Aller au contenu
Les Forums de MeteoBelgique
cumulonimbus

Une canicule qui naît dans la fraîcheur

Messages recommandés

Posté(e) (modifié)

UNE CANICULE QUI NAÎT DANS LA FRAÎCHEUR

 

En altitude, dès le 12 juin, les ingrédients d’une vague de chaleur se mettent en place, avec deux crêtes chaudes, l’une au milieu de l’Océan et l’autre sur l’Espagne et la France, et entre les deux, un creux qui se rapproche rapidement des côtes du Portugal. Au sein de ce creux, une dépression forme de plus en plus une circulation fermée (goutte froide), avec les deux crêtes qui tentent de se rejoindre au nord de cette dépression d’altitude. En date du 16 juin, la dépression d’altitude est profonde et son flanc oriental touche désormais le Portugal.

 

zx8c.png

Source : Météociel

 

Dans les couches moyennes, cette configuration fait remonter un air extrême chaud, issu du Sahara, vers l’Espagne, puis vers le sud-ouest de la France. L’isotherme de 20°C, au niveau 850 hPa, atteint les Pyrénées dès le 12 juin et se retrouve, le 16 juin, sur une ligne qui va de Nantes à Marseille en passant plus ou moins par Poitiers et Clermont-Ferrand. Au-dessus de l’Espagne, on observe des poches d’air jusqu’à 28°C tandis que les 24°C viennent lécher le sud-ouest de la France. Il n’est donc pas étonnant que les températures en surface dépassent parfois 40°C en Espagne et qu’on observe déjà, en date du 16 juin, des valeurs de 37-38°C sur le sud-ouest, et localement aussi sur le sud de la France. Chez nous par contre, ce sont encore les anticyclones thermiques, situés bien plus au nord, qui prédominent et nous donnent des températures bien agréables, dans un premier temps, sous des vents à composante septentrionale.

 

À partir du 17 juin, ces hautes pressions, mieux soutenues par la crête en altitude, parviendront aussi à s’installer sur le continent, ouvrant ainsi la porte de notre pays aux courants du sud et à la chaleur.

 

 

13 juin 2022

 

Après une journée ensoleillée mais tempérée, la veille, à l’arrière d’un front froid, nous nous retrouvons plus profondément dans l’air frais en ce 13 juin. Le matin est même froid au sud et à l’est du pays, avec 3,5°C à Elsenborn ; 5,8°C à Mont-Rigi ; 6,2°Cà Buzenol et 6,3°C à Saint-Hubert. En Campine aussi, la température descend en dessous de 10°C par endroit.

 

En journée, malgré le soleil, les températures ne dépassent souvent pas les 20°C en plaine. Au littoral, on observe 17°C pour 18 à 19°C, parfois 20 ou 21°C en Basse et Moyenne Belgique, et 15 à 17°C en Haute Belgique, le tout sous un vent de nord-ouest qui s’oriente plus tard au nord.

 

Le ciel est lumineux avec quelques stratocumulus / altocumulus matinaux, suivis de cumulus dodus qui, peu à peu, s’aplatissent et finissent par disparaître pour faire place à un ciel tout à fait serein. En bordure de mer, le ciel est même serein, ou presque, tout au long de la journée.

 

L’air très chaud, en ce moment, se cantonne encore à l’Espagne et à l’extrême sud de la France.

 

 

14 juin 2022

 

Le temps de nos régions est déterminé par une ceinture d’anticyclones thermiques qui passe juste au nord de nos régions.

 

Le vent plutôt calme et le ciel serein dans un air déjà frais au départ a fait descendre les températures nocturnes plus bas encore que la veille. Les minima : 1,3°C à Elsenborn ; 4,7°C à Bièvre ; 4,8°C à Mont-Rigi et encore 5,1°C à Retie et à Koersel.

 

En journée, grâce au vent soufflant principalement de nord-est, l’air devient plus continental et les températures maximales atteignent des valeurs déjà plus élevées. En plaine, on observe 21 à 23°C, et 20 à 21°C sur les hauteurs.

 

Le ciel est serein en matinée, garni de cirrus l’après-midi et à nouveau serein le soir (sauf sur le sud du pays où les cirrus persistent).

 

L’air très chaud se trouve à présent au sud d’un pseudo-front chaud et affecte tout le sud-ouest et le sud de la France, où les températures dépassent les 35°C en bien des endroits.

 

r936.gif

Source : KNMI

 

 

15 juin 2022

 

L’élément thermique est toujours bien présent dans les anticyclones de surface, avec entre autres un noyau sur le proche Océan et un noyau sur la Mer du Nord.

 

Les vents restent donc bien orientés au nord-est, avec même une tendance nord en soirée. Malgré cela, il fait moins frais que la veille. Seul Elsenborn descend en dessous de 5°C (4,9°C) pendant que certaines vallées sont assez froides aussi, comme par exemple à Hastière avec 7,2°C à 8h.

 

En journée, à l’exception du littoral (19 à 21°C), les températures atteignent déjà des valeurs estivales avec le plus souvent 25 à 26°C en plaine et 24 à 25°C sur les hauteurs. En Campine, le thermomètre affiche 28,0°C à Koersel tandis qu’au sud-est du pays, plusieurs stations atteignent ou dépassent les 28°C comme Buzenol (28,2°C), Gouvy (28,0°C) et Hastière (28,0°C). Dans l’extrême sud de la Gaume (Lamorteau, Torgny), les valeurs sont même de 29 à 30°C.

 

Le ciel est serein ou presque en matinée, mais des altocumulus castellanus (parfois aussi floccus) apparaissent l’après-midi et le soir.

 

9yli.jpg

 

u88z.jpg

Webcam MB – Braine-l’Alleud – 15 juin 2022 à 16h10 et 21h30

 

Sur la France, un véritable système frontal s’est formé à partir d’un noyau dépressionnaire sur le centre de ce pays. Ceci a permis à l’air chaud de remonter encore un peu plus.  Les températures atteignent 33-34°C dans différentes villes comme Lyon (33,9°C), Dijon (33,7°C) ou Tours (33,3°C). Plus au sud, il commence à faire étouffant avec, par exemple, 37,0°C à Toulouse et 36,7°C à Carpentras.

 

rs3q.gif

Source : KNMI

 

 

16 juin 2022

 

Aujourd’hui, nous restons encore à l’abri de la chaleur excessive. Un anticyclone gonfle sur nos régions, mais son noyau reste au nord et nous continuons à bénéficier d’un air maritime certes desséché et continentalisé, mais gardant sa petite fraîcheur (toute relative).

 

Les températures, sous un bon petit vent de nord-est, sont même en légère baisse avec 25 à 26°C en plaine (23°C en bord de mer) et 21 à 23°C sur les hauteurs.

 

Le temps est à nouveau très beau, même si quelques cirrus plus épais occupent temporairement le ciel.

 

xnh9.jpg

Webcam MB – Liers – 16 juin 2022 à 19h50

 

En France, l’influence de l’anticyclone semi-maritime fait quelque peu reculer la chaleur, par contre celle-ci se renforce sur le sud. Toulouse note 38,1°C, Nîme 37,7°C, Bordeaux 36,3°C. Les villes comme Lyon, Dijon et Tours marquent quant à elles un status quo ou une légère baisse, avec respectivement 33,9°C, 32,0°C et 31,5°C. Paris-Montsouris baisse un peu aussi, passant de 31,0°C à 30,4°C.

 

 

17 juin 2022

 

La situation atmosphérique en altitude n’a guère évolué, mais bien en surface. En altitude, la goutte froide juste au large du Portugal n’a pas bougé mais s’est atténuée. En contrepartie, la crête, qui n’a pas bougé non plus et qui se trouve toujours sur l’Espagne et la France, s’est quelque peu renforcée, si bien que des formations anticycloniques en surface deviennent plus faciles même sur le continent chaud. Et le noyau de hautes pressions en surface s’est effectivement décalé vers le centre de l’Allemagne.

 

Cette nouvelle situation a radicalement changé la donne au niveau des vents, qui soufflent à présent en moyenne de sud, avec même une tendance sud-ouest. Plus rien n’est dans le chemin pour que l’air chaud remonte jusqu’à chez nous. Et on le remarque tout de suite aux températures, qui atteignent 30 à 31°C partout en plaine, et encore 26 à 27°C sur les hauteurs. Comme il aura fallu un peu attendre pour que cet air chaud se propage sur notre pays, les maxima seront souvent atteints en fin d’après-midi, voire en début de soirée.

 

Au littoral, la situation est différente. Les maxima de 29 à 30°C sont atteints, là, en début d’après-midi, juste avant qu’une brise de mer d’ouest à nord-ouest fasse quelque peu rebaisser les températures. Cependant, malgré quelques rafales venues de la mer, la température s’accroche à 26-27°C en fin d’après-midi. Peu après 20 heures, cette brise de mer finit par atteindre Bruges, sous une forme affaiblie et sans baisse significative de la température.

 

Le ciel est nuageux le matin, avec des cirrus et d’importants bancs d’altocumulus, ensuite le temps devient très beau, tantôt serein, tantôt légèrement voilé par des cirrus.     Au littoral, on voit quelques altocumulus castellanus le soir.

 

En France, une grande partie du territoire est désormais concernée par des températures extrêmes. Le sud et le sud-ouest sont les plus touchés. À Carcassonne, le maximum s’élève à 40,7°C, et à 40,6°C à Nimes. Dans cette dernière ville, la brise de mer parvient à s’imposer en fin d’après-midi au sud de la ville et en soirée au nord, avec une chute des températures de 9 à 10°C en quelques deux heures.

 

Au sud-ouest de la France, c’est l’inverse qui se produit. À Biscarrosse (en bordure du Golfe de Gascogne), on observe une température bien agréable de 27,8°C à 17 heures, puis un vent brûlant venant de l’intérieur des terres fait monter le thermomètre jusqu’à 39,7°C entre 18 et 19 heures.

 

À Paris, on transpire déjà bien aussi avec 34,9°C à Montsouris (maximum atteint entre 18 et 19 heures !)

 

Enfin, au niveau 850 hPa, l’isotherme de 20°C finit par gagner toute la France et vient lécher la frontière belge en soirée.

 

 

18 juin 2022

 

La canicule a été un brin moindre de prévu, mais il a fait très chaud quand même et, ici et là, quelques records ont été battus pour la 2e décade de juin.

 

En altitude, la situation n’a toujours pas changé, avec les deux vastes crêtes séparée par la goutte froide accrochée à l’ouest des côtes portugaises. Au nord cependant, une dépression qui se trouvait loin sur l’Océan est venue s’installer entre l’Islande et la Norvège, si bien que les contrastes thermiques ont augmenté, les isobares se sont resserrés et une circulation d’ouest est devenue active juste au nord de nos régions.

 

Ces contrastes se sont répercutés jusqu’au niveau 850 hPa, avec 20°C sur le nord de la France et 0°C sur l’Écosse.

 

En surface, l’anticyclone a été poussé plus loin vers l’est, sur le Continent, et avec des pressions en baisse sur les façades ouest et nord-ouest du Continent, l’acheminement d’air tropical continental de type saharien, nous arrivant via l’Espagne, a encore été renforcée.

 

Toutefois, c’est justement le sable saharien présent dans l’atmosphère qui a quelque peu terni le ciel et affaibli le soleil, de telle manière que les maxima ont été de 1 à 2°C en deçà des prévisions. Malgré cela, les températures, avec des valeurs de 31 à 35°C en plaine et de 29 à 31°C sur les hauteurs, se sont sont souvent rapprochées des records et les ont même battus ici et là.

 

Comme vous allez le voir dans les chiffres ci-dessous, les records ont été surtout battus au centre-ouest et au centre-sud-ouest du pays, alors que l’extrême nord et l’extrême ouest ont été un peu moins touchés par cette chaleur. Au littoral, on n’a même rien vu de la chaleur, avec des maxima de 21°C en bordure de mer et de 23 à 25°C dans les dunes. Cette bande de fraîcheur relative, avec des maxima ne dépassant pas 25°C, s’est étendue jusqu’à une dizaine de kilomètres de la côte.    

 

Températures maximales du 18 juin 2022

accompagnées des records sur les 40 dernières années (quand disponibles)

 

Flandre Occidentale

Zeebruges : 21,2°C

Middelkerke : 22,9°C ; record : 32,2°C (19/06/2000)

Coxyde : 24,8°C ; record : 33,4°C (19/06/2000)

Dunkerque (FR) : 22,1°C ; record : 32,3°C (19/06/2005)

Beitem : 31,9°C ; record : 33,1°C 20/06/2005)

 

Flandre Orientale

Semmerzake : 32,6°C ; précédent record : 32,2°C (19/06/2000)

Melle : 32,7°C

 

Province du Hainaut

Chièvres : 34,8°C ;  précédent record : 33,1°C (20/06/2005)

Charleroi-Gosselies : 32,7°C ; record : 33,6°C (20/06/2005)

Lille (FR) : 34,0°C ; ancien record : 32,9°C (20/06/2005)

 

Brabant Wallon, Brabant Flamand et Bruxelles

Beauvechain : 33,4°C ; record : 34,3°C (20/06/2005)

Zaventem : 32,6°C ; record : 33,9°C (20/06/2005)

Bruxelles-Uccle : 32,6°C ; record : 32,9°C (20/06/2005)

 

Province d’Anvers

Stabroek : 31,0°C ; record : 34,6°C (20/06/2005)

Anvers-Deurne : 31,5°C ; record : 34,4°C (20/06/2005)

Sint-Katelijne-Waver : 33,3°C ; record : 34,5°C (20/06/2005)

 

Province du Limbourg

Kleine Brogel : 33,0°C; record: 36,3°C (20/06/2005)

Koersel : 34,3°C ; record : 35,6°C (20/06/2005)

Maastricht (NL) : 33,1°C ; record (40 ans) : 33,6°C (18/06/2002) mais 33,8°C le 13/06/1964

 

Province de Liège

Liège-Bierset : 32,8°C ; record : 34,8°C (20/06/2005)

Sprimont : 34,1°C

Spa-aérodrome : 31,0 ; ancien record : 30,9 (20/06/2005)

Mont-Rigi : 29,6°C ; 30,2°C (18/06/2002)

Elsenborn : 30,8°C ; record : 31,9 (18/06/2013)

 

Province de Namur

Rochefort : 34,6°C ; record (40 ans) : 33,0°C (20/06/2005) mais 34,6°C le 12/06/1964

Florennes : 31,9°C ; record : 32,5°C (20/06/2005)

Dourbes : 32,7°C ; record : 33,3°C (20/06/2005)

 

Province du Luxembourg

Saint-Hubert : 29,1°C ; record : 29,3°C (17/06/2002)

Buzenol : 32,8°C

Torgny : 34,0°C

Luxembourg (LX) : 33,8°C ; ancien record : 33,5°C

 

Le temps : le ciel est serein ou presque partout, mais quelque peu délavé par la présence de poussières sahariennes. On observe parfois aussi de très fins cirrus. En soirée, on note aussi de rares altocumulus. Au littoral, dans l’air turbulent et frais de la mer, des cumulus fractus se forment temporairement le soir.

 

Les vents soufflent de sud à sud-ouest. Dès la matinée, une brise de mer de nord à nord-est se met en place. En après-midi, un faible front viendra se mêler au front de brise de mer, et le fera avancer en soirée jusqu’au centre du pays. Durant la nuit, les vents de nord à nord-est poursuivent leur progression et mettent ainsi un terme à la chaleur.

 

Ci-dessous, la situation à 17 heures. On remarquera les forts contrastes thermiques règnant sur l’ouest du pays à ce moment-là.

 

ryy9.png

Source de la carte : Infoclimat

 

La France, à l’exception de certaines côtes, est soumise à une chaleur terrible, avec des valeurs souvent comprises entre 34 et 37°C au nord et (à basse altitude) entre 37 et 40°C au sud. Le sud-ouest est plus touché encore, avec des valeurs pouvant aller jusqu’à 42, voire 43°C.

 

À Biarritz, le maximum atteint 42,9°C entre 15 et 16 heures sous un vent irrégulier de sud, avant de chuter brutalement sous un fort vent d’ouest (rafales jusqu’à 75 km/h). À 18 heures, il ne fait plus que 22,4°C. À Biscarrosse, on monte jusqu’à 41,7°C, et jusqu’à 41,9°C à Cazaux et à Cap Ferret. Bordeaux, avec 40,5°C, dépasse la barre des 40°C aussi, et c’est encore le cas pour Angers (40,1°C), pourtant bien plus au nord. Enfin, on remarquera encore les 39,8°C d’Auxerre.

 

 

19 juin 2022

 

Le front froid a continué sa progression sur notre pays, sans toutefois réussir à atteindre la Gaume. Cette partie du pays est donc restée dans des conditions très estivales, sous le soleil et des températures particulièrement chaudes.

 

Commençons par le sud de la Gaume et le pays d’Arlon. Dans cette région, le temps est à nouveau très beau, toujours avec un ciel quelque peu délavé, temporairement aussi avec un mince voile de cirrus et parfois quelques bancs d’altocumulus castellanus.

 

Le vent est très hésitant, mais grâce au massif ardennais, les infiltrations d’air plus frais ont du mal à passer, même lorsque le vent de surface tend, parfois, à s’orienter au nord. Les maxima, atteints en début d’après-midi, se situent autour des 32°C, tant à Virton qu’à Torgny, Étalle ou encore Arlon. Par après, les températures entament certes une baisse, mais restent à des niveaux assez élevés.

 

On notera surtout les températures exceptionnelles de la nuit du 18 au 19. Sur certains plateaux et à des endroits privilégiés, la température nocturne ne descend pas en dessous de 22-23°C. À Torgny, on observe un minimum de 23,2°C, et de 22,1°C à Arlon. Les stations de vallée descendent quant à elles à 16-17°C, mais dès 8 heures du matin, on y observe aussi de 23 à 25°C !

 

En matinée, quelques infiltrations d’air plus frais réussissent très temporairement à faire baisser la température, mais n’empêchent pas la canicule plus tard en journée.

 

Au nord de la Gaume, le ciel est déjà plus changeant, avec des voiles parfois plus épais et des altocumulus castellanus plus nombreux, et assez développés le soir. Les températures, là, atteignent quelques 28-29°C, également en début d’après-midi, avant une chute plus marquée des températures.

 

La Basse et la Moyenne Belgique sont à l’arrière du front froid, avec cette fois-ci une chute spectaculaire des températures par rapport à la veille. Les maxima, en effet, n’y dépassent plus 16 à 21°C, 16°C à l’ouest des plaines et 20 à 21°C à l’est des plaines, ainsi que localement au centre du pays.

 

Ci-dessous, quelques températures maximales avec, entre parenthèses, celles de la veille :

 

Beitem : 16,4°C (31,9°C)

Melle : 17,3°C (32,7°C)

Semmerzake : 17,3°C (32,6°C)

Chièvres : 18,2°C (34,8°C)

Retie : 18,3°C (32,6°C)

Schaffen : 19,6°C (33,8°C)

Lille (FR) : 17,1°C (34,0°C)

 

Si des chutes de températures de 10°C, d’un jour à l’autre, sont fréquentes en été, des chutes de 14 à 16°C, voire plus, sont excessivement rares et dignes d’être mentionnées.

 

Le ciel : encore beau le matin, avec cirrus et altocumulus castellanus, parfois très développés, puis très nuageux avec cirrostratus / altostratus doublé de nombreux stratocumulus. Ces stratocumulus se développent parfois aussi en castellanus, avec des parties du ciel fort sombres et quelques pluies.

 

205o.jpg

 

x88k.jpg

Webcam MB – Braine-l’Alleud – 19 juin 2022 à 8h20 et 8h40

 

À noter aussi la présence d’une très forte inversion entre l’air froid des basses couches et l’air très chaud persistant jusque dans les couches moyennes inférieures de l’atmosphère. Le vent qui y souffle, et qui passe au-dessus de l’air froid beaucoup plus dense, y forme de véritables vagues comme à la mer, si bien que les stratocumulus qui s’y forment deviennent parfois de véritables asperatus undulatus, comme par exemple à Liège.

 

vwvo.jpg

Crédit photo : Pierre Hansoul

 

Dans les éclaircies qui se redéveloppent le soir, l’on revoit des altocumulus castellanus.

 

Au littoral, les stratocumulus sont prédominants, et on y observe aussi quelques averses. Le temps y est froid, avec 15 à 16°C seulement au meilleur moment de la journée, et un vent assez fort et désagréable de nord-nord-est. Le contraste de température par rapport à la veille y est pourtant moindre puisqu’il y a fait nettement moins chaud. À noter que tôt le matin, de l’orage y a été observé, avec des rafales jusqu’à 65 km/h.

 

L’Ardenne marque une zone de transition, avec là des éclaircies notamment l’après-midi. Saint-Hubert se retrouve passagèrement dans l’air chaud, avec un vent revenant brièvement au sud-est et une température montant temporairement jusqu’à 23,6°C en début d’après-midi (mais à 10 heures, il ne faisait que 13,4°C par vent de nord-nord-ouest). À la frontière belgo-allemande, entre l’Eiffel et les Hautes-Fagnes, il se produit un phénomène similaire, mais beaucoup plus intense, avec une température de 19°C qui, pendant une heure ou deux, monte jusqu’à 28°C avant de retomber à 19°C, et ce à une altitude de 649 mètres.

 

Ci-dessous, une carte montrant la limite très marquée entre l’air frais et l’air chaud, telle qu’elle se présentait à 17 heures. À ce moment-là, l’air le plus chaud a déjà quitté la Belgique.

 

gy1i.png

Source : Infoclimat

 

À présent, les températures sont très élevées sur le centre et l’est de la France, avec 37,7°C à Strasbourg et 37,2°C à Colmar. Plus vers le centre de la France, on observe encore 35,8°C à Nevers.

 

L’Allemagne est à son tour touchée par la canicule, avec 37,1°C à Berlin ; 37,3°C à Leipzig ; 38,2°C à Dresde et 39,2°C à Cottbus. Enfin chez nos voisins luxembourgeois, la température est montée jusqu’à près de 34°C à Remich.

 

 

Conclusion

 

Le front ne bougera guère durant la nuit du 19 au 20 juin tandis qu’une ligne de convergence préfrontale se forme du côté chaud du front et vient se placer sur la Gaume. Cette ligne est remontée du sud-ouest de la France et se s’étend en milieu de nuit du centre de la France à l’extrême ouest de l’Allemagne. Elle est le théâtre de fortes pluies et d’orages parfois violents, avec notamment un arcus nocturne impressionnant.

 

À Buzenol, on recueille 37,5 mm au pluviomètre, dont 30 mm tombés entre 1 et 3 heures du matin. À Lamorteau, on relève 27,0 mm en deux averses (19,6 mm et 6,0 mm, et encore un peu de pluie après). Par la suite, les orages et averses continueront leur route et Mont-Rigi, à 11 heures, aura reçu pas moins de 33,5 mm, dont notamment 10,4 mm entre 2 et 4 heures et 21,2 mm entre 9 et 11 heures.

 

En ce 20 juin à 11 heures, les températures en Belgique varient généralement entre 15 et 17°C en plaine et ne dépassent guère 8°C sur les hauteurs. En Gaume, il fait 14 à 16°C et la chaleur semble bien avoir quitté le pays. Mais sans vraiment s’en éloigner. D’après les prévisions, le temps pourrait redevenir (assez) chaud dans les jours qui viennent. Wait and see…

 

 

Modifié par cumulonimbus
À présent complet

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×