Aller au contenu
Les Forums de MeteoBelgique
bib

Phénomènes climatiques en direct

Messages recommandés

Lu ce soir dans le filinfo du site du Journal Le Soir : :

"Dennis prend de l'ampleur

mercredi 06 juillet 2005, 23:00La tempête tropicale Dennis s'est renforcée, se transformant en ouragan qui menace désormais Haïti, la République dominicaine, la Jamaïque et Cuba. Dennis pourrait atteindre le sol des Etats-Unis au cours du week-end près de la frontière entre l'Alabama et la Floride, selon les prévisionnistes. Avec des vents proches de 100 km/h, la deuxième tempête de la saison sur l'Atlantique pourrait faire tomber jusqu'à 25 centimètres de plus sur son passage, selon le centre américain des ouragans de Miami."

La saison des tempêtes tropicales est en route... crying.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Kikoo

quant à Cindy:

"A 15h, la tempête tropicale se transformait en simple dépression tropicale. Le système a atteint les terres et remonte par l'Alabama en perdant de son intensité. Les vents ne soufflent plus qu'à 65 kmh, avec des rafales à 80 kmh. CINDY se dirige vers le Nord-Est à environ 24 kmh, cette trajectoire devrait perdurer dans les prochaines heures.

Ceci est le dernier bulletin pour cette tempête. Toutes les alertes ont été levées localement. "

Modifié par Kikoo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voici une photo de Cindy 2 (il y avait déjà eu un cyclone de ce nom en 1999)

Il n'en reste en effet plus rien, mais on dirait qu'une autre se forme plus au Sud.

Par la même occasion, nous voyons que l'anticyclone des Açores reprend du poil de la bête et pourrait bien repousser le front vers le Nord, comme le disent les prévisions pour le week-end.

Et, juste au Nord de l'équateur, on voit très clairement le "front intertropical", qui va s'instabiliser sur les terres pendant la journée pour donner des averses diluviennes le soir. C'est lui qui, se déplaçant vers le Sud en "hiver", donne les saisons humides.

post-33-1120724863.jpg

Modifié par bib

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Kikoo

Quoiqu'il en soit, je plains les pays qui doivent subir de tels phénomènes météorologiques!

Merci pour cette carte Bib thumbsup.gif

Modifié par Kikoo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il est vrai que, finalement, à part exceptions comme le 29,nous n'avons pas trop à nous plaindre...

Sur la même image, on voit deux sérieux nuages, pouvant peut-être devenir des supercellules et donner lieu à une tornade. Voici un lien avec le site http://www.spc.noaa.gov/ qui donne beaucoup d'infos à ce sujet. Je n'aurai pas le temps de suivre cela, mais peut-être qu'un passionné de tornades pourra suivre cela et nous faire un petit reportage ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Lu dans le filinfo du site du Journal Le Soir

Dennis menace

jeudi 07 juillet 2005, 17:19

Le premier ouragan de l'année dans l'Atlantique, dénommé Dennis, menace la Jamaïque, Cuba, les îles Caiman et Haïti, avec des pluies abondantes et des vents atteignant 165 kilomètres/heure, selon le Centre national des ouragans (CNH), basé à Miami. Dennis devrait toucher la Jamaïque dans la journée et pourrait ensuite se diriger vers les îles Caiman et Cuba avant de pénétrer dans le Golfe du Mexique au cours du week-end. A 12 heures GMT (1' heure, heure de Bruxelles) ce jeudi, Dennis était situé à 205 kilomètres de Kingston, la capitale de l'île de la Jamaïque. C'est un ouragan de catégorie 2 sur l'échelle de Saffir-Simpson qui comprend cinq échelons et il devrait encore se renforcer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Voici une photo de Dennis-la-menace à 15h50 UTC, pêchée sur un site extra !!!

La trajectoire a l'air un peu bizarre, il remonte vers le nord-est, est-ce qu'il est passé par la martinique et qu'on en a pas parlé parce qu'il n'était pas encore assez fort et il s'est réactivé sur la mer des caraibes ?

Je pense qu'au départ, il se forment au milieu de l'océan atlantique, donc il doit surement étre passé par en dessous de la république dominicaine...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Voici une photo de Dennis-la-menace à 15h50 UTC, pêchée sur   un site extra !!!

La trajectoire a l'air un peu bizarre, il remonte vers le nord-est, est-ce qu'il est passé par la martinique et qu'on en a pas parlé parce qu'il n'était pas encore assez fort et il s'est réactivé sur la mer des caraibes ?

Je pense qu'au départ, il se forment au milieu de l'océan atlantique, donc il doit surement étre passé par en dessous de la république dominicaine...

Ils peuvent se former au large du sénégal... ou presque "sur place", comme celui-ci.

La trajectoire est un peu erratique, il "cherche" les mers les plus chaudes. Heureusement, beaucoup n'atteignent pas les côtes: en effet, il font une boucle vers le Nord-Est à l'approche des continents. C'est donc un cas tout à fait normal. (Ceci dit, je n'ai pas été voir l'évolution de celui-ci en détails: donc je répond peut-être à côté de la plaque)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Kikoo

L'Afrique centrale et du sud sont loin d'etre épargnés! crying.gifcrying.gif Mais avec une telle sècheresse!

Modifié par Kikoo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce n'est pas un instantatané mais une composition sur 10 jours, donc une accumulation de tous les feux détectés par les satellites, au cours de cette période.

C'est vrai que c'est impressionnant en Afrique. Ils ont recours à la technique de la terre brûlée car pour débrousailler les terrains, c'est très difficile et impossible de labourer les sols avec des charrues à cause de la présence de la couche latéritique extrêment dure. Les sols sont pauvres car la partie arable ne comporte souvent que quelques cm. Difficile à croire quand on voit la forêt équatoriale ? Et pourtant cette forêt vit en "autarcie". Tant qu'il n'y a pas exportation de matière (récoltes, déforestation), la végétation se reconstitue grâce son propre humus, qui grâce à la chaleur et l'humidité se décompose très vite en éléments minéraux. Et ce toute l'année.

La forme des racines des arbres montrent bien aussi la présence de cette plaque latéritique: elles courent à la surface du sol. Il y a aussi la présence de contreforts car les racines ont beaucoup de mal à s'enfoncer dans le sol.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Apparemment, ce ne sont pas que des feux de grande ampleur: la sortie d'une cheminée industrielle où brûlent des gaz est ausssi notée. Je me pose aussi beaucoup de questions sur cette carte... huh.gif

Modifié par bib

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Apparemment, ce ne sont pas que des feux de grande ampleur: la sortie d'une cheminée industrielle où brûlent des gaz est ausssi notée. Je me pose aussi beaucoup de questions sur cette carte... huh.gif

Bien d'accord avec toi... on dirait que les Pays-Bas sont assez rouges, non ? huh.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Marc et My: c'est ce que j'ai lu aussi, également les volcans..., quelle que soit sa grandeur, le feu est marqué au moins par un carré rouge, ce qui fausse l'intyerprétation: il faut voir l'image en plus grand pour le voir.quand j'aurai le temps, j'explorerai un peu plus loin.

En attendant, je trouvais l'image spectaculaire et intriguante. Tous ces feux pourraient-ils avoir une influence locale sur le climat?

Modifié par bib

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je reviens sur Dennis...

Breaking news de La Libre :

Le cyclone Dennis fait 10 morts à Cuba

Mis en ligne le 09/07/2005 à 00:16

- - - - - - - - - - -

LA HAVANE (AFP)

Le passage du cyclone Dennis vendredi après-midi avec des vents de 235 km/h a fait dix morts à Cuba et conduit à évacuer au moins 1,5 million de personnes, a annoncé le président cubain Fidel Castro.

"Nous avons déjà dix pertes", a déclaré le chef d'Etat cubain dans une intervention télévisée pour informer la population de la situation.

Huit personnes ont trouvé la mort dans la province de Granma et deux à Santiago de Cuba, dans le sud-est du pays, a-t-il précisé, ajoutant qu'au moins 1,5 million de personnes ont été évacuées et hébergées dans des zones plus sûres.

Dennis est arrivé à Cuba vendredi en début d'après-midi accompagné de rafales à près de 300 km/h, désormais proche de la puissance maximum.

Il est passé en moins de 24 heures jeudi de la catégorie de dépression tropicale à celle de cyclone, grimpant au fil des heures quatre des cinq degrés de l'échelle de Saffir-Simpson.

Au sud de Cuba, dans la ville de Santiago, deuxième du pays, l'ouragan, accompagné de rafales à 250 km/h, a provoqué également de "graves dommages", selon l'agence cubaine AIN.

Plus de 60.000 habitants de la ville ont été évacués et 85% de la population est privée d'électricité, a-t-elle ajouté.

Des centaines d'habitations ont été endommagées, certaines se sont partiellement effondrées et d'autres ont eu leurs toits arrachés, a indiqué l'agence.

Des vagues de dix mètres de haut ont endommagé d'autres habitations en bord de mer, selon l'agence qui signale encore d'importantes inondations côtières.

Des installations touristiques ont été également touchées.

Dans la zone, il est tombé jusqu'à 243,6 millimètres de pluie, a précisé AIN.

Suivant un cap nord-ouest, il devrait traverser l'île en une dizaine d'heures avant de se diriger ensuite vers la Floride où l'état d'urgence a été décrété.

Des milliers d'habitants ou de touristes séjournant à Key West, une île à la pointe sud de la Floride, ont ainsi été évacués et les habitants de la côte de l'Alabama ont été invités à en faire autant, avant l'arrivée prévue du cyclone.

La plupart des hôtels, stations-services et magasins de Key West, la ville balnéaire située à l'extrême pointe des Keys, un chapelet d'îles reliées par des ponts, ont été fermés, Dennis devant arriver samedi matin, selon les prévisions du centre national des ouragans basé à Miami (Floride, sud-est).

Mais dès vendredi, des pluies et des bourrasques de vents avaient commencé à balayer la station balnéaire rendue célèbre par les écrivains Ernest Hemingway et Tennessee Williams.

Le cyclone devrait ensuite poursuivre sa progression dans le Golfe du Mexique où environ 116 plateformes pétrolières ont été évacuées.

Dennis devrait arriver dimanche ou lundi sur les côtes américaines du Golfe du Mexique s'étendant de la Louisiane à la Floride, en passant par le Mississipi et l'Alabama.

Auparavant, frappant jeudi le sud d'Haïti, Dennis a fait au moins cinq victimes, 20 ont été blessées et 30 sont portées disparues, a annoncé vendredi un responsable de la protection civile.

La plupart des victimes habitaient les régions du sud et du sud-est, les plus touchées par les fortes pluies qui ont inondé des villes et détruit de nombreuses plantations, selon Jeffe Delorges un porte-parole de la protection civile.

37 maisons ont été détruites et 96 endommagées tandis que 8.000 personnes sont sinistrées, selon un bilan partiel fourni par les autorités haïtiennes.

La Jamaïque, enfin, a enregistré des pluies torrentielles et des glissements de terrain, mais aucune victime n'était signalée, selon la télévision cubaine, de même qu'aux îles Caïman, petit territoire britannique de 43.000 habitants, ravagé en septembre dernier par le cyclone Ivan.

crying.gif ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci, Marie Louise. crying.gif

Si la nature est belle et ses manifestations majestueuses, elle peut aussi causer la ruine et la mort....

Un amie était aller vivre là-bas (St Martin) et nous décrivait son paradis. Deux ans après et deux gros cyclones, maison presque rasée, elle était revenue... Elle en a fait une description que je lisais chaque année aux élèves. Au début: curiosié teintée de peur, puis voir s'envoler des bateaux, se réfugier à la cave en entendant des bruit effayants, sortir et voir tout ravagé comme après une explosion, être coupé du monde pendant des jours(plus de communication), son mari médecin épuisé après quelques jours... A peine la maison reconstruite, le jardin replanté, rebelote... Puis apprendre que les autorités ont déclaré que le vent n'avait pas dépassé les 250 kmh pour que les assurances ne doivent rien rembourser, alors qu'il a approché les 400 kmh (cyclone Luis)...

Alors que certains cyclones se forment de l'autre côté de l'océan et mettent une semaine à suivre un trajet ... en voici un qui se forme en deux ou trois jours, sur place ! Cela arrive plus fréquemment dans l'océan indien, qui est le plus chaud du monde.

Explication technique pour ceux qui n'ont pas le temps d'aller voir tout un cours.

Pour avoir un cyclone tropical, il faut une mer à 26° sur une profondeur de 60 mètres. Au-dessus, un air relativement froid, qui va se réchauffer par sa base, donc l'air chaud = plus léger va monter. Une dépression thermique se forme, marqué sur les cartes par quelques isobares concentriques. Le vent se met à souffler +/- parallèlement aux isobares, dans le sens contraire des aiguilles d’une montre, mais légèrement vers le centre de la dépression puis monte en spiralant, comme dans toutes les dépressions (hémisphère Sud : sens inverse). Le vent sur la mer chaude accélère l’évaporation, donc l’humidification de l’air. Des nuages instables se forment, exactement comme chez nous hier, on voyait bien cette rotation sur le radar. Mais sous les tropiques, pour une même dépression, le vent est beaucoup plus violent* et, l’air étant plus chaud au départ, il peut contenir plus de vapeur d’eau (facilement le double de chez nous). Et c’est là la différence avec « chez nous » : le vent plus fort va encore diminuer la pression **, et l’humidité qui se condense en plus grande quantité va « réchauffer » le nuage ***, qui va donc être encore plus léger, donc monter encore plus vite. Air encore plus léger = pression qui diminue encore, vent qui augmente… A un moment donné, le système s’emballe et devient un cyclone tropical.

* à cause du faible effet déviant dû à la rotation de la terre, qui met plus de « temps » à dévier le vent. En effet, le vent aurait tendance à aller directement vers la basse pression, et à accélérer sans cesse. A cause de la rotation de la terre, il est dévié pour devenir presque parallèle aux isobares, et là, sa vitesse se stabilise. Aux pôles, un endroit fait un tour complet sur lui-même en 24h. Près de l’équateur, il « voyage dans l'espace» sur 40.000 km mais de tourne presque pas sur lui-même, donc l’effet déviant est faible. C’est Coriolis qui a étudié ce phénomène et donné son nom à l’effet déviant.

** loi de conservation d’énergie : la vitesse à un endroit augmente, la pression diminue : c’est comme cela que volent les avions (l’air au-dessus de l’aile est accéléré à cause de la forme de l’aile, plus bombée au-dessus).

*** l’évaporation a besoin d’énergie-chaleur (quand on est mouillé, on le sent bien !), mais la condensation va la restituer

Pour en savoir plus : météofrance

Cela vaut la peine de prendre un peu de temps pour étudier cela, parce que vous allez apprendre le mécanisme de beaucoup de phénomènes qui se passent ici, en moins fort, bien sûr !

Cela ne nous empêche pas de penser aux nombreuses victimes qui vivent une terrible épreuve devant laquelle nous sommes impuissants… Le fait qu’elle arrive régulièrement ne diminue en rien sa gravité, au contraire : comment peut-on encore avoir envie de construire sous cette menace permanente ?

Modifié par bib

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×