Aller au contenu
Les Forums de MeteoBelgique
cumulonimbus

Brève chaleur, pluies et orages

Messages recommandés

Posté(e) (modifié)

PREMIÈRE DÉCADE DE JUILLET 2024

 

UN ÉTÉ BIEN BELGE, UN TRÈS BREF COUP DE CHALEUR ET DE VIOLENTS ORAGES

 

 

Du 1er au 7 juilllet 2024

 

La première décade de juillet 2024 – plus spécifiquement la première semaine de juillet 2024 – connaît un climat typiquement belge, celui dont nous étions habitués dans notre ancien climat. Sur ces 7 jours à Uccle, avec une moyenne de température de 15,9°C, un total de précipitations de 8 mm et une insolation de 33h31, on peut typiquement parler d’une circulation atlantique « molle », avec du temps frais et peu ensoleillé, mais avec des pluies pas très abondantes.

 

Ailleurs dans le pays, la situation n’est guère différente. Les précipitations sont certes assez fréquentes, mais plutôt faibles, sauf ici et là où l’on relève quelques quantités plus importantes dans les pluviomètres.

 

Les premiers jours du mois, le ciel était occupé soit par des nimbostratus distillant pluies et bruines, soit par un mix de cumulus et de stratocumulus, éventuellement surmonté d’altocumulus, avec l’une ou l’autre averse en cas de convection plus forte.

 

bqi7.jpg

2 juillet 2024, source : BMCB

 

c7j8.jpg

7 juillet, source : webcam d’Anvers

 

Par la suite, notre pays s’est essayé au beau temps, mais sans vraiment y réussir. Après des matins parfois prometteurs, les cumulus se formaient cependant en grand nombre, évoluant parfois en cumulonimbus avec averses ou s’étalant en stratocumulus avec une ambiance à nouveau plus grise. En outre, la présence de cirrus et d’altocumulus, voire d’altostratus nous signalait souvent la proximité des perturbations atlantiques.

 

L’Anticyclone des Açores, avec des extensions vers des latitudes plus élevées sur l’Océan, avait placé notre pays sous des courants d’ouest à nord-ouest, avec le passage régulier de perturbations frontales, parfois sous une forme affaiblie comme c’est souvent le cas en été.

 

En d’autres termes, la fraîcheur avec des maxima souvent compris entre 17 et 22°C en plaine, et la persistance d’une certaine humidité après une longue période déjà trop pluvieuse, faisait dire à de nombreux Belges que l’été était une nouvelle fois « pourri ».

 

 

 

8 juillet 2024

 

Tous les bulletins météo parlent d’un grand coup de chaleur pour le lendemain, mais on n’en ressent pas encore grand-chose en ce 8 juillet. Avec des maxima le plus souvent situés entre 21 et 23°C en plaine, on parvient à peine à se hisser jusqu’aux normes saisonnières. Le beau temps stable n’est pas encore de la partie non plus. Le matin certes, le soleil brille généreusement, surtout sur l’est du pays, avec cirrus et altocumulus, mais en journée les cumulus redeviennent fort nombreux, une fois de plus, et le ciel qui se voile en plus d’altostratus l’après-midi. Les cumulus persistent d’abord sous l’altostratus, puis s’étalent en stratocumulus.

 

Sur l’ouest et le centre du pays, les cirrus et des bancs étendus d’altocumulus sont plus nombreux, ce qui signifie que les éclaircies, avant l’arrivée des altostratus, sont moins marquées dans cette partie du pays. Il faut savoir, en effet, qu’on n’est pas à l’aube d’une période de beau temps chaud, mais juste d’une remontée d’air chaud sous influence dépressionnaire. C’est une zone de basse pression au nord-ouest de l’Espagne qui nous envoie un front chaud peu actif, mais accompagné de ses nuages frontaux stratiformes.

 

Ce front est dédoublé d’un autre front chaud, qui traversera le pays en fin de nuit.

 

51km.gif

00h Z, nuit du 8 au 9 juillet 2024. Source : KNMI

 

 

 

9 juillet 2024

 

Revenons à ces deux fronts chauds. L’air avant le premier front chaud était plutôt froid pour la saison, avec 6°C seulement au niveau 850 hPa. Entre les deux fronts, la température à ce niveau monte à 10°C, ce qui correspond aux normes saisonnières. Derrière le deuxième front chaud, la température atteint 14-15°C au niveau 850 hPa, ce qui est assez chaud sans plus. En surface par contre, les vents de sud-est amènent une bouffée d’air qu’on peut qualifier de très chaud, surtout à l’est du pays, ce qui fait que nous nous retrouvons dans une situation d’instabilité très marquée.

 

L’après-midi, une bulle d’air chaud va faire monter la température, très temporairement, vers les 16-17°C, toujours au niveau 850 hPa, pendant que la température au niveau 500 hPa tend à légèrement baisser. Ceci a deux conséquences : la formation d’une inversion couvercle, sans doute vers les 1200-1300 mètres d’altitude, et la déstabilisation des couches moyennes de l’atmosphère. Cela signifie que nous avons :

 

-            Une couche très instable entre 0 et 1200-1300 mètres au-dessus d’un sol surchauffé.

-            Une faible inversion couvercle (1 à 2°C) vers les 1200-1300 mètres.

-            Un air à nouveau instable entre les niveaux 850 et 500 hPa.

 

À cela s’ajoute une bonne humidité résiduelle liée aux sols détrempés par la longue période à précipitations excédentaires que nous venons de connaître. Nous avons donc une situation explosive en termes orageux. À cela s’ajoutent de bons cisaillements du vent, avec un flux de sud-est en surface et de sud-sud-ouest vers 3000 mètres d’altitude, au niveau 700 hPa.

 

Voyons à présent le déroulement de la journée de ce 9 juillet.

 

Sur l’est et le sud du pays, le temps est très beau, avec des cirrus (dont l’un ou l’autre spissatus épais) et des altocumulus, parfois lenticulaires. En après-midi, de très petits cumulus se forment, notamment sur les reliefs, juste en dessous de l’inversion.

 

o031.jpg

Beausaint à 16h

 

Les températures, encore fraîches, voire très fraîches le matin, montent rapidement en fin de matinée. La bulle d’air chaud, déjà bien présente sur la France vers 10-11 heures, atteint un peu plus tard l’est de notre pays, avec surtout un bon des températures à partir de midi. En après-midi, le seuil des 30°C est dépassé pratiquement partout dans les vallées, ainsi que sur les plaines du Limbourg. On note 32,0°C à Koersel ; 31,8°C à Bierset ; 31,5°C à Kleine Brogel ; 31,3°C à Genk ; 30,9°C à Strée-Huy ; 30,2°C à Buzenol et 30,1°C à Dourbes. Sur le Plateau Ardennais, on observe 28,2°C à Saint-Hubert et sur le Plateau Fagnard, 26,9°C à Mont-Rigi. Ces maxima sont généralement de 8 à 9°C supérieurs à ceux de la veille.

 

Cette ambiance très estivale, accompagnée d’un vent de sud-est, dure le temps d’un après-midi sur ces régions de l’est et du sud du pays. En soirée, des orages parfois violents et surtout impressionnants mettent fin à la chaleur. Un arcus est visible dans le ciel liégeois peu après 19 heures. Dans le ciel ardennais à Beausaint, c’est le cas à 20 heures. Dans les Cantons de l’Est, l’arcus arrive vers 21 heures. Les précipitations sont très variables d’un endroit à l’autre, de quelques millimètres seulement à une bonne vingtaine de millimètres.

 

Au centre du pays, l’épisode estival est encore plus court et les orages, encore plus violents. On observe certes de belles éclaircies, mais les passages nuageux sont plus importants dès le début de la journée, sous forme de cirrus, parfois épais ou tendant à cirrostratus, ainsi que des bancs d’altocumulus, qui se développent en castellanus l’après-midi. En dessous, quelques petits cumulus humilis. Les températures frisent les 30°C, mais baissent souvent dès le milieu de l’après-midi. Les franges sud et est du centre du pays dépassent légèrement ce seuil de 30°C, avec 31,2°C à Gembloux ; 30,3°C à Beauvechain et 30,2°C à Gosselies. Du côté de Bruxelles, on note 29,3°C à Uccle et 29,9°C à l’aéroport.

 

hn69.jpg

Castellanus dans le ciel de Braine-l’Alleud à 15h50

 

Le cas de Bruxelles : une cellule isolée, formée en France à l’avant de la ligne orageuse, se dirige droit vers Bruxelles en gagnant en puissance, sous la forme d’une supercellule. Cette cellule déverse 19,6 mm sur Uccle en un quart d’heure seulement (peu après 16 h). On y observe par ailleurs une rafale de 102 km/h. Ce vent varie très fort d’un endroit à l’autre. À l’aéroport par exemple, le vent monte à 76 km/h sur la piste 07 L (gauche) et à 98 km/h sur la piste 25 R (droite).

 

La température, quant à elle, perd 10°C en 10 minutes, entre 16h05 et 16h15, en passant de 28,4°C à 17,7°C (Bruxelles-Ixelles *). À Bruxelles-Evere, cette chute intervient entre 16h15 et 16h25, avec une température passant de 27,3°C à 19,6°C sous des précipitations un peu moindres.

 

Ci-dessous, la supercellule bruxelloise arrivée à l’aéroport.

 

s9kh.jpg

Source : NoodweerBenelux ; crédit photo : Mike De Schrijver

 

Après le passage de la supercellule, le ciel s’éclaircit quelque peu, mais bientôt l’arcus d’un nouvel orage apparaît dans le ciel bruxellois.

 

bf6b.jpg

Bruxelles (Schaerbeek) à 17h40

 

Il s’agit de la bordure orientale d’un intense système orageux qui avait fait rage sur l’ouest et le nord du Hainaut. Il n’en est pas moins que cet orage déversera à nouveau 19,8 mm sur la station d’Uccle, cette fois-ci sur une heure et demie environ. La température, qui était remontée à 23°C entre les averses, rechute à 18°C.

 

Au total, en comptabilisant aussi les précipitations intermédiaires, Uccle arrive à 41,8 mm. Ixelles fait encore mieux avec 54,1 mm (32,0 mm dont 30,2 mm en 15 minutes pour le premier orage ; 19,7 mm pour le second). Le nord-est de la ville (Evere) est un peu moins impacté, avec un total de 29,0 mm (15,0 mm pour le premier orage ; 12,2 mm pour le second). L’aéroport de Bruxelles-National, encore plus au nord-est, n’enregistre plus que 13,0 mm au total.

 

Les vents de sud-est, au passage de la première ligne de convergence en milieu d’après-midi, s’orientent brusquement au nord-ouest, voire au nord. Ensuite, les vents deviennent variables en gardant une prédominance ouest à nord. Par la suite, nous aurons l’outflow de différents orages, avec des vents très variables en direction.

 

Sur le Hainaut, des pluies orageuses sont parfois déjà observées dès le début de l’après-midi, mais les orages menaçants, avec arcus, n’arrivent qu’en fin d’après-midi (milieu d’après-midi sur l’extrême ouest du Hainaut) ou en début de soirée. Du côté de Charleroi, les orages se font violents, avec fortes rafales, entre 18 et 19 heures. Ci-dessous, Ham-sur-Heure à 18h40 (crédit photo : Attila Fekete).

 

qt1w.jpg

 

Au nord de la Belgique, on relève aussi quelques grosses cotes de précipitations, comme à l’aéroport d’Anvers-Deurne (20,0 mm) et à Retie (26,5 mm). À noter que dans le cadre de la vague orageuse du début de soirée, le vent monte jusqu’à 96 km/h à Sint-Katelijne-Waver.

 

L’ouest de la Belgique connaît peu ou pas d’orages. La ligne de convergence des vents y passe déjà avant midi, si bien que les vents de sud-est tournent rapidement au sud-ouest, puis à l’ouest et au nord-ouest avant de devenir faibles et variables. La bouffée d’air chaud n’arrive donc pas vraiment jusque là, avec des températures maximales plus modestes, de l’ordre de 22 à 24°C au littoral et autour de 27°C du côté de Lille, Courtrai et Gand. Ces maxima sont atteints dès midi au littoral, et en début d’après-midi sur l’ouest du Hainaut et sur la Flandre Orientale.

 

Au littoral, le ciel est souvent très nuageux à couvert, avec altocumulus rapidement suivis de stratocumulus, au sein desquels on rencontre des cumulonimbus enclavés avec averses. La station de Middelkerke arrive à un total de précipitations de 16,5 mm. Par moment, le ciel se montre menaçant, avec des stratocumulus particulièrement sombres. Il s’agit de stratocumulus castellanus, avec d’importants bourgeonnement au-dessus de la couche, pouvant évoluer jusqu’au cumulonimbus. La différence par rapport à un cumulonimbus normal réside dans le fait que la convection ne démarre pas depuis le sol.

 

Ci-dessous, des stratocumulus sombres, ayant formé un cumulonimbus enclavé et photographiés par la webcam d’Oostduinkerke à 18h31.

 

s912.jpg

 

  

Note :

* La station privée d’Ixelles (Bruxelles), située à l’angle de l’avenue Louis Lepoutre et la rue Alphonse Renard, est très en ligne avec la station officielle d’Uccle (Bruxelles) et donc fiable.

 

13 h : 27,2°C (Ixelles) ; 27,4°C (Uccle)

14 h : 28,1°C (Ixelles) ; 28,3°C (Uccle)

15 h : 28,7°C (Ixelles) ; 28,7°C (Uccle)

16 h : 28,1°C (Ixelles) ; 28,8°C (Uccle)

17 h : 21,7°C (Ixelles) ; 21,9°C (Uccle)

 

La différence à 16 h est manifestement liée à la position de l’orage.

 

La station privée d’Evere a également été vérifiée quant à sa fiabilité.

 

 

 

10 et 11 juillet 2024

 

À l’arrière des perturbations orageuses, dans l’air post-frontal, le temps tente une nouvelle fois de redevenir beau. Mais l’anticyclone océanique reste trop éloigné et nous ne sommes toujours pas débarrassés de l’influence dépressionnaire. Cela se voit aussi dans notre ciel. Après des débuts prometteurs les deux jours, les cumulus se reforment rapidement et deviennent nombreux. Certains se développent jusqu’à l’averse (le 10), d’autres tendent vers l’étalement, avec ciel par moment très nuageux. Les températures, par contre, sont agréables et souvent comprises entre 22 et 24°C en plaine. Très localement, les 25°C sont encore atteints le 10.

 

 

 

À nouveau des pluies intenses le 12 juillet 2024

 

Le front froid, bien au sud de nos régions les 10 et 11, commence à remonter sous forme de front chaud le soir du 11 et la nuit suivante, dans le cadre d’une ondulation qui donne naissance à une petite dépression sur le nord-est de la France.

 

Les totaux pluviométriques sont importants. Au relevé de 8 heures, Uccle a déjà 18,1 mm dans son pluviomètre. Ce chiffre passe à 31,3 mm à 10 heures. En province de Namur, les précipitations sont plus importantes encore. Toujours à 10 heures, on relève 42,9 mm à Crupet, 37,5 mm à Croix-Scaille, 35,7 mm à Beauraing et 34,7 mm à Ciney. Modave, à l’extrême-ouest de la province de Liège, reçoit 36,0 mm.

 

awxs.jpg

Nimbostratus au-dessus de Cerfontaine à 10h20

 

 

 

Conclusion

 

Si l’on considère uniquement la première décade de juillet, on peut dire qu’elle entre parfaitement dans le schéma de nos étés d’antan. La moyenne des températures et de l’insolation étaient déficitaires pour une pluviosité très variable d’un endroit à l’autre. Dans le temps, environ deux décades sur trois, par mois d’été, avaient cette caractéristique tandis qu’une décade mieux ensoleillée et plus chaude faisaient remonter les moyennes du mois. Ce qui fait que pour le commun des Belges, les étés de notre pays étaient pourris. À la grosse louche, on peut dire qu’un été sur cinq environ était considéré comme beau.

 

Si l’on rajoute le 12 juillet au regard des précipitations, on voit bien que la période ne cadre plus avec notre ancien climat, mais bien avec notre climat actuel modifié. Ça fait des mois et des mois qu’il pleut beaucoup trop, et juillet semble à présent suivre la même tendance. L’excès ou le déficit des précipitations, surtout en été, est devenu l’élément clé à prendre en compte pour s’adapter à notre nouveau climat. L’alternance d’étés très secs et d’étés très humides est devenue la norme.  Parfois cela se passe même au sein d’un même été. On se souvient de 2006, été littéralement coupé en deux, avec une canicule persistante en juillet et un temps parfaitement pourri, pluvieux et frais en août. En 2023, après une longue période sans la moindre pluie à Uccle, du 16 mai au 16 juin, les mois de juillet et août sont tous les deux excédentaires en termes de précipitations, avec plus de 100 mm tant en juillet qu’en août.

 

Au niveau des températures, un été pourri, mais moins frais qu’il n’aurait dû être, se remarque moins qu’un été chaud qui est encore plus chaud qu’il ne l’était avant. Mais on l’a déjà vu au printemps dernier : malgré la pluie, l’humidité et un déficit d’insolation, la moyenne des températures parvient encore à être bien supérieure aux normes ce qui, il est vrai, n’a pas été fort ressenti.

 

On ne connaît pas encore la suite de l’été 2024, mais on sait désormais que, même s’il continue à être pluvieux et peu ensoleillé, cela ne signifie pas nécessairement qu’il sera en dessous des normes au niveau des températures.

 

 

 

Modifié par cumulonimbus
À présent complet.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Veuillez vous connecter pour commenter

Vous pourrez laisser un commentaire après vous êtes connecté.



Connectez-vous maintenant

×