Aller au contenu
Les Forums de MeteoBelgique

Messages recommandés

Une bonne entrée en matière avec le vent.

 

En ce 10 mars 2019 à 14 heures, nous avons des rafales de :

 

Stations classées (plus ou moins) de SW à NE

 

91 km/h à Dunkerque FR (mais 104 km/h plus tôt dans la journée)

83 km/h à Coxyde (mais 90 km/h plus tôt dans la journée)

112 km/h à Middelkerke

119 km/h à Zeebruges

112 km/h à Cadzand NL (à 13h ;  observation de 14 h non disponible)

 

108 km/h à Lille FR (mais 115 km/h plus tôt dans la journée)

108 km/h à Beitem (mais 112 km/h plus tôt dans la journée)

83 km/h à Semmerzake

108 km/h à Melle

104 km/h à Deurne

86 km/h à Gilze NL

 

90 km/h à Chièvres (mais 94 km/h plus tôt dans la journée)

97 km/h à Uccle (à 13h ;  observation de 14 h non disponible)

112 km/h à Zaventem

86 km/h à Retie

97 km/h à Eindhoven NL

 

96 km/h à Saint-Quentin FR (mais 112 km/h plus tôt dans la jourrnée)

94 km/h à Gosselies (mais 101 km/h plus tôt dans la journée)

94 km/h à Ernage (mais 97 km/h plus tôt dans la journée)

83 km/h à Beauvechain (mais 90 km/h plus tôt dans la journée)

101 km/h à Schaffen

90 km/h à Kleine Brogel

 

79 km/h à Dourbes

90 km/h à Florennes

90 km/h à Bierset (mais 94 km/h plus tôt dans la journée)

76 km/h à Maastricht NL (mais 79 km/h plus tôt dans la journée)

 

101 km/h à Humain

86 km/h à Spa

83 km/h à Mont-Rigi (mais 94 km/h plus tôt dans la journée)

112 km/h à Nörvenich DE

 

86  km/h à Reims FR (mais 90 km/h plus tôt dans la journée)

72 km/h à Buzenol

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La tempête du 10 mars 2019

 

Un vaste complexe dépressionnaire détermine le temps sur nos régions. Deux noyaux sont plus ou moins fixes : l’un au sud-ouest de l’Islande, l’autre au sud-est de l’Islande. À côté de cela, nous avons deux noyaux mobiles, situés le matin, respectivement, au nord de l’Irlande et sur le sud de l’Angleterre. C’est ce deuxième noyau qui, en se dirigeant rapidement vers le sud de la Mer du Nord, nous vaut la tempête.

 

190311114412988133.gif

 

190311114446342481.gif

Source : KNMI

 

Les plus fortes rafales de la journée sont  les suivantes :

 

Stabroek : 122 km/h (entre 13 et 14h, et entre 14 et 15h)

Zeebruges : 119 km/h (entre 13 et 14h)

Lille (FR) : 115 km/h (entre 11 et 12h)

Middelkerke : 112 km/h (entre 13 et 14h)

Cadzand (NL) : 112 km/h (entre 12 et 13h)

Beitem : 112 km/h (entre 12 et 13h)

Zaventem : 112 km/h (entre 13 et 14h)

Bierset : 112 km/h (entre 14 et 15h)

Melle : 108 km/h (entre 13 et 14h)

Deurne : 104 km/h (entre 13 et 14h, et entre 14 et 15h)

Dunkerque (FR) : 104 km/h (entre 11 et 12h)

Saint-Hubert : 101 km/h (entre 13 et 14h, et entre 14 et 15h)

Humain : 101 km/h (entre 13 et 14h, et entre 14 et 15h)

Gosselies : 101 km/h (entre 11 et 12h)

Uccle : 101 km/h (entre 13 et 14h)

Sint-Katelijne-Waver : 101 km/h (entre 13 et 14h)

 

190311010505199157.jpg

10 mars 2019 à 15h20 – Source : Hotel Uilenspiegel à Nieuwpoort-Bad

 

Au niveau des dégâts, on signale notamment des arbres arrachés, des toitures envolées, des branches entravant des routes et des poteaux électriques renversés. À Bruxelles, une partie du toit du centre commercial « Dockx Bruxsel » s’est envolée, tandis que la circulation est complètement à l’arrêt sur le ring, côté Forêt de Soignes, à cause de la chute d’un arbre (RTL Info).

 

Le temps sur nos régions est d’abord influencé par le secteur chaud d’une perturbation, avec des températures assez douces relevées en matinée, de 12-13°C en plaine et de 8-9°C sur les hauteurs. La présence de cet air doux est d’autant plus courte que l’on se dirige vers le nord : dans l’extrême nord de notre pays, les températures ne dépassent 10°C que durant 2 heures, de 11 à 13 heures, alors qu’au sud, l’air reste doux entre 7 et 15 heures (Entre-Sambre-et-Meuse et Gaume).

 

Aux Pays-Bas, au nord de De Bilt, l’air doux du secteur chaud ne se manifeste plus du tout. Les vents y soufflent d’est avant de tourner au nord, puis à l’ouest et les températures sont même suffisamment basses pour donner temporairement de la neige fondante en plaine.

 

Le temps en Belgique : assez instable même dans le secteur chaud avec embedded Cb’s (stratocumulus auxquels se mêlent des cumulonimbus, quelques rares éclaircies), ensuite ciel de traîne avec averses (cumulus et cumulonimbus, et encore pas mal de stratocumulus cumulogenitus, mais aussi des éclaircies plus larges).

 

En fin d’après-midi et en soirée, certaines averses prennent un caractère orageux. Plus tard, en raison du refroidissement, les précipitations prennent un caractère neigeux sur les hauteurs, dès le début de soirée sur le Plateau des Tailles. Le lendemain matin, on observe un sol enneigé par exemple à Fraiture, Mont-Rigi, Wirtzfeld et Bastogne, et dans une moindre mesure à Witry et Wideûmont.

 

 

 

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'équinoxe, moment où le soleil passe la ligne d'Equateur de l'hémisphère Sud vers le Nord pour nous placer au printemps astronomique, aura lieu ce mardi 20 mars à 22h58m25s (21:58 GMT).  Pas de chance il fera nuit donc on verra rien... :(

Nous voilà parti vers le solstice d'été qui arrivera le 21 juin à 17h54m14s (15:54 GMT).  On devrait mieux le voir ;)

La nuit du 31 mars au 1er  avril, c'est pas une blague mais 2h00 du matin deviendra 3h00 vu qu'on passe à l'heure d'été.  Là on reverra le mode d'emploi des horloges qu'on oublie à chaque coup comment on fait pour l'avancer :shy:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Première quinzaine de mars

 

Le grand retour des courants perturbés atlantiques !

 

 

1er mars 2019

 

Différentes perturbations traversent notre pays, mais elles sont généralement faibles.

 

Le temps est très gris, avec stratus / stratocumulus  distillant quelques petites pluies ou bruines. Ici et là, les stratocumulus s’amincissent et s’espacent en toutes petits éclaircies en fin d’après-midi.

 

Surtout sur l’est du pays, les nuages sont parfois suffisamment bas pour former temporairement du brouillard à certaines stations.

 

Le total des précipitations est le plus souvent très faible, en dessous de 1 mm. Localement, les précipitations sont toutefois plus importantes comme par exemple à Mont-Rigi (6,3 mm) ou à Angleur (4,6 mm).

 

Les températures maximales sont de saison, avec des valeurs de 7 à 9°C en plaine et de quelques 5°C sur les hauteurs.

 

 

2 mars 2019

 

Une très profonde dépression sur l’Atlantique se déplace vers les Îles Shetlands, au nord de l’Écosse. De vieilles occlusions traînent encore sur notre pays en journée, tandis qu’une perturbation frontale à secteur chaud ouvert s’apprête à aborder le pays la nuit suivante.

 

Le temps est très gris, avec principalement des stratocumulus distillant à nouveau de petites pluies ou bruines. Parfois les stratocumulus présentent quelques déchirures, qui laissent deviner le voile d’altitude. En Gaume, on observe encore temporairement des cumulus qui se forment sous le voile de cirrostratus / altostratus.

 

Les précipitations sont faibles et les maxima, en légère hausse grâce au secteur chaud, atteignent 10 à 11°C en plaine et 6 à 7°C sur les hauteurs.

 

 

3 mars 2019

 

La dépression principale reste au nord de l’Écosse tandis une dépression secondaire, située le matin au large de l’Irlande, se retrouve le soir entre l’Irlande et le Pays de Galles. Notre pays est tout juste du côté chaud d’un train de perturbations frontales qui ondule entre les Açores et le sud de la Baltique en passant par l’Angleterre.

 

Le temps est très doux mais gris, assez venteux et pluvieux en matinée ainsi que le soir.

 

Le nimbostratus pluvieux de la matinée fait place ensuite à un ciel couvert de stratocumulus, parfois doublés de cumulus. Dans les déchirures des stratocumulus, l’altostratus située au-dessus devient visible.

 

Les températures maximales : autour de 13°C en plaine et de 8°C sur les hauteurs.

 

 

4 mars 2019

 

Un front froid traverse le pays durant la nuit du 3 au 4, nous replaçant dans de l’air plus frais.

 

En matinée, le temps est variable et très venteux, ensuite les éléments se calment quelque peu.

 

Quelques rafales maximales :

 

Zeebruges : 104 km/h (entre 5 et 6h)

Cadzand (NL) : 104 km/h (entre 4 et 5h)

Dunkerque (FR) : 101 km/h (entre 3 et 4h)

Mont-Rigi : 101 km/h (entre 8 et 9h)

Charleroi : 97 km/h (entre 6 et 7h)

Uccle : 97 km/h (entre 6 et 7h)

Middelkerke : 94 km/h (entre 5 et 6h)

Spa : 94 km/h (entre 8 et 9h)

Zaventem : 90 km/h (entre 3 et 4h et entre 4 et 5h)

Humain : 90 km/h (entre 6 et 7h)

Kleine Brogel : 90 km/h (entre 6 et 7h)

 

Le ciel est d‘abord variable, avec des éclaircies et des averses, parfois orageuses le matin. Certaines des rafales précitées ont sûrement aussi une origine convective. L’après-midi, les cumulus sont plus modestes, en dessous d’un voile d’altitude. À côté de cela, on note aussi des stratocumulus, en quantité variable selon les endroits.

 

Les températures maximales : 9 à 11°C en plaine, 5 à 7°C sur les hauteurs. Les températures plus basses sous les averses provoquent un enneigement temporaire du sol à Mont-Rigi entre 13 et 14h, les derniers restes de neige fondant peu avant 15h. À Wideûmont, quelques traces de neige sont observées peu avant 14h.

 

 

5 mars 2019

 

Notre pays se trouve dans un flux d’ouest-sud-ouest tandis qu’un front chaud nous atteint en soirée.

 

Sommes toutes, la journée ne sera pas trop mauvaise, avec certes encore pas mal de stratocumulus le matin – avec même parfois encore un faible averse – mais aussi de belles éclaircies l’après-midi avec des cumulus, et des cirrus / cirrostratus en fin de journée.

 

Au littoral, il fait beau, avec des cumulus en début de matinée, faisant place à un ciel serein. En deuxième moitié d’après-midi, on observe un voile d’altitude. Dans le sud du pays par contre, il pleut en matinée et le ciel reste couvert de stratocumulus l’après-midi.

 

Les températures maximales atteignent 10 à 12°C en plaine et 5 à 6°C sur les hauteurs.

 

Dans le sud du pays, le total des précipitations est supérieur à 5 mm.

 

 

6 mars 2019

 

La majeure partie du pays se trouve dans l’air doux d’un secteur chaud. Le front froid qui suit s’immobilise et ondule légèrement très près de côte belge.

 

Le temps est doux, mais sans relief : d’abord gris, puis faiblement pluvieux.

 

Le ciel est couvert d’altostratus, parfois temporairement encore cirrostratus. Avec les précipitations, on note aussi quelques fractus. Parfois, on observe aussi quelques bancs d’altocumulus et/ou stratocumulus et, plus rarement, quelques petits cumulus se formant sous l’altostratus.

 

Les températures maximales atteignent 11 à 13°C en plaine et 8 à 9°C sur les hauteurs.

 

La nuit, et plus spécifiquement en deuxième partie de nuit (donc déjà le 7 mars), les précipitations se renforcent nettement. Dans les totaux relevés à 8h, nous avons 20,9 mm à Bièvre ; 15,5 mm à Kruishoutem ; 15,2 mm à Sivry ; 13,8 mm à Chièvres ; 13,7 mm à Passendaele et 13,2 mm à Beitem. Quelques autres stations encore présentent des totaux supérieurs à 10 mm.

 

 

7 mars 2019

 

Le front froid finit par traverser le pays durant la nuit du 6 au 7. Des lignes post-frontales au sein d’une traîne active nous concernent durant la journée du 7.

 

Avec une dizaine de degrés en plaine, des précipitations ne dépassant nulle part les 15 mm et des rafales atteignant un petit 100 km/h sur l’extrême ouest de la côte belge, cette journée ne figurera certainement pas dans les annales pour un quelconque record, mais c’est une journée exceptionnelle malgré tout grâce à la beauté de ses ciels.

 

Les lignes post-frontales évoquée ci-dessus « boostent » la convection, générant de l’activité orageuse dès la fin de la matinée. En début d’après-midi, les orages se concentrent surtout sur le nord-ouest et le nord du pays, tandis que plus tard durant l’après-midi, on observera quelques orages le long de la Meuse. En soirée, une petite ligne orageuse se développera en Haute Belgique.

Si en matinée, on note encore pas mal de nuages « parasites » (stratocumulus cumulogenitus), l’après-midi le ciel acquiert une limpidité extraordinaire, avec des cumulonimbus visibles de très loin et se détachant dans un ciel magnifiquement bleu.

 

190325115640425771.png

Cellule orageuse observée depuis la tour de contrôle de Steenokkerzeel dans la province du Brabant Flamand – crédit photo : Samina Verhoeven (Belgorage)

 

Ceci est lié d’une part à une bonne dynamique et d’autre part à une bonne instabilité des basses couches durant l’après-midi grâce au soleil déjà plus fort de mars dans un contexte bien maritime, avec quelques 10°C en surface (localement un peu plus) pour 0°C vers 1000 mètres et –2°C vers 1300 mètres (niveau 850 hPa).

 

Au-dessus de la mer par contre, les 8-9°C qu’on y observe ne suffisent tout juste pas pour une bonne convection, avec là surtout des cumulus de taille modeste, mais qui se détachent dans un ciel tout aussi bleu.

 

Enfin, le 7 mars 2019 se caractérise par un nombre exceptionnellement élevé d’arcs-en-ciel. On se serait vraiment cru le long des côtes irlandaises ou galloises.

 

190326023320845968.jpg

7 mars 2019 vers 15h30 à Bellecourt – Crédit photo : Alisson Staquet

 

 

8 mars 2019

 

Une partie de la journée, notre pays connaît encore une situation de traîne (après des pluies nocturnes liées au passage d’une occlusion), ensuite l’approche de nouvelles perturbations atlantiques rend le ciel de plus en plus nuageux.

 

La traîne, cette fois-ci, est moins actives et les averses, moins nombreuses. Bien souvent, on n’observe que des cumulus, qui à partir de l’après-midi tendent à s’étaler tandis qu’un voile de cirrostratus puis d’altostratus apparaît au-dessus.

 

Au sud du pays, les nuages de l’occlusion de la nuit d’avant restent encore présents toute la matinée.

 

Avec des maxima de 10 à 12°C en plaine et autour de 6°C sur les hauteurs, les températures restent légèrement supérieures aux normes saisonnières.

 

 

9 mars 2019

 

Plusieurs perturbations traversent le pays dans le cadre d’un flux d’ouest (avec en surface des vents d’ouest à sud-ouest).

 

Le temps devient encore un peu plus doux que la veille, mais graduellement venteux et instable avec des averses.

 

Avant la tempête qui sévira le lendemain, les valeurs de vitesse du vent (rafales maximales) sont déjà élevées, avec :

 

Dunkerque (FR) : 86 km/h (entre 13 et 14h)

Cadzand (NL) : 86 km/h (entre 13 et 14h et entre 14 et 15h)

Lille (FR) : 86 km/h (entre 13 et 14h)

Deurne : 83 km/h (entre 16 et 17h)

Humain : 83 km/h (entre 13 et 14h)

Zeebruges : 79 km/h (entre 14 et 15h)

Coxyde : 76 km/h (entre 14 et 15h)

Zaventem : 76 km/h (entre 15 et 16h et entre 16 et 17h)

Schaffen : 76 km/h (entre 15 et 16h)

 

Le ciel est couvert le matin avec stratocumulus, tandis que l‘après-midi, on observe des cumulonimbus avec averses (plus spécifiquement au nord du pays) mais aussi des éclaircies. À cela s’ajoute un voile d’altitude en fin de journée.

 

Les températures maximales : 12-13°C en plaine, 8-9°C sur les hauteurs.

 

 

10 mars 2019 (copie du post intitulé « la tempête du 10 mars 2019 »)

 

Un vaste complexe dépressionnaire détermine le temps sur nos régions. Deux noyaux sont plus ou moins fixes : l’un au sud-ouest de l’Islande, l’autre au sud-est de l’Islande. À côté de cela, nous avons deux noyaux mobiles, situés le matin, respectivement, au nord de l’Irlande et sur le sud de l’Angleterre. C’est ce deuxième noyau qui, en se dirigeant rapidement vers le sud de la Mer du Nord, nous vaut la tempête.

 

190311114412988133.gif

 

190311114446342481.gif

Source : KNMI

 

Les plus fortes rafales de la journée sont  les suivantes :

 

Stabroek : 122 km/h (entre 13 et 14h, et entre 14 et 15h)

Zeebruges : 119 km/h (entre 13 et 14h)

Lille : 115 km/h (entre 11 et 12h)

Middelkerke : 112 km/h (entre 13 et 14h)

Cadzand (NL) : 112 km/h (entre 12 et 13h)

Beitem : 112 km/h (entre 12 et 13h)

Zaventem : 112 km/h (entre 13 et 14h)

Bierset : 112 km/h (entre 14 et 15h)

Melle : 108 km/h (entre 13 et 14h)

Deurne : 104 km/h (entre 13 et 14h, et entre 14 et 15h)

Dunkerque (FR) : 104 km/h (entre 11 et 12h)

Saint-Hubert : 101 km/h (entre 13 et 14h, et entre 14 et 15h)

Humain : 101 km/h (entre 13 et 14h, et entre 14 et 15h)

Gosselies : 101 km/h (entre 11 et 12h)

Uccle : 101 km/h (entre 13 et 14h)

Sint-Katelijne-Waver : 101 km/h (entre 13 et 14h)

 

190311010505199157.jpg

10 mars 2019 à 15h20 – Source : Hotel Uilenspiegel à Nieuwpoort-Bad

 

Au niveau des dégâts, on signale notamment des arbres arrachés, des toitures envolées, des branches entravant des routes et des poteaux électriques renversés. À Bruxelles, une partie du toit du centre commercial « Dockx Bruxsel » s’est envolée, tandis que la circulation est complètement à l’arrêt sur le ring, côté Forêt de Soignes, à cause de la chute d’un arbre (RTL Info).

 

Le temps sur nos régions est d’abord influencé par le secteur chaud d’une perturbation, avec des températures assez douces relevées en matinée, de 12-13°C en plaine et de 8-9°C sur les hauteurs. La présence de cet air doux est d’autant plus courte que l’on se dirige vers le nord : dans l’extrême nord de notre pays, les températures ne dépassent 10°C que durant 2 heures, de 11 à 13 heures, alors qu’au sud, l’air reste doux entre 7 et 15 heures (Entre-Sambre-et-Meuse et Gaume).

 

Aux Pays-Bas, au nord de De Bilt, l’air doux du secteur chaud ne se manifeste plus du tout. Les vents y soufflent d’est avant de tourner au nord, puis à l’ouest et les températures sont même suffisamment basses pour donner temporairement de la neige fondante en plaine.

 

Le temps en Belgique : assez instable même dans le secteur chaud avec embedded Cb’s (stratocumulus auxquels se mêlent des cumulonimbus, quelques rares éclaircies), ensuite ciel de traîne avec averses (cumulus et cumulonimbus, et encore pas mal de stratocumulus cumulogenitus, mais aussi des éclaircies plus larges).

 

En fin d’après-midi et en soirée, certaines averses s’accompagnent d’orages. Plus tard, en raison du refroidissement, les précipitations prennent un caractère neigeux sur les hauteurs, dès le début de soirée sur le Plateau des Tailles. Le lendemain matin, on observe un sol enneigé par exemple à Fraiture, Mont-Rigi, Wirtzfeld et Bastogne, et dans une moindre mesure à Witry et Wideûmont.

 

 

11 mars 2019

 

Des hautes pressions sur l’Océan, au large du Portugal, avec une extension vers le Golfe de Gascogne, nous valent temporairement un flux d’ouest-nord-ouest.

 

Le temps est plus froid, avec dans les Hautes-Fagnes une couche de neige de 2 cm qui persiste toute la journée. Le Plateau des Tailles reste enneigé toute la journée aussi tandis qu’à Wirtzfeld, le peu de neige présent en matinée fond l’après-midi.

 

Après une réactivation des orages la nuit et – sur le nord-est du pays – le matin, le temps devient instable avec des flocons de neige fondante jusqu’au centre du pays. En matinée, les éclaircies sont encore assez rares en raison des nombreux stratocumulus entre les averses, mais l’après-midi, on note de larges éclaircies avec des cumulus et encore quelques cumulonimbus générant des averses, parfois de grésil.

 

Au nord-est, les ciels demeurent plus menaçants tout au long de la journée, avec des enclumes de cumulonimbus visibles de loin. En Haute Belgique, ce sont de typiques giboulées, avec un ciel devenant blanchâtre sous les averses de neige. En Gaume, le temps n’est que faiblement instable, avec de larges éclaircies tout au long de la journée, avec cumulus et quelques cumulonimbus. Enfin au littoral, le temps est beau avec de modestes cumulus et parfois une petite tendance à l’étalement.

 

Les minima : 1 à 4°C en plaine, –1 à –2°C sur les hauteurs.

Les maxima : 7 à 9°C en plaine, 2 à 4°C sur les hauteurs.

 

 

12 mars 2019

 

Les courants d’origine océanique continuent à déterminer notre temps, avec des vents de sud-sud-ouest à l’avant d’une perturbation qui s’occlut rapidement, et avec des vents d’ouest-sud-ouest en soirée, à l’arrière du système.

 

À nouveau de fortes rafales sont observées :

 

Lille (FR) : 90 km/h (entre 14 et 15h)

Uccle : 86 km/h (entre 16 et 17h)

Zeebruges : 83 km/h (entre 15 et 16h et entre 16 et 17h)

Zaventem : 83 km/h (entre 20 et 21h)

Humain : 83 km/h (entre 19 et 20h)

Chièvres : 79 km/h (entre 11 et 12h)

Deurne : 76 km/h (entre 16 et 17h)

Semmerzake : 76 km/h (entre 19 et 20h)

 

Le ciel est voilé avec des altostratus, souvent translucidus, doublés de bancs d’altocumulus. Temporairement, on observe aussi des cirrostratus. Au littoral, les nuages sont plus épais. Au sud-est du pays (déjà dans le Namurois), les nuages tendent vers l’asperatus undulatus l’après-midi.

 

190326105736396695.jpg

12 mars 2019 vers 17h15 à Scy – Crédit photo : Benjamin Gillet

 

Au littoral, il se met à pleuvoir vers 16-17 heures, tandis qu’à Liège et Kleine Brogel, cette pluie arrive vers 20 heures. Avant l’arrivée de cette pluie, l’air est parfois fort sec, plus particulièrement sur l’est du pays où les taux d’humidité descendent ici et là en dessous de 40%.

 

Après le passage du front en soirée, la température chute de quelques 5°C. Mais cela ne suffit tout juste pas pour la neige dans les Hautes Fagnes. La neige présente sur le sol continue d’ailleurs à fondre lentement, même la nuit.

 

 

13 mars 2019

 

Un noyau dépressionnaire se déplace de la Mer du Nord au Danemark. L’occlusion qui lui est associée traverse le pays en journée tandis qu’une perturbation post-frontale affecte le pays (surtout le nord et l’est) en fin d’après-midi.

 

Les vents, revenant temporairement au sud-ouest, s’orientent de plus en plus vers l’ouest en cours de journée. En dépit des perturbations précitées, nous nous trouvons avant tout dans de l’air post-frontal instable. Mais les éclaircies sont rares et, plus particulièrement sur l’est, les pluies sont continues, avec des averses qui ne donnent que des pluies temporairement plus fortes. À partir de quelques 500 mètres d’altitude, ces précipitations tombent en partie sous forme de neige, mais ne donnent pas lieu à un nouvel enneigement (maxima de 3 à 4°C sur les hauteurs, de 9 à 10°C en plaine).

 

En fait, les cumulonimbus viennent littéralement s’encastrer dans la masse de stratocumulus, voire de nimbostratus qui recouvre le pays. Quelques éclaircies apparaissent l’après-midi sur l’ouest et le centre du pays, et plus rarement aussi sur l’est.

 

En milieu d’après-midi, le ciel devient particulièrement menaçant sur Diepenbeek avec la formation d’un arcus.

 

190326114444790630.jpg

Webcam IRM – Diepenbeek – 13 mars 2019 à 16h50   

 

 

Au même moment, à peu de choses près, une tornade allemande parcourt quelques dizaines de mètres sur le territoire belge.

 

Mais avant de nous pencher sur cette tornade, faisons d’abord un peu d’histoire pour bien comprendre pourquoi.

 

Les Cantons de l’Est (Eupen, Malmédy et Saint-Vith) faisaient jadis partie de l’Allemagne. Il est donc logique que la ligne de chemin de fer, construite en 1889 et reliant Aix-la-Chapelle à Raeren, Montjoie, Sourbrodt, Waimes et Saint-Vith, ait été entièrement sous autorité allemande aussi. En raison de son passage dans les Hautes-Fagnes, cette ligne a reçu le nom de « Vennbahn », ce qui signifie en français « Ligne des Fagnes ».

 

Des suites du Traité de Versailles, après la première guerre mondiale, ces territoires ont été rattachés à la Belgique. Le problème : la Ligne des Fagnes traverse en partie des territoires restés allemands et en partie des territoires devenus belges. C’est ainsi que des enclaves allemandes ont été créées sur le territoire belge et des enclaves belges ont été créées sur le territoire allemand.

 

Au fil des décennies, ces enclaves ont été plusieurs fois modifiées, notamment en 1922, 1949 et 1956. De nos jours, c’est essentiellement la ligne de chemin de fer qui est restée belge. On peut même dire désormais : l’ancienne ligne de chemin de fer car sur un large tronçon, elle a été désaffectée et reconvertie en piste cyclable et en parcours de « draisines ».

 

Mais elle est restée belge. La carte ci-dessous montre ces excroissances de la Belgique, larges de quelques dizaines de mètres en moyenne, qui suivent l’ancienne voie ferrée.

 

190325122529934756.jpg

 

Les « enclaves » allemandes ne sont d’ailleurs séparées du restant du territoire allemand que par ces quelques (dizaines de) mètres de « Belgique » de part et d’autre de l’ancienne voie ferrée.

Reprenons à présent la même carte avec le parcours de la tornade et la zone impactée par les dégâts. (Frontières en blanc, parcours de la tornade et zone impactée par les dégâts en noir.)

 

190325122655674739.jpg

 

 

Il s’agit donc bel et bien d’une tornade née en territoire allemand et qui poursuit sa route en territoire allemand mais… qui traverse la bande étroite de l’excroissance du territoire belge le long de l’ancienne voie ferrée. En ce sens, la présence de cette tornade dans les rubriques de MétéoBelgique se justifie pleinement.

 

Analysons à présent la tornade proprement dite.

 

Selon une première enquête de terrain, réalisée par l’équipe allemande « WTINFO Tornado Research Project », la tornade a parcouru 7,73 km selon une direction ouest-nord-ouest – est-sud-est. L’intensité exacte de la tornade reste encore à déterminer, mais à en juger les dégâts observés sur les bâtiments et la végétation, le niveau F2 a même été temporairement atteint.

 

190325123317780569.png

Source : T-Online

 

Au niveau météorologique, le temps dans la région de la tornade est mauvais et assez froid pour la saison, avec des précipitations tout au long de la journée, d’abord sous forme de pluies continues, puis sous forme d’averses. Mais le ciel ne se dégage pas pour autant entre les averses. Au nimbostratus pluvieux de la matinée succèdent des cumulonimbus à l’aspect menaçant qui alternent avec des moments où le ciel est juste un peu plus clair, avec des stratocumulus laissant voir par moment l’altostratus qui est au-dessus. À cela s’ajoutent encore un bon nombre de fractus liés aux précipitations.

 

Les webcams voisines d’Eichercheid, Simmerath et Montjoie montrent bien une absence (quasi) complète d’éclaircies dans la région.

 

À partir du milieu de l’après-midi, nous avons de l’activité orageuse sur la moitié nord de la Belgique, qui se généralise par la suite sur le pays, puis se propage vers l’est-sud-est en dépassant nos frontières, entre autres vers l’Eiffel en Allemagne, où a eu lieu la tornade (vers 16h30).

 

Il fait humide et froid. Roetgen se situant entre 400 (parties basses) et 500 mètres d’altitude (partie hautes) a connu au moment de l’arrivée de la tornade des températures de quelques 4 à 5°C, suivis par une baisse temporaire de 2 à 3°C sous les précipitations. À partir de 550 mètres d’altitude, on observe temporairement de la neige, et des traces de neige sont également encore présentes au sol.

 

Ce froid des basses couches donne une instabilité médiocre sur les 1000 premiers mètres au-dessus du sol. Au-dessus, l’instabilité devient très bonne. En plus, on observe de beaux cisaillements tournants, avec selon le modèle Arôme des vents en moyenne d’ouest-sud-ouest en surface et dans les basses couches, d’ouest-nord-ouest dans les couches moyennes et de nord-ouest dans les couches supérieures de l’atmosphère, où l’on se trouve en plus en sortie gauche d’un jet-streak.

 

Un petit coup de pouce est certes d’abord nécessaire en surface, mais après, des cellules virulentes peuvent facilement se développer. Le coup de pouce, c’est sans doute le relief qui l’a donné. Si l’on suit le parcours de la tornade, l’on constate qu’elle s’est formée sur un point haut de la région, à un petit 450 mètres d’altitude, puis qu’elle est redescendue en dessous de 400 mètres en se renforçant, puis qu’elle est remontée à 500, puis 550 mètres en s’affaiblissant. C’est d’ailleurs quasiment à cette altitude que l’on perd sa trace.

 

Enfin, voici encore un témoignage, traduit de l’allemand :

 

[Elle a ouvert la fenêtre de sa terrasse.] « Là, la tornade a foncé sur moi. Je l’ai vue. C’était un tourbillon gris, et il venait très vite. Les branches volaient dans les airs. » [Elle n’a pas eu le temps d’avoir peur, elle s’est précitée dans la cave.] « Tout était déjà fini. Le tout n’a duré que 20 à 30 secondes. Puis le calme est revenu. »

 

Marina Albrecht.

 

 

14 mars 2019

 

Une perturbation frontale avec mince secteur chaud traverse le pays au sein d’un flux général d’ouest-nord-ouest.

 

Il s’ensuit une nouvelle journée pluvieuse. Le ciel est couvert d’un nimbostratus avec des pluies parfois modérées qui remplissent bien les pluviomètres. Ces pluies évoluent en averses en cours d’après-midi, avec aussi le retour d’éclaircies (cumulus et cumulonimbus isolés).

 

Au littoral, après le passage de la perturbation, le ciel est peu nuageux (stratocumulus cumulogenitus) et par moment même serein. Au sud-est du pays par contre, les éclaircies n’apparaissent que tard.

 

Les précipitations sont parfois abondantes. À Gosselies, la zone de pluie déverse 20 mm d’eau. À Zaventem, il tombe 14 mm en journée, dont 12 mm sont liés à la zone de pluie et 2 mm aux averses qui suivent. À Deurne, ce sont 9 mm liés à la zone de pluie et 2 mm liés aux averses.

 

Les totaux sur 24 heures (14 mars 8h à 15 mars 8h) sont localement très importants, surtout au sud du pays. Voici les chiffres :

 

Sivry : 42,0 mm

Bièvre : 37,2 mm

Buzenol : 34,2 mm

Dourbes : 32,4 mm

La Hestre : 31,0 m

 

Au centre du pays, on relève encore 18,7 mm à Uccle et à l’ouest, 16,7 mm à Beitem. Au nord et au nord-est du pays, il est généralement tombé un bon 10 mm d’eau, mais localement beaucoup moins, comme à Kleine Brogel avec 2,4 mm.

 

Le vent fait reparler de lui aussi, principalement sur l’ouest du pays. Voici les rafales maximales :

 

Middelkerke : 86 km/h (entre 13 et 14h)

Dunkerque (FR): 86 km/h (entre 13 et 14h)

Lille (FR) : 86 km/h (entre 14 et 15h)

Coxyde : 83 km/h (entre 13 et 14h)

Zeebruges : 83 km/h (entre 10 et 11h)

Cadzand (NL) : 83 km/h (entre 11 et 12h)

 

Les températures maximales : 12 à 13°C en plaine, 5 à 7°C sur les hauteurs. En Gaume, sous les fortes précipitations, la température reste coincée à 8°C.    

 

 

15 mars 2019

 

Une nouvelle perturbation frontale, à secteur chaud plus ouvert cette fois, traverse notre pays, aussi à partir de l’ouest-nord-ouest.

 

C’est une autre journée très pluvieuse, avec des précipitations localement très abondantes.

 

Sur le centre et le sud du pays, un nimbostratus est responsable de pluies et de bruines tout au long de la journée. Au nord et au nord-est, il ne pleut pas une partie de la journée. Le ciel est alors couvert de stratocumulus. Sur l’ouest du pays, il ne pleut pas une grande partie de la journée et on observe de maigres éclaircies.

 

Quelques totaux sur 24 heures (15 mars 8h à 16 mars 8h) :

 

Mont-Rigi : 60,0 mm

Elsenborn : 36,0 mm

Genk : 31,4 mm

Koersel : 28,1 mm

Gouvy : 24,0 mm

Buzenol : 21,2 mm

Bièvre : 21,1 mm

Angleur : 20,3 mm

Gosselies : 20,0 mm

 

Parmi les stations MétéoBelgique (15 mars 10h à 16 mars 10h), nous avons :

 

Fraiture : 47 mm

Lierneux : 29 mm

Beausaint : 24 mm

Bra sur Lienne : 23 mm

Chaineux : 20 mm

 

Nous voyons que c’est surtout le sud et l’est du pays qui sont concernés, même s’il existe de grandes disparités au niveau local.

 

La proximité du front froid à l’arrière du système, qui se met à onduler et qui ne parvient pas à vraiment traverser le pays, y est sûrement pour quelque chose.

 

Les températures, grâce au secteur chaud, sont douces en dépit de l’absence de soleil, avec des valeurs maximales comprises entre 12 et 13°C en plaine et autour de 8°C sur les hauteurs.

 

Le vent de surface, d’ouest à sud-ouest, demeure fort, avec par exemple des rafales de 83 km/h à Middelkerke, de 79 km/h à Zeebruges et de 76 km/h à Mont-Rigi.

 

 

À suivre…  

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×