Aller au contenu
Les Forums de MeteoBelgique
Philippe

A propos du réchauffement climatique

Messages recommandés

Par un curieux hasard :lol: Je suis tombé sur le mag de l'Est Républicain chez la vénérable grand mère sus mentionnée, et là dedans il parlait forêt et climat justement. Entre autres choses (notamment que le chêne et le hêtre dans l'Est de la France sont condamnés à plus ou moins court terme, et un vrai court terme...), l'ONF s'est essayé à Moirans-en-Montagne depuis les années 90 à la culture d'arbres venus du bout du monde. Ils ont notamment tenté d'implanter le cèdre du Liban. Quand j'étais gamin je croyais que le cèdre du Liban c'était une sorte d'arbre mythique qui avait servi seulement pour la construction du temple de Jérusalem, et v'là que j'apprends maintenant que l'ONF a tenté de ramener le cèdre du Liban dans le Jura :lol2: Ce n'est pas encore les Vosges, mais purin si on commence à avoir des douglas et des cèdres dans les Vosges... D'ailleurs, à propos de douglas et cèdre, les épicéas sont dans le dur aussi avec la sécheresse et la douceur. En 2011 c'était un désastre. En 2014 cela me semblait un petit peu moins pire pour les épicéas, mais bon c'est un peu au jeu des grands blessés celui qui pisse le moins le sang. Pour les hêtres, 2014 est clairement très mal passé. Entre la douceur hivernale et l'été chaud les arbres n'ont pas vraiment appréciés. Il y a une limite vers 12°C de température moyenne annuelle. Au delà le hêtre n'est plus à son aise, ce qui explique que l'arbre soit surtout présent dans le Nord et le Grand Est de la France. Dans l'Ouest et le Sud-Ouest on peut en trouver encore mais sa présence est discrète et on trouve plutôt des charmes par exemple. Bref, pour les 12°C, Nancy a atteint ce seuil en 2014, tout comme Strasbourg, Metz, Saint-Dizier ou Besac'. Il n'y a que vers Belfort que 2014 n'a pas tapé les 12°C. Pour la Belgique, Uccle aussi a dépassé 12°C en 2014 également. La forêt de Soignes est dans le dur elle aussi, et cela n'a sûrement pas dû s'arranger en 2014. En plus par là dessus on rajoute les plantes invasives et on obtient un joli tableau. Un gars m'avait parlé il y a quelques années de la Renouée du Japon, une nouvelle invasive pour moi, mais il y en a d'autre comme la Berce du Caucase par exemple. Si les gens veulent voir le RC, et même le toucher, il n'y a pas de problème là dessus. Ils n'ont qu'à aller dans la forêt causer un peu avec les arbres. Et ce n'est pas seulement anecdotique, ou un truc lointain, les arbres, le blé et les moissons. L'Homme nu est un animal sorti directement de la savane et qui apprécie les températures autour de 25°C - 30°C. Sauf qu'on vit en France, et que la terre de France n'est pas faite pour vivre à 25°C - 30°C. Si la France est une puissance mondiale, c'est aussi grâce à ses champs et à ses forêts. Et on a beau essayé de se convaincre qu'on peut vivre "hors-sol", un être humain normalement constitué ne peut vivre que 3 min sans respirer, 3 jours sans boire, et 3 semaines sans manger. Si les rendements agricoles cessent de progresser et deviennent plus aléatoires ce n'est pas seulement une des sources de la puissance de la France qui est remise en cause... Sachant que de facto c'est déjà le cas, depuis 10 - 15 les rendements ne progressent plus en Europe et subissent des fluctuations fortes au gré des coups de boutoir du climat. Si les gens veulent sentir et toucher le changement climatique, ils n'ont qu'à sortir un peu de leurs bureaux et aller causer un peu avec les arbres.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Notre climat en 2030.

À présent que la conférence sur le climat a lieu à Paris, que pouvons-nous attendre du climat futur dans nos régions.

Si les scénarios divergent beaucoup pour l’horizon 2100, et même déjà pour l’horizon 2050, ce n’est plus tellement le cas pour 2030, où les modélisations convergent de plus en plus. Ceci est notamment dû au fait que le comportement humain, en matière d’empreinte écologique, ne changera pas (ou peu) d’ici 2030 et que l’évolution économique des pays émergents (et donc aussi de leur empreinte écologique) devient désormais assez prévisible.

De ce fait, on peut déjà affirmer, avec une raisonnable fiabilité, que les éléments suivants auront changé dans notre climat d’ici 2030.

La température aura très vraisemblablement encore augmenté de 1°C par rapport à 2015, ce qui signifie, pour Uccle, que la température aura augmenté de 2°C par rapport à la période 1910-1987 et de 3°C par rapport à l’ère préindustrielle. Dans les campagnes, cette augmentation est légèrement moindre puisqu’une petite partie de l’augmentation des températures est attribuable, même dans le quartier résidentiel d’Uccle, à des effets de climat urbain.

Cette augmentation (par rapport à 2015) sera légèrement plus marquée en hiver et légèrement moins marquée au printemps et en été. Cette différenciation n’apparaît qu’en raison de la prise en compte d’une oscillation naturelle, qui s’inversera sans doute au cours des années à venir, puisque lors des décennies précédentes, c’étaient justement le printemps et l’été qui se réchauffaient le plus vite.

Cela signifie globalement que par rapport à 1910-1987, le réchauffement sera encore relativement homogène pour toutes les saisons dans nos contrées, avec une augmentation de 2°C environ pour les quartiers résidentiels comme Uccle (un peu plus dans le centre des villes, un peu moins dans les « véritables » campagnes).

Par contre, une inhomogénéité apparaît déjà à l’heure actuelle, et s’accentuera encore dans les années à venir, au niveau du réchauffement des différentes masses d’air. C’est ainsi que les masses d’air océanique se sont le moins réchauffées, et les masses d’air continental se sont réchauffées le plus. C’est pour cette raison que les canicules estivales augmentent de façon très marquées. Une autre raison s’ajoute à cela : la diminution de la pollution « visible » au cours des dernières décennies a diminué la fréquence des brouillards mais aussi des brumes sèches, ce qui augmente légèrement le rayonnement et donc les températures maximales en journée.

Dans les moyennes de température estivale cependant, ceci sera partiellement compensé par la persistance des fraîcheurs estivales par circulation maritime.

En hiver, c’est l’inverse qui se produit. Les circulations maritimes continueront à apporter de la douceur hivernale, mais qui ne s’accentuera guère par rapport à celle d’aujourd’hui (l’océan se réchauffant moins vite). Par contre, la fréquence accrue des circulations d’ouest contribuera à une augmentation des moyennes. Au niveau des courants continentaux, ils seront en général moins froids, ce qui fait que les records de froid hivernal deviendront plus difficiles à battre. Mais en raison d’une circulation atmosphérique planétaire qui se modifie, des situations météorologiques inédites pourraient voir le jour avec la possibilité, dans certains cas, de « surprises » très froides.

Au niveau des courants polaires, l’origine moins froide (pôle) sera compensée par les « cold blobs » dans les océans et mers des latitudes sub-polaires, ce qui fait que la possibilité des averses de neige et des bonnes giboulées printanières se maintiendra encore pour un temps.

Au niveau des précipitations, on s’attend à une augmentation moyenne de 5% environ, avec une augmentation maximale en hiver (un peu moins de 10%). En été, ce sera le status quo au niveau des moyennes pluviométriques, mais le changement sera très perceptible malgré tout car tant les sécheresses que les très fortes pluies augmenteront.

Au niveau de l’insolation, comme déjà évoqué ci-dessus, nous connaîtront une légère augmentation, principalement en été. En hiver, la diminution des brumes et brouillards liés à la pollution sera compensée par une plus grande fréquence des circulations d’ouest, avec beaucoup de nuages et donc peu d’insolation. Au total, l’insolation hivernale bougera sans doute très peu.

Au niveau du vent, on perçoit déjà maintenant une diminution des tempêtes hivernales, qui se poursuivra. Ceci est principalement lié au fait que les dépressions de tempête emprunteront en moyenne des trajectoires de plus en plus nordiques et nous affecteront donc moins. Les phénomènes orageux plus intenses en été augmenteront par contre le risque de fortes rafales destructrices, mais à un niveau plus local.

Si une augmentation de la fréquence des orages ne peut pas encore être intégrée dans les prévisions pour 2030, il apparaît cependant presque certain que les risques de grêle augmenteront, et notamment la taille des grêlons. On pense que cette augmentation sera de 10 à 15% environ.

Enfin, il est probable que la région la moins affectée par les changements climatiques sera la côte belge (excepté d’éventuels problèmes liés à la hausse du niveau de la mer) tandis que la région la plus affectée sera la Gaume. Ceci est lié à la continentalité car, comme dit précédemment, le continent se réchauffe plus vite que la mer et les océans.

Le texte ci-dessus est largement inspiré par les scénarios établis par le KNMI néerlandais, ensuite reportés sur la Belgique.

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Novembre 2015 sera dans les mêmes clous que octobre pour la réa en tout cas, c'est à dire une anomalie globale bien grasse.

368296sssd.png

2015 va rester dans les annales climatiques de toute façon ( pour combien de temps ? ), le record depuis le début des mesures est assuré et pas de peu, comme un certain 98 en son temps.

Modifié par passiion

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon d'habitude je ne regarde jamais LCM, cela ne vaut même pas le coup de la connexion internet ce site. Mais là coup sur coup deux gars m'ont parlé de cette édifiante vidéo de R. Crépet, qui reste égale à lui-même racontant n'importe quoi. Comme on dit, plus c'est gros mieux ça passe (aussi appelé théorie de la poutre de B... :whistling: ). Bref, les circonstances doivent être graves pour que ce truc circule aussi facilement, donc va pour en parler :

http://actualite.lachainemeteo.com/actuali...isons-29429.php

Bonjour à tous

Bonjour... Mais ne t'attends pas à ce que je sois très aimable même si je dis bonjour :lol2:

des explications un peu techniques

Vu le reste du discours, le mot "technique" est franchement surfait, mais bon.

Il semblerait que l'année 2015 soit la plus chaude au niveau planétaire

On peut virer le "semblerait", même avec les incertitudes de mesures il est sûr que 2015 est l'année la plus douce (il y a 0.1°C d'écart en gros avec 2010...)

1880 [...] début de l'époque industrielle

Étant une quiche en climato et météo, il tente alors de parler Histoire je suppose. Mais pas de chance la Révolution Industrielle c’est plutôt première moitié du XIXème que deuxième. Marx était déjà pratiquement mort en 1880, Engels a peine mieux, Balzac cela faisait 30 ans qu'il bouffait les pâquerettes par la racine, Arnold Toynbee n'en avait plus que pour 3 ans, la ruée vers le pétrole en Pennsylvanie avait eu lieu entre 1859 et les années 70, l’ère Meiji a commencé en 1868, etc... Bref, non en 1880 ce n'est sûrement pas le début de l'époque industrielle. En 1880, on est déjà en plein dedans.

Certes, il y a le réchauffement climatique. Ça c'est un autre débat, c'est un autre sujet.

Tant qu'à faire des efforts pour bien parler, il aurait pu dire "cela", mais bon. En plus il cherche bien à le mettre à l'écart de ses mains. Pas de chance, c'est l'une des causes actuelles de la grande douceur. En effet, 2015 est certes une acmée, mais là douceur est aussi dû à la tendance séculaire au réchauffement. Il est d'autant plus facile de s'élancer vers les sommets quand on est déjà sur les cols, plutôt que dans les fonds de vallées...

ils (les El Nino 97-98 et 15-15) sont très violent tout les deux

Violent... Peut-être un détail mais pour qualifier un El Nino de "violent" il faut vraiment ne pas comprendre ce que c'est El Nino.

Le phénomène de 1997 était plus intense que le phénomène El Nino de 2015

Pas de chance, c'est faux... Bon là on rentre vraiment dans le gras des conneries.

post-3513-1450516775_thumb.png

Je ne sais pas d'où il le sort son graphique, mais il est totalement faux. Cela dépend bien sûr de la série de données utilisées, mais cela ne correspond à rien de connu son délire -si cela se trouve il l'a dessiné à la main en fait son graphique...-. En plus il est toujours aussi nul en Histoire. L'ENSO de 1983 n'est pas en 1983... C'est en 1982-1983, avec un maximum à la Noël 1982. Et ce n’est pas un détail, car sur son graphique foireux on peut comprendre que Novembre et Décembre 1983 était chaud au niveau du Pacifique.

post-3513-1450517267_thumb.png

post-3513-1450518121_thumb.png

Alors qu'à l'évidence non...

Il semble qu'il a suivi la région Nino 1+2 pour d'obscures raisons, sauf que si c'est le cas c'est totalement trompeur et fallacieux, et cela n'explique pas le comportement de 1983.

Si on veut jouer aux chevaliers de la sainte vérité, "ENSO : les vraies comparaisons", il y a ces graphiques de la NOAA :

https://www.climate.gov/news-features/blogs...l-cosmic-powers

Je l'a refais pour Régis Crépet:

Cela m'amène à comparer l'intensité, le réchauffement de surfaces des eaux du Pacifique avec les grands phénomènes El Nino les plus récents,

post-3513-1450517405_thumb.png

celui de 1982 - 1983 (et pas 1983, en Novembre 1983 faisait froid, pas chaud. F - R - O - I -D ....), celui de 1997 - 1998 (c'est pareil, c'est 1997 - 1998, pas 1997) et celui actuel.

(l'El Nino 2015) Notamment l’Été dernier, et qui a actuellement à tendance à plafonner un peu en intensité voire même à descendre en intensité

Pas de chance, c’est faux encore.

post-3513-1450518475_thumb.png

Son joli dessin n'est pas une franche réussite, mais bon admettons.

En phase négative on a une situation propice aux vagues de froids et aux hivers froids [...] Typiquement c'était ce qui s'était passé pendant l'année 2010 mais aussi 2011 où il avait fait froid à la fois du côté de l'Europe mais aussi de l'Amérique du Nord.

Il continue à confondre joyeusement les dates... L'année 2011 est une des plus douces qui soient en Europe, les mois de Janvier, Février et Décembre 2011 sont très doux (voire limite caniculaire pour Décembre 2011...) et c'est aussi vrai pour la côte Est des USA. C'était bien tenté mais bon... Il n'y a que 2010 à avoir été frais, tant en Janvier - Février 2010 que lors du fameux mois de Décembre 2010. Mais c'est bien en 2010, pas en 2011.

post-3513-1450519104_thumb.png

Bon là c'est officiel, il a du aller à une réunion de traders complétement défoncés à la coke et au champagne pour faire son schéma. Dans l'idée ce n'est pas fondamentalement faux, mais la NAO ce n'est pas un truc qui "progresse" vers l'Europe, on en a rien à carrer de son opinion sur la gauche et la droite et la marche vers le progrès. Il donne très clairement une orientation gauche - droite à son schéma qui n'existe pas dans le monde réel. La NAO, plus simplement et sans faire des dessins digne de Samuel Huntington, c'est une variation de l'intensité et la position du jet. En NAO-, le jet Atlantique est plus faible, plus vers le Sud, et tend à onduler plus. En NAO+, le jet Atlantique est plus fort et plus au Nord. Et en NAO+, il n'y a pas des hordes barbares venu du Canada qui déferle vers le Sud... Si advection d'air froid depuis le Canada il y a, ce serait même plutôt en NAO+, quand le Québec est plus au frais habituellement. Son schéma de NAO- fait d'ailleurs limite plus schéma de blocage Atlantique que NAO- véritable. La véritable caractéristique d'une NAO-, c'est le jet très au sud, pas le jet qui fait des petites boucles au dessus de l'Atlantique. Exemple de Février 2010 justement...

post-3513-1450520110_thumb.png

Le jet est sur le Sahara.

Actuellement, la situation est un peu intermédiaire, c'est une situation un peu atypique

Cela s’appelle le RC mon grand... On a la cellule de Hadley qui est super élargi et la zone barocline en train de faire des loopings chez les inuits, du coup on a une NAO+ qui a une tronche de NAO+ de Printemps et pas d'Hiver.

Bon ensuite, il passe au schéma sorti de la COTOREP local. Au moins, on progresse, mais bon.

post-3513-1450520249_thumb.png

Les anomalies de températures ont plutôt cette tronche.

post-3513-1450520401_thumb.png

Je ne vois pas trop où il trouve le froid en Arctique... ni où il trouve ses valeurs d'anomalies. Ils ont dû jouer aux dès les valeurs.

c'est pourquoi il fait doux, même chaud, et sec

Je vais redire la même chose, mais là faudrait atterrir. Soit la climato depuis les années 1800 a totalement tort, soit c’est Décembre 2015, mais un mois de Décembre chaud ensoleillé et sec alors que la climato dit explicitement que c'est strictement impossible, il y a un problème quelque part... À la limite, battre 1934 ou 1974 en faisant du 1934 et du 1974, je veux bien, mais là on va battre les records en faisant de l'Août 2003 limite...

tandis que le froid est contenu, condensé au niveau du Groenland et du Pôle Nord

Si être autour de la normale, c'est avoir du froid concentré, je me demande comment qualifier de vraies anomalies négatives.

Il faut savoir, on ne le dit pas suffisamment, mais il faut savoir que depuis le début de cet automne 2015, le froid est particulièrement intense aux niveaux des hautes latitudes, le Groenland, le Pôle Nord, l'Arctique, avec des températures qui descendent bien souvent à -50, ce sont des records de froids mais vraiment c’est condensé.

J'ai une bonne explication pour le fait que personne n'en parle. C'est parce que l'existence des leprechauns est plus probable que l’existence de ce froid... Les anomalies depuis le début de l'Automne :

post-3513-1450521149_thumb.png

On le voit bien, tout ce froid... Pour ceux qui veulent voir, les données de Longyearbaen par exemple en Octobre (on peut changer les mois, etc..) :

http://www.yr.no/sted/Norge/Svalbard/Svalb...C3%A5ned10.html

D’Arkhangelsk :

http://www.pogodaiklimat.ru/monitor.php?id...0&year=2015

De Tura :

http://www.pogodaiklimat.ru/monitor.php?id...0&year=2015

Pour le Groenland :

http://www.dmi.dk/groenland/arkiver/vejrarkiv/

Etc... Je ne vais pas faire toutes les stations de l'Arctique, mais bon là il a clairement eu une hallucination. Il n'y a pas de records de froids.

Une vue du vortex polaire

C'est beau son animation, sauf qu'il n'a pas rien compris au vortex polaire. Quand on ne maîtrise pas son sujet, on évite de l'ouvrir, cela permet de ne pas passer pour un gros débile de base. La situation en tropo n'est pas un calque de la situation en stratosphère. Son explication est complétement fausse. Le vortex polaire existe chaque année, et ce n'est pas lui qui maintient l'air froid aux hautes latitudes.

c'est bon pour la reconstitution et l’épaisseur de la banquise. Actuellement, la banquise est en train de récupérer les retards et les fontes de cette décennie.

Pas de chance, l'extension de la banquise est déficitaire, et son épaisseur est faible. L'extension de l'année 2015 a encore été déficitaire, avec par exemple Novembre :

2lCgul.png

quand ça tourne tout autour, ça empêche le froid de s'écouler

La petite section de maternelle, le retour... Ouais et si les leprechauns tournent en rond, cela va mettre les Cornouailles en orbite autour de la terre aussi ? Le froid n'est pas empêche de s'écouler par on ne sait trop quel champ de force crée par la rotation du vortex polaire, mais bon il a l'air d'aimer les explications à la leprechaun.

Alors on va conclure justement avec la banquise arctique. Comparaison avec les deux années avec El Nino, Décembre 1996 et Décembre 2015

Il est con, où il aime avoir l'air con pour se donner un genre ? Non mais parce que là, nous dire à 3 minutes chais plus combien que El Nino c'était en 1997 - 1998 et revenir après en disant qu'en fait c'était en 1996... Faut en vouloir. Il est nul en géographie, en histoire, il confond les dates, ni connait rien en météo ni en climato, et il se permet de ramener sa poire. Les cons, ça osent tout, c'est même à ça qu'on les reconnait... Au passage, il y a bien moins de banquise cette année qu'en 1996 :

http://nsidc.org/arcticseaicenews/charctic...-sea-ice-graph/

Et là cela ne devrait pas être trop compliqué pour Régis Crépet, on reste au niveau de la maternelle. Quand on clique sur une année, cela affiche l'année. Si la courbe est au dessus, c'est qu'il y a plus de banquise, si la courbe est en dessous si qu'il y a moins de banquise...

Modifié par paix

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ouais, et encore c'est pas le pire truc qu'il a sorti...

Si il pense tellement avoir vu la sainte vierge le Crepet, il a cas publier dans Nature. Le fait est qu'il n'est pas compliqué de comprendre que ses élucubrations, en particulier sur le RC, ne tiendraient pas 2 secondes face à de "vrais" climatologues ( non autoproclamés, eux ).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon maintenant que Noël est passée, on va pouvoir en revenir à parler de cadavres :

Une nouvelle étude confirme encore une nouvelle fois (bis repetita placent) que le RC revient plus ou moins à gazer les gens.

http://news.mit.edu/2015/study-persian-gulf-deadly-heat-1026

En effet, au delà d'une température du thermomètre mouillé de 35°C, le corps ne peut plus évacuer la chaleur par sudation. L'hyperthermie survient en quelques heures à peine, évoluant vers le coma et la mort (ce dernier symptôme étant incurable pour ceux qui auraient un doute...) très rapidement. Pour ceux qui veulent le détail, le coup de chaleur se traduit par des signes neurologiques tel qu'étourdissements, confusions, malaises. On retrouve aussi vomissements, nausées, grande fatigue, soif intense si le type est encore suffisamment en état pour avoir soif. Les signes de la déshydratation peuvent aussi être présent même si la déshydratation est une problème différent (on peut être à court de liquide sans être -encore...- en surchauffe, et on peut être en surchauffe sans être déshydraté, mais en général quand l'hyperthermie s'aggrave le corps finit par se déshydrater malgré tout). Les signes de la déshydratation sont une baisse de la sudation (anidrose), peau sèche, présence d'un pli cutané lors du pincement de la peau. Il y a possiblement une baisse de la tension consécutive à l'hypovolémie associée à une tachycardie pour compenser -d'ailleurs pour les fanas de la compensation, la place de ce mot est ici et non ailleurs...-. Une hyperlactactatémie est fréquente aussi, (encore plus pour le coup de chaleur de l'effort, mais là le gugus n'avait qu'à penser à boire...), avec donc crampes associées. Si rien n'est fait, la température corporelle finit par atteindre 41°C, provoquant des dégâts au cerveau qui finissent par évoluer vers le coma et l'ECG plat en bout de course. Le foie risque aussi d'en prendre un coup et il existe des cas où le type part dans une insuffisance hépatique fulminante (ICH, insuffisance hépato cellulaire), ce qui en général conduis aussi au décès. C'est simplement une variante sur le thème de l'ECG plat... Les muscles risquent aussi de souffrir avec des signes d'atteintes musculaires (rhabdomyolyse), ce qui en général ne fait pas que du bien. La perte en eau peut aussi bousculer l'équilibre acide / base et l'équilibre des électrolytes, avec un risque de trouble du rythme cardiaque. Il y a d'autres symptômes qui gravitent autour, tel que l’oligurie -pisser peu et foncée en clair-, la détresse respiratoire, les muscles contractés et pierreux -dans la continuité des crampes et précédant la mort des muscles mentionnée-.

Bref, le coup de chaleur cela ne fait pas que du bien.

Le fait est que le corps humain se refroidit par la sudation. L'évaporation de la sueur à la surface de la peau pompe de la chaleur (un shadok, ça pompe). L'eau, en passant de l'état liquide (un état relativement ordonné) à l'état de vapeur (un état franchement désordonné) consomme de l'énergie. Cette énergie est prise à la peau. Le corps perd ainsi de la chaleur, au profit de la vapeur d'eau, qui s'en va vivre sa vie de vapeur d'eau sous d'autres cieux. La température de la peau est aux environs de 35°C. Ce sera donc la température de l'eau entre guillemet, c’est-à-dire son point de rosée. Si le point de rosée dépasse le seuil de 35°C, un être humain ne tient pas plus de quelques heures, même en vidant Badoit sur Badoit jusqu'à épuiser la source. Pour quantifier plus précisément le bazar, on calcule la température du thermomètre mouillé. En première approximation, c'est un bon reflet de la température ressentie par un type complétement gaugé et courant à poil dans tout les sens :whistling: Quand l'air est sec et chaud, l'air peut contenir beaucoup de vapeur d'eau. L'évaporation de l'eau est alors importante, et le refroidissement est efficace. Au contraire, quand il fait chaud et humide, l'air a du mal à s'évaporer et le refroidissement est peu efficace. Quand la température du thermomètre mouillé T'w atteint le seuil fatidique des 35°C, la sudation n'a plus aucune efficace. La température du thermomètre mouillé T'w est donc un bon indicateur du stresse thermique. À la louche, entre 20 et 25°C les gens commencent à ressentir que l'air est lourd, et au delà de 30°C plus grand'monde ne bouge. Cette année, ce n'est pas déjà passé si loin autour du golfe Persique. La chaleur a été très forte de l’Égypte à l'Inde en Mai (enfin faisait chaud partout, en France on était aussi à des niveaux records mais MF s'activait frénétiquement à dissimuler la réalité), et en Juin la chaleur était plus localisé vers l'Iran et la péninsule arabique. Cette vague de chaleur a été rendu plus pénible encore par l'humidité qui a pété les scores. Point qui est repris dans l'article, soulignant que l'Iran a atteint des valeurs de T'w inédites :

http://www.independent.co.uk/news/world/mi...e-10429220.html

http://thinkprogress.org/climate/2015/08/1...ve-middle-east/

Et la modélisation confirme que de toutes façons, cela va aller de mal en pis. L'Océan Indien, qui n'était pas loin de l’ébullition cette année, va sans doute attendre quelques années avant de battre à nouveau le record. Mais l'un dans l'autre l'évolution est là et bien là.

Cela montre aussi le clash monumental qui se prépare. Quinze millions d'années d'évolution dans un environnement froid et pauvre en CO2 va venir se bouffer en pleine face et en 500 ans à peine un changement complet de paradigme. Les plantes ont développés la photosynthèse C4 pour exploiter une atmosphère pauvre en CO2. Et donc le CO2 pour les plantes C4 ne sera surement pas de la "nourriture pour plantes" contrairement aux affirmations délirantes de certains. Les animaux eux ont appris à tourner avec peu de CO2 également, et des atmosphères à plus de 1000 ppm de CO2 auront des conséquences négatives (voire même 600 ppm ???). Et les animaux ont plutôt appris à lutter contre le froid que contre le chaud, et ne sont pas équipés pour affronter les fortes chaleurs pour la plupart. Bref, on est bien parti pour se faire gazer par le CO2 et l'H2O.

Modifié par paix

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

D'ailleurs, comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seul, le CO2 est en train lui aussi d'exploser si je puis dire. Comme le disait Anouilh, et voila, le ressort est bandé, cela n'a plus qu'à se dérouler tout seul. C'est propre la tragédie :

http://www.esrl.noaa.gov/gmd/ccgg/trends/weekly.html

La dernière semaine, le CO2 est monté de 3.68 ppm ( ! ) par rapport à la même semaine de 2014, et la hausse de Décembre sera sans doute vers 3 ppm. Alors que la moyenne annuelle de hausse était récemment plutôt autour de 2 à 2.5 ppm par an. En effet, durant El Nino, la hausse de CO2 est généralement plus forte. L'Océan plus chaud dégaze plus de CO2, l'Indonésie en flammes rejette du CO2. À ce niveau c'est quand même violent cependant... Même si El Nino aide probablement bien, les rétroactions du cycle du carbone sont très probablement positives indépendamment de l'ENSO, et maintenant qu'on a lancé l'infernale machine elle n'est pas prête à s'arrêter. Bon avec le pic pétrolier en cours les émissions commencent à caler ( http://www.forums.meteobelgium.be/index.ph...mp;#entry505196 et l'EIA vient d’admettre dans le STEO de 2015 du bout du bout des lèvres que la production en 2016 n'arrivera plus à augmenter sans pour autant le dire explicitement : post-3513-1451484952_thumb.png . La production a atteint un pic cet été de 96 millions et quelques de barils par jour, et ce niveau ne devrait pas être dépassé en 2016 ). En effet, les émissions en 2015 ont légèrement reflué par rapport aux niveaux de 2014 :

post-3513-1451485223_thumb.png

Cependant, l’optimisme qui découlerait de la mauvaise lecture de ces chiffres doit être modéré. En premier lieu, c’est la crise économique qui engendre la baisse des émissions, et non l'inverse (et une quelconque volonté politique n'a rien à faire là dedans, cela fait 40 ans qu'on nous parle d'écologie, il n'y a pas de raisons que pouf tout d'un coup il se soit passé un truc magique en 2015). Pour illustrer, le commerce mondial est totalement décédé :

http://www.bloomberg.com/quote/BDIY:IND

Plus bas que ça ce n'est plus possible... La baisse de la consommation de pétrole et du charbon est lié au pic pétrolier est précède la crise économique, les relations de causalités ne marchent pas encore contre le temps :

http://ourfiniteworld.com/2015/12/21/we-ar...ergy-to-fix-it/

D'autre part, malgré le fait qu'on soit actuellement au pic pétrolier ne changera pas grand chose au fait qu'on émet toujours suivant le pire des scénarios d'émissions. Cela finira bien par baisser forcément, mais bon là c'est déjà un peu mort pour rester sous 1.5°C voire même sous les 2°C.

Enfin, il n'y a aucune volonté politique de faire baisser les émissions. Le plus comique est la COP21, qui finalement est arrivé à un accord (j'ai pu pensé que ce serait un échec du type, il y n'y aurait pas d'accord ; mais il est vrai qu'à la réflexion dès le début de la COP je me suis dit que finalement le plus probable serait un échec façon vient là que je te bourre le cul de paille). On est déjà à 0.9°C de hausse sur le préindustriel, il y a déjà assez de CO2 pour aller à 1.3 ou 1.4°C même si on arrête tout demain (du genre demain, pas dans 5 ans...), et il y a déjà assez de gaz à effet de serre pour aller à 2°C. Parler d'un seuil à 1.5°C est juste absurde. Il faut peut-être être ambitieux et viser haut dans la vie ; mais souhaiter que n'advienne pas un événement qui adviendra peu importe notre volonté c'est de la folie furieuse. En plus, à part des déclarations d'intentions, le texte de la COP21 est vide de chez vide. Et forcément, comme tout le monde joue à qui sera le plus con, on peut parier qu'on en trouvera bien pour nous dire que la volonté politique a fait baisser les émissions et précipiter la crise économique. Sauf que la volonté politique n'a rien à foutre là dedans vu que cela fait 40 ans que l'on brasse du vent pour rien. La baisse des émissions et la crise économique est juste la manifestation du pic pétrolier.

D'autre part, la fin des émissions implique aussi la fin des émissions des aérosols. En pratiquant la masturbation intellectuelle, on peut toujours limiter le problème au seul CO2. Dans ce cadre complétement faux de réflexion, on peut dire la chose suivante. Le plus probable est effectivement qu'à la cessation des émissions, les températures se stabiliseront à peine au dessus du réchauffement atteint à ce moment. Par exemple, demain le virus de la peste, de la grippe et d'ebola s'accouple pr donner un super virus qui décime l'humanité en une semaine. Bon, et bien le CO2 baissera alors doucement pour rejoindre un équilibre vers 1°C de réchauffement et 360 ppm de CO2 (à la louche). Sauf qu'il y a les aérosols, les rétroactions positives du cycle du carbone, et tout le tremblement. Bref, tout ce qui fait qu'une fois le ressort bandé, cela n'a plus qu'à se dérouler tranquillement, la pierre de la tragédie nous passant dessus. On a pour 0.35 W/m² actuellement de forçages dû à des agents qui n'ont aucun, mais alors aucun, cycle. Pas un puits, pas une source, rien nada, que dalle. Juste la patience et la foi, du genre celle qui fait attendre quelques milliers d'années. Ce sont des molécules artificiels tel que CFCs, HCFCs, etc... Rien qu'avec eux, le réchauffement aura largement le temps de se poursuivre avant de s'équilibrer. Par là dessus on rajoute les rétroactions du cycle du carbone. Au total, si l'humanité se fait décimer dans la semaine qui vient, on est déjà assurer d'atteindre les 1.5°C d'ici la fin du siècle. Par là dessus on rajoute le fait qu'il est plus probable que les émissions mettront un peu de temps pour redescendre, et on arrive à la conclusion que tenir ne serait ce que 2°C est déjà tout à fait impossible.

Enfin pour bien terminer, le CO2 n'a pas atteint de tels niveaux depuis des millions d'années. Cela implique que les organismes ne sont pas prêt à vivre avec des fortes concentrations de CO2. Des effets adverses sont certains à partir de 1000 ppm de CO2 environ, mais même dès 600 ppm cela pourrait poser problème :

http://www.skepticalscience.com/how-sapien...centration.html

Sachant qu'en plus cela pourrait être pire que cela. Étant donné que personne ne vit en permanence dans une ambiance à 600 ppm, on n'est pas bien sûr de savoir les effets. Même si c’est peu probable, on ne peut pas exclure le risque d'un "stress CO2" avec une acidification du sang faible mais permanente durant la vie, qui use prématurément les organismes, pour des valeurs relativement basses de CO2 (dès 600 ppm).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://www.skepticalscience.com/why-we-nee...15C-target.html

At the same time, the targets are so ambitious that many climate analysts are rolling their eyes. The agreement aims to limit warming to “well below” 2°C above pre-industrial levels, and recognizes that avoiding 1.5°C of warming “would significantly reduce the risks and impacts of climate change.” [...] Yet Mr. Gedden and other critics of the Paris Agreement are missing the point of the climate negotiations.

Bon je ne suis pas un "climate analyst" et je ne roule pas des yeux à la vue de l'accord de Paris, et je ne suis pas vraiment critique de l'accord (c'est juste de la m...e en barre et il n'y a plus rien à critiquer, autant vouloir discuter de la qualité esthétique d'un étron un lendemain de cuite -interdiction de s'essuyer sur les murs :whistling: -) mais bon on va considérer que cette critique peut malgré tout concerner le discours que je tiens.

In particular, the lower 1.5°C target is a signal to these countries that the world recognizes the existential threat that comes with more warming. [...] The critics are correct in arguing that the world is unlikely to avoid 1.5°C of warming, or even 2°C of warming. Yet to dismiss the targets entirely is to dismiss the needs of countries that are full members of the international climate negotiations.

D'accord, et là ce n'est pas de l'hypocrisie ??? Je suis désolé pour ce brave intellectuel de "gauche" ; mais là si on traduit en français, cela veut dire que brasser du vent en sachant que c'est parfaitement inutile suffit comme "action".

Les hypocrites, ceux dont les conduites n'expriment pas les pensées du cœur. Comment traduire pour que ce brave illuminé comprenne ? Hypocrite, ce n'est pas forcément être langue de serpent. Brasser du vent en disant qu'on s'inquiète du problème, tout en sachant que cela est parfaitement vain, est hypocrite aussi. Si nous croyons ce que nous disons sur les nations insulaires, nous nous sortirions les doigts pour faire ce qui est possible pour éviter les 1.5°C, au lieu de brasser du vent.

Je refais la scène.

Jean-Charles, l'intellectuel sus mentionné, Gabriel-Athanase, et Manu -un brave gars mais un peu mat quand même- sont dans une grosse bagnole, faisant la nique à la signalisation. Vient que la grosse berline finit dans un platane façon accordéon. Les quatre compères sont tous diversement amochés. Les quatre sortent de la carcasse et se rendent compte qu'ils ont tous divers traumatismes et des hémorragies plus ou moins graves. L'intellectuel sus-mentionné observe la scène, prenant frénétiquement des notes. Le brave Manu, qui était à la place du mort, est le plus mal en point. Il a la jambe pété et est en train de pisser le sang par jet, bref un truc assez moche à voir. Jean-Charles et Gabriel-Athanase tiennent conseil pour savoir que faire. Sur les conseils de l’intellectuel, chacun fumant une clope pour passer le temps, ils s'accordent à dire qu'il faudrait éviter de perdre plus de deux litres de sang chacun si on veut éviter le choc hémorragique, ce qui pourrait conduire à une issue funeste (aux dernières nouvelles, contrairement aux délires de certains intellectuels de "gauche" justement, la mort est un symptôme qui ne se soigne pas encore). Bref, ils regardent Manu et lui tapent sur l'épaule, lui annoncent qu'ils ont l'intention de faire ce qu'ils peuvent pour limiter la perte de sang à 2 litres, et vont s'asseoir sous le platane (lui aussi a vraiment mal la gueule, mais s'inquiétait des arbres est passé de mode depuis longtemps). Pour passer le temps, ils s'en grillent une troisième. Cependant, Manu finit par tousser discrètement et faire remarquer qu'il commence à se sentir vraiment mal. Jean-Charles et Gabriel-Athanase se sentent un peu fatigué -l'hémorragie ? quelle hémorragie ? mais non, c'est sans doute la cuite de la veille cette fatigue. Et puis le prénom de Gabriel-Athanase nous sauvera-. Malgré tout, dans leurs grandes mansuétudes, ils se relèvent quand même et vont voir Manu. Ils discutent alors encore. Jean-Charles et Gabriel-Athanase ont envie d'aller se rasseoir sous le platane pour s'en griller une sixième, mais Manu commence à devenir tout pâle et a tremblé. Il insiste lourdement pour avoir de l'aide. Exaspéré, et de plus en plus fatigués, Jean-Charles et Gabriel-Athanase finissent par dire à Manu qu'ils feront ce qu'ils peuvent pour limiter les pertes de sang à 1.5 litre. Notre intellectuel, la clope dans une main, le stylo dans l'autre, retourne avec les deux compères sous les platanes. Il peut alors écrit frénétiquement que c'est un accord historique. Même si tout le monde sait bien que le brave Manu a déjà perdu 1 litre et qu'il n'y a plus grand-chose à faire pour éviter qu'il ne finisse tout sec vu comment il pisse le sang, cet accord est un signal clair en direction de Manu. Il met en évidence que Jean-Charles et Gabriel-Athanase se sentent profondément concerné par l'état de Manu. C'est juste bête qu'il va y rester quand même... D'accord. Et ma main dans ta gueule pour te remettre les idées en place ?

By agreeing on the temperature limits, we are officially recognizing the scientific evidence that harm will come with more warming.

Fantastique. Ils auraient du mettre alors une limite à 1°C dans l'accord de Paris aussi tant qu'à faire, histoire d'en rajouter une couche et dire que oui oui on est très, trèèèès profondément concerné.

This helps ensure that countries like Kiribati which are most at risk will receive the needed international assistance, a key tenet of international climate policy since the creation of the U.N. Framework Convention on Climate Change in 1992. Though they have not received much attention in the international media, the adaptation, capacity-building, and finance sections are as central to the Paris climate agreement as the sections on emissions and temperature targets.

Si les Kiribati se retrouvent sous l'eau d'ici la fin du siècle, ce qui est pratiquement certain, l'adaptation ne sera plus vraiment nécessaire... La reconnaissance que plus de réchauffement cause plus de dommages, et que les états insulaires vont se retrouver dans le dur n'est pas nouvelle. Mettre un seuil à 1.5°C juste pour reconnaitre encore plus formellement que c'est le cas, en sachant que le seuil est intenable, est juste débile et hypocrite, vu que tout le monde s'en fout dans les faits :

http://www.radionz.co.nz/news/national/284...39;-in-kiribati

Et justifier que viser 1.5°C peut rendre le seuil des 2°C plus facilement atteignable est tout aussi profondément débile. La logique n'est pas sans fondement (qui peut le plus peut le moins...) mais il faudrait déjà que 1.5°C ou même 2°C soit possible. Demander à la Lune d'arrêter de tourner autour de la Terre serait plus réaliste comme objectif.

post-3513-1451514446_thumb.png

On est déjà à 0.9°C de réchauffement, on sera à 1.5°C dans 30 ans maxi à moins d'un événement sans précédent dans l'Univers, et ce n'est pas juste de l'extrapolation. Le CO2 n'est pas le seul gaz à effet de serre, si on arrête d'émettre du CO2 on arrête d'émettre des aérosols. Or on a déjà pour 2°C bien tapé de réchauffement assuré si tout les GES s'y mettent. Et les hypothèses délirantes sur le captage de CO2 ou le fait que le seul GES soit le CO2 sont sans fondements. Il n'y aucune méthode connue pour capter du CO2. Et si tant est qu'on en trouve une elle sera obligatoirement un gouffre énergétique monstrueux, donc on ne trouvera pas de méthode. Et il n'y a aucune raisons de penser que pouf, les CFC, HCFC, etc... vont magiquement disparaitre quand on arrêtera les émissions, laissant le climat se relaxer gentiment vers un équilibre CO2 - T. Même dans ce cadre d'hypothèses surannées, on devrait être à zéro point zéro en 2040 quand on atteindra 1.5°C pour laisser la relaxation CO2 - T se faire. Même en admettant que notre brave intellectuel travaille dans ce cadre d'hypothèses délirantes, il doit bien admettre qu'on a jusqu'à 2040 pour terminer à zéro point zéro si on veut éviter 1.5°C de réchauffement. Il faudra m'expliquer comment il peut encore y croire.

http://www.nature.com/news/is-the-2-c-worl...fantasy-1.18868

En plus il n'y a aucun accord contraignant. La seule contrainte, c'est la transparence, celle de dire tout haut, où je pollue. Tu parles d'une contrainte... Cela fait 40 ans que les pays polluent à tout crin sans n'avoir jamais rougi de honte, on se demande pourquoi magiquement avec cet accord, la procédure de révision tout les 5 ans fera mourir de honte la Chine ou les USA... En plus l'accord ne doit pas entrer en vigueur de suite. L'eau aura encore le temps de couler sous les ponts avant que les États ne se décident à se bouger dans les faits, et non juste en bavant un accord vide.

Yet Mr. Gedden and other critics of the Paris Agreement are missing the point of the climate negotiations. The issue facing international negotiators is not the statistical odds of staying within stated temperature limits. The issue is what happens if we do not.

C'est là que Jean-Pierre Dupuy a tort, finalement. On est déjà à la catastrophe, là maintenant. Mais même en étant à la catastrophe, on refuse encore d'y croire et de faire tout ce qui est possible avec la dernière des énergie pour éviter de passer d'une catastrophe à une espèce de ground zero planétaire. Encore aujourd’hui on a la preuve, on préfère rejeter la faute sur El Nino ou autre plutôt que sur le RC :

https://www.google.com/search?q=el+nino&amp...Wf7BjoQ_AUIBygB

https://www.google.com/search?q=el+nino&amp...=global+warming

https://www.google.com/search?q=el+nino&amp...=climate+change

https://www.google.co.uk/search?q=global+wa...ICCgC&dpr=1

https://www.google.co.uk/search?q=global+wa...=climate+change

https://www.google.co.uk/search?q=global+wa...s&q=el+nino

https://www.google.com/search?q=cambio+clim...h=983&dpr=1

https://www.google.com/search?q=cambio+clim...s&q=el+nino

https://www.google.com/search?q=cambio+clim...=es&tbm=nws

https://www.google.fr/?gws_rd=ssl#q=changem...off&tbm=nws

https://www.google.fr/?gws_rd=ssl#newwindow...s&q=el+nino

https://www.google.fr/?gws_rd=ssl#newwindow...ment+climatique

Modifié par paix

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon cela n'est pas encore tout à fait fini. Polargmo, ou l'île Heiss, ou je ne sais pas comment on dit, a donc atteint 0.4°C tantôt, battant le record décadaire (record mensuel à 1.7°C) :

http://ogimet.com/cgi-bin/gsynres?ind=2004...=31&hora=18

Au Svalbard cela continue de chauffer avec encore +8.0°C ce matin :

http://ogimet.com/cgi-bin/gsynres?ind=0100...=31&hora=18

Tant qu'à faire, autant tenir encore quelques heures et embarquer le record de Janvier avec, en faisant un petit +12 ou +13 histoire de ne pas faire semblant...

Et la bouée là haut près du Pôle est encore à -6 ce soir. Tout va bien...

Tant qu'on est dans le "coin" -un coin très vaste mais bon on va dire un coin-, Ostrov Golomie truc machin a battu son record décadaire aussi :

http://pogodaiklimat.ru/monitor.php?id=20087

Par contre Ostrov Vize a craqué, l'île a atteint -0.9°C "seulement", à 5 dixièmes du record décadaire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'allais me coucher, et voila qu'en fermant le renard roux je tombe sur Polargmo qui continue de monter en température ....

http://ogimet.com/cgi-bin/gsynres?ind=2004...=01&hora=00

Mais putain, va falloir euthanasier aussi Janvier 2016, c'est pas possible des mois pareils ! En Décembre 2015, du pôle Sud au Pôle Nord c'est du n'importe quoi complet chaque jour, chaque heure, et maintenant v'là que Janvier 2016 s'y met aussi ... Et Ostrov Golomjanny truc machin un peu plus loin est à -1.8°C, a pulvérisé le record de première décade (-2.1°C), de deuxième décade ( -2°C ) et est à moins de 5 dixièmes de son record mensuel établi en Janvier... 2012 ( ! ) -sinon le record mensuel serait encore à -2°C-. Et tout ça à 00 UTC. Le mois va être long encore... Même Ostrov Kotel'nyj encore plus à l'Est n'est pas si loin des record à -14.3°C ( quotidien à -13.5°C, décadaire à -9.7°C, mensuel à -7.2°C pour une normale de -25°C ). Tain mais on va finir avec l'arctique hors gel avant 2050 à ce rythme... Bon sur ce j'ai enterré déjà le sujet que je venais de créer alors pour une fois je vais me faire de la pub, que ma modestie m'excuse :lol2: : http://www.forums.meteobelgium.be/index.php?showtopic=15812 et je vais essayer d'aller dormir sur ce...

P.S. : je crois que la discussion commençait ici en fait : http://www.forums.meteobelgium.be/index.ph...st&p=505288

Modifié par paix

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon maintenant que j'ai commencé à m'exciter je vais terminer le sujet :whistling: L'attention qu'on accorde aux événement n'est pas toujours adapté à l'importance propre de ces événements, mais il est vrai qu'hier soir j'ai pété un plomb quand j'ai vu que l'Arctique dégelait encore :wallbash: :wallbash: :wallbash: :wallbash: :wallbash: En plus dans le même temps, plus les modélisations pour chez nous passent et plus le pseudo temps moins doux de début Janvier termine en fait aussi doux que Décembre, et même pour les Vosges la neige on va pouvoir se la caler là où je pense et profond ... 'fin bref ce n'est pas le premier record qui tombe dans le monde ni dans le coin (Ostrov Vize avait broyé le record de Septembre aussi d'ailleurs, plus tôt dans l'année). Cependant, ces petites îles éparpillées sur un vaste territoire au final (y a quand même 1500 bornes à vol d'oiseau de Svalbard au nord de la péninsule du Taïmir, cela représente déjà un bout honnête de l'Arctique) sont intéressantes je trouve. Elles ne sont pas nécessairement atteintes par l'Atlantique (pour le Svalbard c'est clairement le cas, mais plus à l'Est c'est de moins en moins vrai), il y a encore des vrais stations et des sondages atmosphériques, et sont dans le même temps de plus en plus proche du 0°C, même en pleine nuit polaire. Cela rejoint aussi ce que je voulais dire sur les climats constants, comment est-il possible de tenir hors gel sans forcément être dans le maximum des advections océaniques ou atmosphériques de l'Atlantique même dans la nuit polaire la plus totale. C'est un enjeu, et si c'est possible de tenir hors gel sans que l'Atlantique n'aide trop cela pue à terme quand même... Bref, toujours est-il que Ostrov Vize a atteint le point de dégel ce matin, à +0.0°C, égalant le record mensuel de Janvier 2012 :

http://ogimet.com/cgi-bin/gsynres?ind=2006...=01&hora=18

Ostrov Golomjanny (jamais sûr de comment réécrire en français :whistling: en russe c'est Острове Голомянный ) a dégelé, avec +0.1°C :

http://ogimet.com/cgi-bin/gsynres?ind=2008...=01&hora=18

Là tous les records viennent de se faire projeter dans le mur. Le record mensuel de Janvier 2012 à -1.2°C est passé, de Février 1956 à -1.1°C y passe aussi, et Mars a eu chaud aux fesses (+0.4°C en 2011). L'île d'Heiss ( Острове Хейса ) est passé pas loin de son record avec +0.7°C. La plus haute valeur de Janvier est +1.9°C en 1974 :

http://ogimet.com/cgi-bin/gsynres?ind=2004...=01&hora=18

Modifié par paix

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les remontées douces ont finis par se faire sentir sur la banquise avec une baisse de l'embâcle.

460638zzzzzs.png

Pendant ce temps l'enneigement à progresser à l'échelle de hémisphère ( surtout sur Europe de l'est/centrale ).

134505zefz.gif

Modifié par passiion

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×