cumulonimbus

Assistants
  • Compteur de contenus

    1.586
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

0 Neutral

À propos de cumulonimbus

  • Rang
    Blizzard
  • Date de naissance 21/12/60

Contact Methods

  • Website URL
    http://
  • ICQ
    0

Profile Information

  • Location
    Forest (Bruxelles)
  • Interests
    - Météorologie/climatologie<br>- Littérature<br>- Dessin/peinture<br>- Psychologie/pédagogie

Visiteurs récents du profil

3.215 visualisations du profil
  1. Quelque chose qu'on ne reverra pas de sitôt... Snowcam IRM de Wideûmont
  2. Nouvelles tentatives hivernales… 7 décembre 2017 Du changement dans l’air ! Le retrait des hautes pressions et l’influence grandissante d’une profonde dépression située, en milieu de journée, sur l’extrême nord de la Mer du Nord, chassent la monotonie du temps sur nos régions. Commençons par le vent, qui souffle assez fort même à l’intérieur des terres. À Uccle, on observe des rafales de 65 km/h, tout comme à Gosselies, Ernage et Bierset. À Humain, on note même 72 km/h. Au littoral, Zeebruges enregistre 76 km/h. Le temps reste gris (Uccle connaît son septième jour sans soleil), mais le vent et la pluie rompent la monotonie. Aux stratocumulus matinaux succèdent des nimbostratus avec bruines et pluies. Ces précipitations se propagent d’ouest en est. Au littoral, il pleut presque toute la journée. Au centre, les précipitations arrivent en fin de matinée ou vers midi tandis qu’à l’est, elles arrivent durant l’après-midi. En Ardenne, du côté de Saint-Hubert, la pluie est très temporairement précédée de neige. Au sol cependant, la neige (là où il y en a encore) continue à fondre. À Mont-Rigi, la couverture neigeuse est très incomplète. Les températures : 8°C au littoral, entre 6 et 8°C en plaine (plus doux à l’ouest, plus frais à l’est) et autour de 3°C sur les hauteurs. 8 décembre 2017 À l’arrière de la perturbation, de l’air polaire maritime envahit à nouveau nos régions. La neige, qui a fondu partout (plus que de rares traces à Mont-Rigi), est renouvelée sur les hauteurs en cours de journée et, cette fois-ci, c’est surtout Wideûmont qui en reçoit beaucoup. Entre 8h40 et 10h00, il s’y forme une couche complète de 4 cm. Dans les Hautes-Fagnes par contre, la neige arrive plus tard, en milieu de journée, et la couche reste mince. Bastogne connaît aussi un mince enneigement, très temporaire, en matinée. Ailleurs, il ne fait pas encore assez froid pour la neige. Le temps est variable, avec éclaircies et cumulus fractus, puis cumulus, se développant parfois jusqu’au cumulonimbus avec averse. Mais les averses gardent un caractère isolé. Quelques cirrus aussi, tandis que les altocumulus et stratocumulus cumulogenitus sont généralement peu nombreux (sauf sur le sud du pays). De ce fait, les enclumes des cumulonimbus sont parfois visibles de loin. Webcam MB – Slins – 8 décembre 2017 à 16h30 Les températures maximales sont fraîches, avec le plus souvent 4 à 5°C en plaine et souvent autour de 0°C sur les hauteurs (d’où l’enneigement de ces régions). À Mont-Rigi, on observe même une gelée permanente avec un maximum (sur 24h) de –1,1°C. 9 décembre 2017 La neige est présente le matin sur les hauteurs, mais aussi en Gaume et dans la région d’Arlon. Parmi les mesures officielles, nous avons à 8 h 3 cm à Bièvre et 1 cm à Aubange. Nous restons dans l’air polaire maritime, avec une temporaire influence anticyclonique avant l’arrivée de la perturbation suivante. En attendant, il a gelé dans la plupart des régions, avec souvent 0 à –1°C en plaine, –1 à –2°C sur les plateaux du centre du pays et –3 à –4°C sur les plateaux ardennais et fagnards. La côte et le nord du pays sont par contre restés épargnés par le gel (mais pas l’ouest, où le gel se manifestait presque jusqu’au littoral). Le temps, au littoral, est nuageux à beau avec une quantité variable de cumulus plats, parfois à la limite de stratocumulus. Au-dessus, un voile de cirrus apparaît à la mi-journée et évolue par la suite en cirrostratus. De façon très isolée, l’un ou l’autre cumulus parvient à se développer davantage et à générer des virga au-dessus de la mer, voire de faibles averses. À l’intérieur des terres, on note ici et là aussi le développement de cumulus, mais le plus souvent, il s’agit d’un étalement en stratocumulus. Dans les éclaircies, on voit le même voile d’altitude qu’à la côte. En raison des températures basses, la neige tend à persister là où il en est tombé. En Gaume, les maxima ne dépassent guère 0°C, tandis que sur les hauteurs, les maxima se situent autour de –2°C. En plaine, il fait un peu plus doux avec des maxima de 2 à 5°C. 10 décembre 2017 Une perturbation frontale, occluse sur notre pays, est responsable de chutes de neige en matinée sur tout le pays. En effet, l’air dans les basses couches est encore assez froid. Au départ, nous avons des températures de 2°C environ en surface et de –7°C au niveau 850 hPa (1350 mètres). Avec l’arrivée des précipitations (et de leur évaporation partielle pendant la chute), les températures repassent légèrement en dessous de 0°C même en plaine et la pluie se (re)transforme rapidement en neige. L’enneigement concerne cette fois-ci toutes les régions, y compris le littoral. Le parcours très méridional de la dépression fait temporairement basculer le vent au sud-est, ce qui fait que l’air doux de la mer est repoussé vers le large. Même au port de Zeebruges, la température frôle le 0°C et la neige accroche au sol. Quelques heures plus tard, l’air doux atteint les basses couches et, en plaine, le gel disparaît aussi rapidement qu’il n’est apparu. La situation à 8h La neige se cantonne en Haute Belgique, avec des couches complètes, notamment, à Wideûmont (4 cm), Mont-Rigi, Wirtzfeld, Bastogne et Witry. On note également des fines couches en Gaume et dans l’Entre-Sambre-et-Meuse. Ailleurs, il n’y a pas de neige au sol. La situation à 10h Une bonne moitié ouest du pays commence à bien blanchir. En région liégeoise et en Campine, il n’y a pas encore de neige (significative) au sol. À Wideûmont, la couche a augmenté jusqu’à 6 cm. La situation à 12h Une bonne petite couche est présente sur tout le pays. En Haute Belgique, cette neige s’ajoute à la neige préexistante, avec presque 10 cm à Wideûmont. Au sud-ouest du pays par contre, la neige commence déjà à fondre. La situation à 14h La neige a quasiment disparu dans le sud-ouest et fond bien partout ailleurs en plaine. Les hauteurs et (temporairement encore) la Gaume et l’Entre-Sambre-et-Meuse sont encore blancs, avec toujours presque 10 cm à Wideûmont. La situation à 16h Partout en plaine, la neige a disparu ou presque, et elle fond rapidement aussi dans les parties moins hautes de l’Ardenne. Il n’y a plus que sur les plus hauts plateaux de l’Ardenne et des Hautes-Fagnes que la couche est encore intacte. Les températures ont fait un bond et atteignent 8°C, voire même 9°C en de nombreux endroits de la Basse et Moyenne Belgique. Et voici quelques petites données officielles relatives à la neige : Middelkerke (10h) : 2 cm Zaventem (13h) : 2 cm Bierset (13h) : 3 cm Revenons un instant sur cette hausse spectaculaire, et très temporaire, de la température. À Uccle sous les chutes de neige, on observait encore 0,2°C à 11 heures. Puis la température monte rapidement à 8,1°C à 16 heures (avec du vent fort), puis elle rechute à 0,3°C à 1 heure la nuit suivante. Des évolutions similaires sont observées dans bon nombre d’autres stations. Ceci est en rapport avec une rotation du vent, de sud-est à sud-ouest, tandis que des vents d’est à nord-est se préparent déjà pour la nuit suivante. La cause : une nouvelle dépression qui prend un parcours plus méridional encore que la précédente. Parlons-en à présent, de ce vent, qui n’est pas passé inaperçu. De très fortes rafales ont été enregistrées, notamment sur l’ouest du pays. À Middelkerke, la barre des 100 km/h est dépassée, avec 101 km/h en milieu d’après-midi. À Coxyde, on n’en est pas loin, avec 97 km/h, tout comme à Roulers. Juste à l’ouest de nos frontières, toujours aux mêmes heures, le vent monte jusqu’à 104 km/h à Lille. Sur le littoral français, au Cap Gris-Nez, le vent atteint 151 km/h (!) vers 15 heures. Loin à l’intérieur des terres belges, on note encore 83 km/h à Uccle, 86 km/h à Beauvechain et 94 km/h à Zaventem. Dans cette région centrale du pays, le maximum du vent est généralement atteint en fin d’après-midi ou en début de soirée. Le temps, quant à lui, est typiquement gris blanchâtre sous la neige, puis gris avec fractus visibles sous la pluie. Des éclaircies sont observées ensuite, en alternance avec des stratocumulus et quelques fractus. Des altocumulus sont parfois observés aussi. En soirée, c’est le retour de la pluie, voire d’averses. 11 décembre 2017 – Situation actuelle Source des deux cartes : Infoclimat Sur la première carte (12h UTC ou 13h LT), nous pouvons voir la rencontre des courants doux de sud et sud-sud-est avec les courants froids d’est-nord-est. Cette limite passe plus ou moins par Charleroi – Namur – Liège. En d’autres termes, l’autoroute de Wallonie correspond à peu près à cette limite d’influence des deux masses d’air. La deuxième carte nous montre les contrastes thermiques avec près de 8°C dans l’Entre-Sambre-et-Meuse, en Famenne, en Gaume et dans les vallées ardennaises, et à peine plus de 0°C au nord du pays. Juste au nord de la zone de rencontre des vents, il existe une bande de mélange des masses d’air, large d’une trentaine de kilomètres environ. Au nord de cette bande, donc au nord de l’isotherme de +1°C, nous avons de la neige qui tient au sol. C’est ainsi que Bruxelles, Gand et même le littoral sont blancs. Ci-dessous, une webcam de la Grand-Place de Bruxelles (11h35) où la neige commence à accrocher le sol même en pleine ville. Il faut en effet remonter à 2010 pour encore voir de la neige dans le centre de Bruxelles en décembre. Ci-dessous, la situation atmosphérique particulière qui nous vaut cette rencontre entre l’air doux et l’air froid. Source : KNMI Enfin, les sondages atmosphériques nous révèlent un niveau 850 hPa particulièrement bas, situé vers 1150 mètres. Il fait relativement doux à cette altitude, mais encore tout juste en dessous de 0°C. Plus bas, sur la moitié nord du pays, le vent d’est-nord-est amène de l’air vers 0°C dans les basses couches, ce qui pour ces basses altitudes est plutôt froid. Entre les deux, vers les 600-700 mètres d’altitude, il existe une couche plus ou moins épaisse avec des températures positives. C’est de l’épaisseur de cette couche que dépend le fait qu’il pleuve ou qu’il neige. Au sud de la ligne, l’air doux touche le sol et il fait +8°C. Plus de détails demain…
  3. Trois journées très monotones. 4 décembre 2017 Un gros anticyclone, s’étendant de l’Irlande au nord de l’Espagne et résultant de la fusion de deux cellules, influence notre temps en nous envoyant des courants de nord-ouest moins froids mais très humides. Le temps est très nuageux à couvert avec des stratus surmontés de stratocumulus. Là où les stratus persistent, il fait particulièrement gris, brumeux et monotone. Là où les stratus se dissipent au moins partiellement, les stratocumulus apparaissent et présentent un aspect assez pommelé, avec quelques trouées permettant de voir de petits coins de ciel bleu. Au littoral notamment, les stratus ne se forment pas, ce qui fait que cette région profite le mieux des petites éclaircies. En Gaume par contre, le brouillard reste coriace sur un sol encore enneigé. Les températures maximales atteignent 8 à 9°C sur une petite moitié nord du pays, 6 à 8°C sur le centre, 0 à 2°C sur les hauteurs et autour des 2°C en Gaume. La neige est parfois encore présente le matin avec 7 cm à Mont-Rigi, 4 cm à Gouvy et à Aubange et 2 cm à Bièvre. Partout, la neige diminue, voire disparaît en cours de journée. À Humain par exemple, la neige du matin disparaît entièrement tandis qu’à Saint-Hubert, il ne reste en fin de journée que des traces de la neige du matin. 5 décembre 2017 L’anticyclone se trouve à présent sur la France et l’Espagne. Sur son flanc nord, on observe une circulation d’ouest à l’intérieur d’un large secteur chaud. Cet air chaud n’envahit cependant que les hautes couches de l’atmosphère, avec une température qui monte progressivement jusqu’à 5°C au niveau 850 hPa vers 1590 mètres. L’inversion se caractérise par une nappe de stratocumulus particulièrement monotones, couvrant tout le pays et ne présentant que de très rares trouées. Dans le sud du pays, on observe en plus des stratus (fractus) et/ou des brouillards persistants. Les vents sont orientés au sud-ouest à l’intérieur des terres et à l’ouest au littoral. De ce fait, seule une large bande côtière (environ 30 km) profite vraiment de la douceur avec 8°C. Et encore… Les eaux de la Mer du Nord, avec 7 à 8°C, sont (légèrement) plus froides que d’ordinaire, contrairement à la tendance des années précédentes. À l’intérieur, les terres froides limitent fort la douceur, avec 6 à 7°C au centre du pays et à l’est des plaines, 2°C sur les hauteurs et 3 à 4°C en Gaume. Le matin, la couche de neige atteignait encore 4 cm à Mont-Rigi. À Wideûmont, les dernières traces disparaissent en cours de journée. À Wirtzfeld, la neige fondante présente en matinée disparaît en grande partie par la suite. 6 décembre 2017 Les centres de haute pression se décalent vers le sud-est, avec un flux qui bascule lentement vers le sud-ouest et en laissant notre pays dans l’air humide. Les températures, ici et là, grappillent un petit degré ou deux, avec des valeurs de 8 à 9°C partout en plaine, de 7°C au centre, de 3°C sur les hauteurs et de 4 à 5°C en Gaume. Sinon, le temps est inchangé, avec une nappe étendue de stratocumulus monotones. Comme la veille, on observe ici et là quelques trouées dans les stratocumulus. En Gaume, grâce aux températures légèrement plus élevées, le brouillard et les stratus finissent par se dissiper en journée, pour laisser apparaître, là aussi, les stratocumulus. 2 cm de neige au sol sont encore signalés à Mont-Rigi et à Gouvy avec, là, couverture incomplète. À Mont-Rigi, la couverture devient incomplète aussi en cours de journée. Il est intéressant de noter qu’à Uccle, les rares trouées dans les nuages n’ont permis à aucun moment au soleil de se montrer. L’insolation, sur les 6 jours, est de 0h00. Et très probablement, un septième jour s’ajoutera à la série, ce qui est remarquable même pour un mois de décembre.
  4. 1er décembre 2017 La neige est présente sur une bonne portion du territoire belge. Le matin, nous observons une couche complète, par exemple, à Mont-Rigi, Saint-Hubert, Beausaint, Spa (aérodrome), Witry et Wirtzfeld, mais aussi à Uccle (6 cm à 8h), Braine-l’Alleud, Arlon, Messancy et en Flandre Orientale, où des couches non négligeables sont mesurées. Voici quelques hauteurs mesurées par des stations météorologiques privées : Erpe-Mere (à l’ouest d’Alost) : 12 cm (7h00) Herzele (à l’est de Zottegem) : 6 cm (9h24) Sint-Lievens-Houtem (au nord-ouest de Zottegem) : 5 cm (7h35) Denderleeuw (au sud d’Alost) : 2 cm (8h31) Aussi à Gand – Webcam Volkssterrenwacht Armand Pien –Gand – 1 décembre 2017 à 8h24 Au même moment à Slins (quelques 10 km au nord de Liège) et à Cerfontaine, le sol est désespérément vert, tandis qu’à Spontin (Condroz), on n’observe que des traces de neige. Les courants polaires maritimes continuent à déterminer le temps sur nos régions, avec une petite nuance continentale en raison d’un basculement vers le nord-est du flux général. Il en résulte, dans les basses couches, que le vent souffle de nord-nord-est voire nord-est au littoral (peu de déviation en raison d’un frottement faible sur la mer) et que le vent souffle de nord à l’intérieur des terres (frottement et déviation plus importants en raison d’une rugosité plus grande). Sur les Hauts Plateaux, les maxima restent négatifs (–0,9°C à Mont-Rigi et –0,8°C à Saint-Hubert). En plaine, les maxima se situent autour de 2-3°C à l’est et au centre, et autour de 4-5°C sur l’extrême ouest. Au littoral, il fait encore un peu plus doux avec 5-6°C. Dans cette dernière région, le temps est faiblement instable le matin avec cumulus et stratocumulus, puis beau avec encore quelques cumulus humilis et mediocris avant le retour de l’instabilité et des averses le soir. À l’intérieur des terres, le temps est beaucoup plus gris avec une forte propension aux stratus (fractus), ne laissant que peu de place aux éclaircies. Ici et là, on assiste à une évolution en cumulus, plus spécifiquement à l’est du pays et en Ardenne ainsi qu’en Gaume. 2 décembre 2017 Le gel nocturne est quasi généralisé, avec des valeurs parfois assez basses même en plaine, comme par exemple à Deurne avec –4,4°C. En Haute Belgique, le thermomètre descend jusqu’à –6,4°C à Gouvy. En journée, le temps reste gris sous un stratus coriace, avec tendance au brouillard, en Basse et Moyenne Belgique. Là, les maxima restent proches de 0°C, voire légèrement inférieurs. C’est ainsi qu’Uccle enregistre son premier jour d’hiver, avec un maximum (sur 24h) de –0,5°C. Au littoral, le brouillard est épais, mais parvient à se dissiper en après-midi en cédant la place à des éclaircies, accompagnées d’altocumulus. Le temps reste toutefois assez brumeux. Sur les hauteurs par contre, le temps est souvent très ensoleillé. Dans les zones limites par contre, on assiste à du brouillard et des stratus temporaires. À Cerfontaine, le temps est assez gris avec stratus nebulosus/fractus en matinée, puis les nuages bas se déchirent vers midi avec un ciel serein l’après-midi. À Beausaint, c’est l’inverse, avec du beau temps en matinée, puis du brouillard qui déborde de la vallée l’après-midi, amenant du temps gris. Aux endroits les plus privilégiés, la température monte jusqu’à 2, voire 3°C. La neige a généralement fondu à l’ouest, mais reste en place à l’est là où il en est tombé. Au centre du pays, comme à Uccle, on observe une couche partielle. À Mont-Rigi, la couche atteint 10 cm environ, et 4 cm à Aubange en Gaume. 3 décembre 2017 Un front chaud aborde le pays et est suivi d’air maritime moins froid. La hausse des températures se fait surtout sentir au littoral, avec des maxima de 8°C. Ailleurs, la couche d’air froid des basses couches a du mal à s’évacuer, avec des maxima (relevés à 19h) ne dépassant guère 1 à 2°C en plaine. Plus tard pendant la nuit, ces températures gagneront encore quelques degrés. En Haute Belgique et en Gaume par contre, le dégel ne sera souvent pas encore arrivé, même pas le lendemain à 8h. De la pluie et de la bruine accompagnent ce front chaud, qui deviennent progressivement verglaçantes en atteignant le sud et l’est du pays. En Ardenne et dans l’Entre-Sambre-et-Meuse, on observe aussi de faibles chutes de neige. À Wideûmont par exemple, la neige qui avait en grande partie fondu s’est partiellement renouvelée en cours de journée, avec une couverture neigeuse redevenant complète (2 cm environ). À Humain aussi, on observe une couverture complète dès la fin de la matinée. À Mont-Rigi, la couche atteint encore 8 cm. Là, il s’agit du cinquième jour consécutif à couverture neigeuse complète (depuis le 29 novembre), et le huitième jour consécutif (depuis le 26 novembre) si l’on comptabilise aussi les couvertures neigeuses partielles. À Mont-Rigi aussi, la température minimale (atteinte la veille en fin de soirée) a été fort basse, avec –9,5°C. Saint-Hubert, avec –8,0°C, a été fort froid aussi. Sinon, le gel a été le plus souvent très modeste. Le temps est partout très monotone avec du stratus, localement aussi du stratocumulus. Seul le ciel du littoral présente un peu plus de relief, avec des stratocumulus et de rares petits coins de ciel bleu. Le vent, quant à lui, s’est orienté au sud-ouest. Au littoral, le vent s’orientera plus tard à l’ouest et au nord-ouest. Ce n’est qu’à se moment-là (fin d’après-midi/début de soirée) que l’air doux parvient vraiment à atteindre la côte.
  5. 21 novembre 2017 Notre pays se retrouve dans un large secteur chaud. Mais le temps reste très humide et l’air vraiment doux ne progresse que peu, restant cantonné à l’ouest et au nord du pays où les températures atteignent 12 à 13°C. Ailleurs, il faut se contenter d’une dizaine de degrés en plaine et de 6 à 7°C sur les hauteurs. En Gaume, il fait à peine plus doux qu’en Ardenne, avec 7 à 8°C. Le temps est couvert avec essentiellement des stratocumulus, et un peu de pluie ou de bruine en matinée. À ce moment, on observe aussi du stratus, tandis que l’après-midi, les stratocumulus se doublent parfois de quelques cumulus. Au littoral, les stratocumulus se déchirent et laissent apparaître un altostratus, avec encore quelques cumulus fractus. Cet altostratus s’effiloche temporairement avec quelques petits coins de ciel bleu. En Gaume par contre, la tendance aux stratus et à la brume est assez marquée. 22 novembre 2017 La remontée vers le nord des perturbations nous place progressivement dans des courants plus secs. C’est une très belle journée de fin d’automne qui nous attend, avec du soleil et des températures très douces. Les stratocumulus résiduels se dispersent rapidement. Vers le milieu de la matinée, on observe encore quelques cumulus fractus, et des cirrus, ensuite le ciel devient tout à fait serein. Webcam MB – Braine-l’Alleud – 22 novembre 2017 à 10h00 Les températures atteignent 13 à 14°C en plaine et 8 à 9°C sur les hauteurs. À Angleur, le thermomètre monte jusqu’à 15,0°C, et jusqu’à 14,2°C à Hastière. Aubange se défend bien aussi avec 13,6°C. Le vent est bien présent, avec des rafales de 40 à 50 km/h en plaine et jusqu’à 60 km/h au littoral. En soirée, le vent tend même encore à se renforcer, avec une pointe à 72 km/h à Zeebruges en milieu de nuit. Il aurait pu faire encore plus doux avec ce vent, avec des températures s’approchant des records. Mais l’air vraiment chaud s’est retrouvé trop haut en altitude (temporairement 9°C au niveau 850 hPa vers 1400-1450 mètres, mais inversion située au-dessus de 1000 mètres, faisant en sorte que malgré le brassage, l’air vraiment chaud pour la saison ne parvienne pas à se mêler aux basses couches). 23 novembre 2017 Les perturbations, sous forme de deux fronts froids consécutifs et fort rapprochés l’un de l’autre, s’approchent très rapidement de notre pays. Le temps est très venteux et, dans un premier temps, encore très doux. À Zeebruges, les rafales atteignent 83 km/h le matin et encore 76 km/h en matinée. À Uccle, on enregistre 76 km/h le matin et 65 km/h en matinée. Les températures atteignent déjà 13 à 14°C en plaine à 8 heures. Quelques températures de 14 à15°C sont observées en fin de nuit ou le matin, comme par exemple à Kruishoutem (15,0°C) et Sint-Katelijne-Waver (14,5°C). En climatologie, comme la période d’observation de 24 heures s’étend de 8h à 8h le jour suivant, ces maxima sont encore repris à la date du 22 novembre, le 23 novembre ne « commençant » qu’à 8 heures en climatologie. Durant la journée du 23 novembre, les températures montent encore un peu, avec des maxima atteints en matinée sur l’ouest, en milieu de journée sur le centre et l’après-midi sur l’est. Les valeurs sont élevées, souvent autour de 15°C en plaine et vers les 10-11°C sur les hauteurs. Deurne enregistre même 16,2°C, suivi de Sint-Katelijne-Waver avec 16,0°C. Sur l’ouest, le temps est couvert et pluvieux avec nimbostratus, puis des éclaircies se développent dès la fin de matinée avec, principalement au littoral, une évolution vers du très beau temps, ciel serein à l’exception de quelques rares petits bancs de stratocumulus. Au centre, le ciel se couvre rapidement, avec cumulus et stratocumulus évoluant en nimbostratus à légère tendance instable, avec quelques pluies mais aussi des averses. Les éclaircies nous reviennent en après-midi, avec quelques cumulus, stratocumulus et altocumulus. Sur l’est, l’évolution est la même, mais avec quelques heures de décalage, sauf sur l’extrême sud-est où la perturbation arrive de façon fort affaiblie, avec juste des stratocumulus (ciel nuageux à très nuageux) qui suivent les éclaircies matinales. 24 novembre 2017 Une ondulation sur le front froid (résultant de la fusion des deux fronts de la veille), avec un petit noyau dépressionnaire se déplaçant de la France vers l’Allemagne en passant sur notre pays, nous vaut un temps fort nuageux, principalement sur le sud. C’est ainsi qu’en Gaume, le temps reste nuageux toute la journée, et temporairement pluvieux, avec un altostratus (parfois translucidus), mêlé d’altocumulus et doublé de stratocumulus plus ou moins nombreux. Sous les précipitations, on note aussi des stratus (fractus) avec tendance à nimbostratus. Les maxima, dans cette région, sont encore assez élevés avec 11,5°C à Buzenol et 11,6°C à Aubange (maxima atteints en matinée). Ailleurs dans le pays, on observe aussi un altostratus mêlé d’altocumulus, avec des fractus et quelques précipitations, mais seulement en début de matinée. Par la suite, on note de belles éclaircies avec des cumulus mediocris puis humilis, et quelques stratocumulus et altocumulus. En soirée cependant, le temps redevient pluvieux (nouvelle occlusion derrière le front froid). Au littoral, les éclaircies sont présentes dès le matin, avec d’abord des stratocumulus et un léger voile d’altitude, puis des éclaircies plus franches, avec cumulus (fractus), stratocumulus et altocumulus. En soirée (et même déjà en fin d’après-midi), le temps redevient pluvieux, là aussi. Mais le maximum de précipitations sera réservé pour le centre, le centre-ouest et le centre-nord du pays, avec une bonne dizaine de millimètres. Les températures sont en légère baisse dans cet air plus frais, avec près de 10°C en plaine. La Haute Belgique tout comme la Gaume se retrouve encore temporairement dans l’air plus doux, avec un maximum le matin de 8,2°C à Mont-Rigi, de 8,8°C à Saint-Hubert et de 9,3°C à Elsenborn. L’après-midi, ces trois stations n’enregistrent plus que 4 à 5°C. 25 novembre 2017 Les courants maritimes, peu à peu, prennent un caractère polaire plus franc. Les températures minimales sont déjà bien plus basses, avec des valeurs le plus souvent comprises entre 1 et 3°C en plaine. Essen, avec 0,1°C, frôle même le gel. Seuls les abords immédiats de la mer ont des températures plus élevées, avec un minimum de 5,0°C au port de Zeebruges (mais 1,3°C à l’aéroport de Middelkerke). En Gaume, le froid arrive plus tard avec des minima encore de 5 à 6°C, tandis que le gel fait une timide apparition à Elsenborn avec –0,2°C (et 0,0°C à Mont-Rigi). En journée, les températures sont en nette baisse partout, avec des maxima de 6 à 7°C en plaine et de 1 à 2°C sur les hauteurs. Le temps est variable, mais pas encore trop instable, avec la majeure partie de l’activité concentrée sur une seule petite ligne d’averses. Autrement, on observe de timides éclaircies avec cirrus denses, altocumulus et stratocumulus, tandis que les cumulus se développent jusqu’au stade de congestus. En fin d’après-midi, les éclaircies s’élargissent nettement. Pendant ce temps-là, la neige commence à s’inviter en Ardenne avec l’arrivée de la ligne d’averses précitée. Les webcams de la Barrière de Champlon (480 m) et de la Baraque de Fraiture (650 m) révèlent la présence de neige même sur l’autoroute en début de soirée. Werbomont fait également état de neige au sol plus tard dans la nuit. 26 novembre 2017 Les températures minimales baissent encore un petit peu, pour varier entre 0 et 2°C en plaine et près de –1°C sur les hauteurs. Là, la neige est au rendez-vous aussi. Parmi les données officielles, nous avons un relevé de 2 cm de neige à 8 heures à Mont-Rigi. Au même moment, on observe de la neige couvrant moins de la moitié du sol à Gouvy et à Bièvre. Snowcam IRM – Mont-Rigi – 26 novembre à 10h30 En dehors de cela, on nous signale aussi, entre autres, 1 à 2 cm aux Tailles ainsi qu’à la Barrière de Champlon, et une fine couverture neigeuse temporaire même à plus basse altitude, comme à Trooz (220 m) et Theux (250 m). Notons enfin qu’à Mont-Rigi, la couche de neige persistera toute la journée, avec une température maximale qui sera de 0,0°C (tout juste pas un jour d’hiver). Ailleurs, les maxima ne dépasseront guère 6 à 8°C en plaine, 3°C en Gaume et 0 à 1°C sur les plateaux ardennais (0,6°C à Saint-Hubert). Le temps, grâce à une petite influence anticyclonique, est assez beau quoiqu’encore un peu instable, avec des cumulus et quelques bancs de stratocumulus d’étalement. Quelques averses parviennent tout de même à se développer. Avant cela, des stratus locaux mettent parfois un certain temps à se dissiper. 27 novembre 2017 L’anticyclone se morcèle et se décale quelque peu vers le sud. Ceci permet à une perturbation atlantique, sous forme d’un système frontal très actif, d’influencer le temps de nos régions. Le temps est donc couvert avec un nimbostratus persistant toute la journée, accompagné de vent et de pluies continues, parfois assez drues. Sur les hauteurs, ces pluies sont précédées d’un peu de neige. Au littoral, où il fait plus doux, le plafond est temporairement plus élevé, avec formation de cumulus et de stratocumulus dans des basses couches faiblement instables. Les totaux de précipitations (sur 24 heures) sont conséquents, surtout dans le sud du pays, mais parfois aussi ailleurs. Voici quelques chiffres : Chiny (Pin) : 37 mm Fraiture : 34 mm Bovigny : 33 mm Virton: 32 mm Gouvy: 30 mm Sivry : 29 mm Neufchâteau: 28 mm Lierneux : 28 mm Aubange : 28 mm Beausaint : 25 mm Herhet: 24 mm Passendaele : 24 mm Beitem: 23 mm Botrange: 23 mm Les températures maximales : 11°C au littoral, 8 à 9°C en plaine, autour de 6°C en Gaume et près de 4°C sur les hauteurs. La neige, présente sur les Hautes-Fagnes, augmente d’abord un peu, puis fond en partie l’après-midi. 28 novembre 2017 Retour de l’air polaire maritime à l’arrière de la perturbation. Le matin est déjà frais, à l’exception de la bande côtière, où il fait encore 6 à 7°C. Ailleurs, le thermomètre affiche le plus souvent 3 à 4°C en plaine et autour de 0°C sur les hauteurs (0,0°C à Mont-Rigi et Saint-Hubert, 0,1°C à Elsenborn). Il n’est donc pas étonnant que la pluie se soit retransformée en neige. Dans les Hautes-Fagnes, la couche est de nouveau complète le matin, mais elle fondra en grande partie en journée. En effet, avec un maximum de 2,7°C à Mont-Rigi, la température est encore un peu trop élevée. En plaine, les maxima se situent le plus souvent autour des 7-8°C. Le temps est d’abord très beau, puis des cumulus se forment l’après-midi, avec quelques cumulonimbus accompagnés d’averses, mais aussi des stratocumulus d’étalement. Dans le sud du pays, le temps est nuageux également le matin, tout comme au littoral. 29 novembre 2017 De la neige au sol est observée jusqu’au centre du pays. Le matin, on observe déjà 5 cm sur les Hautes-Fagnes, mais aussi 1 cm à Sivry et… à Uccle ! En bien des endroits cependant, la neige qu’apparaîtra qu’en matinée, avec une couverture neigeuse complète en Hautes Belgique, y compris dans les vallées. À Mont-Rigi, la couche de neige tiendra bon, cette fois-ci, toute la journée. Ce ne sera cependant pas le cas à Wideûmont, où la neige disparaîtra presque entièrement en cours de journée. Les températures maximales : négatives dans les Hautes-Fagnes avec –0,5°C à Mont-Rigi mais aussi –0,1°C à Elsenborn. En plaine, on observe le plus souvent 3 à 6°C, et 7 à 8°C au littoral. Dans une circulation qui devient de plus en plus septentrionale, on observe des averses souvent regroupées, donnant au temps une tendance grise. Quelques éclaircies quand même, avec des stratocumulus. Au littoral, l’instabilité est plus franche avec là, une alternance d’éclaircies et de cumulonimbus, parfois visibles de loin. Webcam IRM – Zeebruges – 29 novembre 2017 à 14h35 30 novembre 2017 Courants polaires directs de plus en plus froids, avec de la neige jusqu’en plaine. En effet, avec des températures descendant jusqu’à –7°C au niveau 850 hPa (1385 m) et jusqu’à –37°C au niveau 500 hPa (5300 m), les conditions deviennent suffisantes pour de la neige même à basse altitude. On observe en effet une succession d’averses de pluie ou de neige selon les endroits, séparées par de brèves éclaircies (souvent fort réduites en raison de la présence de nombreux stratocumulus). Une fois encore, seul le littoral connaît un véritable ciel d’instabilité, avec cumulonimbus menaçants et éclaircies. Les températures maximales : 5 à 6°C au littoral, 3 à 4°C en plaine et 0 à –1°C sur les hauteurs. On note cependant de fortes baisses de températures pendant les averses, et de façon quasi généralisée dès le début de l’après-midi. Les valeurs qui seront alors proches de 0°C permettront à la neige d’accrocher en bien des endroits. On note entre autres des épaisseurs de neige surprenantes à Alost et Grammont, mais Bruxelles connaît aussi de bonnes chutes de neige qui accrochent au sol. Etterbeek – 30 novembre 2017 – Crédit photo : David Van Hamme via Info Météo L’épaisseur de la neige est évaluée à 10 cm le soir à Alost et à 5 cm à Dilbeek, à l’ouest de Bruxelles. Une station privée à Haaltert, à quelques 5 kilomètres au sud-ouest du centre d’Alost, enregistre 9 cm à 18h50. À peu près au même moment, on mesure 5 cm à Hal et 4 cm à Gand. Dans les Hautes-Fagnes, la couche de neige est présente toute la journée, avec un maximum de 7 cm environ. Il y a donc plus de neige à Alost qu’à Mont-Rigi ! À Slins (près de Liège), on n’observe aucun blanchissement du sol, pas plus qu’à Spontin. Et même à Wirtzfeld, l’enneigement demeure médiocre, avec juste une mince couche (mais complète et persistante). Une situation fort variable, donc, d’un endroit à l’autre. … Suite en hiver !
  6. Bulletin des neiges – 29 novembre 2017 La neige est tombée en de nombreuses régions ce matin ou en matinée. Parmi les observations officielles à 8 heures, nous avons les données suivantes : Mont-Rigi : 5 cm – sol entièrement recouvert de neige Sivry : 1 cm – sol entièrement recouvert de neige Uccle : 1 cm – moins de la moitié du sol recouvert de neige Bièvre : sol entièrement recouvert de neige La Hestre : moins de la moitié du sol recouvert de neige Mais en bien des endroits, l’enneigement s’est produit après 8 heures. En effet, la zone de neige qui a concerné le centre du pays le matin ne s’est que progressivement décalée vers l’est, avec comme résultat un enneigement le matin, par endroit, au centre du pays avec fonte en matinée, et un enneigement seulement en matinée à l’est, mais plus tenace dans les régions situées plus en altitude. Enfin dans les Hautes-Fagnes, la neige est venue s’ajouter à une couche préexistante (mais parfois le tassement est plus rapide que le renouvellement, comme à Mont-Rigi). À Mont-Rigi, la couche de neige est complète, d’une épaisseur de 5 cm le matin et diminuant vers quelques 4 cm vers midi. À Botrange aussi, la neige est bien présente le matin et l’est encore à midi. À Wideûmont, la neige commence à accrocher vers 9h45 pour former une couche complète de quelques 4 cm vers 10h30. À midi, cette neige est déjà fondante. À Bastogne, la neige commence à accrocher vers 9h15 et formera une couche bien blanche à partir de 11h environ. À midi, cette neige est encore présente, mais fondra plus tard. À Beausaint, la neige commence à accrocher vers 9h40 pour former une fince couche complète à 10h00 et une couche bien blanche à partir de 10h30 environ. Cette couche s’épaissira encore un peu jusqu’à midi. À Fraiture, une fine couche préexiste puis, grâce à de nouvelles chutes de neige, le sol devient bien blanc peu avant 11h. Entre 11h et 12h, de nouvelles chutes de neige épaississent encore la couche. À Xhoffraix, le sol est blanc dès le matin, tandis que de nouvelles chutes de neige (significatives) apparaissent vers midi. À Humain, la neige commence à accrocher peu avant 9h pour former une mince couche, mais complète dès 10h30. À midi, un peu de fonte apparaît déjà. À Cerfontaine, une fine couche recouvre le sol à 8 heures. Celles-ci fond rapidement et recouvre moins de la moitié du sol à 10h. À midi, il ne reste plus que des traces (un peu moins dans la vallée, un peu plus en haut de la vallée). À Courrière, la neige commence à accrocher peu après 8h, et le paysage est déjà bien blanc à 9h. À Midi, la neige est toujours présente. À Hamois, la neige commence à accrocher peu avant 9h, mais ne forme qu’une fine couche, couche encore présente en grande partie à midi. À Anthisne., un peu de neige commence à accrocher peu après 10h, avec une couche qui restera incomplète À Uccle, l’enneigement est partiel. Les dernières traces disparaissent vers le milieu de la matinée. Dans la ville basse de Bruxelles, on ne note aucune trace de cette neige. Webcam MB – Beausaint – 29 novembre 2017 à 8h30 Webcam MB – Beausaint – 29 novembre 2017 à 9h40 Webcam MB – Beausaint – 29 novembre 2017 à 10h30
  7. 1er novembre 2017 Le mois commence sous influence anticyclonique. Après le passage d’un faible front chaud, notre pays se retrouve dans des courants maritimes à tendance méridionale, avec des températures très douces. En plus, le temps est beau en matinée, et légèrement voilé l’après-midi. Les cirrus sont d’abord isolés, puis plus nombreux et évoluent lentement en cirrostratus. La nuit a été localement froide, avec des températures parfois proches de 0°C en Gaume, sinon plutôt douce. En journée, les maxima atteignent 14 à 15°C en plaine et presque autant sur les hauteurs avec 13 à 14°C. Très localement au nord-est du pays, des poches d’air plus frais persistent avec près de 10°C. 2 novembre 2017 Un faible front froid se met à onduler tout juste au nord de nos régions. Le temps reste assez beau, mais souvent un peu plus frais que la veille. On observe en effet de belles éclaircies, mais aussi des nappes de stratocumulus parfois étendues. Ici et là, la journée peut même être qualifiée de plutôt grise. À noter qu’au littoral en après-midi, les stratocumulus prennent une forme undulatus très marquée. Webcam IRM – Zeebrugge – 2 novembre 2017 à 16h35 Les températures restent douces au nord du pays, avec 13 à 14°C, et varient entre 11 et 13°C sur le centre et le sud à basse altitude. Sur les hauteurs, le thermomètre affiche 9 à 10°C. 3 novembre 2017 Nous restons finalement du côté doux, et sous influence anticyclonique. En plus, le temps reste beau dans l’ensemble, après dissipation des brumes et brouillards matinaux. Des stratocumulus sont certes encore présents, mais moins nombreux que la veille, avec un ciel souvent bleu. Les éclaircies permettent une petite convection, avec quelques cumulus. En fin de journée, quelques cirrus sont visibles. Dans le sud du pays, le ciel demeure plus nuageux, avec un mix de cumulus et stratocumulus après la dissipation du brouillard. À noter qu’au littoral, les stratocumulus undulatus de la veille sont encore présents en début de matinée. Les températures : 13 à 14°C en plaine, 8 à 10°C sur les hauteurs. 4 novembre 2017 Le temps devient plus perturbé, mais reste très doux. Des poussées de mauvais temps viennent à la fois du sud-ouest et du nord-ouest. Par le sud-ouest nous arrive un système frontal à large secteur chaud, avec un front chaud qui passe en fin de nuit et un front froid en fin de journée. Ce front froid est aussitôt suivi par un autre front froid, poussé par une circulation de nord-ouest et finissant par fusionner avec le front froid précédent. Après des éclaircies parfois encore belles en matinée (avec quelques stratocumulus isolés, parfois aussi des altocumulus castellanus), le temps devient rapidement nuageux, et parfois pluvieux l’après-midi (stratocumulus parfois doublés de fractus, tendance à nimbostratus). Sur l’est du pays, la perturbation arrive plus tard, alors que le sud connaît un autre type de temps, avec brouillard le matin, suivi d’une nébulosité variable avec un mix de cumulus et de stratocumulus. Les températures sont élevées. Dans certaines régions, il s’agit de la température la plus élevée de ce début de novembre : 16,7°C à Koersel ; 16,3°C à Kleine Brogel ; 15,6°C à Genk et à Aubange. Sinon, les températures sont du même ordre de grandeur que les jours précédents, avec 13 à 15°C en plaine et 10 à 11°C sur les hauteurs. 5 novembre 2017 Changement radical du type de temps. À l’arrière du front froid (fusionné) de la veille au soir, des masses d’air polaire maritime frais et très instable déferlent sur nos régions. Dès le matin, de fortes averses de grêles blanchissent les rues en Flandre Occidentale, notamment à Ostende et à Bruges. Crédit photo : Kathleen Bertrem via HLN Le ciel est typique de celui des traînes actives, avec de belles éclaircies alternant avec des averses, cumulus et cumulonimbus accompagnés de quelques stratocumulus cumulogenitus. Parfois, les cumulonimbus sont visibles de loin, se détachant d’un ciel très bleu. En Gaume, on observe encore des nuages frontaux en matinée. Les températures, dans les éclaircies plus longues, parviennent encore à atteindre 10 à 11°C, sinon c’est souvent autour de 9°C en plaine et autour des 5 à 6°C sur les hauteurs. Le soir, les températures descendent rapidement. À Mont-Rigi, il fait temporairement près de 0°C en début de soirée (0,3°C à 20 h) avec un bref enneigement du sol. C’est le premier enneigement répertorié de la saison 2017-2018. 6 novembre 2017 Un anticyclone se développe dans l’air polaire maritime assez frais. La nuit a même été froide dans le sud du pays, avec –1,6°C à Buzenol et –1,0°C à Aubange, mais aussi –0,4°C à Bièvre, 0,2°C à Hastière et 0,4°C à Dourbes. Ailleurs, les minima frôlent aussi le 0°C dans les Hautes-Fagnes, se situent entre 1 et 2°C en Campine, entre 2 et 3°C au centre, entre 3 et 5°C sur le nord-ouest et entre 7 et 8°C au littoral. En journée, les températures s’égalisent pour atteindre 10 à 11°C en plaine et 4 à 6°C sur les hauteurs. Le temps est assez beau, avec des cumulus, s’étalant parfois quelque peu en stratocumulus cumulogenitus. En Gaume, l’étalement en stratocumulus est plus important, avec un temps plus gris l’après-midi et des températures plus basses qu’ailleurs (à altitude égale), de l’ordre de 7°C. 7 novembre 2017 La nuit est froide, avec des gelées quasi généralisées. Les minima sont de –4,8°C à Bièvre, –3,3°C à Kleine Brogel, –3,2°C à Dourbes et –3,1°C à Koersel et à Elsenborn. Uccle et Beauvechain restent épargnées du gel avec respectivement 0,7°C et 0,6°C. Au littoral, le thermomètre ne descend pas en dessous de 4°C aux abords immédiats de l’eau, mais il gèle légèrement dans les dunes. En journée, le temps est très beau, avec juste quelques cumulus vers le début de l’après-midi. Quelques bancs de brouillard sont observés le matin et – l’après-midi sur l’est du pays – on note aussi quelques bancs de stratocumulus élevés, à la limite de l’altocumulus. Le sud du pays, à nouveau, connaît un temps plus gris. Les températures : 6°C seulement en Gaume, sinon 9 à 10°C en plaine et 5 à 6°C sur les hauteurs. 8 novembre 2017 Une très relative influence anticyclonique parvient à se maintenir sur notre pays, entre un noyau situé sur l’Océan et un autre sur l’Europe Orientale. Une occlusion (retour d’est) affecte toutefois fortement le temps sur le sud du pays (11,5 mm de précipitations à Aubange). Sur le centre et l’ouest du pays, les précipitations sont faibles ou nulles (partie peu active du retour d’est), mais le temps est gris. Au littoral, on observe de l’altostratus, parfois mêlé d’un peu d’altocumulus et avec de maigres éclaircies le matin. L’après-midi, l’altostratus est doublé de quelques stratocumulus et, plus occasionnellement, par des cumulus fractus. Au centre, le temps est plus uniformément gris, et l’altostratus, au fur et à mesure qu’on se dirige vers le sud, évolue de plus en plus en nimbostratus. Les températures restent assez froides en journée, de l’ordre de 5 à 6°C en Gaume, de 3 à 4°C sur les hauteurs, de 6°C au centre, de 7 à 8°C sur l’ouest et de 10 à 11°C au littoral. 9 novembre 2017 Le temps est assez perturbé sur notre pays, avec notamment l’arrivée d’un système frontal l’après-midi et la soirée. Les températures remontent quelque peu sur l’ouest et le centre du pays, mais restent très fraîches sur l’est et le sud. Le temps est très nuageux et brumeux avec stratus évoluant en stratocumulus, puis temporairement en cumulus avec quelques éclaircies, avant l’arrivée des cirrostratus, altocumulus et altostratus frontaux. Au littoral, moins de brume mais voile d’altitude plus précoce et pluie dès l’après-midi. Au centre, il commence à pleuvoir le soir et à l’est, durant la nuit. En Gaume, les brouillards matinaux sont persistants et suivi d’un temps couvert et toujours brumeux avec stratus et stratocumulus. Les maxima, là, ne dépassent pas 5 à 6°C. Au centre du pays, les maxima tournent autour de 9°C, et de 11°C sur l’ouest. 10 novembre 2017 Le temps est d’abord perturbé, puis une circulation d’ouest-nord-ouest se met en place. Le temps est d’abord couvert et pluvieux (nimbostratus), puis modestement instable avec éclaircies, cumulus et cumulonimbus. Sur l’est et le sud du pays, les éclaircies n’arrivent que tard, voire pas du tout. En Gaume, la perturbation s’accompagne en outre de brumes et de brouillards. Au littoral, le temps reste doux pendant toute la journée, avec des températures le plus souvent supérieures à 10°C, et temporairement supérieures à 12°C (12,6°C à Zeebruges à 12 h). Le matin, cette douceur se propage dans toute la partie ouest du pays, tandis qu’une seconde vague de douceur en journée se propage encore plus loin à l’intérieur des terres. Il s’ensuit qu’une petite moitié ouest du pays connaît des maxima proches ou légèrement supérieurs à 12°C. Le centre, le centre-est et la vallée mosane connaissent des maxima de 10 à 11°C, tandis que le sud-est reste généralement en dessous de 10°C, avec 6 à 7°C sur les hauteurs et 9°C en Gaume. 11 novembre 2017 Dans la circulation d’ouest-nord-ouest, une perturbation frontale aborde la moitié sud du pays, puis se met à onduler en maintenant la plus grande partie de notre pays du côté froid. La différence entre l’air doux du secteur chaud et l’air frais au nord du front n’est pas très grande, avec à conditions égales (basse altitude) environ 10°C au sud et 8°C au nord. À plus haute altitude, la différence est un peu plus marquée avec, au sud du pays, une température au niveau 850 hPa (vers 1420 m) qui passe de –3°C à +3°C lors du passage du secteur chaud. Le temps dans la région précitée est particulièrement pluvieux, avec un nimbostratus très bas et les zones un peu plus en hauteur se retrouvent dans le brouillard, parfois dès 300 mètres d’altitude. Il n’est donc pas étonnant que les pluviomètres soient bien remplis au sud. Voici quelques chiffres (sur 24 heures) : Buzenol : 20 mm Aubange : 18 mm Virton : 16 mm Torgny : 15 mm La Province de Namur et le Hainaut reçoivent encore entre 5 et 10 mm d’eau. Au littoral par contre, on observe un temps un peu meilleur avec même quelques éclaircies. Les altostratus présents en matinée s’effilochent, laissant la place à quelques coins de ciel bleu, en partie masqués cependant par un mix de cumulus et de stratocumulus. Au centre, le temps est par contre très gris, mais avec des précipitations plus modestes, issues d’un altostratus/nimbostratus souvent doublé par des stratus, rendant le ciel très monotone. Les températures : 10°C sur le sud du pays et 8 à 9°C au nord. Au littoral, suite à l’influence de la mer, à nouveau 10°C. Les plus hauts plateaux, quant à eux, connaissent 6 à 7°C. 12 novembre 2017 Cette fois-ci, notre pays se retrouve bien à l’arrière du front, dans une circulation de nord-ouest, puis de nord nous amenant de l’air polaire de plus en plus direct. Cette arrivée d’air plus froid s’est surtout fait remarquer par la neige en Ardenne. En effet, vers le milieu de la matinée, le sol est devenu blanc en de nombreux endroits dès 400 mètres d’altitude. À Witry (440 m), cet enneigement du sol est incomplet et très temporaire tandis qu’à Bastogne (515 m), la neige tombée à 10 heures ne fond qu’en début d’après-midi. À Fraiture (580 m), on note même deux enneigements du sol, un premier en fin de matinée et un second en milieu d’après-midi. Mais le seul enneigement vraiment valable est celui des Hautes-Fagnes, qui commence à 9 heures du matin puis tient ensuite toute la journée avec une épaisseur de quelques centimètres, comme c’est le cas par exemple à Mont-Rigi (673 m). La neige à son maximum – Snowcam IRM – Mont-Rigi En Basse et Moyenne Belgique, il fait encore trop doux pour de la neige, notamment en raison d’un air qui passe au-dessus d’une Mer du Nord dont les eaux sont assez chaudes. Il s’agit d’une situation assez classique pour une mi-novembre. Des eaux douces, aux températures de 10-11°C, pénètrent dans la Mer du Nord via le canal de la Manche tandis que le restant de la Mer du Nord, se comportant davantage comme une mer intérieure, s’est déjà un peu plus refroidi, notamment le long des côtes. Mais avec une eau à 8°C au large de Knokke et à 9°C au large de La Panne, on ne peut vraiment pas encore parler de mer froide. Source : KNMI Les températures de l’air en altitude par contre sont à nouveau plus basses, avec quelques –4°C au niveau 850 hPa, cette fois-ci situé vers 1300 mètres. Au niveau 500 hPa (vers 5300 mètres), la température passe rapidement de –23°C à –33°C, ce qui nous donne une bonne instabilité. Il n’est donc pas étonnant qu’après l’évacuation des nuages frontaux, le ciel devienne variable avec une alternance d’éclaircies et de nuages d’averses (cumulus et cumulonimbus) et des couleurs parfois très contrastées. C’est ainsi que les enclumes des cumulonimbus sont quelquefois visibles de loin dans des ciels tout bleus, tandis que les averses (orageuses) s’accompagnent quant à elles de ciels très menaçants par endroit. En fin de journée, les averses tendent à se regrouper en un gros amas pluvieux, avec des précipitations pendant plusieurs heures d’affilée et une grande sensation de froid. Au littoral en outre, le vent souffle fort, avec des rafales régulièrement supérieures à 80 km/h en fin d’après-midi et en soirée à Zeebruges, avec une pointe à 94 km/h. Les températures maximales sont atteintes pendant les éclaircies et se situent entre 7 et 9°C en plaine et entre 2 et 3°C sur les hauteurs. Sous les averses, il faut décompter quelques 3 à 4°C, d’où les températures temporairement négatives et la neige sur les hauteurs. Aux abords immédiats de la mer, les vents forts apportent une hausse des températures en soirée, jusqu’à 10°C. La zone la plus arrosée s’étire de Bruxelles à la Flandre Occidentale en passant par le Hainaut, avec par exemple 25 mm à Koekelberg (Bruxelles), 19 mm à Rumillies, 19 mm à Gosselies, 18 mm à Izegem et encore 15 mm à Uccle. Localement, on trouve aussi quelques fortes averses ailleurs. Mais on se souviendra surtout d’un « gros coup de vent », très probablement de nature tornadique, qui s’est produit au Roeulx et à Saint-Vaast vers 13h30. On mentionne notamment un abri de jardin, une caravane et un chalet qui ont été emportés. Selon les premières enquêtes de terrain, « les dégâts s'étirent sur environ 20 km, depuis grosso modo Neufvilles jusque Saint Vaast. C'est beaucoup mais au sein de ce couloir, des zones sont évidemment épargnées ». Ces enquêtes semblent confirmer le passage d’une tornade F0-F1 qui a parcouru plusieurs kilomètres et touché plusieurs villages. Au niveau météorologique, rien au départ ne semblait indiquer le moindre risque de tornade. L’air a été instable, certes, mais pas de façon exceptionnelle. En outre, rien de particulier n’a été à signaler au niveau des cisaillements, ni au niveau de la présence d’une sortie gauche ou d’une entrée droite d’un jet-streak qui aurait provoqué un surplus d’aspiration. Selon les modèles, le maximum du jet-stream, à ce moment-là, est passé au-dessus du milieu de l’Angleterre pour se diriger vers le milieu de la France, donc trop à l’ouest pour avoir une véritable influence sur nos conditions météorologiques. Quant à la direction du vent, elle a été de nord-ouest à tous les niveaux, avec une très légère tendance vers l’ouest-nord-ouest dans les basses couches, et vers le nord-nord-ouest dans les hautes couches. Là non plus, rien de significatif. Toutefois, des études menées sur les orages aux États-Unis ont montré l’influence que pouvaient avoir les orages les uns sur les autres, créant à micro-échelle des conditions favorables à la formation de tornades alors qu’au niveau de la région entière, ce n’est pas le cas. Cela peut être un début d’explication pour la tornade du Roeulx. En effet, un orage a éclaté peu de temps auparavant en raison bruxelloise, donnant notamment de la grêle à Anderlecht et les fortes précipitations à Koekelberg. Il n’est pas à exclure que l’outflow de cet orage, à un moment ou un autre, ait pu « booster » la convection et créer des conditions de cisaillement meilleures à quelques dizaines de kilomètres de là, comme par exemple au Roeulx. Une autre hypothèse est à rechercher à l’intérieur de l’orage même : « Les très basses températures observées en altitude amènent une plus grande concentration de particules de glace au sein du nuage. Les précipitations issues du courant descendant sont donc plus « froides ». Cet air froid issu de l’orage va rencontrer un air ambiant nettement plus doux. Les très forts contrastes vont ainsi amener une accentuation du vent. Alors que la cellule se déplace en fonction du flux directeur, qui est proche des 50 km/h, ce déplacement rapide accentue les contrastes et amène par la même occasion de forts cisaillements des vents « horizontaux », qui vont eux-mêmes créer des tourbillons. Le passage du courant ascendant de la cellule va amener ces tourbillons à se redresser à la verticale et à former ainsi ce que l’on nomme un « misocyclone » [à ne pas confondre avec « mésocyclone »]. Par suite de divers processus, ce dernier va ensuite pouvoir produire une tornade (diminution du diamètre du vortex, accélération du flux et baisse de la pression atmosphérique). Les images radars nous indiquent que la tornade se serait plus que probablement développée sous le flanc ouest de la cellule. Nous en arrivons à cette conclusion en reprenant, d’une part, les zones touchées par la tornade et d’autre part, la position de l’orage au même moment. » (Jean-Yves Frique) Il faudrait cependant encore collecter de très nombreuses données pour confirmer ou infirmer ces hypothèses. 13 novembre 2017 Les courants polaires continuent à déterminer notre temps, mais leur instabilité diminue peu à peu. En raison d’une forte influence maritime et de la persistance des averses durant la nuit, les minima ne sont pas encore trop bas et le gel se limite aux Hautes-Fagnes et aux plus hauts plateaux ardennais. En journée, les éclaircies s’élargissent rapidement et on ne note plus que quelques averses. Ces cellules isolées sont souvent visibles de très loin dans un ciel bleu, avec relativement peu de cumulus et très peu de stratocumulus d’étalement. Webcam IRM – Uccle – 13 novembre 2017 à 13h40 Les températures, malgré les vents de nord-ouest à nord, sont encore relativement douces avec localement même 12°C comme à Kruishoutem. Le plus souvent, les maxima tournent autour de 10°C en plaine et se situent entre 3 et 5°C sur les hauteurs. La neige, encore présente dans les Hautes-Fagnes, résistera au moins partiellement pendant toute la journée. 14 novembre 2017 L’effondrement de la crête anticyclonique sur l’Océan nous coupe de plus en plus de l’arrivée d’air polaire, mais en raison de la parcimonie du soleil, les températures tendent même à baisser légèrement. En effet, le front chaud nous apporte beaucoup de nuages, mais peu de pluie. Les stratocumulus sont donc le principal type de nuages présents dans le ciel, parfois aussi accompagnés de brumes et de stratus le matin et/ou de faibles précipitations. Quelques éclaircies de temps en temps, avec altocumulus. En Gaume, le brouillard est plus épais et plus persistant, mais suivi de belles éclaircies avec stratus fractus puis cumulus fractus (en petit nombre). Les altocumulus et stratocumulus n’envahissent le ciel, là, qu’en cours d’après-midi. C’est en Gaume que la nuit a été la plus froide avec –1,8°C à Aubange et –1,2°C à Buzenol, tout comme en Campine (–2,0°C à Koersel et –1,7°C à Genk). Sinon, de très faibles gelées ont été notées en de nombreux endroits de Haute Belgique et plus localement en Basse et Moyenne Belgique (Campine exceptée). En journée, les maxima atteignent 9 à 10°C en plaine et quelques 5°C sur les hauteurs. La Gaume, en dépit des éclaircies, reste plus froide encore avec seulement 3 à 4°C comme maxima. Le matin, on observe encore une couche de neige incomplète à Mont-Rigi, et les dernières traces de cette neige disparaîtront vers midi. 15 novembre 2017 L’air doux du secteur chaud n’arrive à vraiment s’imposer qu’au littoral et sur l’extrême ouest du pays. Les maxima, à la côte, atteignent 12,6°C à Coxyde, 12,2°C à Middelkerke et 12,1°C à Zeebruges. Sur l’ouest, on note aussi 12,2°C à Passendaele et 11,8°C à Beitem (notez qu’à Dunkerque, le maximum monte jusqu’à 14,5°C, ce qui fait qu’à La Panne, les 14°C sont peut-être atteints aussi). Sinon, les maxima atteignent à peine 10°C et, bien souvent, restent légèrement inférieurs à cette valeur. Sur les hauts plateaux et, localement aussi dans les vallées, on ne note pas plus de 6 à 7°C. Le ciel quant à lui est désespérément gris, avec un stratus qui s’accroche toute la journée, et une évolution en stratocumulus seulement sur l’est et le sud. Du côté opposé, au littoral, les eaux plus chaudes que les terres permettent aussi une dislocation du stratus, avec là des stratocumulus discontinus laissant la place à quelques petites éclaircies. Dans le nord et le nord-est du pays, les bruines sont suffisamment denses pour donner quelques millimètres de précipitations, comme à Deurne (2,5 mm), Stabroek (2,3 mm) et Koersel (2,2 mm). 16 novembre 2017 De l’air maritime doux continue à déterminer le temps sur nos régions, mais la hausse des températures reste limitée. Seul l’extrême ouest du pays bénéficie à nouveau pleinement de cette douceur. À Dunkerque, la température monte jusqu’à 12,9°C, tandis que Zeebruges affiche 12,0°C. À Coxyde et à Middelkerke, dont les stations sont très légèrement à l’intérieur des terres (surtout Coxyde), les maxima sont de 11,7°C. Les 11°C sont également atteints à Passendaele, Beitem et Kruishoutem, sinon comma la veille, les maxima sont souvent proches des 10°C en plaine et de 6 ou 7°C sur les hauteurs. En Gaume, il fait plus froid avec un maximum de 5,0°C seulement à Aubange. Principalement dans le Namurois, on assiste à un lever du soleil aux couleurs flamboyantes parmi les nuages de l’étage moyen. Namur – 16 novembre 2017 à 7h43 – Screenshot d’une vidéo de Linda Chiaradia Par la suite, le ciel devient rapidement très nuageux à couvert avec des altostratus, parfois doubles de stratocumulus et accompagnés de quelques petites pluies sporadiques. On observe aussi encore quelques maigres éclaircies ici et là. En Gaume, le temps est différent, avec du brouillard le matin, ne se dissipant que partiellement en journée, avec des éclaircies et des altocumulus. Ces températures plus froides qu’ailleurs, assorties d’ un temps fort calme, donnent une atmosphère plus pré-hivernale qu’automnale dans cette région. 17 novembre 2017 Un front froid traverse lentement le pays en début de journée, mais le froid, pas plus que la douceur, ne parvient à vraiment s’imposer dans notre pays. Les températures maximales sont même très proches de celles de la veille, mais en fin de journée, un discret refroidissement se fait sentir. Le temps est assez beau, avec des cirrus, des stratocumulus isolés et la formation de cumulus en mi-journée, qui à leur tour s’étalent en stratocumulus. En Gaume, on observe à nouveau du brouillard qui a un certain mal à se dissiper, puis le ciel de cette région demeure très nuageux avec stratocumulus par moments doublés de cumulus. Les maxima atteignent globalement 10 à 11°C en plaine (localement 12°C) et 5 à 7°C sur les hauteurs. Jusqu’à 19 heures, ces températures auront baissé de 5 à 6°C, voire un peu plus, à l’exception des abords immédiats de la mer. 18 novembre 2017 Une nuit froide sans plus, avec quelques petites gelées ici et là en Basse et Moyenne Belgique. À Uccle, le thermomètre descend jusqu’à +0,3°C, ce qui fait que cette station n’arrive toujours pas à enregistrer son premier jour de gel de la saison 2017/2018. À Liège par contre, il gèle, mais très peu avec –0,3°C tant à Bierset qu’à Angleur. La Campine fait un peu mieux avec –1,9°C à Genk et –0,9°C à Koersel. Mais à Kleine Brogel, le minimum est de +1,1°C ! En Haute Belgique, le froid est plus présent, avec –5,3°C à Elsenborn, –4,9°C à Gouvy et –4,1°C à Bièvre. La Gaume a froid aussi, avec –3,9°C à Buzenol et –3,0°C à Aubange. En journée, le temps est plutôt nuageux, mais les températures remontent déjà vers des valeurs proches des normes saisonnières, avec le plus souvent 7 à 9°C en plaine (10°C au littoral) et 2 à 3°C sur les hauteurs. La Gaume reste un peu en dessous des normes avec des maxima de 5°C. Le ciel : bancs de stratocumulus assez étendus, quelques trouées voire éclaircies (un peu) plus larges, formation de quelques rares cumulus ici et là, cumulus plus nombreux au littoral. Ci-dessous, le temps en région liégeoise. Webcam MB – Slins – 18 novembre 2017 à 16h00 19 novembre 2017 L’hiver tente (un tout petit peu) sa chance. Un nouveau front traverse le pays la nuit et est suivi d’une circulation de nord-ouest, avec de l’air polaire maritime. Mais un faible et très bref enneigement du sol à Mont-Rigi en matinée sera à vrai-dire la seule marque hivernale. En journée, les températures remontent jusqu’à 7 à 9°C presque partout en Basse et Moyenne Belgique, et jusqu’à 2 à 3°C sur les plus hauts plateaux, sous un temps faiblement instable. On observe des nappes de stratocumulus, mais aussi de larges éclaircies entrecoupées de cumulus et de quelques cumulonimbus donnant des averses. Le soir est prometteur, avec une bonne baisse des températures, mais l’arrivée trop rapide d’une nouvelle perturbation durant la nuit empêchera le gel dans la plupart des régions. 20 novembre 2017 C’en est déjà fini avec le modeste froid. Un système complexe de plusieurs fronts chauds associés nous arrive depuis l’ouest. Les maxima (sur la période 7h – 19h) atteignent déjà 11 à 13°C au littoral et sur l’extrême ouest du pays, 9 à 10°C ailleurs en plaine et 4 à 5°C sur les hauteurs. Plus tard en soirée, cet air doux continue à gagner du terrain. Le temps est très gris avec des pluies et bruines souvent dès le début de la matinée, avec les altostratus du matin qui se transforment rapidement en nimbostratus. Au littoral, la couverture nuageuse se déchire parfois un tout petit peu l’après-midi, tandis que la Gaume connaît plus longtemps les altostratus, parfois accompagnés de stratocumulus, avant l’arrivée du nimbostratus. Ce temps doux devrait persister au cours des prochains jours. À suivre…
  8. +++ Les résumés quotidiens pour novembre seront faits vers le 20 novembre pour la première moitié du mois, et en fin de mois pour la deuxième moitié de ce mois. +++ Actuellement, il me manque encore quelques infos et analyses concernant la possible tornade au Roeulx en date du 12 novembre, élément évidemment très important pour le résumé de ce jour-là.
  9. Un premier bulletin des neiges pour l'hiver 2017-2018 Des enneigements ont eu lieu en ce 12 novembre 2017 dans les régions de Belgique situées au-dessus de 400-500 mètres d'altitude. À Mont-Rigi (673 m), le sol a commencé à blanchir peu avant 9 heures et est resté enneigé jusqu'à la fin du jour. La couche a atteint un premier maximum, de 2 cm environ, vers 10 heures et un second maximum de 2 à 3 cm vers 15h30, après une fonte (très) partielle en milieu de journée. À Wirtzfeld (env. 600m), une couche de neige mince mais complète a été observée à partir de 10 heures. Cette neige a fondu en après-midi sans disparaître complètement. À Fraiture (580 m), un enneigement presque complet s'est produit en fin de matinée et un second, plus partiel, en milieu d'après-midi. À Wideûmont (545 m), un enneigement partiel et temporaire s'est produit vers 10 heures. À Bastogne (515 m), le sol était blanc à 10 heures. Cette neige a commencé à fondre peu avant midi pour disparaître entièrement en début d'après-midi. À Xoffraix (env. 500 m), le sol était blanc vers 10 heures. Cette neige a entièrement fondu en début d'après-midi avant un nouvel enneigement partiel et temporaire peu avant 16 heures. À Witry (env. 440 m), un enneigement temporaire et très partiel s'est produit entre 10 et 12 heures. Tout près de nous, Monschau en Allemagne a été enneigé dès 9h30. Après une fonte partielle en milieu de journée, la couverture neigeuse est redevenue complète en début d'après-midi, pour à nouveau fondre partiellement par la suite.
  10. 21 octobre 2017 Une nouvelle perturbation frontale, sur le point de s’occlure, traverse notre pays en matinée. Elle est suivie d’air maritime un peu moins frais qu’à l’avant de la perturbation, mais instable. Le temps est d’abord couvert et pluvieux avec nimbostratus, puis variable avec éclaircies et cumulus, évoluant parfois jusqu’au cumulonimbus avec averses, principalement en fin de journée. Sur l’est et le sud du pays aussi pas mal de stratocumulus. Le vent est bien présent et les températures maximales se situent entre 16 et 18°C, localement 19°C en plaine, et entre 12 et 13°C sur les hauteurs. 22 octobre 2017 Une perturbation cette fois-ci bien occluse traverse le pays le matin, tandis que les restants d’une autre occlusion, présents dans de l’air polaire maritime à l’arrière de la perturbation matinale, est responsable d’un temps à la fois perturbé et instable. Le temps est couvert et pluvieux le matin, puis variable avec des cumulus et cumulonimbus accompagnés d’averses, mais aussi beaucoup de stratocumulus. Vent toujours bien présent et températures en baisse, avec maxima de 12 à 14°C en plaine et 7 à 8°C sur les hauteurs. 23 octobre 2017 Une faible influence anticyclonique se fait d’abord sentir, puis un front ondulant nous fait progressivement repasser du côté (relativement) doux au sud des perturbations. Quelques éclaircies, mais surtout des nuages d’étalement de type stratocumulus (à base assez élevée et aux contours souvent nets). Quelques cumulus en dessous l’après-midi, puis ciel se couvrant à l’approche d’une zone de pluie. Localement aussi stratus (plus ou moins fractus) avec une tendance beaucoup plus grise. Les températures : 14-15°C en plaine, autour de 9°C sur les hauteurs. 24 octobre 2017 Nuit douce suivie d’un temps doux en journée aussi, mais monotone. Le ciel est couvert avec stratus et stratocumulus, parfois doublés de quelques fractus et accompagnés de pluies et bruines intermittentes. Ici et là quelques maigres éclaircies en matinée. Les températures : 16 à 18°C en plaine, autour de 12°C sur les hauteurs. 25 octobre 2017 Le front continue à onduler au nord de nos régions, ce qui fait que nous restons du côté (relativement) chaud. Les températures restent dans le même ordre de grandeur que la veille, un peu moins en plaine et un peu plus sur les hauteurs, avec respectivement 16-17°C et 14-15°C. Le temps cependant s’améliore quelque peu, sauf dans le nord du pays, où le ciel est le plus souvent couvert avec de petites pluies. Ailleurs on observe quelques éclaircies, principalement en matinée, avec cumulus (fractus) et stratocumulus, surmontés de cirrus. L’après-midi toutefois, les stratocumulus prédominent nettement. Au littoral, on observe quelques éclaircies l’après-midi aussi, tandis qu’en Gaume, le temps est généralement un peu meilleur (stratocumulus/cumulus très plats laissant la place à des coins de ciel bleu). Notons enfin que les minima de la nuit du 24 au 25 ont présenté des valeurs particulièrement élevées pour la saison, de l’ordre de 14-15°C en de très nombreux endroits de Basse et Moyenne Belgique. 26 octobre 2017 La nuit du 25 au 26 a souvent été à peine moins douce que la précédente, sauf en cas d’éclaircies plus longues. En journée par contre, le temps est très nuageux à couvert et monotone, avec des nappes étendues de stratocumulus, parfois doublés de quelques cumulus. Dans le sud du pays (y compris l’Entre-Sambre-et-Meuse), le temps est plus lumineux en journée, avec des stratocumulus se déchirant et se dissipant en grande partie. On note alors des cirrus, des cumulus et quelques altocumulus floccus et castellanus. Mais parfois, des brouillards persistants empêchent de profiter de ces éclaircies. En soirée, le ciel redevient très nuageux à couvert en toutes régions, avec souvent un peu de pluie. En effet, le front froid aborde notre pays et le traverse durant la nuit. Les températures maximales sont assez uniformes dans une bonne moitié nord du pays, avec 16 à 17°C en plaine et 12 à 13°C sur les hauteurs. Dans le sud du pays, la situation est plus variable en fonction des brouillards et des éclaircies. À Hastière et à Dourbes, les maxima atteignent respectivement 18,6°C et 18,4°C, tandis que le thermomètre reste coincé à 13,8°C à Buzenol. En altitude, la température monte temporairement à 10-11°C au niveau 850 hPa (vers 1550 m) au-dessus du sud du pays ce qui, sans être exceptionnel, peut déjà être considéré comme très doux pour la saison. 27 octobre 2017 Changement radical de la masse d’air. Si en surface, la chute des températures reste limitée, de quelques 2°C par rapport à la veille, en altitude, on observe une perte sèche de 10°C voire plus au-dessus du sud du pays (0°C au niveau 850 hPa). On passe ainsi sans transition de la stabilité à l’instabilité. Mais cela n’a pas que des effets négatifs, loin de là. Si des averses parviennent effectivement à se former ici et là, le plus souvent l’instabilité a pour effet de nettoyer le ciel, avec des cumulus dans un ciel bien bleu, et juste quelques stratocumulus d’étalement. Le bienfaiteur est un nouvel anticyclone, venu se centrer sur l’Irlande. Les températures maximales : 14-15°C en plaine, 9 à 10°C sur les hauteurs. 28 octobre 2017 Les éclaircies dans le sud du pays sont responsables d’une nuit assez froide, avec des minima de 2,0°C à Buzenol et 1,8°C à Aubange. Ailleurs, le retour trop rapide des nuages et du vent ne donnent qu’une nuit très modérément fraîche. Une dépression de tempête (du nom de « Herwart » en Allemagne) suit un parcours très particulier, en se creusant sur le sud de la Scandinavie pour se diriger ensuite vers la Pologne. Chez nous, cela attise juste un peu le vent, avec une rafale maximale de 68 km/h à Zeebruges. Mais le ressenti d’un vent plutôt froid est bien là, avec un ciel à nouveau fort nuageux, voilé par un altostratus épais doublé de quelques cumulus/stratocumulus, plus nombreux sur l’est du pays. Plus au sud, l’altostratus s’effiloche parfois pour donner quelques éclaircies. En matinée, l’altostratus s’effiloche aussi un peu à la côte. L’après-midi sur l’ouest et le soir sur l’est, on observe de la pluie. Les températures maximales en journée : 14°C au littoral, 13 à 11°C en plaine (d’ouest en est), 7 à 8°C sur les hauteurs. Le soir et la nuit, ces températures augmenteront de quelques degrés lors du passage d’un secteur chaud. 29 octobre 2017 La tempête Herwart fait rage sur les côtes allemandes. À Cuxhaven, les rafales (d’un vent de nord-ouest) atteignent 122 km/h le matin. Au large, le phare de Alte Weser enregistre aux petites heures du matin un vent moyen de 112 km/h et des rafales de 144 km/h. L’aéroport de Hambourg, pourtant déjà loin à l’intérieur des terres, note encore des rafales de 101 km/h. Plus près de nous, aux Pays-Bas, des rafales atteignent 104 km/h (la nuit et le matin) à Lauwersoog. En Belgique par contre, la plus forte rafale, enregistrée à Zeebruges, ne dépasse pas 72 km/h. À l’intérieur des terres, quelques rafales dépassent 60 km/h, plus particulièrement sur le nord et le centre du pays. Après le passage du front froid (nimbostratus avec pluie), nous nous retrouvons dans de l’air polaire assez direct, avec de belles éclaircies alternant avec des averses (cumulus, cumulonimbus et stratocumulus cumulogenitus). Les températures : 13-14°C en plaine, 12°C au centre, 7-9°C sur les hauteurs. 30 octobre 2017 Le temps redevient anticyclonique sur nos régions. Le temps est nuageux à beau mais frais, après une nuit localement froide. À Aubange, le minimum est descendu jusqu’à –0,8°C tandis que Buzenol a mesuré 0,2°C. Autres valeurs un peu froides : Genk : 1,5°C ; Saint-Hubert : 1,7°C ; Mont-Rigi : 2,2°C ; Dourbes : 2,4°C. En journée : maxima de 11 à 12°C en plaine et de 6 à 7°C sur les hauteurs. Les nuages : cumulus avec étalement en stratocumulus (forte instabilité des basses couches, donnant parfois à la base des cumulus un aspect tourmenté, mais développement arrêté net par une inversion). En mer, développement encore tout juste suffisant pour de petites averses. 31 octobre 2017 Persistance de l’influence anticyclonique mais ciel nuageux (altocumulus/stratocumulus) et éclaircies plutôt rares. En Gaume, par contre, beau temps avec bancs de stratocumulus plus isolés et quelques cumulus. Nuit froide dans le sud du pays avec –2,4°C à Aubange, –1,8°C à Bièvre et –1,5°C à Buzenol. Dourbes descend jusqu’à 0,2°C. Sur les hauteurs, il gèle à Elsenborn (–2,3°C) et tout juste pas à Mont-Rigi (0,3°C). En Plaine, les minima tournent souvent autour des 5 à 6°C, localement un peu moins. Les maxima : 12 à 14°C au littoral, 11 à 12°C en plaine, 7 à 8°C sur les hauteurs.
  11. 18 octobre 2017 Le beau temps très doux nous revient, même si c’est dans une mesure un peu moindre que les 15 et 16 octobre. Des températures de 20 à 22°C en plaine et de 18 à 19°C sur les hauteurs peuvent toujours être considérées comme très élevées pour la saison. Au littoral, il fait 18°C. Là, on observe temporairement du brouillard en matinée, et un temps quelque peu brumeux toute la journée, avec toutefois du soleil, des voiles de cirrus et, l’après-midi, aussi des altocumulus et un ciel fort laiteux voire gris le soir. Ailleurs, le temps est franchement beau avec juste quelques cirrus, et des bancs d’altocumulus qui n’arrivent (localement) que le soir. 19 octobre 2017 Nouvelle journée aux températures fort élevées, presque similaires à celles de la veille. En effet en plaine, il fait partout entre 21 et 22°C, tandis que le thermomètre tourne autour des 18°C sur les hauteurs. Au littoral, cette fois-ci, il fait très doux aussi avec 20 à 21°C. Le temps est d’abord beau avec cirrus, altocumulus (parfois aussi statocumulus) et rares cumulus, puis devient plus nuageux en fin d’après-midi, avec stratocumulus à l’approche d’un front froid. Le littoral connaît déjà un peu de pluie. Le front froid traversera le pays en soirée, mais ne représentera plus grand-chose. Une autre perturbation à l’arrière donnera un peu plus de pluie en seconde moitié de nuit. 20 octobre 2017 À l’arrière des perturbations, de l’air nettement plus frais, d’origine maritime, envahit notre territoire. Bien souvent, les maxima ne dépassent plus 14 ou 15°C. Très localement, il fait encore 16 à 17°C, notamment dans la vallée de la Meuse. Sur les hauteurs, le thermomètre n’affiche plus que 11 à 12°C au meilleur moment de la journée. Cette fraîcheur est d’autant plus ressentie que le vent est désormais bien présent, avec des rafales de 65-70 km/h au littoral et de 55-60 km/h en de très nombreux endroits à l’intérieur des terres. Le temps, après l’évacuation des pluies matinales, est nuageux à beau, avec principalement des cumulus et des stratocumulus. Ces derniers sont parfois suffisamment denses pour donner un peu de pluie, alors que les cumulus, eux-aussi, donnent l’une ou l’autre petite averse. Dans l’ensemble, le ciel est le plus nuageux au nord-ouest du pays, et le moins au sud-est, où après le départ de la perturbation, les éclaircies sont larges avec cumulus et très peu de stratocumulus. Petite parenthèse : les jours d’été les plus tardifs en Belgique Le plus souvent, les journées les plus tardives sont observées durant la 2[/sup]e[/sup] décade d’octobre, très exceptionnellement au cours de la 3[/sup]e[/sup] décade d’octobre. Sur les hauts plateaux, dès une altitude de 400 à 500 mètres, les jours d’été les plus tardifs sont plutôt observés durant la 3[/sup]e[/sup] décade de septembre, voire la 2e (Saint-Hubert). Mais à la moindre vallée ou dépression de terrain, les jours d’été redeviennent possibles en octobre, comme par exemple à Elsenborn. Quelques événements anciens ont fourni des journées d’été très tardives. Ce fut le cas, par exemple, le 18 octobre 1921 où une partie du pays a connu son jour d’été le plus tardif. Selon certaines sources, il s’agit aussi du jour d’été le plus tardif à la station d’Uccle. Cependant, après un récent travail d’homogénéisation des données réalisé par l’IRM, il apparaît que le 18 octobre 1921 reste (un peu) inférieur à ce seuil. Par contre les 27,2°C observés à Maastricht permettent d’affirmer qu’une bonne partie de la Campine, et quelques autres régions encore, ont bien connu un jour d’été le 18 octobre 1921. Malheureusement, nous ne disposons que de peu d’informations sur les températures effectivement relevées dans les stations belges. Alors qu’un grand nombre de données étaient disponibles jusqu’en 1914, les années de la Grande Guerre et celles qui l’ont immédiatement suivie ont été très pauvres en publications météorologiques. Un grand travail est en train d’être réalisé par BELSPO (SPP Politique scientifique) pour récolter toutes ces données (physiquement) archivées dans les caves de l’IRM et souvent sous forme manuscrite afin de pouvoir compléter nos statistiques (de 1880 à nos jours). Ces travaux seront sans doute publiés dans les années à venir. Un autre événement significatif est celui du 27 octobre 1937, où il a été « très rare que la température présente aussi tard dans le courant d’octobre un maximum aussi élevé, d’autant plus que l’insolation fut relativement faible ce jour-là (5 heures de soleil) et le vent assez fort (6 mètres par seconde) » (Extrait du Bulletin climatologique de 1937 de l’Institut Royal Météorologique de Belgique). Même si Bourg-Léopold, en Campine, n’affichait « que » 23,9°C, les 25,2°C mesurés à Maastricht et les 24,4°C d’Aix-La Chapelle laissent supposer que les 25°C aient été atteints ici et là, ce qui est très exceptionnel pour une 3e décade d’octobre. En 1947 et en 1949, des jours d’été ont été observés à la mi-octobre comme les 26°C de Denée-Maredsous du 13 octobre 1947 ou les 26°C de Bierset du 16 octobre 1949. Depuis 1950, les jours d’été les plus tardifs se concentrent presque tous sur les années 2001 et 2017, et occasionnellement sur 1990 (sauf au littoral et sur les reliefs), ce qui nous permet d’établir la liste des dates du dernier jour d’été pour un grand nombre de stations sur la période de 1950 à nos jours. Middelkerke : 4 octobre 1983 (25,7°C) Coxyde : 4 octobre 1983 (26,0°C) Dunkerque (FR) : 16 octobre 2017 (25,9°C) Beitem : 16 octobre 2017 (25,3°C) Kruishoutem : 16 octobre 2017 (25,2°C) Gand (Zelzate) : 16 octobre 2017 (25,9°C) Lille (FR) : 16 octobre 2017 (25,0°C) Chièvres : 13 octobre 2001 (25,2°C) La Hestre : 13 octobre 2001 (25,6°C) Gosselies : 13 octobre 2001 (25,9°C) Uccle : 16 octobre 2017 (25,7°C) Zaventem : 16 octobre 2017 (25,0°C) Beauvechain : 16 octobre 2017 (25,1°C) Sint-Katelijne-Waver : 16 octobre 2017 (25,9°C) Deurne : 16 octobre 2017 (26,0°C) Stabroek : 16 octobre 2017 (25,6°C) Retie : 16 octobre 2017 (25,0°C) Schaffen : 16 octobre 2017 (25,6°C) Gorsem : 16 octobre 2017 (25,8°C) Koersel : 16 octobre 2017 (26,1°C) Kleine Brogel : 16 octobre 2017 (25,2°C) Maastricht (NL) : 16 octobre 2017 (25,5°C) Angleur : 18 octobre 2014 (25,1°C) Bierset : 12 octobre 1990 (25,7°C) Elsenborn : 2 octobre 2011 (25,1°C) Mont-Rigi : 21 septembre 2003 (25,1°C) Spa : 24 septembre 1983 (25,4°C) Hastière : 16 octobre 2017 (25,0°C) Florennes : 2 octobre 2011 (25,0°C) Dourbes : 11 octobre 1970 (25,1°C) Saint-Hubert : 20 septembre 2003 (25,8°C) Luxembourg (LU) : 2 octobre 2011 (26,0°C) Potentiellement, un jour d’été a pu être observé plus tard encore dans la saison, mais ce n’est pas confirmé dans les données officielles (publiées). Ainsi, les 21 et 22 octobre 2012, le 22 octobre 2013, le 26 octobre 2006 et le 30 octobre 2005 ont connu des températures de 24°C ou plus sur le réseau thermométrique belge. Le 22 octobre 2012, Couvin manque de peu un jour d’été avec 24,8°C, tandis qu’Elsenborn et Hockay, malgré l’altitude, enregistrent 24,0°C. Le 22 octobre 2013, c’est au tour d’Angleur de manquer de peu son jour d’été, avec 24,8°C également. Là, c’est la vallée de la Meuse qui fait de belles performances, avec 24,2°C à Monsin et 24,0°C à Hastière. Nous pouvons donc résumer par ce qui suit : Parmi les données officielles publiées, c’est Angleur qui est champion, avec son jour d’été le plus tardif le 18 octobre 2014 (et paradoxalement, le seuil du jour d’été n’y sera pas atteint en octobre 2017). Suit un gros peloton de stations avec leur jour d’été le plus tardif le 16 octobre 2017. Sinon, c’est le 13 octobre 2001 ou le 12 octobre 1990 qui assume ce rôle. Au littoral ou sur les reliefs, le jour d’été le plus tardif se situe plus tôt, au début du mois d’octobre voire au mois de septembre. Potentiellement, et sur une échelle très locale, la date du 18 octobre 2014 d’Angleur pourrait être égalée par le 18 octobre 1921, ou dépassée par le 21 octobre 2012, le 22 octobre 2012, le 22 octobre 2013, le 26 octobre 2006, le 27 octobre 1937 ou le 30 octobre 2005. 3e décade d’octobre 2017 Bien moins spectaculaire sur le plan climatologique. Un bref résumé sera cependant fait dans les tout prochains jours.
  12. 17 octobre 2017 Ophelia a désormais disparu des cartes météorologiques, mais pas encore ses conséquences. C’est au tour de la Belgique, à présent, d’avoir le ciel jauni par le sable et les fumées, transportés dans un flux méridional engendré par la conjonction des effets d’Ophelia et d’une vaste crête anticyclonique située à l’est du système. Le flux qui la veille se dirigeait vers la France et l’Angleterre s’est décalé vers l’est et touche à présent la Belgique, mais aussi les Pays-Bas et une moitié nord-ouest de l’Allemagne. En surface, la langue d’air chaud n’atteint toutefois notre pays plus que partiellement. Un faible front affecte notre pays et est responsable d’infiltrations maritimes dans les basses couches. Par la suite, le front recule à nouveau mais l’inversion ne se résorbe plus, sauf dans le sud du pays. Cette situation d’inversion, ajoutée à la présence de sable et de fumées, donne des couleurs très particulières au ciel et au soleil. Ci-après une sélection de photos qui semblent refléter au mieux ce que l’on a pu voir en réalité. Webcam MB – Xhoffray – 17 octobre 2017 à 9h30 Bruxelles – 17 octobre 2017 vers 9h30 – Crédit photo : Pascale Janssens de Varebeke Webcam MB – Liège – 17 octobre 2017 à 10h00 Webcam MB – Slins – 17 octobre 2017 à 16h00 En dehors de la nappe de sable et de poussières, quelques vrais nuages ont également été présents dans le ciel (souvent vaguement visibles), principalement des altocumulus, quelques cirrus et ici et là des cumulus fractus aux contours très flous, formés en dessous de l’inversion. Au littoral, on a observé quelques stratocumulus aussi. En Gaume, le ciel a été un peu plus bleu, mais toujours délavé. Webcam MB – Rodange – 17 octobre 2017 à 12h05 Les températures : 16 à 18°C en plaine (jusqu’à 19°C en Campine), 18 à 19°C sur les hauteurs et parfois au-dessus de 20°C aux endroits privilégiés (entre autres des vallées). La plus haute valeur revient à Hastière (23,0°C), suivi d’Aubange (22,4°C), Buzenol (21,7°C), Bièvre (21,7°C), Dourbes (21,2°C) et Angleur (20,9°C).
  13. Ophelia en Irlande Voici encore un mot sur Ophelia lors de sa traversée de l’Irlande. La côte sud a été le plus durement touchée par Ophélia. À Roches Point, le vent souffle d’est à sud-est le matin, tourne au sud en journée et au sud-ouest en soirée. La phase la plus forte est observée entre 12 et 13 heures avec des vents moyens montant jusqu’à 112 km/h et des rafales atteignant 155 km/h. À ce moment, le vent vient du sud, donc de la mer, et frappe de plein fouet la côte. Au large, à Fastnet Rock (petite île avec un phare), on note même une rafale à 191 km/h ! Pour l’observateur au sol (ou en mer), cette tempête n’a pourtant plus rien de tropical. Si le matin, il faisait encore assez doux avec 16°C, les températures chutent à 12-13°C au plus fort des rafales, avec un ciel couvert et des pluies et bruines… bien irlandaises ! Plus à l’est, Waterford, les rafales atteignent 137 km/h tandis qu’à l’ouest, à Valentia (située trop près du centre de la dépression), les rafales n’atteignent tout juste pas les 100 km/h. À Cork, situé un peu plus à l’intérieur des terres, les rafales atteignent encore 130 km/h. À Shannon, le maximum est de 122 km/h et à Carlow, de 112 km/h. Partout, les températures au cœur de la tourmente sont du même ordre de grandeur. Du côté central de l’Irlande, la tempête arrive plus tard, avec des rafales de quelques 90 km/h bien à l’intérieur des terres, et d’une bonne centaine de km/h sur la côte est. La côte ouest, plus proche du centre de la dépression, est plus préservée. Là aussi, après un début de journée (très relativement) doux, le temps devient pluvieux et frais sous les rafales, avec des précipitations (contrairement aux rafales) plus abondantes à l’ouest qu’à l’est. Sur l’Irlande du Nord, le maximum de la tempête arrive en fin d’après-midi et en soirée, ave des rafales de 104 km à Malin Head (côte nord) et de 93 km/h à Belfast. Là, des poussières et du sable sont signalés dans l’air. Sinon, même évolutions des températures et de la pluviosité, mais un peu plus tard : 16-17°C avant le déchaînement des éléments, puis rafraîchissement à 12-13°C. En altitude cependant, le cœur chaud de la tempête est encore bien là, comme l’a très bien modélisé WRF (run de midi). Source : Météociel Le sondage atmosphérique de midi de Valentia n’a pas capté l’air doux au niveau 850 hPa (11°C à 1061 m !!!), mais bien aux niveaux supérieurs. Au niveau 700 hPa (2663 m), la température est de 5°C, et encore de 3-4°C à 3000 m d’altitude (altitude habituelle du niveau 700 hPa). C’est vraiment très doux pour l’altitude, la latitude et la saison. Les –10°C relevés au niveau 500 hPa sont dignes de l’été aussi. Le Pays de Galles, lui aussi, a été frappé par Ophelia, mais là, la situation météorologique est beaucoup plus complexe. Sur le run de minuit (nuit du 15 au 16) du modèle WRF, on peut voir l’advection d’air très chaud d’origine désertique qui lèche l’ouest de l’Angleterre (et qui semble se diriger droit vers l’Irlande, mais ne l’atteindra pas). Le sondage de Camborne (Cornouailles) le confirme : 17°C au niveau 850 hPa à 1504 m, et 23°C à 618 m au-dessus de l’inversion ! Source : Météociel Il ne faut surtout pas confondre cette advection d’air chaud très continental sur le flanc oriental d’Ophelia (et lié à la configuration géographique de l’Afrique et de l’Europe) avec le cœur chaud d’Ophélia qui est, lui, maritime et lié à l’(ex-)ouragan lui-même. N’empêche ! L’ouest de l’Angleterre est suffisamment proche du système pour subir de très forte rafales. À Camborne, le vent monte à 95 km/h tandis qu’un plus au nord, à Milford Haven, les rafales atteignent 120 km/h ! Une même vitesse est atteinte à Pembrey Sands (avec une vitesse moyenne de 91 km/h). À Aberdaron, les rafales atteignent même 145 km/h, tandis que la moyenne du vent oscille autour de 100 km/h pendant 8 heures d’affilée ! En fin de journée, la tempête remonte même jusqu’aux confins de l’Écosse, où des rafales de 115 km/h sont observées. La grande différence avec l’Irlande réside dans le temps qu'il fait. D’abord, parce que l’ouest de l’Angleterre est fort affecté par le sable et les (lointaines) fumées, donnant une ambiance étrange voire inquiétante, puis parce que les températures y ont un comportement très différent. En fait la langue chaude en altitude parvient à s’imposer partiellement jusqu’en surface et ce, tôt dans la journée. Aux endroits exposés, avec un petit effet de foehn aidant, des températures extraordinaires sont relevées. À trawscoed (Pays de Galles), sous un bon petit vent de sud-est, la température monte jusqu’à 22°C à 8 heures du matin ! À Pembrey Sands, la température dépasse temporairement les 20°C à 9 heures du matin sous un vent de sud-est déjà fort, mais avant le gros de la tempête. Plus tôt, c’est Camborne qui dépasse les 20°C (20,5°C) à 6 heures du matin ! Mais au plus fort de la tempête, les températures retombent à 15°C, voire moins, ce qui fait que l’ouest de l’Angleterre est alors logée à la même enseigne que l’Irlande. À l’intérieur des terres, les températures parviennent à monter en journée aussi, parfois jusqu’à 20°C ou plus, mais là aussi les températures baissent avec l’arrivée du vent (rafales souvent de 802/100 km/h), même si c’est dans une moindre mesure. L’est de l’Angleterre, quant à lui, est chaud avec des températures maximales atteignant souvent 22/23°C, mais le ciel y est déjà plus nuageux et le vent, plus fort qu’en Belgique.
  14. DES INFOS CONTRADICTOIRES SUR LA COULEUR (ÉTRANGE) DU CIEL « La tempête Ophélia a ramené du sable du Sahara Ce matin, nous avons contacté l'Institut royal d'Aéronomie Spatiale de Belgique. Là aussi, les collaborateurs de l'Institut ont observé et photographié ce phénomène dans le ciel. Et finalement, l'hypothèse transmise par Bernard lundi soir pointait dans la bonne direction. Ce ciel et ce soleil si étranges sont bien la conséquence du passage de l'ouragan (devenu tempête) Ophelia, qui a atteint l'Irlande. "Nous n'avons pas de mesures précises, mais nous pouvons raisonnablement conclure que la tempête a amené une quantité non négligeable de sable du désert Sahara", explique Sophie Vandenbussche, chercheuse à l'Institut d'aéronomie. "Des poussières ont été mises en suspension au niveau du désert Sahara, et des forts vents d'altitude les ont ramenées jusqu'à chez nous, mais aussi en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas, dans le nord-ouest de l'Allemagne et jusqu'en Suède", confirme Jean-Marc Linden, prévisionniste à l'Institut royal météorologique. L'explication du phénomène Il arrive parfois que des vents forts ramènent du sable du Sahara, mais rarement en quantité aussi importante. Conséquence: nous voyons le ciel et le soleil différemment. "D'habitude, le ciel est bleu et le soleil est jaune. Mais les particules présentes dans l'atmosphère augmentent la diffusion de la lumière, qui dépend de la couleur. En présence d'une grande quantité de particules, les couleurs telles que le violet, l'indigo, le bleu, le vert et le jaune sont diffusées (tout comme au coucher du soleil). Les couleurs les plus visibles quand on regarde directement le soleil sont donc l'orange et le rouge", précise Sophie Vandenbussche. En revanche, quand on regarde le ciel, il peut sembler plus jaunâtre ou brun, car le jaune du soleil est diffusé et répandu dans le ciel, ce qui change la couleur perçue par l'œil. La Belgique n'est pas vraiment touchée par les particules venues des feux au Portugal et en Espagne Le même type de phénomène a été observé ce lundi à Londres. En Grande-Bretagne, le vent a ramené bien plus de sable du Sahara, mais également des aérosols (des particules en suspension dans l'atmosphère) issus des incendies au Portugal et en Espagne. En Belgique, le vent n'a cependant pas ramené beaucoup de particules issues des feux. "Cette source est beaucoup plus restreinte dans l'espace. Les satellites montrent que c'est plus étroit, donc l'incidence sur la Belgique est plus faible, alors que le Sahara, en tant que source de sable, est bien plus étendue", précise Jean-Marc Linden. » RTL Info. Autre version par rapport aux informations présentes sur le site de l'IRM. Est-ce la fumée ou le sable ? Malheureusement sur ce point-là, je ne saurais répondre.
  15. On peut par contre bel et bien parler de Sirocco XXL. Le sondage de Brest est d'ailleurs très parlant : 07110 LFRB Brest Observations at 00Z 16 Oct 2017 ----------------------------------------------------------------------------- PRES HGHT TEMP DWPT RELH MIXR DRCT SKNT THTA THTE THTV hPa m C C % g/kg deg knot K K K ----------------------------------------------------------------------------- 1004.0 98 17.8 14.3 80 10.30 150 21 290.6 319.9 292.4 1000.0 125 17.8 14.1 79 10.21 150 23 290.9 320.0 292.7 987.0 237 18.2 13.9 76 10.21 154 30 292.4 321.7 294.2 967.0 415 23.6 9.1 40 7.57 160 40 299.6 322.2 301.0 964.0 442 24.4 8.4 36 7.22 161 40 300.7 322.4 302.0 953.0 542 25.0 8.0 34 7.11 163 40 302.3 323.8 303.6 925.0 803 23.6 6.6 33 6.65 170 39 303.4 323.7 304.6 892.0 1119 21.8 5.8 35 6.52 179 38 304.7 324.8 305.9 850.0 1534 18.2 4.2 39 6.12 190 36 305.2 324.1 306.3