Aller au contenu
Les Forums de MeteoBelgique
cumulonimbus

Contraste printanier... cette fois-ci très marqué

Messages recommandés

Posté(e) (modifié)

CONTRASTE PRINTANIER... CETTE FOIS-CI TRÈS MARQUÉ

 

Si les gros contrastes sont habituels au printemps, celui que nous avons connu en cette année 2021 est hors normes. En l’espace de 6 jours, les maxima sont parfois plus bas de plus de 20°C !

 

Mont-Rigi : 22,0°C (31 mars) ; –1,9°C (6 avril), soit une perte de 23,9°C

Spa (aérodrome) : 23,1°C (31 mars) ; –0,3°C (6 avril), soit une perte de 23,4°C

Elsenborn : 22,0°C (31 mars) ; –0,7°C (6 avril), soit une perte de 22,7°C

Koersel : 26,8°C (31 mars) ; 4,9°C (6 avril), soit une perte de 21,9°C

Kleine Brogel : 25,2°C (31 mars) ; 3,4°C (6 avril), soit une perte de 21,8°C

Schaffen : 24,5°C (31 mars) ; 3,1°C (6 avril), soit une perte de 21,4°C

Bierset : 23,2°C (31 mars) ; 2,1°C (6 avril), soit une perte de 21,1°C

 

En 1968, l’année du précédent record de chaleur en mars, les pertes ont été sèches aussi dans les jours suivants, mais moindres qu’en 2021 sauf dans le sud du pays. À Virton, le maximum a été de 24,2°C le 29 mars 1968 et de 3,5°C le 3 avril 1968.

 

Dans les années récentes, on se souviendra des 17 à 19°C en plaine le 6 mars 2013 et des conditions hivernales extrêmes qui ont régné peu après, avec des gelées permanentes généralisées le 11 mars, et presque généralisées le 12 mars avec de très fortes chutes de neige.

 

Voyons à présent, jour après jour, comment on est passé de l’été à l’hiver.

 

 

 

1er avril 2021

 

Après la journée radieuse du 31 mars, où les températures maximales se sont situées entre 24 et 27°C en plaine et autour de 22°C sur les hauteurs, ce 1er avril montre déjà les premiers prémices du changement radical de temps qui nous attend. Le vent, en fait, a tourné au nord sous l’effet d’un nouvel anticyclone se développant sur le nord de l’Océan.

 

Sur le centre, l’est et le sud du pays, cela n’a encore qu’un impact limité sur les températures maximales puisque ce vent nous « remballe » dans un premier temps l’air chaud présent sur une bonne partie de l’Europe. Mais la Mer du Nord a déjà son petit mot à dire, en nous apportant plus d’humidité et, malgré tout, déjà un frein aux températures qui n’atteigent plus les records de la veille.

 

Sur l’ouest du pays par contre, la fraîcheur est déjà bien présente, avec des maxima qui ne dépassent guère les 10°C, alors qu’ailleurs, malgré un ciel d’abord voilé puis restant délavé, les maxima atteignent encore 19 à 22°C en plaine (à l’est d’une ligne Anvers – Gand – Courtrai) et 19 à 20 sur les hauteurs. En fin d’après-midi et en soirée, le front froid traverse le pays du nord au sud avec une baisse rapide et marquée des températures.

 

Ci-dessous : ciel délavé comme ici, au-dessus de Beausaint.

 

210407040935291937.jpg

Webcam MB – Beausaint – 1 avril 2021 à 18h30

 

 

2 avril 2021

 

L’anticyclone est à présent centré entre l’Islande et l’Irlande, avec plus de 1040 hPa en son noyau, et nous envoie des courants septentrionaux froids. Les températures minimales se situent entre 1 et 3°C en plaine (5 à 6°C au littoral) et se rapprochent de 0°C sur les hauteurs. Cela signifie que le minimum est parfois de plus de 20°C inférieur au maximum de la veille, comme par exemple à Koersel où l’on passe de 22,1 à 1,2°C.

 

En journée, sous un vent de nord-nord-est tournant au nord, les températures maximales ne dépassent plus 9 à 11°C en plaine (7 à 8°C au littoral) et 6 à 8°C sur les hauteurs et ce, sous une nébulosité variable avec fractus le matin, puis cumulus / stratocumulus, témoins d’une instabilité de basses couches bloquée par une inversion de subsidence. À noter que les nuages sont plus présents en matinée et les éclaircies, plus larges l’après-midi.

 

210407101809334222.jpg

Webcam MB – Braine-l’Alleud – 2 avril 2021 à 13h50

 

 

3 avril 2021

 

L’anticyclone, à présent centré au nord-ouest de l’Irlande, continue à générer chez nous des vents de nord avec une petite tendance nord-est, qui nous apporte un air un brin plus doux. Les minima se situent le plus souvent entre 4 et 6°C en plaine et entre –1 et 1°C sur les hauteurs, alors que les maxima restent coincés autour de 8°C au littoral, mais se situent entre 10 et 12°C en plaine et autour de 8°C, également, sur les hauteurs.

 

Le ciel est d’abord très nuageux ou couvert avec stratocumulus, puis des éclaircies se développent l’après-midi avec cumulus / stratocumulus.

 

210407102040749040.jpg

Webcam MB – Beausaint – 3 avril 2021 à 11h40

 

 

4 avril 2021

 

L’anticyclone pousse une crête vers nos régions, avec un noyau secondaire qui se forme ensuite sur l’Autriche. Les vents de nord tournent au nord-ouest, puis à l’ouest et au sud-ouest. Ce qui n’empêche pas une portion d’air assez froid de stagner sur notre pays. Les maxima, en baisse, ne dépassent plus 9 à 10°C en plaine (7 à 8°C au littoral) et 6 à 8°C sur les hauteurs. Seule la Gaume connaît un temps plus doux avec 13°C. Là, le temps est beau, sinon le ciel est très nuageux avec stratocumulus, qui se déchirent ensuite l’après-midi avec des éclaircies plus ou moins larges.

 

210407102451920986.jpg

Webcam MB – Schaerbeek – 4 avril 2021 à 15h40

 

 

5 avril 2021

 

Un front froid sépare un air déjà froid d’un air encore plus froid, d’origine arctique. Ce front est immédiatement suivi d’une ligne post-frontale.

 

Les températures maximales baissent encore, pour se situer entre 7 et 9°C en plaine et entre 2 et 3°C sur les hauteurs. Il convient cependant de noter que ces maxima sont généralement atteints en début de matinée (sauf sur l’est et le sud du pays). En milieu d’après-midi, les températures ne sont plus que de 5°C en plaine (près de 0°C sous les averses) et de 1°C, voire moins, sur les hauteurs.

 

Le temps est d’abord très nuageux à couvert avec stratocumulus (vers le sud, aussi brouillard / stratus), puis évolue graduellement en temps instable avec éclaircies et averses. L’après-midi, les éclaircies deviennent très belles et les cumulus et cumulonimbus sont clairement visibles et se détachent dans le ciel bleu.

 

Ces averses sont de pluie et de grêle au littoral, mais se transforment en neige à l’intérieur des terres et ce, à partir de la soirée sur le nord du pays mais dès le début de l’après-midi sur la plupart des autres régions. Avec des températures au niveau 850 hPa (1430 m) tombant à –8°C, la baisse des températures en surface est d’ailleurs très marquée sous les averses, avec parfois 0°C même en plaine.

 

Les averses de fin de journée donnent localement un enneigement qui tiendra par la suite toute la nuit. À Uccle par exemple, le sol commence à blanchir à 17h30.

 

210407102933611048.jpg

Webcam MB – Braine-l’Alleud – 5 avril 2021 à 18h30

 

Les vents, après avoir soufflé d’ouest le matin, s’orientent au secteur nord à nord-ouest. La Flandre Occidentale et l’ouest du Hainaut bénéficient d’un certain effet d’écran lié à la Grande-Bretagne et connaissent bien moins d’averses, avec des cumulus généralement à développement modeste, dont quelques-uns seulement se développent en cumulonimbus.

 

 

6 avril 2021

 

Dans bien des régions, il s’agit d’une journée exceptionnelle. À Uccle, la couche de neige atteint 7 cm à 8 heures, la deuxième valeur la plus élevée depuis le début des observations de neige au sol en 1889. Il faut en effet remonter à 1913 pour trouver une couche de neige encore plus épaisse en avril, en l’occurrence 10 cm le 12 avril. Cette épaisseur sera d’ailleurs approchée en cours de matinée, avec 9 cm à 9h40.

 

Ailleurs dans le pays, on mesure aussi des épaisseurs remarquables pour la saison. À Bierset, la couche atteint 4 cm à 8 heures, mais monte jusqu’à 6 cm à 11 heures. Non loin de là, à Alleur, des témoignages font état d’une couche de 15 à 20 cm ! À Waremme, c’est une webcam qui montre un épais manteau neigeux.

 

2104070425076731.jpg

Webcam MB – Waremme – le 6 avril 2021 à 9h40

 

En gros, on peut dire que la majeure partie du pays est couverte de neige en matinée, ce qui est très rare en avril. Le nord et l’ouest du pays font exception, en raison de températures trop élevées, mais aussi toute la façade sud-ouest du pays, en raison de l’effet écran des Îles Britanniques qui réduit le potentiel des giboulées. Ainsi, il n’y a pas de neige à Audenaerde et à Ellignies-Sainte-Anne (près de Leuze-en-Hainaut), très peu de neige à Dourbes et... à peine une fine couche à Saint-Hubert.

 

Le temps est influencé par de l’air arctique circulant entre une profonde dépression sur la Scandinavie et un anticyclone qui reste bien ancré sur le nord de l’Océan. L’air est très froid en surface, mais tout à fait extrême en altitude. Au niveau 500 hPa (5280 mètres), la température atteint –41°C, ce qui pulvérise le record d’avril (–37°C le 08/04/1977) et bat presque le record tous mois confondus (–42°C le 31/01/2003 ; –41°C les 02/02/1956 et 01/03/2006). Si l’on ramène à l’altitude standard de 5500 mètres (l’altitude du géopotentiel 500 hPa étant variable), nous avons –44°C pour le 6 avril 2021 (qui est même une mesure réelle : –44°C à 5498 m) et là, nous tombons ex-aequo avec le 31 janvier 2003 (mesure réelle : –44°C à 5476 m).

 

Inutile de dire qu’avec de telles températures en altitude, l’instabilité se maintient malgré le froid et ce, de jour comme de nuit. En d’autres termes, nous avons une succession d’averses de neige parfois fortes, séparée par de belles éclaircies dans un air très limpide. Les cumulus et cumulonimbus sont souvent visibles de loin, et il n’y a pas trop de stratocumulus d’étalement.

 

210407100551828851.jpg

Aéroport de Bruxelles – Crédit photo : Michael Baillie (Belgorage)

 

Une nouvelle fois sur le sud-ouest du pays, la plupart des cumulus ne parviennent pas à dépasser le stade humilis / mediocris, quelques-uns seulement se développent en cumulonimbus avec averses. L’effet d’écran des Îles Britanniques se maintient.

 

Les températures parviennent à remonter un court moment pendant les éclaircies, avec des maxima le plus souvent compris entre 4 à 6°C en plaine (7°C sur le sud-ouest) et jusqu’à 2°C sur les hauteurs ardennaises. Sous les averses, les températures retombent aussitôt, parfois même en dessous de 0°C en plaine en plein milieu de l’après-midi. Du côté des Hautes-Fagnes, de toute façon, les températures n’atteignent pas 0°C, avec un maximum de –1,9°C à Mont-Rigi et –0,7°C à Elsenborn. (Rappelons qu’à Saint-Hubert, qui bénéficie encore un peu de l’effet d’écran des Îles Britanniques, le maximum atteint 2,0°C.)

 

En cours de soirée, le gel se généralise, sauf dans la région située à l’ouest de Gand et de Courtrai.

 

 

7 avril 2021

 

En ce matin du 7 avril, une plus grande partie encore du pays, par rapport à la veille, est recouverte de neige. Seul l’ouest, et en partie le nord de la Belgique sont épargnés. Mais dès Malines, Gand et Courtrai, le sol est déjà blanc.

 

En plaine, c’est surtout le nord-est qui est affecté, avec par exemple 6 cm à Koersel. Dans toute cette région, la neige se maintiendra au sol tout au long de la matinée, et ne fondra qu’en cours d’après-midi.

 

210408104642593977.jpg

Webcam MB – Bokrijk – 7 avril 2021 à 8h30

 

Au centre du pays, Uccle relève 4 cm de neige, et celle-ci disparaît à la mi-journée.

 

Sur les reliefs, la différence demeure grande entre le Plateau ardennais, qui reste pauvre en neige, et toute la région des Hautes-Fagnes et environs qui, par endroit, a reçu un véritable paquet de neige. Des couches de neige de 27 cm sont mesurées à Xhoffraix (515 m), et de 24 cm au Signal de Botrange (694 m).

 

210408105858778441.jpg

Xhoffraix – Crédit photo : Alexis Papapanayotou

 

À Xhoffraix, il s’agit d’une hauteur exceptionnelle pour avril dans cette tranche d’altitude. Seule l’année 1935 a fait mieux, avec 35 cm à Drossart (511 m) le 7 avril.

 

Parmi les données officielles, nous avons 13 cm à Mont-Rigi (670 m) à 8h, mais cette couche augmentera en cours de matinée, pour atteindre 22 cm.

 

Situation atmosphérique : au sein de l’air arctique, une petite perturbation plus organisée affecte principalement le nord et l’est du pays, mais la zone neigeuse associée s’étend jusqu’au centre, voire le centre-ouest du pays.

 

210408113218807640.gif

Source : KNMI

 

Les nuages de cette perturbation restent ensuite traîner une partie de la journée, ce qui fait que l’ambiance est bien plus grise que la veille. Nous avons donc un altostratus, en dessous duquel se forment tour à tour des stratus, des fractus et des stratocumulus. L’après-midi, l’altostratus disparaît et nous observons alors principalement des cumulus et des stratocumulus avec quelques éclaircies. Sur l’ouest du pays, l’altostratus est moins présent avec, là, de meilleures éclaircies.

 

Une forte hausse des températures en altitude génère une inversion vers 2500-3000 mètres, qui empêche le retour de la convection à l’arrière de la perturbation.

 

En surface, les maxima sont en hausse aussi, mais cette hausse est bien moindre. L’après-midi, les températures varient entre 6 et 8°C en plaine et se situent à nouveau autour de 2°C sur le Plateau ardennais. Dans les Hautes-Fagnes, les gelées permanentes persistent avec –1 ,3°C à Mont-Rigi.

 

 

8 avril 2021

 

La neige se limite désormais aux Hautes-Fagnes, aux Cantons de l’Est et au Plateau des Tailles. À Mont-Rigi, Xhoffraix, Sourbrodt et Fraiture, la couche de neige est encore intacte. À basse altitude, on relève encore quelques traces au sol, le matin, du côté de Liège.

 

210408023407770357.jpg

Webcam MB – Bullange – le 8 avril 2021 à 14h00

 

L’arrivée d’air froid est désormais coupée. Notre temps est à présent déterminé par un anticyclone dont le noyau principal s’est déplacé vers la France. La nuit cependant, quelques fortes gelées ont encore été observées ici et là. Mont-Rigi et Saint-Hubert sont descendus jusqu’à –5,9°C, Buzenol jusqu’à –4,7°C. Elsenborn, en raison de nuages et de faibles chutes de neige, n’est pas descendu très bas (–4,2°C), alors que d’autres localités, parfois proches mais ayant eu davantage d’éclaircies, sont descendues beaucoup plus bas. Murrange-Holzwarche (605 m) est descendu jusqu’à –10,2°C.  Chose curieuse, la chute de température est intervenue brutalement, en toute fin de nuit, avec le minimum atteint bien après le lever du soleil, à 8h20.

 

La plus basse température connue en Belgique au mois d’avril reste celle de Neu-Hattlich, le 12 avril 1986, avec –13,8°C.

 

 

Conclusion

 

La période du 30 mars au 8 avril 2021 nous a bien montré que tant les extrêmes de chaleur que les extrêmes de froid et de neige restent possibles. Les premiers se multiplient et s’intensifient, les seconds se raréfient, mais perdent moins en intensité qu’on pourrait le croire. D’ailleurs pour la neige, la raréfaction des phénomènes extrêmes n’est pas encore acquise. Notamment les dernières années, les phénomènes neigeux (et parfois froids) extrêmes ont été relativement fréquents, surtout hors saison.

 

Mars 2013 : à Uccle, la couche de neige atteint 13 cm le 13 mars et 10 cm le 24 mars, des valeurs rarement atteintes en mars. À la première date, on monte même jusqu’à 20 cm à Ciney et 17 cm à Mouscron, le tout sous des températures polaires. Les valeurs phares : –17,1°C à Ciney ; –15,4°C à Gorsem ; –15,3°C à Koersel et –12,6°C à Zaventem. Il s’agit là des températures sans doute les plus basses, pour une 2e décade de mars, depuis... 1845 !

 

Mai 2013 : 3 cm de neige à Mont-Rigi le 24 mai, l’enneigement le plus tardif, pour la Belgique, depuis 1888 !

 

Octobre 2015 : les maxima sont extrêmement bas (parmi les plus bas jamais observés) les 13, 14 et 15 octobre et la neige fait son apparition, battant certains records de précocité, comme à Elsenborn et Saint-Hubert. À Mont-Rigi, on frôle les gelées permanentes avec des maxima de 0,1°C le 14 octobre et 0,3°C le 15 octobre. Curieux quand on sait que le décembre qui suit pulvérise tous les records de douceur.

 

Avril 2016 : la fin du mois connaît une véritable offensive hivernale, avec des couvertures neigeuses complètes dès 300-350 mètres d’altitude le 25 avril. À Mont-Rigi, la couche est de 16 cm le 27 avril, mais à bien des endroits des Hautes-Fagnes, la couche atteint une vingtaine de centimètres les 27 et 28. Sans être exceptionnel (1903 a fait bien pire), on peut déjà parler d’un événement neigeux majeur.

 

Mars 2018 : les 17 et 18 mars nous offrent les jours d’hiver les plus tardifs (gelées permanentes) depuis 1888 à Uccle, mais aussi sur d’autres régions de Basse et Moyenne Belgique.

 

Avril 2018 : cela s’est passé pas très loin de chez nous ! En Normandie, la neige recouvre les plateaux dès 100-150 mètres avec des épaisseurs jusqu’à 3 cm le 30 avril, en milieu de journée ! Quelques chutes de neige sont également observées plus tard en Belgique, en fin de soirée ou la nuit, mais aucun enneigement n’est signalé dans notre pays.

 

Mai 2019 : la neige s’invite le 4 mai avec des enneigements complets dès 200 mètres d’altitude. À Stembert (Verviers) et à Presgaux (Couvin), on atteint 8 cm de neige au sol ! Notamment pour les régions situées entre 200 et 400 mètres d’altitude, il s’agit d’un phénomène hors-normes. Il faut remonter à 1902 pour trouver enneigement plus important à cette altitude en mai (11 cm à La Roche-en-Ardenne le 14 mai 1902).

 

Cela fait pas mal, en quelques années !

 

 

 

Modifié par cumulonimbus
Version définitive

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×