Aller au contenu
Les Forums de MeteoBelgique
cumulonimbus

2013 : dernière grande offensive de froid

Messages recommandés

Posté(e) (modifié)

IL Y A 8 ANS, LA DERNIÈRE OFFENSIVE DE FROID MAJEURE EN BELGIQUE

 

 

L’offensive hivernale de mars 2013, au vu de la saison avancée, peut franchement être considérée comme majeure. En bien des lieux en Basse et Moyenne Belgique, il faut remonter aux années 1887 et 1888 pour retrouver quelque chose de similaire durant une 2e décade de mars.

Le Namurois a été sans conteste la zone la plus touchée. À Ciney, le 13 mars au matin, la température est descendue jusqu’à –17,2°C, tandis que la station MB de Floriffoux est descendue jusqu’à –15,6°C. À Hastière, on notait –12,4°C tandis que Malonne, à 8 h, avait une température de –14,1°C (le minimum avait été peut-être encore plus bas). La neige a atteint des proportions inédites pour un milieu de mars, et d’énormes congères conféraient au paysage un véritable caractère polaire.

La hauteur de la neige hors congères, pour autant qu’elle était mesurable, s’élevait le 12 mars à 20 cm à Ciney. À Florennes, des épaisseurs jusqu’à 18 cm ont été relevées le 13 mars à 10 h et à 13 h, avec comme code synoptique « 9 » (= Neige recouvrant le sol en totalité; congères importantes (50 cm ou plus recouvrant la surface générale)). Le Hainaut, lui aussi, a été durement touché par cette offensive hivernale. À Mouscron, on a relevé 17 cm en date du 12, tandis qu’à Presles, cette épaisseur était de 12 cm, mais là aussi, avec d’importantes congères.

Des températures fort basses ont été observes à Gosselies (–10,1°C) et à Chièvres (–11,9°C).

Au centre du pays où, grâce à la station d’Uccle, nous disposons d’une très longue série d’observations, nous pouvons prendre la mesure de la rareté des événements que nous venons de vivre. Au niveau des températures, les –10,1°C du 13 mars 2013 constituent la température la plus basse jamais relevée pendant une 2e décade de mars sur une période remontant jusqu’à 1886 ! Le précédent record, datant du 13 mars 1887, a été battu de plusieurs dixièmes de degrés.

 

À Zaventem (aéroport), le thermomètre est descendu jusqu’à –12,6°C, une température qui s’apparente au –13°C du 14 mars 1845 à l’ancien observatoire à Bruxelles Saint-Josse et qui constitue très vraisemblablement la température la plus basse de la période instrumentale à Bruxelles et dans ses environs pour une mi-mars.

 

D'autre part, les deux gelées permanentes d'Uccle, observées les 11 et 12 mars, sont tout aussi exceptionnelles. Là aussi, il faut remonter fort loin, jusqu’à 1888, pour trouver des maxima aussi bas. Par contre, des gelées permanentes encore plus tardives ont été curieusement observée récemment : les 17 et 18 mars 2018, la température n’a pas dépassé 0°C à Uccle. Mais le maximum le plus bas a été un brin moins extrême que celui de 2013.

 

L’épaisseur de la neige hors congères, de 13 cm, constitue également un record sur toute la série d’observations à Uccle qui remonte, pour ce paramètre-là, à 1889 (précédent record : 12 cm en 1906).

 

En 1888, lorsque les observations d’enneigement étaient à leur début, de la neige couvrant entièrement le sol était signalée à Uccle entre le 18 mars à 8 h et le 22 mars à 8 h (et une neige recouvrant presque entièrement le sol jusqu’au 23 mars à 8 h), mais la hauteur de cette neige n’était mentionnée que de façon globale en Belgique, « de 10 à 25 cm dans la région montagneuse [sic] et de 5 à 10 cm dans la région des plaines » en date du 20. L’année d’avant, en 1887, le sol d’Uccle a été signalé recouvert de neige presque aux mêmes dates, du 17 mars à 8 h au 21 mars à 8 h, mais il n’existe aucune indication sur la hauteur de cette neige.

 

De toute façon, si l’on considère les congères de l’épisode neigeux de 2013, on ne risque pas de se tromper en affirmant que nous nous étions retrouvés devant un phénomène tout à fait unique pour la mi-mars, qui n’est pas sans rappeler le chaos qui avait régné juste avant le célèbre Nouvel An de 1978-1979.

 

210304124018984573.jpg

Forest (Bruxelles) dans la tourmente neigeuse. Crédit photo : Robert Vilmos

 

Le fait qu’une couche de neige épaisse et intacte perdure plusieurs jours à Uccle est tout aussi exceptionnel si tard dans la saison. Hormis 1887 et 1888, on a encore relevés 3 jours consécutifs de neige significative au sol à Uccle du 13 au 15 mars 1962, mais les températures dépassaient nettement le 0°C en journée et la neige fondait avant que de nouvelles chutes de neige ne reforment un tapis neigeux. (Il convient cependant de noter que dans les Hautes-Fagnes, cette année-là, l’épisode neigeux était bien plus important que celui de 2013, avec un sol couvert de neige pendant tout le mois et un maximum de 51 cm à Botrange.)

 

La région liégeoise, bien sûr, n’a pas été épargnée non plus par la vague de neige et de froid tardifs de 2013. Bien que les hauteurs de neige officielles n’aient pas été terribles, les congères étaient très marquées et même les épaisseurs de neige elles-mêmes, en bien des endroits, étaient remarquables.

 

Les températures minimales, quant à elles, sont descendues jusqu’à –11,8°C à l’aéroport de Bierset et jusqu’à –7,7°C à Angleur. À Stree (Huy), le minimum a été de –10,1°C.

 

En Haute Belgique, il a fallu attendre deux jours de plus pour avoir des températures extrêmes avec, par exemple, –17,9°C à Elsenborn le 15 mars. La tourmente de neige, bien sûr, a aussi touché l’Ardenne et les Hautes-Fagnes, mais les records précédents en matière de neige, dans cette région, sont d’une autre dimension qu’en Basse et Moyenne Belgique. Nous avons déjà évoqué le mois de mars 1962, où le sol est resté recouvert de neige tout le mois, mais mars 1988 a été bien pire encore ! Là aussi, le sol est resté recouvert de neige tout le mois, mais avec une épaisseur dépassant les 60 cm pendant 16 jours consécutifs, du 1 au 16 mars. Les 5 et 6, la couche atteignait 105 cm à Mont-Rigi, tandis que le 8, la même épaisseur était atteinte au Centre Nature de Botrange.

 

Comme on peut le constater, les événements exceptionnels ont des dates et des origines bien différentes d’un bout à l’autre de notre petit pays !

 

 

Petit résumé au jour le jour

 

6 mars 2013

 

Une journée on ne peut plus printanière, avec 19,8°C à Liège-Monsin ; 19,6°C à Stavelot ; 19,5°C à Stabroek ; 19 ,2°C à Rochefort ; 19,1°C à Uccle et à Angleur et encore 13,1°C à Mont-Rigi (alors qu’une petite dizaine de centimètres de neige au sol est encore en train de se sublimer dans un air avec un taux d’humidité de 19% !).

 

Après le passage d’un front chaud affaibli qui donne encore des stratocumulus en matinée, le ciel se dégage avec un beau soleil accompagné de cirrus et quelques altocumulus, ce qui fait que cette journée printanière est parfaite.

 

210304044803216830.jpg

Webcam IRM – Diepenbeek – 6 mars 2013 à 16h20

 

 

7 mars 2013

 

Une journée à nouveau plus humide, mais qui reste douce, avec 15 à 16°C par endroit malgré un ciel très nuageux avec altostratus translucidus suivi de stratocumulus et de quelques pluies.

 

 

8 mars 2013

 

Le temps est toujours très doux pour la saison, avec 14 à 15°C et localement même 17°C, mais reste humide avec, essentiellement, des altocumulus et des stratocumulus de plus en plus nombreux, donnant à nouveau un peu de pluie. Ces pluies deviendront même très abondante la nuit du 8 au 9 sur l'ouest de la Belgique en raison d'une petite dépression qui évolue très lentement sur notre pays. Middelkerke et Anvaing recueille 33 mm ; Kruishoutem, 28 mm ; Beitem et Eeklo, 27 mm ; Passendaele, 26 mm... Ces fortes précipitations restent grosso modo à l'ouest d'une ligne allant de Gand à Mons.

 

 

9 mars 2013

 

Dans un premier temps, il fait encore relativement doux avec 7 à 11°C par temps pluvieux au nord et au centre, et par temps légèrement instable (cumulus et stratocumulus) au sud. En après-midi, l’air plus froid arrive par le nord avec 5 ou 6°C, de la brume, des stratus et des stratocumulus. Peu à peu, cet air gagne le restant du pays.

 

Ci-dessous : arrivée du froid à Uccle.

 

210304045204718156.jpg

Webcam IRM – Uccle – 9 mars 2013 à 16h45

 

 

10 mars 2013

 

C’est une journée grise et froide avec des maxima souvent proches de 2°C (mais encore jusqu’à 7°C sur le sud du pays) et déjà quelques chutes de neige.

 

 

11 mars 2013

 

La journée est grise et plus froide encore, avec des stratus / stratocumulus parfois accompagnés de chutes de neige. Le soir à 19h, on relève déjà 6 cm à l’aéroport de Charleroi. Ailleurs, la couche est plus modeste mais atteint quelques centimètres en bien des endroits.

 

Les maxima, de 0 à –1°C en plaine et de –3 à –5°C sur les hauteurs, sont parmi les plus bas jamais enregistrés pendant une seconde décade de mars. Il faut en effet remonter à... 1888 pour trouver des valeurs encore plus froides. Ce qui est remarquable aussi, c’est que ces maxima sont en moyenne 20°C plus bas que ceux relevés 5 jours plus tôt, en l’occurrence le 6 mars.

 

21030404560616818.jpg

Webcam IRM – Uccle – 11 mars 2013 à 13h30

 

 

12 mars 2013

 

Un retour d’est nous vaut du grand froid et de fortes chutes de neige. Sous un altostratus (parfois translucidus) doublé de nombreux stratus fractus, les chutes de neige s’ intensifient dès le matin au centre du pays, pour ne cesser que vers 13 h environ. Alors, il ne reste que l’altostratus translucidus, avec quelques stratocumulus à la limite de cumulus. Plus tard, cet altostratus s’ amincit même en cirrostratus avec, à 15 heures, un effilochement et quelques éclaircies parmi les cirrus.

 

Les épaisseurs de neige, à 7 h et à 13 h étaient les suivantes :

Middelkerke : 1 cm / traces

Munte : 5 cm / 5 cm

Deurne : 5 cm / 8 cm

Zaventem : 5 cm / 10 cm

Gosselies : 10 cm / 13 cm (14 cm à 16h)

Bierset : 5 cm / 6 cm

Kleine Brogel : 5 cm / 10 cm

Mont-Rigi : 7 cm / 7 cm

 

À Ciney, la couche atteint 20 cm et à Mouscron, 17 cm. À Uccle, les 13 cm sont la mesure de neige la plus élevée jamais relevée au cours d’une 2e décade de mars (précédent record : 12 cm le 14 mars 1906).  

 

Mais ces données ne reflètent même pas vraiment la neige présente au sol puisque ce sont surtout les congères, formées par un vent de nord-est avec des rafales jusqu’à 50 km/h, qui donnent un caractère très hivernal au paysage. Ces congères montrent aussi la difficulté de mesurer cette fameuse hauteur « hors congères » de la neige. À Beauvechain par exemple, l’épaisseur de la neige varie de 4 à 12 cm selon l’endroit de l’aéroport, avec jusqu’à 25 cm dans les congères. Au final, en se basant aussi sur les précipitations, c’est la valeur (moyenne) de 13 cm qui est retenue.

 

 

13 mars 2013

 

La nuit du 12 au 13 mars, le ciel se dégage et les températures s’effondrent. Au matin, tous les records pour la mi-mars sont pulvérisés. En région bruxelloise, on descend jusqu’à –10,1°C à Uccle et jusqu’à –12,6°C à l’aéroport de Bruxelles-National. Il faut remonter jusqu’au... 14 mars 1845 pour trouver plus bas, avec –13°C à l’ancien Observatoire de Bruxelles, qui était situé à l’emplacement de l’actuel Botanique.

 

Ailleurs dans le pays, les séries sont moins longues, mais atteignent quand même 60 années en bien des endroits. Voici quelques records (pulvérisés) pour la deuxième décade de mars :

 

Bierset : –11,8°C (précédent record : –8,2°C le 19 mars 1985, données disponibles depuis 1953)

Ciney : –17,1°C (précédent record : –8,3°C le 13 mars 1987, données disponibles depuis 1976)

Hastière : –12,4°C (précédent record : –8,5°C le 13 mars 2006, données disponibles depuis 1977)

Florennes : –11,1°C (précédent record : –7,7°C le 13 mars 2006, données disponibles depuis 1976)

Beauvechain : –8,7°C (précédent record : –6,9°C le 11 mars 1970, données disponibles depuis 1953)

Gosselies : –10,1°C (précédent record : –7,1°C le 13 mars 2006, données disponibles depuis 1984)

Deurne : –10,8°C (précédent record : –8,5°C le 11 mars 1958, données disponibles depuis 1953)

Eeklo : –7,0°C (précédent record : –6,6°C le 13 mars 1958, données disponibles depuis 1953)

Beitem : –8,5°C (précédent record : –5,2°C le 14 mars 1987, données disponibles depuis 1953)

Gorsem : –15,4°C (précédent record : –7,4°C le 13 mars 1987, données disponibles depuis 1982)

Koersel : –15,3°C (précédent record : –8,7°C le 13 mars 2006, données disponibles depuis 1983)

 

En journée, les températures sont un peu moins froides que les jours précédents, avec 4°C sur l’ouest du pays, 2°C au centre et un gel permanent sur la plupart des régions de l’est. Ce redoux s’accompagne d’instabilité notamment au littoral, avec là de petites averses de neige. En après-midi, cette instabilité atteint aussi le centre du pays sous une forme affaiblie, avec un mix de cumulus et de stratocumulus.

 

Partout, la couche de neige reste intacte, à l’exception du littoral où il ne subsiste que des traces. À l’aéroport de Charleroi, on mesure 13 cm, et encore 7 cm à celui de Bruxelles. À Uccle, on relève 10 cm.

 

210304050127652538.jpg

Webcam MB – Mélin – 13 mars 2013 à 15h34

 

 

Conclusion

 

Il s’agit d’un événement froid majeur, d’autant plus qu’il sera suivi par d’autres épisodes hivernaux remarquables pour la saison. C’est ainsi que le sol d’Uccle, après avoir été enneigé du 12 au 15 mars, le sera à nouveau du 24 au 26 (10 cm le 24), avec un dernier blanchissement (1 cm) le 29. Le 31, toujours à Uccle, on vivra le jour de Pâques le plus froid depuis le début des observations à Uccle en 1886, avec un maximum de 3,1°C. Le minimum pasqual de –2,0°C est le deuxième plus froid de la série.

 

Le 5 avril, avant un maximum (nocturne !) de 3,9°C, la température oscille sans cesse entre 2 et 3°C tout au long de la journée. Ensuite le matin du 7, la température dégringole jusqu’à –4,9°C à Middelkerke.

 

Au final, le mois de mars 2013 arrive à Uccle à une moyenne de 3,0°C, ce qui le place parmi les mois de mars très froids. Mais cette moyenne encore « raisonnable » est due à la grande douceur du début du mois qui compense partiellement le froid du restant du mois.

 

Si l’on décale les mesures de 8 jours, c’est-à-dire qu’on prend la période de 31 jours du 9 mars au 8 avril, on obtient les chiffres suivants.

 

Température moyenne : 2,1°C

Moyenne des maxima : 5,1°C

Moyenne des minima : –1,4°C

Maximum de la période : 10,8°C (7 avril)

Minimum de la période : –10,1°C (13 mars)

 

Là, on est vraiment dans l’exceptionnel ! En outre, un maximum si bas sur 31 jours printaniers est tout à fait remarquable. Si l’on extrapole ce que cela aurait donné 8 jours plus tôt dans la saison (c’est-à-dire du 1 au 31 mars) en tenant compte de la saisonnalité et des masses d’air en présence, on obtiendrait quelque chose qui ressemble à ceci :

 

Température moyenne : 1,0°C

Moyenne des maxima : 3,7°C

Moyenne des minima : –2,2°C

Maximum du mois : 9,4°C (30 mars)

Minimum du mois : –10,9°C (5 mars)

 

Et là, les records, on les aurait eus !

 

C’est d’ailleurs la dernière grande réussite pour le froid ! Depuis, de nombreux événements majeurs se sont produits du côté chaud, mais (presque) plus aucun du côté froid. Si l’on excepte un petit coup de froid ponctuel en mars 2018, qui a encore réussi a générer les 2 jours d’hiver le plus tardif, tous les autres événements froids ont été au mieux « anormalement » froids, mais plus exceptionnels !

 

Sauf peut-être... Surprise à l’avenir !

 

 

 

Modifié par cumulonimbus
Ajout des précipitations de la nuit du 8 au 9 mars

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×