cumulonimbus

Assistants
  • Compteur de contenus

    1.629
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

0 Neutral

1 abonné

À propos de cumulonimbus

  • Rang
    Blizzard
  • Date de naissance 21/12/60

Contact Methods

  • Website URL
    http://
  • ICQ
    0

Profile Information

  • Location
    Forest (Bruxelles)
  • Interests
    - Météorologie/climatologie<br>- Littérature<br>- Dessin/peinture<br>- Psychologie/pédagogie

Visiteurs récents du profil

3.896 visualisations du profil
  1. À noter encore qu'un hiver très récent, en l'occurrence 2014-2015, a fourni une très longue série de jours consécutifs avec de la neige au sol à Mont-Rigi : 59 jours (du 17 janvier au 16 mars). Parmi ces 59 jours, il y en a eu 53 avec couverture complète (du 17 janvier au 10 mars). L’épaisseur maximale a été de 40 cm le 2 février (Wirtzfeld a même enregistré 45 cm le 30 janvier, pour 33 cm à Mont-Rigi ce jour-là).
  2. En matière d’enneigement, les Hautes-Fagnes se portent bien ces dernières années. Hiver 2014-2015 : 69 jours (déc. : 16 jours ; jan. : 25 jours ; fév. : 28 jours) Hiver 2015-2016 : 39 jours (déc. : 0 jour ; jan. : 16 jours ; fév. : 23 jours) Hiver 2016-2017 : 53 jours (déc. : 0 jour ; jan. : 30 jours ; fév. : 23 jours) Hiver 2017-2018 : ce sera 68 jours (déc. : 28 jours ; jan. : 12 jours ; fév. : [ce sera] 28 jours) Des moyennes d’enneigement normales, voire supérieures aux normes sur les Hauts Plateaux, et une diminution en plaine ainsi que dans les parties plus basses du massif ardennais cadrent parfaitement avec le réchauffement climatiques. Au-dessus de 500 mètres, dans notre pays, l’augmentation des précipitations compense encore largement la hausse des températures, ce qui fait que les conditions de neige ne se détériorent pas, voire s’améliorent (les couches plus épaisses fondant moins vite que les couches minces). Les plus basses altitudes, souvent déjà à la limite pour avoir de la neige même avant le réchauffement climatique, tombent à présent de plus en plus souvent en dessous de cette limite. Et l’augmentation des précipitations… se traduit là en pluie la plupart du temps ! En attendant, le dernier « mauvais » hiver pour les Hautes-Fagnes a été 2013-2014.
  3. SAINT-VALENTIN Le saviez-vous ? Souvenez-vous ! Il y a 20 ans, nous avons connu l’une des Saint-Valentin les plus chaudes de l’histoire de la Belgique. Sous un ciel bleu, très légèrement voilé mais permettant une insolation presque maximale, les températures explosent dans tout le pays en ce 14 février 1998. Voici quelques valeurs : Dourbes : 18,6°C Hastière : 18,5°C Gosselies : 18,3°C Liège-Monsin : 18,1°C (pour 17,1°C à Bierset) Stavelot : 18,1°C Thirimont : 18,0°C Uccle, avec ses 16,5°C, arrive à la 2e position des Saint-Valentin les plus chaudes… depuis 1833 ! L’année passée, la Saint-Valentin a été fort chaude aussi. Sous un ciel cette fois-ci parfaitement serein, la température atteint 15,8°C à Uccle en ce 14 février 2017, soit la 3e Saint-Valentin la plus chaude de l’histoire. Ailleurs il a fait parfois plus doux encore : Liège-Angleur : 16,9°C Dourbes : 16,7°C Sivry : 16,4°C Hastière par contre est « victime » d’une inversion thermique qui se résorbe mal et doit se contenter de 11,4°C. Et les Gaumais n’ont pas plus de chance avec 10,8°C à Aubange et 10,2°C à Buzenol. Très extrême aussi : le 14 février 1961. Pour Uccle, c’est même LA Saint-Valentin la plus chaude avec 17,8°C *. À Kleine Brogel, on relève 18,2°C, et 17,9°C à Deurne, 17,3°C à Beauvechain, 17,2°C à Chièvres et 17,0°C à Bierset, le tout sous du très beau temps, ciel bleu avec quelques cirrus et l’un ou l’autre banc d’altocumulus lenticularis. La Gaume est à nouveau soumise à une inversion, avec « seulement » 14,6°C à Virton. * La valeur d’Uccle a été mesurée sous un abri fermé dans le cadre des relevés synoptiques. Il s’agit donc d’une valeur correcte et comparable avec les autres données. À toutes et à tous, une très bonne
  4. Quelques épaisseurs de neige (données officielles) Samedi 10 février 2018 à 8 h Koersel : 1 cm (neige couvrant plus de la moitié du sol) Uccle : < 1 cm (neige couvrant plus de la moitié du sol) Gosselies : 2 cm Stree (Huy) : 2 cm Mont-Rigi : 8 cm Gouvy : 10 cm Sivry : 1 cm Hastière : 2 cm Bièvre : 9 cm Aubange : 5 cm Dimanche 11 février 2018 à 8 h Koersel : pas de neige Uccle : pas de neige Gosselies : pas de neige Stree (Huy) : pas de neige Mont-Rigi : 18 cm Gouvy : 11 cm Sivry : 1 cm (neige couvrant plus de la moitié du sol) Hastière : pas de neige Bièvre : 10 cm Aubange : 6 cm Lundi 12 février 2018 à 8 h Koersel : pas de neige Uccle : pas de neige Gosselies : pas de neige Stree (Huy) : 2 cm Mont-Rigi : 24 cm Gouvy : [pas de données] Sivry : 3 cm Hastière : pas de neige Bièvre : 8 cm Aubange : 2 cm
  5. 3 février 2018 La situation atmosphérique devient plus confuse avec plusieurs occlusions qui restent traîner sur nos régions ou à proximité de celles-ci, tandis qu’un anticyclone scandinave se développe de plus en plus pour créer une situation de blocage. De l’air polaire maritime commence tout doucement à stagner sur nos régions en dessous des nuages de l’occlusion, avec des températures maximales un peu trop faibles pour la saison, de l’ordre de 4 à 6°C en plaine et légèrement inférieures à 0°C sur les hauts plateaux. Comme l’air est froid en altitude aussi, nous avons une situation hybride entre stabilité et instabilité, avec un nimbostratus au sein duquel se développent des cumulonimbus enclavés, ce qui signifie que nous avons des averses qui se mêlent aux pluies continues. En dehors des précipitations, on observe des stratus et stratocumulus et, en l’absence de ceux-ci, des altostratus parfois translucidus. Au littoral, la coexistence de la stabilité et de l’instabilité (couches instables alternant avec des couches stables) est très visible : Webcam IRM – Zeebruges – 3 février 2018 à 8h30 La Gaume par contre connaît quelques éclaircies, avec cirrus évoluant graduellement en altostratus et en dessous, fractus évoluant en cumulus, avec un peu d’étalement en stratocumulus. À partir de 400-500 mètres d’altitude, les précipitations tombent sous forme de neige. Il faudra cependant monter à 600 mètres pour avoir un enneigement de qualité. 4 février 2018 L’anticyclone scandinave prend le dessus et une circulation de nord-est s’établit sur nos régions. Des occlusions, désormais affaiblies, nous reviennent sous la forme de retours d’est. Le ciel est souvent très nuageux avec des stratocumulus (parfois doublés de cumulus), mais il y a aussi des éclaircies avec cumulus et altocumulus. De temps en temps, on note également quelques flocons de neige. Au littoral, en raison des températures plus élevées dans les basses couches, l’air est plus instable, avec moins de stratocumulus et des éclaircies plus belles, mais aussi des cumulonimbus avec averses. Après des gelées nocturnes quasi généralisées (une large bande littorale en a été épargnée, ainsi que ponctuellement quelques localités du sud du pays), les températures maximales sont remontées jusqu’à 5 ou 6°C sur l’ouest et l’extrême nord du pays, mais seulement jusqu’à 2 ou 3°C sur le centre. Sur les hauteurs, on a assisté à une gelée permanente marquée, avec un maximum de –3,7°C à Mont-Rigi et de –3,0°C à Elsenborn. Saint-Hubert ne dépasse pas –1,8°C et Bièvre, –1,4°C. Le sol commence à être enneigé à partir de 200-300 mètres d’altitude environ (plutôt 200 mètres au sud du massif ardennais, plutôt 300 mètres au nord). À Mont-Rigi, on mesure 10 cm de neige ; à Bièvre, 3 cm ; à Aubange, 2 cm ; à Gouvy, 1 cm. La photo ci-dessous, de Frahan, montre à merveille comment la neige tient sur les hauteurs, mais a encore du mal à accrocher le sol de la vallée. 5 février 2018 Le régime devient nettement plus anticyclonique, avec du beau temps (quelques altocumulus et quelques cumulus) après la dissipation de la grisaille matinale (stratus fractus, parfois nebulosus). En Gaume, on note encore pas mal de stratocumulus en matinée. Les températures minimales tournent autour de 0°C au littoral et à l’ouest (même +2,3°C au port de Zeebruges), de –2°C au centre et de –6°C sur les hauteurs. En raison d’une certaine turbulence de l’air, l’air froid ne s’accumule pas encore dans les cuvettes et c’est bien Mont-Rigi qui connaît la température la plus froide, avec –6,5°C. En journée, grâce au soleil, les températures remontent avec cependant des valeurs assez variables : entre 2 et 6°C en plaine et entre –2 et –4°C sur les hauteurs (là, il fait fort froid même en journée). À plus basse altitude, la neige au sol tend à disparaître par sublimation (températures positives mais points de rosée fort bas dans l’air sec). Cela signifie que la neige passe directement du solide à la vapeur, sans passer par le stade de neige fondante (avec gadoue, etc.). Même à Wideûmont, la couche de neige diminue fort, en restant blanche mais en présentant des trous de plus en plus grands. Snowcam IRM – Wideûmont – 5 février 2018 à 16h10 À Mont-Rigi par contre, la couverture neigeuse reste intacte et l’épaisseur ne diminue que peu en journée. 6 février 2018 L’air est froid sur tout le pays, mais une perturbation liée à un front chaud immobilisé au sud de notre pays coupe littéralement notre pays en deux, avec de la neige au sud et une absence totale de neige au nord. Cette ligne, pratiquement droite, s’étend de Valenciennes (FR) à Maastricht (NL) en passant à une dizaine de kilomètres au nord de l’axe Charleroi – Namur – Liège. En d’autres termes, les trois villes en question sont sous la neige, mais il n’y a absolument rien à Bruxelles. La délimitation, par ailleurs, est très nette : en peu de kilomètres, on passe d’un sol vert à un sol recouvert de 3 à 4, voire même de 6 centimètres de neige. La carte ci-dessous reprend la situation en début de soirée. Celle-ci a pu être réalisée grâce aux nombreuses photos et mesures faites par des particuliers. Un merci tout particulier est adressé au collectif Info Météo qui a récolté et regroupé toutes ces données. Il s’agit là d’une situation très difficile à cerner pour un prévisionniste. Il s’en est fallu de peu, par ailleurs, pour qu’il n’y ait pas de neige au sud non plus, mais de la pluie verglaçante. Le sondage atmosphérique d’Idar-Oberstein de 19 heures, très représentatif, aussi, pour le sud-est de la Belgique, nous montre de l’air froid dans les basses couches, poussé par un vent de nord-est. Vers 1000 mètres d’altitude, c’est de l’air plus doux et sec qui est acheminé, tandis qu’un peu au-dessus de 2000 mètres, c’est l’air humide, accompagnés des nuages neigeux, qui amené par des vents de sud-ouest. Une couche de dégel est présente entre 1000 et 1200 mètres environ, mais grâce aux points de rosée très bas à ce niveau, la neige ne se transforme pas en pluie. À Metz par contre, on observe bel et bien des pluies verglaçantes. Paris par contre n’a pas été affectée par la langue d’air doux vers les 1000 mètres d’altitude (restants d’un secteur chaud située plus à l’est) et connaît en plein les chutes de neige (couche montant rapidement à 8 cm à l’aéroport de Charles de gaulle). Chez nous, la partie du pays située au sud de la ligne précitée connaît toute la journée un nimbostratus neigeux, avec de la neige certes faible, mais tombant en continu sous un ciel gris blanchâtre, sans relief aucun. À Bierset par exemple, on observe un enneigement de 2 cm à 16 heures et de 4 cm à 19 heures, avant de monter à 5 cm en cours de nuit. À Mont-Rigi, la couche finira par atteindre 15 cm (mais là, de la neige préexistait déjà). Au littoral, région la plus éloignée de la zone de neige, le temps est particulièrement beau et ensoleillé, mais avec un vent fort froid. Au centre du pays, le ciel est plus nuageux avec des cirrus/cirrostratus et des altocumulus, et des cumulus qui se forment en dessous vers midi. L’après-midi, ces cumulus se réduisent à des fractus avant l’arrivée de bancs de stratocumulus. Les températures maximales : 2 à localement 3°C sur l’ouest et le nord du pays, 0 à 1°C au centre et le plus souvent des gelées permanentes de –1 à –3°C dans les régions où il neige. Mais localement dans les vallées, il y a un dégel temporaire. 7 février 2018 La limite de la neige au sol, par rapport à la veille, n’a pas bougé (à un ou deux kilomètres près). L’épaisseur de la neige, par contre, a encore quelque peu augmenté par endroit, plus spécifiquement sur la bordure sud du pays. Ci-dessous, la carte reprenant cette fois-ci les données officielles, mesurées par l’IRM à 8 heures du matin en ce 7 février. Et voici la liste des stations avec les mesures : Mont-Rigi : 15 cm Presgaux (Couvin) : 12 cm Bièvre : 9 cm Gouvy : 8 cm Frassem (Arlon) : 8 cm Aubange : 7 cm Sivry : 6 cm Bierset : 5 cm Gosselies : 5 cm Florennes : 4 cm Angleur : 4 cm Hastière : 3 cm Stree (Huy) : 2 cm La Hestre : 1 cm (couverture incomplète) À côté des 15 cm de Mont-Rigi, on remarquera les 12 cm de Presgaux (près de Couvin), dans le sud de l’Entre-Sambre-et-Meuse. Cette région est déjà plus touchée par la perturbation qui déverse toute sa neige sur Paris. En effet à l’aéroport de Charles De Gaulle, la couche atteint 15 cm, et il neige avec des rafales jusqu’à 60 km/h. À Montsouris, la couche atteint 12 cm. À Chartres et à Orléans, on mesure 15 cm. En journée, les chutes de neige cessent, mais le ciel reste fort gris sur le sud du pays, avec un stratus persistant. Ce n’est qu’après le coucher du soleil que le ciel se dégagera. Au nord d’une ligne qui vers midi s’étend… à nouveau de Valenciennes à Maastricht, le temps est beau avec juste quelques bancs d’altocumulus. Dans la zone limite, le ciel tend à être plus nuageux en matinée (brumes, stratocumulus résiduels puis altocumulus) et plus dégagé l’après-midi. Les maxima, sous le soleil, se situent souvent autour de 2°C en plaine. Le sud et l’est du pays connaissent des gelées permanentes presque généralisées, avec des maxima de –3 à –4°C sur les hauteurs et un peu inférieurs à 0°C dans les vallées. Ici et là quelques valeurs positives avec 1,1°C à Hastière, 0,8°C à Aubange et 0,3°C à Buzenol. En soirée, avec les éclaircies qui se généralisent, les températures sont en chute libre. 8 janvier 2018 Une nuit généralement peu nuageuse et un vent plus calme sont responsables d’une nuit très froide, notamment au-dessus des sols enneigés. C’est ainsi qu’Elsenborn plonge jusqu’à –15,9°C ! Gouvy enregistre –12,8°C, Bièvre –11,7°C et Dourbes –10,5°C. Mont-Rigi, avec –9,9°C, n’arrive tout juste pas à franchir la barre de –10°C. Ailleurs, le froid est plus modeste, avec des valeurs comprises le plus souvent entre –4 et –8°C (Uccle : –4,8°C). Le bord immédiat de la mer ne connaît pas de gel, avec un minimum de +0,4°C au port de Zeebruges. Le temps est généralement beau avec brume et cirrus, mais on observe aussi parfois d’importants bancs de stratocumulus, localement coriaces. Au littoral, des cirrostratus apparaissent en cours d’après-midi. Les températures maximales sont très différentes d’un endroit à l’autre. Sur l’ouest et le nord du pays, on atteint 5 à 6°C, encore 4°C au centre mais plus que 1 à 2°C sur le centre-est et le centre-sud du pays. En Haute Belgique, on observe de faible gelées permanentes (de 0 à –1°C) sur les Hauts Plateaux, mais 2°C à Elsenborn, Bièvre et Gouvy. 9 janvier 2018 Une prévision neigeuse ultra-médiatisée. On attend 2 à 5 cm de neige… présentés comme un événement exceptionnel ! Et pour finir, il ne tombera même pas ça ! Pas mal d'ironie a d'ailleurs circulé sur les réseaux sociaux à ce propos, comme par exemple cette image : Malgré cela, la journée a été loin d’être inintéressante. La carte ci-dessous (situation vers midi) montre la Belgique prise en tenaille par la neige : à l’ouest une neige fraîchement tombée, à l’est une neige déjà présente sur le sol depuis plusieurs jours. Cette neige s’avance vers l’est, ce qui fait qu’à un moment, le pays tout entier ou à peu près se retrouve enneigé. Mais ce moment est bref, le dégel intervient presqu’aussitôt et en plaine, la couche de neige fondra aussi vite qu’elle ne s’est formée. En plus, bien souvent, il n’est pas tombé grand-chose. À Gosselies par exemple, on relève 2 cm à 19 heures. À Uccle, la toute nouvelle snowcam laisse voir un mince enneigement, mais complet à 16h45. Cette couche augmentera encore un peu en soirée (jusqu’à 2 cm), puis le dégel interviendra déjà, de telle sorte que le lendemain matin, il n’en restera que des traces. En Haute Belgique par contre, l’hiver est bien installé et les nouvelles chutes de neige augmentent encore légèrement la couche. Deux occlusions, en effet, traversent le pays et sont suivies d’air maritime un peu plus doux. Le temps, d’abord légèrement voilé par des cirrus, devient rapidement couvert avec altostratus (parfois translucidus), suivis de nimbostratus neigeux. Au littoral, le ciel est bien couvert toute la journée et la neige y arrive dès la fin de matinée. Mais le dégel arrive là dès l’après-midi, avec de la pluie et des températures de 4 à 5°C en début de soirée. Au centre du pays, c’est en fin de soirée que le dégel intervient. En Haute Belgique, le ciel est gris (stratus et stratocumulus, plus tard altostratus partiellement visible) et, comme déjà dit, l’hiver et le gel se maintiennent. 10 février 2018 Le temps redevient maritime et, paradoxalement, assez beau. Après la dispersion de stratocumulus matinaux, on note de larges éclaircies avec quelques cumulus et, plus tard, des cirrus suivis de quelques altocumulus (au littoral, aussi altostratus). Sur l’est du pays, on note encore un peu de pluie, et des éclaircies qui arrivent plus tard. Dès 300 mètres d’altitude, ces précipitations tombent sous forme de neige. En Ardenne par exemple, le ciel est uniformément gris en matinée, puis des stratocumulus se dessinent l’après-midi, et se déchirent en évoluant en cumulus au sein d’éclaircies. La Gaume, quant à elle, ne connaît pratiquement pas d’éclaircies. La neige ne subsiste que sous forme de traces au centre du pays. Dans l’Entre-Sambre-et-Meuse, la neige est encore intacte en matinée, mais fond durant l’après-midi. En Haute Belgique, la neige est excellente, notamment dans les Hautes-Fagnes, mais le plateau ardennais reste enneigé aussi avec, là, quelques 6 cm. Les températures maximales : environ 7°C sur l’ouest et le nord, 4 à 6°C ailleurs en Basse et Moyenne Belgique et faibles gelées permanentes sur les plateaux ardennais et fagnards. À suivre…
  6. Et à présent, le baptême du feu de la neige de la toute nouvelle snowcam d’Uccle.
  7. Notre plus belle station balnéaire sous la neige !
  8. La Belgique prise en tenaille par la neige. Situation approximative de la neige au sol ce 9 février 2018 aux alentours de midi.
  9. 8 février 2018 : il a fait fort froid en certains endroits du pays, la nuit dernière. En attendant les analyses météorologiques au jour le jour, voici déjà quelques températures minimales, relevées ce matin à 8 heures : Elsenborn : –15,9°C Gouvy : –12,8°C Bièvre : –11,7°C Dourbes : –10,5°C Mont-Rigi : –9,9°C Florennes : –9,1°C Stree (Huy) : –8,4°C Sivry : –8,4°C Saint-Hubert : –8,2°C Kleine Brogel : –8,2°C Aucune de ces valeurs n'est toutefois exceptionnelle. Que du contraire : c'est l'absence ou la rareté de telles valeurs au cours des années précédentes qui est exceptionnelle (ou plutôt : cela devient peu à peu caractéristique du réchauffement climatique).
  10. Neige du 7 février 2018 à 8 heures – données de l'IRM Mont-Rigi : 15 cm Presgaux (Couvin) : 12 cm Bièvre : 9 cm Gouvy : 8 cm Frassem (Arlon) : 8 cm Aubange : 7 cm Sivry : 6 cm Bierset : 5 cm Gosselies : 5 cm Florennes : 4 cm Angleur : 4 cm Hastière : 3 cm Stree (Huy) : 2 cm La Hestre : 1 cm (couverture incomplète) À noter que la limite de la neige au sol, à 1 ou 2 kilomètres près, n'a pas bougé par rapport à la veille au soir.
  11. Selon un document déjà assez ancien, les coordonnées de la station d'Angleur sont les suivantes : Lat. : 50°37'31'' Long. : 5°35'02'' Alt. : 65 m J'espère que la station n'aura pas été déplacée entre-temps. En fait, je sais assez peu de choses sur cette station et je ne dispose pas de séries climatologiques complètes non plus. C'est bien pour cette raison qu'elle ne figure pas dans la cartographie des extrêmes de températures. Mais ponctuellement, pour certains mois tout au moins, je peux déterminer sur la base des données disponibles s'il y a eu record ou non (tout en laissant ouverte la question sur l'homogénéité de ces données). Voilà. C'est tout ce que j'ai comme renseignements.
  12. Données officielles des épaisseurs de neige 7 février 2018 à 8 heures Mont-Rigi : 15 cm Bièvre : 9 cm Gouvy : 8 cm Aubange : 7 cm Sivry : 6 cm Bierset : 5 cm Gosselies : 5 cm Florennes : 4 cm Angleur : 4 cm Hastière : 3 cm Stree (Huy) : 2 cm La Hestre : 1 cm (couverture incomplète)
  13. Quelques petites gelées, il y a déjà eu à Uccle, mais rien de bien significatif. En janvier par exemple, la seule gelée enregistrée était celle du 21 janvier avec... –0,2°C ! En décembre aussi, il y a eu ici et là quelques petites gelées.
  14. Un rêve... à Frahan !
  15. La situation de ce mardi 6 février 2018 en début de soirée. Un merci tout particulier au collectif Info Météo pour toutes les mesures recueillies.