Aller au contenu
Les Forums de MeteoBelgique

cumulonimbus

Assistants
  • Compteur de contenus

    1.810
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

0 Neutral

1 abonné

À propos de cumulonimbus

  • Rang
    Blizzard
  • Date de naissance 21/12/1960

Contact Methods

  • Website URL
    http://
  • ICQ
    0

Profile Information

  • Location
    Forest (Bruxelles)
  • Interests
    - Météorologie/climatologie<br>- Littérature<br>- Dessin/peinture<br>- Psychologie/pédagogie

Visiteurs récents du profil

5.124 visualisations du profil
  1. cumulonimbus

    Printemps 2019

    1er avril 2019 Un front quasi-stationnaire de basses couches sépare l’air commandé par un anticyclone se déplaçant de la Mer du Nord à la Baltique d’un air stagnant plus au sud dans un marais barométrique à nuance anticyclonique. Ce pseudo-front se déplace très lentement en fin de nuit du centre du pays vers le sud. Source : KNMI Au sud de la ligne, en France, il fait très doux avec des vents d’est à sud-est et des températures de 20,1°C à Charleville-Mézières et 20,2°C à Reims. Le sud de la Belgique en profite un peu aussi avec 18,8°C à Hastière ; 18,4°C à Bièvre ; 18,2°C à Dourbes et 18,0°C à Aubange. Au nord de la ligne, le vent souffle d’est à nord-est et il fait un peu moins doux, avec le plus souvent 16 à 17°C. Le temps est très beau, généralement serein après quelques altocumulus / stratocumulus résiduels le matin. Dans le sud du pays et très occasionnelement aussi ailleurs, on note quelques bancs d’altocumulus aussi l’après-midi. En Ardenne et dans une moindre mesure en Gaume, on observe en outre la formation de cumulus humilis. 2 avril 2019 Un nouveau front de basses couches, cette-fois-ci organisé en mini-système frontal, concerne notre pays le matin en le plaçant dans le secteur chaud. Le système front se désagrège, mais une convergence préfrontale, qui se trouvait à l’intérieur du système, persiste et finit par s’organiser devant le véritable front froid qui suit. Source : KNMI Le temps est d’abord nuageux à beau avec voile de cirrostratus / altostratus auxquels se mêlent des altocumulus, voile qui s’effiloche ensuite en belles éclaircies avec formation de cumulus. En après-midi : averses et orages, puis ciel très nuageux avec stratocumulus doublés de fractus. L’activité électrique se concentre surtout sur une région allant de Ciney à Bouillon et de Givet à Saint-Hubert, même si de la foudre est aussi observée ailleurs. Ces orages sont souvent accompagnés d’arcus et de ciels tourmentés. On notera aussi des coups de vent et une forte chute de température. Avant la ligne d’averses / orages, sous un vent de sud, les températures sont encore assez élevées avec souvent 16 à 17°C en plaine et 9 à 12°C sur les hauteurs. Après, la température chute de 7°C environ. À Zaventem, Anvers et Schaffen, cela s’accompagne de rafales de 76 km/h tandis qu’à Gosselies et Chièvres, on mesure encore 72 km/h. À l’arrière, les vents soufflent d’ouest à sud-ouest. Au niveau des précipitations, aucune très grosse cote n’a été relevée ; on retiendra cependant les 16 mm de Chiny (Pin), les 14 mm de Bièvre et les 13 mm de Hastière. 3 avril 2019 Notre pays se trouve à l’arrière du front froid et est influencé par plusieurs lignes post-frontales. Il fait beaucoup plus frais et on observe un ciel de traîne, avec temporairement encore des stratocumulus, puis essentiellement des cumulus et cumulonimbus entrecoupés de belles éclaircies. Sur le sud du pays, le ciel reste plus nuageux avec altostratus et davantage d’étalement des nuages convectifs en stratocumulus. Les températures ne dépassent plus une dizaine de degrés en plaine et 4 à 5°C sur les hauteurs. Le vent, assez curieusement, souffle essentiellement de sud. 4 avril 2019 Le front froid de la veille fait du surplace au-dessus de l’Allemagne. Une dépression se creuse au sud-ouest des Îles Britanniques, mais les nouvelles perturbations qui lui sont associées restent bien à l’ouest par rapport à notre pays, grâce à de faibles hautes pressions se développant sur la Suisse et l’Alsace. Le temps est nuageux à beau avec des cirrostratus / altostratus translucidus, mêlé de quelques altocumulus en matinée, puis le voile s’effiloche progressivement et des cumulus se forment, lesquels se développent en partie en cumulonimbus et s’étalent en partie en stratocumulus. Le voile de l’avant-midi est plus présent à l’est qu’à l’ouest, et tout à fait absent au littoral, où le temps est beau avec des cumulus humilis à mediocris. Au sud du pays par contre, le ciel reste très nuageux toute la journée avec altostratus et, en dessous, stratocumulus doublés de cumulus et encore quelques faibles averses. La nuit a été froide sur l’ouest et le nord du pays, avec –2,3°C à Middelkerke ; –0,2°C à Deurne et –0,1°C à Passendaele. Ailleurs, les minima sont restés légèrement positifs, y compris sur les hauteurs. En journée, les températures restent fraîches, avec le plus souvent 10 à 12°C en plaine et 5 à 6°C sur les hauteurs. Les vents de sud tendent de plus en plus à souffler de sud-est. 5 avril 2019 Des dépressions s’établissent à l’ouest et au sud de l’Irlande, tandis que divers faibles noyaux de basse pression se forment aussi sur le continent. Notre pays se trouve entre un front ondulant se trouvant toujours sur l’Allemagne et une occlusion faisant du surplace sur l’ouest des Îles Britanniques et l’ouest de la France. On notera avant tout la rotation du vent vers l’est. Mais le temps demeure relativement frais après une nuit plutôt froide. On retiendra en plaine les –1,8°C de Genk et de Koersel, les –1,4°C de Kleine Brogel et les –1,0°C de Retie. En Haute Belgique, Elsenborn est descendu jusqu’à –4,2°C et Bièvre, jusqu’à –3,6°C. On relèvera également les –2,6°C d’Aubange et les –2,2°C de Buzenol. En journée, les températures ne dépassent pas 13-14°C en plaine et 8-10°C sur les hauteurs. Le temps est pourtant beau, avec quelques cirrus et surtout beaucoup de traînées d’avion en matinée. L’après-midi, le ciel se voile un peu plus, avec des cirrus évoluant en cirrostratus, plus tard aussi en altostratus. En même temps, quelques cumulus se forment, mais se résorbent à nouveau assez vite. Au sud du pays, on observe aussi du brouillard matinal et, plus tard en journée, des bancs de stratocumulus. Les vents, orientés au sud-est, s’orientent assez rapidement à l’est. 6 avril 2019 Les dépressions continentales prennent le dessus. Un système frontal littéralement à l’envers se trouve sur l’Allemagne tandis que des occlusions traînent sur la France. Source : KNMI Le temps se radoucit progressivement, avec 14 à 17°C en plaine et 12 à 14°C sur les hauteurs. Au littoral, à proximité immédiate de la mer, la température ne dépasse toutefois pas 10°C. Sous l’influence des différentes perturbations qui nous entourent, le temps reste nuageux sur notre pays, avec des stratus le matin, évoluant en stratocumulus, tendance cumulus, avant de se disperser. Mais au-dessus, nous avons un voile de cirrostratus parfois assez dense, ne s’effilochant qu’ici et là pour donner des éclaircies. Quand les stratus matinaux font défaut, nous observons d’importants bancs d’altocumulus ainsi qu’une formation temporaire de cumulus, qui tout comme les stratus feront place plus tard à des cirrostratus. Le vent, en moyenne, se maintient au secteur est. 7 avril 2019 Un front chaud sépare de l’air continental doux à l’est d’un air maritime plus frais sur l’ouest. Une convergence préfrontale est associée à ce front et l’ensemble du système se déplace très lentement vers l’ouest sur notre pays avant de s’immobliser près de la frontière belgo-française. Le temps est le plus beau et le plus chaud sur le nord et l’est du pays, où les vents d’est se maintiennent. Le matin, on observe des bancs d’altocumulus avant de larges éclaircies. L’après-midi, des cumulus se développent, avec juste quelques dômes de cumulus congestus, et parfois aussi un peu d’étalement en stratocumulus cumulogenitus. Les températures sont plutôt élevées pour une 1re décade d’avril, avec 21,3°C à Koersel ; 21,2°C à Essen ; 21,1°C à Anvers-Deurne et 21,0°C à Kleine Brogel et à Angleur. Au sud du pays, les vents sont variables avec une certaine prédominance ouest. De faibles pluies tombent d’abord en matinée sur les régions près de la frontière française. Puis des éclaircies apparaissent entre les altostratus et altocumulus , mais la convection se met rapidement en place, dès 14 heures sur les massifs ardennais (où les éclaircies ont été meilleures) et peu après sur le centre du pays. Des orages se développent ensuite par endroit, mais restent généralement faibles. Mais quelques orages plus violents se forment dès 17 heures sur la Flandre avec parfois de très fortes précipitations et surtout de la grêle. Une heure plus tard, on observe une couche de plusieurs centimètres de grêlons dans la région de Pinte, au sud-ouest de Gand. À peu près en même temps, une autre cellule virulente de développe en province de Namur pour ensuite se diriger vers Charleroi, où l’on observe également de la grêle. Enfin vers 19h30, des orages très actifs déversent de la grêle du côté de La Louvière. Notamment la région de Houdeng-Goegnies est fortement touchée, avec un épais tapis de grêle au sol qui donne au paysage un aspect soudain très hivernal. Cette couche de grêle est à ce point épaisse que le lendemain matin, elle n’a pas encore entièrement fondu. Houdeng le 7 avril 2019 – source : RTBF Ajoutons que les précipitations, tombées en peu de temps (20,6 mm à Montignies-sur Sambre ; 16,0 mm à Gosselies et 11,2 mm à Lobbes), provoquent quelques inondations par ruissellement. Notons enfin que les maxima, sous une insolation moins généreuse, sont moins élevés, avec souvent 16-17°C. 8 avril 2019 Situation assez complexe entre un front quasi-stationnaire à tendance de front chaud au sud de notre pays et un front froid cessant d’être stationnaire et descendant vers la Belgique depuis le nord. La convergence pré-frontale remonte légèrement vers le nord avant de s’immobiliser sur notre pays. En raison de cette ligne de convergence, les vents soufflent d’ouest dans les basses couches. Dans les couches supérieures par contre, dès 600-800 mètres d’altitude environ, les vents continuent à souffler d’est. Il en résulte une inversion et un temps étonnamment gris et brumeux, faisant plus penser à novembre qu’à avril. En effet, on observe des stratus bas et parfois même du brouillard sur une grande partie du pays. Il n’y a que l’extrême est du pays qui bénéficie d’éclaircies et, à partir de l’après-midi, aussi le nord et le nord-est du pays avec, au moment de l’extension maximale, des éclaircies au nord d’une ligne (approximative) Zelzate – Saint-Nicolas – Boom – Aarschot – Hasselt – Maastricht. Dans cette partie du pays, le stratus se dissipe l’après-midi, mais le ciel reste brumeux et, en soirée, des nuages d’instabilité se laissent deviner du côté nord. En effet, des orages éclatent sur l’extrême ouest de l’Allemagne puis traversent les Pays-Bas juste au nord de nos frontières et débordent quelque peu sur notre pays. D’autres orages, par ailleurs, se forment dès le début de l’après-midi sur l’est de la Haute Belgique, puis se propagent jusqu’aux contreforts méridionaux de l’Ardenne, donc en plein dans la zone brumeuse, où ils arrivent en fin d’après-midi. À Mont-Rigi, les précipitations sont assez conséquentes : 19,8 mm. Sinon, les averses restent généralement assez modestes. Au niveau des températures, une petite frange nord (là où les éclaircies sont les plus larges) connaît des températures douces avec 17,6°C à Kleine Brogel ; 17,4°C à Koersel et Retie et encore 15,6°C à Anvers-Deurne. Sinon, en dessous des stratus, les maxima n’atteignent généralement que 11 à 13°C en plaine. Aux Pays-Bas, juste au nord de nos frontières, les températures atteignent les 20°C, comme c’est le cas à Eindhoven (20,4°C) et à Gilze (20,0°C). La carte ci-dessous (situation à 17h) montre bien cette répartition très particulière des températures. Source : Infoclimat Toujours aux Pays-Bas, sur cette limite des températures et à 15 km au nord-est de nos frontières, une tornade de faible intensité se forme à Neer, dans le cadre des orages précités en provenance de l’extrême ouest de l’Allemagne. 9 avril 2019 La convergence pré-frontale retraverse notre pays, cette fois-ci du nord au sud, tandis que le front froid touche le nord de la Belgique en milieu de journée et atteint le sud à la fin de la nuit suivante. Alors qu’en altitude, les vents restent orientés à l’est, dans les basses couches, les vents qui soufflaient d’ouest la veille, ont tourné au nord la nuit et soufflent de nord-est en ce 9 avril. Mais l’air reste tout aussi humide et le ciel, tout aussi gris. En plus, il pleuvine et il fait froid ! Les maxima, bien souvent, ne dépassent pas 10-11°C et les stratus sont fort bas, avec tendance à une forte brume en surface, voire du brouillard. À nouveau, des averses se faufilent l’après-midi dans ces stratus (cumulonimbus formés dans l’air instable au-dessus), avec localement des précipitations significatives. À Torgny, on mesure 18 mm (à noter qu’en Gaume, le ciel prend temporairement du relief, avec stratocumulus et cumulus fractus), et 16 mm à Vaux-Chèvremont, 15 mm à Angleur et Dourbes, 13 mm à Bièvre et 12 mm à Uccle, Bierset, Buzenol et Mélin. Un grand nombre de stations, par contre, mesurent une quantité de précipitations autour des 5 mm. Le nord et le nord-est du pays, une nouvelle fois, connaît un autre type de temps. On y observe certes de la brume, mais une absence de stratus. Des éclaircies se dessinent parmi les stratocumulus / altocumulus et on note aussi des cirrus. Quelques petits développements cumuliformes y sont également observés. Les températures sont plus élevées, avec 16,3°C à Kleine Brogel ; 15,8°C à Koersel ; 15,5°C à Retie et 15,1°C à Anvers-Deurne. Il s’agit en fait d’une mince bande d’air doux qui subsiste entre la ligne de convergence et le front froid, au nord, qui s’avance vers notre pays et qui rattrapera bientôt la ligne de convergence. 10 avril 2019 C’est chose faite. À présent, notre temps est influencé par des courants assez froids commandés par de vastes hautes pressions sur la Scandinavie. L’air devient sec et, sous un vent turbulent de nord à nord-est, une certaine sensation de froid est présente. Le ciel par contre se dégage de plus en plus. Aux épais cirrus de la matinée succède un ciel de plus en plus bleu, finissant par devenir serein. Le sud du pays connaît encore de la grisaille, avec des stratus évoluant en stratocumulus puis en cumulus qui se résorbent à leur tour. Les cirrus mettent, là, plus de temps aussi à se disperser. En Gaume, le temps reste même gris toute la journée. Au littoral en revanche, le ciel est tout à fait serein dès la fin de la matinée. Mais le vent y est particulièrement désagréable avec des rafales de 50-60 km/h. Les températures maximales atteignent 9 à 10°C au littoral, 12 à 14°C en plaine et 9 à 11°C sur les hauteurs. 11 avril 2019 L’anticyclone scandinave continue à nous envoyer des courants assez froids. Le matin, les températures sont proches du gel en plaine et négatives sur les hauteurs. Elsenborn enregistre –2,4°C et Mont-Rigi, –2,1°C. En plaine, l’aéroport de Zaventem descend jusqu’à –1,3°C. En journée, à quelques très petits cumulus près (et même pas partout), le ciel est tout à fait serein, mais le vent de nord à nord-est empêche les maxima de dépasser 8 à 10°C au littoral, 11 à 13°C en plaine et 8 à 9°C sur les hauteurs. 12 avril 2019 L’anticyclone reste bien installé sur la Scandinavie et nous envoie un flux de nord-est de plus en plus froid. Le temps est nuageux à beau avec des bancs de stratocumulus parfois assez étendus. À certains endroits, le ciel reste très gris toute la journée alors qu’à d’autres, ce sont les éclaircies qui prédominent nettement. Il s’ensuit quelques disparités dans les températures maximales, avec en Basse et Moyenne Belgique des températures qui atteignent parfois encore 10 à 11°C, mais parfois aussi ne dépassent même pas 7°C. Sur les Hauts Plateaux, il fait froid avec des maxima de 2 à 4°C. Au niveau 850 hPa (1490 m), la température n’est plus que de –8°C, en dessous d’une inversion vers 2000 mètres. Cette inversion tend à gagner en altitude, avec un air froid qui, lui, gagne en épaisseur. 13 avril 2019 Nous restons dans l’air très froid pour la saison, commandé par l’anticyclone scandinave. De l’air plus froid encore en altitude favorise en outre une certaine instabilité. En effet, l’inversion a disparu et on mesure à présent –9°C au niveau 850 hPa (1480 m) et –19°C au niveau 700 hPa (2960 m). De ce fait, malgré que le vent de nord-est achemine de l’air plutôt sec, l’instabilité permet encore à quelques averses de se former. Ces averses sont de neige en Haute Belgique. À Mont-Rigi, une couche de neige complète se forme rapidement entre 15h et 15h30. Cette neige fond ensuite partiellement, puis se reforme temporairement vers 16h30. Des enneigements temporaires sont aussi observés à Bastogne et, dans une moindre mesure, à Fraiture. Webcam MB – Bastogne – 13 avril 2019 à 17h40 En matinée, le temps est d’abord beau (sauf très localement), puis des cumulus se forment, qui évoluent en cumulonimbus dès l’après-midi sur les hauteurs, et en fin d’après-midi ou soirée ailleurs. En raison des points de rosée très bas, des averses de neige sont également observées à très basse altitude, parfois par des températures de 6°C comme à Gosselies. Les températures minimales, le matin, ont été fort froides avec des gelées presque généralisées. Zaventem descend jusqu’à –2,8°C et Angleur, jusqu’à –2,9°C, ce qui est assez remarquable pour ces deux stations. En Haute Belgique, c’est Mont-Rigi qui affiche la température la plus froide, avec –4,4°C, suivi par Elsenborn avec –3,7°C. En journée, les températures restent basses, avec des maxima le plus souvent compris entre 8 et 9°C en plaine (7 à 8°C en Moyenne Belgique) et entre 2 et 4°C sur les hauteurs. 14 avril 2019 Le froid ne s’atténue qu’un peu en journée, tandis qu’une certaine instabilité persiste. Mais la nuit, d’abord, est à nouveau très froide avec des gelées quasi généralisées. C’est la Gaume, surtout, qui a très froid cette fois-ci, avec –5,2°C à Aubange et –4,3°C à Buzenol. Sur les hauteurs, Saint-Hubert descend jusqu’à –4,9°C tandis qu’en plaine, on observe –2,1°C à Zaventem. Le temps est plus humide et des stratus sont souvent présents en matinée avant d’évoluer en stratocumulus, puis en cumulus l’après-midi avec un ciel restant délavé. En outre, les cumulus s’étalent à leur tour en stratocumulus, avec une ambiance restant grise par endroit. Grâce à une instabilité résiduelle, certains gros cumulus génèrent encore l’une ou l’autre petite averse. Dans les Hautes-Fagnes, il s’agit de flocons de neige, tandis que le sol reste quelque peu enneigé jusqu’en fin de matinée. Les maxima, en légère hausse, se situent entre 9 et 12°C en plaine et entre 6 et 7°C sur les hauteurs. La Gaume, après sa nuit très froide, remonte jusqu’à 8°C l’après-midi (8,4°C à Aubange et 7,9°C à Buzenol). 15 avril 2019 C’est toujours le même anticyclone scandinave qui détermine le temps sur nos régions. Il s’est même renforcé avec des pressions dépassant temporairement 1040 hPa en ses deux noyaux. Cependant, à l’arrière d’un faible front (retour d’est), c’est de l’air continental beaucoup plus doux qui envahit notre pays. Mais d’abord, la nuit est à nouveau assez froide, avec encore de petites gelées, ici et là, même en plaine. Sur les hauteurs, Elsenborn descend à –4,2°C. L’après-midi par contre, c’est le retour du printemps, avec 15-17°C en plaine, 17-19°C dans la vallée de la Meuse et 13-14°C sur les hauteurs. Angleur affiche la température la plus élevée avec 19,0°C, tandis qu’Hastière monte à 17,6°C. Le vent souffle à présent de l’est et le temps est très beau, avec quelques cirrus ici et là et parfois quelques cumulus en milieu de journée. Sur les reliefs, les cumulus sont un peu plus présents, tandis qu’on y observe le matin quelques bancs de stratocumulus. 16 avril 2019 Temps devenant graduellement très nuageux à l’approche d’une perturbation française, mais températures restent très douces (sauf là où il pleut). Dans le sud du pays, on observe d’abord de belles éclaircies avec des cirrus tandis que des cumulus se forment. Mais ensuite, le ciel se couvre de stratocumulus (surmontés d’altostratus) qui évoluent en nimbostratus pluvieux avec des précipitations parfois assez abondantes dès le milieu de l’après-midi. Ailleurs dans le pays, le temps reste beau plus longtemps, avec cirrus et cumulus, mais le ciel se voile d’altostratus translucidus en après-midi et les cumulus s’étalent ou se résorbent, avec également des bancs de stratocumulus ne provenant pas de cumulus. Les vents sont d’abord orientés à l’est, puis, à partir du sud du pays, se mettent à souffler de sud-est à sud, à l’exception du littoral où, de façon irrégulière certes, la brise de mer parvient encore à s’imposer. Les températures sont en nette hausse principalement sur le nord-est du pays. Koersel atteint déjà 20,0°C, talonné par Kleine Brogel (19,9°C) et Gorsem (19,4°C). Au centre du pays, on atteint 17-18°C, mais seulement 13-15°C en Gaume sous les nuages, puis la pluie. 17 avril 2019 Les restants de l’occlusion française, après avoir traversé notre pays la nuit, traînent sur les Pays-Bas, non loin de nos frontières, et sont responsables d’un temps très brumeux, couvert et parfois faiblement couvert avec des températures à nouveau un peu plus basses. Des stratocumulus occupent principalement le ciel, parfois doublés de stratus en matinée et de vagues cumulus (fractus) l’après-midi. En soirée, des éclaircies se développent. Dans le sud du pays, l’instabilité est davantage présente dans les basses couches et les cumulus viennent littéralement s’encastrer dans les stratocumulus. Là, on note aussi quelques éclaircies entre ces stratocumulus l’après-midi. Les températures maximales : 15 à 17°C en plaine (11 à 14°C au littoral), 12 à 14°C sur les hauteurs, 15°C en Gaume. Les vents de sud reviennent progressivement à l’est. 18 avril 2019 C’est le grand retour du printemps, avec un anticyclone toujours établi sur la Scandinavie et des courants continentaux de plus en plus chauds. Le ciel est serein ou presque serein (cirrus) partout. Le vent souffle d’est et les températures montent haut, avec 21-23°C en plaine, 17-18°C sur les hauteurs et 20-21°C en Gaume. La plus forte valeur revient à Koersel (23,0°C), suivi de Passendaele (22,9°C) et de Coxyde (22,8°C). La brise de mer ne se développe que partiellement, avec des vents qui, l’après-midi, se mettent à souffler parallèlement à la côte. Middelkerke, avec 22,2°C, partage avec l’intérieur des terres les mêmes températures. La station de Zeebruges, aux abords immédiats de l’eau, est un peu plus fraîche avec 19,7°C. 19 avril 2019 Nous restons dans l’air continental, toujours commandés par le même anticyclone, avec plein soleil et des températures fort élevées pour la saison. Mais nous ne basculons pas vers l’extrême, vu l’absence de nuance tropicale dans ces courants continentaux. (Rappelez-vous, à la même date un an plus tôt, de nombreux records étaient approchés voire battus, tandis que des jours de canicule étaient déjà observés à Koersel avec 30,8°C et à Angleur avec 30,1°C.) En ce jour, les températures sont plus modestes, mais atteignent quand même de belles valeurs pour un mois d’avril, avec 24-25°C en plaine et 20-21°C sur les hauteurs. Le critère de jour d’été est atteint localement, comme à Koersel (25,1°C) et à Hastière (25,0°C). La Gaume reste par contre un tout petit peu à la traîne avec « seulement » 22,6°C à Aubange et 21,9°C à Buzenol. Le ciel est serein en matinée, puis des cumulus se forment l’après-midi, qui restent le plus souvent modestes. Au sud-ouest du massif ardennais et au sud-ouest de l’Entre-Sambre-et-Meuse, les développements sont plus importants, et certaines cellules convectives arrivent jusqu’à l’orage. Aucun pluviomètre, pourtant, ne recueille de l’eau sur le territoire belge. Mais l’une ou l’autre averse peut très bien être passée entre les mailles du filet. Au niveau des vents, on voit d’ailleurs une petite convergence le long de la frontière franco-belge, avec des vents d’est à nord-est rencontrant des vents soufflant temporairement de sud-est du côté français de la frontière. Au littoral, nous avons le régime de brise de mer typique des courants généraux d’est à nord-est, avec le vent côtier qui suit d’abord le vent général en matinée, puis qui s’oriente au nord-nord-est l’après-midi en se renforçant. À Zeebruges, le maximum, de 18,7°C, est atteint à 13 heures, puis la température s’effondre à 14°C l’après-midi avec un vent bien présent. Dans les dunes par contre, cet air se mélange rapidement avec l’air continental et, à quelques centaines de mètres du littoral à peine, le rafraîchissement est déjà beaucoup moins important. 20 avril 2019 On prend les mêmes et on recommence. Il fait même un peu plus chaud que la veille, avec les 25°C atteints, cette fois-ci, en de nombreux endroits. De façon globale, les maxima atteignent le plus souvent 25-26°C en plaine et autour de 21°C sur les hauteurs. La Gaume reste à nouveau un peu à la traîne avec 23°C. Étonnamment, le seuil du jour d’été est souvent atteint sur l’ouest du pays, avec 25,5°C à Passendaele, 25,4°C à Beitem et 25,1°C à Semmerzake. La Campine est encore un brin plus chaude avec 26,1°C à Koersel et 26,0°C à Kleine Brogel. Uccle par contre n’a pas encore réussi à avoir son jour d’été mais s’en approche avec 24,7°C. Au littoral, en raison d’un courant général tendant plus vers le nord-est, la brise de mer est plus développée et arrive plus tôt. Middelkerke atteint encore 21,6°C vers midi, mais puis la température rechute aussitôt, même dans la zone des dunes. Au port de Zeebruges, le maximum n’atteint plus que 16,1°C, avec ensuite des températures qui oscillent entre 13 et 14°C tout l’après-midi. On note aussi quelques gros écarts de températures entre le minimum et le maximum : Koersel : 4,3°C / 26,1°C (écart : 21,8°C) Kleine Brogel : 4,9°C / 26,0°C (écart : 21,1°C) Elsenborn : 0,5°C / 21,3°C (écart : 20,8°C) Genk : 4,0° / 24,4°C (écart : 20,4°C) Bièvre : 3,1°C / 23,4°C (écart : 20,3°C) Ceci est notamment lié à la grande sécheresse de l’air. À Kleine Brogel, le taux d’humidité descend à 19% à 16h. 21 avril 2019 Nouvelle journée ensoleillée, chaude et sèche, avec un noyau anticyclonique qui, désormais, se trouve plus près de nos régions, au-dessus du Danemark, où il s’affaiblit rapidement. À l’exception du sud du pays, où des cirrus apparaissent l’après-midi et le soir, le ciel est tout à fait serein. Les températures baissent cependant un tout petit peu, pour atteindre 24-25°C en plaine et 21-22°C sur les hauteurs. Plus que quelques stations atteignent le seuil du jour d’été, comme Koersel (25,4°C), Hastière (25,3°C) et Kleine Brogel (25,2°C). Le vent général d’est à nord-est permet à nouveau un bon développement de la brise de mer. Au port de Zeebruges, celle-ci se met en place dès la fin de la matinée (vent de N / NNE), avec un maximum de température déjà atteint vers 11 heures du matin, avec seulement 15,4°C. L’après-midi, la température oscille constamment entre 13 et 14°C. Dans les dunes, après un maximum de près de 20°C, la brise de mer se fait bien sentir l’après-midi aussi, mais les températures sont moins basses avec 16-18°C. 22 avril 2019 L’influence anticyclonique diminue de plus en plus sur nos régions, mais le temps reste beau avec des températures qui remontent même un peu en raison d’une origine plus méridionale de la masse d’air. Le ciel est peu nuageux avec quelques cirrus et, sur le sud du pays, aussi quelques bancs d’altocumulus le matin et en début de matinée. En de nombreux endroits, les cirrus s’illuminent à l’aurore avec de très beaux ciels. Webcam MB – Beausaint – 22 avril 2019 à 6h20 Avec un vent d’est à sud-est, les températures montent encore un peu, pour à nouveau atteindre 25-26°C en plaine et 21-22°C sur les hauteurs. Les 25°C sont à nouveau dépassés en de nombreux endroits, avec la valeur la plus élevée à Koersel (26,0°C). Uccle a aussi son jour d’été (25,2°C), et même Coxyde et Middelkerke (25,0 et 25,1°C). Le vent général empêche cette fois-ci la survenue de la brise de mer, ce qui fait que le littoral est aussi chaud que le reste du pays. Même Zeebruges, au bord de l’eau, atteint 22,7°C. Pâques les plus chaudes de l’histoire ? Non. 1949 a fait nettement mieux, avec : Le 16 avril (samedi de Pâques) : 28°C à Uccle ; 27°C à Zaventem ; 26°C à Genk ; 28°C à Ostende Le 17 avril (dimanche de Pâques) 28°C à Uccle ; 30°C à Zaventem ; 30°C à Genk ; 16°C à Ostende L e 18 avril (lundi de Pâques) 27°C à Uccle ; 27°C à Zaventem ; 29°C à Genk ; 20°C à Ostende Cette année, nous avons : Le 20 avril (samedi de Pâques) : 25°C à Uccle ; 24°C à Zaventem ; 24°C à Genk ; 16°C à Zeebruges Le 21 avril (dimanche de Pâques) 24°C à Uccle ; 24°C à Zaventem ; 24°C à Genk ; 15°C à Zeebruges L e 22 avril (lundi de Pâques) 25°C à Uccle ; 25°C à Zaventem ; 24°C à Genk ; 23°C à Zeebruges Source : synoptique de l’IRM. Notons que la station actuelle de Zeebruges, située dans le port, ressemble fort à l’ancienne station d’Ostende, située au bout de l’estacade du port, côté est Signalons en outre que le jour de Pâques de 1949, la température a même atteint 30,6°C à Rochefort ! En outre, le temps a été ensoleillé, avec quelques altocumulus castellanus et quelques cumulus. À Virton, où il fait 29°C, les cumulus bourgeonnaient davantage et on apercevait des cumulonimbus. Des températures équivalentes ont été observées les 20 et 21 avril 1968 (ainsi que le 22 avril sur le sud-est), mais Pâques tombait le 14 avril. En 2007, les températures ont aussi été équivalentes, voire même un brin plus chaudes les 14, 15 et 16 avril, mais Pâques tombait le 8 avril. En 2018, les températures étaient fort élevées du 18 au 20 avril, mais Pâques tombait le 1[sup[er[/sup] avril. Pour trouver à peu près un équivalent à cette année 2019, il faut remonter à 2011. Pâques, cette année-là, tombait le 24 avril et le temps était chaud les 3 jours du week-end de Pâques, en l’occurrence le samedi 23, le dimanche 24 et le lundi 25 avril. Au centre du pays, les températures sont comparables à celles de 2019, mais elles étaient nettement plus chaudes en Campine. À Kleine Brogel, on observait 29,5°C le 23 ; 28,5°C le 24 et 26,2°C le 25, et à Koersel, 27,7°C le 23 ; 28,4°C le 24 et 25,1°C le 25). Malheureusement, une comparaison directe avec 1949 n’est pas possible pour ces stations, vu qu’elles n’existaient pas encore à ce moment-là. Mais vu les températures élevées de 2011 en Campine, les valeurs de 2019 dans cette région (Kleine Brogel : 26,0°C le 20, 25,2°C le 21 et 25,4°C le 22 ; Koersel : 26,1°C le 20 ; 25,4°C le 21 et 26,0°C le 22) ne forment définitivement pas le week-end de Pâques le plus chaud de l’histoire.
  2. cumulonimbus

    Printemps 2019

    +++ En raison d'une importante charge de travail professionnel, je n'ai pas l'occasion, pour le moment, de rédiger les bulletins quotidiens. Mais je vous propose un lien vers un article rédigé par mes amis de Belgorage sur la situation orageuse du 7 avril dernier. +++ http://belgorage.be/breves-et-articles/inondations/base-de-donnees-breves-et-articles-2019-04-07-orages
  3. cumulonimbus

    Printemps 2019

    28 mars 2019 L’anticyclone se développe à présent en plein sur nos régions. Pendant la première moitié de la journée, le noyau principal se trouve encore un peu à l’ouest de notre pays, alors qu’en soirée, il est déjà à l’est. Ceci se marque bien dans l’évolution du temps, avec d’abord des stratocumulus de la Mer du Nord, poussés vers nos contrées par des vents de nord-ouest à nord, puis une lente dispersion (éclaircies dans un mix de cumulus et stratocumulus) sous des vents variables, puis un ciel bleu en fin de journée sous des vents soufflant en moyenne de nord-est. La Gaume, plus à l’abri, connaît des éclaircies dès le matin , avec cirrus et altocumulus, puis un ciel presque serein avec quelques cumulus. À l’inverse au littoral, les stratocumulus persistent davantage, avec des éclaircies moins marquées. Dans le sud du pays, la nuit est assez froide avec des températures proches de 0°C en Gaume, voire légèrement négatifs dans certaines vallées ardennaises. Dans les plaines de la moitié nord, sous les nuages, les températures ne descendent guère en dessous de 7°C. En journée, on notre de 12 à 14°C en plaine et 8 à 10°C sur les hauteurs. En Gaume, sous le soleil, le thermomètre affiche localement 15°C. 29 mars 2019 L’anticyclone, à présent centré sud l’Europe centrale, nous envoie des vents d’est à sud-est secs et doux. Le temps est beau, avec un ciel souvent serein sur l’ouest et le centre, et peu nuageux l’après-midi avec cumulus humilis sur l’est et le sud. Après un matin souvent fort frais, les températures sont très douces pour la saison l’après-midi, avec quelques 17 à 18°C en plaine et dans les vallées, et 14 à 16°C sur les hauteurs. Au littoral, sous l’emprise d’une brise de mer de nord-nord-est soufflant l’après-midi, les maxima ne dépassent pas 13°C en bordure de l’eau, et 15 à 16°C dans les dunes. 30 mars 2019 Les hautes pressions demeurent sur le continent. Malgré une tendance des vents à souffler de sud-ouest (en raison de la forme de l’anticyclone), le temps demeure beau. Le matin, on observe ici et là quelques altocumulus / stratocumulus, puis de rares cirrus et de modestes cumulus. Au littoral, le ciel est quasi serein (très rares résidus de cumulus). Les températures maximales grappillent encore quelques degrés, avec 18 à 20°C en plaine et dans les vallées, et 15 à 16°C sur les hauteurs. Les plus fortes valeurs reviennent à Kruishoutem et Koersel avec 20,2°C, suivis d’Hastière qui, avec 19,9°C, n’atteint tout juste pas la barre des 20°C. Au littoral, la température parvient à monter jusqu’à 16°C vers midi, puis la brise de mer se lève et refait baisser la température de plusieurs degrés. 31 mars 2019 Un anticyclone océanique développe rapidement une crête vers les Îles Britanniques puis la Mer du Nord, au-dessus de laquelle un nouveau noyau se forme. L’anticyclone continental, quant à lui, forme un nouveau noyau sur la Suisse, mais s’affaiblit rapidement pour faire place à un marais barométrique, au sein duquel stagne l’air continental doux. Le nouvel anticyclone commande de l’air plus frais, qui est précédé par un front de basses couches qui traverse une bonne partie de notre avant de s’immobiliser sur le sud de celui-ci et de s’établir l’après-midi sur une ligne allant grosso modo de Charleville-Mézières (FR) à Trèves (DE) en passant par Florenville et Arlon (avec cependant quelques disparités liées au relief). Au sud de cette ligne, le temps est beau et chaud pour la saison avec, l’après-midi, formation de cumulus humilis et parfois mediocris. Les températures atteignent voire dépassent les 20°C dans les vallées et zones à basse altitude. À Aubange, le maximum atteint 20,0°C tandis qu’il atteint 21,2°C à Charleville-Mézières, juste au sud de nos frontières. Les stations MB en Gaume donnent un maximum de 20,6°C à Virton et de 20,8°C à Torgny. Au nord de cette ligne, le temps est beaucoup plus frais avec un vent pénétrant de nord-est. Les maxima se situent le plus souvent entre 13 et 14°C en plaine et entre 11 et 12°C au littoral. Le temps est beau aussi, mais plus brumeux, avec cirrus et altocumulus et, temporairement plus nuageux avec stratocumulus doublés de cumulus fractus. Vers le nord, on observe aussi des cumulus s’aplatissant rapidement contre l’inversion avant de se dissiper. Vers le sud de la zone fraîche, on note des altocumulus castellanus liés au soulèvement de l’air plus chaud en altitude. On note même un peu d’activité orageuse sur la frontière belgo-allemande à l’est et au sud-est de Saint-Vith. Les Hauts Plateaux se trouvent souvent à la limite des deux masses d’air. Saint-Hubert, avec 16,2°C à 557 mètres d’altitude, se trouve du côté chaud. Mont-Rigi, avec 13,4°C à 673 mètres, se trouve du côté chaud aussi (au-dessus de l’inversion), mais est déjà quelque peu influencé par l’air plus frais. À plus basse altitude, des localités comme Dourbes (16,7°C) et Hastière (18,1°C) se trouvent aussi à la lisière des deux masses d’air. Cette zone tampon, où l’air doux se mélange à l’air frais, a une largeur de quelques dizaines de kilomètres (avec des variations liées au relief). Ceci termine un énième mois beaucoup trop chaud, même s’il a encore réussi à rester, avec ses 8,5°C de moyenne, dans la « plage » du normal à Uccle. Avant les années du réchauffement climatique actuellement en cours (dont le début est marqué, dans notre partie du monde, par le saut climatique de 1987-1988), un mois de mars à 8,5°C, aurait reçu le prédicat d' « exceptionnel » (≤ 1 fois par 30 ans) et aurait occupé la 4e place sur plus de 150 ans, après 1957 (9,5°C), 1981 (9,1°C) et 1938 (8,7°C), et ex-aequo avec 1948 (8,5°C). En considérant les années de ces mois de mars les plus chauds de l'époque, on peut même en conclure que sur la période 1833-1937 (plus de 100 ans !), un mois de mars à 8,5°C aurait carrément été le plus chaud de la série ! Ce n’est qu’une preuve de plus qu’en matière de chaleur, l’« exceptionnel » tend de plus en plus à devenir du « normal ».
  4. cumulonimbus

    Printemps 2019

    Période du 16 au 27 mars 2019 16 mars 2019 Le front froid, temporairement sur notre pays la nuit du 15 au 16, remonte par la suite sous forme de front chaud à l’approche d’une nouvelle perturbation à secteur chaud très ouvert. Ce secteur chaud influence le temps sur nos régions tout au long de la journée. On note d’abord de faibles pluies intermittentes, cessant en cours de matinée sous un nimbostratus évoluant en stratocumulus. Ces stratocumulus se déchirent petit à petit durant l’après-midi. L’air est certes assez doux, mais en raison des nuages, du vent soutenu et de l’origine très maritime de la masse d’air, les températures maximales ne montent pas si haut que ça, avec des valeurs souvent proches de 12°C en plaine et de 6 à 7°C sur les hauteurs. Les rafales sont encore fortes, surtout au littoral et à l’ouest. Quelques chiffres : Dunkerque (FR) : 94 km/h (entre 15 et 16h) Cadzand (NL) : 86 km/h (entre 04 et 05h) Zeebruges : 83 km/h (entre 10 et 11h et entre 16 et 17h) Middelkerke : 83 km/h (entre 13 et 14h) Lille (FR) : 79 km/h (entre 05 et 06h) Coxyde: 76 km/h (entre 13 et 14h et entre 14 et 15h) Semmerzake : 76 km/h (entre 13 et 14h) Sur le centre et l’est du pays, les rafales maximales sont le plus souvent comprises entre 60 et 70 km/h. 17 mars 2019 Le front froid traverse le pays en seconde moitié de nuit et place notre pays dans de l’air plus frais. Mais la chute de la température est surtout perceptible en altitude. Vers 3000 mètres, on passe de –2°C à –16°C, soit une chute de 14°C. En surface par contre, à heure égale, la baisse des températures entre le 16 et le 17 mars ne représente que 3°C environ. Ceci, bien évidemment, a des conséquences immédiates sur l’instabilité, d’autant plus qu’au niveau 500 hPa, on passe même de –18 à –35°C ! Nous retrouvons donc les typiques giboulées de mars, avec (après l’évacuation des derniers nuages frontaux) de belles éclaircies en alternance avec des averses de pluie, de grésil voire de neige, parfois accompagnées d’orages, le tout avec des cumulus et cumulonimbus se détachant très bien dans le ciel bleu. Sur les Hautes-Fagnes, la neige accroche au sol dès le début de la soirée. Ailleurs, c’est parfois la grêle qui blanchit temporairement le sol. Comme souvent par ce type de temps, on peut observer de très beaux ciels, comme par exemple au-dessus du Brabant Wallon. Crédit photo : Mathieu Lévêque Les températures maximales : autour de 10°C en plaine, autour de 6°C sur les hauteurs. Sous les averses, surtout en fin d’après-midi, les températures sont beaucoup plus basses. À Beauvechain par exemple, la température descend temporairement à 2°C à 17h30. 18 mars 2019 Les courants polaires maritimes persistent, mais se stabilisent rapidement. Le temps est assez beau, avec des cumulus qui ont une petite tendance à s’étaler, mais dont quelques-uns se développent encore jusqu’au stade de cumulonimbus avec averses, plus particulièrement dans la moitié sud du pays. Au littoral, on observe en matinée des restes de cumulus avec pas mal de stratocumulus d’étalement, ensuite le temps devient très beau avec quelques rares cumulus. Les températures minimales sont plus basses, de l’ordre de 2°C en plaine ainsi qu’en Moyenne Belgique (répartition assez homogène) tandis qu’il gèle en Haute Belgique et parfois dans l’Entre-Sambre-et-Meuse. À Mont-Rigi, on observe le matin une couche de neige d’environ 3 cm, et Wirtzfeld est blanc aussi. Les températures maximales se situent à nouveau autour de 10°C en plaine et entre 4 et 7°C sur les hauteurs. Quelques rares averses plus consistantes font encore temporairement chuter la température, comme à Gosselies avec 4°C à 15h et 3°C à 17h. La neige fond en journée même sur les hauteurs. À Mont-Rigi, il ne reste plus que des traces l’après-midi ; à Wirtzfeld, la neige a déjà disparu en milieu de journée. 19 mars 2019 Notre pays se trouve de plus en plus sous influence anticyclonique. Le temps est beau avec d’abord un ciel serein, puis la formation de cumulus se développant jusqu’au stade mediocris. L’après-midi, le ciel devient plus nuageux avec des stratocumulus le plus souvent peu épais et parfois discontinus. Au littoral, les bancs de stratocumulus apparaissent plus tôt, dès le milieu de la matinée, mais refont place à des éclaircies en cours d’après-midi. Il n’y a pas de cumulus. Dans le sud du pays, les conditions sont plus franchement anticycloniques, avec du beau temps en Gaume : ciel bleu et quelques cumulus très aplatis. Au-dessus de l’Ardenne, les cumulus sont aplatis aussi, mais il subsiste encore quelques bancs de stratocumulus. Les températures minimales sont assez basses avec des gelées quasi généralisées. Les valeurs sont comprises entre 1 et –3°C en plaine et entre –3 et –6°C sur les hauteurs. Elsenborn descend à –6,5°C, Gouvy à –5,0°C, Bièvre à –4,8°C, Mont-Rigi à –4,1°C, Buzenol à –3,1°C, Aubange à –3,0°C, Kleine Brogel à –2,7°C et Genk à –2,6°C. Ces valeurs n’ont toutefois rien d’exceptionnel. En journée, les maxima se situent entre 11 et 13°C en plaine et entre 7 et 8°C sur les hauteurs. La Gaume, en dépit du beau temps, ne dépasse pas 10 à 11°C. 20 mars 2019 Une vaste zone anticyclonique s’étend à présent des Açores à l’Europe centrale. Elle est composée d’une partie fraîche (à l’est) qui est d’origine thermique et d’une partie chaude (à l’ouest) qui est d’origine dynamique (ondulation du jet-stream, qui forme une crête). Du côté frais, il s’agit d’air polaire maritime qui se continentalise peu à peu. Du côté chaud, il s’agit d’air tropical maritime. En altitude, on ne retrouve évidemment que la partie chaude de l’anticyclone, la partie fraîche étant thermique et « pelliculaire ». À la limite des deux, nous avons la partie sud d’un front chaud qui traverse très lentement notre pays. Source : KNMI Il s’ensuit que le temps n’est pas encore tout à fait beau. Un voile d’altitude, essentiellement composé de cirrostratus, mais souvent doublé de bancs d’altocumulus / stratocumulus, occupe le ciel une partie de la journée. Par la suite, le voile se déchire en cirrus, mais les bancs d’altocumulus tendent à persister. En dessous, des cumulus se forment l’après-midi, mais ne dépassent pas le stade d’humilis et s’étalent parfois en stratocumulus. Au littoral, le temps est plus nuageux avec temporairement de l’altostratus et un nombre plus important de stratocumulus. Au sud et à l’est du pays, la nuit est froide avec –3,2°C à Aubange et –4,1°C à Elsenborn. Ailleurs, il n’y a en général plus de gel nocturne. En journée, les maxima sont déjà assez doux, avec le plus souvent 13 à 14°C en plaine et dans les vallées, et autour de 9°C sur les hauteurs. 21 mars 2019 Nous sommes désormais sous l’influence de l’anticyclone chaud, mais comme son noyau est encore du côté ouest par rapport à nos régions, notre pays connaît – surtout dans sa partie ouest – des infiltrations maritimes en provenance des eaux froides de la Manche et de la Mer du Nord. Sur une très large bande côtière, le ciel est couvert de stratus / stratocumulus. La limite des nuages bas se situe vers midi sur une ligne s’étendant de Tournai à Anvers en passant à l’est de Gand. En cours d’après-midi, les nuages bas se dissipent sur l’ouest de la province d’Anvers ainsi que sur le Hainaut Occidental, et sur une grande partie de la Flandre Orientale et la partie sud-est de la Flandre Occidentale, si bien que la limite, vers 16 heures, se trouve sur une ligne allant de Courtrai à Zelzate en passant tout juste à l’ouest de Gand. Source : IRM En d’autres termes, le littoral belge ainsi que des villes comme Ypres, Roulers et Bruges se retrouvent dans la grisaille toute la journée, alors que Mouscron, Gand et Saint-Nicolas connaissent des éclaircies l’après-midi. Ailleurs dans le pays, le temps est beau et doux avec quelques cirrus et, sur le centre, quelques cumulus l’après-midi. Ces cumulus par ailleurs deviennent plus nombreux vers l’ouest, au fur et à mesure que l’on s’approche de la limite des stratus / stratocumulus, avec là une tendance à l’étalement. Les vents sont variables, mais avec une prédominance ouest à nord sur une bonne moitié ouest du pays. De ce fait, les températures les plus élevées sont enregistrées nettement à l’est et au sud-est, avec 18,1°C à Koersel ; 17,4°C à Genk et 17,2°C à Kleine Brogel et à Hastière. Sur les hauteurs ardennaises et fagnardes, les températures atteignent encore 14 à 15°C. Au centre du pays, on observe également 14 à 15°C, tandis que sous les nuages de l’ouest, on ne dépasse pas 10 à 12°C 22 mars 2019 Cette fois-ci, le printemps est vraiment là. Les noyaux principaux des hautes pressions sont à l’est par rapport à nos régions, avec comme conséquence un flux d’air tropical en grande partie continentalisé. Les températures sont fort élevées surtout sur l’est du pays, avec 22,2°C à Bilzen ; 22,1°C à Angleur ; 21,1°C à Koersel ; 21,0°C à Genk et encore 20,0°C à Genk et à Hastière. Sur les hauteurs, on atteint 16 à 17°C et en plaine, le plus souvent 18 à 20°C, sauf à l’ouest de la ligne Courtrai – Gand, où les maxima ne dépassent guère 16°C. Au littoral, avec 11-12°C, il fait encore plus frais. Le temps est très beau, avec quelques cirrus surtout présents en matinée. Localement, on observe du brouillard le matin. Sur l’ouest du pays, les brouillards sont plus répandus et ont plus de mal à se dissiper. À 10 heures, toute la région à l’ouest de Gand est encore dans la grisaille et à 11 heures, c’est encore le cas pour le littoral. Là, d’importants bancs de brouillard / stratus reviennent l’après-midi mais, cette fois-ci, ne pénètrent pas loin vers l’intérieur des terres (quelques kilomètres seulement). Retenons pour finir que, même si les températures ont été fort élevées pour la saison à certains endroits de la Belgique, elles resteront, pour les annales à venir, complètement à l’ombre des températures exceptionnelles de février dernier. 23 mars 2019 La Gaume et une partie de l’Ardenne restent encore un moment dans la douceur et le beau temps, puis l’après-midi, le temps devient plus brumeux et en partie nuageux avec des altocumulus. Le reste du pays se retrouve sous l’influence d’un front froid qui avance certes très lentement, mais qui est responsable de beaucoup de nuages. Principalement, on y observe des stratocumulus avec un temps brumeux, avec temporairement même des stratus. Les températures les plus élevées sont relevées à Gouvy avec 18,0°C, suivi d’Aubange avec 16,4°C. Les maxima, dans cette région, sont souvent observés vers midi ou en tout début d’après-midi. Sinon, les températures sont en forte baisse, avec 11 à 13°C en plaine (10°C au littoral) et 7 à 9°C sur les hauteurs (mais très localement 12-13°C en Province du Luxembourg même sur les hauteurs). 24 mars 2019 Un nouvel anticyclone prend la relève, mais se place un peu mal pour la Belgique avec son noyau au sud-ouest de l’Irlande. Nous restons donc du côté frais, avec des températures sensiblement les même que la veille, mais une insolation en général (bien) meilleure. Sur la moitié ouest du pays, le temps est très beau, avec d’abord parfois quelques stratocumulus, puis de larges éclaircies avec cirrus et quelques cumulus, puis un ciel serein l’après-midi. À l’est et au sud de Bruxelles, on observe le matin des bancs de stratocumulus plus importants, avec parfois des stratus en dessous, nuages qui mettent de plus en plus de temps à se disperser au fur et à mesure qu’on se dirige vers l’est ou le sud. Mais par la suite, bien souvent, on assiste là aussi à une phase avec cumulus et cirrus avant que le ciel ne se dégage tout à fait. Les températures maximales : 9 à 10°C au littoral, 11 à 12°C en plaine et 7 à 9°C sur les hauteurs. 25 mars 2019 La position et la forme de l’anticyclone sont telles que les dépressions qui tournent autour de lui, et les perturbations associées à ces dépressions puissent influencer le temps sur nos régions. Le temps en ce 25 mars est légèrement instable, avec cumulus se développent jusqu’au cumulonimbus donnant de petites averses, avec quelques éclaircies mais aussi beaucoup de stratocumulus. Notamment sur l’est et le sud du pays, l’instabilité est plus marquée, avec des cumulonimbus mieux développés mais aussi des éclaircies plus belles, et donc un temps plus lumineux. Les températures minimales sont légèrement négatives (0 à –1°C) sur les hauteurs et plus nettement négatives en Gaume (–3°C). Ailleurs, il ne gèle pas. En journée, les maxima se situent autour de 10°C en plaine et entre 4 et 7°C sur les hauteurs. Là, les températures perdent quelques degrés sous les averses, si bien qu’à Mont-Rigi, sous une averse, la neige parvient à tenir au sol un petit quart d’heure en début d’après-midi. 26 mars 2019 L’anticyclone bouge relativement peu, tandis que de l’air tropical maritime nous revient par le nord-ouest. En ce 26 mars à la mi-journée, cet air se trouve encore en altitude, vers 2000 mètres, au-dessus d’une inversion assez marquée. En dessous, nous avons toujours de l’air polaire maritime certes assez dénaturé, mais conservant une certaine instabilité. Des cumulus se forment donc, mais ils viennent buter contre l’inversion où ils s’étalent en stratocumulus. Les éclaircies deviennent de moins en moins fréquentes et, quand il y en a, on y voit les altocumulus liés au front chaud affaibli par l’anticyclone. Webcam IRM – Diepenbeek – 26 mars 2019 à 12h00 C’est encore au littoral que le temps est le meilleur. Avec moins de cumulus, il y a moins d’étalement et les éclaircies sont assez larges en dehors des passages nuageux liés au front chaud. En Gaume, le temps est un peu meilleur aussi parce qu’elle est protégée par le massif ardennais. Les cumulus s’y aplatissent aussi contre l’inversion, mais s’étalent moins en raison de l’humidité moindre. Webcam MB – Virton – 26 mars 2019 à 16h00 Les températures maximales sont de saison, avec le plus souvent 10-11°C en plaine et 4-6°C sur les hauteurs. 27 mars 2019 Un secteur chaud au sein d’une circulation d’ouest à nord donne en général le temps le plus monotone qu’on puisse s’imaginer. Il s’agit en général d’un air très doux à l’origine, mais qui se refroidit quelque peu par la suite en contournant l’anticyclone, ce qui le stabilise fortement avec des quasi-isothermies, des isothermies voire des inversions. Il s’ensuit que le temps est souvent gris, avec peu de précipitations, peu de vent et des températures qui ne sont que peu supérieures aux normes saisonnières. Ce 27 mars, pourtant, ne commence pas trop mal, avec en début de matinée quelques éclaircies parmi de vastes bancs d’altocumulus (et parfois du brouillard/stratus ou des cumulus à base très basse). Mais bien vite, les stratocumulus apparaissent, avec un ciel qui devient très nuageux à couvert. Juste le sud du pays, plus éloigné de la mer et moins humide, connaît un temps plus lumineux, avec des stratocumulus moins nombreux et à nouveau des cumulus très plats. Au littoral par contre, le ciel est désespérément gris toute la journée (stratocumulus avec peu de relief). Les températures maximales sont un peu plus élevées que la veille, avec 11-12°C en plaine et 8-9°C sur les hauteurs.
  5. cumulonimbus

    Printemps 2019

    Première quinzaine de mars Le grand retour des courants perturbés atlantiques ! 1er mars 2019 Différentes perturbations traversent notre pays, mais elles sont généralement faibles. Le temps est très gris, avec stratus / stratocumulus distillant quelques petites pluies ou bruines. Ici et là, les stratocumulus s’amincissent et s’espacent en toutes petits éclaircies en fin d’après-midi. Surtout sur l’est du pays, les nuages sont parfois suffisamment bas pour former temporairement du brouillard à certaines stations. Le total des précipitations est le plus souvent très faible, en dessous de 1 mm. Localement, les précipitations sont toutefois plus importantes comme par exemple à Mont-Rigi (6,3 mm) ou à Angleur (4,6 mm). Les températures maximales sont de saison, avec des valeurs de 7 à 9°C en plaine et de quelques 5°C sur les hauteurs. 2 mars 2019 Une très profonde dépression sur l’Atlantique se déplace vers les Îles Shetlands, au nord de l’Écosse. De vieilles occlusions traînent encore sur notre pays en journée, tandis qu’une perturbation frontale à secteur chaud ouvert s’apprête à aborder le pays la nuit suivante. Le temps est très gris, avec principalement des stratocumulus distillant à nouveau de petites pluies ou bruines. Parfois les stratocumulus présentent quelques déchirures, qui laissent deviner le voile d’altitude. En Gaume, on observe encore temporairement des cumulus qui se forment sous le voile de cirrostratus / altostratus. Les précipitations sont faibles et les maxima, en légère hausse grâce au secteur chaud, atteignent 10 à 11°C en plaine et 6 à 7°C sur les hauteurs. 3 mars 2019 La dépression principale reste au nord de l’Écosse tandis une dépression secondaire, située le matin au large de l’Irlande, se retrouve le soir entre l’Irlande et le Pays de Galles. Notre pays est tout juste du côté chaud d’un train de perturbations frontales qui ondule entre les Açores et le sud de la Baltique en passant par l’Angleterre. Le temps est très doux mais gris, assez venteux et pluvieux en matinée ainsi que le soir. Le nimbostratus pluvieux de la matinée fait place ensuite à un ciel couvert de stratocumulus, parfois doublés de cumulus. Dans les déchirures des stratocumulus, l’altostratus située au-dessus devient visible. Les températures maximales : autour de 13°C en plaine et de 8°C sur les hauteurs. 4 mars 2019 Un front froid traverse le pays durant la nuit du 3 au 4, nous replaçant dans de l’air plus frais. En matinée, le temps est variable et très venteux, ensuite les éléments se calment quelque peu. Quelques rafales maximales : Zeebruges : 104 km/h (entre 5 et 6h) Cadzand (NL) : 104 km/h (entre 4 et 5h) Dunkerque (FR) : 101 km/h (entre 3 et 4h) Mont-Rigi : 101 km/h (entre 8 et 9h) Charleroi : 97 km/h (entre 6 et 7h) Uccle : 97 km/h (entre 6 et 7h) Middelkerke : 94 km/h (entre 5 et 6h) Spa : 94 km/h (entre 8 et 9h) Zaventem : 90 km/h (entre 3 et 4h et entre 4 et 5h) Humain : 90 km/h (entre 6 et 7h) Kleine Brogel : 90 km/h (entre 6 et 7h) Le ciel est d‘abord variable, avec des éclaircies et des averses, parfois orageuses le matin. Certaines des rafales précitées ont sûrement aussi une origine convective. L’après-midi, les cumulus sont plus modestes, en dessous d’un voile d’altitude. À côté de cela, on note aussi des stratocumulus, en quantité variable selon les endroits. Les températures maximales : 9 à 11°C en plaine, 5 à 7°C sur les hauteurs. Les températures plus basses sous les averses provoquent un enneigement temporaire du sol à Mont-Rigi entre 13 et 14h, les derniers restes de neige fondant peu avant 15h. À Wideûmont, quelques traces de neige sont observées peu avant 14h. 5 mars 2019 Notre pays se trouve dans un flux d’ouest-sud-ouest tandis qu’un front chaud nous atteint en soirée. Sommes toutes, la journée ne sera pas trop mauvaise, avec certes encore pas mal de stratocumulus le matin – avec même parfois encore un faible averse – mais aussi de belles éclaircies l’après-midi avec des cumulus, et des cirrus / cirrostratus en fin de journée. Au littoral, il fait beau, avec des cumulus en début de matinée, faisant place à un ciel serein. En deuxième moitié d’après-midi, on observe un voile d’altitude. Dans le sud du pays par contre, il pleut en matinée et le ciel reste couvert de stratocumulus l’après-midi. Les températures maximales atteignent 10 à 12°C en plaine et 5 à 6°C sur les hauteurs. Dans le sud du pays, le total des précipitations est supérieur à 5 mm. 6 mars 2019 La majeure partie du pays se trouve dans l’air doux d’un secteur chaud. Le front froid qui suit s’immobilise et ondule légèrement très près de côte belge. Le temps est doux, mais sans relief : d’abord gris, puis faiblement pluvieux. Le ciel est couvert d’altostratus, parfois temporairement encore cirrostratus. Avec les précipitations, on note aussi quelques fractus. Parfois, on observe aussi quelques bancs d’altocumulus et/ou stratocumulus et, plus rarement, quelques petits cumulus se formant sous l’altostratus. Les températures maximales atteignent 11 à 13°C en plaine et 8 à 9°C sur les hauteurs. La nuit, et plus spécifiquement en deuxième partie de nuit (donc déjà le 7 mars), les précipitations se renforcent nettement. Dans les totaux relevés à 8h, nous avons 20,9 mm à Bièvre ; 15,5 mm à Kruishoutem ; 15,2 mm à Sivry ; 13,8 mm à Chièvres ; 13,7 mm à Passendaele et 13,2 mm à Beitem. Quelques autres stations encore présentent des totaux supérieurs à 10 mm. 7 mars 2019 Le front froid finit par traverser le pays durant la nuit du 6 au 7. Des lignes post-frontales au sein d’une traîne active nous concernent durant la journée du 7. Avec une dizaine de degrés en plaine, des précipitations ne dépassant nulle part les 15 mm et des rafales atteignant un petit 100 km/h sur l’extrême ouest de la côte belge, cette journée ne figurera certainement pas dans les annales pour un quelconque record, mais c’est une journée exceptionnelle malgré tout grâce à la beauté de ses ciels. Les lignes post-frontales évoquée ci-dessus « boostent » la convection, générant de l’activité orageuse dès la fin de la matinée. En début d’après-midi, les orages se concentrent surtout sur le nord-ouest et le nord du pays, tandis que plus tard durant l’après-midi, on observera quelques orages le long de la Meuse. En soirée, une petite ligne orageuse se développera en Haute Belgique. Si en matinée, on note encore pas mal de nuages « parasites » (stratocumulus cumulogenitus), l’après-midi le ciel acquiert une limpidité extraordinaire, avec des cumulonimbus visibles de très loin et se détachant dans un ciel magnifiquement bleu. Cellule orageuse observée depuis la tour de contrôle de Steenokkerzeel dans la province du Brabant Flamand – crédit photo : Samina Verhoeven (Belgorage) Ceci est lié d’une part à une bonne dynamique et d’autre part à une bonne instabilité des basses couches durant l’après-midi grâce au soleil déjà plus fort de mars dans un contexte bien maritime, avec quelques 10°C en surface (localement un peu plus) pour 0°C vers 1000 mètres et –2°C vers 1300 mètres (niveau 850 hPa). Au-dessus de la mer par contre, les 8-9°C qu’on y observe ne suffisent tout juste pas pour une bonne convection, avec là surtout des cumulus de taille modeste, mais qui se détachent dans un ciel tout aussi bleu. Enfin, le 7 mars 2019 se caractérise par un nombre exceptionnellement élevé d’arcs-en-ciel. On se serait vraiment cru le long des côtes irlandaises ou galloises. 7 mars 2019 vers 15h30 à Bellecourt – Crédit photo : Alisson Staquet 8 mars 2019 Une partie de la journée, notre pays connaît encore une situation de traîne (après des pluies nocturnes liées au passage d’une occlusion), ensuite l’approche de nouvelles perturbations atlantiques rend le ciel de plus en plus nuageux. La traîne, cette fois-ci, est moins actives et les averses, moins nombreuses. Bien souvent, on n’observe que des cumulus, qui à partir de l’après-midi tendent à s’étaler tandis qu’un voile de cirrostratus puis d’altostratus apparaît au-dessus. Au sud du pays, les nuages de l’occlusion de la nuit d’avant restent encore présents toute la matinée. Avec des maxima de 10 à 12°C en plaine et autour de 6°C sur les hauteurs, les températures restent légèrement supérieures aux normes saisonnières. 9 mars 2019 Plusieurs perturbations traversent le pays dans le cadre d’un flux d’ouest (avec en surface des vents d’ouest à sud-ouest). Le temps devient encore un peu plus doux que la veille, mais graduellement venteux et instable avec des averses. Avant la tempête qui sévira le lendemain, les valeurs de vitesse du vent (rafales maximales) sont déjà élevées, avec : Dunkerque (FR) : 86 km/h (entre 13 et 14h) Cadzand (NL) : 86 km/h (entre 13 et 14h et entre 14 et 15h) Lille (FR) : 86 km/h (entre 13 et 14h) Deurne : 83 km/h (entre 16 et 17h) Humain : 83 km/h (entre 13 et 14h) Zeebruges : 79 km/h (entre 14 et 15h) Coxyde : 76 km/h (entre 14 et 15h) Zaventem : 76 km/h (entre 15 et 16h et entre 16 et 17h) Schaffen : 76 km/h (entre 15 et 16h) Le ciel est couvert le matin avec stratocumulus, tandis que l‘après-midi, on observe des cumulonimbus avec averses (plus spécifiquement au nord du pays) mais aussi des éclaircies. À cela s’ajoute un voile d’altitude en fin de journée. Les températures maximales : 12-13°C en plaine, 8-9°C sur les hauteurs. 10 mars 2019 (copie du post intitulé « la tempête du 10 mars 2019 ») Un vaste complexe dépressionnaire détermine le temps sur nos régions. Deux noyaux sont plus ou moins fixes : l’un au sud-ouest de l’Islande, l’autre au sud-est de l’Islande. À côté de cela, nous avons deux noyaux mobiles, situés le matin, respectivement, au nord de l’Irlande et sur le sud de l’Angleterre. C’est ce deuxième noyau qui, en se dirigeant rapidement vers le sud de la Mer du Nord, nous vaut la tempête. Source : KNMI Les plus fortes rafales de la journée sont les suivantes : Stabroek : 122 km/h (entre 13 et 14h, et entre 14 et 15h) Zeebruges : 119 km/h (entre 13 et 14h) Lille : 115 km/h (entre 11 et 12h) Middelkerke : 112 km/h (entre 13 et 14h) Cadzand (NL) : 112 km/h (entre 12 et 13h) Beitem : 112 km/h (entre 12 et 13h) Zaventem : 112 km/h (entre 13 et 14h) Bierset : 112 km/h (entre 14 et 15h) Melle : 108 km/h (entre 13 et 14h) Deurne : 104 km/h (entre 13 et 14h, et entre 14 et 15h) Dunkerque (FR) : 104 km/h (entre 11 et 12h) Saint-Hubert : 101 km/h (entre 13 et 14h, et entre 14 et 15h) Humain : 101 km/h (entre 13 et 14h, et entre 14 et 15h) Gosselies : 101 km/h (entre 11 et 12h) Uccle : 101 km/h (entre 13 et 14h) Sint-Katelijne-Waver : 101 km/h (entre 13 et 14h) 10 mars 2019 à 15h20 – Source : Hotel Uilenspiegel à Nieuwpoort-Bad Au niveau des dégâts, on signale notamment des arbres arrachés, des toitures envolées, des branches entravant des routes et des poteaux électriques renversés. À Bruxelles, une partie du toit du centre commercial « Dockx Bruxsel » s’est envolée, tandis que la circulation est complètement à l’arrêt sur le ring, côté Forêt de Soignes, à cause de la chute d’un arbre (RTL Info). Le temps sur nos régions est d’abord influencé par le secteur chaud d’une perturbation, avec des températures assez douces relevées en matinée, de 12-13°C en plaine et de 8-9°C sur les hauteurs. La présence de cet air doux est d’autant plus courte que l’on se dirige vers le nord : dans l’extrême nord de notre pays, les températures ne dépassent 10°C que durant 2 heures, de 11 à 13 heures, alors qu’au sud, l’air reste doux entre 7 et 15 heures (Entre-Sambre-et-Meuse et Gaume). Aux Pays-Bas, au nord de De Bilt, l’air doux du secteur chaud ne se manifeste plus du tout. Les vents y soufflent d’est avant de tourner au nord, puis à l’ouest et les températures sont même suffisamment basses pour donner temporairement de la neige fondante en plaine. Le temps en Belgique : assez instable même dans le secteur chaud avec embedded Cb’s (stratocumulus auxquels se mêlent des cumulonimbus, quelques rares éclaircies), ensuite ciel de traîne avec averses (cumulus et cumulonimbus, et encore pas mal de stratocumulus cumulogenitus, mais aussi des éclaircies plus larges). En fin d’après-midi et en soirée, certaines averses s’accompagnent d’orages. Plus tard, en raison du refroidissement, les précipitations prennent un caractère neigeux sur les hauteurs, dès le début de soirée sur le Plateau des Tailles. Le lendemain matin, on observe un sol enneigé par exemple à Fraiture, Mont-Rigi, Wirtzfeld et Bastogne, et dans une moindre mesure à Witry et Wideûmont. 11 mars 2019 Des hautes pressions sur l’Océan, au large du Portugal, avec une extension vers le Golfe de Gascogne, nous valent temporairement un flux d’ouest-nord-ouest. Le temps est plus froid, avec dans les Hautes-Fagnes une couche de neige de 3 cm qui persiste toute la journée. Le Plateau des Tailles reste enneigé toute la journée aussi tandis qu’à Wirtzfeld, le peu de neige présent en matinée fond l’après-midi. Après une réactivation des orages la nuit et – sur le nord-est du pays – le matin, le temps devient instable avec des flocons de neige fondante jusqu’au centre du pays. En matinée, les éclaircies sont encore assez rares en raison des nombreux stratocumulus entre les averses, mais l’après-midi, on note de larges éclaircies avec des cumulus et encore quelques cumulonimbus générant des averses, parfois de grésil. Au nord-est, les ciels demeurent plus menaçants tout au long de la journée, avec des enclumes de cumulonimbus visibles de loin. En Haute Belgique, ce sont de typiques giboulées, avec un ciel devenant blanchâtre sous les averses de neige. En Gaume, le temps n’est que faiblement instable, avec de larges éclaircies tout au long de la journée, avec cumulus et quelques cumulonimbus. Enfin au littoral, le temps est beau avec de modestes cumulus et parfois une petite tendance à l’étalement. Les minima : 1 à 4°C en plaine, –1 à –2°C sur les hauteurs. Les maxima : 7 à 9°C en plaine, 2 à 4°C sur les hauteurs. 12 mars 2019 Les courants d’origine océanique continuent à déterminer notre temps, avec des vents de sud-sud-ouest à l’avant d’une perturbation qui s’occlut rapidement, et avec des vents d’ouest-sud-ouest en soirée, à l’arrière du système. À nouveau de fortes rafales sont observées : Lille (FR) : 90 km/h (entre 14 et 15h) Uccle : 86 km/h (entre 16 et 17h) Zeebruges : 83 km/h (entre 15 et 16h et entre 16 et 17h) Zaventem : 83 km/h (entre 20 et 21h) Humain : 83 km/h (entre 19 et 20h) Chièvres : 79 km/h (entre 11 et 12h) Deurne : 76 km/h (entre 16 et 17h) Semmerzake : 76 km/h (entre 19 et 20h) Le ciel est voilé avec des altostratus, souvent translucidus, doublés de bancs d’altocumulus. Temporairement, on observe aussi des cirrostratus. Au littoral, les nuages sont plus épais. Au sud-est du pays (déjà dans le Namurois), les nuages tendent vers l’asperatus undulatus l’après-midi. 12 mars 2019 vers 17h15 à Scy – Crédit photo : Benjamin Gillet Au littoral, il se met à pleuvoir vers 16-17 heures, tandis qu’à Liège et Kleine Brogel, cette pluie arrive vers 20 heures. Avant l’arrivée de cette pluie, l’air est parfois fort sec, plus particulièrement sur l’est du pays où les taux d’humidité descendent ici et là en dessous de 40%. Après le passage du front en soirée, la température chute de quelques 5°C. Mais cela ne suffit tout juste pas pour la neige dans les Hautes Fagnes. La neige présente sur le sol continue d’ailleurs à fondre lentement, même la nuit. 13 mars 2019 Un noyau dépressionnaire se déplace de la Mer du Nord au Danemark. L’occlusion qui lui est associée traverse le pays en journée tandis qu’une perturbation post-frontale affecte le pays (surtout le nord et l’est) en fin d’après-midi. Les vents, revenant temporairement au sud-ouest, s’orientent de plus en plus vers l’ouest en cours de journée. En dépit des perturbations précitées, nous nous trouvons avant tout dans de l’air post-frontal instable. Mais les éclaircies sont rares et, plus particulièrement sur l’est, les pluies sont continues, avec des averses qui ne donnent que des pluies temporairement plus fortes. À partir de quelques 500 mètres d’altitude, ces précipitations tombent en partie sous forme de neige, mais ne donnent pas lieu à un nouvel enneigement (maxima de 3 à 4°C sur les hauteurs, de 9 à 10°C en plaine). En fait, les cumulonimbus viennent littéralement s’encastrer dans la masse de stratocumulus, voire de nimbostratus qui recouvre le pays. Quelques éclaircies apparaissent l’après-midi sur l’ouest et le centre du pays, et plus rarement aussi sur l’est. En milieu d’après-midi, le ciel devient particulièrement menaçant sur Diepenbeek avec la formation d’un arcus. Webcam IRM – Diepenbeek – 13 mars 2019 à 16h50 Au même moment, à peu de choses près, une tornade allemande parcourt quelques dizaines de mètres sur le territoire belge. Mais avant de nous pencher sur cette tornade, faisons d’abord un peu d’histoire pour bien comprendre pourquoi. Les Cantons de l’Est (Eupen, Malmédy et Saint-Vith) faisaient jadis partie de l’Allemagne. Il est donc logique que la ligne de chemin de fer, construite en 1889 et reliant Aix-la-Chapelle à Raeren, Montjoie, Sourbrodt, Waimes et Saint-Vith, ait été entièrement sous autorité allemande aussi. En raison de son passage dans les Hautes-Fagnes, cette ligne a reçu le nom de « Vennbahn », ce qui signifie en français « Ligne des Fagnes ». Des suites du Traité de Versailles, après la première guerre mondiale, ces territoires ont été rattachés à la Belgique. Le problème : la Ligne des Fagnes traverse en partie des territoires restés allemands et en partie des territoires devenus belges. C’est ainsi que des enclaves allemandes ont été créées sur le territoire belge et des enclaves belges ont été créées sur le territoire allemand. Au fil des décennies, ces enclaves ont été plusieurs fois modifiées, notamment en 1922, 1949 et 1956. De nos jours, c’est essentiellement la ligne de chemin de fer qui est restée belge. On peut même dire désormais : l’ancienne ligne de chemin de fer car sur un large tronçon, elle a été désaffectée et reconvertie en piste cyclable et en parcours de « draisines ». Mais elle est restée belge. La carte ci-dessous montre ces excroissances de la Belgique, larges de quelques dizaines de mètres en moyenne, qui suivent l’ancienne voie ferrée. Les « enclaves » allemandes ne sont d’ailleurs séparées du restant du territoire allemand que par ces quelques (dizaines de) mètres de « Belgique » de part et d’autre de l’ancienne voie ferrée. Reprenons à présent la même carte avec le parcours de la tornade et la zone impactée par les dégâts. (Frontières en blanc, parcours de la tornade et zone impactée par les dégâts en noir.) Il s’agit donc bel et bien d’une tornade née en territoire allemand et qui poursuit sa route en territoire allemand mais… qui traverse la bande étroite de l’excroissance du territoire belge le long de l’ancienne voie ferrée. En ce sens, la présence de cette tornade dans les rubriques de MétéoBelgique se justifie pleinement. Analysons à présent la tornade proprement dite. Selon une première enquête de terrain, réalisée par l’équipe allemande « WTINFO Tornado Research Project », la tornade a parcouru 7,73 km selon une direction ouest-nord-ouest – est-sud-est. L’intensité exacte de la tornade reste encore à déterminer, mais à en juger les dégâts observés sur les bâtiments et la végétation, le niveau F2 a même été temporairement atteint. Source : T-Online Au niveau météorologique, le temps dans la région de la tornade est mauvais et assez froid pour la saison, avec des précipitations tout au long de la journée, d’abord sous forme de pluies continues, puis sous forme d’averses. Mais le ciel ne se dégage pas pour autant entre les averses. Au nimbostratus pluvieux de la matinée succèdent des cumulonimbus à l’aspect menaçant qui alternent avec des moments où le ciel est juste un peu plus clair, avec des stratocumulus laissant voir par moment l’altostratus qui est au-dessus. À cela s’ajoutent encore un bon nombre de fractus liés aux précipitations. Les webcams voisines d’Eichercheid, Simmerath et Montjoie montrent bien une absence (quasi) complète d’éclaircies dans la région. À partir du milieu de l’après-midi, nous avons de l’activité orageuse sur la moitié nord de la Belgique, qui se généralise par la suite sur le pays, puis se propage vers l’est-sud-est en dépassant nos frontières, entre autres vers l’Eiffel en Allemagne, où a eu lieu la tornade (vers 16h30). Il fait humide et froid. Roetgen se situant entre 400 (parties basses) et 500 mètres d’altitude (partie hautes) a connu au moment de l’arrivée de la tornade des températures de quelques 4 à 5°C, suivis par une baisse temporaire de 2 à 3°C sous les précipitations. À partir de 550 mètres d’altitude, on observe temporairement de la neige, et des traces de neige sont également encore présentes au sol. Ce froid des basses couches donne une instabilité médiocre sur les 1000 premiers mètres au-dessus du sol. Au-dessus, l’instabilité devient très bonne. En plus, on observe de beaux cisaillements tournants, avec selon le modèle Arôme des vents en moyenne d’ouest-sud-ouest en surface et dans les basses couches, d’ouest-nord-ouest dans les couches moyennes et de nord-ouest dans les couches supérieures de l’atmosphère, où l’on se trouve en plus en sortie gauche d’un jet-streak. Un petit coup de pouce est certes d’abord nécessaire en surface, mais après, des cellules virulentes peuvent facilement se développer. Le coup de pouce, c’est sans doute le relief qui l’a donné. Si l’on suit le parcours de la tornade, l’on constate qu’elle s’est formée sur un point haut de la région, à un petit 450 mètres d’altitude, puis qu’elle est redescendue en dessous de 400 mètres en se renforçant, puis qu’elle est remontée à 500, puis 550 mètres en s’affaiblissant. C’est d’ailleurs quasiment à cette altitude que l’on perd sa trace. Enfin, voici encore un témoignage, traduit de l’allemand : [Elle a ouvert la fenêtre de sa terrasse.] « Là, la tornade a foncé sur moi. Je l’ai vue. C’était un tourbillon gris, et il venait très vite. Les branches volaient dans les airs. » [Elle n’a pas eu le temps d’avoir peur, elle s’est précitée dans la cave.] « Tout était déjà fini. Le tout n’a duré que 20 à 30 secondes. Puis le calme est revenu. » Marina Albrecht. 14 mars 2019 Une perturbation frontale avec mince secteur chaud traverse le pays au sein d’un flux général d’ouest-nord-ouest. Il s’ensuit une nouvelle journée pluvieuse. Le ciel est couvert d’un nimbostratus avec des pluies parfois modérées qui remplissent bien les pluviomètres. Ces pluies évoluent en averses en cours d’après-midi, avec aussi le retour d’éclaircies (cumulus et cumulonimbus isolés). Au littoral, après le passage de la perturbation, le ciel est peu nuageux (stratocumulus cumulogenitus) et par moment même serein. Au sud-est du pays par contre, les éclaircies n’apparaissent que tard. Les précipitations sont parfois abondantes. À Gosselies, la zone de pluie déverse 20 mm d’eau. À Zaventem, il tombe 14 mm en journée, dont 12 mm sont liés à la zone de pluie et 2 mm aux averses qui suivent. À Deurne, ce sont 9 mm liés à la zone de pluie et 2 mm liés aux averses. Les totaux sur 24 heures (14 mars 8h à 15 mars 8h) sont localement très importants, surtout au sud du pays. Voici les chiffres : Sivry : 42,0 mm Bièvre : 37,2 mm Buzenol : 34,2 mm Dourbes : 32,4 mm La Hestre : 31,0 m Au centre du pays, on relève encore 18,7 mm à Uccle et à l’ouest, 16,7 mm à Beitem. Au nord et au nord-est du pays, il est généralement tombé un bon 10 mm d’eau, mais localement beaucoup moins, comme à Kleine Brogel avec 2,4 mm. Le vent fait reparler de lui aussi, principalement sur l’ouest du pays. Voici les rafales maximales : Middelkerke : 86 km/h (entre 13 et 14h) Dunkerque (FR): 86 km/h (entre 13 et 14h) Lille (FR) : 86 km/h (entre 14 et 15h) Coxyde : 83 km/h (entre 13 et 14h) Zeebruges : 83 km/h (entre 10 et 11h) Cadzand (NL) : 83 km/h (entre 11 et 12h) Les températures maximales : 12 à 13°C en plaine, 5 à 7°C sur les hauteurs. En Gaume, sous les fortes précipitations, la température reste coincée à 8°C. 15 mars 2019 Une nouvelle perturbation frontale, à secteur chaud plus ouvert cette fois, traverse notre pays, aussi à partir de l’ouest-nord-ouest. C’est une autre journée très pluvieuse, avec des précipitations localement très abondantes. Sur le centre et le sud du pays, un nimbostratus est responsable de pluies et de bruines tout au long de la journée. Au nord et au nord-est, il ne pleut pas une partie de la journée. Le ciel est alors couvert de stratocumulus. Sur l’ouest du pays, il ne pleut pas une grande partie de la journée et on observe de maigres éclaircies. Quelques totaux sur 24 heures (15 mars 8h à 16 mars 8h) : Mont-Rigi : 60,0 mm Elsenborn : 36,0 mm Genk : 31,4 mm Koersel : 28,1 mm Gouvy : 24,0 mm Buzenol : 21,2 mm Bièvre : 21,1 mm Angleur : 20,3 mm Gosselies : 20,0 mm Parmi les stations MétéoBelgique (15 mars 10h à 16 mars 10h), nous avons : Fraiture : 47 mm Lierneux : 29 mm Beausaint : 24 mm Bra sur Lienne : 23 mm Chaineux : 20 mm Nous voyons que c’est surtout le sud et l’est du pays qui sont concernés, même s’il existe de grandes disparités au niveau local. La proximité du front froid à l’arrière du système, qui se met à onduler et qui ne parvient pas à vraiment traverser le pays, y est sûrement pour quelque chose. Les températures, grâce au secteur chaud, sont douces en dépit de l’absence de soleil, avec des valeurs maximales comprises entre 12 et 13°C en plaine et autour de 8°C sur les hauteurs. Le vent de surface, d’ouest à sud-ouest, demeure fort, avec par exemple des rafales de 83 km/h à Middelkerke, de 79 km/h à Zeebruges et de 76 km/h à Mont-Rigi. À suivre…
  6. cumulonimbus

    Printemps 2019

    +++ Juste pour info +++ Non, je ne vous oublie pas... Les bulletins quotidiens de mars seront tous rédigés d'ici la fin du mois.
  7. cumulonimbus

    Printemps 2019

    La tempête du 10 mars 2019 Un vaste complexe dépressionnaire détermine le temps sur nos régions. Deux noyaux sont plus ou moins fixes : l’un au sud-ouest de l’Islande, l’autre au sud-est de l’Islande. À côté de cela, nous avons deux noyaux mobiles, situés le matin, respectivement, au nord de l’Irlande et sur le sud de l’Angleterre. C’est ce deuxième noyau qui, en se dirigeant rapidement vers le sud de la Mer du Nord, nous vaut la tempête. Source : KNMI Les plus fortes rafales de la journée sont les suivantes : Stabroek : 122 km/h (entre 13 et 14h, et entre 14 et 15h) Zeebruges : 119 km/h (entre 13 et 14h) Lille (FR) : 115 km/h (entre 11 et 12h) Middelkerke : 112 km/h (entre 13 et 14h) Cadzand (NL) : 112 km/h (entre 12 et 13h) Beitem : 112 km/h (entre 12 et 13h) Zaventem : 112 km/h (entre 13 et 14h) Bierset : 112 km/h (entre 14 et 15h) Melle : 108 km/h (entre 13 et 14h) Deurne : 104 km/h (entre 13 et 14h, et entre 14 et 15h) Dunkerque (FR) : 104 km/h (entre 11 et 12h) Saint-Hubert : 101 km/h (entre 13 et 14h, et entre 14 et 15h) Humain : 101 km/h (entre 13 et 14h, et entre 14 et 15h) Gosselies : 101 km/h (entre 11 et 12h) Uccle : 101 km/h (entre 13 et 14h) Sint-Katelijne-Waver : 101 km/h (entre 13 et 14h) 10 mars 2019 à 15h20 – Source : Hotel Uilenspiegel à Nieuwpoort-Bad Au niveau des dégâts, on signale notamment des arbres arrachés, des toitures envolées, des branches entravant des routes et des poteaux électriques renversés. À Bruxelles, une partie du toit du centre commercial « Dockx Bruxsel » s’est envolée, tandis que la circulation est complètement à l’arrêt sur le ring, côté Forêt de Soignes, à cause de la chute d’un arbre (RTL Info). Le temps sur nos régions est d’abord influencé par le secteur chaud d’une perturbation, avec des températures assez douces relevées en matinée, de 12-13°C en plaine et de 8-9°C sur les hauteurs. La présence de cet air doux est d’autant plus courte que l’on se dirige vers le nord : dans l’extrême nord de notre pays, les températures ne dépassent 10°C que durant 2 heures, de 11 à 13 heures, alors qu’au sud, l’air reste doux entre 7 et 15 heures (Entre-Sambre-et-Meuse et Gaume). Aux Pays-Bas, au nord de De Bilt, l’air doux du secteur chaud ne se manifeste plus du tout. Les vents y soufflent d’est avant de tourner au nord, puis à l’ouest et les températures sont même suffisamment basses pour donner temporairement de la neige fondante en plaine. Le temps en Belgique : assez instable même dans le secteur chaud avec embedded Cb’s (stratocumulus auxquels se mêlent des cumulonimbus, quelques rares éclaircies), ensuite ciel de traîne avec averses (cumulus et cumulonimbus, et encore pas mal de stratocumulus cumulogenitus, mais aussi des éclaircies plus larges). En fin d’après-midi et en soirée, certaines averses prennent un caractère orageux. Plus tard, en raison du refroidissement, les précipitations prennent un caractère neigeux sur les hauteurs, dès le début de soirée sur le Plateau des Tailles. Le lendemain matin, on observe un sol enneigé par exemple à Fraiture, Mont-Rigi, Wirtzfeld et Bastogne, et dans une moindre mesure à Witry et Wideûmont.
  8. cumulonimbus

    Printemps 2019

    Une bonne entrée en matière avec le vent. En ce 10 mars 2019 à 14 heures, nous avons des rafales de : Stations classées (plus ou moins) de SW à NE 91 km/h à Dunkerque FR (mais 104 km/h plus tôt dans la journée) 83 km/h à Coxyde (mais 90 km/h plus tôt dans la journée) 112 km/h à Middelkerke 119 km/h à Zeebruges 112 km/h à Cadzand NL (à 13h ; observation de 14 h non disponible) 108 km/h à Lille FR (mais 115 km/h plus tôt dans la journée) 108 km/h à Beitem (mais 112 km/h plus tôt dans la journée) 83 km/h à Semmerzake 108 km/h à Melle 104 km/h à Deurne 86 km/h à Gilze NL 90 km/h à Chièvres (mais 94 km/h plus tôt dans la journée) 97 km/h à Uccle (à 13h ; observation de 14 h non disponible) 112 km/h à Zaventem 86 km/h à Retie 97 km/h à Eindhoven NL 96 km/h à Saint-Quentin FR (mais 112 km/h plus tôt dans la jourrnée) 94 km/h à Gosselies (mais 101 km/h plus tôt dans la journée) 94 km/h à Ernage (mais 97 km/h plus tôt dans la journée) 83 km/h à Beauvechain (mais 90 km/h plus tôt dans la journée) 101 km/h à Schaffen 90 km/h à Kleine Brogel 79 km/h à Dourbes 90 km/h à Florennes 90 km/h à Bierset (mais 94 km/h plus tôt dans la journée) 76 km/h à Maastricht NL (mais 79 km/h plus tôt dans la journée) 101 km/h à Humain 86 km/h à Spa 83 km/h à Mont-Rigi (mais 94 km/h plus tôt dans la journée) 112 km/h à Nörvenich DE 86 km/h à Reims FR (mais 90 km/h plus tôt dans la journée) 72 km/h à Buzenol
  9. cumulonimbus

    Hiver 2018-2019

    Et un dernier mot sur la neige de février pour clôturer cet hiver 2018-2019 Malgré la grande douceur de ce mois de février, les dernières traces de neige à Mont-Rigi ne disparaîtront que le 22 du mois (30 cm au tout début du mois). À Passendaele, on mesurait 9 cm de neige le 1er février, tout comme à Aubange. Uccle atteignait 5 cm. À Bièvre, la couche était encore de 19 cm. Le 2 février, la couche atteignait 8 cm à Gosselies à 13 heures. Du côté de La Louvière et de Baisy-Thy, cette neige tombée le 2 persistera au sol jusqu’au 5. Le 7 février, le neige disparaît généralement de la Haute-Belgique aussi, à l’exception du Plateau des Hautes-Fagnes où elle reste intacte jusqu’au 8 et persistera sous formes de traces jusqu’au 22.
  10. cumulonimbus

    Hiver 2018-2019

    28 février 2019 Un retour rapide vers la normale. L’effondrement de l’anticyclone a ouvert la porte aux courants atlantiques, avec une première faible perturbation frontale qui traverse le pays en matinée, puis un front plus actif qui le traverse en fin d’après-midi. Le matin, on observe encore des éclaircies avec des altocumulus et des cirrus, puis le ciel se couvre de stratocumulus qui se doublent de cumulus (et parfois temporairement précédés de stratus). Quelques rares éclaircies se redessinent entre les stratocumulus. En fin d’après-midi, on observe des cumulonimbus avec averses. Au sud du pays, les éclaircies matinales persistent un peu plus longtemps et les averses arrivent plus tard en soirée. Les vents sont orientés au sud-ouest et les températures maximales le plus souvent se situent entre 12 et 13°C en plaine et entre 10 et 12°C sur les hauteurs. Cela donne sûrement une impression de fraîcheur à bon nombre d’entre nous, mais on est toujours bien au-dessus des normes saisonnières. Mais le côté « anormal » a disparu, sauf dans quelques localités du sud et de l’est qui ont encore connu des valeurs proches de 15°C, encore fort élevées pour un mois de février (Angleur : 15,1°C ; Aubange : 14,6°C ; Gouvy : 14,2°C). Ceci termine un mois de février particulièrement doux, dont la moyenne des maxima, surtout, est fort élevée et atteint avec 11,5°C la deuxième valeur à plus élevée à Uccle depuis le début des observations (1990 a conservé son record avec 11,6°C). Mais c’est surtout la période du 15 au 27 février qui a été extraordinaire avec une moyenne des maxima de 15,5°C ! On retiendra encore que la quasi-totalité des précipitations de février est tombée durant la première décade ; les deux autres décades ne donneront plus qu’un seul jour de pluie à Uccle : le 28. Au niveau de la neige, nous l’avons peut-être un peu oublié, le début du mois a été neigeux avec encore 30 cm à Mont-Rigi et 5 cm à Uccle. (Source de ces données : Bilan climatologique mensuel de février 2019 de l’IRM).
  11. cumulonimbus

    Hiver 2018-2019

    27 février 2019 L’anticyclone commence à faiblir, mais influence encore très favorablement le temps sur nos régions. Le ciel est tout à fait serein sur tout le pays et les températures sont souvent plus extrêmes encore que celles de la veille. Faisons tout de suite le point : Localité : max du 27/02/2019 [record de février ; période d’observation] Province de Liège Angleur : 22,4°C [21,1°C (24/02/90) ; 1983-2019] Bierset : 19,9°C [20,0°C (24/02/90) ; 1953-2019] Baraque Michel / Mont-Rigi : 18,2°C [18,6°C (26/02/19) ; 1953-2019] Spa : 19,5°C [18,8°C (24/02/90) ; 1982-2019] Elsenborn : 18,7°C [18,9°C (26/02/19) ; 1987-2019] Province de Luxembourg Saint-Hubert : 18,6°C [16,4°C (26/02/19) ; 1953-2019] Luxembourg (LX) : 19,8°C [18,2°C (29/02/60) ; 1953-2019] Province de Namur Hastière : 22,1°C [20,2°C (26/02/19) ; 1977-2019] Florennes : 20,0°C [17,9°C (26/02/19) ; 1976-2019] Dourbes : 22,0°C [19,2°C (26/02/19) ; 1965-2019] Provinces du Brabant (FL + WA) + Bruxelles Zaventem : 18,2°C [18,4°C (20/02/90) ; 1984-2019] Uccle : 18,5°C [20,2°C (26/02/19) ; 1953-2019] Beauvechain : 19,4°C [18,5°C (20/02/90) ; 1953-2019] Province du Hainaut Gosselies : 19,5°C [18,4°C (24/02/90) ; 1984-2019] Chièvres : 17,8°C [18,5°C (26/02/19) ; 1953-2019] Lille (FR) : 18,4°C [19,0°C (26/02/19) ; 1953-2019] Flandre Occidentale Dunkerque (FR): 15,7°C [19,0°C (28/02/59) ; 1953-2019] Middelkerke : 15,3°C [17,9°C (26/02/19) ; 1984-2019] Beitem : 17,5°C [18,4°C (26/02/19) ; 1953-2019] Flandre Orientale Kruishoutem : 18,8°C [19,6°C (25+26/02/19) ; 1985-2019] Munte / Semmerzake : 17,1°C[/u] [/b] [18,2°C (25+26/02/19) ; 1986-2019] Province d’Anvers Stabroek : 18,3°C[/u] [19,8°C (26/02/19) ; 1976-2019] Deurne : 18,7°C [19,0°C (28/02/60) ; 1953-2019] Sint-Katelijne-Waver : 18,8°C [18,5°C (26/02/19) ; 1953-2019] Province du Limbourg Gorsem : 20,2°C [19,0°C (20+24/02/90) ; 1982-2019] Koersel : 20,8°C [20,2°C (26/02/19) ; 1983-2019] Kleine Brogel : 20,2°C [19,6°C (28/02/60) ; 1953-2019] Maastricht (NL) : 19,8°C [19,2°C (29/02/60) ; 1953-2019] Parmi les stations qui ont atteint ou dépassé 20°C, nous avons les suivantes : Angleur : 22,4°C Hastière : 22,1°C Dourbes : 22,0°C Aubange : 21,6°C Koersel : 20,8°C Bièvre : 20,3°C Strée (Huy) : 20,3°C Kleine Brogel : 20,2°C Gorsem : 20,2°C Genk : 20,1°C Diepenbeek : 20,1°C Florennes : 20,0°C Humain : 20,0°C Gouvy : 20,0°C Nous pouvons donc véritablement parler d’un événement climatologique majeur, qui a plus particulièrement touché le sud et l’est du pays. L’ouest et le centre du pays ont été un peu moins extrêmes. Sur la carte des vents, nous pouvons voir une arrivée massive d’air chaud sur la France, poussée par des vents de sud-est à sud. En arrivant sur notre pays, en raison de la position et de la forme du noyau anticyclonique, les vents basculent vers le sud-ouest et propagent cet air chaud sur toute la partie orientale du pays. Les parties centrale et surtout occidentale du pays, par contre, se trouvent dans la prolongation de vents qui soufflent déjà du sud-ouest sur la France aussi, ce qui fait que là, de petites infiltrations maritimes empêchent la température de monter trop haut. Notamment Uccle, Chièvres et Roulers connaissent des températures (un peu) plus basses que la veille. Il n’en est pas moins qu’on se retrouve, comme déjà dit plus haut, face à un événement climatologique majeur. En cherchant bien, il y a toujours moyen de tomber sur des phénomènes chauds d’amplitude similaire (tant en intensité qu’en longueur) même dans un passé lointain, comme par exemple en fin septembre 1895 et au début octobre 1921, mais ce qui est surtout très interpellant, c’est l’accumulation des phénomènes chauds au cours de ces dernières années. Sur cinq ans seulement (mars 2014 – février 2019), nous avons connu des pointes (voire périodes) de chaleur extrême durant les mois suivants (entre parenthèses, la décade) : 2014 : mars (I) et novembre (I) 2015 : juin (I), juillet (I), novembre (I) et décembre (II) 2016 : janvier (III), août (III) et septembre (II) 2017 : octobre (II) 2018 : avril (II), juillet (III), octobre (II) et novembre (I) 2019 : février (II et III) Cela fait franchement beaucoup ! Enfin, pour être complets, terminons la description de cette extraordinaire journée du 27 février 2019 par quelques gros écarts entre le jour et la nuit, puis par l’extrême sécheresse de l’air par endroit. Les gros écarts : Charleville-Mézières (FR) : –4,1°C / 21,7°C Aubange : –2,0°C / 21,6°C Dourbes : –0,2°C / 22,0°C Elsenborn : –2,6°C / 18,7°C Diepenbeek : –0,7°C / 20,2°C La sécheresse de l’air : À Dourbes à 15 h, l’humidité relative descend à 24%, soit une Td de 0,2°C pour une T de 21,6°C. À Florennes à 15 h, l’humidité relative descend à 24%, soit une Td de –1,7°C pour une T de 19,6°C. À Elsenborn à 16 h, l’humidité relative descend à 24%, soit une Td de –2,6°C pour une T de 18,1°C. À Mont-Rigi à 16 h, l’humidité relative descend à 23%, soit une Td de –3,2°C pour une T de 18,0°C. Ceci referme un épisode particulièrement remarquable. Aujourd’hui, 28 février 2019, la météo semble évoluer vers plus de normalité.
  12. cumulonimbus

    Hiver 2018-2019

    Difficile à croire... Les bulletins des 26 et 27 février de l'année passée ! 26 février 2018 Un autre petit front nous apporte de l’air un peu plus humide tandis que l’air froid gagne rapidement en épaisseur avec des températures en altitude qui, dès la nuit du 25 au 26, tombent à des valeurs extrêmement basses, avec au-dessus de Beauvechain –14°C au niveau 850 hPa (1475 m) et –24°C au niveau 700 hPa (2922 m). Même si ce ne sont pas des records, de telles valeurs peuvent déjà être considérées comme remarquables pour la saison. En surface, la température baisse aussi, avec des minima de –5 à –7°C en plaine et de –11 à –12°C sur les hauteurs. En journée, les températures dépassent parfois encore tout juste 0°C en plaine (Coxyde : 0,8°C ; Kruishoutem : 0,5°C ; Kleine Brogel : 0,4°C ; Passendaele : 0,3°C ; Koersel : 0,2°C ; Deurne et Semmerzake : 0,1°C). Sinon, les températures restent négatives avec 0 à –3°C en Moyenne Belgique et –6 à –7°C sur les Hauts Plateaux. Pour les régions à basse altitude, on peut déjà parler d’une gelée permanente fort tardive. Il est surtout intéressant de noter que la baisse encore plus marquée des températures en altitude donne à l’atmosphère une véritable configuration instable. Avec l’humidité résiduelle (principalement en provenance de la Baltique et de la Région des Frises), des cumulus se forment, se développant parfois en petits cumulonimbus donnant un peu de neige. Toutefois, un phénomène plus surprenant et surtout inattendu s’est produit : des chutes de neiges plus fortes sur une bande orientée ENE – WSW un peu au nord de la Meuse. Que s’est-il passé ? Il s’agit en fait de neige « industrielle ». Les nuages décrits ci-dessus, en passant au-dessus des bassins industriels allemands, ont reçu un coup de pouce dans leur développement grâce à la chaleur et la vapeur d’eau des fumées d’usine, mais aussi par une présence plus grande de noyaux de condensation issus de ces mêmes fumées. Ceci a permis, très localement, de former de grosses averses de neige qui, avec les courants généraux, se sont ensuite déplacées vers la Belgique. Notamment les régions de Hannut et de Waremme ont été touchées, mais l’aéroport de Charleroi, aussi, a reçu ses 2 cm de neige. Source : IRM – Info Météo Crédit photo : S. Delfosse, via le collectif Info Météo Et ci-dessous, les petits cumulonimbus « naturels » des autres régions de Belgique. Webcam IRM – Uccle – 26 février 2018 à 14h10 27 février 2018 Le temps reste très froid, mais l’instabilité diminue et ne permet plus que de former des cumulus humilis dans un ciel autrement bleu. En fin d’après-midi, quelques cumulus parviennent à se développer un peu plus et à produire des virga. Les températures minimales se situent le plus souvent entre –6 et –8°C en Basse et Moyenne Belgique (avec un très surprenant –9,5°C à Angleur) et entre –10 et –13°C sur les hauteurs (–13,2°C à Mont-Rigi). Comme la veille, les maxima dépassent tout juste 0°C ici et là (1,0°C à Coxyde ; 0,2°C à Kleine Brogel ; 0,1°C à Middelkerke, Zeebruges et Semmerzake), sinon on observe un deuxième jour de gelées permanentes presque généralisés, avec pratiquement les mêmes températures que la veille. En altitude, la température descend encore un peu au niveau 850 hPa (1460 m), pour atteindre –16°C au-dessus de Beauvechain à 13 heures. La nuit suivante, la température remonte un peu au niveau 850 hPa pour atteindre –15°C, mais descend encore un peu plus au niveau 700 hPa (2844 m) pour atteindre –26°C. Cette dernière température est exceptionnelle pour une nuit du 27 au 28 février. Les records pour ce niveau (depuis 1951) sont de –29°C pour février (01/02/1956 – 2830 m) et de –24°C pour le mois de mars (12/03/2006 – 2870 m). La neige est encore (partiellement) présente dans les régions touchées par la « neige industrielle ». À Angleur, par exemple, on mesure 1 cm. En Haute Belgique, quelques averses avaient également augmenté la couche la veille, avec 15 cm désormais à Mont-Rigi (contre 11 cm le matin de la veille). À Wideûmont, la très mince couche qui s’était formée s’est aussitôt sublimée, ce qui fait qu’en ce matin du 27 février, il ne reste que les plaques de vieille neige.
  13. cumulonimbus

    Hiver 2018-2019

    Après les Hautes-Fagnes, c'est au tour de l'Entre-Sambre-et-Meuse à pulvériser les records : Aujourd'hui 27 février 2019 à 14 heures, on mesure : 21,5°C à Dourbes (précédent record, fraîchement établi hier : 19,2°C) 19,1°C à Florennes (précédent record, fraîchement établi hier : 17,9°C) Et un peu au nord : 19,0°C à Gosselies (précédent record, établi le 24/02/1990 : 18,4°C) Pendant ce temps, de nombreuses stations MB de la région dépassent aussi les 20°C, comme : Montignies-sur-Sambre : 21,5°C Pont-de-Loup : 21,1°C Cour-sur-Heure : 20,5°C Cerfontaine : 20,1°C Ces dernières valeurs ont toutes été mesurées vers 14h30.
  14. cumulonimbus

    Hiver 2018-2019

    26 février 2019 Un vaste anticyclone continue à nous envelopper dans un air particulièrement chaud pour la saison. Le noyau de ces hautes pressions se retrouve légèrement au nord-est par rapport à nos régions. Le temps continue à être particulièrement ensoleillé, avec par moment quelques cirrus, principalement en première moitié de journée. Les températures, en bien des endroits, sont extrêmes. Il suffit de voir la liste ci-dessous pour s’en convaincre : Localité : max du 26/02/2019 [record de février ; période d’observation] Province de Liège Bierset : 18,4°C [20,0°C (24/02/90) ; 1953-2019] Baraque Michel / Mont-Rigi : 18,6°C [16,7°C (25/02/19) ; 1953-2019] * Spa : 18,2°C [18,8°C (24/02/90) ; 1982-2019] Elsenborn : 18,9°C [17,1°C (25/02/19) ; 1987-2019] Province de Luxembourg Saint-Hubert : 16,4°C [16,0°C (15/02/98) ; 1953-2019] Luxembourg (LX) : 18,1°C [18,2°C (29/02/60) ; 1953-2019] Province de Namur Hastière : 20,2°C [19,4°C (25/02/19) ; 1977-2019] Florennes : 17,9°C [17,2°C (23+24/02/90) ; 1976-2019] Dourbes : 19,2°C [18,7°C (14/02/98 + 24/02/90) ; 1965-2019] Provinces du Brabant (FL + WA) + Bruxelles Zaventem : 18,1°C [18,4°C (20/02/90) ; 1984-2019] Uccle : 20,2°C [19,4°C (29/02/60) ** ; 1953-2019] Beauvechain : 17,2°C [18,5°C (20/02/90) ; 1953-2019] Province du Hainaut Gosselies : 17,8°C [18,4°C (24/02/90) ; 1984-2019] Chièvres : 18,5°C [18,4°C (28/02/60) ; 1953-2019] Lille (FR) : 19,0°C [18,9°C (29/02/60) ; 1953-2019] Flandre Occidentale Dunkerque (FR): 17,2°C [19,0°C (28/02/59) ; 1953-2019] Middelkerke : 17,9°C [17,8°C (04/02/04) ; 1984-2019] Beitem : 18,4°C [18,0°C (24/02/90) ; 1953-2019] Flandre Orientale Kruishoutem : 19,6°C [19,6°C (25/02/19) ; 1985-2019] Munte / Semmerzake : 18,2°C [/b] [18,2°C (25/02/19) ; 1986-2019] Province d’Anvers Stabroek : 19,8°C [19,1°C (25/02/19) ; 1976-2019] Deurne : 18,7°C [19,0°C (28/02/60) ; 1953-2019] Sint-Katelijne-Waver : 18,5°C [18,4°C (25/02/19) ; 1953-2019] Province du Limbourg Gorsem : 18,6°C [19,0°C (20+24/02/90) ; 1982-2019] Koersel : 20,2°C [19,1°C (25/02/19) ; 1983-2019] Kleine Brogel : 19,3°C [19,6°C (28/02/60) ; 1953-2019] Maastricht (NL) : 18,2°C [19,2°C (29/02/60) ; 1953-2019] Pour certaines stations, il s’agit de valeurs historiques. Uccle, avec ses 20,2°C, bat non seulement le record de février qui date de 1960, mais produit aussi son jour de printemps (T° ≥20°C) le plus précoce de son histoire. Les 20,2°C de Koersel et de d’Hastière sont tout aussi remarquables. En Haute Belgique, les records de Mont-Rigi et d’Elsenborn sont littéralement pulvérisés. Il faut savoir, en fait, que trois facteurs réchauffent l’air qui nous concerne en ce moment : - L’apport d’air méridional - La compression de l’air par la persistance du puissant régime anticyclonique - (En journée) le soleil de fin février de plus en plus puissant Le Plateau fagnard, situé peu en dessous de l’inversion de subsidence, voit cette inversion se résorber par quelques heures de soleil seulement, d’où ces températures particulièrement élevées. En effet, avec quelques 11°C à 1500 mètres (d’après le modèle Arôme), il peut facilement faire 18/19°C sur un plateau situé à 600/700 mètres d’altitude. En Ardenne, on notera aussi en passant les très remarquables 19,4°C de Bièvre. Mais en plaine et dans les vallées aussi, l’inversion parvient parfois à bien se résorber, comme à Uccle, Koersel et Hastière où les 20°C sont atteints, mais aussi Stabroek, Genk et Kruishoutem où les 20°C sont frôlés. Au-dessus du centre du pays, d’ailleurs, les températures en altitude sont encore un peu plus élevées, de l’ordre de 12°C à 1500 mètres (d’après le sondage de Beauvechain). À Ernage, Beauvechain même et Gosselies par contre, tout comme la veille, cela réussit moins bien avec des maxima qui restent coincés à 17,2°C pour les deux premières stations, et à 17,8°C pour la troisième. Pas de record donc, mais cela reste remarquable malgré tout. Cette difficulté (locale) de vaincre l'inversion est d'ailleurs très visible sur ce même sondage de Beauvechain. Enfin, voici encore quelques gros écarts entre le minimum et le maximum du jour : Elsenborn : –3,7°C / 18,9°C Koersel : –1,6°C / 20,2°C Hastière : –1,2°C / 20,2°C Diepenbeek : –1,1°C / 19,8°C Stabroek : 0,0°C / 19,8°C Retie : –0,1°C / 19,0°C Et pour être vraiment complets, il nous reste un mot à dire sur la sécheresse de l’air, qui est remarquable pour la saison. À Uccle à 16 h, l’humidité relative descend à 30%, soit une Td de 1,1°C pour une T de 18,9°C. À Buzenol à 16 h, l’humidité relative descend à 28%, soit une Td de –0,8°C pour une T de 17,8°C. À Saint-Hubert à 16 h, l’humidité relative descend à 27%, soit une Td de –2,7°C pour une T de 16,2°C. À Elsenborn à 15 h, l’humidité relative descend à 26%, soit une Td de –1,4°C pour une T de 18,6°C. À Mont-Rigi à 15 h, l’humidité relative descend à 26%, soit une Td de –1,7°C pour une T de 18,3°C. À suivre…
  15. cumulonimbus

    Hiver 2018-2019

    Les températures sont hors normes dans les Hautes-Fagnes, et souvent exceptionnelles ailleurs Aujourd’hui 26 février 2019 à 15 heures, on enregistre : 18,4°C à Mont-Rigi (record = 16,7°C le 25/02/2019) 18,6°C à Elsenborn (record = 17,1°C le 25/02/2019) 19,3°C à Uccle (record = 19,4°C le 29/02/1960) 18,9°C à Dourbes (record = 18,7°C les 14/02/1998 et 24/02/1990) 19,0°C à Stabroek (record = 19,1°C le 25/02/2019) 18,3°C à Sint-Katelijne-Waver (record = 18,4°C le 25/02/2019) 18,8°C à Kleine Brogel (record = 19,6°C le 28/02/1960) 17,7°C à Middelkerke (record = 17,8°C le 04/02/2004) On verra ce que ça donnera pour les maxima, qui pourront encore être légèrement supérieurs…
×