t-il répondu.
– Quand avez-vous eu votre bac ?, ai-je demandé .
– 1972. Pourquoi cette question ?
– Eh bien, vous étiez dans ma classe, me suis-je exclamé.

Et c’est là que cet affreux vieux con m’a demandé :
– Vous étiez prof de quoi ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un petit vieux de 95 ans. Un journaliste venu l'interroger :
 "Hé bien, mon brave monsieur, quel est le secret de votre longévité
 "J'ai une vie bien réglée, moi monsieur. Le matin, à 6 h 00, je fais pipi. Vers 06 h 30, je fais caca."
- "Ha bon ? et ensuite ?"
- "Ben ensuite... je me lève."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Deux routiers belges arrivent, avec leur trente-cinq tonnes, à l’entrée d’un tunnel de montagne devant lequel est planté un grand panneau :

HAUTEUR MAXIMUM : 4 METRES

– Dis-moi, fait le premier, je crois bien que notre camion il fait quatre mètres 10 ! Tu as vu le panneau, on ne va pas passer …
– Je vais descendre voir, répond l’autre.

Une minute après il remonte dans la cabine la mine réjouie :
– Tu peux y aller, il n’y a pas de flic !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un homme gentil, calme et respectable entre dans une pharmacie et se rend au comptoir de la pharmacienne. Il la regarde droit dans les yeux et lui dit : « Je veux acheter du cyanure»

La pharmacienne lui demande : «Mais pourquoi vous faut-il du cyanure ???»

L’homme répond : «J’en ai besoin pour empoisonner mon épouse».

La pharmacienne abasourdie s’exclame : «Que Dieu nous protège ! Je ne peux pas vous donner du cyanure pour tuer votre épouse, c’est contre la loi ! Je pourrais perdre ma licence ! On se ferait mettre tous les deux en prison ! Toutes sortes de mauvaises choses pourraient arriver ! Absolument pas !  » JE NE PEUX PAS VOUS VENDRE DU CYANURE « .»

L’homme cherche dans son attaché case et sort une photo de son épouse au lit avec le mari de la pharmacienne.

La pharmacienne regarde la photo et lui dit : «Ah mais si vous avez une ordonnance ce n’est pas pareil !…»

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un citadin part en vacances à la campagne.

Un jour, il voit un troupeau de vaches, mais il est surpris qu’elles n’aient pas de cornes. Complètement fasciné par cette anomalie, il finit par aller voir le fermier d’à côté et lui demande :
– Dites mon brave, pourquoi ces vaches n’ont pas de cornes ?

Le fermier le regarde longuement, puis après une grande réflexion il lui répond :
– Ben en fait, y’a trois raisons qui font que les vaches è z’ont pas d’cornes.
– Ah bon !
– Oui ! La première, c’est qu’è naissent sans cornes… mais là, c’est pô l’cas. La deuxième, c’est qu’è s’battent et qu’è s’les cassent… mais là, c’est pô l’cas. Enfin, des fois, y’en à qui choppent une maladie le véto y dit que c’est la décalcification et les cornes, è tombent… mais là, c’est pô l’cas.
– Mais alors, pourquoi donc ces vaches n’ont pas de cornes, mon brave ?
– Ben en fait, si ces vaches è z’ont pô d’corne, c’est surtout pac’que c’est des chevaux……

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un jeune homme riche et timide se marie, pour les besoins de la cause, avec une jeune fille de bonne famille.
La journée se passe bien et le buffet est une réussite. Enfin, arriver la nuit de noces, atroce moment de vérité pour un jeune premier.
Le lendemain, la jeune mariée va voir sa mère, en pleurant.
- Maman, c'est horrible. Il est nul. Il sait rien, et j'ai eu beau l'aider, lui montrer, il ne m'a rien fait.
- Attend chérie, je vais m'en occuper tout de suite, répond la mère qui en a déjà vu des vertes et des pas mures.
Elle va voir son gendre:
- Alors paraît-il que cette nuit ce fût loin d'être extraordinaire... Ne t'en fais pas, Il suffit de se dire que l'homme n'est en fait qu'un animal, pas plus évolué que les chiens. Tu as déjà vu faire les chiens, n'est ce pas?
- Euh, oui Madame !
- Eh bien, il suffit de faire comme eux, compris ?
- Oui, Madame
Satisfaite, la belle mère retourne voir sa fille. Le lendemain, la jeune fille va voir sa mère, en pleurant plus fort que la veille.
- Je ne sais pas ce que tu lui as dit mais il est plus c*n qu'hier.
- Ah bon !? pourtant je croyais...
- Pourtant tout avait bien commencé. Il m'a déshabillé et il s'est mis à poil.
Mais alors après, il m'a flairé le cul, et il est allé pisser sur l'armoire !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mon voisin a accouplé un hérisson avec un ver de terre et comme résultat il a eu 15 mètres de fil de barbelé !!!!!

Modifié par jeanot

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Lors d’une nuit de noces, le jeune marié rêvasse devant la fenêtre en regardant le ciel étoilé.
Sa jeune femme lui dit :
– Tu viens Chéri ?

Toujours le nez vers le ciel il lui répond :
– Oui, oui, une minute…

Un quart d’heure plus tard la jeune mariée s’impatiente :
– Alors Chéri, tu viens ?

Ne détachant toujours pas son regard des étoiles il répond :
– Une seconde, j’arrive ! Dors en attendant…

Beaucoup plus tard elle lui demande une dernière fois :
– Mais qu’est-ce que tu fabriques ? Allez viens !

– Alors là , certainement pas ! Mon père m’a toujours dit que la nuit de noce était la plus belle de toute la vie alors je ne veux surtout pas la rater !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un douanier, tout près de la retraite, prend en charge deux jeunes recrues qu’il doit instruire.
Il les emmène à un poste frontière sensible et leur dit :– Jeunes gens, souvenez-vous bien de ce que je vais vous dire.
Le maître-mot de notre métier est : le FLAIR!Ils arrêtent un camion et le chef demande :– Que transportez-vous dans votre véhicule ?

– Des épices, rien que des épices!
– C’est ce qu’on va voir.Il sort au hasard trois sacs du camion, les renifle, les soupèse et dit à ses élèves :
– N’oubliez pas… le FLAIR…rien que le FLAIR!
Qu’y a-t-il dans ce sac ?Les deux jeunes reniflent et soupèsent le sac. Ils déclarent en chœur :
– Des épices, chef ! Peut-être du thym ?
– Bien. Qu’y a-t-il dans ce deuxième sac ?
– Des épices, chef ! Peut-être du laurier ? répondent-ils en chœur, après avoir reniflé et soupesé le sac.
– Très bien. Maintenant, dites-moi ce qu’il y a dans ce troisième sac.Ils reniflent et soupèsent le sac plusieurs fois. Puis ils disent, dubitatifs :
– Ce sont sûrement des épices, chef ! Mais nous ne savons pas quoi.
– Eh bien, c’est là qu’interviennent l’expérience et le FLAIR, jeunes gens. Je vais vous le dire, moi, ce qu’il y a dans ce sac.
Ce ne sont pas des épices, comme monsieur veut nous le faire croire. C’est…de la quincaillerie !
Oh, chef, vous êtes formidable ! Comment avez-vous deviné ?
– Ce n’est pas bien compliqué pour un homme chevronné comme moi. Il suffit de lire. C’est écrit sur le sac : Clous de girofle!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le petit Jules joue au train électrique dans le salon pendant que sa maman repasse le linge.
Jules s’amuse à faire le contrôleur :
– Gare de Lille…Gare des imbéciles … 2min d’arrêt…
La maman :
– Jules s’il te plaît surveille ton langage, sinon je t’envoie dans ta chambre !
Le petit Jules continue à jouer…
– Gare d’Angers… gare des pédés… 2min d’arrêt…
La maman :
– Jules cesse d’être grossier sinon tu vas dans ta chambre !
Après quelques minutes :
– Gare d’Avignon … gare des cons… 3min d’arrêt…
Le petit Jules prend une paire de gifles et file dans sa chambre.
Le petit Jules pleure, hurle, trépigne mais rien n’y fait.
Le temps passe, la maman termine son repassage, tout en pensant qu’elle a peut être été un peu sévère avec Jules. Elle finit par aller le rechercher, et le petit Jules peut reprendre tranquillement son jeu.
Il fait avancer son train jusqu’à la prochaine gare :
– Gare Montparnasse… une heure de retard à cause d’une connasse…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un curé en promenade est pris dans des sables mouvants. Le sable lui arrive aux genoux, quand un camion de pompiers passe tout près de lui.
– Vous avez besoin d’aide ?
– Merci, ce n’est pas la peine, le Seigneur me viendra en aide !

Alors que le sable lui arrive à la ceinture, le camion repasse.
– Vous avez besoin d’aide ?
– Merci, ce n’est pas la peine, le Seigneur me viendra en aide !

Lorsque le curé n’a plus que la tête hors du sable, les pompiers passent une troisième fois.
– Vous n’avez toujours pas besoin d’aide ?
– Merci, ce n’est pas la peine, le Seigneur me viendra en aide !

Puis le curé s’enfonce complètement.

Arrivé au paradis, il dit au Seigneur :
– Je suis tellement déçu, je pensais vraiment que vous alliez me venir en aide !
Et le Seigneur lui répond :
– Je t’ai envoyé trois fois les pompiers, je ne vois pas ce que je pouvais faire de plus !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Historiette bruxelloise

SAVOUREUX..

 

Salut en de kost en dikke baise à toutes et à tous !

 

Une historiette écrite par une bruxelloise en "belge", langue qui ressemble à du français mais que nos amis Français auront sans doute du mal à comprendre..

 

 

« Hier je suis sortie de chez mes parents parce que j’avais oublié un brol dans mon kot.  Mais comme une klette je n’avais pas vu qu’il drachait.  Il faisait même cru.  D’habitude je mets mon pinemouche mais alors il fait vite douf, et mes crolles sont kaput.

 

Ma mère occupée à nettoyer le tapis plain devant le feu ouvert m’avait dit de passer aussi chez le charcutier.

 

Je n’aime pas ce peï, mais son ket a un boentje pour moi.  Il est un peu stoeffer, mais je m’en fous de ce zievereer.  Ce tich peut raconter toutes les klûtes qu’il veut, ça ne changera rien.

 

Bon, en passant par la drève, je m’arrête d’abord au café, j’avais envie après un cécémel.  Un copain à moi était juste en train de remettre une drache à toute la bande, fieu.

 

Et pour ne pas qu’ils zwanzent après moi, je suis restée.

 

Je ne peux pas dire qu’en sortant j’étais krimineilscheilzat parce que je sais là-contre, mais j’avais quand même une bonne douffe.

 

Pas autant que le pauvre sukkeleir qui marchait schief devant moi : un zinneke lui a couru dans les guibolles, il a fait un cumulet, a perdu une slache, et klett’ Mariette, il a renversé une meï qui est tombée sur son pèt’ et on voyait tout son cinema.  Ils sont repartis comme deux qui wighel-waghel.

 

Bon, j’arrive en vue de la charcuterie, mais je m’arrête d’abord au bollewinkel du coin pour avoir des boules sûres.  Puis au boulanger pour acheter des pistolets, des couques et du bodding. Et j’ai hésité avec un cramique , mais fourt’.

 

Chez le charcutier, il me dit : « Ecoute, maske, j’ai plus de tête pressée, mais j’ai du kip-kap ».

 

Je prends aussi un pain français avec de l’américain et de l’andalouse et un ravier de plattekeis tout près, et je rentre chez moi.

 

Ma mère, sans sa loque à reloqueter, mais avec un essuie d’une main et une raclette de l’autre faisait blinquer ses carreaux, mais elle était contente que j’avais rien oublié, alors elle m’a donné une baise et même une dringuelle. »

 

 

 

Si vous avez tout compris, vous pouvez venir à Bruxelles sans crainte. Sinon, venez-y quand même, les Bruxellois feront un effort !

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une riche veuve décide qu’elle a besoin d’un autre homme dans sa vie et fait passer une annonce dans les journaux :
« RICHE VEUVE RECHERCHE UN HOMME POUR PARTAGER SA VIE ET SA FORTUNE ayant les qualités suivantes :
1. Ne me battra pas
2. Ne partira pas en courant
3. Devra être super au lit

Pendant plusieurs mois, son téléphone n’arrêta pas de sonner, ainsi que la sonnette de sa porte, elle reçut des tonnes de courrier….mais sans résultat.

Aucun des hommes ne semblait répondre à ses critères. Quand un jour on sonna à la porte de nouveau.
Elle ouvrit et vit un homme sans bras ni jambes, couché sur le paillasson.

Perplexe, elle demanda :
– Qui êtes-vous et que voulez-vous ?

– Bonjour…Ne cherchez plus, je suis l’homme de vos rêves !
1. Je n’ai pas de bras, donc je ne peux pas vous battre
2. Puisque je n’ai pas de jambes, je ne peux pas partir en courant

– Et qu’est-ce qui vous fait penser que vous êtes super au lit ?
– J’ai sonné à la porte, non !?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Lucile, une personne âgée, fête ses 90 ans.

Sa famille a réservée tout un restaurant et la fête bat son plein lorsque l’un de ses petits enfants, Hervé (50 ans) lui demande :
– Grand-mère, excuse moi d’aborder le sujet, mais au vu de ton grand âge, il serait peut être temps de formuler des souhaits quant à tes obsèques.

Les discussions s’arrêtent et tout le monde est suspendu aux lèvres de Lucile :
– Je veux être incinérée

Ouf ! Lucile a bien pris la question et y a répondu avec intelligence. Elle ajoute :
– Je souhaite aussi que mes cendres soient dispersées sur le parking du Leclerc.

Émoi général !
– Mais mamie pourquoi le parking de l’hypermarché. Tu ne souhaites pas qu’on conserve tes cendres au funérarium ?
– Non ! Je préfère le parking du Leclerc car au moins je suis sûr que vous viendrez me voir deux fois par semaine….

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Avec la création de la banque postale.
Messieurs, nous sommes heureux de vous faire découvrir un nouveau concept de placement : « Le tatouage  » De quoi s’agit-il ?

Faites tatouer 1€ sur votre sexe, et vous aurez le plaisir d’avoir 4 avantages :
1) Vous verrez croître votre investissement.
2) Vous prendrez plaisir à toucher votre argent.
3) Vous ne verrez pas d’inconvénient à ce que votre femme dévore vos économies.
4) Vous serez le seul à décider où le placer.

Votre conseiller en investissements.

La poste

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L’père Victor est allé en ville voir l’Docteur.

– Voilà docteur, chuis ben embêté, dit-il , à moûn âge y en a beaucoup qui vous demand’raient du Viagra. Moi j’en ai point b’soin, j’ai la zigounette encore ben vaillante, seulement voilà, à chaque fois qu’elle s’met au garde à vous, chuis dans les champs, l’temps de r’tourner à la ferme voilà quelle r’ garde à nouveau mes bottes.

Le médecin hoche la tête d’un air grave.

– Vous n’auriez pas des fois un truc pour z’y maintenir la tête haute jusqu’à la ferme ? lui demande Victor.
– J’ai bien une idée, dit le toubib, lorsque vous irez aux champs, emportez votre fusil et dites à votre femme que lorsqu’elle entendra tirer en l’air qu’elle courre vous rejoindre.
– En voilà une idée qu’elle est pas mauvaise !

Quelque temps plus tard voilà t’y pas que le Victor débarque dans le cabinet du docteur.
– J’viens vous voir, rapport au fusil !
– Pourquoi ça ne marche pas ?
– Oh ! ça eu marché, fait le Victor, mais ça n’marche plus. Pendant tout l’été j’tirais en l’air… La Sylvette rappliquait en courant et hop ! j’la bouriaudais dans les brousailles !
– Oui, et alors, demande le médecin, où est le problème ?
– Ben… d’puis l’ouverture d’la chasse, j’la vois plus !!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un papa va coucher sa petite fille de trois ans. Il lui raconte une histoire et écoute ses prières qu’elle termine en disant :
– Protège ma maman, protège mon papa, protège ma grand-mère et au revoir grand-père.

Le papa demande :
– Pourquoi dis-tu au revoir grand-père ?
– Je ne sais pas papa, ça me semblait la seule chose à dire.

Le lendemain, le grand-père meurt.
Le père se dit que c’est une étrange coïncidence.

Quelques mois plus tard, le père couche sa fille et écoute ses prières qui se terminent par :
– Protège ma maman, protège mon papa et au revoir grand-mère.

Le lendemain, la grand-mère meurt.
Le père abasourdi se dit que sa fille est en contact avec l’au-delà.

Quelques semaines plus tard, alors qu’il vient de lui raconter une histoire, il écoute ses prières :
– Protège ma maman et au revoir papa.

Réellement choqué, l’homme ne dort pas de la nuit et va au travail très tôt le matin. Nerveux toute la journée, il regarde sa montre sans arrêt et reste à son bureau jusqu’à minuit. A minuit, il est toujours vivant et décide de rentrer à la maison.

Sa femme étonnée lui dit :
– C’est bien la première fois que tu rentres si tard du travail. Que s’est-il passé ?
– J’ai passé la pire journée de ma vie, mais n’en parlons plus.
– Tu as eu une mauvaise journée, mais tu n’imagines pas ce qui m’est arrivé… Ce matin, le facteur est tombé raide mort devant notre porte….

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Aru, ta blague sur les hormones dans la bière est très sexiste ! je ne comprends pas que ce genre de chose passe :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le matin, une épouse prépare le petit déjeuner, quand soudainement elle va voir son mari et l’invite fortement à faire l’amour. L’homme, étonné mais séduit par l’idée, s’exécute.

Le couple fait alors l’amour, qui dure entre 1 minute 30 et 3 minutes.

A la fin, le mari demande :
– Mais qu’est-ce qui t’as pris ce matin ?? Ce n’est pas du tout dans tes habitudes.
– Le minuteur est tombé en panne, et j’avais envie de faire des œufs à la coque…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rions un peu.

Après avoir pris ma retraite, ma compagne a insisté pour que je l’accompagne dans ses courses au supermarché.

Malheureusement, comme la plupart des hommes, je trouve cette tâche des plus ennuyeuses et préfère entrer et sortir rapidement. Ma compagne étant (hélas) comme la plupart des femmes, elle aime faire du shopping pendant des heures et des heures ! Donc j’essaye d’occuper mon temps comme je peux. Mais hier, ma chère a reçu la lettre suivante du supermarché :

Chère Mme R….,

Au cours des six derniers mois, votre mari a été à l’origine de plus d’un problème au sein de notre magasin.
Nous ne pouvons tolérer ce comportement et sommes contraints de vous interdire, à tous les deux, l’ accès à notre supermarché.
Nos plaintes contre Mr R. sont énumérées dans l’historique ci-dessous, et documentées par les vidéos de nos caméras de surveillance vidéo, disponibles sur simple demande de votre part.

Le 15 juin :
A pris 24 boîtes de préservatifs et les a déposées au hasard dans les chariots d’autres clientes, quand elles ne regardaient pas.

Le 2 juillet : A réglé tous les réveils dans le rayon des articles ménagers / literie pour qu’ils se déclenchent à intervalles de 5 minutes.

Le 7 juillet : Avec une boîte de concentré, a fait une traînée de jus de tomates sur le sol conduisant aux toilettes des femmes.

Le 3 août : A rôdé dans le magasin avec un regard louche, en fredonnant le thème de « Mission Impossible » .

Le 17 août :
A monté une tente dans le département de camping et proposait aux autres clients d’amener des couvertures et oreillers pour une soirée à la belle étoile.

Le 23 août : Quand un employé a demandé s’il pouvait l’aider, a commencé à pleurer et à crier : « Pourquoi vous ne me laissez pas tranquille ?»

Le 30 août : A regardé directement dans la caméra de sécurité et l’a utilisée comme un miroir, pour aller chercher des trésors dans son nez.

Le 2 septembre : A manipulé des armes à feu dans le département de « chasse et pêche » et a demandé au préposé dans quel rayon se trouvaient les antidépresseurs.

Le 18 octobre : S’est caché dans un rayon de vêtements, à l’intérieur d’une longue robe et lorsque les gens approchaient, il criait : « Choisis-moi, choisis-moi !»

Le 21 octobre : Quand une annonce est venue sur le haut-parleur, elle s’est couchée au sol en position foetale et a crié : « Oh non ! C’EST ENCORE CES VOIX !»

Et le dernier incident, mais pas le moindre, en date du 23 octobre : Est entré dans une cabine d’essayage, a fermé la porte, a attendu un certain temps, puis a crié très fort : « Hé ! Il n’ y a pas de papier cul ici ? »…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant