cumulonimbus

Assistants
  • Compteur de contenus

    1.629
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par cumulonimbus

  1. À noter encore qu'un hiver très récent, en l'occurrence 2014-2015, a fourni une très longue série de jours consécutifs avec de la neige au sol à Mont-Rigi : 59 jours (du 17 janvier au 16 mars). Parmi ces 59 jours, il y en a eu 53 avec couverture complète (du 17 janvier au 10 mars). L’épaisseur maximale a été de 40 cm le 2 février (Wirtzfeld a même enregistré 45 cm le 30 janvier, pour 33 cm à Mont-Rigi ce jour-là).
  2. 1er décembre 2017 La neige est présente sur une bonne portion du territoire belge. Le matin, nous observons une couche complète, par exemple, à Mont-Rigi, Saint-Hubert, Beausaint, Spa (aérodrome), Witry et Wirtzfeld, mais aussi à Uccle (6 cm à 8h), Braine-l’Alleud, Arlon, Messancy et en Flandre Orientale, où des couches non négligeables sont mesurées. Voici quelques hauteurs mesurées par des stations météorologiques privées : Erpe-Mere (à l’ouest d’Alost) : 12 cm (7h00) Herzele (à l’est de Zottegem) : 6 cm (9h24) Sint-Lievens-Houtem (au nord-ouest de Zottegem) : 5 cm (7h35) Denderleeuw (au sud d’Alost) : 2 cm (8h31) Aussi à Gand – Webcam Volkssterrenwacht Armand Pien –Gand – 1 décembre 2017 à 8h24 Au même moment à Slins (quelques 10 km au nord de Liège) et à Cerfontaine, le sol est désespérément vert, tandis qu’à Spontin (Condroz), on n’observe que des traces de neige. Les courants polaires maritimes continuent à déterminer le temps sur nos régions, avec une petite nuance continentale en raison d’un basculement vers le nord-est du flux général. Il en résulte, dans les basses couches, que le vent souffle de nord-nord-est voire nord-est au littoral (peu de déviation en raison d’un frottement faible sur la mer) et que le vent souffle de nord à l’intérieur des terres (frottement et déviation plus importants en raison d’une rugosité plus grande). Sur les Hauts Plateaux, les maxima restent négatifs (–0,9°C à Mont-Rigi et –0,8°C à Saint-Hubert). En plaine, les maxima se situent autour de 2-3°C à l’est et au centre, et autour de 4-5°C sur l’extrême ouest. Au littoral, il fait encore un peu plus doux avec 5-6°C. Dans cette dernière région, le temps est faiblement instable le matin avec cumulus et stratocumulus, puis beau avec encore quelques cumulus humilis et mediocris avant le retour de l’instabilité et des averses le soir. À l’intérieur des terres, le temps est beaucoup plus gris avec une forte propension aux stratus (fractus), ne laissant que peu de place aux éclaircies. Ici et là, on assiste à une évolution en cumulus, plus spécifiquement à l’est du pays et en Ardenne ainsi qu’en Gaume. 2 décembre 2017 Le gel nocturne est quasi généralisé, avec des valeurs parfois assez basses même en plaine, comme par exemple à Deurne avec –4,4°C. En Haute Belgique, le thermomètre descend jusqu’à –6,4°C à Gouvy. En journée, le temps reste gris sous un stratus coriace, avec tendance au brouillard, en Basse et Moyenne Belgique. Là, les maxima restent proches de 0°C, voire légèrement inférieurs. C’est ainsi qu’Uccle enregistre son premier jour d’hiver, avec un maximum (sur 24h) de –0,5°C. Au littoral, le brouillard est épais, mais parvient à se dissiper en après-midi en cédant la place à des éclaircies, accompagnées d’altocumulus. Le temps reste toutefois assez brumeux. Sur les hauteurs par contre, le temps est souvent très ensoleillé. Dans les zones limites par contre, on assiste à du brouillard et des stratus temporaires. À Cerfontaine, le temps est assez gris avec stratus nebulosus/fractus en matinée, puis les nuages bas se déchirent vers midi avec un ciel serein l’après-midi. À Beausaint, c’est l’inverse, avec du beau temps en matinée, puis du brouillard qui déborde de la vallée l’après-midi, amenant du temps gris. Aux endroits les plus privilégiés, la température monte jusqu’à 2, voire 3°C. La neige a généralement fondu à l’ouest, mais reste en place à l’est là où il en est tombé. Au centre du pays, comme à Uccle, on observe une couche partielle. À Mont-Rigi, la couche atteint 10 cm environ, et 4 cm à Aubange en Gaume. 3 décembre 2017 Un front chaud aborde le pays et est suivi d’air maritime moins froid. La hausse des températures se fait surtout sentir au littoral, avec des maxima de 8°C. Ailleurs, la couche d’air froid des basses couches a du mal à s’évacuer, avec des maxima (relevés à 19h) ne dépassant guère 1 à 2°C en plaine. Plus tard pendant la nuit, ces températures gagneront encore quelques degrés. En Haute Belgique et en Gaume par contre, le dégel ne sera souvent pas encore arrivé, même pas le lendemain à 8h. De la pluie et de la bruine accompagnent ce front chaud, qui deviennent progressivement verglaçantes en atteignant le sud et l’est du pays. En Ardenne et dans l’Entre-Sambre-et-Meuse, on observe aussi de faibles chutes de neige. À Wideûmont par exemple, la neige qui avait en grande partie fondu s’est partiellement renouvelée en cours de journée, avec une couverture neigeuse redevenant complète (2 cm environ). À Humain aussi, on observe une couverture complète dès la fin de la matinée. À Mont-Rigi, la couche atteint encore 8 cm. Là, il s’agit du cinquième jour consécutif à couverture neigeuse complète (depuis le 29 novembre), et le huitième jour consécutif (depuis le 26 novembre) si l’on comptabilise aussi les couvertures neigeuses partielles. À Mont-Rigi aussi, la température minimale (atteinte la veille en fin de soirée) a été fort basse, avec –9,5°C. Saint-Hubert, avec –8,0°C, a été fort froid aussi. Sinon, le gel a été le plus souvent très modeste. Le temps est partout très monotone avec du stratus, localement aussi du stratocumulus. Seul le ciel du littoral présente un peu plus de relief, avec des stratocumulus et de rares petits coins de ciel bleu. Le vent, quant à lui, s’est orienté au sud-ouest. Au littoral, le vent s’orientera plus tard à l’ouest et au nord-ouest. Ce n’est qu’à se moment-là (fin d’après-midi/début de soirée) que l’air doux parvient vraiment à atteindre la côte.
  3. En matière d’enneigement, les Hautes-Fagnes se portent bien ces dernières années. Hiver 2014-2015 : 69 jours (déc. : 16 jours ; jan. : 25 jours ; fév. : 28 jours) Hiver 2015-2016 : 39 jours (déc. : 0 jour ; jan. : 16 jours ; fév. : 23 jours) Hiver 2016-2017 : 53 jours (déc. : 0 jour ; jan. : 30 jours ; fév. : 23 jours) Hiver 2017-2018 : ce sera 68 jours (déc. : 28 jours ; jan. : 12 jours ; fév. : [ce sera] 28 jours) Des moyennes d’enneigement normales, voire supérieures aux normes sur les Hauts Plateaux, et une diminution en plaine ainsi que dans les parties plus basses du massif ardennais cadrent parfaitement avec le réchauffement climatiques. Au-dessus de 500 mètres, dans notre pays, l’augmentation des précipitations compense encore largement la hausse des températures, ce qui fait que les conditions de neige ne se détériorent pas, voire s’améliorent (les couches plus épaisses fondant moins vite que les couches minces). Les plus basses altitudes, souvent déjà à la limite pour avoir de la neige même avant le réchauffement climatique, tombent à présent de plus en plus souvent en dessous de cette limite. Et l’augmentation des précipitations… se traduit là en pluie la plupart du temps ! En attendant, le dernier « mauvais » hiver pour les Hautes-Fagnes a été 2013-2014.
  4. SAINT-VALENTIN Le saviez-vous ? Souvenez-vous ! Il y a 20 ans, nous avons connu l’une des Saint-Valentin les plus chaudes de l’histoire de la Belgique. Sous un ciel bleu, très légèrement voilé mais permettant une insolation presque maximale, les températures explosent dans tout le pays en ce 14 février 1998. Voici quelques valeurs : Dourbes : 18,6°C Hastière : 18,5°C Gosselies : 18,3°C Liège-Monsin : 18,1°C (pour 17,1°C à Bierset) Stavelot : 18,1°C Thirimont : 18,0°C Uccle, avec ses 16,5°C, arrive à la 2e position des Saint-Valentin les plus chaudes… depuis 1833 ! L’année passée, la Saint-Valentin a été fort chaude aussi. Sous un ciel cette fois-ci parfaitement serein, la température atteint 15,8°C à Uccle en ce 14 février 2017, soit la 3e Saint-Valentin la plus chaude de l’histoire. Ailleurs il a fait parfois plus doux encore : Liège-Angleur : 16,9°C Dourbes : 16,7°C Sivry : 16,4°C Hastière par contre est « victime » d’une inversion thermique qui se résorbe mal et doit se contenter de 11,4°C. Et les Gaumais n’ont pas plus de chance avec 10,8°C à Aubange et 10,2°C à Buzenol. Très extrême aussi : le 14 février 1961. Pour Uccle, c’est même LA Saint-Valentin la plus chaude avec 17,8°C *. À Kleine Brogel, on relève 18,2°C, et 17,9°C à Deurne, 17,3°C à Beauvechain, 17,2°C à Chièvres et 17,0°C à Bierset, le tout sous du très beau temps, ciel bleu avec quelques cirrus et l’un ou l’autre banc d’altocumulus lenticularis. La Gaume est à nouveau soumise à une inversion, avec « seulement » 14,6°C à Virton. * La valeur d’Uccle a été mesurée sous un abri fermé dans le cadre des relevés synoptiques. Il s’agit donc d’une valeur correcte et comparable avec les autres données. À toutes et à tous, une très bonne
  5. Quelques épaisseurs de neige (données officielles) Samedi 10 février 2018 à 8 h Koersel : 1 cm (neige couvrant plus de la moitié du sol) Uccle : < 1 cm (neige couvrant plus de la moitié du sol) Gosselies : 2 cm Stree (Huy) : 2 cm Mont-Rigi : 8 cm Gouvy : 10 cm Sivry : 1 cm Hastière : 2 cm Bièvre : 9 cm Aubange : 5 cm Dimanche 11 février 2018 à 8 h Koersel : pas de neige Uccle : pas de neige Gosselies : pas de neige Stree (Huy) : pas de neige Mont-Rigi : 18 cm Gouvy : 11 cm Sivry : 1 cm (neige couvrant plus de la moitié du sol) Hastière : pas de neige Bièvre : 10 cm Aubange : 6 cm Lundi 12 février 2018 à 8 h Koersel : pas de neige Uccle : pas de neige Gosselies : pas de neige Stree (Huy) : 2 cm Mont-Rigi : 24 cm Gouvy : [pas de données] Sivry : 3 cm Hastière : pas de neige Bièvre : 8 cm Aubange : 2 cm
  6. 3 février 2018 La situation atmosphérique devient plus confuse avec plusieurs occlusions qui restent traîner sur nos régions ou à proximité de celles-ci, tandis qu’un anticyclone scandinave se développe de plus en plus pour créer une situation de blocage. De l’air polaire maritime commence tout doucement à stagner sur nos régions en dessous des nuages de l’occlusion, avec des températures maximales un peu trop faibles pour la saison, de l’ordre de 4 à 6°C en plaine et légèrement inférieures à 0°C sur les hauts plateaux. Comme l’air est froid en altitude aussi, nous avons une situation hybride entre stabilité et instabilité, avec un nimbostratus au sein duquel se développent des cumulonimbus enclavés, ce qui signifie que nous avons des averses qui se mêlent aux pluies continues. En dehors des précipitations, on observe des stratus et stratocumulus et, en l’absence de ceux-ci, des altostratus parfois translucidus. Au littoral, la coexistence de la stabilité et de l’instabilité (couches instables alternant avec des couches stables) est très visible : Webcam IRM – Zeebruges – 3 février 2018 à 8h30 La Gaume par contre connaît quelques éclaircies, avec cirrus évoluant graduellement en altostratus et en dessous, fractus évoluant en cumulus, avec un peu d’étalement en stratocumulus. À partir de 400-500 mètres d’altitude, les précipitations tombent sous forme de neige. Il faudra cependant monter à 600 mètres pour avoir un enneigement de qualité. 4 février 2018 L’anticyclone scandinave prend le dessus et une circulation de nord-est s’établit sur nos régions. Des occlusions, désormais affaiblies, nous reviennent sous la forme de retours d’est. Le ciel est souvent très nuageux avec des stratocumulus (parfois doublés de cumulus), mais il y a aussi des éclaircies avec cumulus et altocumulus. De temps en temps, on note également quelques flocons de neige. Au littoral, en raison des températures plus élevées dans les basses couches, l’air est plus instable, avec moins de stratocumulus et des éclaircies plus belles, mais aussi des cumulonimbus avec averses. Après des gelées nocturnes quasi généralisées (une large bande littorale en a été épargnée, ainsi que ponctuellement quelques localités du sud du pays), les températures maximales sont remontées jusqu’à 5 ou 6°C sur l’ouest et l’extrême nord du pays, mais seulement jusqu’à 2 ou 3°C sur le centre. Sur les hauteurs, on a assisté à une gelée permanente marquée, avec un maximum de –3,7°C à Mont-Rigi et de –3,0°C à Elsenborn. Saint-Hubert ne dépasse pas –1,8°C et Bièvre, –1,4°C. Le sol commence à être enneigé à partir de 200-300 mètres d’altitude environ (plutôt 200 mètres au sud du massif ardennais, plutôt 300 mètres au nord). À Mont-Rigi, on mesure 10 cm de neige ; à Bièvre, 3 cm ; à Aubange, 2 cm ; à Gouvy, 1 cm. La photo ci-dessous, de Frahan, montre à merveille comment la neige tient sur les hauteurs, mais a encore du mal à accrocher le sol de la vallée. 5 février 2018 Le régime devient nettement plus anticyclonique, avec du beau temps (quelques altocumulus et quelques cumulus) après la dissipation de la grisaille matinale (stratus fractus, parfois nebulosus). En Gaume, on note encore pas mal de stratocumulus en matinée. Les températures minimales tournent autour de 0°C au littoral et à l’ouest (même +2,3°C au port de Zeebruges), de –2°C au centre et de –6°C sur les hauteurs. En raison d’une certaine turbulence de l’air, l’air froid ne s’accumule pas encore dans les cuvettes et c’est bien Mont-Rigi qui connaît la température la plus froide, avec –6,5°C. En journée, grâce au soleil, les températures remontent avec cependant des valeurs assez variables : entre 2 et 6°C en plaine et entre –2 et –4°C sur les hauteurs (là, il fait fort froid même en journée). À plus basse altitude, la neige au sol tend à disparaître par sublimation (températures positives mais points de rosée fort bas dans l’air sec). Cela signifie que la neige passe directement du solide à la vapeur, sans passer par le stade de neige fondante (avec gadoue, etc.). Même à Wideûmont, la couche de neige diminue fort, en restant blanche mais en présentant des trous de plus en plus grands. Snowcam IRM – Wideûmont – 5 février 2018 à 16h10 À Mont-Rigi par contre, la couverture neigeuse reste intacte et l’épaisseur ne diminue que peu en journée. 6 février 2018 L’air est froid sur tout le pays, mais une perturbation liée à un front chaud immobilisé au sud de notre pays coupe littéralement notre pays en deux, avec de la neige au sud et une absence totale de neige au nord. Cette ligne, pratiquement droite, s’étend de Valenciennes (FR) à Maastricht (NL) en passant à une dizaine de kilomètres au nord de l’axe Charleroi – Namur – Liège. En d’autres termes, les trois villes en question sont sous la neige, mais il n’y a absolument rien à Bruxelles. La délimitation, par ailleurs, est très nette : en peu de kilomètres, on passe d’un sol vert à un sol recouvert de 3 à 4, voire même de 6 centimètres de neige. La carte ci-dessous reprend la situation en début de soirée. Celle-ci a pu être réalisée grâce aux nombreuses photos et mesures faites par des particuliers. Un merci tout particulier est adressé au collectif Info Météo qui a récolté et regroupé toutes ces données. Il s’agit là d’une situation très difficile à cerner pour un prévisionniste. Il s’en est fallu de peu, par ailleurs, pour qu’il n’y ait pas de neige au sud non plus, mais de la pluie verglaçante. Le sondage atmosphérique d’Idar-Oberstein de 19 heures, très représentatif, aussi, pour le sud-est de la Belgique, nous montre de l’air froid dans les basses couches, poussé par un vent de nord-est. Vers 1000 mètres d’altitude, c’est de l’air plus doux et sec qui est acheminé, tandis qu’un peu au-dessus de 2000 mètres, c’est l’air humide, accompagnés des nuages neigeux, qui amené par des vents de sud-ouest. Une couche de dégel est présente entre 1000 et 1200 mètres environ, mais grâce aux points de rosée très bas à ce niveau, la neige ne se transforme pas en pluie. À Metz par contre, on observe bel et bien des pluies verglaçantes. Paris par contre n’a pas été affectée par la langue d’air doux vers les 1000 mètres d’altitude (restants d’un secteur chaud située plus à l’est) et connaît en plein les chutes de neige (couche montant rapidement à 8 cm à l’aéroport de Charles de gaulle). Chez nous, la partie du pays située au sud de la ligne précitée connaît toute la journée un nimbostratus neigeux, avec de la neige certes faible, mais tombant en continu sous un ciel gris blanchâtre, sans relief aucun. À Bierset par exemple, on observe un enneigement de 2 cm à 16 heures et de 4 cm à 19 heures, avant de monter à 5 cm en cours de nuit. À Mont-Rigi, la couche finira par atteindre 15 cm (mais là, de la neige préexistait déjà). Au littoral, région la plus éloignée de la zone de neige, le temps est particulièrement beau et ensoleillé, mais avec un vent fort froid. Au centre du pays, le ciel est plus nuageux avec des cirrus/cirrostratus et des altocumulus, et des cumulus qui se forment en dessous vers midi. L’après-midi, ces cumulus se réduisent à des fractus avant l’arrivée de bancs de stratocumulus. Les températures maximales : 2 à localement 3°C sur l’ouest et le nord du pays, 0 à 1°C au centre et le plus souvent des gelées permanentes de –1 à –3°C dans les régions où il neige. Mais localement dans les vallées, il y a un dégel temporaire. 7 février 2018 La limite de la neige au sol, par rapport à la veille, n’a pas bougé (à un ou deux kilomètres près). L’épaisseur de la neige, par contre, a encore quelque peu augmenté par endroit, plus spécifiquement sur la bordure sud du pays. Ci-dessous, la carte reprenant cette fois-ci les données officielles, mesurées par l’IRM à 8 heures du matin en ce 7 février. Et voici la liste des stations avec les mesures : Mont-Rigi : 15 cm Presgaux (Couvin) : 12 cm Bièvre : 9 cm Gouvy : 8 cm Frassem (Arlon) : 8 cm Aubange : 7 cm Sivry : 6 cm Bierset : 5 cm Gosselies : 5 cm Florennes : 4 cm Angleur : 4 cm Hastière : 3 cm Stree (Huy) : 2 cm La Hestre : 1 cm (couverture incomplète) À côté des 15 cm de Mont-Rigi, on remarquera les 12 cm de Presgaux (près de Couvin), dans le sud de l’Entre-Sambre-et-Meuse. Cette région est déjà plus touchée par la perturbation qui déverse toute sa neige sur Paris. En effet à l’aéroport de Charles De Gaulle, la couche atteint 15 cm, et il neige avec des rafales jusqu’à 60 km/h. À Montsouris, la couche atteint 12 cm. À Chartres et à Orléans, on mesure 15 cm. En journée, les chutes de neige cessent, mais le ciel reste fort gris sur le sud du pays, avec un stratus persistant. Ce n’est qu’après le coucher du soleil que le ciel se dégagera. Au nord d’une ligne qui vers midi s’étend… à nouveau de Valenciennes à Maastricht, le temps est beau avec juste quelques bancs d’altocumulus. Dans la zone limite, le ciel tend à être plus nuageux en matinée (brumes, stratocumulus résiduels puis altocumulus) et plus dégagé l’après-midi. Les maxima, sous le soleil, se situent souvent autour de 2°C en plaine. Le sud et l’est du pays connaissent des gelées permanentes presque généralisées, avec des maxima de –3 à –4°C sur les hauteurs et un peu inférieurs à 0°C dans les vallées. Ici et là quelques valeurs positives avec 1,1°C à Hastière, 0,8°C à Aubange et 0,3°C à Buzenol. En soirée, avec les éclaircies qui se généralisent, les températures sont en chute libre. 8 janvier 2018 Une nuit généralement peu nuageuse et un vent plus calme sont responsables d’une nuit très froide, notamment au-dessus des sols enneigés. C’est ainsi qu’Elsenborn plonge jusqu’à –15,9°C ! Gouvy enregistre –12,8°C, Bièvre –11,7°C et Dourbes –10,5°C. Mont-Rigi, avec –9,9°C, n’arrive tout juste pas à franchir la barre de –10°C. Ailleurs, le froid est plus modeste, avec des valeurs comprises le plus souvent entre –4 et –8°C (Uccle : –4,8°C). Le bord immédiat de la mer ne connaît pas de gel, avec un minimum de +0,4°C au port de Zeebruges. Le temps est généralement beau avec brume et cirrus, mais on observe aussi parfois d’importants bancs de stratocumulus, localement coriaces. Au littoral, des cirrostratus apparaissent en cours d’après-midi. Les températures maximales sont très différentes d’un endroit à l’autre. Sur l’ouest et le nord du pays, on atteint 5 à 6°C, encore 4°C au centre mais plus que 1 à 2°C sur le centre-est et le centre-sud du pays. En Haute Belgique, on observe de faible gelées permanentes (de 0 à –1°C) sur les Hauts Plateaux, mais 2°C à Elsenborn, Bièvre et Gouvy. 9 janvier 2018 Une prévision neigeuse ultra-médiatisée. On attend 2 à 5 cm de neige… présentés comme un événement exceptionnel ! Et pour finir, il ne tombera même pas ça ! Pas mal d'ironie a d'ailleurs circulé sur les réseaux sociaux à ce propos, comme par exemple cette image : Malgré cela, la journée a été loin d’être inintéressante. La carte ci-dessous (situation vers midi) montre la Belgique prise en tenaille par la neige : à l’ouest une neige fraîchement tombée, à l’est une neige déjà présente sur le sol depuis plusieurs jours. Cette neige s’avance vers l’est, ce qui fait qu’à un moment, le pays tout entier ou à peu près se retrouve enneigé. Mais ce moment est bref, le dégel intervient presqu’aussitôt et en plaine, la couche de neige fondra aussi vite qu’elle ne s’est formée. En plus, bien souvent, il n’est pas tombé grand-chose. À Gosselies par exemple, on relève 2 cm à 19 heures. À Uccle, la toute nouvelle snowcam laisse voir un mince enneigement, mais complet à 16h45. Cette couche augmentera encore un peu en soirée (jusqu’à 2 cm), puis le dégel interviendra déjà, de telle sorte que le lendemain matin, il n’en restera que des traces. En Haute Belgique par contre, l’hiver est bien installé et les nouvelles chutes de neige augmentent encore légèrement la couche. Deux occlusions, en effet, traversent le pays et sont suivies d’air maritime un peu plus doux. Le temps, d’abord légèrement voilé par des cirrus, devient rapidement couvert avec altostratus (parfois translucidus), suivis de nimbostratus neigeux. Au littoral, le ciel est bien couvert toute la journée et la neige y arrive dès la fin de matinée. Mais le dégel arrive là dès l’après-midi, avec de la pluie et des températures de 4 à 5°C en début de soirée. Au centre du pays, c’est en fin de soirée que le dégel intervient. En Haute Belgique, le ciel est gris (stratus et stratocumulus, plus tard altostratus partiellement visible) et, comme déjà dit, l’hiver et le gel se maintiennent. 10 février 2018 Le temps redevient maritime et, paradoxalement, assez beau. Après la dispersion de stratocumulus matinaux, on note de larges éclaircies avec quelques cumulus et, plus tard, des cirrus suivis de quelques altocumulus (au littoral, aussi altostratus). Sur l’est du pays, on note encore un peu de pluie, et des éclaircies qui arrivent plus tard. Dès 300 mètres d’altitude, ces précipitations tombent sous forme de neige. En Ardenne par exemple, le ciel est uniformément gris en matinée, puis des stratocumulus se dessinent l’après-midi, et se déchirent en évoluant en cumulus au sein d’éclaircies. La Gaume, quant à elle, ne connaît pratiquement pas d’éclaircies. La neige ne subsiste que sous forme de traces au centre du pays. Dans l’Entre-Sambre-et-Meuse, la neige est encore intacte en matinée, mais fond durant l’après-midi. En Haute Belgique, la neige est excellente, notamment dans les Hautes-Fagnes, mais le plateau ardennais reste enneigé aussi avec, là, quelques 6 cm. Les températures maximales : environ 7°C sur l’ouest et le nord, 4 à 6°C ailleurs en Basse et Moyenne Belgique et faibles gelées permanentes sur les plateaux ardennais et fagnards. À suivre…
  7. Et à présent, le baptême du feu de la neige de la toute nouvelle snowcam d’Uccle.
  8. Notre plus belle station balnéaire sous la neige !
  9. La Belgique prise en tenaille par la neige. Situation approximative de la neige au sol ce 9 février 2018 aux alentours de midi.
  10. 8 février 2018 : il a fait fort froid en certains endroits du pays, la nuit dernière. En attendant les analyses météorologiques au jour le jour, voici déjà quelques températures minimales, relevées ce matin à 8 heures : Elsenborn : –15,9°C Gouvy : –12,8°C Bièvre : –11,7°C Dourbes : –10,5°C Mont-Rigi : –9,9°C Florennes : –9,1°C Stree (Huy) : –8,4°C Sivry : –8,4°C Saint-Hubert : –8,2°C Kleine Brogel : –8,2°C Aucune de ces valeurs n'est toutefois exceptionnelle. Que du contraire : c'est l'absence ou la rareté de telles valeurs au cours des années précédentes qui est exceptionnelle (ou plutôt : cela devient peu à peu caractéristique du réchauffement climatique).
  11. Neige du 7 février 2018 à 8 heures – données de l'IRM Mont-Rigi : 15 cm Presgaux (Couvin) : 12 cm Bièvre : 9 cm Gouvy : 8 cm Frassem (Arlon) : 8 cm Aubange : 7 cm Sivry : 6 cm Bierset : 5 cm Gosselies : 5 cm Florennes : 4 cm Angleur : 4 cm Hastière : 3 cm Stree (Huy) : 2 cm La Hestre : 1 cm (couverture incomplète) À noter que la limite de la neige au sol, à 1 ou 2 kilomètres près, n'a pas bougé par rapport à la veille au soir.
  12. Selon un document déjà assez ancien, les coordonnées de la station d'Angleur sont les suivantes : Lat. : 50°37'31'' Long. : 5°35'02'' Alt. : 65 m J'espère que la station n'aura pas été déplacée entre-temps. En fait, je sais assez peu de choses sur cette station et je ne dispose pas de séries climatologiques complètes non plus. C'est bien pour cette raison qu'elle ne figure pas dans la cartographie des extrêmes de températures. Mais ponctuellement, pour certains mois tout au moins, je peux déterminer sur la base des données disponibles s'il y a eu record ou non (tout en laissant ouverte la question sur l'homogénéité de ces données). Voilà. C'est tout ce que j'ai comme renseignements.
  13. Données officielles des épaisseurs de neige 7 février 2018 à 8 heures Mont-Rigi : 15 cm Bièvre : 9 cm Gouvy : 8 cm Aubange : 7 cm Sivry : 6 cm Bierset : 5 cm Gosselies : 5 cm Florennes : 4 cm Angleur : 4 cm Hastière : 3 cm Stree (Huy) : 2 cm La Hestre : 1 cm (couverture incomplète)
  14. Quelques petites gelées, il y a déjà eu à Uccle, mais rien de bien significatif. En janvier par exemple, la seule gelée enregistrée était celle du 21 janvier avec... –0,2°C ! En décembre aussi, il y a eu ici et là quelques petites gelées.
  15. Un rêve... à Frahan !
  16. La situation de ce mardi 6 février 2018 en début de soirée. Un merci tout particulier au collectif Info Météo pour toutes les mesures recueillies.
  17. Limite approximative de la neige au sol en ce 6 février 2018 vers 17 heures.
  18. BULLETIN DES NEIGES SELON LES WEBCAMS – JANVIER 2018 Voici la couverture neigeuse observée en Belgique d’après les webcams. L’interprétation de ces images a été faite de la façon la plus objective possible. Mais cela reste des évaluations d’après ce qui est visible sur lesdites webcams. X = couverture neigeuse complète (au moins à un moment du jour) > 1/2 = neige recouvrant plus de la moitié du sol (au moins à un moment du jour) < 1/2 = neige recouvrant moins de la moitié du sol (au moins à un moment du jour) traces = plaques de neige restante ou très fine couche, ne blanchissant pas vraiment le sol j. comp. = nombre de jours avec couverture neigeuse complète j. part. = nombre total de jours avec couverture neigeuse (partielle ou complète) |--------|---------|---------|---------|---------|---------|---------|---------|---------|---------| |. Date .|Mont-Rigi|Fraiture |Wirtzfeld|Wideûmont|Bastogne |. Witry .|Beausaint|. Uccle .|Courtrai | |........|. 673 m .|. 580 m .|. 566 m .|. 545 m .|. 515 m .|. 443 m .|. 376 m .|. 100 m .|.. 15 m .| |--------|---------|---------|---------|---------|---------|---------|---------|---------|---------| |01/01/18|. > 1/2 .|.........|.........| traces .|.........|.........|.........|.........|.........| |02/01/18|. > 1/2 .|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........| |03/01/18|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........| |04/01/18|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........| |05/01/18|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........| |06/01/18|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........| |07/01/18|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........| |08/01/18|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........| |09/01/18|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........| |10/01/18|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........| |11/01/18|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........| |12/01/18|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........| |13/01/18|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........| |14/01/18|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........| |15/01/18|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........| |16/01/18|. > 1/2 .|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........| |17/01/18|... X ...|... X ...|... X ...|. > 1/2 .|. > 1/2 .| traces .| traces .|.........|.........| |18/01/18|... X ...| traces .|... X ...|. < 1/2 .|. < 1/2 .|.........|.........|.........|.........| |19/01/18|... X ...|. > 1/2 .|... X ...|.........|. > 1/2 .|.........|.........|.........|.........| |20/01/18|... X ...|... X ...|... X ...|... X ...|... X ...|... X ...|... X ...|.........|.........| |21/01/18|... X ...|... X ...|... X ...|... X ...|... X ...|... X ...|... X ...|.........|.........| |22/01/18|... X ...|... X ...|... X ...|... X ...|... X ...|... X ...|. < 1/2 .|.........|.........| |23/01/18|... X ...| traces .|... X ...|.........|.........|.........|.........|.........|.........| |24/01/18| traces .|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........| |25/01/18|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........| |26/01/18|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........| |27/01/18|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........| |28/01/18|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........| |29/01/18|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........| |30/01/18|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........| |31/01/18|. > 1/2 .|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........|.........| |--------|---------|---------|---------|---------|---------|---------|---------|---------|---------| |j. comp.|... 7 ...|... 4 ...|... 7 ...|... 3 ...|... 3 ...|... 3 ...|... 2 ...|... 0 ...|... 0 ...| |j. part.|.. 12 ...|... 7 ...|... 7 ...|... 6 ...|... 6 ...|... 4 ...|... 4 ...|... 0 ...|... 0 ...| |--------|---------|---------|---------|---------|---------|---------|---------|---------|---------| |. Date .|Mont-Rigi|Fraiture |Wirtzfeld|Wideûmont|Bastogne |. Witry .|Beausaint|. Uccle .|Courtrai | |........|. 673 m .|. 580 m .|. 566 m .|. 545 m .|. 515 m .|. 443 m .|. 376 m .|. 100 m .|.. 15 m .| |--------|---------|---------|---------|---------|---------|---------|---------|---------|---------|
  19. Une bonne photo vaut mieux qu'un long discours...
  20. 25 janvier 2018 Nous nous retrouvons à l’arrière d’un double front froid, malgré cela il ne fait pas vraiment froid. Mais nous perdons quand même 4°C en moyenne par rapport à la veille, à l’exception de l’est et du sud du pays (2 à 3°C, voire moins dans l’extrême sud du pays). En d’autres termes, les maxima se situent autour de 9 à 10°C en plaine et de 5 à 6°C sur les hauteurs. Le temps est assez différent d’un endroit à l’autre du pays. Au littoral, on observe une petite instabilité post-frontale en dessous de nuages frontaux assez minces. Cela signifie que des cumulus (au sein de stratocumulus) parviennent parfois à se développer jusqu’au petit cumulonimbus avec l’une ou l’autre petite averse. Au-dessus, on observe des altostratus tendant vers le cirrostratus et quelques altocumulus. Au centre, on note des stratocumulus, se transformant plus tard en cumulus et laissant apparaître une nappe d’altostratus. Au fur et à mesure qu’on se dirige vers le sud, on a affaire à un nimbostratus donnant des pluies intermittentes (Entre-Sambre-et-Meuse), puis de plus en plus constantes et fortes (Gaume). C’est ainsi qu’on totalise 22 mm de pluie à Aubange, 14 mm à Buzenol, 12 mm à Virton et 10 mm à Torgny. À Florennes, il tombe encore 2 mm alors que sur le nord et l’ouest du pays, il ne pleut pas ou presque pas. 26 janvier 2018 Le front s’éloigne mais le temps reste gris et devient de plus en plus monotone. Le ciel est très nuageux avec des stratocumulus qui ne présentent que quelques brèches. L’après-midi, on note parfois une transformation temporaire en cumulus. À Uccle, les quelques éclaircies permettent au soleil de briller… 6 minutes ! Plus à l’est, les stratocumulus/cumulus sont moins nombreux, mais un voile de cirrostratus/altostratus empêche en grande partie d’avoir des éclaircies. Seul le littoral (et dans une moindre mesure l’extrême ouest du pays) bénéficie d’éclaircies. Là, le voile d’altitude disparaît dès le matin et les stratocumulus sont plutôt épars. Les températures : 7 à 8°C en plaine, 4 à 5°C sur les hauteurs. 27 janvier 2018 Une faible tendance anticyclonique précède l’arrivée d’un front chaud. Mais seul le sud profite de cette crête anticyclonique et encore, pas partout. En Ardenne, le brouillard du matin se transforme en stratus puis en stratocumulus qui se dispersent vers midi. L’après-midi, le ciel est bleu avec des cumulus plats avant l’arrivée d’un voile d’altitude. En Gaume par contre, le brouillard tend à persister avec des éclaircies plutôt rares l’après-midi. À Uccle par contre, l’actinomètre n’enregistre pas la moindre insolation : 0h00 ! Là, le ciel est à nouveau désespérément couvert de stratocumulus (après les stratus matinaux), ce qui est le cas aussi pour l’Entre-Sambre-et-Meuse, sauf qu’il y a quelques maigres éclaircies dans cette région. C’est le littoral, à nouveau, qui tire le mieux son épingle du jeu. Là, le ciel est clair, avec quelques cirrus et de modestes cumulus à la mi-journée. L’après-midi cependant, le ciel se voile à l’approche du front chaud. Les températures maximales : 3 à 4°C en Gaume sous le brouillard (après de petites gelées nocturnes), sinon 4 à 5°C sur les hauteurs et 5 à 8°C en plaine. 28 janvier 2018 Le front chaud n’arrange rien. À part que les températures montent un peu, le ciel reste toujours aussi gris. Uccle enregistre juste une petite minute de soleil ! Et cette fois-ci, la grisaille est là pour tout le monde. Stratocumulus présentant peu de brèches, formés en dessous d’une inversion située à un petit 1000 mètres. Les seules nuances : le matin il y a parfois une tendance aux stratus à la suite de la stabilité des basses couches, l’après-midi, il y a parfois une tendance aux cumulus en raison de l’instabilité des basses couches. Mais ces cumulus, en buttant sur l’inversion, reforment aussitôt des stratocumulus. Dans certaines régions, plus particulièrement au sud du pays, la tendance aux brouillards et aux stratus se maintient toute la journée. Au littoral par contre, on observe encore quelques éclaircies en matinée, entre les altocumulus et les cirrus, avant que les stratocumulus n’arrivent là aussi. Les températures maximales restent un peu à la traîne en Gaume, avec 7 à 8°C (d’où la persistance des brouillards et stratus), sinon il fait le plus souvent 11 à 12°C en plaine, 9 à 10°c en Moyenne Belgique et 5 à 6°C sur les hauteurs. 29 janvier 2018 Le secteur chaud est large, ce qui fait que nous restons une bonne partie de la journée sous cet air chaud. Mais un secteur chaud maritime n’apporte jamais rien de bon en hiver. L’air, en provenance des parties très tièdes de l’Océan, se refroidit par le bas sur les eaux moins tièdes des latitudes plus élevées, et concentre toute l’humidité dans les basses couches. Puis, en raison d’une certaine turbulence de l’air, l’humidité est quelque peu rejetée vers le haut et forme les stratocumulus. Au littoral, où les rafales atteignent 75 km/h, on assiste à la formation de véritables ondulations dans les stratocumulus. Webcam IRM – Zeebruges – 29 janvier 2018 à 13h25 Le renforcement du vent se fait surtout sentir à l’approche du front froid. Celui-ci traversera le pays dans le courant de la soirée. En attendant, Bruxelles s’apprête à vivre une nouvelle journée sans soleil. Sur les 5 journées qui viennent de s’écouler, le soleil n’aura brillé que 7 minutes en tout ! En tout cas en ce 29 janvier, les seuls nuages visibles, pour l’observateur au sol, sont à peu de choses près les stratocumulus, si l’on excepte les rares cumulus et les rares fractus formés en dessous, et le voile d’altitude (cirrus, cirrostratus, altocumulus) très occasionnellement visible dans les déchirures de la nappe. Les températures maximales sont presque les mêmes que la veille : 10 à 12°C en plaine (12,5°C à Kruishoutem), 9 à 10°C en Moyenne Belgique et 5 à 6°C sur les hauteurs. La Gaume reste à nouveau calée à 7-8°C (mais le brouillard, en raison de la turbulence, y a disparu). 30 janvier 2018 Une rapide, quoique temporaire construction anticyclonique nous vaut une très belle journée, la première depuis longtemps. Après une nuit plus froide que les précédentes, avec ici et là des gelées même en plaine, le temps est beau avec des cirrus et quelques cumulus humilis l’après-midi. En fin de journée, on observe aussi quelques bancs d’altocumulus et de stratocumulus. Au-dessus de la mer, c’est l’inverse qui se passe : des cumulus présents en matinée, qui se résorbent l’après-midi. Le sud et l’est du pays connaissent également du brouillard et des stratus, et les stratocumulus y sont plus présents aussi, avec parfois des cumulus qui viennent littéralement s’y encastrer. Webcam MB – Beausaint – 30 janvier 2018 à 13h20 Le soleil de fin janvier, déjà un brin plus fort, compense en partie l’origine plus fraîche de la masse d’air, et les températures maximales atteignent 9 à 10°C en plaine et environ 6°C sur les hauteurs. 31 janvier 2018 L’accalmie fut de courte durée. Un train de perturbations nous attend déjà, avec pluie et vent au rendez-vous. En fait, un nimbostratus couvre tout le pays et nous arrose copieusement. En fin de journée, le ciel s’éclaircit un peu, notamment au littoral (stratocumulus puis cumulus sous un voile d’altitude). Vers le coucher du soleil, ces éclaircies atteignent aussi le centre (mais trop tard pour enregistrer la moindre minute de soleil à Uccle). Les températures maximales, atteintes en première moitié de journée, se situent le plus souvent autour de 9°C en plaine et autour de 5 ou 6°C sur les hauteurs. L’après-midi, ces températures baissent de plusieurs degrés. C’est ainsi qu’à Mont-Rigi, la température passe de 3,7°C (16h) à 0,5°C (17h) avec comme résultat de la neige qui commence à accrocher dans les Hautes-Fagnes peu avant 17 heures. En soirée, on note aussi le passage d’une ligne faiblement orageuse (mais avec quelques gros coups de tonnerre), accompagnée de grêle/grésil. Ces orages concernent principalement une région située un peu au sud de la Sambre et de la Meuse. En autres, on entend le tonnerre à Hamois, Hastière, Ciney, Rocourt et Jalhay. À Waimes, il s’agit d’un véritable orage de neige. Enfin quelques totaux de précipitations conséquents : Aubange : 22 mm Neufchâteau : 21 mm Buzenol : 20 mm Bièvre : 19 mm Étalle : 19 mm Chaineux : 19 mm Torgny : 18 mm La plupart des gros totaux concernent le sud et l’est du pays, mais ponctuellement, on en trouve aussi ailleurs, comme par exemple à Deurne (16 mm). Ce mois de janvier 2018, avec 26h59 d’insolation à Uccle (normale : 58h34), occupe la quatrième place parmi les mois de janvier les moins ensoleillés depuis 1887. Le mois de décembre 2017, qui précède, a même occupé la deuxième position parmi les mois de décembre les moins ensoleillés. Les mois de décembre et janvier réunis occupent aussi la deuxième place de la période la moins ensoleillée jamais observée, après le couple décembre1934-janvier 1935 qui avaient fait à l’époque un doublé en matière de mois les plus sombres de l’histoire. 1er février 2018 La neige est de retour en Haute Belgique. On en observe, par exemple, à Mont-Rigi (mince couverture complète, persistant toute la journée), à Wirtzfeld (mince couverture complète le matin, restes l’après-midi), à la Baraque de Fraiture (« saupoudrage ») et à Wideûmont (traces à partir de midi). Notre pays se trouve à présent sous l’influence de courants polaires maritimes nettement plus frais que ce que nous avons vécu les jours précédents. Le temps est variable avec de la pluie et des averses, mais aussi des éclaircies, avec en matinée des stratocumulus dans lesquels s’encastrent des nuages convectifs, puis des éclaircies avec des cumulus. Au littoral, l’instabilité est plus franche avec cumulonimbus bien visibles en matinée, puis également éclaircies avec cumulus. En Gaume par contre, le ciel reste très nuageux toute la journée, avec là aussi des averses. Les températures maximales : souvent autour des 6°C en plaine, entre –1°C et 1°C sur les hauteurs. 2 février 2018 Une bonne couche de neige s’est formée en bien des endroits en Haute Belgique. À Mont-Rigi, on mesure quelques 4 cm le matin, et près de 10 cm en fin d’après-midi. Wirtzfeld est bien blanc aussi, avec là un petit 10 cm en milieu de journée. À la Baraque de Fraiture, le paysage reste bien blanc toute la journée. À Wideûmont, on note une mince couche complète, qui commence à fondre en fin de journée. À Bastogne, la situation est à peu près similaire. À Beausaint par contre, l’enneigement observé à 10 heures est très temporaire. Avant et après, il n’y a que des traces de neige, traces disparaissant complètement l’après-midi. Parmi les mesures officielles de l’IRM, nous avons encore, à 8 heures du matin, 3 cm à Bièvre (couverture complète) et 2 cm à Gouvy (couverture complète). L’un des endroits les plus bas où de la neige nous a été signalée est Ohey en Province de Namur (265 m) avec un blanchissement très temporaire du sol. Le temps : après un temps pluvieux en matinée, le temps est plus franchement instable (parfois même orageux), avec des cumulonimbus pouvant prendre un aspect menaçant, suivis d’éclaircies tout aussi marquées. À l’est et au sud du pays, le temps reste cependant fort gris en raison des nombreux stratocumulus entre les nuages d’averses. Au littoral par contre, le ciel de traîne est bien tranché, avec cumulus et cumulonimbus se détachant nettement dans le ciel. Webcam IRM – Zeebruges – 2 février 2018 à 12h00 et 12h20 Les températures maximales : 6 à 7°C au littoral, 5 à 6°C en plaine, 4 à 5°C en Moyenne Belgique et 0 à 1°C sur les hauteurs. À suivre…
  21. 19 janvier 2018 L’hiver revient déjà dans les Hautes-Fagnes et les Cantons de l’Est, avec une couche de neige qui s’est bien renouvelée. Ailleurs, ce n’est pas (ou peu) le cas en ce 19 janvier, avec des températures matinales le plus souvent légèrement positives. À Bastogne et à la Baraque de Fraiture, on n’observe qu’un faible enneigement du sol. Comme avant la tempête, une circulation d’ouest-nord-ouest se remet en place sur nos régions, qui bascule ensuite vers l’ouest avec tendance ouest-sud-ouest à l’approche d’une nouvelle perturbation. Au sol, bien sûr, par effet de frottement, les vents sont orientés dès le départ à l’ouest-sud-ouest, pour basculer vers le sud-ouest. En journée, le temps n’est pas trop mauvais, avec des éclaircies et des cumulus mediocris, et quelques stratocumulus. Dans le sud du pays, ces stratocumulus sont plus nombreux avec une tendance nettement plus grise. Dans la région côtière, l’instabilité est plus marquée avec des cumulus congestus. Ces dômes convectifs sur l’ouest et le nord du pays sont visibles de très loin le matin et le soir, même depuis la région bruxelloise. Webcam IRM – Uccle – 19 janvier 2018 à 17h10 Les températures maximales : 6 à 7°C en plaine, 0 à 2°C sur les hauteurs (0°C pour les Hautes-Fagnes, 1 à 2°C pour le Plateau Ardennais). 20 janvier 2018 Contrairement au scénario précédent, les perturbations et leurs noyaux dépressionnaires associés passent au sud de nos régions, laissant notre pays du côté froid. Pas de tempête donc, ni de brusque arrivée d’air doux, mais de la neige, parfois jusqu’à assez basse altitude. À Anthisnes (287 m) par exemple, le sol se recouvre rapidement de neige entre 13 et 14 heures, avec une couche bien blanche et surtout complète à la clé. À Beausaint (376 m), des traces de neige était déjà présentes le matin, puis il commence à bien neiger peu après midi. Dès le début de l’après-midi, le sol est parfaitement blanc et il continue à neiger durant l’après-midi. Même Ramillies (vers les 140 mètres d’altitude) blanchit temporairement l’après-midi. Dans les Hautes-Fagnes, c’est un véritable paradis hivernal qui s’offre à nous. En début d’après-midi, on y signale des couches de 11 à 16 cm au-dessus de 550 mètres d’altitude. Mais le plateau ardennais n’est pas en reste non plus. À Wideûmont, la couche passe de quelques 5 cm le matin à quelques 10 cm en fin d’après-midi. Non loin de Malmédy. Crédit photo : Liliane Hernalsteen, via la page « Les fanas de neige en Belgique » La zone de précipitations, quant à elle, englobe tout le pays, avec un nimbostratus coriace, gris avec des fractus bien visibles là où il pleut, gris blanchâtre et uniforme là où il neige. En début de journée, on observe parfois encore des altostratus et des stratocumulus sans précipitations. Au littoral et sur l’ouest du pays, les précipitations tombent exclusivement sous forme de pluie ou de bruine. Du côté d’Anvers, de la neige se mêle à la pluie en soirée (+2°C). À Bruxelles, de la neige se mêle régulièrement à la pluie (temporairement +1°C), tandis qu’à Bierset, on assiste à de véritables chutes de neige l’après-midi (temporairement 0°C). À partir de 400 mètres environ, les précipitations tombent (presque) exclusivement sous forme de neige. Les températures maximales, généralement atteintes dans les moments à plus faibles précipitations, se situent le plus souvent entre 3 et 4°C en Basse et Moyenne Belgique. Vers 550 mètres d’altitude, on atteint la limite des gelées permanentes, avec un maximum de –0,7°C à Mont-Rigi, –0,2°C à Saint-Hubert et 0,0°C à Elsenborn. 21 janvier 2018 11 centres de ski ouverts en Ardenne et dans les Hautes-Fagnes ! Les plaisirs d’hiver continuent… un jour encore ! La couche de neige, sur ces pistes de ski, varie entre 15 et 20 cm. Parmi les données de l’IRM, relevées à 8 heures du matin, nous avons 15 cm à Mont-Rigi, 10 cm à Gouvy et encore 3 cm à Bièvre. À côté de cela, les webcams nous révèle de la neige (couverture complète) aux endroits suivants (entre autres) : - Wirtzfeld (un peu plus de 10 cm) - Wideûmont (un peu moins de 10 cm) - Baraque de Fraiture - Bastogne - Montjoie (DE) - Witry - Beausaint - Anthisnes En outre, le temps ardennais est loin d’être mauvais. À Beausaint, les stratus/stratocumulus se dissipent en milieu de journée pour faire place à de belles éclaircies, accompagnées de cirrus et de cumulus, avant que le ciel se voile de cirrostratus/altostratus. Webcam MB – Beausaint – 21 janvier 2018 à 14h00 Une évolution assez similaire est observée en Gaume (mais là sans neige). Ailleurs dans le pays, le ciel est plus rapidement voilé avec des cirrostratus et altostratus (souvent translucidus dans un premier temps, parfois s’effilochant aussi en éclaircies) en dessous desquels persiste une convection résiduelle avec des cumulus tendant vers des fractus. À cela s’ajoute, à une échelle plus locale, une quantité variable de stratus (le matin) et de stratocumulus, plus particulièrement dans l’Entre-Sambre-et-Meuse. Les températures maximales : 4 à 5°C, localement 6°C en plaine, 0 à 1°C sur les hauteurs. 22 janvier 2018 Le petit épisode hivernal (qui a concerné une partie du pays seulement) prend déjà fin. Dans le cadre du passage d’un front chaud, une forte hausse des températures intervient durant la nuit. À 2 heures du matin, les températures s’élèvent à 10°C sur l’extrême ouest du pays. À 4 heures, cet air doux s’est déjà propagé sur les deux Flandre et une grande partie du Hainaut, en ne perdant qu’un petit degré. Peu avant l’aurore, les derniers restes d’air froid sont chassés de la Haute Belgique. À 8 heures, on observe encore 12 cm de neige à Mont-Rigi mais la température y atteint déjà 3,8°C. En cours de journée, la neige y perdra rapidement en épaisseur et en qualité, mais la couverture demeurera complète, tout comme à Wirtzfeld. À Wideûmont par contre, il ne restera que des traces en fin d’après-midi, tandis qu’à Beausaint, les dernières traces disparaîtront déjà en matinée. Après de bonnes pluies la nuit, le temps est encore pluvieux en matinée (nimbostratus en déstructuration) avant l’apparition de quelques belles éclaircies, accompagnées de cirrus et de cumulus. La transition se marque par des stratocumulus, parfois bien dessinés. Webcam IRM – Uccle – 22 janvier 2018 à 10h40 Webcam IRM – Uccle – 22 janvier 2018 à 16h10 Les températures maximales, souvent peu différentes des températures du matin, atteignent le plus souvent 9°C en plaine et 4 à 6°C sur les hauteurs. 23 janvier 2018 L’air est déjà doux pour la saison, mais une arrivée massive d’air encore plus doux, à l’arrière d’un front chaud, s’apprête à aborder le pays. En attendant, le temps est d’abord nuageux à très nuageux avec quelques éclaircies, et les températures maximales en journée naviguent autour des 10°C en plaine et des 5°C sur les hauteurs. Une nappe de stratocumulus assez minces occupe le ciel, avec quelques rayons de soleil dans les interstices. Ces stratocumulus se dispersent en fin de matinée pour faire place à un ciel voilé avec cirrus évoluant graduellement en altostratus, mais aussi phases avec altocumulus tendant légèrement vers le lenticularis. Ici et là, on observe aussi des cumulus, plus particulièrement au sud du pays. La neige continue à diminuer à Mont-Rigi et à Wirtzfeld, et des trous se forment dans la couche l’après-midi, principalement à Mont-Rigi. Pendant la nuit, les températures continuent à augmenter avec, vers minuit, 10 à 12°C en plaine et 6 à 7°C sur les hauteurs. 24 janvier 2018 Nous y sommes, dans l’air très doux, au sein d’un vaste secteur chaud. À 8 heures du matin, les températures sont déjà extrêmement élevées. À Sint-Katelijne-Waver, le thermomètre affiche 12,8°C, tout comme à Kruishoutem, tandis que Retie et Deurne atteignent 12,7°C. Les 6,9°C de Mont-Rigi y sonnent le glas de l’hiver, avec les tout derniers restes de neige disparaissant en matinée. L’évolution en journée sera cependant un brin décevante. Les températures monteront encore, mais plus tellement, pour se situer le plus souvent entre 13 et 14°C en Basse et Moyenne Belgique. Ici et là, les valeurs sont plus élevées, comme à Stabroek (14,6°C), Deurne (14,6°C), Essen (14,2°C), Sint-Katelijne-Waver (14,1°C) et Kruishoutem (14,1°C). Pour Stabroek, il s’agit même d’un record décadaire, battant d’un dixième de degré le précédent record, tout récent, du 25 janvier 2016 (14,5°C). C’est le seul record en Belgique, cette fois-ci. En Haute Belgique, les maxima atteignent 7,6°C à Mont-Rigi, 8,0°C à Saint-Hubert et 8,5°C à Elsenborn. Gouvy doit se contenter de 7,0°C. La Gaume ne cartonne pas non plus, d’ailleurs, avec 10,2°C à Aubange et 10,0°C à Buzenol. Ajoutons encore à cela quelques valeurs un peu faibles au centre du pays, comme par exemple à Gembloux avec 11,6°C. Le facteur éolien et le ciel généralement couvert contribuent aussi au fait que la journée n’a pas vraiment donné une sensation de printemps. À Uccle, les rafales atteignent 68 km/h l’après-midi et la « très chaude » Anvers, avec ses 14,6°C, connaît des rafales de 72 km/h. Les nuages : des stratocumulus, encore et encore ! Petit lot de consolation : des déchirures dans la nappe en fin de journée, assorties de cirrus et de quelques fractus, donnent un magnifique coucher de soleil dans plusieurs régions. Source : Info Météo À suivre…
  22. 12 janvier 2018 Un anticyclone qui s’est entre-temps formé sur la Scandinavie tente à son tour sa chance d’influencer le temps sur nos régions. Revenons un instant sur l’historique très particulier de cet anticyclone : il est né deux jours plus tôt des suites d’une excroissance d’air chaud en altitude vers la Suède, en provenance de… la Méditerranée orientale. Une telle évolution a été liée par de gros méandres dans le parcours du jet-stream. Cette crête chaude s’est ensuite détachée pour former une circulation fermée. Il règne donc sur la Suède un régime d’inversion avec des températures particulièrement élevées en altitude pour cette région du monde (jusqu’à +6°C vers les 500-600 mètres), au-dessus d’une très mince pellicule d’air froid. Cette mince pellicule d’air froid a peu de chance de quitter la Suède (tout au moins pas vers le sud) mais a le propre d’apporter un soutien thermique à cet anticyclone, qui « prend rapidement du poids ». Mais une fois encore, il s’agit nullement d’un véritable anticyclone hivernal scandinave, capable de véhiculer de l’air très froid jusqu’aux basses latitudes. Malgré cela, les vents finissent par s’orienter à l’est même sur nos régions, mais sans nous apporter du froid, juste de l’air maritime quelque peu continentalisé. Les températures maximales sont du même ordre de grandeur que la veille avec, à l’échelle locale, soit la perte, soit le gain de quelques petits degrés. La plus haute température se retrouve à Angleur avec 9,1°C, la plus basse à Saint-Hubert avec 4,1°C. Sinon, 6 ou 7°C sont les valeurs le plus souvent observées. Le temps reste plutôt gris, avec parfois du brouillard le matin, puis des stratus, se dissipant par place pour laisser apparaître une mince couche de stratocumulus et un peu de ciel bleu. Au littoral, le temps est encore brumeux aussi, mais le grand brouillard de la veille s’est dissipé. À Uccle, il s’agit du septième jour consécutif où le soleil ne s’est pas montré. La période exceptionnellement grise n’est donc toujours pas terminée. 13 janvier 2018 L’anticyclone scandinave s’est déplacé vers l’ouest de la Russie et instaure une circulation de sud-est sur nos régions. Le soleil finit par se montrer… durant 48 minutes à Uccle ! Les nappes de stratus et/ou de brouillard, puis de stratocumulus se déchirent en effet durant l’après-midi à Bruxelles comme dans d’autres régions, avec des stratocumulus plus épars et quelques cumulus (fractus). Les meilleures éclaircies se retrouvent généralement à l’est du pays, les moins bonnes à l’ouest. Les températures maximales : le plus souvent 5 à 7°C en plaine et 1 à 2°C sur les hauteurs. 14 janvier 2018 Une journée qui n’est pas sans rappeler le 28 décembre 2017 : la seule journée un peu belle de la période. L’anticyclone de l’ouest de la Russie reçoit du renfort par une petite cellule sur la Suisse, ce qui lui permet de maintenir son influence sur nos régions. Le vent, soufflant d’abord d’est, s’oriente graduellement au sud et achemine de l’air un peu plus sec. Le temps est beau, avec des bancs d’altocumulus en matinée (au sud du pays), et quelques bancs de stratocumulus l’après-midi. Ces stratocumulus présentent parfois des bourgeonnement instables (castellanus), sans devenir véritablement des cumulus. Parfois aussi, ces stratocumulus donnent de splendides couchers de soleil, comme par exemple à Perwez. Crédit Photo : Jean-Luc Lemaire, via le collectif Info Météo Après des températures matinales parfois proches de 0°C et ponctuellement en dessous, les températures maximales peinent à dépasser les 5°C en plaine, voire restent en dessous de cette valeur (Passendaele, Beitem et Coxyde : 4,5°C ; Middelkerke : 3,4°C). En moyenne Belgique, les maxima se situent par contre autour des 7°C, et dépassent même les 8°C dans certaines vallées (Hastière : 8,5°C). Dans les Hautes-Fagnes, il fait assez froid avec des maxima de 0 à 1°C, tandis que les Hauts Plateaux Ardennais sont un peu plus doux avec près de 3°C. 15 janvier 2018 La circulation maritime reprend tous ses droits, avec une série de perturbations se dirigeant droit vers notre pays. Le temps est couvert et parfois faiblement pluvieux dès le matin, puis franchement pluvieux par la suite. Les nuages : altostratus s’épaississant, accompagné d’une quantité variable de cumulus et de stratocumulus, puis nimbostratus. Les pluies sont quelquefois abondantes, surtout au sud du pays, avec des totaux de 31 mm à Bièvre, 30 mm à Étalle, 29 mm à Aublain, 27 mm à Neufchâteau, à Libin (Transinne) et à Chiny (Pin), et 25 mm à Frassem (Arlon) et à Rossignol. Les plus fortes précipitations font temporairement baisser la température, avec un peu de neige fondante sur les hauteurs. Sinon les températures sont relativement douces, avec des maxima s’approchant des 10°C sur l’extrême ouest du pays, autour de 7°C au centre et autour des 3°C sur les hauteurs. En soirée, les températures montent encore un peu, pour atteindre 8°C à Uccle et même 10°C à Kruishoutem. 16 janvier 2018 À l’arrière de la dernière perturbation (front froid), une circulation d’ouest-nord-ouest amène de l’air un peu plus frais sur nos régions. Ceci permet le retour de la neige dans les Hautes-Fagnes, avec une petite couche qui se reforme notamment grâce aux précipitations neigeuses tombant peu après 15 heures. Sinon, le temps est venteux et faiblement instable, avec encore des stratocumulus le matin, puis des éclaircies et des cumulus, dont certains se développent jusqu’au stade de cumulonimbus avec averses. Pendant la nuit, des perturbations post-frontales mènent à un renforcement de l’instabilité et à une baisse supplémentaire des températures. Des chutes de neiges plus conséquentes affectent dès ce moment la Haute Belgique, et des enneigements temporaires sont observés même à plus basse altitude, parfois dès 150 mètres comme dans le Namurois. Source : Info Météo 17 janvier 2018 L’hiver est de retour dans pas mal de localités de Haute Belgique. À 8 heures du matin, on mesure 3 cm à Gouvy et 4 cm à Mont-Rigi. Là, la neige augmentera en journée pour atteindre quelques 10 cm en fin d’après-midi. La neige est également bien présente (couverture complète) à la Baraque de Fraiture et à Wirtzfeld. À basse altitude, on note un peu de neige, par exemple, à Kleine Brogel, Koersel et Maseik, ainsi qu’en Gaume. À Wideûmont et à Bastogne par contre, l’enneigement est minime et temporaire. Avec la persistance d’une circulation d’ouest-nord-ouest dans un premier temps, notre pays reste soumis à des courants instables et frais. À partir de l’après-midi, ces courants basculent graduellement à l’ouest, puis à l’ouest-sud-ouest à l’approche d’une perturbation. Le temps est donc variable avec des cumulus et des cumulonimbus générateurs de nombreuses averses, avec parfois de la neige fondante jusqu’en plaine. Le tonnerre est quelquefois entendu au cours de ces averses, et il est fort, ce qui est caractéristique des orages d’hiver, où les nuages orageux sont à une altitude moindre. L’après-midi, le temps se calme graduellement et les cumulus atteignent moins souvent le stade de cumulonimbus. Comme souvent, c’est au littoral qu’on peut le mieux admirer le ciel de traîne (moins de nuages « parasites » de type stratocumulus cumulogenitus). Par contre le vent y est fort, avec des rafales frisant parfois les 80 km/h. Terminons par l’orage de grésil qui a été observé à Florennes entre 4 et 5 heures du matin et qui a également blanchi un moment les rues et jardins. 18 janvier 2018 La perturbation qui s’approche se transforme très rapidement en véritable tempête hivernale, qui portera le nom de David. Outre les vents, on notera aussi une belle hausse (mais temporaire) des températures. Commençons par le vent : Valeurs ≥ 90 km/h : Entre 1 et 2 heures Cap Griz-Nez (FR) : 97 km/h Entre 2 et 3 heures Cap Griz-Nez (FR) : 113 km/h Entre 3 et 4 heures Cap Griz-Nez (FR) : 109 km/h Entre 4 et 5 heures Cap Griz-Nez (FR) : 110 km/h Entre 5 et 6 heures Cap Griz-Nez (FR) : 133 km/h Dunkerque (FR) : 90 km/h Lille (FR) : 90 km/h Entre 6 et 7 heures Cap Griz-Nez (FR) : 133 km/h Cadzand (NL) : 112 km/h Zeebruges station synoptique : 108 km/h Dunkerque (FR) : 108 km/h Zeebruges parc météorologique : 103 km/h Ostende port : 102 km/h Lille (FR) : 101 km/h Coxyde : 97 km/h Middelkerke : 94 km/h Entre 7 et 8 heures Cap Griz-Nez (FR) : 136 km/h Zeebruges parc météorologique : 112 km/h Cadzand (NL) : 108 km/h Zeebruges station synoptique: 104 km/h Lille (FR) : 104 km/h Middelkerke: 101 km/h Coxyde: 101 km/h Ostende port : 100 km/h Dunkerque: 97 km/h Beitem : 97 km/h Entre 8 et 9 heures Lille (FR) : 119 km/h Zeebrugge parc météorologique : 114 km/h Zeebruges station synoptique : 112 km/h Cadzand (NL) : 112 km/h Cap Griz-Nez (FR) : 109 km/h Ostende port : 106 km/h Dunkerque : 97 km/h Coxyde : 97 km/h Woensdrecht (NL) : 97 km/h Uccle : 97 km/h Middelkerke : 94 km/h Beitem : 94 km/h Zelzate : 94 km/h Gilze (NL) : 94 km/h Anvers : 90 km/h Entre 9 et 10 heures Woensdrecht (NL) : 112 km/h Anvers : 108 km/h Ostende port : 106 km/h Zeebruges station synoptique : 104 km/h Gilze (NL) : 101 km/h Retie : 101 km/h Mont-Rigi : 101 km/h Zelzate : 97 km/h Gosselies : 97 km/h Liège : 97 km/h Kleine Brogel : 97 km/h Schaffen : 94 km/h Zeebrugge parc météorologique : 93 km/h Cap Griz-Nez (FR) : 91 km/h Beauvechain : 90 km/h Bierset : 90 km/h Entre 10 et 11 heures Anvers : 119 km/h Schaffen : 108 km/h Gilze (NL) : 104 km/h Woensdrecht (NL) : 101 km/h Kleine Brogel : 101 km/h Ernage : 97 km/h Mont-Rigi : 97 km/h Middelkerke : 94 km/h Florennes : 94 km/h Humain : 94 km/h Ostende port : 90 km/h Zaventem : 90 km/h Liège : 90 km/h Bierset : 90 km/h Entre 11 et 12 heures Gilze (NL) : 94 km/h Retie : 94 km/h Zaventem : 90 km/h Kleine Brogel : 90 km/h Mont-Rigi : 90 km/h Ces chiffres nous permettent de reconnaître : 1) Le déplacement vers l’est de la tempête 2) La localisation des plus fortes rafales majoritairement au nord 3) Le côté toujours un peu irrégulier d’une tempête, et plus particulièrement de ses rafales Mais qu’est-ce qu’une tempête ? Selon la définition météorologique de l’IRM, une tempête ne se mesure pas à ses rafales, mais à son vent moyen (par période de 10 minutes), qui doit au moins atteindre 9 Beaufort (soit 75 km/h). Pris sous cet angle, la tempête a duré, au parc météorologique de Zeebruges : 30 min (6h40 – 7h10) + 30 min (7h20 – 7h50) + 10 min (8h00 – 8h10) + 30 min (8h30 – 9h00) soit 2h20 entre le début et la fin avec 3 interruptions de 10 min, 10 min et 20 min. Si l’on compare avec la tempête Eleanor du 3 janvier, celle-ci n’a atteint ce critère… que pendant 10 minutes, de 2h50 à 3h00 ! À Nieuport, la tempête a été plus longue et a duré de 5h20 à 8h50 sans interruption, pour ensuite reprendre de 9h10 à 9h50. Mais Eleanor n’y a atteint le statut de tempête qu’un peu plus longtemps qu’à Zeebruges : 30 minutes, de 2h20 à 2h50. En météorologie marine, les critères pour définir une tempête sont encore plus restrictifs : il faut une vitesse moyenne du vent d’au moins 10 Beaufort, c’est-à-dire au moins 89 km/h. Selon ces critères-là, Eleanor ne serait plus une tempête pour la côte belge et David y arriverait tout juste, tant à Zeebruges qu’à Nieuport. Enfin pour les assurances, il est généralement admis qu’un vent devient tempête à partir du moment que les rafales dépassent les 100 km/h. Selon cette acception du terme, tant Eleanor que David ont eu une belle extension en Belgique. Source : RTBF Venons à présent aux températures. Avec le passage d’un secteur chaud certes assez étroit, mais rempli d’air particulièrement doux, les températures ont littéralement fait un bon. Le voici dit en chiffres : Coxyde : 5,6°C (03h) ; 11,1°C (07h) ; 7,5°C (11h). Semmerzake : 5,2°C (04h) ; 11,1°C (08h) ; 7,8°C (12h). Zaventem : 5,5°C (05h) ; 10,8°C (09h) ; 7,2°C (13h). Bierset : 4,0°C (06h) ; 9,5°C (10h) ; 6,6°C (14h). Mont-Rigi : 1,1°C (07h) ; 4,9°C (11h) ; 2,2°C (15h). À cette dernière station, la neige encore quasi intacte le matin est fortement malmenée par ce dégel pluvieux et venteux. Vers midi, des brèches s’ouvrent dans la couche neigeuse et fin d’après-midi, l’enneigement n’est plus que partiel… avant d’être renouvelé la nuit. Le temps : d’abord très nuageux à couvert avec pluie et parfois averses (secteur chaud instable), puis variable avec des cumulus, plus tard aussi des altocumulus et des stratocumulus. En soirée, retour massif des averses, souvent orageuses et tombant sous forme de neige sur les hauteurs. Les températures maximales, atteintes le matin sur l’ouest et en fin de matinée sur l’est, se situent autour de 11°C en plaine et dans les vallées et entre 5 et 7°C sur les hauteurs. La plus forte valeur revient à Deurne avec 11,6°C. À suivre…
  23. Voici déjà les 11 premiers jours de janvier 2018, bien moins monotones qu’on pourrait le penser. 1er janvier 2018 Le vent, qui avait menacé le feu d’artifice de Bruxelles et qui l’avait fait annuler dans l’ouest du pays, s’est rapidement calmé en cours de journée. Cette première journée de 2018 se révèle donc peu significative (quoique…) sur le plan météorologique, avec quelques éclaircies après des averses matinales (avec encore quelques stratocumulus et quelques cumulus fractus), puis un ciel se couvrant graduellement à l’approche d’une nouvelle zone de pluie (altostratus et stratocumulus, puis nimbostratus). Les températures maximales : le plus souvent 7 à 8°C en plaine et 3 à 4°C sur les hauteurs. À l’arrivée des précipitations, en raison de leur évaporation partielle, les températures baissent quelque peu, avec temporairement des chutes de neige sur les hauteurs. À Wideûmont, une très fine couche apparaît en milieu d’après-midi, tandis que dans les Hautes-Fagnes, une couche presque complète se forme, qui persistera quelques 24 heures. Ci-dessous, l’instabilité persistant en mer pendant la période d’éclaircies. Webcam IRM – Zeebruges – 1 janvier 2018 à 9h30 2 janvier 2018 La deuxième journée de l’année n’est pas tellement différente de la première, avec des éclaircies liées à une crête anticyclonique mobile avant l’arrivée d’une autre zone de pluie encore, le tout dans une circulation océanique bien établie. Le matin, après la dispersion des stratocumulus, on observe un ciel bleu garni de quelques cirrus, mais rapidement ceux-ci évoluent en cirrostratus, altostratus et nimbostratus avec pluie. Il est par ailleurs rare, en hiver, qu’on puisse aussi bien observer cette évolution depuis le sol, en l’absence quasi complète de nuages de basses couches (stratus, stratocumulus) qui habituellement masquent en grande partie cette évolution. Seule la Gaume connaît un nombre plus important de stratocumulus, accompagnés de cumulus. Les températures maximales, en journée, se situent autour de 7°C en plaine et de 3°C sur les hauteurs. La nuit, les vents se renforcent à l’approche d’une perturbation possédant encore un secteur chaud bien ouvert, avec une forte hausse des températures. À 3 heures du matin, on observe 12,6°C à Coxyde, une heure plus tard, le thermomètre affiche 12,1°C à Sint-Katelijne-Waver et 11,8°C à Uccle. À noter que le maximum nocturne dépasse les 12°C, entre autres, à Stabroek (12,1°C), Sint-Katelijne-Waver (12,1°C à pile 4 heures), Angleur (12,1°C), Passendaele (12,4°C), Beitem (12,4°C). On notera aussi 25 mm de précipitations à Mont-Rigi (en partie de neige), tandis que Neufchâteau et Lasne se rapprochent des 20 mm, avec 19 mm aux deux stations. 3 janvier 2018 Notre pays se trouve sous le joug de la tempête Eleanor, avec les plus fortes rafales à l’approche ou juste après le passage du front froid. En effet, après les températures élevées de la nuit dont il a déjà été question, le front froid n’apporte qu’une petite baisse de la température, mais les rafales sont très fortes. Voici quelques valeurs (uniquement celles ≥ 90 km/h) : Entre 1 et 2 heures Dunkerque (FR) : 90 km/h Entre 2 et 3 heures Dunkerque (FR) : 108 km/h Cadzand : 101 km/h Middelkerke : 97 km/h Coxyde : 94 km/h Zeebruges parc météorologique : 91 km/h Ostende port : 91 km/h Entre 3 et 4 heures Zeebruges parc météorologique : 118 km/h Zeebruges station synoptique : 112 km/h Uccle : 112 km/h Beitem : 101 km/h Chièvres : 101 km/h Ostende port : 100 km/h Westdorpe (NL) : 97 km/h Vlissingen (NL) : 94 km/h Entre 4 et 5 heures Florennes : 126 km/h Ernage : 104 km/h Bierset : 104 km/h Vlissingen (NL) : 101 km/h Entre 5 et 6 heures Humain : 115 km/h Elsenborn : 101 km/h Spa : 97 km/h Saint-Hubert : 94 km/h Lille : 94 km/h Mont-Rigi : 90 km/h Dunkerque : 90 km/h Entre 6 et 7 heures Ostende port : 100 km/h Entre 7 et 8 heures Anvers : 101 km/h Ostende port : 93 km/h Coxyde : 90 km/h Entre 9 et 10 heures Zeebrugge parc météorologique : 91 km/h Entre 11 et 12 heures Vlissingen : 94 km/h Entre 13 et 14 heures Zeebrugge parc météorologique : 91 km/h Dans ces chiffres, on peut reconnaître le déplacement d’ouest en est des plus fortes rafales, mais aussi une certaine irrégularité, propre à presque tous les phénomènes atmosphériques, et une certaine étendue du champ venteux, avec parfois encore des rafales traitresses bien à l’arrière de la tempête principale. Les températures maximales sont généralement atteintes le matin. Au relevé synoptique (7h -> 19h), on observe 10,9°C à Sint-Katelijne-Waver, 10,7°C à Deurne, Diepenbeek et Retie, 10,6°C à Schaffen, […] et 5,1°C à Mont-Rigi. Dans les relevés climatologiques (8h -> 8h le lendemain), ces maxima sont parfois un peu plus bas. C’est ainsi qu’à Uccle, le maximum synoptique est de 9,6°C et le maximum climatologique est de 9,1°C. Cela arrive dans les très rares cas où le maximum se situe entre 7 et 8 heures du matin. De façon générale l’après-midi, les températures se situent autour de 9°C en plaine et de 4°C sur les hauteurs, une légère baisse, donc, liée au passage du front froid. Le temps est variable avec quelques éclaircies et pas mal de stratocumulus, auxquels se mêlent des nuages convectifs avec quelques averses. Au littoral, les éclaircies sont un peu plus larges. À noter encore de l’activité orageuse au petit matin dans le nord du pays et en matinée dans la région de Liège et Verviers. 4 janvier 2018 Quand il n’y en a plus, il y en a encore… Une nouvelle perturbation frontale aborde le pays, avec un large secteur chaud et des températures élevées pour la saison. Le vent est bien présent aussi, mais dans des proportions moindres que la veille. Voyons d’abord les températures : les maxima se situent généralement entre 12 et 13°C en plaine et entre 8 et 10°C sur les hauteurs. La plus forte valeur est réservée pour Kruishoutem avec 13,0°C, suivie de Beitem et Deurne avec 12,7°C. Au niveau du vent, on retiendra notamment les 94 km/h de Florennes et les 86 km/h de Coxyde, tandis que des rafales de 70 à 80 km/h sont observées en de très nombreux endroits. Le temps : nimbostratus avec pluies et bruines pendant une bonne partie de la journée, puis plafond s’élevant un peu (altostratus parfois effiloché) avec encore des stratocumulus et des fractus. Au littoral, belles éclaircies en fin de journée. Enfin, quelques cotes de précipitations (sur 24 heures) intéressantes dans le sud du pays : Buzenol : 30 mm Chiny (Pin) : 23 mm Torgny : 23 mm Aubange : 22 mm Rossignol : 20 mm Neufchâteau : 20 mm À Buzenol, la plus grosse partie de ces précipitations (24 mm) est tombée entre 9 et 18 heures, le restant étant tombé en fin de nuit. 5 janvier 2018 Une situation complexe, avec de nombreuses perturbations entre-temps affaiblies, détermine le temps sur nos régions. Pour l’observateur au sol cependant, cela se résume à un temps simplement gris, parfois blanchâtre, avec quelques pluies intermittentes. En début de journée, on observe quelques nuages convectifs avec l’une ou l’autre averse, puis le ciel reste couvert avec de l’altostratus, parfois translucidus, et quelques stratocumulus/altocumulus doublés de cumulus. Ceci s’accompagne également d’un peu de pluie. Au littoral, des éclaircies l’après-midi et, dans une moindre mesure, aussi en Gaume (altostratus s’effilochant). Les températures : le plus souvent 9 à 10°C en plaine et 5 à 6°C sur les hauteurs. 6 janvier 2018 Un anticyclone, se formant au nord de l’Écosse et s’installant par la suite sur l’Écosse, sème quelque peu le désordre sur les cartes météorologiques, avec des restants de perturbations qui, petit à petit, commencent à faire du surplace sur nos régions. Au sol, la principale caractéristique de cette évolution est un vent qui s’oriente graduellement au nord-est. Les températures baissent certes un peu mais pas beaucoup, avec des maxima de 6 à 7°C en plaine et de 4 à 5°C sur les hauteurs. Le temps est très nuageux à couvert avec de l’altostratus et, en dessous, une quantité variable de stratocumulus, accompagnés parfois de fractus. Quelques précipitations intermittentes, mais avec des cotes restant le plus souvent inférieures à 1 mm. Seul le sud du pays connaît quelques pluies (un peu) plus importantes, avec 3 mm à Torgny, Virton et Buzenol. 7 janvier 2018 Notre pays se retrouve sous un régime de « faux » vent de nord-est. Même si l’impression de froid y est, les températures mesurées ne sont pas vraiment basses. Contrairement au vrai vent de nord-est, qui nous ramène de l’air continental très froid (en hiver) en provenance des hautes latitudes, le faux vent de nord-est nous remballe de l’air maritime doux, qui s’est juste un peu refroidi en tournant autour de l’anticyclone pour nous revenir de nord-est. Ce léger refroidissement est cependant suffisant pour donner une sensation très désagréable. Les sondages atmosphériques le montrent bien : la couche un peu plus froide n’est même pas très épaisse. Au-dessus, c’est de l’air doux, avec des températures remontant même, passant de 0 à 3°C vers 1000 mètres d’altitude (valeurs assez douces pour ce niveau). En surface, les maxima se situent le plus souvent entre 3 et 4°C en plaine et à peine moins (1 à 2°C) sur les hauteurs. C’est le vent, surtout, qui est désagréable, avec des rafales de 40 à 50 km/h, voire davantage au littoral (jusqu’à 65 km/h à Zeebruges). Le temps reste gris, avec des stratocumulus (formés au niveau d’une inversion thermique), ne présentant que quelques rares trouées. Seul le nord du pays connaît un temps plus lumineux avec, là, des stratocumulus plus épars, voire temporairement absents. Source : IRM 8 janvier 2018 L’anticyclone écossais se déplace rapidement vers la Pologne en passant par la Mer du Nord, le Danemark et le nord-est de l’Allemagne, tandis qu’une faible perturbation (front chaud) remonte du sud sans donner de précipitations. Le temps ne change donc pas tellement. Le ciel reste couvert de stratocumulus une grande partie de la journée, ce n’est qu’en après-midi qu’on commence à voir quelques éclaircies grâce à la nappe de stratocumulus qui se déchire. Sur l’est du pays, ces éclaircies sont plus présentes l’après-midi, avec là des cirrus visibles dans le ciel. Au littoral par contre, c’est l’inverse de la veille : le ciel reste bien couvert. Les températures remontent très légèrement, avec 4 à 7°C en plaine et dans les vallées et 2 à 3°C sur les hauteurs. À noter les très hautes températures en altitude. En fin de journée, on enregistre en air libre jusqu’à 13°C entre 670 et 770 mètres et encore 7°C à 1470 mètres (niveau 850 hPa). Il s’en est fallu de peu pour que les Hautes-Fagnes en bénéficient, mais une très fine couche d’air froid au-dessus du plateau ne s’est pas évacuée. 9 janvier 2018 Nous restons du côté chaud du vieux front. Mais comme la veille, l’air doux se retrouve essentiellement en altitude. À 1450 mètres (niveau 850 hPa), la température atteint désormais 8°C, ce qui est vraiment beaucoup pour la saison. Mais on reste loin du record pour ce niveau, qui est de 13°C en date du 29 janvier 1966 (aussi une situation d’inversion, avec en surface des températures moins exceptionnelles, de 10 à 12°C). Après quelques (parfois maigres) éclaircies nocturnes, de petites gelées sont observées en de très nombreux endroits. Mais en journée, le ciel redevient rapidement très nuageux à couvert avec des stratocumulus, présentant parfois quelques trouées. Les meilleures éclaircies sont observées en Gaume. Les températures maximales en plaine atteignent le plus souvent 7 à 8°C, mais quelques poches d’air plus froid persistent avec 4 à 5°C. De telles valeurs sont aussi observées du côté des Hautes-Fagnes, tandis que le Plateau Ardennais est un peu plus doux avec 6°C. Le sud du pays ainsi que certaines vallées sont privilégiés avec 8 à 10°C (9,9°C à Angleur, 9,8°C à Aubange, 9,4°C à Hastière). En raison de l’altitude de l’inversion (1200 mètres), les sommets ardennais et fagnards ne profitent absolument pas de l’air chaud en altitude. 10 janvier 2018 La petite nuance continentale des jours précédents prend déjà fin. Des perturbations atlantiques nous ramènent un temps (faiblement) pluvieux, notamment sur l’axe central du pays, de Florennes à Anvers en passant par Charleroi et Bruxelles. À l’est et au sud du pays, on observe quelques éclaircies en matinée, avec altocumulus et stratocumulus puis, en après-midi, des stratocumulus bien dessinés. À l’ouest, dans la région côtière, c’est plutôt l’après-midi qu’on observe des éclaircies, avec des stratocumulus se déchirant, quelques fractus et au-dessus, des altocumulus et des cirrus. En altitude, les températures baissent nettement, repassant en dessous de 0°C au niveau 850 hPa. En surface par contre, les températures remontent sur toute la partie ouest, avec 8 à 9°C. Ailleurs, elles stagnent plus ou moins par rapport à la veille, avec 7 à 8°C sur le centre du pays et 4 à 5°C sur les hauteurs. À noter que malgré les petits coins de ciel bleu, le soleil n’a brillé que 3 heures et 23 minutes à Uccle au cours de cette première décade de janvier 2018, ce qui est une valeur très anormalement basse. Après les seulement 10 heures et 29 minutes de soleil pour tout le mois de décembre, nous venons de vivre l’une des périodes les plus sombres, au sens propre du terme, de toute l’histoire de la Belgique. 11 janvier 2018 Les centres d’action s’estompent sur la carte météorologique, nous entrons dans une phase de marais barométrique avec peu de vent. La première conséquence : un brouillard épais et coriace le long de notre côte, qui persiste tout au long de la journée. Si les eaux du large sont encore à 8-9°C, les eaux côtières se refroidissent temporairement jusqu’à 5°C, ce qui est idéal pour former ce brouillard. Dans cette purée de pois, la température de l’air est même encore un peu plus basse, avec des maxima qui ne dépassent guère les 4°C. Ce brouillard exerce son influence jusqu’à Bruges, où il tend à évoluer en stratus. Plus loin à l’intérieur, du côté de Courtrai et de Gand, la visibilité horizontale est meilleure, mais un stratus monotone couvre encore la totalité du ciel. Dans les autres régions, le ciel est un peu plus lumineux, avec des stratocumulus pas trop épais et présentant des trouées. Le brouillard y est seulement local et matinal. Dans les éclaircies mais aussi en dessous des stratocumulus, des cumulus réussissent parfois à se former. Les températures maximales restent faibles à l’ouest de Gand et de Courtrai, avec 4°C au littoral et 5 à 7°C un peu plus à l’intérieur. Sinon, il fait plutôt doux en plaine avec près de 8°C. Sur les hauteurs, le thermomètre affiche 5 à 6°C. Le reste suivra bientôt.
  24. + + + Le résumé de la situation atmosphérique de ces derniers jours nécessitant la collecte et l'analyse d'un grand nombre de données, il sera fait, en même temps que le résumé de la première quinzaine de janvier, au cours de la dernière semaine de ce mois. En cas de situation exceptionnelle cependant, une petite note sera rédigée immédiatement après les événements qui auraient eu lieu. + + +
  25. Le couple décembre 1833 - janvier 1834 n'a connu que trois jours de (faible) gelée, en l'occurrence les 13, 14 et 26 décembre 1833. Si l'on tient compte des aléas liés à l'instrumentation de l'époque, ce nombre pourrait même être éventuellement ramené à deux. Le mois de février 1834 a connu quelques très modestes périodes de froid, ce qui permet d'affirmer que, pour l'époque, il s'agissait quasiment d'une année sans hiver.