Aller au contenu
Les Forums de MeteoBelgique
cumulonimbus

Automne 2020

Messages recommandés

PREMIÈRE DÉCADE DE SEPTEMBRE 2020

 

1er septembre 2020

 

Le temps sur nos régions est influencé par un faible anticyclone à la forme allongée, orienté SSW – NNE et s’étendant du nord de la France à la Scandinavie. Cette structure, très lentement, se retire vers le nord-est.

 

Le temps est relativement beau, mais un apport d’air en provenance de la Mer du Nord, acheminé par des vents de nord à nord-est, est parfois responsable d’importants champs nuageux. Les éclaircies sont les plus larges en matinée, avec des bancs d’altocumulus et parfois de stratocumulus élevés, puis des cumulus se forment, et doivent se partager le ciel avec d’importantes nappes de stratocumulus. Le soir, les éclaircies tendent à nouveau à s’élargir. À noter qu’au littoral, les cumulus ne se forment (presque) pas.

 

En Ardenne, le ciel reste très nuageux avec de nombreux stratocumulus, auxquels s’ajoutent, le matin, du brouillard et des stratus, principalement dans les vallées, et l’après-midi quelques cumulus, plus ou moins fractus, formés en dessous des stratocumulus. En Gaume, les stratocumulus sont nombreux aussi, parfois doublés de cumulus (fractus), mais on y note quelques belles éclaircies temporaires l’après-midi.

 

Il fait assez frais pour la saison, avec des maxima le plus souvent proches de 19 à 20°C en plaine et de 17 à 18°C au littoral. Sur les Hauts Plateaux, la fraîcheur est accentuées encore par la couverture nuageuse plus importante, et les maxima ne dépassent guère 11°C sur les Hautes-Fagnes et 13°C sur le Plateau ardennais.

 

 

2 septembre 2020

 

L’anticyclone de la veille se renforce à l’est de la Scandinavie pendant qu’un second anticyclone, maritime, se développe lentement vers le continent et tente de faire la jonction avec le premier anticyclone. Mais le pont anticyclone reste très faible. Pour nous cependant, cela signifie une nouvelle journée de temps relativement beau.

 

Le matin, on observe des bancs d’altocumulus (parfois aussi stratocumulus), puis le ciel tend à se dégager complètement. En fin de matinée, des cumulus se forment et se développent jusqu’au stade mediocris, pendant que quelques nouveaux bancs d’altocumulus traversent à nouveau le ciel. En soirée, on observe aussi des cirrus.

 

En Ardenne, on note aussi du brouillard matinal dans les vallées et, l’après-midi, quelques cumulus se développant mieux qu’ailleurs et atteignant le stade de congestus. En Gaume aussi, on note l’un ou l’autre congestus.

 

Le vent s’oriente graduellement au nord-ouest et les températures sont conformes à la saison, avec des maxima de 20 à 22°C en plaine (18 à 19°C au littoral)  et de 17 à 18°C sur les hauteurs.

 

 

3 septembre 2020

 

L’anticyclone maritime a finalement une extension plus méridionale, ce qui le maintient éloigné de l’anticyclone ex-scandinave, désormais situé sur la Russie. Cette configuration permet à une dépression située au sud de l’Islande de gagner de l’influence sur nos régions. Un front chaud atteint notre littoral à la mi-journée et se déplace très lentement vers l’est du pays. Le front froid qui suit atteint à son tour notre littoral en soirée.

 

Cette configuration permet déjà à de l’air chaud à remonter jusqu’à Paris où, sous un ciel pourtant fort nuageux avec altocumulus et stratocumulus (et cirrus dans les éclaircies), le mercure monte jusqu’à 28°C.

 

200907023939239921.jpg

Webcam Infoclimat – Paris-Saint-Germain – 3 septembre 2020 à 16h

 

Cet air chaud influence quelque peu le climat gaumais aussi avec parfois jusqu’à 24-25°C dans l’extrême sud.

 

Le reste du pays connaît des températures proches des normes saisonnières, comme la veille, avec 20 à 22°C en plaine et 15 à 18°C sur les hauteurs. Mais le ciel est partout très nuageux (même en Gaume), avec principalement des stratocumulus et, dans de vagues éclaircies, aussi des altocumulus (quand ce n’est pas l’altostratus qui apparaît dans les déchirures des stratocumulus). Ces nuages s’accompagnent aussi de faibles précipitations, principalement en matinée.

 

En soirée, l’air doux gagne tout le pays, avec des températures restant parfois légèrement supérieures à 20°C jusqu’après minuit.

 

 

4 septembre 2020

 

Le front froid s’avance en première moitié de journée jusqu’au nord des massifs ardennais et fagnard, puis s’immobilise et tend même à rebrousser chemin. L’air chaud, toujours présent sur Paris, influence cette fois plus nettement la Gaume aussi.

 

200907024348715203.gif

Source : KNMI

 

Commençons une nouvelle fois par Paris. Là, les altocumulus se dispersent en matinée pour faire place à un soleil radieux et des températures qui montent jusqu’à 29°C (Montsouris) voire 30°C (Orly). Du côté de Metz, le temps est tout aussi radieux, avec quelques altocumulus dont lenticularis, et un maximum de 30,3°C.

 

200907024453748310.jpg

Webcam Infoclimat – Jarny (près de Metz) – 4 septembre 2020 à 15h58

 

Le sud de la Gaume bénéficie pleinement de cette langue d’air chaud, avec 27 à 29°C du côté d’Aubange, de Virton et de Lamorteau, sous le soleil et les altocumulus, dont quelques castellanus très développés donnant des virga.

 

Le nord de la Gaume, avec 26-27°C, est encore chaud mais les altocumulus y sont déjà plus nombreux, tandis que vers l’Ardenne, le ciel devient rapidement presque couvert avec des stratocumulus, parfois doublés de cumulus, et quelques maigres éclaircies ou amincissements de la couverture nuageuse, où l’on voit des altocumulus.

 

Le reste du pays est directement concerné par les nuages frontaux. Aux stratocumulus succède un altostratus / nimbostratus avec bruines et pluies, puis des stratocumulus / altocumulus avec cumulus, et quelques éclaircies.

 

Le littoral, bien à l’arrière du front, connaît de meilleures éclaircies alternant avec des altocumulus, parfois étendus et épais.

 

Si l’on excepte Gaume, quelques vallées ardennaises et l’extrême sud de l’Entre-Sambre-et-Meuse où il fait plutôt chaud, les maxima se situent autour de 20°C au littoral, de 21-22°C en plaine et de 18°C sur les Hautes-Fagnes (mais 22°C sur le plateau ardennais, à la lisière de l’air chaud).   

 

 

5 septembre 2020

 

Le front froid a fini par bien avancer, avec l’air chaud désormais refoulé loin de nos frontières. Les températures maximales, déjà fraîches en plaine la veille, ne subissent qu’une légère baisse avec 18 à 21°C. La Gaume, par contre, avec ses 18-19°C perd parfois presque 10°C par rapport à la veille. Les hauteurs ardennaises et fagnardes sont bien fraîches aussi avec 16-17°C.

 

Le temps, grâce à l’influence lointaine d’un anticyclone océanique, est nuageux à beau.

 

Après la dispersion des fractus matinaux sous des nuages frontaux (parfois accompagnés de précipitations), le ciel est d’abord nuageux avec altocumulus et stratocumulus, puis on note des éclaircies dans lesquelles se forment aussitôt des cumulus, qui se développent parfois jusqu’au congestus avant de s’étaler. En outre, le ciel est temporairement voilé, l’après-midi, par des cirrostratus / altostratus. Le soir par contre, le ciel se dégage.

 

Au littoral, le temps est plus ensoleillé avec des cumulus en matinée qui se résorbent l’après-midi. Mais là aussi, le ciel est temporairement voilé. En Ardenne et en Gaume, le temps n’est pas trop différent, sauf que tout s’y passe un peu plus tard.  

 

Les vents soufflent d’ouest à nord-ouest, puis diminuent en soirée en s’orientant au sud-ouest.

 

 

6 septembre 2020

 

Des éclaircies nocturnes et un vent qui se calme au sein d’une masse d’air fraîche sont garants pour du froid matinal aux endroits exposés. Les valeurs les plus basses sont relevées à Elsenborn (1,2°C), Gouvy (3,2°C), Buzenol (4,3°C), Genk (4,3°C) et Bièvre (4,4°C).

 

En journée, le temps redevient assez beau avec quelques passages nuageux, avec des températures de 19 à 20°C en plaine et de 15 à 16°C sur les hauteurs.

 

La matinée commence sous le soleil, puis des cumulus se forment en cours de journée, avec quelques bancs d’altocumulus / stratocumulus, devenant par moment plus présents. Parfois, des stratocumulus d’étalement s’ajoutent aux autres stratocumulus.

 

200908115740791179.jpg

Stratocumulus cumulogenitus (Beausaint à 14h)

 

200908115741962953.jpg

Stratocumulus non-cumulogenitus (Beausaint à 16h)

 

Au littoral, le temps est très ensoleillé tout au long de la journée, avec parfois quelques cirrus.

 

 

7 septembre 2020

 

La nuit est à nouveau froide, avec 0,8°C à Elsenborn et, en plaine, 4,0°C à Diepenbeek et 5,5°C à Chièvres.

 

Une certaine influence anticyclonique se maintient sur notre pays, sous la forme d’une crête de l’anticyclone des Açores qui s’étend jusqu’à l’Europe centrale.

 

Le temps est beau avec une quantité variable de cirrus et la formation de cumulus parfois très plats l’après-midi. Vers la fin de la journée, on note aussi quelques altocumulus. Sur le sud du pays, les cirrus sont peu nombreux. Au littoral, les cumulus sont absents, mais dès l’après-midi, le voile s’épaissit nettement avec cirrostratus, altostratus et altocumulus.

 

Les températures maximales atteignent 20°C au littoral, 21 à 23°C en plaine et 16 à 19°C sur les hauteurs. Dans les vallées et localement en Gaume, on monte à 23-24°C.

 

 

8 septembre 2020

 

En ce 8 septembre, le temps est à nouveau un peu plus perturbé, mais cela n’enlève rien au fait que la sécheresse redevient préoccupante.

 

Sur la carte ci-dessous, nous pouvons constater que le sud du pays est toujours en situation de sécheresse extrême.

 

200908122734241188.jpg

Source : IRM

 

Selon les prévisions, c’est toute la moitié sud du pays qui reprendra ce statut de sécheresse extrême d’ici 10 jours, tandis que la moitié nord du pays, peu à peu, repasse aussi en situation de sécheresse (localement très marquée).

 

La perturbation de ce jour, un front chaud en l’occurrence, ne donne d’ailleurs que quelques maigres précipitations, principelement sous forme de bruine, dans la région côtière aux petites heures. Zeebruges, par exemple, recueille 0,5 mm tandis que Middelkerke arrive à 2 mm, la seule station où les précipitations représentent un petit quelque chose. Vers l’intérieur des terres, on mesure parfois encore 0,1 ou 0,2 mm, comme par exemple à Bruges (0,2 mm).

 

Sur le nord-ouest et le centre du pays, le ciel est très nuageux à couvert avec  des stratocumulus, parfois précédés de stratus (fractus) le matin. Au littoral, on note de brèves éclaircies en fin d’après-midi.

 

Sur l’est du pays, les stratocumulus sont moins épais et se dispersent complètement en fin de journée. En Gaume (où la sécheresse est la plus forte), il n’y a plus aucune trace de la perturbation : le ciel est bleu avec juste quelques cirrus. Dans cette dernière région, les 25°C sont localement atteints tandis qu’on enregistre encore 23,9°C à Dourbes. Ailleurs, en raison des nuages, les maxima restent le plus souvent proches de 20°C en plaine, malgré le secteur chaud. Sur les hauteurs, la situation est assez variable, avec par exemple 18°C sur les Hautes-Fagnes et 21°C que le Plateau ardennais.

 

 

9 septembre 2020

 

Nous restons dans le secteur chaud, qui est teinté d’influences anticycloniques. Les températures maximales sont en forte hausse presque partout, avec des valeurs de 24 à 25°C en plaine (21°C au littoral) et de 20 à 23°C sur les hauteurs (le moins sur les Hautes-Fagnes, le plus sur le Plateau ardennais). Les vallées, l’Entre-Sambre-et-Meuse et la Gaume, mais aussi le sud-ouest des plaines connaissent parfois des valeurs supérieures à 25°C (comme par exemple à Dourbes avec 26,1°C et à Chièvres avec 25,7°C).

 

Le ciel est toutefois encore très nuageux en raison de l’origine maritime de la masse d’air, avec des stratocumulus. L’après-midi, on note des éclaircies, qui deviennent plus larges au fur et à mesure qu’on va vers l’est et le sud du pays, avec des cumulus et des altocumulus. À l’autre opposé, au littoral, on observe des éclaircies aussi, mais là en matinée.

 

La nuit suivante, on note quelques précipitations sur les Hautes-Fagnes et les Hauteurs liégeoises.

 

 

10 septembre 2020

 

Un front froid traverse le pays la nuit tandis qu’une poussée anticyclonique se développe vers les Îles Britanniques. Ces hautes pressions faiblissent à nouveau en journée, mais restent suffisantes pour du beau temps chez nous.

 

Après la dispersion de quelques stratocumulus matinaux, le ciel devient serein ou presque, avec de petits cumulus l’après-midi, qui s’étalent parfois en stratocumulus. Sur le sud du pays, on observe aussi des brumes et stratus en matinée. Au littoral, on note aussi quelques cumulus / stratocumulus le matin.

 

En raison de la masse d’air plus fraîche, les températures maximales, en dépit du soleil, repredent quelques degrés pour se situer autour des 21-22°C en plaine (20°C au littoral) et entre 17 et 20°C sur les hauteurs.

 

Remarquons aussi la présence de nuages d’ondes aux formes particulières dans le ciel de Braine-l’Alleud. Ces nuages se déplacent très lentement en gardant longtemps une structure à peu près similaire.

 

200912055913143818.jpg

Webcam MB – Braine-l’Alleud – 10 septembre 2020 à 10h

 

 

Modifié par cumulonimbus
Première décade de septembre 2020 à présent complète

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

11 septembre 2020

 

L’influence anticyclonique se maintient sur notre pays, avec un pont reliant l’anticyclone des Açores à un anticyclone continental se déplaçant de la Pologne à l’ouest de la Russie.

 

Le temps est beau avec parfois quelques altocumulus / stratocumulus en matinée, des cumulus en après-midi (sauf au littoral) et souvent des cirrus le soir.

 

Le matin, le temps est froid aux endroits exposés, avec 1,7°C à Elsenborn, mais aussi 4,2°C à Diepenbeek et 4,9°C à Retie. En journée, il fait assez chaud sur la frange sud du pays, avec 25-26°C localement en Gaume et dans l’Entre-Sambre-et-Meuse. Ailleurs, il fait très doux avec 22 à 24°C en plaine (19 à 20°C au littoral) et 20 à 22°C sur les hauteurs.

 

Diepenbeek, avec un minimum de 4,2°C et un maximum de 24,2°C, connaît un écart de 20°C tout juste entre le matin et l’après-midi.

 

Mais on retiendra de cette journée surtout la couleur un peu particulière du ciel. Le ciel bleu est parfois un peu blanchâtre, voire grisâtre et ce, en l’absence de brume ou de voile d’altitude. Le soleil, en plus, à l’air de briller un peu bizarrement.

 

200912062910389817.jpg

Webcam MB – Schaerbeek – 11 septembre 2020 à 17h30

 

Il s’agit en fait des fumées des immenses incendies de forêt qui sévissent en... Californie (!) et qui, poussées par le jet-stream, arrivent jusqu’au-dessus de chez nous !

 

En soirée, cette légère grisaille s’est transformée en un coucher de soleil aux couleurs spéciales.

 

200912063715646102.jpg

Capture d’écran d’une vidéo de Bernard Radelet

 

 

12 septembre 2020

 

Un pont anticyclonique entre un anticyclone océanique et un anticyclone continental continue à déterminer le temps sur nos régions. Un front froid sur les Îles Britannique et la Mer du Nord ne nous atteindra pas.

 

C’est l’anticyclone océanique qui influence nos basses couches, avec des vents d’ouest à nord-ouest, en journée, qui sont responsables d’infiltrations maritimes et d’un air un peu plus frais. Un pseudo-front, non repris sur les cartes d’analyse, passe juste au sud de nos régions et les sépare d’un air nettement plus chaud qui affecte déjà en partie la France, le Grand-Duché du Luxembourg et l’Allemagne.

 

200913121012589574.gif

Source : KNMI

 

Ci-dessous, sur la carte des températures maximales, on devine bien où se trouve le pseudo-front :

 

200913121203347761.png

Source : Infoclimat

 

Au-dessus du centre du pays, l’air frais a un bon millier de mètres d’épaisseur et se retrouve sous une inversion assez marquée.

 

Le temps est très beau avec des cirrus et, à la mi-journée, la formation de cumulus très plats juste en dessous de l’inversion. En soirée, on note parfois des stratocumulus cumulogenitus. Sur le sud et l’est du pays, l’inversion est trop basse pour que des cumulus puissent se former. En Gaume, le ciel est même tout à fait serein ; en Ardenne, on observe le matin quelques altocumulus à tendance castellanus.

 

200913122954656982.jpg

Cumulus très plats dans le ciel de Braine-l’Alleud à 12h

 

Les températures maximales se situent entre 21 et 22°C en plaine (20°C au littoral) et entre 19 et 20°C sur les hauteurs. Dans le sud de la Gaume, la barre de 25°C est atteinte.

 

Juste en dehors de nos frontières, les maxima sont franchement estivaux avec 26,4°C à Luxembourg ; 28,8°C  Trêves ; 28,4°C à Metz et 29,2°C à Nancy.

 

Enfin, pour un œil alerté, le bleu du ciel n’est toujours pas entièrement rétabli en raison des restants de fumée des incendies californiens, toujours présents dans notre ciel.

 

 

13 septembre 2020

 

Les hautes pressions se retrouvent de plus en plus à l’est de nos régions, ce qui entraîne une continentalisation rapide de l’air maritime présent sur nos régions. Nous arrivons cependant à une saison où le soleil devient moins puissant et où le réchauffement par continentalisation est plus lent. Il faut désormais un apport d’air méridional, voire tropical pour que les thermomètres puissent vraiment s’emballer. Or cet air tropical n’atteint encore que le sud-est du pays. Ailleurs, cet air n’est présent qu’en altitude, au-dessus d’une inversion qui se renforce de plus en plus.

 

Malgré une certaine humidité persistant sous l’inversion, celle-ci est à présent trop basse pour que des cumulus puissent encore se former. Le ciel est donc serein ou presque, avec quelques cirrus qui se dispersent de plus en plus. Au sud du pays, les cirrus sont un peu plus persistants.

 

Les températures maximales atteignent 21 à 22°C au littoral, 24 à 25°C en plaine et jusqu’à 26°C sur la frange sud et est des plaines et des plateaux de Moyenne Belgique. Sur les plateaux de l’Entre-Sambre-et-Meuse, les maxima atteignent 27°C et sur les Hauts Plateaux, 23 à 25°C. En Gaume, ces maxima tournent autour de 28°C.

 

Non loin de nos frontières, les températures atteignent déjà 30°C, comme par exemple à Trêves avec 30,2°C sous un air extrêmement sec avec un taux d’humidité descendant temporairement à 17% en après-midi. Ce même taux est aussi observé à Luxembourg, avec là un maximum de 28,0°C. En Gaume, l’air commence à se dessécher aussi, mais avec des valeurs un peu moins extrêmes (26% à Buzenol pour un maximum de 27,8°C).

 

Notons enfin quelques gros écarts entre le minimum et le maximum de la journée :

 

Elsenborn :         3,3°C / 24,6°C

Buzenol :             6,5°C / 27,8°C

Dourbes :            8,2°C / 27,4°C

 

 

14 septembre 2020

 

Commençons par la nuit, ou plutôt, par les petites heures du matin. À 4 heures, le thermomètre d’Elsenborn affiche 7,0°C par vent calme pendant que l’aérodrome de Spa enregistre... 19,7°C avec un petit vent de sud-sud-est soufflant à 22 km/h ! Saint-Hubert, à ce moment-là, mesure 19,3°C et Florennes, 16,7°C. Un peu plus tôt, à minuit, la station de Beauvechain, sur le plateau, affiche 19,1°C alors que Mélin, situé à un peu plus de 3 kilomètres de là mais dans la vallée, n’a que 11,7°C.

 

Lorsqu’on regarde le sondage de Beauvechain, l’on voit qu’à une hauteur d’une petite centaine de mètres au-dessus du sol, l’air est encore plus doux avec 22°C. Plus haut, à 1610 mètres d’altitude (niveau 850 hPa), la température atteint encore 18°C. Le souffle tropical est donc bien là, il n’attend plus que le soleil, en journée, pour se transmettre jusqu’en surface. Et cette fois-ci, la chaleur sera au rendez-vous sur pratiquement tout le pays (ouest de la côte belge excepté).

 

Sous un ciel bleu, garni de quelques cirrus sur le sud du pays, cirrus qui gagnent le restant du pays en après-midi et en soirée, les températures, soutenues par un vent de sud-est à sud, atteignent des valeurs exceptionnelles pour la saison, de l’ordre de 30 à 32°C en plaine et de 27 à 29°C sur les hauteurs.

 

Au littoral, il existe une grande différence entre l’ouest et l’est de la cote belge. À l’est, la brise de mer ne se lève pas et les maxima atteignent 28°C même aux abords immédiats de la mer. Ensuite, le temps reste chaud jusqu’en soirée. Du côté d’Ostende, il fait chaud aussi, mais une brise de mer de nord-ouest se lève en milieu d’après-midi avec un rafraîchissement mitigé et une température oscillant entre 25 et 27°C. Du côté de La Panne, la brise de mer souffle dès midi avec, l’après-midi, une température proche de 22°C. En fin d’après-midi et début de soirée, des bouffées d’air chaud se mêlent à l’air frais et la température augmente temporairement à 25-26°C. À Dunkerque en France, l’air chaud n’apparaît plus du tout et le maximum reste coincé à 22,7°C. Mais à peu de kilomètres à l’intérieur, de ce côté-là aussi, les 30°C sont approchés ou atteints comme à Bergues et à Coxyde (base aérienne).

 

Ci-dessous, les températures du réseau synoptique de ce 14 septembre 2020 et, pour se faire une idée, une comparaison avec celles du 13 septembre 2016, date du précédent record pour une deuxième décade de septembre (excepté à Florennes, où le record appartenait à 2003) :

 

Station                             14/09/2020         13/09/2016 

 

Dunkerque (FR) :             22,7°C                   32,9°C

Coxyde :                           29,6°C                   33,1°C

Middelkerke :                   29,8°C                   32,1°C

Zeebruges :                      28,2°C                   30,3°C

 

Semmerzake :                  30,3°C                   32,0°C

Beitem :                             30,0°C                   32,6°C

 

Lille (FR) :                          31,9°C                   32,1°C

Gosselies :                        32,0°C                   31,6°C

 

Uccle :                                31,3°C                   31,2°C

Zaventem :                         31,7°C                   32,2°C

Beauvechain :                    31,8°C                   31,4°C

 

Sint-Katelijne-Waver :       30,4°C                   31,7°C

Deurne :                              30,4°C                   32,1°C

 

Diepenbeek :                     32,3°C                   32,4°C

Kleine Brogel :                   31,3°C                   33,8°C

Maastricht (NL) :              31,6°C                   32,7°C

 

Bierset :                               31,1°C                   31,5°C

Elsenborn :                          28,4°C                   28,8°C

Spa :                                     28,9°C                   28,8°C

 

Florennes :                         31,4°C                   29,5°C   (29,7°C le 20/09/2003)

Dourbes :                            31,6°C                   30,5°C

 

Saint-Hubert :                    28,1°C                   26,8°C

Buzenol :                            30,7°C                   31,4°C

Luxembourg (LU) :            30,6°C                   30,5°C

 

Comme on peut le constater, un certain nombre de records sont battus. Ajoutons à cela que l’air est parfois fort sec, mais la sécheresse extrême qu’on a relevée la veille à Trêves et à Luxembourg ne s’est pas transmise à notre pays.

 

Pour terminer, citons encore quelques très gros écarts entre le minimum et le maximum :

 

Diepenbeek :       6,3°C / 32,3°C (écart de 26,0°C)

Chièvres :             8,5°C / 32,3°C (écart de 23,8°C)

Retie :                   8,2°C / 31,2°C (écart de 23,0°C)

Dourbes :             9,3°C / 31,6°C (écart de 22,3°C)

Elsenborn :          6,2°C / 28,4°C (écart de 22,2°C)

 

L’écart de température de Diepenbeek est l’un des plus grands jamais observés en Belgique. Le record reste celui de Kleine Brogel du 3 août 1986, avec un minimum de 9,6°C et un maximum de 37,2°C, soit un écart de 27,6°C.

 

 

15 septembre 2020

 

Petit tour tôt ce matin. Il est cinq heures et il fait bien doux encore sur les hauteurs spadoises : 20,1°C à l’aérodrome. On ne peut pas en dire autant de celui d’Elsenborn, où il fait frais et humide avec 9,5°C. Sur les plateaux du Brabant Wallon, il fait plus doux encore : 21,4°C. Dans le petit village de Mélin, au fond de la vallée, on frissonne dans l’humidité avec 12,0°C. Mais en plaine aussi, on observe de gros contrastes : Semmerzake enregistre 19,9°C et Melle, 13,7°C ! Les deux stations sont situées en région gantoise.

 

En journée, il fait très, très chaud pour la saison. L’anticyclone continental se fait épauler par de faibles basses pressions en bordure du continent pour générer un afflux massif d’air tropical, poussés par des vents de surface de sud à sud-est, avec plus tard une petite tendance vers sud-ouest. Le temps est à nouveau très beau, avec l’un ou l’autre cirrus et, plus rarement, quelques altocumulus. L’après-midi, des cumulus à base fort élevée se forment en de nombreux endroits, suivis d’altocumulus castellanus. Parfois, il est même difficile de faire la distinction entre les deux.

 

200915084940374415.jpg

Webcam MB – Braine-l’Alleud – 15 septembre 2020 à 16h50

 

Le soir, on note des développements orageux à la limite du Brabant Wallon et de la Province de Namur.Très localement, on observe de fortes précipitations. Une station privée à Grand-Rosière-Hottomont (entre Perwez et Ramillies) relève 34,8 mm entre 20h15 et 21h05. À Thorembais-Saint-Trond, on parle d’une « fameuse drache » avec de beaux éclairs et du tonnerre. Mais à peu de kilomètres de là, il n’y a plus rien ou presque !

 

Les températures maximales, en plaine, se situent le plus souvent entre 34 et 35°C, et entre 29 et 30°C sur les hauteurs. Au littoral, la brise de mer souffle partout cette fois et les températures, encore proches de 30°C en tout début d’après-midi, redescendent souvent en dessous de la barre de 25°C en cours d’après-midi. En soirée, sous l’influence d’une dépression thermique se déplaçant vers les Pays-Bas et l’Allemagne, les vents tournent au nord-ouest sur l’ouest du pays avec à ce moment une baisse rapide des températures.

 

Mais avant, à l’exception du littoral, tous les records saisonniers sont battus et souvent pulvérisés. Ci-dessous, la liste des températures maximales du des 14 et 15 septembre 2020 avec, à titre de comparaison, le record de septembre, toutes décades confondues :

 

Station                               14/09/2020          15/09/2020         Record 

 

Dunkerque (FR) :               22,7°C                   29,3°C                   32,9°C (13/09/2016)

Coxyde :                              29,6°C                   30,8°C                   33,1°C (13/09/2016)

Middelkerke :                     29,8°C                   30,9°C                   32,1°C (13/09/2016)

Zeebruges :                        28,2°C                   27,3°C                   31,6°C (05/09/2013)

 

Beitem :                               30,0°C                   33,9°C                   32,6°C (13/09/2016)

Passendaele :                     ----,--°C                   33,3°C                   32,3°C (05/09/2013)

Kruishoutem :                     ----,--°C                   34,6°C                   32,6°C (13/09/2016)

Semmerzake :                    30,3°C                   34,1°C                   32,0°C (05/09/2013 et 13/09/2016)

Melle                                    30,0°C                   34,1°C                   31,3°C (13/09/2016)

 

Lille (FR) :                            31,9°C                   35,1°C                   33,1°C (05/09/2013)

Chièvres :                            32,3°C                   33,9°C                   31,7°C (05/09/2013)

Gosselies :                          32,0°C                   35,4°C                   31,6°C (13/09/2016)

 

Uccle :                                  31,3°C                   34,3°C                   31,6°C (05/09/2013)

Zaventem :                          31,7°C                   34,7°C                   32,2°C (13/09/2016)

Beauvechain :                     31,8°C                   34,2°C                   32,0°C (05/09/2013)

Ernage                                 31,6°C                   34,4°C                   31,7°C (05/09/2013)

 

Sint-Katelijne-Waver :        30,4°C                   34,7°C                   32,2°C (05/09/2013)

Deurne :                               30,4°C                   34,4°C                   32,4°C (05/09/2013)

Stabroek :                            30,1°C                   33,9°C                   32,6°C (05/09/2013)

Retie :                                   31,2°C                   34,2°C                   32,2°C (13/09/2016)

 

Gorsem :                              ----,--°C                   34,2°C                   32,4°C (05/09/2013)

Schaffen                              31,8°C                   34,3°C                   32,7°C (05/09/2013)

Koersel :                               ----,--°C                   34,8°C                   33,8°C (14/09/2016)

Kleine Brogel :                     31,3°C                   34,0°C                   33,8°C (13/09/2016)

Maastricht (NL) :                31,6°C                   34,3°C                   32,7°C (13/09/2016)

 

Strée (Huy)                           ----,--°C                  33,4°C                   31,3°C (05/09/2013)

Bierset :                                31,1°C                   33,3°C                   31,6°C (05/09/2013)

Elsenborn :                           28,4°C                   30,0°C                   28,8°C (13/09/2016)

Spa :                                      28,9°C                   30,9°C                   28,9°C (05/09/2013 et 14/09/2016)

Mont-Rigi                              ----,--°C                   29,5°C                   28,0°C (05/09/1973)

 

Florennes :                           31,4°C                   33,1°C                   30,1°C (05/09/2013)

Hastière :                              ----,--°C                   34,2°C                   32,2°C (05/09/2013)

Dourbes :                              31,6°C                   34,7°C                   31,4°C (04/09/1973 et 05/09/2013)

 

Humain :                                30,6°C                   32,8°C                   29,8°C (05/09/2013)

Bièvre :                                   ----,--°C                   32,6°C                   29,1°C (05/09/2013 et 13/09/2016)

Saint-Hubert :                       28,1°C                   30,5°C                   27,7°C (04/09/1973)

Buzenol :                               30,7°C                   33,1°C                   31,4°C (13/09/2016)

Luxembourg (LU) :               30,6°C                   32,2°C                   30,5°C (13/09/2016)

 

Si l’on regarde plus loin dans le temps, on retrouve la vague de chaleur de la mi-septembre 1947, qui a surtout frappé la moitié sud-est du pays. À Rochefort, la température montait alors jusqu’à 32,8°C le 13 septembre et jusqu’à 33,3°C le 19 septembre. À Gerdingen-Bree, aux mêmes dates, on notait respectivement 32,8°C et 32,6°C. À Denée-Maredsous, on relevait trois fois 31,5°C, les 13, 15 et 19 septembre. Cette période de chaleur a été manifestement plus longue que celle de 2020, mais n’atteignait pas des valeurs aussi élevées. En plus, elle touchait bien moins le centre et l’ouest du pays.

 

En 1949, les températures étaient fort élevées en début du mois, le 5 pour être plus précis, avec 34,9°C à Gerdingen-Bree, 32,3°C à Rochefort et 31,5°C à Denée-Maredsous. À la Baraque Michel (pendant de la station de Mont-Rigi), la température atteignait encore 29,2°C.

 

En 1929, la température maximale (homogénéisée) d’Uccle était de 32,8°C. À Maastricht, la température maximale (également homogénéisée) était de 34,2°C.

 

À partir de ces données anciennes, issues d’un réseau météorologique jadis autrement réparti, on peut raisonnablement estimer que les températures de 2020 sont encore un peu plus élevées que celles de 1929 et 1949, alors qu’il s’agissait là de la première décade du mois. Si l’on compare rien que les deuxièmes décades de septembre, on est largement au-dessus en 2020, et même au-dessus de 1947 qui, sur le sud-est du pays, avait été hors normes à l’époque. Pour les autres régions, les plus hautes valeurs reviennent à 1919, 1959, 2003 et surtout 2016. Et là, on améliore les records souvent de 2 à 3°C, ce qui revient à dire que le phénomène du 15 septembre a à peu près la même amplitude, en matière d’extrêmes, que le 25 juillet 2019. À situation égale en plein été, on aurait à nouveau atteint voire dépassé les 40°C en plusieurs régions du pays !

 

Ce qui conforte que le réchauffement climatique amplifie aussi les extrêmes qui, bien plus que les moyennes, ont déjà subi une augmentation de 2 à 3°C par rapport au climat d’avant !

 

Enfin, pour clore cette analyse du 15 septembre 2020, revenons encore sur quelques gros écarts entre minimum et maximum du jour, parfois même sur l’ouest du pays :

 

Diepenbeek :      10,6°C / 34,6°C (écart de 24,0°C)

Retie :                  11,6°C / 34,2°C (écart de 22,6°C)

Melle :                 12,5°C / 34,1°C (écart de 21,6°C)

Chièvres :           12,8°C / 34,2°C (écart de 21,6°C)

Kleine Brogel :   13,3°C / 34,3°C (écart de 21,0°C)

Elsenborn :           9,1°C / 30,1°C (écart de 21,0°C)

Beitem :              13,3°C / 33,9°C (écart de 20,6°C)

 

 

16 septembre 2020

 

Après la chaleur, parlons de la sécheresse. Même si l’une ou l’autre averse copieuse, d’origine orageuse, a arrosé ici et là la moitié sud du pays, cette région passe au statut de sécheresse extrême. La carte ci-dessous, basée sur les précipitations des 90 derniers jours (environ 3 mois), nous montre à quel point la sécheresse est en train de s’étendre sur le pays. Presque tout le pays est en régime sec, pendant que quasiment toute la moitié sud se trouve dans des conditions de sécheresse extrême. Cette sécheresse commence d’ailleurs même à déborder sur la Flandre, où les régions plus ou moins épargnées par les averses et orages des derniers mois se retrouvent progressivement aussi en situation de sécheresse extrême.

 

200917115517279936.jpg

Source : IRM

 

N’oublions pas que cette carte est uniquement basée sur les précipitations. Si l’on y ajoute des facteurs d’évapotranspiration, particulièrement forte au cours des coups de chaleur de la fin juillet, d’une grosse partie du mois d’août et de la mi-septembre, l’on comprendra facilement qu’il s’agit là d’une problématique qu’il faut vraiment prendre au sérieux, surtout au vu de la persistance du phénomène.

 

En ce qui concerne le 16 septembre, nous pouvons diviser notre pays en trois zones :

 

Une zone sud, qui correspond grosso modo à la province du Luxembourg, où l’on observe à nouveau des pics de chaleur, parfois presque aussi élevés que ceux de la veille. Notamment au sud de la Gaume, les thermomètres s’affolent à nouveau, avec des valeurs de 31 à 33°C en début d’après-midi, voire même un peu plus. Sur les plateaux ardennais, la température atteint 28°C et, dans les vallées en dessous de 400 mètres, les thermomètres dépassent aisément les 30°C aussi.

 

Le temps est très beau avec des cirrus et quelques bancs d’altocumulus. En Gaume, des cumulus se forment et se développent rapidement en début d’après-midi, avec évolution jusqu’au cumulonimbus orageux. Parfois, les précipitations sont conséquentes, avec par exemple 17,6 mm à Lamorteau et encore 10,0 mm à Virton-Saint-Mard.

 

Ces orages marquent la fin de la période de chaleur avec une chute souvent brutale des températures. À quelques stations, on observe même une chute de quelques 12 à 13°C en une heure de temps. Un peu plus au nord, où les orages n’éclatent pas, la baisse des températures est plus progressive.

 

Une grosse partie centrale du pays se retrouve déjà dans un air plus frais, poussé par un bon petit vent de nord qui s’oriente ensuite vers le nord-est, avec des température maximales le plus souvent comprises entre 26 et 28°C, localement encore 29°C. Le temps est légèrement brumeux, mais très beau également avec quelques bancs d’altocumulus, parfois floccus ou castellanus. En raison d’une inversion qui s’est formée en dessous de l’air chaud qui circule toujours en altitude, aucun cumulus ne parvient à se former.

 

Sur une large bande côtière, une brise de mer renforcée par les vents généraux amène un temps encore plus frais, avec des maxima de 20°C seulement au bord de l’eau, de 22°C dans les dunes et de 24°C dans les polders du côté de Bruges. Le vent est d’ailleurs bien présent et, avec la forte humidité maritime, parvient même à donner une petite sensation désagréable.

 

Le matin, on observe du brouillard, puis le ciel devient bleu, là aussi, avec toutefois une présence plus prononcée d’altocumulus, souvent castellanus.

 

Pendant la nuit, un front froid sec traverse le pays, précurseur d’un rafraîchissement plus marqué.

 

 

17 septembre 2020

 

Le front froid sec, qui a traversé le pays la veille, se transforme rapidement en pseudo-front (= front qui ne concerne plus que les basses couches) et descend jusqu’à une ligne qui s’étend grosso modo du Havre à Reims en passant un peu au nord de Paris. Là, le front se frontolyse complètement.

 

En Belgique, au-dessus du centre du pays, l’air frais a une épaisseur d’un bon millier de mètres. Grâce à une bonne turbulence de l’air, il ne se forme cependant pas de brume en dessous de l’inversion, et le temps est très beau, avec un ciel parfaitement bleu après la dispersion de quelques stratocumulus / cumulus (fractus) en matinée.

 

Sous un vent de nord-est soufflant par petites rafales, les températures ne dépassent guère plus 20 à 21°C en plaine et 17 à 18°C sur les hauteurs de l’est de la Belgique. Le sud du pays reste un peu plus chaud avec 22 à 23°C en Gaume et 20°C sur le Plateau ardennais. Au littoral, le vent général se double par la brise de mer et est donc bien présent, avec là des maxima de 19°C.

 

À noter que dans le sud-ouest de la France, le temps demeure exceptionnellent chaud avec des pointes locales jusqu’à 35°C.    

 

 

18 septembre 2020

 

Le noyau principal de l’anticyclone se trouve à présent sur le Danemark et les vents soufflent d’est-nord-est, avec un air qui se réchauffe à nouveau quelque peu en journée. Pendant ce temps, l’air vraiment chaud regagne du terrain sur la France, avec des maxima de 33 à 34°C sur le centre (33,6°C à Chateauroux ; 33,5°C à Auxerres ; 33,4°C à Nevers).

 

En Belgique, le matin est d’abord froid et, sous un vent toujours présent, l’impression de froid est plus forte encore. Les minima sont presque partout inférieurs à 10°C, avec par exemple 6,7°C à Zaventem ; 6,3°C à Chièvres et 4,8°C à Elsenborn.

 

Sous un ciel serein, à l’exception, parfois, de quelques cirrus en matinée et le soir, les températures maximales remontent à 21-22°C au littoral et sur les hauteurs de l’est, et à 23-24°C en plaine. Au sud du pays, de l’air plus chaud originaire de France fait monter le thermomètre à localement 28°C sur l’Entre-Sambre-et-Meuse, 25-26°C en Gaume et encore 23°C sur le plateau ardennais  (mais 26,4°C à Bièvre).

 

On notera de ce fait un grand écart entre le minimum et le maximum à Dourbes, avec respectivement 6,4°C et 27,9°C.

 

 

19 septembre 2020

 

La chaleur sur la France s’atténue quelque peu en raison de la présence de nuages, mais commence à déborder sur la Belgique.

 

Le temps sur nos régions est déterminé par une ceinture anticyclonique située au nord, qui s’étend – avec quelques irrégularités certes – du milieu de l’Océan aux Balkans en s’incurvant via les Îles Britanniques, la Mer du Nord et le Danemark.

 

200920121407465495.gif

Source : KNMI

 

Nous sommes donc dans un régime continental avec, aux abords de l’équinoxe, des différences plus marquées entre l’air continental septentrional (soleil déjà bas sur l’horizon dans ces régions) et l’air continental méridional (soleil encore haut sur l’horizon dans ces régions). Pour autant que le vent ne soit pas trop fort (ce qui est le cas), ces différences s’atténuent lorsque l’air arrive sur nos régions, mais restent bien perceptibles.

 

C’est ainsi qu’au nord des Pays-Bas, les maxima ne dépassent guère plus 22°C pendant qu’au sud des Pays-Bas et sur de grandes parties de la Belgique, les maxima repassent (parfois largement) la barre des 25°C. Nous sommes en effet du côté de l’air continental méridional, moins extrême que l’air tropical direct, mais encore fort chaud pour la saison.

 

Le ciel est serein une grande partie de la journée. En fin d’après-midi, des altocumulus floccus et castellanus apparaissent. Dans le sud du pays, des castellanus sont présents dès le matin et sont suffisamment développés, en soirée, pour produire des virga.

 

Les températures maximales atteignent 22 à 24°C au littoral, 26 à 28°C en plaine et 24 à 25°C sur les hauteurs. Sur une frange sud-ouest et sud du pays, le long de la frontière française, l’air prend un caractère plus tropical (débordement de l’air chaud français) et les températures frisent parfois les 30°C, notamment dans le Tournaisis. À Chièvres, il fait encore 29,5°C, et 28,8°C à l’aéroport de Gosselies. En soirée et la nuit, cet air chaud tend à remonter plus loin vers le nord-est, avec localement des températures nocturnes restant fort élevées pour la saison. Cela se matérialise sur les cartes d’analyse par un véritable front chaud.

 

200921105700879134.gif

Source : KNMI

 

 

20 septembre 2020

 

Alors que le nord-est du pays connaît des minima assez frais (7,0°C à Diepenbeek et 8,6°C à Kleine Brogel), le Hainaut et l’Entre-Sambre-et-Meuse, voire même l’Ardenne observent des minima fort élevés pour la saison (16,1°C à Florennes et 16,3°C à Lille). On remarquera surtout les pointes de températures aux petites heures, avec 19,1°C à 6 heures à Florennes ; 18,8°C à Gosselies à 4 heures et même encore 17,1°C à 5 heures à Saint-Hubert. Sur les reliefs de l’est du pays, les différences peuvent parfois être saisissantes avec à 4 heures 17,3°C à Spa et 7,8°C à Elsenborn.

 

En journée, l’air chaud tend à reculer à nouveau sous l’influence des vents de nord-est commandés par la ceinture anticyclonique toujours située au nord de nos régions. Mais quelques bulles d’air chaud persistent, notamment sur l’Entre-Sambre-et-Meuse, et de façon générale, les températures remontent bien malgré le vent de nord-est. Si à midi, quelques zones à 16-17°C persistent encore du côté de Zaventem (pendant qu’il fait déjà 22-23°C sur le Brabant Wallon), les maxima de l’après-midi atteignent 24 à 26°C partout en plaine tout comme au centre du pays, et à peine moins sur les hauteurs avec 23 à 24°C. Seul le littoral est plus frais avec 19 à 21°C. Sur l’Entre-Sambre-et-Meuse, il fait localement 28°C (Dourbes : 27,7°C).

 

Le temps est à nouveau beau avec des cirrus, qui temporairement voilent une grande partie du ciel, mais sans vraiment évoluer en cirrostratus. Le matin, on observe aussi des bancs d’altocumulus, parfois épais.

 

Au littoral, le ciel est presque serein (quelques altocumulus le matin, puis cirrus isolés).

 

Ceci termine une décade de septembre chaude, très ensoleillée et très sèche, avec à Uccle une moyenne de température de 18,8°C (moy. min = 12,6°C ; moy. max = 25,8°C), un total d’insolation de 106h52 et un total de précipitations de 0 mm (quelques très faibles précipitations < 0,1 mm ont été relevées le 16 septembre).

 

Surtout au sud du pays, la sécheresse reste un sujet préoccupant. D’après les prévisions, une petite amélioration est en vue, mais il ne pleuvra sans doute pas encore des masses.

 

200921120247926122.jpg

Source : IRM

 

 

 

Modifié par cumulonimbus
Deuxième décade de septembre à présent complète

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

TROISIÈME DÉCADE DE SEPTEMBRE 2020

 

21 septembre 2020

 

La ceinture anticyclonique au nord de nos régions descend vers le sud et vient s’établir sur nos régions. Mais cette ceinture se scinde en deux parties, deux noyaux anticycloniques qui se séparent de plus en plus en s’affaiblissant. Peu à peu, un marais barométrique s’installe dans nos contrées.

 

La vague de chaleur française s’essouffle peu à peu. Nous sommes arrivés à une saison où la chaleur ne s’auto-entretient plus sur le continent. En l’absence d’une nouvelle alimentation en air tropical, les températures finissent par baisser en raison d’un soleil désormais trop faible chez nous. Malgré cela, on reste encore dans des valeurs élevées pour la saison, en journée tout au moins. Car au petit matin, en raison des nuits plus longues, il fait déjà froid.

 

À Elsenborn, la température descend jusqu’à 2,2°C, mais en plaine aussi, on observe des valeurs très basses, comme à Diepenbeek avec 2,8°C et Retie avec 3,6°C. Ceci en grand contraste avec le port de Zeebruges, où la température ne descend pas en dessous de 15,8°C (mais 7,7°C à l’aéroport de Middelkerke).

 

L’après-midi, le ressenti de la température est très doux (aussi grâce au vent faible) et les thermomètres le confirment, avec le plus souvent autour de 25°C en plaine et au centre du pays, et autour de 23°C sur les hauteurs. Au littoral, il fait plus frais avec 19 à 20°C. En Campine, en Gaume et sur l’Entre-Sambre-et-Meuse, on atteint parfois encore 26°C.

 

Le ciel, quant à lui, est serein sur tout le pays.

 

Notons enfin que les écarts de température entre le matin et l’après-midi peuvent être importants, comme par exemple à Diepenbeek (minimum = 2,8°C ; maximum = 25,7°C).

 

 

22 septembre 2020

 

Le maintien d’un marais barométrique permet à l’air doux de stagner sur le pays avec, l’après-midi, souvent une légère baisse des températures par rapport à la veille et ce, après une nouvelle nuit froide. À Diepenbeek, il refait 2,8°C au petit matin, tandis qu’on observe 3,0°C à Elsenborn et 4,9°C à Retie.

 

Les maxima, en plaine et au centre du pays, se situent le plus souvent autour de 23 à 24°C, et à peine moins sur les hauteurs avec 23°C. Les régions privilégiées comme la Campine, la Gaume et aussi l’Entre-Sambre-et-Meuse affichent 25 à 26°C. Au littoral, il fait près de 22°C.

 

Le matin, du brouillard se forme sur l’ouest et le centre du pays, pendant que la visibilité reste extraordinairement bonne sur le plateau ardennais. En dehors de ce brouillard matinal, le ciel est à nouveau parfaitement serein partout, sauf en Gaume où l’on observe quelques rares cumulus humilis.

 

À Diepenbeek, l’écart de température est à nouveau grand entre le matin et l’après-midi, avec un minimum de 2,8°C et un maximum de 25,8°C.

 

 

23 septembre 2020

 

Le marais barométrique n’offre pas une grande résistance à l’arrivée d’un régime dépressionnaire dont les centres d’action sont situés au nord-ouest et au nord par rapport à nos régions.

 

200924041612154503.gif

 

Malgré des pressions pas trop élevées en Méditerranée, le gradient devient suffisant pour générer chez nous un bon petit vent de sud à sud-ouest, avec des rafales de 40 à 50 km/h sur presque tout le pays (jusqu’à 60 km/h au littoral), rafales qui augmenteront encore un peu durant la nuit suivante.

 

Une faible occlusion traverse le pays durant l’après-midi et sera suivie, la nuit, par un front froid très actif.

 

Après d’importants bancs d’altocumulus (parfois aussi stratocumulus) le matin, on observe encore des éclaircies en matinée, avec des altocumulus plus dispersés et la formation de cumulus. L’après-midi, le ciel se voile de cirrostratus et d’altostratus tandis que les cumulus persistent un certain temps encore, avec une tendance à évoluer en stratocumulus. En soirée, le ciel est très nuageux ou couvert de cirrostratus, altostratus et altocumulus. En Gaume, le temps reste assez beau une bonne partie de la journée, avec essentiellement des cumulus, et le voile nuageux n’arrive qu’en fin d’après-midi. Au littoral, au contraire, les éclaircies sont brèves en début de journée, avec un ciel se couvrant rapidement. Des précipitations y tombent dès la mi-journée, des averses tombant d’un mix de stratocumulus et de nuages convectifs en dessous d’un voile de nuages plus élevés.

 

Ailleurs dans le pays, les pluies ne commencent qu’en soirée voire la nuit.

 

Les températures maximales baissent encore un peu par rapport à la veille, mais sont pour la dernière fois encore nettement supérieures aux normes saisonnières, avec  21 à 24°C en plaine et 19 à 20°C sur les hauteurs, tout comme au littoral.

 

Les précipitations sont très abondantes sur l’ouest du pays. À Middelkerke, il tombe déjà 8 mm l’après-midi, puis 16 mm en soirée, soit un total de 24 mm. Une station privée à Alveringem récolte même 29 mm, dont la moitié environ lors d’une averse à la mi-journée et l’autre moitié lors des pluies du soir. Non loin de là, mais du côté français, la station MB de Bergues récolte 40 mm, dont 10 lors de l’averse de la mi-journée et le restant lors des pluies du soir.

 

Plus loin à l’intérieur des terres, les pluies sont moindres mais restent généralement significatives, avec ici et là plus de 10 mm. Le sud du pays, par contre, reçoit parfois fort peu (1,4 mm sur l’épisode, par exemple, à Étalle et 1,8 mm à Virton).

 

 

24 septembre 2020

 

Le front froid achève de traverser notre pays en deuxième moitié de nuit. L’après-midi et le soir, d’autres perturbations traversent notre pays, dont notamment une occlusion associée à  une dépression se déplaçant de l’Irlande à la Manche et se dédoublant, avec un autre noyau sur le sud-ouest de la Mer du Nord. Pour cette raison, les vents de sud-ouest tournent au sud, même temporairement au sud-sud-est en soirée, mais le temps (assez) chaud ne revient pas pour autant.

 

À l’arrière du front froid, le temps est d’abord beau en matinée, avec cirrus puis formation de quelques cumulus. L’après-midi, des altocumulus envahissent le ciel, bientôt suivis de stratocumulus, par moment doublés de cumulus (fractus), parfois il s’agit aussi d’un véritable mix de stratocumulus et nuages convectifs. On note quelques précipitations, tombant tant sous formes de faibles pluies que de petites averses.  En soirée, ces pluies se renforcent quelque peu.

 

En Gaume, le temps est un peu différent avec des stratocumulus résiduels en matinée, puis des cumulus sous un ciel voilé de cirrus, puis de cirrostratus, plus tard à nouveau des stratocumulus, dont castellanus.

 

200928103922643330.jpg

 

Les températures maximales n’atteignent plus 20°C nulle part. Elles se situent entre 16 et 19°C en plaine (le moins à l’ouest, le plus à l’est) et entre 14 et 15°C sur les hauteurs. Les précipitations sont le plus souvent encore modestes, mais dépassent déjà les 10 mm par endroit, comme par exemple à Gouvy (12,2 mm).

 

 

25 septembre 2020

 

Le premier noyau dépressionnaire, celui qui se trouvait la veille sur la Manche, s’enfonce sur le territoire français et se comble rapidement. Le second noyau dépressionnaire, celui sur le sud-ouest de la Mer du Nord, va encore faire parler de lui. Bien que peu profond, ce noyau va générer, par rapport à une crête anticyclonique, un resserrement des isobares tel que le vent se mettra à souffler en tempête le long de notre Côte belge : la tempête Odette est née !

 

200928110824374005.gif

Source : KNMI

 

Mais d’abord, parlons de la différence saisissante des températures en à peine 10 jours de temps. Ci-dessous, les valeurs mesurées le 15 septembre à 15h Z (17h L.T.), comparées à celles du 25 septembre à la même heure.

 

200928111546908767.jpg

Source des cartes : Infoclimat

 

Par endroit, cette différence atteint 23, voire 24°C. De telles différences sont plutôt rares pour des températures prises à la même heure au sein d’un même mois. En octobre 2012, cette différence avait atteint localement 20°C, mais en 4 jours seulement (p. ex. Elsenborn : 23,9°C le 22/10/2012 à 15h Z ; 3,9°C le 26/10/2012 à 15h Z).

 

Nous verrons par la suite que la différence au niveau des précipitations est tout aussi saisissante : on passe presque sans transition de la sécheresse au trop plein d’eau !

 

En ce 25 septembre, nous avons d’abord un temps instable et venteux, avec des vents de sud tournant à l’ouest à l’intérieur des terres, et au nord-ouest au littoral. Le ciel est généralement très nuageux à couvert. Peu d’éclaircies entre les cumulonimbus à averses. Le plus souvent, nous avons un mix de stratocumulus, de cumulus et de fractus, parfois aussi des altocumulus et quelques coins de ciel bleu quand le soleil perce un peu.

 

Les températures maximales : 13 à 14°C en plaine, 8 à 10°C sur les hauteurs.

 

En journée, les précipitations restent encore raisonnables partout, et ne dépassent pas les 5 mm dans la plupart des cas. Mais le vent est déjà bien là, avec des rafales qui montent progressivement à 60 km/h à l’intérieur des terres, à 80 km/h sur l’ouest des plaines et à 100 km/h, voire plus le long du littoral. En début de soirée (entre 19 et 20h), Coxyde monte jusqu’à 108 km/h pendant que Middelkerke atteint 101 km/h. À Zeebruges, une rafale de 101 km/h est déjà mesurée entre 17 et 18h. Il n’est d’ailleurs pas exclu que du côté de La Panne, on dépasse les 110 km/h (Dunkerque : 112 km/h entre 18 et 19h).

 

La nuit, pluie et vent se renforcent. Entre 2 et 3 heures du matin, on observe jusqu’à 115 km/h à Zeebruges, tandis que des rafales de 70 à 80 km/h se propagent aussi à l’intérieur, jusqu’au centre, voire le centre-est du pays. On remarquera aussi la moyenne très élevée du vent à Zeebruges entre 1 et 2 heures, avec 83 km/h.

 

Comme ces vents soufflent de nord-ouest (à peu près perpendiculairement à la ligne côtière), on note beaucoup de dégâts aux littoral, notamment en raison du transport de sable vers la digue, perturbant fortement le trafic.

 

Ci-dessous : le « résultat » de la tempête le lendemain matin.

 

20092812205853011.jpg

Crédit photo : Patoche Gérard ; source : Info Météo

 

Venons-en aux pluies maintenant. Le soir et la nuit, ces pluies se renforcent nettement, ce qui fera que les totaux (8h -> 8h) dépassent parfois 30 mm, voire 40 mm. Quelques chiffres :

 

Sint-Katelijne-Waver : 41,0 mm

Mont-Rigi : 32,0 mm

Uccle : 30,4 mm

Stabroek : 30,2 mm

 

Mais à bien des endroits, le pire reste à venir…

 

 

26 septembre 2020

 

La dépression, d’abord située sur les Pays-Bas, s’éloigne vers l’Allemagne, puis la Pologne et les vents se calment petit à petit. Mais une occlusion reste traîner en travers de notre pays, créant ainsi un couloir à précipitations particulièrement intenses. Ce couloir s’étend grosso modo de la Flandre Orientale à l’est du Hainaut / ouest de la province de Namur en passant par le centre-ouest du pays. Une autre zone à fortes précipitations (là plutôt un gros amas) sévit également sur les massifs ardennais et fagnards.

 

D’abord les chiffres sur 24 heures (c’est-à-dire du matin du 26/09/2020 au matin du 27/09/2020) :

 

Dourbes : 69,3 mm

Enghien : 65,2 mm

Sivry-Haye : 64,0 mm

Cour-sur-Heure : 63,4 mm

Sivry-Rance : 60,4 mm

Gosselies : 59,0 mm

Tollembeek : 57,6 mm 

Braine-le-Château : 51,0 mm

Alost : 50,0 mm

 

Des cotes supérieures à 60 mm en une journée, surtout en Basse et Moyenne Belgique, peuvent être considérées comme très élevées.

 

Les pluies sur les reliefs (et vallées) de l’est et sud-est du pays donnent des totaux à peine moindres :

 

Mont-Rigi : 48,6 mm

Bièvre : 44,0 mm

Hastière : 42,1 mm

 

Et en dehors des zones précitées, le temps reste très pluvieux aussi, avec des totaux le plus souvent supérieurs à 20 mm !

 

Dans les zones très impactées, les pluies sont plus ou moins continues et fortes, et il est parfois bien difficile de faire la distinction entre averses et renforcements de pluies continues. Pour l’observateur au sol, cela peut parfois apparaître comme un nimbostratus, mais avec des pluies plus intenses que d’habitude. Grâce au radar de précipitations, des averses sont cependant détectables et on peut parler de cumulonimbus encastrés dans le nimbostratus.

 

Ci-dessous, l’état de la situation le matin, avec les cumulonimbus situés sur la mer (en rouge sur la carte).

 

200928040421342535.png

Source : Buienradar

 

En journée, il y a une certaine pénétration de ces cumulonimbus à l’intérieur des terres (petits points rouges).

 

200928040617615885.png

Source : Buienradar

 

En dehors des zones précitées (parfois même très peu à l’ouest ou à l’est), le ciel prend plutôt des caractéristiques instables, avec un mix de stratocumulus et de nuages convectifs, et parfois des cumulonimbus visibles dans de brèves éclaircies.

 

200928041434470218.jpg

Webcam MB – Schaerbeek – 26 septembre 2020 à 14h

 

En fin d’après-midi, c’est même un véritable arcus qui déboule sur le centre du pays.

 

200928044100836898.jpg

26 septembre 2020 à 17h54 – crédit photo : Skystef

 

Au littoral, l’instabilité est suffisante pour un peu d’activité orageuse et…. une trombe marine !

 

200928044627876002.jpg

Crédit photo : Greet Velghe ; source : Frank Deboosere

 

Les vents généraux, quant à eux, soufflent de nord-ouest et tournent au nord, avec encore de fortes rafales au littoral en première moitié de journée (90 puis 80 km/h). À l’intérieur des terres (à l’exception de l’ouest des plaines), le vent n’est pas très significatif. Durant la nuit, le vent redevient fort au littoral.

 

Les températures, en plaine, remontent un peu avec le plus souvent 14 à 16°C. Certaines régions, notamment l’Entre-Sambre-et-Meuse, restent fort froides sous les fortes pluies, avec des maxima de 9,4°C à Dourbes et de 9,6°C à Florennes. Sur les Hauts Plateaux, il fait plus froid encore avec 7,1°C à Saint-Hubert et 7,3°C à Mont-Rigi. Dans ces deux dernières régions, les températures remontent ensuite en cours de nuit, et deviennent donc plus douces qu’en journée.

 

 

27 septembre 2020

 

La situation atmosphérique est très inhabituelle. La dépression responsable de la tempête Odette s’est retrouvée coincée sur la Pologne, la veille, des suites de la poussée d’un anticyclone présent sur la Russie depuis plusieurs jours déjà. Cette dépression se met à marcher à reculons et… nous revient en ce 27 septembre avant de se combler rapidement sur la France.

 

Comme déjà mentionné, le vent est redevenu fort au littoral durant la nuit et, le matin, c’est à nouveau une véritable tempête de nord-ouest à nord qui s’abat sur le port de Zeebruges, avec des rafales de 101 km/h pour un vent moyen de 79 km/h entre 6 et 8 heures.

 

Sur l’ouest de la Côte belge, le vent est un peu moins fort, mais les rafales atteignent encore 80 à 90 km/h. Et des rafales de 75 km/h sont enregistrées jusqu’à une trentaine de kilomètres du littoral. Plus loin encore à l’intérieur, le centre du pays subit encore quelques petites rafales, tandis que l’est et le sud ne sont pas concernés par cette nouvelle tempête ou, plutôt, retour de tempête.

 

En journée, ces vents diminuent rapidement et, comme nous le verrons plus loin, nous bénéficions aussi d’une accalmie sur le front de la pluie. Mais revenons un instant sur la situation atmosphérique du jour.

 

200929120147299012.gif

Source : KNMI

 

Nous pouvons y voir que la dépression, qui est à présent en train de mourir sur la France, a entraîné dans son sillage, sur son versant nord-est, un vaste secteur chaud dans une situation quasiment inversée par rapport à la situation normale. Ce secteur chaud emprisonne par ailleurs un reliquat d’air chaud qui avait séjourné un bon moment sur la Pologne et l’Allemagne orientale, avec des températures jusqu’à 28°C à Berlin et à Cottbus. À présent, la bulle d’air chaud se trouve sur le Danemark, le sud de la Suède et les États Baltes.

 

200929121937197297.png

Source : Infoclimat

 

Chez nous, cet air chaud n’a (encore) aucune influence.  Le temps est d’abord pluvieux sous un nimbostratus, puis le temps s’améliore avec un mix de cumulus et de stratocumulus et quelques éclaircies. Au littoral, le temps est un peu plus instable avec de petites averses. Plus tard en journée, des nuages de l’étage moyen, altostratus et altocumulus, envahissent le ciel partout, avec plus tard quelques précipitations. Au sud du pays, on observe aussi du brouillard matinal par vent calme (en grand contraste avec la tempête à la mer).

 

Les précipitations restent très raisonnables sur tout le pays. Les températures maximales sont presque douces sur l’ouest et le nord du pays, avec le plus souvent 16 à 17°C. Sinon, ces températures se situent autour de 14 ou 15°C sur une grande partie du pays, et entre 10 et 11°C sur les hauteurs.

 

 

28 septembre 2020

 

La situation atmosphérique n’a guère évolué, sauf que le secteur chaud s’est décalé vers le nord-ouest et que la pointe de ce secteur chaud à l’envers se trouve à présent sur notre pays avec une nouvelle fois de fortes précipitations.

 

200929124926959536.gif

Source : KNMI

 

Les températures élevées se retrouvent désormais du côté de la Norvège, ou plutôt, à quelques endroits privilégiés de la Norvège, où l’air chaud parvient à toucher le sol. Même si en altitude, la bulle d’air chaud concerne une grande partie de la Scandinavie, en surface il fait souvent frais sous l’inversion, avec du brouillard très répandu en Suède. De l’autre côté des Scandes (= « Alpes scandinaves »), le pseudo-foehn parvient à faire grimper les températures, dans certains fjords et vallées norvégiens, jusqu’à 23°C ! À Trondheim (63°28’N) notamment, sous un soleil éclatant, on enregistre 23,0°C, la plus haute température depuis 40 ans au moins pour une 3e décade de septembre.

 

Chez nous, on est loin du compte. Il pleut et il fait frais, avec un nimbostratus qui persiste toute la journée, souvent précédé, suivi voire doublé d’un stratus. Notamment une bande centrale sur la Belgique connaît des précipitations abondantes, avec 12,5 mm à Stabroek ; 11,8 mm à Sint-Katelijne-Waver ; 21,8 mm à Uccle ; 24,0 mm à Gosselies et 24,3 mm à Dourbes. À l’ouest et à l’est de cette bande, il pleut généralement moins. En Ardenne, le ciel n’est pas encore trop sombre en matinée, avec altocumulus et stratocumulus, plus tard doublés de fractus avant l’arrivée du nimbostratus. En Gaume, on note même quelques éclaircies en matinée.

 

Les températures maximales : 12 à 16°C en plaine,  6 à 9°C sur les hauteurs.

 

Et pourtant, la Belgique connaît un tout petit peu aussi l’influence de l’air chaud scandinave. En altitude, la langue d’air chaud est bien plus étendue qu’en surface, et la Belgique connaît de ce fait une hausse marquée des températures au niveau 850 hPa, qui passe de 3 à 9°C vers 1400 mètres d’altitude. Il s’ensuit une grande stabilisation de l’air, avec l’humidité coincée dans les basses couches et une baisse de la base des stratus, qui fait disparaître dans le brouillard le sommet des buildings bruxellois. En outre, une partie de ce réchauffement se transmet jusqu’en surface avec, sous un ciel invariablement gris, une hausse des températures de 3°C environ à partir de l’ouest, accompagnée d’un changement brusque de la direction du vent. Le « vent froid de sud » se fait remplacer par un « vent plus doux de nord-ouest » !

 

200929032420397279.jpg

Source : IRM

 

 

 

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

Si on se réfère au site météo bruxelles (https://www.meteo-bruxelles.be/records), nous étions à 6/10 de degré d'un record de froid  journalier pour la Tm pour un 25 septembre.

 

Précédent 11,6  (1877)

Aujourd'hui 12.2 (2020)

 

Ce qui est vraiment pas mal si on considère que la température a augmenté de 1 degré du début du 20eme siècle à nos jours.

 

En considérant bien sûr le record de 1877 comme correct.

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 14 heures, titibel a dit :

Bonjour,

 

Si on se réfère au site météo bruxelles (https://www.meteo-bruxelles.be/records), nous étions à 6/10 de degré d'un record de froid  journalier pour la Tm pour un 25 septembre.

 

Précédent 11,6  (1877)

Aujourd'hui 12.2 (2020)

 

Ce qui est vraiment pas mal si on considère que la température a augmenté de 1 degré du début du 20eme siècle à nos jours.

 

En considérant bien sûr le record de 1877 comme correct. 

 

 

 

En considérant bien sûr le record de 1877 comme correct.

À confirmer la température de cette date…...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×