Aller au contenu
Les Forums de MeteoBelgique

Messages recommandés

Le 29/10/2018 à 12:35, cumulonimbus a dit :

Les résumés quotidiens complets pour la période du 18 au 31 octobre seront disponibles vers le 4 ou 5 novembre prochain.

 

Voici déjà les résumés du 18 au 24 octobre.

 

 

18 octobre 2018

 

Le deuxième « nouvel » anticyclone développe une crête jusqu’à l’Angleterre et la Mer du Nord et place notre pays sous des courants de nord à nord-est encore un peu plus frais. Le front de basses couches ne parvient toutefois pas vraiment à franchir le massif ardennais, ce qui fait que la Gaume reste dans de l’air plus chaud.

 

Dans cette dernière région, le temps est beau après la dissipation des brumes matinales, avec quelques cumulus l’après-midi. Les températures atteignent 19,8°C à Buzenol et 20,6°C à Aubange.

 

Dans les autres régions, les maxima se situent le plus souvent entre 16 et 18°C en plaine et entre 11 et 15°C sur les hauteurs (11°C sur les Hautes-Fagnes, 15°C sur le plateau ardennais). Le temps est beau aussi, mais les cumulus sont plus nombreux et s’aplatissent contre une inversion à un petit 1500 mètres d’altitude (au centre du pays), avec une certaine tendance à l’étalement. Le massif ardennais et certaines régions sur la frange nord connaissent un temps plus nuageux en raison des restants du front.

 

 

19 octobre 2018

 

Situation inchangée par rapport à la veille : la Gaume reste dans l’air doux stagnant sur le continent tandis que les autres régions subissent des courants de nord-est à nord un peu plus frais.

 

Le temps en Gaume est très beau avec juste quelques cirrus en matinée et des maxima de 18,1°C à Buzenol et de 19,2°C à Aubange.

 

Ailleurs, on retrouve les mêmes 16 à 18°C que la veille en plaine, et même un peu moins au littoral (15°C). Sur les hauteurs, les températures ont par contre un peu augmenté, avec 15°C sur les Hautes-Fagnes et 16°C sur le plateau ardennais. Le temps est beau aussi, avec une mince couche de stratocumulus en matinée, puis de larges éclaircies avec quelques cumulus. Parfois aussi, on note des brumes et stratus matinaux. Le soir, quelques stratocumulus réapparaissent.

 

Le massif ardennais bénéficie mieux que la veille de belles éclaircies, d’où les températures plus élevées. Quant au littoral, on y observe une absence complète de cumulus.

 

 

20 octobre 2018

 

Les conditions sont anticycloniques partout, mais la fraîcheur gagne du terrain et la Gaume cesse à son tour de bénéficier de la douceur du temps.

 

Le matin, il fait même parfois froid, avec –1,1°C à Elsenborn ; 0,9°C à Gouvy et 2,0°C à Aubange. Presque partout, les minima sont inférieurs à 5°C, on note cependant un surprenant 7,1°C à Hastière.

 

En journée, les températures atteignent 14 à 17°C en plaine, 12 à 14°C sur les hauteurs et 16°C en Gaume.

 

Le temps est à nouveau beau, avec le passage de quelques altocumulus et, temporairement, un voile de cirrus. Quelques régions connaissent des brumes et brouillards coriaces, ne se dissipant qu’à la mi-journée, et des maxima un peu plus bas (13°C).

 

Ceci termine deux décades qu’on peut déjà qualifier d’extrêmes pour un mois d’octobre.

 

À Uccle, la moyenne des températures a été de 14,9°C, avec une moyenne de 20,0°C pour les maxima et de 9,9°C pour les minima. On reste cependant loin derrière 1921, où la moyenne des maxima, à période égale, atteignait 22,4°C !

 

Sur les 20 jours qui viennent de s’écouler, la température a dépassé 11 fois les 20°C et 2 fois les 25°C. Bien peu d’années obtiennent un tel score, mais là encore, on reste bien en dessous de 1921 avec 15 jours au-dessus de 20°C et 5 jours au-dessus de 25°C.

 

Le point commun entre octobre 1921 et 2018 : des jours froids au cours de la 3e décade, ce qui fait que le prédicat d’octobre le plus chaud revient à 2001, qui pourtant présentait moins d’extrêmes.

 

On remarquera aussi l’insolation sur ces 20 jours à Uccle, de 155h04, ce qui est plus que durant 20 jours en plein été.

 

Quant aux précipitations, c’est la sécheresse qui continue, avec seulement 8,3 mm dans le pluviomètre. Il faudra patienter encore un peu, pour voir des précipitations dignes de ce nom.

 

 

21 octobre 2018

 

Les conditions anticycloniques persistent, mais il commence à faire froid la nuit et le matin.

 

Quelques valeurs minimales :

 

Elsenborn : –2,9°C

Bièvre : –1,5°C

Gouvy : –0,3°C

Florennes : 0,1°C

Aubange : 0,2°C

 

Bien des endroits en plaine connaissent des minima entre 0 et 2°C, mais les plateaux restent épargnés, avec par exemple 5,8°C à Uccle et 4,6°C à Bierset.

 

En journée, le temps est à nouveau beau, avec quelques bancs d’altocumulus. Sur le sud et l’est du pays, le ciel est même presque serein (quelques cirrus), mais parfois avec du brouillard le matin.

 

Les températures remontent un peu et se rapprochent à nouveau des 20°C par endroit (Kruishoutem : 19,5°C ; Angleur : 19,3°C). Mais le plus souvent, les maxima atteignent 16-18°C en plaine et 14-16°C sur les hauteurs.

 

 

22 octobre 2018

 

Encore un nouvel anticyclone qui nous vient de l’Atlantique, après le passage d’un front froid. Celui-ci est particulièrement puissant, avec des pressions qui dépassent 1040 hPa sur une grande partie de l’Irlande et un noyau sur l’Océan qui dépasse même temporairement 1045 hPa.

 

Du vent en mer affecte temporairement la côte belge en matinée avec des rafales dépassant 50 km/h.

 

Les stratus / stratocumulus du (faible) front, accompagnés de bruines, quittent le littoral en début de matinée, s’évacuent du centre du pays à la mi-journée mais s’attardent un peu plus sur l’est. Ensuite on observe des éclaircies avec encore des bancs de stratocumulus, parfois à la limite de cumulus très aplatis. En Ardenne, le ciel s’éclaircit tardivement, mais en Gaume, la perturbation est suffisamment désorganisée pour laisser passer le soleil de temps en temps, avec principalement des altocumulus et des stratocumulus comme nuages.

 

Les précipitations sont partout faibles et atteignent au mieux 2 mm, sinon restent souvent inférieures à 1 mm. Par endroit, et notamment en Gaume, il ne tombe rien.

 

Températures maximales : le plus souvent 15-16°C en plaine et 9-10°C sur les hauteurs.

 

 

23 octobre 2018

 

L’anticyclone centré au large de l’Irlande est quelque peu mal placé pour nous, mais est suffisamment puissant pour encore déterminer favorablement le temps sur nos régions. Des pressions supérieures à 1035 hPa sont même observées dans notre pays dans la nuit du 22 au 23, avec notamment des valeurs 1036,5 hPa à Coxyde et à Middelkerke.

 

Ces hautes pressions au sein d’une masse d’air frais sont responsables de quelques minima assez bas :

 

Elsenborn : –2,9°C

Bièvre : –1,0°C

Buzenol : –0,9°C

Aubange : –0,2°C

Mont-Rigi : 0,3°C

Dourbes : 0,4°C

 

Très localement, il fait même assez froid sur l’ouest, avec 1,7°C à Chièvres.

 

Le temps est beau, mais temporairement voilé de cirrostratus (tendance altostratus translucidus) en matinée. L’après-midi, on note encore quelques bancs d’altocumulus. En outre, il y a formation de quelques cumulus très plats, évoluant parfois en stratocumulus. Dans le sud du pays, on observe aussi des brouillards et stratus en matinée.

 

Avec un petit vent d’ouest, les maxima ne dépassent pas 14 à 15°C en plaine et 10 à 11°C sur les hauteurs. Ça reste encore légèrement au-dessus des normales saisonnières.

 

 

24 octobre 2018

 

L’anticyclone reste bien ancré sur l’Océan, tandis qu’une dépression évoluant des États Baltes à l’ouest de la Russie entraîne de l’air très frais dans son sillage. Cet air ne nous atteint cependant pas.

 

Nous restons du côté chaud sous influence anticyclonique. Mais cet air chaud est surtout présent en altitude, au-dessus d’une inversion, avec 9°C vers 1800 mètres. En dessous, les vents d’ouest à nord-ouest tempèrent fortement cette chaleur, mais nous gagnons malgré tout 1 à 2°C par rapport à la veille.

 

Dans l’air purement maritime en dessous de l’inversion, le ciel est très nuageux à couvert avec des stratocumulus (parfois aussi stratus en début de journée), qui distillent parfois un peu de pluie ou de bruine.

 

Avec 15 à 17°C en plaine et 10 à 11°C sur les hauteurs, les températures sont toujours au-dessus des normes saisonnières… pour la dernière fois au cours de ce mois d’octobre !

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le bilan de ce mois d'octobre montre encore un déficit pluviométrique avec 48,3 mm à Uccle pour 74,5 de normale saisonnière.  Seulement 10 jours de pluie, on égale le minima de 1995.  Mais c'est l'ensoleillement qui efface le maximum enregistré en 2011 (161h45) vu qu'on en est à 177h37 pour 112h38 de moyenne.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

25 octobre 2018

 

Théoriquement, nous nous trouvons toujours du côté chaud, avec le front qui ondule au nord de nos régions. Mais les températures élevées, nous ne les retrouvons plus qu’en altitude. Et encore… La baisse progressive des pressions fait lentement baisser les températures en altitude aussi, par effet adiabatique.

 

En surface, les vents d’ouest acheminent un air humide et frais, sous un ciel couvert de stratocumulus. Quelques rares éclaircies sont observées, principalement dans l’extrême nord-ouest et l’extrême sud-est du pays.

 

Les températures maximales ne dépassent plus 12 à 13°C en plaine et 8 à 9°C sur les hauteurs. Mais l’air (encore) relativement chaud présent plus haut en altitude empêche toujours les précipitations (excepté de faibles quantités), ce qui fait que le déficit ne se résorbe toujours pas.

 

 

26 octobre 2018

 

Un front froid traverse le pays et, cette fois-ci, l’air froid se manifeste aussi en altitude. C’est surtout au niveau 700 hPa et 500 hPa que la chute des températures est la plus évidente avec, au niveau 700 hPa, une température qui passe de –1°C à –12°C et, au niveau 500 hPa, de –17°C à –26°C.

 

Lors du passage du front, le temps devient radicalement différent : on passe d’un régime stable à un régime instable, en premier lieu au littoral où la transition est très visible avec des stratocumulus qui sont peu à peu remplacés par des cumulus et cumulonimbus accompagnés d’averses, tandis que les éclaircies se dessinent de mieux en mieux aussi.

 

À l’intérieur des terres, la transition se fait plus tardivement avec des stratocumulus qui persistent, mais en fin d’après-midi ou en soirée, on observe des averses : les premières précipitations dignes de ce nom !   

  

À Essen, il tombe 10,3 mm d’eau, et 8,1 mm à Retie tout comme à Kruishoutem, et 8,0 mm à Middelkerke. Mais comme d’habitude par temps d’averses, il n’y en a pas pour tout le monde. Principalement le sud et l’est du pays connaissent peu ou pas de précipitations, mais la situation est très variable ailleurs aussi. À Retie par exemple, il tombe régulièrement des averses, d’intensité variable, pendant une bonne partie de la nuit. À Chièvres, les averses se concentrent presque exclusivement sur le début de la soirée. Angleur passe entre les mailles du filet (0,0 mm), tout comme Hastière (0,1 mm).

 

Les températures maximales se situent souvent autour de 12°C en plaine et de 5 à 6°C sur les hauteurs. Mais avec le passage du front, la température perd plusieurs degrés.

 

Le vent souffle d’ouest à sud-ouest, mais s’oriente très nettement au nord-ouest au littoral après le passage du front.

 

 

27 octobre 2018

 

Dans l’air polaire à l’arrière du front, les températures sont froides pour la saison en altitude, avec –2°C au niveau 850 hPa, –12°C au niveau 700 hPa et temporairement –29°C au niveau 500 hPa.

 

Au-dessus d’une mer du Nord dont les eaux ont une température de 14°C le long des côtes et même de 15°C au large, cela génère pas mal d’instabilité. Et comble du paradoxe, les températures le long du littoral sont plus basses que bon nombre de températures à l’intérieur des terres, avec des maxima ne dépassant pas 9,4°C à Zeebruges, 8,8°C à Middelkerke et 8,9°C à Coxyde (pour 10,4°C à Anvers et 10,3°C à Stabroek, par exemple).

 

Mais ce n’est un paradoxe qu’en apparence. Les très nombreuses averses formées par ce contraste thermique génèrent pas mal de courants descendants froids entraînés par les précipitations convectives, et les éclaircies sont trop brèves pour que la température ait le temps de remonter entre les averses.

 

L’image ci-dessous montre l’ambiance qui règne à la côte belge et ce, dès le matin.

 

181102042437480619.jpg

Webcam IRM – Zeebruges – 27 octobre 2018 à 8h45

 

Ces maxima bas concernent aussi l’ensemble des plaines flamandes occidentales, où les éclaircies sont rares. Notamment Passendaele ne dépasse pas 7,0°C. Ailleurs, de meilleures éclaircies entre des averses plus espacées permettent encore parfois aux maxima d’atteindre, voire de légèrement dépasser les 10°C (le plus haut : 12,4°C à Kleine Brogel).  

 

On peut même dire qu’à l’intérieur des terres, les averses se rassemblent vaguement le long d’une ligne orientée sud-ouest – nord-est et que pas mal de stations passent entre les mailles du filet en recevant peu ou pas de pluie. On voit d’ailleurs bien aux cotes de précipitations comment celles-ci diminuent rapidement vers l’intérieur des terres, avec 20,3 mm à Coxyde, 11,8 mm à Passendaele, puis nulle part au-dessus de 10 mm plus loin à l’intérieur.

 

En Gaume, il fait froid avec des maxima de 6,2°C à Aubange et de 4,8°C à Buzenol. L’air s’est stabilisé, il fait gris avec des stratocumulus, doublés parfois de quelques cumulus en raison d’une instabilité résiduelle dans les basses couches. Sur les hauteurs, il fait plus froid encore avec 3,3°C à Mont-Rigi et 3,6°C à Saint-Hubert. Le ciel est très gris aussi, mais là, avec un peu plus de nuages convectifs.

 

Les vents soufflent en moyenne de nord-ouest, avant de s’orienter au nord-est en cours de nuit.

 

 

28 octobre 2018

 

Entre des basses pressions sur la Méditerranée occidentale et un long anticyclone s’étendant des Açores à la Scandinavie s’établit une circulation de nord-est acheminant de l’air polaire très froid, maritime à l’origine mais continentalisé entre-temps.

 

Le temps est nuageux avec d’une part un voile d’altitude avec cirrus et parfois cirrostratus, et d’autre part une quantité variable de stratocumulus et de cumulus, parfois fractus. En fin d’après-midi, on note aussi quelques bancs d’altocumulus. Au littoral, le temps est beau avec quelques cirrus et de rares cumulus.

 

Le vent est pénétrant et les températures, basses avec des minima de 1 à 3°C en plaine et de 0 à –1°C sur les hauteurs, et des maxima de 8 à 9°C sur l’ouest, de 6 à 7°C sur le centre et l’est, et de 3 à 4°C sur les hauteurs.

 

 

29 octobre 2018

 

Les basses pressions méditerranéennes tendent à remonter vers le nord, tandis que l’anticyclone développe un noyau de plus en plus puissant sur l’est de la Scandinavie.

 

Le vent pénétrant de nord-est à nord reprend sur nos régions après avoir temporairement faibli. Les maxima baissent encore un peu, et n’atteignent plus que des valeurs de 5 à 6°C en plaine et de 2 à 3°C sur les hauteurs. Même si ce ne sont pas des records, il s’agit là de maxima très bas pour un mois d’octobre. Cette couche d’air froid devient cependant sans cesse moins épaisse, et n’atteint plus qu’un millier de mètres en soirée.

 

Cela a une conséquence directe sur les nuages, qui forment une nappe de stratocumulus fort gris en dessous de l’inversion. Seul le littoral connaît encore quelques éclaircies en début de matinée.

 

Les précipitations, quand il y en a, sont très faibles. Mais ça va changer. Très bientôt…

 

 

30 octobre 2018

 

La situation atmosphérique de ce 30 octobre 2018 est extrêmement complexe.

 

Nous avons un noyau dépressionnaire très marqué, qui se trouvait la veille au soir sur l’ouest de la Suisse, et qui est remonté vers le nord au cours de la nuit du 29 au 30 pour passer tout juste à l’est de notre pays le matin du 30. Une perturbation frontale à secteur chaud très ouvert (il s’agit même de fronts dédoublés) amène de l’air extrêmement chaud pour la saison sur l’Allemagne.

 

181030120726115827.gif

Source : KMNI

 

À l’aéroport de Berlin Tegel, la température monte en flèche pour atteindre 19°C à 10 heures du matin et passer la barre des 20°C avant 11 heures, ce qui est énorme pour la saison. Pendant la nuit, la température atteignait déjà 13°C au niveau 850 hPa (1333 m) au-dessus de Berlin.

 

De cet air chaud, il ne reste plus grand-chose au-dessus de la Belgique, mais on en retrouve quand même encore des traces en altitude au niveau de l’occlusion avec des températures qui, durant la nuit, montent à 4-5°C entre 1000 et 1500 mètres, au-dessus de l’air froid des basses couches qui nous est amené par des vents de nord-est.

 

Cet air (un peu plus) chaud disparaît de notre ciel après le passage de l’occlusion, avec un isotherme de 0°C que l’on retrouve alors vers 700-800 mètres d’altitude environ. Cela ne suffit pas pour la neige, même pas en Haute-Belgique, sauf…

 

Les très fortes précipitations, tombant dans un air à 3-4°C dans les basses couches dans l’Entre-Sambre-et-Meuse refroidissent fortement cet air pour trois raisons :

 

1)      La fusion de la neige en altitude emprunte de la chaleur à l’air, qui se refroidit et amène donc le niveau de fusion de la neige à une altitude de plus en plus basse. L’air dans les basses couches se refroidit à son tour des suites de cette fusion, ce qui rabaisse encore ce niveau de fusion (c’est-à-dire le niveau où la neige se transforme en pluie). Par fortes précipitations, ce refroidissement peut être conséquent et, si l’on se rapproche de 0°C, la pluie se transforme en neige.

2)      La conduction thermique de la pluie et de la neige joue un rôle aussi dans le refroidissement de l’air. Cette conduction sera d’autant plus grande que les précipitations sont abondantes.

3)      La baisse de pression à l’approche du noyau de la dépression (qui est passée très près de chez nous) contribue également au refroidissement de l’air, par la détente cette fois-ci (refroidissement adiabatique).

 

Ces trois conditions, en matinée, sont réunies dans l’Entre-Sambre-et-Meuse, ce qui fait qu’il neige là jusqu’à très basse altitude, et rien que là ! Ailleurs, c’est la masse d’air en général qui détermine le temps, et elle n’est tout juste pas assez froide.

 

Ci-dessous, la zone approximative qui s’est retrouvée sous la neige en matinée (situation à 9 heures).

 

181104112502926832.jpg

 

Selon l'IRM, l'épaisseur de la neige a atteint temporairement 6 cm à Presgaux (Couvin). À Florennes à 7 heures du matin, on mesurait 1 cm et, selon des chiffres officieux, la couche y aurait atteint 4 cm à 10 heures. De même, des chiffres officieux font état d'une couche de 8 cm à Dourbes. En tout cas, il faut remonter à au moins 1950 pour retrouver un enneigement dans cette région en octobre !

 

Des chutes de neige fondante (sans accrocher au sol) sont également observés en dehors de cette zone, notamment dans la région gantoise et un peu au sud de Bruxelles (Alsemberg).

 

Ces précipitations hivernales, et la bulle d’air froid qui les accompagne, se déplacent ensuite vers l’Ardenne, mais en remplissant de moins en moins les conditions précitées, ce qui fait que la limite de la neige remonte à 400-500 mètres d’altitude. L’enneigement, l’après-midi, est mince mais (presque) complet à Mont-Rigi, Wirtzfeld, Fraiture et Bastogne. À Wideûmont et Beausaint, il s’agit de traces de neige. Encore plus bas, il ne tombe plus que de la neige fondante, comme par exemple à Dolembreux (242 mètres – hauteurs de Liège).

 

Pendant ce temps, la neige au sol diminue dans l’Entre-Sambre-et-Meuse. Vers 15 heures, elle a presque disparu à Cerfontaine ; à Dourbes, elle résiste mieux, mais ne tarde pas à fondre aussi dans les heures qui suivent.

 

En effet, sous l’influence d’air maritime, les températures remontent par la suite, dès le début de l’après-midi sur l’ouest du pays et en fin d’après-midi sur l’est. Les températures maximales, finalement, atteignent 8 à 10°C en plaine et 4 à 5°C sur les hauteurs. La Gaume affiche 6°C.

 

Le temps :

 

Dans l’Entre-Sambre-et-Meuse : nimbostratus, d’aspect gris clair uniforme sous les chutes de neige, puis sombre avec fractus (très) visibles sous la pluie. À Cerfontaine, le sol est couvert de neige jusqu’à la mi-journée, ensuite cette neige se détériore sous la pluie et finit par disparaître en fin d’après-midi / début de soirée. À Dourbes, on peut déjà parler d’un (relativement) épais manteau neigeux en matinée, qui fond aussi durant l’après-midi, mais le sol est encore à moitié recouvert de neige à la tombée du jour. À Cour-sur-Heure, la couche de neige est très mince et temporaire.

 

Les autres régions de Basse et Moyenne Belgique connaissent un nimbostratus pluvieux avec fractus et parfois, temporairement, des « rouleaux » de stratocumulus épais. En cas de chutes de neige fondante, le ciel est plus uniforme et plus blanchâtre.

 

181104125123716090.jpg

Webcam MB – Schaerbeek – 30 octobre 2018 à 10h

 

« Rouleaux » de stratocumulus dans le ciel de Bruxelles, vers l’horizon.

 

En Ardenne, on observe d’abord des stratocumulus / nimbostratus avec fractus, puis un ciel gris-blanchâtre uniforme sous la neige, puis à nouveau gris avec fractus quand la neige se retransforme en pluie.

 

 

Intéressons-nous à présent à ce qui se passe à l’étranger.

 

Pendant qu’une partie de la Belgique subit des conditions hivernales extrêmement précoces, l’Europe centrale connaît des températures extrêmement élevées, et notamment pendant la nuit du 29 au 30 octobre. En même temps, l’Italie connaît des précipitations extrêmes. En plus, tout ça, c’est intimement lié !

 

Les très fortes précipitations sont surtout observés la veille en Italie, notamment près du versant sud des Alpes. À Bergame par exemple, il tombe 59 mm en 12 heures (208 mm en 3 jours) sous un nimbostratus auquel se mêlent des cumulonimbus puissants accompagné d’orages violents et de coups de vents. Il fait frais sous la pluie mais à la moindre petite éclaircie, la température remonte en flèche ce qui prouve que la masse d’air est tiède.

 

Pendant la nuit, cette masse d’air traverse les Alpes en y laissant les précipitations. De l’autre côté, il fait encore plus chaud mais plus sec : c’est le foehn.

 

Le soir du 29, la température atteint 20,7°C à 20 heures à Windischgarsten (596 m), dans les Alpes autrichiennes, sous des rafales montant à 86 km/h. Deux heures plus tard, c’est à Amstetten (274 m), toujours en Autriche, que la température bondit pour atteindre 23,1°C ! À 23 heures , le coup de chaleur pénètre dans le territoire allemand et atteint la ville de Goerlitz à 2 heures du matin (le 30), avec une température passant de 9,5°C à 19,1°C en une heure de temps et avec un vent soufflant de plus en plus fort.

 

À Dresde, la température monte à 18,2°C à 6 heures du matin tandis qu’à Berlin, c’est en début de matinée que l’air chaud arrive avec 16,9°C à 9 heures. Là, grâce à de belles éclaircies, la température atteindra ensuite 21,3°C vers midi !

 

Sur les cartes qui suivent, nous verrons qu’il s’agit d’un véritable « front de foehn », qui survit étonnamment loin des montagnes qui l’ont généré.

 

181104062021530374.png

 

181104062108478589.png

 

181104062153240052.png

Source des cartes de base : Infoclimat

 

Munich, Amberg et Meiningen se trouvent tout juste trop à l’ouest pour profiter de ce foehn et de ces hautes températures nocturnes, mais on retrouve cet air chaud en altitude, avec des températures de 14-15°C au niveau 850 hPa à 1250 mètres d’altitude à peine. À Meiningen, l’inversion est particulièrement marquée avec 4°C en surface et 16°C à 1150 mètres d’altitude, soit 700 mètres de hauteur au-dessus du sol.

 

Le modèle ci-dessous montre l’extension de l’air chaud, plus grande au niveau 850 hPa qu’en surface, mais aussi l’air très froid qui, paradoxalement, remonte du sud-ouest.

 

181104063516615191.png

Source : Météociel

 

On peut en conclure que la poussée d’air chaud sur l’Autriche et l’Allemagne, qui finit par concerner l’extrême sud de la Suède, repousse loin au nord l’air froid de la Scandinavie. De l’autre côté de la dépression, par compensation, cet air redescend loin vers le sud, vers nos régions et vers la France, où cet air se mélange aussi à de l’air maritime froid et perturbé, refroidi encore davantage par détente au sein de la dépression. Résultat des courses : des pluies froides et, sur certaines régions de notre pays (cf. conditions supplémentaires précitées), une neige inhabituellement précoce !

 

En outre, les contrastes thermiques décrits ci-dessus contribuent à activer les zones de pluie (de neige) et donc, les quantités de précipitations. Cet épisode donnera pour finir 36,8 mm de précipitations à Dourbes ; 36,0 m à Ostende ; 34,8 mm à Beitem ; 30,2 mm à Uccle et 30,0 mm à Gosselies pour ne prendre que les valeurs ≥ 30 mm. Il s’agit de données concernant l’épisode proprement dit, c’est-à-dire la nuit du 29 au 30 et la journée du 30, soit la période de 19h le 29 à 19h le 30 (relevés synoptiques). Si l’on prend la période de mesure climatologique, plus classique, qui va de 8h à 8h, les quantités se répartissent sur 2 périodes, avec un maximum de 23,1 mm à Uccle pour la période du 29/10 à 8h au 30/10 à 8h, et un maximum de 17,7 mm à Bièvre pour la période du 30/10 à 8h au 31/10 à 8h.

 

 

À suivre…        

         

 

 

Modifié par cumulonimbus
Ajout de données officielles de l'IRM (neige du 30/10)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et voici le petit dernier pour octobre.

 

31 octobre 2018

 

Les basses pressions et les perturbations qui y étaient associées s’éloignent rapidement vers le nord au-dessus de la Mer du Nord et de la Scandinavie et finissent par disparaître des cartes météorologiques. Une nouvelle perturbation à caractère de front chaud nous arrive depuis le sud, mais elle est très faible.

          

Les températures remontent mais restent modeste, avec des maxima de 11-12°C en plaine et de 8-9°C sur les hauteurs. Mais d’abord, la nuit a été fort froide dans l’extrême sud du pays, avec –3,2°C à Aubange.

 

Le ciel est d’abord voilé de cirrostratus / altostratus, qui s’effilochent ensuite en belles éclaircies. Puis le ciel devient très nuageux avec altocumulus et stratocumulus sous un nouveau voile d’altitude. Au littoral, le ciel est plus clair, avec juste quelques bancs d’altocumulus, puis un voile plus léger constitué essentiellement de cirrus. Au sud et à l’est du pays par contre, le ciel est plus nuageux avec de nombreux altocumulus / stratocumulus, et en plus des brumes matinales.

 

Ici et là, on note quelques gouttes de pluie, avec  en général quelques dixièmes de millimètres au plus. Quelques points, ici et là, ont davantage de pluie. Le vent, quant à lui, souffle essentiellement de sud-est.

 

 

Ceci termine un mois où les circulations d’ouest ont à nouveau été aux abonnés absents. Une petite tentative les 1er et 2 octobre, avec  un front froid suivi d'une nouvelle perturbation frontale, a vite échoué devant un anticyclone étouffant presque dans l’œuf cette tentative par un rejet vers le nord de ce nouveau train de perturbations.

 

Une seconde tentative, le 11 octobre, échoue rapidement aussi en raison d’un flux devenant de plus en plus méridional et des perturbations restant bien à l’ouest. L’ex-tempête tropicale « Leslie » y est peut-être pour quelque chose. Il s’ensuit un temps en moyenne très ensoleillé pendant ces deux décades, avec des températures élevées, et temporairement extrêmement élevées pour la saison.

 

Les dégradations du temps de la 3e décade, qui ont donné quelques pluies, ne sont pas non plus le fruit de circulations zonales classiques, mais de circulations de nord-ouest, voire de nord. Quant aux fortes pluies des 29-30 octobre (et encore, il n’y en a pas eu pour tout le monde), elles sont l’œuvre d’une situation atmosphérique complexe qui n’a rien à voir avec nos pluies habituelles (qui auraient alors été issues d’un front certes fort actif, mais en provenance de l’ouest).

 

Des contrastes thermiques (brèves périodes froides) tempèrent les moyennes de températures, et des pluies occasionnelles donnent ici et là des totaux pluviométriques qui semblent tout à fait raisonnables, mais cela ne fait que masquer en partie le côté exceptionnel et inédit des situations atmosphériques que nous sommes en train de vivre et qui perdurent depuis (quasiment) le début de l’année.

 

Vu sous cet angle, même la grande année 1976 a été moins anormale que celle-ci. Peut-être 1921, au vu des précipitations, a été équivalente en termes d’anomalies. Une comparaison sur base des cartes de l’époque, corroborées par les réanalyses, pourrait être intéressante pour voir s’il y a vraiment des ressemblances. Cependant, si novembre, et puis décembre continuent sous un régime anticyclonique, le côté exceptionnel de 1921 passera à son tour à la trappe au profit de 2018 et ce, même si des contrastes thermiques ou de fortes pluies occasionnelles devaient « égaliser » les statistiques.

 

En tout cas, le côté inquiétant de ce qui se passe avec notre météo est indéniable.  

 

      

 

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 11 minutes, cumulonimbus a dit :

(...)

 

Des contrastes thermiques (brèves périodes froides) tempèrent les moyennes de températures, et des pluies occasionnelles donnent ici et là des totaux pluviométriques qui semblent tout à fait raisonnables, mais cela ne fait que masquer en partie le côté exceptionnel et inédit des situations atmosphériques que nous sommes en train de vivre et qui perdurent depuis (quasiment) le début de l’année. 

 

(...)

      

 

Merci Cumulonimbus !

 

Oui, effectivement.

 

Par exemple, la température maximale moyenne était tout à fait exceptionnelle avec une valeur supérieure d'environ un degré par rapport au record (18.1°C) vers le 24 octobre.

Ensuite les quelques jours beaucoup plus froids (avec des tempétures max < 10°C) ont fait descendre cette température vers une une valeur moins extréme de 17°C, mais néanmoins qualifiée d'anormale.

 

Néanmoins, si on tient compte uniquement des statistiques, ce temps sec et doux devrait être compensé tôt ou tard par des conditions plus fraiches et plus humides mais quand ??

 

Bonne journée à tous !

 

:thumbsup:

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Des records sont tombés ou sont en passe de tomber sur l’ouest et le sud-ouest du pays en ce 6 novembre 2018.

 

À Chièvres, la température a atteint 20,5°C à 14 heures. C’est la plus haute température jamais relevée à cette station en novembre depuis qu’elle existe (avril 1954). Précédemment, la température a atteint 19,7°C le 6 novembre 1955 et le 7 novembre 2015 ; 19,0°C le 3 novembre 1994 ; 18,8°C le 11 novembre 1995 et 18,7°C le 1er novembre 2014.

 

À Semmerzake (près de Gand), le thermomètre affichait 19,7°C à 14 heures. C’est (déjà) très près du record, qui est de 20,5°C le 4 novembre 1994.

 

À Lille, le record est égalé dès 14 heures avec 20,1°C. Une telle valeur avait été atteinte le 12 novembre 1995 et le 7 novembre 2015.

 

Une autre très haute valeur a été observée à Melle (également près de Gand) avec 20,9°C. Le 7 novembre 2015, on y a observé 20,0°C, et 19,6°C le 1er novembre 2014. Malheureusement, cette station ne dispose pas d’une longue série.

 

Nous vous tenons au courant…

 

 

 

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

1er novembre 2018

 

Des constructions anticycloniques, tant sur l’Océan que sur le Continent, atténuent les perturbations présentes sur notre pays. Un retour vers une circulation d’ouest demeure exclu.

 

Le temps est gris avec altostratus / altocumulus, parfois doublés de stratocumulus, voire de fractus sous les (quelques) précipitations. Au sud du pays, on note aussi quelques nuages d’instabilité et, en contrepartie, quelques éclaircies. Au littoral, on observe également quelques éclaircies par effilochement de l’altostratus en cirrus.

 

Les précipitations en journée restent très modestes (1 à 2 mm au plus) et tombent l’après-midi. La nuit qui suit, il en tombe un peu plus, mais ce sera la dernière fois avant une nouvelle période de beau temps.

 

Les températures maximales sont proches des normes saisonnières, avec le plus souvent 12 à 13°C en plaine et 8 à 9°C sur les hauteurs. Au littoral, mais aussi sur l’ouest des plaines, il fait plus doux avec 14 à 15°C.

 

Le vent souffle de sud-est à sud, et s’oriente au sud-ouest dans la nuit du 1 au 2.

 

 

2 novembre 2018

 

La dernière perturbation, qui traverse le pays la nuit du 1 au 2, se présente sous la forme d’un front froid et est suivie par une hausse rapide de la pression des suite d’un anticyclone qui se renforce sur la Manche et qui se centre sur le sud de notre pays dans le courant de la nuit du 2 au 3.

 

L’amélioration du temps ne se fait pas attendre. Le ciel est bleu dès le matin et le reste, si l’on excepte quelques bancs de stratocumulus résiduels. L’après-midi, des cumulus se développent dans un air plus froid dans les couches moyennes (temporairement –2/–3°C au niveau 850 hPa). Plus haut, une inversion empêche un trop grand développement de ces cumulus. Le soir, les traînées d’avion restent longtemps visibles.

 

Dans le sud du pays, les stratocumulus sont plus persistants et se doublent d’abord de cumulus avant de se disperser (le plus tard dans l’extrême sud).

 

Au littoral, le ciel est très limpide mais les cumulus sont présents dès le matin.

 

Les températures, grâce au soleil, remontent en journée pour atteindre 11 à 12°C en plaine et 6 à 7°C sur les hauteurs (d’où la petite instabilité de basses couches).

 

Les vents soufflent d’abord de sud-ouest à l’intérieur des terres puis, comme c’est déjà le cas à la côte, ils s’orientent au secteur ouest à nord-ouest.

 

 

3 novembre 2018

 

L’anticyclone poursuit sa course et se déplace de l’Allemagne à la Pologne en cours de journée. De ce fait, l’air redevient continental chez nous, avec des vents de sud à sud-est.

 

Le temps est beau à faiblement voilé par des cirrus. Au littoral, on note aussi quelques altocumulus et des cirrus spissatus parfois denses.

 

La nuit est d’abord froide, avec 0 à –2°C en plaine et jusqu’à –5°C dans certaines vallées ardennaises (–5,0°C à Givry comme valeur la plus basse). Sur certains plateaux et aux endroits moins exposés, le minimum ne descend pas en dessous de 2 à 3°C.

 

En journée, les températures restent assez fraîches malgré le soleil, avec 10 à 11°C en plaine et 8 à 9°C sur les hauteurs. En altitude par contre, les températures remontent bien, pour déjà atteindre 5°C au niveau 850 hPa en soirée.

 

 

4 novembre 2018

 

L’anticyclone poursuit se course vers le nord-est mais continue à influencer le temps sur nos régions.

 

La nuit est à nouveau froide avec des valeurs jusqu’à –2°C aux endroits exposés en plaine et jusqu’à –3°C dans certaines vallées ardennaises, mais aussi brabançonnes. Sur la plupart des plateaux par contre, la température ne descend pas en dessous de 2 à 3°C. Au littoral, ces valeurs se situent même entre 4 et 6°C (6°C pour la bordure immédiate de la mer).

 

En altitude, l’air continue à se réchauffer pour atteindre 13 à 14°C vers 1000 mètres d’altitude en soirée. En surface, ce réchauffement ne réussit que partiellement en raison d’une résorption incomplète de l’inversion en journée. Les endroits les plus privilégiés enregistrent 14 à 15°C, d’autres restent plus proches de 12°C, voire un peu moins. Le maximum le plus élevé s’observe à Angleur (15,1°C), le plus bas en plaine à Anvers-Deurne (11,6°C). En Ardenne, Saint-Hubert ne dépasse pas 10,5°C.

 

Le temps est ensoleillé, avec un léger voile de cirrus tendant à se disperser en journée. Dans le sud du pays, on observe parfois aussi du brouillard le matin, voire des stratus en matinée. Au littoral, le voile est un peu plus épais, et se double de quelques altocumulus. Le vent souffle en moyenne de sud-est.

 

 

5 novembre 2018

 

Une arrivée massive d’air chaud se prépare, entre des hautes pressions sur l’Europe orientale et des basses pressions sur le Golfe de Gascogne.

 

Les températures en air libre sont particulièrement élevées. Au-dessus de Beauvechain, vers 300 mètres d’altitude (200 mètres de hauteur au-dessus du sol), la température atteint 18°C en soirée.

 

En surface, après une nuit moins froide que la précédente, les températures atteignent le plus souvent 14 à 15°C en plaine et ce, comme la veille, en raison d’une résorption incomplète de l’inversion. La Haute Belgique connaît une situation assez variable, avec 13°C sur les Hautes-Fagnes mais seulement 10°C sur le plateau ardennais. La plus haute température revient à Hastière avec 15,2°C.

 

Les vents continuent à souffler de sud-est.

 

 

6 novembre 2018

 

Le régime dépressionnaire devient lentement prédominant sur nos régions, mais n’influence pas encore négativement le temps. Que du contraire ! Un flux d’air extrêmement chaud arrive jusqu’à chez nous, et plusieurs records sont battus sur l’ouest et le sud-ouest de notre pays. Dans d’autres régions, les records sont parfois approchés. Voyons cela en détail.

 

Dunkerque (FR) : 19,1°C (record : 20,1°C le 07/11/2015, série [utilisée] depuis 1953)

Coxyde : 18,5°C (record : 19,8°C le 07/11/2015, série disponible depuis 1973)

Middelkerke : 19,0°C (record : 19,2°C le 07/11/2015, série disponible depuis 1973)

Zeebruges : 19,2°C (courte série ; 19,2°C le 07/11/2015 ; 18,4°C le 01/11/2014) *

Passendaele : 19,8°C (courte série ; 19,8°C le 07/11/2015 ; 19,2°C le 01/11/2014) *

Beitem : 20,0°C (ancien record : 19,5°C le 07/11/2015, série disponible depuis 1953)

Kruishoutem : 21,0°C (ancien record : 20,5°C le 01/11/2014, série disponible depuis 1985)

Melle : 20,9°C (courte série ; 20,0°C le 07/11/2015 ; 19,6°C le 01/11/2014) *

 

Lille (FR) : 20,3°C (ancien record : 20,1°C le 07/11/2015 [20,1°C le 12/11/1995], série [utilisée] depuis 1953)

Chièvres : 20,7°C (ancien record : 19,7°C les 06/11/1955 et 07/11/2015, série disponible depuis 1954)

Gosselies : 18,5°C (record : 20,4°C le 01/11/2015, série disponible depuis 1984)

Sivry : 18,8°C (série incomplète ; 21,6°C le 01/11/2015 ; 19,6°C le 01/11/2014 ; 19,2°C le 12/11/1995 ; 19,0°C le 04/11/1994) *

 

Uccle : 19,2°C (record : 20,8°C les 01/11/2015, série [utilisée] depuis 1953)

Zaventem : 18,8°C (record : 20,0°C le 04/11/1994, série disponible depuis 1973)

Beauvechain : 18,2°C (record : 20,5°C le 04/11/1994, série disponible depuis 1953)

 

Sint-Katelijne-Waver : 18,6°C (record : 20,6°C le 04/11/1994, série disponible depuis 1983)

Deurne : 17,9°C (record : 20,3°C le 04/11/1994, série disponible depuis 1953)

Stabroek : 18,5°C (record : 19,6°C le 05/11/1994, série disponible depuis 1976)

 

Schaffen : 19,6°C (série incomplète ; 19,0°C le 07/11/2015 ; 20,7°C le 01/11/2014) *

Gorsem : 18,4°C (record : 21,4°C le 04/11/1994, série disponible depuis 1982)

Koersel : 21,4°C (record : 22,6°C le 04/11/1994, série disponible depuis 1983)

Kleine Brogel : 17,7°C (record : 22,6°C le 04/11/1994, série disponible depuis 1953)

Maastricht (NL) : 17,9°C (record : 21,4°C le 01/11/2014, série [utilisée] depuis 1953)

 

Angleur : 19,1°C (série incomplète ; 22,1°C le 04/11/1994) *

Bierset : 19,5°C (record : 21,3°C le 05/11/1994, série disponible depuis 1953) **

Mont-Rigi : 17,6°C (record : 19,7°C le 01/11/2015, série disponible depuis 1953)

Spa : 17,5°C (record : 19,5°C le 01/11/2014, série disponible depuis 1982)

 

Hastière : 18,0°C (record : 21,2°C le 01/11/2014, série disponible depuis 1977)

Florennes : 17,2°C (record : 19,6°C le 01/11/2015 [20,0°C le 12/11/1995], série disponible depuis 1976)

Dourbes : 17,8°C (record : 20,5°C le 01/11/2014, série disponible depuis 1965)

 

Saint-Hubert : 15,4°C (record : 18,8°C le 01/11/2014, série disponible depuis 1953)

Bièvre : 16,7°C (courte série ; 20,6°C le 01/11/2015 ; 18,4°C le 01/11/2014) *

Gouvy : 16,0°C (série incomplète ; 16,8°C le 01/11/2015 ; 17,0°C le 01/11/2014)

Buzenol : 15,3°C (série incomplète ; 18,0°C le 07/11/2015 ; 17,9°C le 01/11/2014 ; 17,4°C le 11/11/1995 ; 16,4°C le 04/11/1994) 

Aubange : 17,4°C (série incomplète ; 19,4°C le 07/11/2015 ; 16,8°C le 01/11/2014 ; 16,8°C le 12/11/1995 ; 16,4°C le 04/11/1994) *

Luxembourg (LU) : 14,1°C à 14 h (record : 18,4°C le 06/11/2011, , série disponible depuis 1953) **

 

* : pour les courtes séries et les séries incomplètes, les valeurs précédentes susceptibles d’être (ou d’avoir été proches) des records sont indiquées lorsqu’elles sont disponibles.

 

** : le maximum de Luxembourg n’est pas disponible, la valeur horaire de 14 h est la plus élevée de la journée.

 

Comme nous pouvons le constater, les valeurs sont très élevée sur l’ouest avec 21,0°C à Kruishoutem (entre Courtrai et Gand) ! Non loin de Gand, nous avons aussi les 20,9°C de Melle. Le Hainaut occidental se défend pas mal aussi avec 20,7°C à Chièvres. Toutes ces valeurs sont exceptionnelles.

 

Cet îlot de chaleur est très visible aussi au niveau des stations du réseau de MétéoBelgique avec 21,8°C à Rumillies et 21,7°C à Kain (les deux stations étant situées près de Tournai). Ces valeurs sont d'ailleurs tout à fait en ligne avec les 21,6°C relevés par l'IRM à Zulzeke (Kluisbergen), à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Tournai.

 

Pour ces deux stations MB, nous avons les données comparatives suivantes avec le passé :

Rumillies : 21,8°C (06/11/2018) ; 20,2°C (01/11/2015) ; 20,0°C (01/11/2014) ; 19,9°C (07/11/2015)

Kain : 21,7°C (06/11/2018) ; 20,6°C (01/11/2014) ; 20,1°C (01/11/2015) ; 19,8°C (07/11/2015)

Cela revient à dire que les températures de 6 novembre sont les plus élevées depuis  au moins 1994 dans la région, si pas les plus élevées dans l’absolu pour un mois de novembre. Si l’on prend la station de Lille, qui dispose d’une longue série, le record y est battu.

 

Un autre îlot de chaleur se retrouve en Campine avec 21,4°C à Koersel (au nord de Hasselt), mais là, il ne s’agit pas d’un record. En plus, la situation dans cette région est fort variable d’un endroit à l’autre en raison de l’inversion. La station MB de Brée, à une bonne vingtaine de kilomètres à l’est-nord-est, n’enregistre pas plus de 16,6°C.

 

Dans et autour de Liège, l’inversion joue un grand rôle aussi. Bierset, avec 19,5°C, monte plus haut qu’Angleur avec 19,1°C, tandis que la station MB de Liège doit se contenter de 17,4°C.

 

De façon générale, on peut dire que les températures maximales atteignent le plus souvent quelques 19°C au littoral, entre 20 et 21°C sur les plaines occidentales, entre 18 et 20°C sur les plaines orientales et entre 15 et 18°C sur les hauteurs (15°C pour le plateau ardennais, 17-18°C pour les Hautes-Fagnes).

 

La Gaume, qui souffre le plus de l’inversion, ne dépasse pas 15 à 17°C.

 

En altitude, l’air est particulièrement chaud aussi, avec au-dessus de Beauvechain 19°C vers 500 mètres, 14°C vers 1000 mètres et 9 à 10°C vers 1500 mètres. Ceci indique bien qu’une petite inversion a subsisté dans les très basses couches presque partout en Belgique.  

 

Le temps est légèrement voilé de cirrus, avec régulièrement en dessous des bancs plus ou moins importants d’altocumulus et de stratocumulus. Certains de ces altocumulus présentent un aspect « laineux » très marqué. Des éclaircies au bon moment (quand le soleil est le plus fort) sur certaines régions de l’ouest du pays permettent justement ces températures extraordinairement élevées qu’on ne trouve pas (vraiment) ailleurs.

 

Ajoutons à cela que pas mal d’endroits en Belgique connaissent un ciel flamboyant tant au lever qu’au coucher du soleil.

 

181106103729718082.jpg

Nivelles peu après 7 heures du matin – crédit photo : Attila Fekete

 

181107092448300236.jpg

Nivelles vers 17 heures – crédit photo : Attila Fekete

 

Le vent, quant à lui, souffle de sud à sud-est avec de petites rafales, mais généralement insuffisantes pour vraiment résorber l’inversion. À Uccle par exemple, le vent souffle un peu plus fort en matinée que l’après-midi, avec une température qui monte rapidement à 18,7°C à 11 heures, mais ensuite cette température se met à stagner, voire à baisser un peu (18,1°C à 12h) au contact d’un sol qui ne se réchauffe plus vraiment, d’autant plus que l’insolation est quelque peu freinée par les voiles nuageux qui, comme mentionné plus haut, sont moins marqués à ce moment dans certaines régions de l’ouest du pays.

 

En tout cas, cette situation exceptionnelle du 6 novembre en est une de plus au cours de cette année 2018, qui commence vraiment à être hors normes !

Modifié par cumulonimbus
Ajout de quelques données et adaptation du texte en fonction

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Températures remarquablement élevées en Gaume hier 12 novembre 2018

 

Au sud-est d'un front ondulant, c'est-à-dire du côté chaud, l'extrême sud du pays a connu des températures remarquablement élevées pour une deuxième décade de novembre. À Aubange, le thermomètre est monté jusqu'à 17,0°C. Il faut sans doute remonter jusqu'à 2006 pour trouver mieux avec 18,4°C le 16 novembre (et encore 17,4°C le 25 novembre !) En 1995 par contre, Aubange n'avait atteint que 16,8°C le 12 novembre en raison de la persistance d'une inversion, alors que dans bien d'autres endroits du pays, la température avait atteint 20°C voire plus.

 

La station MB de Virton a enregistré hier 17,8°C. Le record pour cette région se situe autour de 19°C pour une deuxième décade de novembre.

 

Une frange de cet air très doux s'est aussi retrouvée sur l'extrême est du pays avec 14,4°C à Elsenborn. Mais là, on est resté très loin du record (18,9°C le 12/11/1995).

 

Ailleurs dans le pays, au nord-ouest du front, les températures maximales ont souvent été proches de 11°C, ce qui correspond aux normes saisonnières.

 

 

Plus d'infos dans les jours à venir.

 

 

  

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

7 novembre 2018

 

Un front froid traverse notre pays dans le courant de la soirée de la veille et est suivi d’air maritime un peu moins doux. Une autre perturbation frontale aborde notre pays en milieu de journée tandis que des courants d’ouest s’établissent sur l’Océan avec d’autres perturbations. Une tentative de retour, donc, de la circulation zonale.

 

Cela se traduit au centre du pays par quelques éclaircies le matin, avec cirrus, altocumulus et stratocumulus à l’arrière de la première perturbation, tandis que le ciel se couvre rapidement à l’approche de la seconde perturbation, avec un nimbostratus (faiblement) pluvieux accompagné d’un peu de vent. Ensuite, le temps se lève à nouveau, mais avec un ciel voilé de cirrostratus / altostratus et quelques fractus et stratocumulus en dessous, présentant parfois un aspect quelque peu tourmenté.

 

181116092904375536.jpg

Webcam MB – Schaerbeek – 7 novembre 2018 à 16h10

 

Ailleurs, le temps n’est pas très différent sauf qu‘à l’ouest, le déroulement est un peu plus précoce et à l’est, un peu plus tardif. En soirée, on observe même déjà quelques coins de ciel bleu au littoral en soirée.

 

Les températures maximales, en baisse, restent cependant encore douces pour la saison, avec 12 à 14°C en plaine et 10 à 12°C sur les hauteurs. Localement, les 15°C sont encore atteints (Angleur : 15,0°C ; Aubange : 15,4°C).

 

 

8 novembre 2018

 

Une circulation relativement zonale s’installe sur l’Océan, mais notre pays reste fort tributaire des hautes pressions sur l’est du continent, qui envoient une crête presque jusqu’à nos régions. Il s’ensuit que le dernier front qui a traversé notre pays la veille recule, ondule et finit par réaffecter (faiblement) le sud et l’est de la Belgique.

 

181116093423316767.gif

Source : KNMI

 

Dans ces régions, le temps est d’abord assez beau, avec des éclaircies et un mix de cumulus et stratocumulus (prédominance de cumulus), ensuite le temps devient plus nuageux avec cirrus,  altocumulus et stratocumulus à base plus élevée que les précédents.

 

Ailleurs dans le pays, il fait beau. En effet une large zone d’éclaircies s’établit entre les perturbations à l’ouest, sur l’Océan, et le front ondulant à l’est. Ceci est favorisé par des pressions restant assez élevées.

 

Le ciel est parfaitement bleu, à l’exception de quelques rares cumulus / stratocumulus, et ici et là des cirrus.

 

Dans l’air maritime d’origine méridionale, les températures restent douces avec des maxima de 12°C au littoral, 13 à 14°C en plaine et 9 à 10°C sur les hauteurs. La Gaume, en raison des nuages plus nombreux, reste plus fraîche avec 10 à 11°C.

 

 

9 novembre 2018

 

L’ancienne perturbation continue à onduler non loin du sud de notre pays avant de s’en approcher à nouveau en soirée, tandis que d’autres perturbations s’approchent de notre pays à partir de l’ouest.

 

La dégradation du temps n’est cependant que très relative. Le ciel se voile en matinée avec des cirrus et cirrostratus, évoluant temporairement vers l’altostratus. L’après-midi, l’altostratus se déstructure en altocumulus avec à nouveau des éclaircies.

 

Dans le sud du pays, le ciel demeure plus nuageux, avec parfois de la brume et des stratus / stratocumulus en matinée, puis un voile de cirrostratus / altostratus un peu plus persistant, accompagné de quelques altocumulus.

 

Les températures maximales sont proches de celles de la veille, avec 13-14°C en plaine, parfois 15°C, et quelques 10°C sur les hauteurs.

 

 

10 novembre 2018

 

Il fait un temps de novembre ! L’une des rares fois au cours de ce mois de novembre, qui sortira autant des normes que les autres mois de cette année affolante 2018.

 

Le ciel est couvert de stratocumulus / nimbostratus et il pleut par intermittence. Il n’y a que le soir qu’on voit quelques éclaircies, avec des précipitations devenant plus instables aussi et évoluant en averses.

 

Le littoral, se retrouvant rapidement à l’ouest du front ondulant, connaît un temps meilleur, avec un matinée principalement des bancs de stratocumulus sous un voile d’altitude, puis une petite tendance aux averses l’après-midi, et de petites éclaircies.

 

Les températures évoluent peu, avec 12 à 14°C en plaine et 9 à 10°C sur les hauteurs. Le sud du pays, un peu plus frais, connaît aussi de fortes précipitations avec 28,5 mm à Aubange, 27,0 mm à Buzenol et 22,7 mm à Bièvre. Ces précipitations tombent tout au long de la journée, avec un maximum d’intensité en début de soirée (6 mm par heure à Buzenol) lors du passage du sommet d’une ondulation frontale.

 

181116093657373740.gif

Source : KNMI

 

 

11 novembre 2018

 

Une profonde dépression reste au sud de l’Islande et descend même un peu sur l’Océan. Les pressions sont hautes sur l’Afrique du Nord et le sud de l’Espagne, l’Italie et les Balkans. L’anticyclone continental s’est retiré loin vers le nord-est. Quoi de mieux pour qu’une véritable circulation d’ouest ou de sud-ouest s’instaure sur l’Europe de l’ouest, avec enfin les pluies tant attendues.

 

Oui, tout « semble » aller dans ce sens. Mais il faut insister sur le mot « semble ». Car les prévisions sont formelles depuis plusieurs jours déjà : ça ne durera pas !

 

D’ailleurs à y regarder de plus près, il y a des signes qui ne trompent pas. L’anticyclone qui s’est retiré vers le nord-est ne fait que gonfler, avec une pression dépassant 1050 hPa en son noyau. Un petit front froid sur l’ouest de la Russie s’avance vers le sud et atteint la Mer Noire en cours de journée. Le régime continental est déjà prêt. Il ne lui faudra plus que quelques jours pour revenir chez nous !

 

181116094108810037.gif

Source : KNMI

 

En attendant, profitons encore des pluies, qui seront même à nouveau abondantes par endroit en ce 11 novembre. Eh oui, le Belge en manque de pluie…

 

Chièvres enregistre un total de 19,0 mm ; Uccle, 19,3 mm ; Bièvre, 23,8 mm ; Gouvy, 29,2 mm. De l’eau sur nos terres assoiffées !

 

Une perturbation ondule encore sur le sud du pays tandis que des lignes post-frontales intéressent les autres régions.

 

Après des pluies tôt le matin, le temps reste très nuageux en matinée avec stratocumulus (et parfois des fractus) et quelques rares éclaircies. L’après-midi voit le retour d’altostratus / stratocumulus / nimbostratus pluvieux dans lesquels s’enclavent des cumulonimbus avec averses. Ce sont ces dernières qui sont responsables de grandes disparités dans la pluviosité. Uccle enregistre 19,3 mm et Beauvechain… 1,3 mm ! Zaventem, entre les deux, reçoit 12,0 mm.

 

L’extrême sud du pays connaît un temps plus stable et un peu moins gris avec stratocumulus se disloquant partiellement et formation de cumulus plats. En après-midi cependant, les stratocumulus redeviennent plus nombreux et couvrent la quasi-totalité du ciel.

 

Le littoral connaît des éclaircies aussi, mais là par régime instable, avec des cumulonimbus en mer.

 

Les températures, toujours assez douces pour la saison, se situent le plus souvent entre 13 et 14°C en plaine et entre 9 et 10°C sur les hauteurs.

 

 

12 novembre 2018

 

Une journée très intéressante, qui mérite qu’on s’y attarde un peu.

 

L’anticyclone russe, toujours aussi puissant, commence à reformer une véritable situation de blocage. Les pressions sont en forte hausse aussi sur l’Europe centrale tandis qu’une perturbation continue à onduler sur le sud de notre pays. Elle fait partie d’un vaste front s’étendant de la Finlande à l’Espagne et l’ouest du Maroc. À l’avant de ce front s’établit une arrivée massive d’air chaud qui subit en plus un effet de foehn en passant au-dessus des Alpes.

 

Dans cette région, à Oberstdorf (Bavière), le ciel est bleu et la visibilité, extraordinaire. Malgré les 810 mètres d’altitude, la température y atteint 19,5°C ! Un peu au nord-est, le Hohenpeißenberg, à 977 mètres, atteint 19,9°C.

 

181116101211775570.jpg

 

Notez la température : le lieu d’où est prise la photo se situe à 2224 mètres d’altitude !

 

Plus près du front, un vaste couloir d’air toujours aussi chaud s’accompagne d’un ciel plus nuageux. L’ouest de l’Allemagne, mais surtout l’est de la France sont envahis par cet air chaud. À Colmar, la température atteint 21,6°C et à Nancy, 21,2°C ! Le temps dans ces régions est souvent nuageux à très nuageux avec stratocumulus et altocumulus quelquefois lenticularis, tandis que des cumulus se forment parfois dans les éclaircies.

 

Ci-dessous, une image de l’ambiance à la frontière franco-allemande :

 

18111610264394819.jpg

Webcam EDRJ – aérodrome de Saarlouis – 12 novembre 2018 à 12h06

 

La Gaume se trouve à la lisière de cet air chaud, avec là aussi principalement des altocumulus et des stratocumulus, mais aussi des cirrus et cirrostratus. Les 17,0°C d’Aubange peuvent être considérés comme remarquables pour une 2e décade de novembre et constituent là l’une des températures les plus élevées à pareille époque de l’année. Mais en 2006, il y a fait plus chaud encore avec 18,4°C le 16 novembre et 17,4°C le 25 novembre, pourtant déjà situé dans la 3e décade.

 

La station MB de Virton a enregistré 17,8°C alors que le record de la région se situe autour de 19°C (l’ancienne station de l’IRM de Virton avait enregistré 19,0°C le 11 novembre 1995).

 

Une frange de cet air très doux s’est aussi retrouvée sur l’extrême est du pays, avec 14,4°C à Elsenborn. Mais là, on est resté très loin du record (18,8°C le 12 novembre 1995).

 

La plus grosse partie du pays, toutefois, s’est retrouvée du mauvais côté du front, avec des températures moins élevées. Les 10 à 12°C observés le plus souvent en Basse et Moyenne Belgique sont très proches des normes saisonnières. Il convient de signaler que c’est aussi la dernière fois qu’on y enregistre des précipitations dignes de ce nom. Zaventem mesure 8,0 mm, Chièvres 6,0 mm et Uccle 5,7 mm. Sinon, les stations enregistrent le plus souvent entre 2 et 4 mm.

 

Le temps est souvent au départ gris, avec nimbostratus se disloquant en cours de journée et faisant place à des altocumulus / stratocumulus sous lesquels on trouve encore quelques fractus. Les régions juste à l’ouest du front ondulant connaissent un ciel gris toute la journée.

 

 

13 novembre 2018

 

Des anticyclones se forment partout. L’anticyclone des Açores remontre (bien) le bout de son nez, un nouvel anticyclone, issu de celui-ci, est en train de se former sur la France tandis que l’anticyclone russe reste bien en place.

 

Après la dispersion de nuages résiduels (principalement des stratocumulus doublés de cumulus, avec encore des gouttes de pluie), le temps devient beau, avec encore quelques cumulus et l’un ou l’autre banc d’altocumulus. Le littoral connaît le beau temps en premier tandis que le sud du pays reste plus longtemps nuageux, avec des cumulus plus nombreux.

 

Plus aucune précipitation significative n’est enregistrée : les quelques gouttes du début de journée, quand il y en a eu, ne représentent que quelques dixièmes de millimètres.

 

Les températures restent toujours dans le même ordre de grandeur que les jours précédents, avec des maxima de 13-14°C en plaine et 9-10°C sur les hauteurs.

 

 

14 novembre 2018

 

Un pont anticyclonique est en train de se mettre en place entre l’Espagne et la Russie.

 

Le temps est très beau en presque toute région, avec l’après-midi un fin voile de cirrus. Le sud du pays connaît toutefois un brouillard assez coriace, que ne se dissipe qu’à la mi-journée en passant par le stade de stratus fractus. L’Entre-Sambre-et-Meuse est également concernée par des brouillards.

 

Grâce à un petit vent de sud à sud-est, encore tout juste assez fort pour résorber en grande partie l’inversion, le temps reste doux en journée, avec des maxima de 13 à 14°C en plaine et de 9 à 10°C sur les hauteurs. Des disparités existent cependant dans l’évolution diurne des températures en fonction de la présence ou de l’absence de brouillard. À Uccle, le thermomètre monte vite, dès le milieu de la matinée, ce qui fait qu’une grande partie de la journée se passe dans la douceur. À Buzenol, la matinée reste très fraîche et la douceur n’est présente que temporairement l’après-midi, après dissipation complète du brouillard.

 

 

15 novembre 2018

 

La cellule anticyclonique qui était née sur la France s’est ensuite déplacée vers l’est avant de fusionner en cours de journée avec l’anticyclone russe. Grâce à des hausses de pressions également sur la Suisse, l’origine de la masse d’air reste méridionale et le vent souffle en moyenne de sud-est.

 

La combinaison des courants méridionaux et de la compression adiabatique anticyclonique donne des températures très élevées pour la saison en altitude, jusqu’à 10°C au niveau 850 hPa vers 1550 mètres.

 

En surface, les températures sont très contrastées d’un endroit à l’autre en raison de la résorption ou non de l’inversion et de son corollaire, la dissipation ou non du brouillard.

 

Une grande partie du pays connaît un temps très ensoleillé avec un ciel tout à fait serein. Dans le sud du pays cependant, la brume ne parvient pas à se dissiper, avec un stratus qui persiste toute la journée. En Ardenne, la situation est variable, avec certains endroits ensoleillés du matin au soir et d’autres qui héritent du brouillard qui déborde des vallées soit en matinée, soit en soirée.

 

L’extrême ouest du pays est concerné par une nappe étendue de stratus présente sur la France qui déborde sur notre pays en cours de journée. Sur l’ouest du Hainaut, la journée commence sous le soleil, mais dès la fin de la matinée, le ciel se couvre de stratus, qui persistera jusqu’à la fin de la journée. Temporairement, ces stratus se répandent jusqu’à la partie centrale du Hainaut.

 

181116111428867757.jpg

Source : IRM

 

Ci-dessus : la nappe de stratus qui déborde de la France sur l’ouest de notre pays, tandis que le sud reste sous ces stratus.

 

En soirée et surtout après le coucher du soleil, ces brumes et stratus se répandent encore davantage.

 

Il en résulte de grandes différences dans les températures. Uccle monte jusqu’à 16,9°C tandis que Buzenol doit se contenter de 4,6°C. Le plus souvent, les maxima atteignent 14-15°C dans les zones ensoleillées des plaines, et jusqu’à 12-14°C sur les hauteurs. Dans les zones à brouillard ou stratus, cela dépend essentiellement de l’heure de dissipation (ou d’apparition) de ce brouillard ou stratus.

 

Plus dans le détail, nous avons Angleur et Uccle qui arrivent au sommet du hit-parade, avec respectivement 17,2°C et 16,9°C. Au vu de la couche d’air à 14°C présente à quelques 300 mètres au-dessus du sol, on peut dire que ce sont les seuls endroits où l’inversion (de basse couche) réussit à se résorber totalement. Sinon, il n’y a que la Hestre, Gosselies et Gembloux qui franchissent encore la barre des 15°C, avec respectivement 16,0°C, 15,4°C et 15,1°C.

 

Les maxima les plus bas correspondent évidemment aux zones où le brouillard ne s’est pas dissipé. C’est le cas de Buzenol (4,6°C) et d’Aubange (5,6°C). L’inversion, même en journée, y demeure très marquée, avec près de 5°C en surface (voir valeurs de Buzenol et d’Aubange), 2°C au sommet de la couche de brouillard et de stratus (400-500 mètres de hauteur au-dessus du sol, soit quelques 800 mètres d’altitude). Au-dessus, la température se situe autour de 10/11°C.

 

Sur l’ouest du pays, la montée des températures est « cassée » par l’arrivée des stratus, avec pas plus de 9,4°C à Beitem et 9,9°C à Passendaele.  

 

On remarquera enfin la chute très rapide des températures aux endroits exposés. À Elsenborn par exemple, la température atteignait encore 11,5°C à 16 heures pour tomber à –1,0°C à 19 heures !

 

 

 

À suivre…

 

 

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Deux images valent mieux qu'un long discours.

 

18111604424988291.jpg

Webcam IRM – Diepenbeek – 16 novembre 2018 à 16h35

 

18111604440559707.jpg

Webcam IRM – Melle – 16 novembre 2018 à 16h35

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En date du 18 novembre, l'automne 2018 a atteint 456 h 43 min d'insolation, ce qui lui assure déjà une fière 5e place sur un total de 132.

 

En outre, l'automne 2018 devient ainsi le plus ensoleillé depuis 1965. Il n'est pas exclu qu'en fin de compte, il parvienne à se hisser jusqu'à la 2e place. Seul le record de 1959 est désormais hors de portée.

 

Les automnes les plus ensoleillés sont les suivants :

 

1959 (547 h 58 min)

1908 (485 h 58 min)

1965 (474 h 06 min)

1921 (462 h 53 min)

+++ 2018, avec ses 456 h 43 min, se place à présent ici +++

2011 (450 h 02 min)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Beausaint sous les nuages, mais au-dessus de la brume

 

 

181126044235537426.jpg

Webcam MB – Beausaint – 26 novembre 2018 à 08h40

 

 

181126044451224493.jpg

Webcam MB – Beausaint – 26 novembre 2018 à 10h00

 

 

181126044558305966.jpg

Webcam MB – Beausaint – 26 novembre 2018 à 12h00

 

 

181126044636344225.jpg

Webcam MB – Beausaint – 26 novembre 2018 à 14h00

 

 

181126044722787455.jpg

Webcam MB – Beausaint – 26 novembre 2018 à 16h00

 

 

181126044814867021.jpg

Webcam MB – Beausaint – 26 novembre 2018 à 16h30

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Période du 16 au 20 novembre 2018

 

 

 

16 novembre 2018

 

Les conditions anticycloniques persistent avec un afflux d’air continental. Les zones d’éclaircies et les zones de brouillard / stratus sont toutefois différentes de celles de la veille. Cette fois-ci, c’est l’est du pays qui bénéficie d’éclaircies, et le centre et l’ouest qui sont plongés dans la grisaille.

 

En Campine, on n’observe que temporairement du brouillard / stratus fractus en matinée, sinon le ciel est serein. Dans la région liégeoise, le ciel est souvent serein même toute la journée. En Ardenne, c’est plutôt le matin qu’on observe du brouillard, puis le ciel y est serein aussi. En Gaume, le stratus s’accroche plus longtemps, ce n’est qu’en après-midi qu’il fait beau. Dans toutes ces régions, les températures sont parfois basses la nuit (–3,2°C à Elsenborn ; –2,6°C à Genk ; –1,9°C à Kleine Brogel), mais en journée, il fait doux avec 11 à 12°C dans les Hautes-Fagnes, 11 à 13°C en région liégeoise et jusqu’à 15°C dans certaines vallées.

 

Quelques valeurs :

 

15,0°C à Hastière

13,3°C à Angleur

11,7°C à Elsenborn

11,3°C à Strée (Huy)

11,2°C à Bierset

10,8°C à Mont-Rigi

10,0°C à Gorsem

9,7°C à Genk

9,3°C à Kleine Brogel

9,0°C à Koersel

 

En Gaume et sur les plateaux de l’Entre-Sambre-et-Meuse, il fait le plus souvent autour de 8°C.

 

À l’ouest et au centre du pays, on observe du brouillard et des stratus tout au long de la journée. Les minimas y sont le plus souvent positifs et ne descendent parfois pas en dessous de 5 ou 6°C. En journée par contre, il ne fait guère plus chaud avec des maxima le plus souvent proches de 6°C. Le maximum le plus bas revient à Essen, au nord d’Anvers, avec 4,8°C.

 

En altitude il fait par contre très doux avec des températures dépassant par moments 13°C vers 1000 mètres d’altitude. En d’autres termes, l’inversion n’est vraiment résorbée nulle part : elle l’est partiellement dans les zones à éclaircies, et pas du tout ailleurs.

 

 

17 novembre 2018

 

Une zone anticyclonique reste bien présente entre la Norvège et le Belarus en passant par le sud de la Baltique avec, chez nous, des vents qui viennent en prédominance de l’est.

 

Le ciel est désormais serein partout et, après une nuit froide avec des gelées nocturnes répandues (plus particulièrement sur ligne médiane sur le centre du pays), les températures sont plutôt douces en journée avec cependant des différences liées à l’inversion se résorbant plus ou moins. Le plus souvent, les maxima se situent autour de 9°C, avec cependant quelques îlots froids locaux sur l’ouest du pays (7°C) et avec des températures élevées dans la vallée de Meuse (12°C).

 

Quelques valeurs :

 

Hastière : 12,0°C

Strée (Huy) : 11,8°C

Angleur : 11,7°C

Kruishoutem : 7,0°C

 

Ci-dessous, la particularité des températures froides de la nuit :

 

181201060223364889.png

Source : Infoclimat

 

 

18 novembre 2018

 

L’anticyclone est à présent centré sur la Scandinavie.

 

Le temps reste beau (quelques cirrus et altocumulus) mais devient plus frais. Les minima, sur tout le pays, sont assez proches de 0°C tandis que les maxima se situent le plus souvent entre 7 et 9°C en plaine et entre 6 et 7°C sur les hauteurs.

 

Quant aux vents, ils soufflent d’est à nord-est.

 

Par endroit, les altocumulus ont donné lieu à un coucher de soleil flamboyant. Malheureusement, aucune photo vraiment représentative n’est disponible.

 

Ci-dessous, la webcam de Cerfontaine a réussi à capturer au moins un peu l’ambiance de ce beau soir :

 

18120108432593846.jpg

Webcam MB – Cerfontaine –  18 novembre 2018 à 17h00

 

 

19 novembre 2018

 

L’anticyclone reste centré sur la Scandinavie tandis qu’une faible occlusion à caractère de front froid traverse le pays en fin de nuit.

 

L’air qui suit cette occlusion est plus humide et encore un peu plus froid, avec un vent plus fort de nord-est qui accentue cette impression de froid.

 

Le ciel est très nuageux ou couvert avec des stratocumulus, parfois doublés de cumulus et parfois accompagnés d’un peu de pluie. En deuxième moitié de journée, on note quelques éclaircies. C’est au littoral que les éclaircies sont les meilleures.

 

En Haute Belgique, on note quelques chutes de neige. On observe un premier blanchiment très temporaire du sol des Hautes-Fagnes et des Cantons de l’Est en milieu de journée, et un blanchiment un peu plus important en fin de journée.

 

181201083850203649.jpg

Hautes-Fagnes – 19 novembre 2018 vers 22h – Crédit photo : Roland Piron

 

Les températures maximales ont atteint 8°C au littoral, 6 à 7°C en plaine et près de 2°C sur les hauteurs. À noter que les rafales sont de presque 80 km/h en soirée au littoral.

 

 

20 novembre 2018

 

De faibles perturbations remontent du sud, mais la situation atmosphérique générale reste bloquée par des hautes pressions au nord, s’étendant de l’Islande à la Scandinavie.

 

Les températures maximales perdent encore quelques petits degrés pour se situer le plus souvent entre 4 et 5°C en plaine et entre 0 et 1°C sur les hauteurs. Le temps est couvert et monotone avec une nappe de stratocumulus persistant toute la journée. Parfois on note un peu de pluie, voire un peu de neige fondante en fin de journée. Sur le sud du pays, ces stratocumulus sont plus minces et se déchirent parfois en éclaircies. Au littoral au contraire, les stratocumulus épais se doublent par moment de cumulus.

 

Surtout en début de journée, le vent est parfois encore fort. Il vient principalement de l’est.

 

Le matin, le sol est encore un peu blanc sur les Cantons de l’Est et sur les Hautes-Fagnes, neige qui persiste tant bien que mal en journée.

 

 

À suivre…

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Période du 21 au 25 novembre 2018

 

 

21 novembre 2018

 

De l’air continental faiblement perturbé détermine le temps sur nos régions. Une zone anticyclonique se maintient sur la Scandinavie tandis qu’une occlusion (très affaiblie) fait du surplace sur nos régions. Une autre occlusion, située plus au nord, nous sépare de l’air un peu plus froid présent sur la Scandinavie.

 

Le temps est assez nuageux avec surtout des nuages de l’étage moyen : altostratus et altocumulus. On note aussi quelques éclaircies.

 

Au littoral, et de façon plus générale sur l’ouest du pays, le temps est plutôt beau avec des altocumulus plus disloqués, voire absents, et quelques cirrus.

 

Sous un vent de sud-est s’orientant au nord-est, le temps reste assez froid après une nuit de faibles gelées en de nombreux endroits. L’après-midi, les maxima ne dépassent guère 6°C en moyenne en plaine et 4°C sur les hauteurs ainsi qu’en Gaume. Le beau temps sur l’ouest permet ici et là des maxima un peu plus élevés, jusqu’à 8°C.

 

Ci-dessous : altocumulus dans le ciel campinois.

 

181203031528292887.jpg

Webcam IRM – Diepenbeek – 21 novembre 2018 à 11h45

 

À noter une forte chute des températures le soir sous les éclaircies sur le nord de la France, températures qui remontent bien souvent par la suite. À Rouen par exemple, il gèle dès 19 heures avec –1,3°C à 20h et du brouillard givrant. Cet air froid déborde quelque peu vers la Belgique, avec seulement 1,0°C à Coxyde à 19h (après un maximum de 5,8°C).

 

 

22 novembre 2018

 

Quelques bulles d’air froid se retrouvent plus tard dans la nuit aussi sur l’ouest de la Belgique. C’est ainsi qu’à Melle (non loin de Gand), la température minimale descend jusqu’à –3,1°C (vers 7 h). À 9 h, le thermomètre n’y affiche encore que –2,9°C.

 

Ailleurs dans le pays, les gelées sont plus anecdotiques avec, par exemple, –0,9°C à Semmerzake (également non loin de Gand), –0,6°C à Uccle et –0,5°C à Beauvechain. Sur les hauteurs, la valeur la plus froide revient à Mont-Rigi avec –2,5°C.

 

En journée, le régime anticyclonique reprend ses pleins droits avec du beau temps après la dispersion des altocumulus résiduels matinaux. En fin de journée, d’autres altocumulus apparaissent par endroit. Dans le sud du pays mais aussi au littoral, on note aussi des brouillard / stratus en matinée et un temps tendant à rester plus brumeux en journée.

 

Avec le vent d’est, les maxima tendent à rester bas avec à nouveau un régime d’inversion qui s’installe petit à petit. Le plus souvent, les maxima atteignent 5 à 6°C en plaine. Quelques endroits restent plus frais encore, comme Essen avec 3,6°C.

 

Sur les hauteurs, les vents soufflent de sud-est à sud et les maxima sont à peine plus bas, avec 4 à 6°C (4,4°C à Saint-Hubert ; 4,9°C à Mont-Rigi et 6,1°C à Elsenborn). Quelques vallées, dont notamment celle de la Meuse, profitent bien de la situation, avec 7,8°C à Hastière et 9,2°C à Angleur !

 

 

23 novembre 2018

 

Des vents d’est à sud-est sous influence anticyclonique nous apportent à nouveau du beau temps. En matinée, on observe des bancs d’altocumulus et stratocumulus, puis le ciel devient serein avant l’apparition, en fin de journée, de quelques cirrus. Dans l’extrême sud du pays, le ciel est bleu dès la matinée, mais se voile l’après-midi.

 

L’air acheminé est doux avec vers 500 mètres d’altitude, une température s’élevant graduellement à 10-11°C. En surface, la situation est variable en fonction de la résorption ou non de l’inversion.

 

Surtout l’ouest du pays connaît le maintien d’une faible inversion même en journée avec 9,0°C à Middelkerke ; 9,2°C à Passendaele ; 9,4°C à Beitem et à Coxyde.

 

Les plateaux du centre, centre-sud et centre-est du pays connaissent un temps un plus doux avec 10 à 12°C (10,1°C à Beauvechain ; 10,7°C à Gosselies ; 11,5°C à Uccle ; 12,4°C à Bierset). Les Hauts-Plateaux de l’est connaissent des températures presque similaires avec 10,1°C à Mont-Rigi et 10,6°C à Elsenborn.

 

La région la moins privilégiée est la Gaume avec 8 à 9°C, la plus privilégiée est la vallée de la Meuse avec jusqu’à 12,8°C à Hastière. En Campine, la situation est plus variable avec 12,1°C à Koersel mais seulement 8,8°C à Kleine Brogel.

 

 

24 novembre 2018

 

Des occlusions nous arrivant du sud nous apportent paradoxalement du temps plus froid. Il reneige dans les Hautes-Fagnes ainsi que sur le Plateau des Tailles, tandis que les Cantons de l’Est connaissent un petit blanchiment du sol aussi.

 

181203044807700388.jpg

Plateau des Tailles – Crédit photo : Vincent Devillers

 

181203045023843462.jpg

Snowcam IRM – Mont-Rigi – 24 novembre 2018 à 13h00

 

En altitude, la chute de la température est spectaculaire vers 1000 mètres d’altitude, avec des valeurs passant de 7°C à 1h à 0°C à 7h au-dessus d’Idar-Oberstein (sondage allemand qui est encore assez représentatif pour la Haute Belgique).

 

Dans les autres régions, le temps est particulièrement désagréable, pluvieux et froid avec, sur la moitié nord du pays, des vents qui continuent à souffler d’est à nord-est. Sur la moitié sud, les vents s’orientent au sud-ouest et les températures remontent dans un deuxième temps, ce qui entraîne par ailleurs la fonte de la neige tombée sur les Hauts Plateaux.

 

Les nuages : présence ou apparition rapide d’un nimbostratus pluvieux, avec tendance aux stratus au littoral. Sur le sud du pays : plafond se relevant l’après-midi avec stratocumulus (parfois à plusieurs niveaux) et parfois même quelques petites éclaircies.

 

Les températures maximales ne dépassent pas 4 à 5°C sur le nord et le nord-est du pays et, localement, sur le centre, sinon elles atteignent 6 à 7°C sauf sur les hauteurs (3 à 5°C).

 

 

25 novembre 2018

 

Les vents d’est à nord-est regagnent du terrain et finissent par affecter à nouveau la quasi-totalité du pays. Les barrages anticycloniques ne s’avouent pas encore vaincus.

 

Au nord des Pays-Bas, la température descend même localement très bas, avec un minimum de –5,6°C à Leeuwarden. En Belgique, le froid est moins marqué avec des minima le plus souvent compris entre 2 et 4°C en Basse et Moyenne Belgique et entre –1 et 2°C en Haute Belgique. Mais en journée, les températures ne remontent guère avec 4 à 5°C en plaine et des valeurs similaires sur les hauteurs. Quelques vallées montent jusqu’à 7°C.

 

Le temps est désagréable avec de la brume et des stratus persistant une bonne partie de la journée. L’après-midi, entre les stratus fractus, on entrevoit des stratocumulus.

 

En Ardenne, le brouillard / stratus se disperse l’après-midi (mais on ne voit encore dans les vallées) et l’on retrouve un ciel très nuageux à couvert avec altostratus et stratocumulus.

 

181203053506804639.jpg

Webcam MB – Beausaint – 25 novembre 2018 à 16h00

 

 

À suivre…    

 

     

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Période du 26 au 30 novembre 2018

 

 

26 novembre 2018

 

Des hautes pressions s’étendant du Groenland à la Norvège en passant par l’Islande continuent à générer un flux de nord-est à est sur nos régions, avec des vents de surface qui, en raison du frottement, soufflent principalement de nord-est. Un front froid de basses couches, située vers midi sur le nord de l’Allemagne, constitue en fait la première vraie menace hivernale pour notre pays.

 

181204023057393179.gif

Source : KNMI

 

De l’air déjà fort froid pour la saison se trouve au nord du front, avec un centre de gravité sur le sud de la Suède. À Jönköping (latitude : 57°46’N ; altitude : 226 m), la température descend jusqu’à –11°C en début de matinée, ce qui peut être considéré comme froid pour la localité en novembre.

 

Ce front, toutefois, ne nous atteindra pas. Que du contraire. C’est un front chaud affaibli qui affecte notre temps, en envoyant de l’air tempéré en altitude et en donnant un peu de pluie et de bruine. Dans les basses couches par contre, le vent de nord-est nous envoie un air frais et particulièrement désagréable, même si cet air est bien moins froid que celui à l’arrière du front froid (de basses couches).

 

Il s’ensuit un ciel désespérément gris et monotone, avec des stratus tout au long de la journée. Ici et là, les précipitations sont suffisantes pour générer quelques fractus. Ici et là aussi, les ondulations dans le stratus sont suffisantes pour parler (presque) de stratocumulus. Seul le ciel ardennais présente un peu plus de variétés, avec une couche bien visible de stratocumulus (plus élevés) et la brume et les stratus restant dans les vallées.

 

181204025336183180.jpg

Webcam MB – Beausaint – 26 novembre 2018 à 16h30

 

Les températures maximales, tout aussi uniformes, se situent autour de 6°C presque partout, sauf sur les hauteurs où ils se situent entre 3 et 5°C en fonction de l’altitude.

 

 

27 novembre 2018

 

L’anticyclone se cantonne désormais à la Scandinavie tandis qu’une circulation perturbée de sud-ouest semble vouloir se mettre en place.

 

181204025913519062.gif

Source : KNMI

 

Les vents de surface, soufflant principalement de sud-est, acheminent cependant encore de l’air continental frais dans les basses couches.

 

Le ciel, d’abord, est aussi monotone que la veille avec du stratus, mais ensuite le stratus se déchire (parfois que partiellement) avec quelques coins de ciel bleu avant l’arrivée de stratocumulus. Les maxima, en fonction des éclaircies, se situent entre 4 et 9°C en Basse et Moyenne Belgique (les plus hautes températures au sud-ouest) et entre 2 et 3°C sur les Hauts Plateaux.

 

 

28 novembre 2018

 

Un retour vers la normale ?

 

Pour la première fois depuis longtemps, les prévisions parlent du retour d’une circulation atlantique sur une plus longue période, avec des pluies fréquentes.

 

181204051059878663.jpg

Prévisions de l’IRM – Tendance - 14 jours, précipitations Bruxelles

 

La situation atmosphérique du jour est d’ailleurs très parlante, avec un anticyclone en train de « dégager » et un train de perturbations mettant le cap sur nos régions.

 

181204051613514305.gif

Source : KNMI

 

Et en effet : même en Suède, le froid se retire rapidement, après des températures encore fort basses le matin (comme par exemple à Jönköping avec –15,9°C).

 

En Belgique, la douceur revient en force, avec des maxima de 10 à 12°C sur une grande partie du pays, atteints en fin d’après-midi sur l’extrême ouest et sud-ouest du pays, en début de soirée dans la région gantoise et durant la nuit au centre et à l’est du pays.

 

Quelques valeurs horaires :

12,1°C à Coxyde à 18h

11,8°C à Beitem à 19h

11,6°C à Sint-Katelijne Waver à 23h

10,4°C à Kleine Brogel à 2h (le 29)

 

À Mont-Rigi, la plus haute valeur est de 5,0°C, atteinte au petit matin du 29.

 

Le temps, en journée, est pluvieux et, dans un premier temps, encore désagréablement frais sur la plupart des régions, sous un nimbostratus (parfois stratocumulus quand les pluies et bruines s’arrêtent un peu). Sur le nord-est du pays, aussi des altostratus opacus avec pluies intermittentes.

 

Les pluviomètres, en tout cas, reçoivent souvent quelques millimètres, avec par exemple 6,6 mm à Essen, 5,3 mm à Uccle et 5,2 mm à Stabroek.

 

 

29 novembre 2018

 

Une circulation de sud-ouest s’installe sur nos régions avec d’abord le passage d’un large secteur chaud.

 

L’arrivée d’air chaud est massive avec, vers 600-700 mètres, des températures de 11 à 12°C. En surface, les températures sont similaires mais, par détente adiabatique liée à la turbulence, une couche d’air plus frais s’est formée juste sous l’inversion, avec là quelques 7 à 8°C. On observe d’ailleurs à cette altitude (quelques 400-500 m) un petit maximum de vent.

 

Le temps est d’abord gris et pluvieux avec altostratus / nimbostratus, puis le plafond s’élève avec altostratus / altocumulus, suivis d’éclaircies (altostratus s’effilochant et altocumulus se dispersant). Mais ces éclaircies sont temporaires.            

 

Dans le sud du pays, le temps est moins gris avec altostratus, plus tard accompagnés d’altocumulus ayant une petite tendance floccus / castellanus, et altostratus s’amincissant en cirrostratus.

 

Les températures maximales : 11 à 12°C, localement 13°C en plaine, 7°C sur les hauteurs et 9 à 10°C en Gaume.

 

Les précipitations sont faibles, le plus souvent entre 0 et 2 mm, localement 3-4 mm sur l’ouest.

 

 

30 novembre 2018

 

À l’arrière d’un front froid, le rafraîchissement est surtout perceptible en altitude, avec des températures au niveau 850 hPa (vers 1420 mètres) passant de 7 à 0°C.   

 

En surface, les maxima sont presque similaires à ceux de la veille, avec le plus souvent 11 à 13°C en plaine, et 7 à 8°C sur les hauteurs. C’est ce qu’on nomme dans le jargon un front froid « masqué ».

 

Le temps : stratocumulus évoluant en cumulus, puis belles éclaircies avec ici et là encore quelques cumulus développés, se résorbant ensuite en humilis / fractus.

 

Au littoral, à la fois de plus belles éclaircies mais aussi une tendance plus instable, avec régulièrement des averses en matinée.

 

À Middelkerke, on relève 5,5 mm d’eau. Ailleurs, les précipitations sont faibles ou nulles.

 

Ceci termine un mois comportant à nouveau des anomalies prononcées sur deux paramètres, en l’occurrence l’insolation (élevée) et la fréquence des précipitations (basse), paramètres symptomatiques des situations de blocage prolongées.

 

Au niveau des températures et de la quantité des précipitations, comme si souvent cette année, des périodes de fraîcheur compensent les températures excessives et des fortes précipitations compensent les sécheresses. Pour cette raison, novembre est encore un mois qui ne sort pas trop du lot d’un point de vue purement statistique. Cela n’enlève rien au fait que le mois qui vient de s’écouler prolonge une période qui est peut-être la plus longue de l’histoire en ce qui concerne le temps « non belge » en Belgique. Il n’y a que la toute fin du mois qui a redonné un peu de belgitude à notre climat, ce qui s’est poursuivi en début décembre. Pour combien de temps encore ? Wait and see…

 

 

  

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

+++ Attention ! Quelques données ont été ajoutées aux dates du 3 et du 6 novembre, et le texte accompagnant a été légèrement adapté en fonction. Les autres données, par contre, n'ont subi aucune modification. +++

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Cumulonimbus !

 

Notons que le mois de novembre était à nouveau déficitaire au niveau de précipitations : 54.9mm alors que la normale est de 76.4mm.

 

Ca fait donc le 7éme mois de suite.

 

Bonne journée à tous !

 

:thumbsup: 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×