Aller au contenu
Les Forums de MeteoBelgique

Messages recommandés

PREMIÈRE DÉCADE DE JUIN 2020

 

1er juin 2020

 

Un anticyclone, centré depuis quelques jours déjà sur la Scandinavie, se déplace lentement vers l’ouest, vers la Mer du Nord où il se fait rejoindre par un autre anticyclone, d’origine océanique.

 

Le grand beau temps du mois de mai se poursuit donc en ce 1er juin, avec un ciel généralement peu nuageux avec des cirrus. En fin de journée, ces cirrus deviennent un peu plus nombreux et épais. Principalement sur la moitié sud du pays, on note aussi quelques cumulus en journée.

 

Les vents soufflent d’abord d’est à nord-est et, plus tard, de nord-est à nord à la suite du déplacement de l’anticyclone. Il fait chaud, mais avec modération, avec des températures maximales de 26 à 27°C en plaine et de 22 à 23°C sur les hauteurs.

 

Au littoral, la situation est moins favorable avec une brise de mer s’alliant au vent général et des températures qui, en bordure de mer, ne dépassent pas 19°C sous un vent de nord-nord-est assez désagréable et constant l’après-midi. 

 

 

2 juin 2020

 

Des hautes pressions restent présentes sur la Mer du Nord, mais une ligne de convergence, associée à une petite dépression remontant du Golfe de Gascogne vers la France puis le Benelux, traverse notre pays en première moitié de journée.

 

Cette ligne de convergence se fait cependant peu remarquer, avec un ciel bleu juste garni de cirrus de nombreuses espèces (uncinus, fibratus, spissatus et floccus, parfois avec des virga). À nouveau principalement sur la moitié sud, on observe aussi quelques cumulus.

 

Un petit vent de nord-ouest (à l’arrière de la ligne de convergence) limite quelque peu la hausse des températures sur les parties occidentales et septentrionales du pays, avec là des maxima de 25 à 26°C. Ailleurs, il fait plus chaud que la veille, avec 28 à 30°C en plaine et 24 à 25°C sur les hauteurs. À Koersel, le critère de jour de chaleur est atteint avec 30,1°C.

 

Au littoral, le vent général de nord-ouest est (un peu) moins favorable à la brise de mer, qui souffle de nord-nord-ouest avec moins de force que la veille, mais qui baigne quand même le littoral dans une ambiance fraîche, avec 19°C sur une bande côtière cette fois-ci plus large, jusqu’à près de 5 kilomètres environ à l’intérieur des terres. Sur l’extrême ouest de la côte belge, il ne fait même que 17°C.

 

Ci-dessous, quelques-uns des cirrus très particuliers de ce 2 juin 2020.

 

200623125407682168.jpg

Crédit photo : Bernard Radelet

 

 

3 juin 2020

 

La petite dépression, désormais centrée sur les Pays-Bas, a fini par former un véritable petit système frontal. Ce système, situé à l’est par rapport à nos régions, ne devait pas nous concerner a priori, sauf que dans son front froid, une faible ondulation s’est formée avec, ultérieurement, une remontée de ce front sur le sud de notre pays.

 

200621120448546298.gif

Source : KNMI

 

De nombreux orages éclatent sur ce front mais aussi à l’avant de celui-ci, sur la France et l’Allemagne. En soirée, une ligne orageuse se forme et finit par déborder sur le sud de notre pays.

 

Au nord de la perturbation, les vents soufflent principalement de nord-ouest et les températures baissent un peu sous un ciel devenant plus nuageux. Le matin, on observe des altocumulus floccus et castellanus, puis le ciel se dégage temporairement avec un voile discontinu de cirrus. Mais l’après-midi, le ciel redevient nuageux avec un voile de cirrus et cirrostratus et parfois d’importants bancs d’altocumulus épais. En outre, des cumulus assez répandus se forment l’après-midi. Au sud du pays, comme déjà évoqué ci-dessus, de l’instabilité se développe en fin de journée. À Buzenol, les pluies d’orage donnent 13,2 mm (tombant la nuit). À Florennes par contre, on observe quelques averses en milieu de journée (cumulonimbus à base élevée), donnant un total de 3,8 mm.

 

Les températures maximales, en fonction des éclaircies et des conditions locales, atteignent 22 à 26°C en plaine et une vingtaine de degrés sur les hauteurs. Au littoral, avec des vents venant de la mer, il fait fort frais avec des maxima de l’ordre de 17°C.  

 

 

4 juin 2020

 

Le matin, nous nous retrouvons dans l’air post-frontal du premier front, celui de la veille, tandis qu’un autre front froid, lié à une autre dépression, traverse notre pays durant l’après-midi.

 

Les températures baissent très fort, avec notamment sur l’est du pays des maxima de plus de 10°C inférieurs à ceux de la veille. En effet, ceux-ci n’atteignent plus que 15 à 16°C en plaine et 11 à 13°C sur les hauteurs.

 

Entre les deux fronts, le ciel est couvert de stratocumulus qui se doublent plus tard de cumulus (ou carrément mix cumulus / stratocumulus), le tout accompagné de quelques précipitations. Au passage du deuxième front, l’instabilité s’active avec des averses plus consistantes, parfois ponctuées d’un coup de tonnerre. Ensuite on note quelques éclaircies (avec encore pas mal de stratocumulus) avant qu’une ligne post-frontale ne génère de nouveaux orages sur l’ouest du pays, orages qui se regroupent par la suite en ligne et qui arrivent jusqu’au centre du pays.

 

Ces orages ne donnent cependant pas beaucoup de précipitations. Les totaux les plus significatifs sont observés à Mont-Rigi (12,7 mm), à Strée-Huy (10,6 mm) et à Bierset (10,0 mm). Il s’agit alors de l’addition de précipitations (plus ou moins) continues et de précipitations tombant sous forme d’averses.

 

 

5 juin 2020

 

Une autre perturbation encore, cette fois-ci sous forme d’occlusion, traverse nos régions et les place rapidement sous une nouvelle poussée d’air post-frontal, avec une origine polaire plus nette sous des vents de nord-ouest. Les températures, à nouveau, ne dépassent guère plus les 15°C (le plus souvent 14 à 15°C en plaine et 9 à 12°C sur les hauteurs).

 

Le principal responsable : une dépression secondaire se creusant sur les Pays-Bas, pendant que la dépression mère se trouve sur le nord de la Mer du Nord.

 

L’occlusion en question génère déjà des averses, qui abordent l’ouest du pays en matinée, se retrouvent sur le centre vers midi avant de s’évacuer vers l’est. Très localement, on observe déjà de l’orage non loin de la frontière néerlandaise.

 

L’après-midi, le temps devient instable avec des averses qui s’organisent en lignes. En général, ces averses ne sont pas encore trop actives, avec juste de la pluie et quelques rafales, et une activité orageuse se limitant généralement aux Hautes-Fagnes. Par ailleurs les éclaircies sont assez rares dans l’ensemble en raison des nombreux stratocumulus entre les nuages convectifs.

 

En fin d’après-midi, cependant, une ligne de convergence donne des averses plus intenses, qui prennent rapidement un caractère orageux. On notera des noyaux orageux siginificatifs se déplaçant, d’une part de Zeebruges jusqu’à Malines, et d’autre part de Lille jusqu’au sud de Bruxelles. Là, on assiste à la formation d’un bel arcus qui, en soirée, donneront des luminosités très particulières au coucher du soleil. Plus tard la nuit, une activité orageuse assez intense atteindra Louvain et, plus tard encore, la région de Genk.

 

Précisons qu’il s’agit là d’orages de masse d’air froid, dont les caractéristiques sont plus proches des  orages d’hiver que des orages d’été.

 

Ci-dessous : petite éclaircie tombant au bon moment, donnant un ciel inquiétant et superbe.

 

200623065353597065.jpg

Flawinne à 21h45, crédit photo : Benjamin Kampouris

 

 

6 juin 2020

 

Un complexe dépressionnaire, avec un noyau sur la Scandinavie et un autre sur l’est de l’Angleterre, détermine encore le temps sur nos régions, mais l’atmosphère se stabilise graduellement.

 

Les vents reviennent au sud-ouest, mais les températures ne remontent que lentement, avec 16 à 17°C en plaine, très localement 18 ou 19°C, et 12 à 14°C sur les hauteurs.

 

Des averses se produisent le matin (avec encore un peu d’activité orageuse au nord de Liège), puis on observe des éclaircies et de nombreux cumulus, dont le développement est désormais limité. Surtout le soir, on note aussi des stratocumulus cumulogenitus.

 

Une nouvelle ligne de précipitations aborde le littoral en fin de journée (mix cumulus / stratocumulus), mais s’affaiblit rapidement. La nuit, quelques petites pluies atteignent aussi le centre du pays, puis l’est.  

 

 

7 juin 2020

 

Les dépressions se comblent peu à peu, mais gardent une petite influence sur notre météo.

 

Avec des vents de sud-ouest à ouest, et plus tard de nord-ouest, les conditions restent océaniques sur nos régions, avec des maxima le plus souvent compris entre 18 et 20°C en plaine et entre 14 et 15°C sur les hauteurs. Dans le temps, ces valeurs auraient été parfaitement dans les normes saisonnières, à présent on peut les considérer comme un peu trop fraîches.

 

Mais le temps est loin d’être mauvais. Après des stratocumulus matinaux, les éclaircies reviennent vite, accompagnées de cumulus à développement modeste, avec parfois une petite tendance à s’étaler. Au sud du pays, le ciel est plus nuageux dans l’ensemble. Au littoral, le ciel se voile l’après-midi pendant que des nuages convectifs se développent aussi, avec en fin de journée d’abord des averses, puis des pluies faibles et continues.  

 

 

8 juin 2020

 

Une faible mais vaste crête anticyclonique, issue de l’anticyclone des Açores, s’étend jusque loin au nord de l’Écosse. Sur son versant oriental circule de l’air maritime frais et instable.

 

Pour cette raison, le temps ne devient pas vraiment beau. Que du contraire. On peut même parler d’une dégradation par rapport à la veille. Les températures rebaissent et le pays se refait arroser par de nombreuses averses. Des cumulus et cumulonimbus se partagent le ciel mais, en raison de nombreux stratocumulus et altocumulus entre les averses, les éclaircies sont souvent plutôt maigres.

 

Au sud du pays, les conditions sont meilleures. En Gaume, il fait même presque beau, avec de larges éclaircies en matinée, puis des cumulus ne se développant qu’occasionnellement jusqu’au stade d’averse. En contrepartie, on y observe isolément de l’activité orageuse.

 

Les températures sont très variables en fonction des éclaircies, avec des valeurs de 14 à 20°C en plaine et de 15 à 16°C sur les hauteurs. Au littoral, la température ne dépasse pas 13°C.

 

Les précipitations, comme toujours par ce type de temps, sont très différentes d’un endroit à l’autre. Les plus fortes cotes reviennent à Koersel (11,1 mm) et à Zaventem (9,7 mm).  

 

 

9 juin 2020

 

Un noyau anticyclone, qui s’est formé sur l’est de l’Angleterre, se déplace vers le sud de la Mer du Nord. Pendant ce temps, un autre noyau anticyclonique se forme sur le nord de la Mer du Nord, qui exercera une influence sur le temps de nos régions.

 

Cette influence se traduit par une forte diminution des précipitations (ce n’est plus qu’isolément qu’il en tombe des quantités mesurables), mais avec un temps très gris et frais pour la saison. Des stratocumulus, en effet, occupent la quasi-totalité du ciel tout au long de la journée. Ces stratocumulus sont parfois doublés de cumulus mal développés, eux-mêmes à la limite du stratocumulus. Le matin, on observe parfois aussi des stratus. En soirée, de maigres éclaircies se développent.

 

200624051228829427.jpg

Webcam MB – Schaerbeek – 9 juin 2020 à 12h

 

Sur l’extrême nord-ouest et l’extrême sud-est, les conditions météorologiques sont différentes. Au littoral, la proportion de cumulus dans le mix cumulus / stratocumulus est plus grande, et dès la mi-journée, de larges éclaircies se développent avec cumulus et altocumulus. En Gaume, les stratocumulus sont moins épais (parfois altocumulus) avec comme corollaire un développement temporairement plus franc des cumulus grâce à un meilleur réchauffement diurne.

 

Les températures atteignent localement 20°C en Gaume, sinon ne dépassent guère 16-17°C en plaine (14-15°C au littoral) et 13-14°C sur les hauteurs. 

 

 

10 juin 2020

 

Sous la poussée de ce nouvel anticyclone sur la Baltique et la Scandinavie, une perturbation sous forme de front chaud nous arrive de l’est. Ce front s’immobilisera un temps sur le centre du pays.

 

Mais d’abord, les minima sont remarquablement bas sur l’extrême ouest du pays. Middelkerke et Beitem descendent jusqu’à 4,5°C, Coxyde jusqu’à 5,3°C et Passendaele, encore jusqu’à 6,3°C. Pendant ce temps, d’autres minima restent supérieurs à 10°C, notamment sur le nord et nord-est du pays, mais aussi sur le sud.

 

En journée, grâce à cette impulsion continentale, les maxima sont un peu plus doux, mais restent le plus souvent sous les normes saisonnières, avec 17 à 21°C en plaine et 14 à 15°C sur les hauteurs.

 

Le temps demeure fort nuageux avec des stratocumulus et, dans les quelques éclaircies, aussi des altocumulus. En fonction de la qualité de ces éclaircies et du réchauffement qu’elles engendrent, des cumulus se forment aussi. Sur le sud-est du pays, la convection se met mieux en place, avec ici et là des averses, voire un coup de tonnerre. Strée (Huy) reçoit 17,2 mm, Buzenol 14,8 mm et Bièvre 11,0 mm.

 

Au littoral par contre, il fait beau une grande partie de la journée, avec des cirrus et altocumulus. Ce n’est que le soir qu’arrivent les stratocumulus.  

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

DEUXIÈME DÉCADE DE JUIN 2020

 

 

11 juin 2020

 

La circulation atmosphérique est très hésitante. Des hautes pressions très au nord tentent d’instaurer une circulation d’est sur nos régions tandis qu’une dépression pousse à une circulation océanique. Cette dépression se retrouve cependant bloquée sur le Golfe de Gascogne.

 

Plus dans le détail, nous avons selon les cartes d’analyse deux occlusions qui, l’après-midi et le soir, se trouvent, respectivement du côté nord et du côté ouest de la France. Dans le premier cas, il s’agit de toute évidence d’une occlusion à caractère de front chaud et dans le second, d’une occlusion à caractère (très net) de front froid. Entre les deux circule de l’air très doux sur une partie de la France. À l’arrière de la seconde occlusion, l’air est particulièrement frais.

 

200628114148604604.png

Source : Infoclimat

 

La frange sud-ouest de notre territoire est quelque peu influencée par cet air doux, avec 22,5°C à Passendaele ; 21,9°C à Beitem ; 21,8°C à Sivry et 21,4°C à Chièvres et à Dourbes. Le temps dans ces régions est assez beau après dissipation des brumes et stratus matinaux, avec des éclaircies et un mix de cumulus / stratocumulus, parfois aussi altocumulus. Le soir, les éclaircies sont généralement plus larges.

 

Ailleurs dans le pays, les maxima ne dépassent guère 20°C en plaine et 16°C sur les hauteurs fagnardes. Du côté ardennais, il fait plus doux avec 18°C sur les plus hauts plateaux. Les types de nuages sont certes les mêmes, mais les éclaircies sont plus rares et moins marquées, sauf le soir.

 

Les vents de surface, sur notre pays, sont déjà orientés au nord-est, avec parfois une petite tendance est à sud-est près des frontières françaises. 

 

 

12 juin 2020

 

La circulation d’est devient gagnante, mais nous ramène en grande partie de l’air maritime indirect. Le réchauffement et la continentalisation partielle de cette masse d’air humide sur des terres déjà chaudes la rendent particulièrement instable, d’autant plus que ce réchauffement est inégal, avec à présent une prédominance continentale (plus chaude) sur le nord du pays et une prédominance maritime (moins chaude) sur le sud.

 

C’est donc au nord, et surtout au nord-est que les températures sont les plus élevées, avec 27,1°C à Koersel et 25,6°C à Genk et à Kleine Brogel. Ailleurs dans le pays, les maxima varient entre 22 et 25°C en plaine et entre 19 et 22°C sur les hauteurs en fonction de la durée des éclaircies

 

Au nord  aussi, le temps est plutôt beau en matinée, avec un ciel bleu juste garni de quelques altocumulus et cirrus et, plus tard, de discrets cumulus. Vers la mi-journée, la convection se met bien en place avec des cumulus se développant jusqu’au stade de congestus, puis de cumulonimbus durant l’après-midi dans le cadre d’une ligne de convergence préfrontale à l’avant d’une vieille occlusion.

 

Ailleurs dans le pays, cette vieille occlusion apporte rapidement une nébulosité abondante, avec principalement des altocumulus, plus tard des altostratus, translucidus ou non, avec une quantité variable d’altocumulus et de stratocumulus. Il s’ensuit dans un premier temps une réduction de l’instabilité avec plutôt des pluies modestes : une zone de pluies continues qui aborde vers midi la frontière belgo-française avant de se scinder en deux, avec une partie se dirigeant vers l’ouest de la côte belge et l’autre, vers l’ouest de l’Ardenne belge.

 

En soirée par contre, l’instabilité se développe bien malgré tout. Une zone orageuse assez chaotique, mais comportant des cellules très virulentes remonte du sud pour atteindre la Lorraine belge, puis les provinces du Luxembourg et de Namur. On suspecte même la formation d’une petite tornade du côté de Houffalize. En Province de Liège, le système perd nettement de sa puissance, mais on peut encore observer un très bel arcus du côté de Saint-Vith. Dans les Hautes-Fagnes, on note d’importantes précipitations.

 

Le centre-est de la Belgique connaît encore la partie stratiforme de l’amas orageux, avec de nombreux nuages à mi-chemin entre stabilité et instabilité, donnant des ambiances souvent très spéciales. Quelques noyaux orageux continuent à y sévir, mais présentent une activité électrique plutôt faible.

 

On retiendra donc surtout de cette journée la formation de nuages très particuliers, parfois à la limite de l’asperatus, dont des exemples sont repris ci-dessous.

 

200628123956414551.jpg

Stratocumulus avec une petite tendance à asperatus (avec un onde qu’on devine bien au milieu-gauche de la photo) sur Biercée (au SW de Thuin) vers 15h30 – Crédit photo : Zacharie Blairon

 

200628123956763932.jpg

Stratocumulus instables, probablement avec castellanus au-dessus (non visibles à partir du sol) sur Nivelles vers 19h30 – Crédit photo : Attila Fekete

 

200628123957181019.jpg

Mammatus sur Clavier (au SE de Huy) vers 15h30 – Crédit photo : Seba Dumoulin

 

Les précipitations sont localement très abondantes, notamment à Mont-Rigi qui totalise 34,4 mm (8h -> 8h), dont 20 mm entre 21 et 22h et encore 10 mm entre 22 et 23h, soit 30 mm en 2 heures. La station de Sourbrodt (8h -> 8h) totalise quant à elle 26,4 mm.

 

 

13 juin 2020

 

Le patron atmosphérique général ne s’est guère modifié, avec toujours des hautes pressions du côté de la Scandinavie et des basses pressions qui, quant à elles, sont légèrement déplacées du Golfe de Gascogne vers l’entrée de la Manche. Les différentes perturbations orageuses sont désormais remontées vers le nord-est, mais une certaine instabilité persiste.

 

Si la veille encore, les vents étaient variables (mais déjà avec une prédominence orientale), à présent ils sont bien orientés au sud-est. Le pays entier, désormais, connaît donc des températures estivales, avec des maxima de 25 à 27°C en plaine et 21 à 22°C sur les hauteurs.

 

Le temps est nettement plus ensoleillé aussi avec un ciel dégagé le matin, puis des cumulus qui se forment assez vite et qui bourgeonnent l’après-midi, mais n’arrivent plus vraiment à atteindre le stade de cumulonimbus (étalement de cumulonimbus presque formés), à l’exception du sud du pays où des foyers orageux sont encore observés. Dans le sud du pays aussi, on observe des brumes matinales, ce qui témoigne que l’air y est plus humide.

 

À Buzenol, on relève 6,8 mm de précipitations, tombant en fin d’après-midi et début de soirée.

 

Au littoral, l’instabilité résiduelle de l’air attire la brise de mer qui parvient à vaincre le vent général de sud-est. Au port de Zeebruges, la brise de mer s’installe dès la fin de la matinée et la température n’atteint que 20,1°C. À quelques kilomètres de la côte, à la base de Coxyde, la température monte d’abord jusqu’à 24,0°C par vent de sud-est, puis la brise de mer y arrive aussi et la température rebaisse.

 

Un petit mot sur la brise de mer. Celle-ci dépend non seulement de la différence de température entre terre et mer, mais aussi de la pression atmosphérique, du degré de stabilité de l’air et, dans une moindre mesure, de différences dans l’humidité relative.

 

Par temps stable et anticyclonique, la brise de mer s’établit difficilement. Il faut un contraste thermique marqué et une absence de vent général (ou alors un vent favorisant cette brise de mer en soufflant dans la même direction). Par temps instable, un faible contraste thermique peut suffire pour enclencher la brise de mer, qui peut même venir à bout d’un vent contraire s’il n’est pas trop fort. La rencontre entre l’air continental et la brise de mer forme généralement une ligne marquée, appelée front de brise de mer. Dans un contexte déjà instable au départ, cette ligne (qui est une ligne de convergence) peut dans certains cas renforcer la convection et former de très violents orages. En Belgique, ce front de brise de mer tend à se situer à une trentaine de kilomètres du littoral mais peut, dans des cas extrêmes, se situer soit sur le littoral, soit au contraire très loin à l’intérieur des terres.

 

Enfin un mot sur l’humidité. Des brises de mer sont parfois possibles même en plein hiver, alors qu’il ne fait pas spécialement plus frais au-dessus de la mer à cette saison. Mais l’air y est plus humide, ce qui le rend plus dense et il y a un appel d’air quand même vers le continent. C’est ce qu’on appelle un front de point de rosée.

 

Aux États-Unis, ce phénomène est très fréquent sur les « Grandes Plaines » centrales (et aussi sur les « Hautes Plaines » situées plus à l’ouest), où une rencontre entre l’air humide du Golfe de Mexique et l’air très sec des déserts américains se fait même à des milliers de kilomètres de toute côte. C’est ce que les Américains appellent la « dry line », souvent (co-)responsable des fameuses tornades de la Tornado Alley.    

 

 

14 juin 2020

 

La dépression est encore remontée pour se situer juste au sud de l’Irlande, où elle s’est comblée presque entièrement. Nous nous retrouvons du coup dans un certain no man’s land météorologique.

 

Dans les basses couches, on note désormais un petit vent de sud-ouest et les températures demeurent douces à assez chaudes avec 23 à 25°C en plaine et 18 à 20°C sur les hauteurs. Mais l’air est quelque peu humide et le ciel, voilé de cirrostratus qui persistent la majeure partie de la journée et ne s’effilochent qu’occasionnellement en cirrus. À d’autres moments, le voile est suffisamment épais pour qu’on puisse parler d’altostratus translucidus. En dessous, l’on rencontre quelques bancs d’altocumulus et, l’après-midi, quelques modestes cumulus.

 

200628045758800573.jpg

Webcam MB – Braine-l’Alleud – 14 juin 2020 à 16h

 

En soirée et la nuit, on observe quelques précipitations ici et là sur l’est du pays, avec 4,1 mm à Gouvy ; 3,7 mm à Elsenborn ; 3,0 mm à Mont-Rigi et encore 2,8 mm à Genk. Le plus souvent, toutefois, ces précipitations sont très faibles, et nulles sur le centre et l’ouest du pays.

 

Au littoral, une brise de mer d’ouest à nord-ouest maintient les températures maximales un peu en dessous de 20°C.

 

 

15 juin 2020

 

Un marais barométrique recouvre notre pays, dans lequel survivent quelques discontinuités liées à de vieilles perturbations.

 

Le voile d’altitude persiste, mais est moins épais que la veille avec essentiellement des cirrus et de vastes zones de ciel bleu. En contrepartie, les cumulus se développent un peu mieux. En Ardenne, le développement des cumulus est plus franc, avec d’une part de l’étalement en altocumulus et stratocumulus, et d’autre part quelques exemplaires qui arrivent au stade de petit cumulonimbus avec quelques averses (quelques dixièmes de millimètre de précipitations).

 

Au littoral, le temps est très beau avec quelques cumulus et peu de cirrus.

 

Les vents généraux continuent à souffler de sud-ouest tandis que la brise de mer côtière tend cette fois-ci à venir du nord. Au bord de l’eau, les températures ne dépassent toujours pas les 20°C tandis que dans les dunes, on monte jusqu’à 22°C. À l’intérieur des terres, grâce au soleil plus généreux, les températures grapillent quelques petits degrés par rapport à la veille et atteignent le plus souvent 25 à 26°C en plaine et 19 à 20°C sur les hauteurs.

 

 

16 juin 2020

 

La situation atmosphérique générale demeure quasi-inchangée par rapport à la veille. Mais les derniers restes du voile d’altitude se dispersent le matin, laissant la place à des éclaircies plus franches, mais aussi à des bancs d’altocumulus. La convection se met mieux en place avec des cumulus qui atteignent souvent le stade de cumulonimbus. Des orages éclatent sur l’ouest du pays, mais aussi du côté de Liège dès le milieu de l’après-midi. En fin d’après-midi, de nombreuses régions sont concernées dans la moitié nord du pays tandis que d’autres orages éclatent en soirée sur le centre-ouest. Il y a relativement peu d’étalement et les structures sont parfois visibles de loin.

 

200628061718236069.jpg

Webcam MB – Braine-l’Alleud – 16 juin 2020 à 20h

 

Les températures baissent à nouveau un peu, mais restent agréables avec le plus souvent 23 à 25°C en plaine et 19 à 20°C sur les hauteurs. Au littoral, un régime de brise de mer limite les maxima à 20 à 21°C.

 

 

 

17 juin 2020

 

Une perturbation quelque peu organisée parvient à s’infiltrer dans le marais barométrique. Elle présente une convergence pré-frontale suivie d’une occlusion à caractère de front froid. En raison d’une zone de basses pressions en altitude, certains phénomènes prennent un caractère violent.

 

La ligne de convergence pré-frontale est responsable d’une activité orageuse dès la fin de la matinée du côté de Couvin, au nord-ouest de Courtrai et à l’ouest de Bruxelles. En début d’après-midi, d’autres cellules se développent sur une grande partie du pays, à l’exception du nord. Ces orages précoces limitent la hausse des températures, avec des maxima souvent compris entre 22 et 24°C en plaine et entre 18 et 20°C sur les hauteurs.

 

Le temps, d’abord beau avec quelques altocumulus (parfois stratocumulus), devient rapidement instable avec des cumulonimbus qui se forment rapidement. Ensuite, le temps demeure orageux une bonne partie de l’après-midi dans une ambiance assez grise où les cellules sont reliées entre elles par un mix de cumulus (fractus) et stratocumulus, voire par des parties stratiformes très grises.

 

Au nord et au nord-est du pays, le temps est plus estival avec une convection se mettant en place plus tard et des orages qui n’éclatent qu’en milieu ou fin d’après-midi. Les températures maximales, là, se situent entre 24 et 26°C. Au sud du pays, au contraire, les éclaircies sont très brèves et les maxima ne dépassent guère 18 à 19°C en Gaume.

 

Malgré les conditions grises, les phénomènes sont parfois violents et surtout accompagnés de fortes précipitations. Ici et là, on voit aussi des structures intéressantes, comme par exemple un arcus à Lathuy, en province du Brabant Wallon et à Burdinne, en Province de Liège.

 

20062806523736720.jpg

Crédit photo : François Riguelle et Samina Verhoeven

 

Au niveau des précipitations, on retiendra quelques gros totaux comme à Izegem (48,8 mm), Melle (36,6 mm), Stabroek (29,7 mm), Dourbes (29,2 mm) et Diepenbeek (28,2 mm). Il convient d’ajouter qu’un assez grand nombre de station reçoivent plus de 20 mm d’eau.

 

 

18 juin 2020

 

Nous sommes toujours en situation de marais barométrique, mais les pressions, tout doucement, remontent sur la France.

 

Le temps s’améliore aussi sur nos régions. Après un début localement gris (cumulus / stratocumulus) avec un peu de pluie, on observe des éclaircies dans un ciel encore quelque peu instable avec des cumulus évoluant souvent jusqu’au congestus. Mais les cumulonimbus deviennent moins nombreux et les averses tendent à devenir plus isolées. Le sud du pays connaît aussi du brouillard matinal.

 

Quelques orages formés sur la France affectent principalement l’ouest du pays en après-midi. En soirée, c’est plutôt le centre-est qui connaît une activité orageuses. Parmi les stations officielles, aucune ne recueille beaucoup de précipitations, avec la plus forte cote à Gembloux avec 4,6 mm.

 

Les températures maximales sont le plus souvent un peu plus basses que la veille, avec 22 à 23°C en plaine et 18 à 19°C sur les hauteurs. Les averses, même faibles, donnent parfois de gros coups de fraîcheur. À Beitem, la température passe de 21,4°C (16h) à 15,8°C (17h). Au littoral, c’est la brise de mer qui empêche les températures de grimper, avec des maxima de 19°C seulement.

 

 

19 juin 2020

 

La crête anticyclonique française recouvre à présent notre pays, mais elle demeure très faible. Cela suffit cependant pour un beau temps relatif. C’est le matin surtout que le ciel est bleu, puis des cumulus se forment rapidement et s’étalement l’après-midi en stratocumulus (parfois aussi altocumulus) cumulogenitus. Ici et là, de petites averses se produisent encore.

 

Les températures maximales sont un peu faibles, avec 21 à 23°C en plaine et 18 à 19°C sur les hauteurs. Au littoral, les vents en provenance de la mer limitent les maxima à 19 à 20°C.

 

 

20 juin 2020

 

Des conditions un peu plus anticycloniques déterminent à présent le temps sur nos régions. Le beau temps tente de s’installer, mais subit encore quelques écueils en raison de nombreux nuages encore présents. Il s’agit notamment d’importants bancs d’altocumulus et de stratocumulus. Mais il y a des éclaircies aussi et, l’après-midi, des cumulus se forment. Parfois, ces cumulus viennent littéralement s’encastrer dans les stratocumulus. Au littoral, les cumulus sont (presque) absents, mais pas les autres nuages.

 

Les températures maximales restent modestes, avec 22 à 23°C en plaine et 18 à 19°C sur les hauteurs. Au littoral, il faut 19 à 20°C.

 

Cette période de temps plus variable que nous venons de connaître améliore quelque peu la situation au niveau de la sécheresse, mais jusqu’à présent, le problème est loin d’être résolu.

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×