Aller au contenu
Les Forums de MeteoBelgique

Messages recommandés

L’automne 2015 souffle le chaud et le froid, et souffle fort aussi.

En octobre le froid…

3,8°C comme maximum à Bierset le 13 ; 1,8°C à Saint-Hubert le 14 ; 0,1°C à Mont-Rigi le 14. Jamais il n’avait fait aussi froid aussi tôt. Et déjà la neige sur les hauts plateaux !

En novembre le chaud…

20,8°C comme maximum à Uccle le 1 ; 19,7°C à Mont-Rigi le 1 ; 19,2°C à Middelkerke le 7… Jamais il n'avait fait aussi chaud aussi tard. Et en plus, la nuit du 6 au 7 a été la plus chaude jamais enregistrée, avec un minimum de 16,4°C à Uccle.

Et il y a tout juste deux mois, le 16 septembre, une tornade !!!

Souvenez-vous en !

https://dl.dropboxusercontent.com/u/1866013...-de-Melreux.pdf

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Encore des records décadaires de Tn battus cette nuit en France à Angers, Nantes, Alençon, Brest...

Ce que je trouve très marquant c'est que si on prend les deux premiers mois de l'automne météorologique ( septembre/octobre ), ici sur la réanalyse de la NOAA, on voit qu'on a une anomalie froide relativement marquée, sur le nord-est de la France notamment :

186797rea.gif

Si maintenant on rajoute la première moitié de du mois de novembre on arrive à ça :

524635rea2.gif

...

Après, la maille de la réa' est effectivement assez grossière et lissée, mais on a surtout la mise en évidence que le déficit des 2 premiers mois a été quasiment entièrement effacé par la première partie du mois de novembre, et l'on se retrouve autour des normes 81/10. Les données se sont arrêtés au 14 quand j'ai fais les cartes, on peut encore rajouter quelques jours de douceur supplémentaire là dessus.

Tout repose désormais sur l'anomalie de la seconde moitié de novembre en fait :lol:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La douceur du matin

Il arrive de temps en temps en hiver qu’on soit surpris le matin, en sortant de chez soi, par la brusque douceur du temps. « Tiens ! Il fait même plus doux que hier soir ! » est-on tenté de dire alors.

Ce matin, 17 novembre 2015, d’aucuns d’entre vous ont sûrement été surpris par la douceur du temps ce matin. En effet, la température a gagné 2 à 3 degrés en cours de nuit pour atteindre un premier maximum vers 8 heures ce matin (avant un éventuel second maximum en journée).

Quelques valeurs relevées à 8 h L.T.

Sint-Katelijne-Waver : 14,8°C

Stabroek : 14,7°C

Deurne : 14,7°C

Angleur : 14,6°C

Certaines stations ont eu leur pointe de douceur plus tôt, comme Coxyde avec 14,7°C à 6 h L.T. ou Semmerzake avec 14,5°C à 7 h L.T.

Remarquez la grande uniformité des températures au moment du passage de la bulle d’air doux. En général, une telle hausse de température est liée au passage du secteur chaud d’une perturbation, qui est plus ou moins large selon le cas. En cas de secteur chaud large, d’autres pointes de douceur risquent de suivre en journée, en cas de secteur chaud étroit, qui passerait juste le matin, le maximum de température reste aussi enregistré à cette heure matinale, ce qui donne une courbe de température assez surprenante.

En tout cas, dans la très grande majorité des cas, ces coups de douceur hors des heures habituelles s’accompagnent de grand vent et, parfois aussi, de pluie. C’est pour cette raison d’ailleurs que les températures se répartissent de façon très homogène sur le pays (brassage de l’air) et dépendent presque exclusivement de l’altitude. C’est pour cette raison aussi qu’avec une telle situation, des records ne seront jamais battus en Haute Belgique puisque là, les températures peuvent être beaucoup plus élevées par temps anticyclonique au-dessus des inversions hivernales avec, dans ce cas, des maxima enregistrés à des heures plus habituelles, en début ou milieu d’après-midi.

Pour en revenir à ce matin, le coup de douceur a été accompagné de bonnes petites rafales, dépassant 60 km/h par endroit.

Le coup de douceur matinale le plus « voyant » a été enregistré sans conteste en date du 24 décembre 1977, veille de Noël, avec 16°C à Zaventem entre 6 et 7 heures du matin, et des rafales jusqu’à 96 km/h. À Uccle, on notait juste un petit degré de moins, 15°C, et des rafales de 87 km/h. À Coxyde, on notait 15°C aussi, avec des coups de vent, là, jusqu’à 115 km/h.

À Kleine Brogel, ce maximum matinal atteignait même 16,8°C.

Dans le même ordre de grandeur, la douceur matinale du 8 décembre 2000. Vers 5 heures du matin, on observait par exemple 16,7°C à Sint-Katelijne-Waver, 16,4°C à Liège-Monsin, 16,3°C à Hastière et à Deurne, 16,2°C à Stabroek, 16,1°C à Eeklo et 15,8°C à Uccle, le tout avec des rafales dépassant 70 km/h en de nombreux endroits, et s’approchant localement des 100 km/h (96 km/h à Coxyde).

Quelques jours plus tard, le 12 décembre 2000, les températures matinales seront à peine moins élevées.

Le 27 novembre 1983, c’est aux très petites heures qu’on observe une grande douceur avec, à Zaventem, 16°C à 3 heures du matin et un vent soufflant en rafales jusqu’à 109 km/h. Une heure plus tard, lors du passage du front froid, le vent se renforce encore pour atteindre 117 km/h. Uccle, cette nuit-là, monte même jusqu’à 151 km/h, la deuxième valeur de vent la plus élevée mesurée à cette station. La température, quant à elle, grimpe jusqu’à 16,4°C.

Une douceur tout aussi surprenante est observée le 8 février 1990 à 4 heures du matin, avec à Uccle 15°C et des rafales de 111 km/h. Mais là aussi, c’est quelques heures après, avec le passage du front froid, que le vent atteindra son maximum : 126 km/h. À Sint-Katelijne-Waver, le maximum nocturno-matinal atteint 15,7°C.

Le 4 mars 1998, une température surprenante de 16°C est observée à Zaventem à 7 heures du matin, avec des rafales de 78 km/h. Mais une fois encore, le maximum de vent sera atteint un peu plus tard, lors du passage du front froid, avec 93 km/h. Le maximum de température, de ce fait, restera inscrit au petit matin. À Anvers, on note même 16,6°C à 7 heures du matin, et 16,9°C un brin plus tard à Kleine Brogel. En journée, cette bulle d’air chaud donnera jusqu’à 22°C en Alsace.

Le 11 mars 1981, un phénomène similaire est observé, avec 17°C à 7 heures du matin à Uccle, Bierset, Schaffen et Genk, le tout à nouveau accompagné de vents forts. Cette vague de douceur se décalera aussi vers l’Alsace en journée, avec une nouvelle fois jusqu’à 22°C à Colmar.

Le 25 novembre 2006, les températures sont déjà incroyablement élevées à 7 heures du matin, avec 17,2°C à Semmerzake, 17,1°C à Zelzate, 17,0°C à Deurne, 16,8°C à Zaventem et 16,7°C à Uccle ainsi qu’à Kleine Brogel. Mais là, la température parviendra à grapiller encore quelques degrés en matinée pour atteindre son maximum vers 10 heures sur l’ouest du pays, vers 12 heures sur le centre et le centre-est et vers 14 heures sur l’extrême est et nord-est. Et quels maxima ! 18,9°C à Kruishoutem (vers 10 heures), 18,5°C à Uccle (vers 12 heures) et 19,8°C à Liège-Monsin (vers 14 heures). En d’autres termes, seuls le nord-est et l’est du pays ont eu leur maximum à une heure à peu près « normale ».

Enfin plus récemment, la température a flirté avec les 14°C vers 4 heures du matin à Uccle le 30 janvier 2013, tandis que les rafales dépassaient largement les 70 km/h. Par ailleurs, grâce au bon brassage de l’air, les 13-14°C sont atteints partout en Basse et Moyenne Belgique (maximum : 14,6°C à Angleur). Pour une fin janvier qui correspond à la période la plus froide de l’année, ces valeurs sont tout à fait remarquables.

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La fin de cette période exceptionnelle de douceur va prendre fin de manière très brutale selon les endroits, en lien avec un gradient de température qui va se resserer avant que l'air froid ne gagne finalement la bataille.

AnimArpege18Nov.gif

MF

Diagramme de Bordeaux :

post-2200-0-37797800-1447841301.png

Plus d'infos sur ce sujet au post #93 : http://forums.infoclimat.fr/topic/87048-cl...bre-2015/page-5

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En attendant un probable changement radical du temps, voici le bulletin climatologique du 17 novembre.

Mardi 17 novembre 2015

Grand vent et grande constance dans les températures très douces.

Au petit matin, les températures étaient voisines de 14-15°C sur le centre et l’ouest du pays, voisines de 13°C sur le centre-est et proches des 10°C sur les hauteurs. Elles ne descendront un peu que localement et très temporairement en matinée, avant de revenir aux mêmes valeurs que le matin pendant un long moment au cours de l’après-midi. En soirée, elles grapilleront encore un petit degré, voire deux, pour atteindre 14 à 16°C à peu près partout en Basse et Moyenne Belgique, et 11 à 12°C sur les hauteurs. La plus haute valeur sera celle de Liège-Angleur avec 17,1°C.

Pourtant un front ondule très fort sur nos régions, avec notre pays qui se trouve du côté « chaud » le matin et le soir, et du coté « froid » en journée. Mais en réalité, les masses d’air en présence sont fort chaudes pour la saison toutes les deux, avec d’une part de l’air tropical maritime et d’autre part de l’air polaire maritime très indirect, fortement réchauffé par les eaux et les terres encore (trop) chaudes pour la saison.

En altitude par contre, la différence entre les deux masses d’air se marque, avec au niveau 850 hPa (vers 1450 mètres) une oscillation entre 4 et 10°C.

Au niveau des nuages, cela se traduit en éclaircies au nord du front, avec des cumulus fractus dans les basses couches, et un voile de cirrus/cirrostratus dans les couches supérieures, le front n’étant jamais très loin. En outre, des bancs de stratocumulus (parfois accompagnés de développements cumuliformes sur les reliefs) amènent régulièrement des ambiances plus grises. En fin d’après-midi, le ciel redevient couvert avec pluies et bruines et même une petite tendance à l’instabilité (embedded Cb).

Le vent souffle fort principalement la nuit du 17 au 18, avec des rafales de 101 km/h à Coxyde et à Middelkerke et de 104 km/h à Zeebruges (avec toujours un air très doux). À Dunkerque, le vent atteint même 124 km/h, et 133 km/h en mer, au large de Calais.

À l’intérieur des terres, on relève encore 94 km/h à Gand-Zelzate, à Roulers-Beitem et à Charleroi-Gosselies ainsi qu’à Humain, 90 km/h à Semmerzake et à Anvers-Deurne, 83 km/h à Florennes et 76 km/h à Chièvres et à Uccle. Le sud du pays a été par contre plus épargné, avec même pas 60 km/h à Buzenol.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
En attendant un probable changement radical du temps, voici le bulletin climatologique du 17 novembre.

Mardi 17 novembre 2015

Grand vent et grande constance dans les températures très douces.

Au petit matin, les températures étaient voisines de 14-15°C sur le centre et l’ouest du pays, voisines de 13°C sur le centre-est et proches des 10°C sur les hauteurs. Elles ne descendront un peu que localement et très temporairement en matinée, avant de revenir aux mêmes valeurs que le matin pendant un long moment au cours de l’après-midi. En soirée, elles grapilleront encore un petit degré, voire deux, pour atteindre 14 à 16°C à peu près partout en Basse et Moyenne Belgique, et 11 à 12°C sur les hauteurs. La plus haute valeur sera celle de Liège-Angleur avec 17,1°C.

Pourtant un front ondule très fort sur nos régions, avec notre pays qui se trouve du côté « chaud » le matin et le soir, et du coté « froid » en journée. Mais en réalité, les masses d’air en présence sont fort chaudes pour la saison toutes les deux, avec d’une part de l’air tropical maritime et d’autre part de l’air polaire maritime très indirect, fortement réchauffé par les eaux et les terres encore (trop) chaudes pour la saison.

En altitude par contre, la différence entre les deux masses d’air se marque, avec au niveau 850 hPa (vers 1450 mètres) une oscillation entre 4 et 10°C.

Au niveau des nuages, cela se traduit en éclaircies au nord du front, avec des cumulus fractus dans les basses couches, et un voile de cirrus/cirrostratus dans les couches supérieures, le front n’étant jamais très loin. En outre, des bancs de stratocumulus (parfois accompagnés de développements cumuliformes sur les reliefs) amènent régulièrement des ambiances plus grises. En fin d’après-midi, le ciel redevient couvert avec pluies et bruines et même une petite tendance à l’instabilité (embedded Cb).

Le vent souffle fort principalement la nuit du 17 au 18, avec des rafales de 101 km/h à Coxyde et à Middelkerke et de 104 km/h à Zeebruges (avec toujours un air très doux). À Dunkerque, le vent atteint même 124 km/h, et 133 km/h en mer, au large de Calais.

À l’intérieur des terres, on relève encore 94 km/h à Gand-Zelzate, à Roulers-Beitem et à Charleroi-Gosselies ainsi qu’à Humain, 90 km/h à Semmerzake et à Anvers-Deurne, 83 km/h à Florennes et 76 km/h à Chièvres et à Uccle. Le sud du pays a été par contre plus épargné, avec même pas 60 km/h à Buzenol.

Merci Cumulonimbus !!

Et quelle a été la plus forte rafale de vent à Bierset ?

A noter aussi que, si mes infos sont correctes, le pluviomêtre à Uccle à recueilli 2,6 mm de pluie ce 17 novembre portant le total du mois à 19,9 mm jusqu'a maintenant.

Vu les prévisions actuelles, on dirait bien que ce n'est pas encore ce mois-ci qu'on atteindra la moyenne au niveau des précipitations (76,4mm pour Novembre).

Bonne journée à tous !

:thumbsup:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Merci Cumulonimbus !!

Et quelle a été la plus forte rafale de vent à Bierset ?

A noter aussi que, si mes infos sont correctes, le pluviomêtre à Uccle à recueilli 2,6 mm de pluie ce 17 novembre portant le total du mois à 19,9 mm jusqu'a maintenant.

Vu les prévisions actuelles, on dirait bien que ce n'est pas encore ce mois-ci qu'on atteindra la moyenne au niveau des précipitations (76,4mm pour Novembre).

Bonne journée à tous !

:thumbsup:

Les données pluviométriques d'Uccle sont bien correctes.

La plus forte rafale enregistrée à Bierset pour la période en question a été de 79 km/h.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un mot sur les conditions tout à fait extraordinaires qui ont régné en Autriche hier, le 18 novembre 2015.

L’air très doux qui se trouvait, entre autres, sur la Belgique la veille (17 novembre) et la nuit suivante, s’est ensuite décalé vers l’Autriche où le foehn a donné un fameux coup de pouce aux températures et surtout à la qualité du temps. En outre, certains endroits abrités du vent ont pu pleinement profiter de températures quasiment estivales sous un grand soleil mais sans subir les effets éoliens qui annihilent en partie les bienfaits de la douceur.

À Graz (alt. 366 m), la température est montée jusqu’à 20,5°C sous un ciel particulièrement lumineux, sans le moindre nuage, et avec à peine un souffle de vent. Non loin de là, à Koeflach (alt. 462 m), la température est même montée jusqu’à 23,9°C avec là, en outre, un air extrêmement sec (humidité relative inférieure à 20% l’après-midi). Mais un vent irrégulier y a donné quelques rafales (max. : 54 km/h).

À Innsbruck (alt. 581 m), sous un ciel tout aussi serein et une humidité à peine plus élevée, la température est montée jusqu’à 21,7°C.

Dans les différentes stations météorologiques de Vienne, les maxima se sont situés entre 19,6°C (Vienne-Unterlaa) et 20,4°C (aéroport de Vienne) en passant par 20,0°C au centre ville.

Salzbourg a un peu moins profité de la douceur cette fois-ci, avec « seulement » 18,9°C.

Enfin, pour revenir à la station de Koeflach, on y note une série incroyable de jours chauds, avec 21,9°C le 8/11 ; 24,5°C le 9/11 ; 22,7°C le 10/11 ; 22,0°C le 11/11 ; 22,3°C le 16/11 et 23,9°C le 18/11.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Encore une petite remarque sur les températures autrichiennes de ce mois de novembre.

De façon générale, on peut dire que plus on s'éloigne des montagnes, plus les journées chaudes deviennent isolées, voire inexistantes. Par endroit, on a même observé des journées froides pour la saison.

Et même au sein des montagnes, une vallée n'est pas l'autre. Si certaines vallées ont connu des jours consécutifs avec des valeurs (parfois largement) supérieures à 20°C, d'autres vallées, pourtant à altitude égale, n'ont connu rien d'extraordinaire en termes de chaleur, avec là aussi certaines journées même froides.

Ceci est bien évidemment lié aux inversions qui, à cette saison, se résorbent mal en plaine, mais aussi dans les vallées « mal » orientées. Ce sont en fait les vallées bien exposées au foehn qui ont connu des excès inimaginables pour la saison.

Une à deux journées à température très élevée, tant en novembre qu'en décembre, janvier ou février, sont normales pour les vallées favorisées par le foehn, mais une série comme on la connaît maintenant est tout à fait exceptionnelle même à ces endroits-là.

Pour la température moyenne de novembre, la dernière décade va sans doute littéralement casser l'excès, de telle manière que des records de moyenne mensuelle ne sont pas gagnés d'avance, ni en Belgique, ni en Autriche, mais ces deux premières décades resteront certainement longtemps dans les annales climatologiques, au même titre que les deux premières décades d'octobre 1921 en Belgique, qui avaient connu des excès dans le même ordre de grandeur, avec là aussi une troisième décade ayant littéralement cassé la moyenne (ce qui a permis ultérieurement à 2001, pourtant moins extrême, de devancer 1921 dans la moyenne générale).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Encore une petite remarque sur les températures autrichiennes de ce mois de novembre.

De façon générale, on peut dire que plus on s'éloigne des montagnes, plus les journées chaudes deviennent isolées, voire inexistantes. Par endroit, on a même observé des journées froides pour la saison.

Et même au sein des montagnes, une vallée n'est pas l'autre. Si certaines vallées ont connu des jours consécutifs avec des valeurs (parfois largement) supérieures à 20°C, d'autres vallées, pourtant à altitude égale, n'ont connu rien d'extraordinaire en termes de chaleur, avec là aussi certaines journées même froides.

Ceci est bien évidemment lié aux inversions qui, à cette saison, se résorbent mal en plaine, mais aussi dans les vallées « mal » orientées. Ce sont en fait les vallées bien exposées au foehn qui ont connu des excès inimaginables pour la saison.

Une à deux journées à température très élevée, tant en novembre qu'en décembre, janvier ou février, sont normales pour les vallées favorisées par le foehn, mais une série comme on la connaît maintenant est tout à fait exceptionnelle même à ces endroits-là.

Pour la température moyenne de novembre, la dernière décade va sans doute littéralement casser l'excès, de telle manière que des records de moyenne mensuelle ne sont pas gagnés d'avance, ni en Belgique, ni en Autriche, mais ces deux premières décades resteront certainement longtemps dans les annales climatologiques, au même titre que les deux premières décades d'octobre 1921 en Belgique, qui avaient connu des excès dans le même ordre de grandeur, avec là aussi une troisième décade ayant littéralement cassé la moyenne (ce qui a permis ultérieurement à 2001, pourtant moins extrême, de devancer 1921 dans la moyenne générale).

Non, ce n'est pas gagné pour battre le record de température moyenne mensuelle.

Au 18/11, elle est à +13,0°C et le record est de 10,4°C, on est donc 2,6°C au dessus pour le moment.

On va avoir 4 jours plus froid (disons environ 4°C de moyenne) et si on a une moyenne de disons 7°C pour les 8 jours restants (2 avant et 6 après), cela ferait descendre la moyenne à +10.2°C...

C'était vraiment bien parti mais ca va se jouer à pas grand chose finalement....

Bonne journée à tous !

:thumbsup:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yep, ce gradient est aussi visible dans les images RGB masse d'air ( masse d'air polaire en teinte violette et subtropicale en vert ) :

6433531vhb6pMMyZpOc.jpg

Pour l'explication plus détaillée de ces cartes : https://hwt.nssl.noaa.gov/ewp/internal/2012...-AirmassRGB.pdf

Merci pour ces cartes. :thumbsup:

On voit bien aussi la perturbation au milieu...

Bonne journée !

:whistling:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les coups de foehn en Europe au cours de ce mois de novembre 2015

Le foehn a été excessivement fréquent au cours de ce mois dans différents pays européens. Voici quelques exemples :

3 novembre 2015

Le foehn se manifeste en Suisse, notamment à Altdorf (449 m), au début de la vallée menant au Saint-Gotthard.

Malgré un ciel voilé (cirrostratus + altocumulus mais très bonne visibilité), la température monte jusqu’à 23,4°C à 13 heures, avec une humidité de 20% et des rafales de 100 km/h. Par la suite, l’évolution des températures est assez curieuse, avec 22,1°C à 14 heures, 12,5°C à 15 heures et 20,9°C à 16 heures. En effet, le foehn s’arrête brutalement, le vent passe du sud-est au nord en faiblissant, l’humidité monte à 65%, puis brusquement le foehn reprend, avec même une troisième pointe de 20,5°C à 21 heures.

Pendant ce temps, de l’autre côté des Alpes à Lugano, il fait humide et il pleut faiblement par 14°C.

8 novembre 2015

On enregistre un foehn particulièrement développé et chaud dans le sud-ouest de la France.

À Saint-Jean-de-Luz (pointe Socoa), la température atteint 29,0°C avec un ciel extrêmement lumineux et une visibilité extraordinaire. En matinée, le vent de sud a été irrégulier et parfois fort (jusqu’à 78 km/h), mais l’après-midi il faiblit nettement tout en gardant la région dans l’air chaud.

Dans la même région, on observe jusqu’à 28,1°C à Dax, 27,8°C à Biarritz et 26,9°C à Pau. Même Bordeaux est encore concerné par le phénomène avec 26,7°C.

15 novembre 2015

Un foehn assez brusque apparaît à Salzbourg en Autriche. Après un matin humide, pluvieux et frais (6°C), les nuages mincissent pour se réduire à un voile d’altitude, doublé d’altocumulus à l’aspect parfois chaotique. L’air se dessèche jusqu’à 34%, le vent se met à souffler par rafales (jusqu’à 50 km/h) et la température monte jusqu’à 21,6°C à l’aéroport et même jusqu’à 21,9°C à Salzbourg-Freisaal.

De l’autre côté des Alpes, du côté italien (Tyrol du Sud), le temps est frais, humide et désagréable.

À noter que cet air chaud stagnera encore le lendemain sur de grandes parties de l’Autriche, avec 22,3°C à Salzbourg-Freisal et même 22,7°C à Deutschlandsberg et 23,0°C à Leibnitz. À Graz, on observera 21,7°C.

18 novembre 2015

Le foehn souffle principalement sur l’est de l’Autriche. En outre, certains endroits abrités du vent profitent pleinement de températures quasiment estivales sous un grand soleil mais sans subir les effets éoliens qui annihilent en partie les bienfaits de la douceur.

À Graz (alt. 366 m), la température monte jusqu’à 20,5°C sous un ciel particulièrement lumineux, sans le moindre nuage, et avec à peine un souffle de vent. Non loin de là, à Koeflach (alt. 462 m), la température monte même jusqu’à 23,9°C avec là, en outre, un air extrêmement sec (humidité relative inférieure à 20% l’après-midi). Mais un vent irrégulier y donne quelques rafales (max. : 54 km/h).

À Innsbruck (alt. 581 m), sous un ciel tout aussi serein et une humidité à peine plus élevée, la température atteint 21,7°C.

Autres phénomènes chauds non liés ou peu liés au foehn

Le 3 novembre, une bulle d’air excessivement chaud et sec se retrouve en altitude au-dessus de l’Autriche, avec 20°C en air libre au-dessus de Vienne entre 1388 et 1448 mètres d’altitude. Certaines stations de montagnes connaissent de ce fait des températures incroyables, comme à Feuerkogel (1618 m) avec un maximum de 20,2°C !

Le 6 novembre, les températures sont déjà une première fois très élevées dans le sud-ouest de la France. Mais contrairement au 8, il ne s’agit nullement d’un effet de foehn. C’est même l’advection d’un air plutôt humide, mais très chaud pour la saison (26,7°C à Dax).

Le 7 novembre, les températures explosent en Alsace. Même s’il ne s’agit pas non plus d’un foehn à proprement parler, la situation sous le vent des Vosges y est certainement pour quelque chose. À Colmar, la température atteint 24,0°C, tandis que l’aéroport de Bâle-Mulhouse note 23,4°C.

Le 9 novembre, un phénomène similaire à celui du 3 en Autriche se produit en Suisse avec 21,5°C à Hinterrhein (1611 m). À Robbia (1078 m), on atteint 22,4°C. Cimetta, à 1672 mètres, enregistre 18,7°C.

Le 10 novembre, on reprend les mêmes et on recommence : 21,0°C à Hinterrhein et 20,3°C à Cimetta.

Les 9 et 10 novembre, on observe aussi des températures incroyablement élevées en Autriche, mais à plus basse altitude, comme à Koeflach (462 m) avec, respectivement, 24,5°C et 22,7°C.

Le 15 novembre, c’est le sud de la France qui est touché par les températures élevées, avec 26,8°C à Torreilles ; 26,7°C à Durban-Corbière ; 25,9°C à Perpignan ; 25,3°C à Montpellier et 25,2°C à Nîmes.

En d’autres termes, une belle accumulation de records de chaleur en Europe !

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
6433531vhb6pMMyZpOc.jpg

L'air polaire s'est aisément engouffré à l'arrière du système frontal qui s'est déplacé vers le sud-est. Circulation d'un front froid secondaire sur la France et retour d'occlusion en provenance de la Mer du nord ( actuellement sur Belgique et NPDC ).

42360116ok.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Non, ce n'est pas gagné pour battre le record de température moyenne mensuelle.

Au 18/11, elle est à +13,0°C et le record est de 10,4°C, on est donc 2,6°C au dessus pour le moment.

On va avoir 4 jours plus froid (disons environ 4°C de moyenne) et si on a une moyenne de disons 7°C pour les 8 jours restants (2 avant et 6 après), cela ferait descendre la moyenne à +10.2°C...

C'était vraiment bien parti mais ca va se jouer à pas grand chose finalement....

Bonne journée à tous !

:thumbsup:

Oui finalement ce sera trop juste pour battre le record de 1994 :crying: mais ce mois de novembre devrait rester assez exceptionnel.

Par contre niveau pluviométrie, dont nous sommes en déficit depuis février, c'est le suspense à donf' :blink: car au 23/11 on en est pile à 50 mm pour 76,4 de moyenne. Et que vois-je ce matin devant mes yeux zémerveillés ?

post-14699-1448356314_thumb.png

Alors là, on peut pas faire mieux ! J'ai placé la prévision au premier décembre 7h00 vu que la mesure est faite de 8h00 à 8h00 le lendemain. Les paris sont ouverts :thumbsup:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La douceur de novembre nous a quittés dans la soirée du 19 novembre…

19 novembre 2015

Malgré le fait que notre pays se trouve à l’arrière du front froid, l’air maritime présent est assez doux. Mais dès le soir, le front gagne en vigueur et s’organise pour prendre une orientation presque rectiligne (juste de faibles ondulations) avec une orientation transversale ouest-est. Ceci va d’une part attirer une nouvelle bouffée d’air exceptionnellement doux au sud de nos régions, mais aussi de l’air de plus en plus froid au nord de nos régions. L’apport de la deuxième masse d’air étant plus massif que celui de la première, le front va s’effondrer vers le sud et mettre fin pour de bon à la vague de douceur extrême qu’une grande partie de l’Europe a connue en ce mois de novembre.

Situation à 19 heures :

i292qa.gif

Source : KNMI

9av3hl.png

Source : Infoclimat

Pendant que la température est déjà en train de baisser sur une grosse moitié nord de la Belgique, elle remonte en France pour à nouveau dépasser les 16°C en région parisienne. Dans le courant de la nuit, la ligne séparant l’air froid de l’air chaud continuera à descendre pour dépasser Paris. Mais au centre de la France, les températures (nocturnes) restent particulièrement élevées pour la saison.

20 novembre 2015

Pendant que les températures poursuivent leur baisse en Belgique et dans le nord de la France (à 14 heures : 6 à 8°C au centre du pays en Belgique, 8 à 9°C en région parisienne, la douceur connaît une nouvelle apothéose un peu plus au sud, avec (toujours à 14 heures) 17,3°C à Clermont-Ferrand, 18,4°C à Lyon et encore 17,4°C à Grenoble. En outre, la ligne de séparation entre l‘air doux et l’air frais est toujours aussi nette.

x4i5xc.png

Source : Infoclimat

21 novembre 2015

À présent, le front est bien descendu vers le sud et se trouve à 7 heures sur la Côte d’Azur et le Nord de l’Italie. En outre, des lignes post-frontales (anciennes occlusions se transformant en fronts froids secondaires) placent notre pays dans de l’air de plus en plus froid.

Sous un ciel devenant graduellement instable (stratocumulus matinaux évoluant en nuages convectifs), des averses de neige se manifestent même au centre et à l’ouest du pays. En Ardenne, des enneigements sont observés en plusieurs endroits, même parfois à relativement basse altitude comme à Humain, où le sol est même entièrement couvert de neige vers 16 heures.

De la neige au sol est également signalée à Courrière, à Waha et à Hamois. À Courrière (280 m), la couverture est même complète avec 1 cm environ. Très temporairement, il y a même un enneigement dans le Tournaisis.

Saint-Hubert et Wideûmont sont blancs aussi, mais paradoxalement, pas les Hautes-Fagnes, qui se trouvent en dehors de la trajectoire des averses.

rj2hb9.jpg

Source : IRM

Au littoral, l’air est particulièrement instable avec des cumulonimbus bien dessinés et visibles dans les éclaircies, mais parfois très obscurs au niveau de la base. Cela n’a rien d’étonnant quand on sait que l’eau de la Mer du Nord, au large, dépasse encore les 12, voire les 13°C par endroit pour des températures de –4/–5°C au niveau 850 hPa, niveau situé vers 1320 mètres seulement au-dessus du sud de la Mer du Nord.

Mais le plus intéressant est sans nul doute la convergence côtière, qui s’est retrouvée poussée à une cinquantaine de kilomètres à l’intérieur des terres.

95y1ck.png

Carte de base : Infoclimat

Dans ce cas-ci il s’agit de la conjonction de deux phénomènes :

1) Le frottement qui est plus marqué à l’intérieur des terres que sur mer, ce qui diminue la vitesse du vent et la force de Coriolis, ce qui fait que des vents du nord en mer ont tendance à souffler de nord-ouest, voire d’ouest à l’intérieur des terres (à quelques dizaines de kilomètres de la côte.

2) Des discontinuités dans l’air polaire avec fronts secondaires, provoquant des sautes de vent accentuant le phénomène.

Il en résulte de fortes précipitations dans les environs de cette ligne de convergence, où la convection reçoit un coup de pouce supplémentaire. Et c’est donc là que les cotes pluviométriques ont été les plus élevées :

Passendaele : 16,0 mm

Semmerzake : 16,0 mm

Beitem : 14,6 mm

Pour Middelkerke : 8,0 mm

Et pour Uccle : 9,5 mm

22 novembre 2015

Des gelées nocturnes réapparaissent en plaine dans le nord et le nord-est du pays (–0,4°C à Essen, –0,6°C à Koersel et –0,8°C à Kleine Brogel) tandis qu’elles sont à peu près généralisées en Haute Belgique à partir de 300 mètres d’altitude.

Entre-temps, la neige est aussi apparue dans les Hautes-Fagnes, mince couche le matin s’épaississant par la suite. Un enneigement temporaire est également observé à Wirtzfeld. Saint-Hubert est enneigé en matinée, avec neige fondante l’après-midi. À Wideûmont par contre, il n’y a que des restes de neige le matin. Du côté de la Baraque de Fraiture (Plateau des Tailles) par contre, on signale le matin jusqu’à 3-4 cm de neige.

23 novembre 2015

Le temps se calme en de nombreuses régions, belle journée pré-hivernale assez froide, avec 7-8°C à l’ouest du pays, 5°C au centre et localement des gelées permanentes dans les Hautes-Fagnes (Mont-Rigi : max = –0,2°C). Le ciel a souvent été bleu, avec cependant pas mal de bancs d’altocumulus. Au littoral, de l’instabilité persiste sur les eaux chaudes avec formation de cumulus et de cumulonimbus isolés. La Haute Belgique connaît des cumulus aussi (instabilité orographique) et, de façon plus limitée, la Gaume (où de l’étalement en stratocumulus est observé).

De la neige était présente au sol le matin à Mont-Rigi et à Wirtzfeld (traces). À Mont-Rigi, en dépit de la gelée permanente, la neige fondra en partie en journée en raison d’un sol encore trop chaud.

Dans d’autres pays

La douceur s’est arrêtée fort brutalement dans certaines régions de France. À Lyon-Bron, le maximum a encore atteint 18,6°C le 20 (dans le cadre de 7 jours consécutifs entre 15 et 20°C) alors que le 22, le maximum ne dépassait plus 6,1°C. À Grenoble-Saint Geoirs, la température maximale atteignait 17,6°C le 20 et 7,7°C le 21.

En Autriche, le maximum est passé de 16,5°C le 20 à 4,8°C le 21 à Salzbourg. À Innsbruck, le maximum est passé de 21,7°C à 3,0°C en 4 jours (entre le 18 et le 22). En montagne, le contraste au sein d’un même mois est impressionnant. À Feuerkogel (1618 m), le maximum est de 20,2°C le 3 et de –6,9°C le 23 (avec 30 cm de neige). La nuit d’après, le minimum passera la barre des –10°C avec –10,1°C. À Loferer Alm (1623 m), le maximum est de 19,5°C le 3 et de –6,2°C le 22.

En fait, ce n’est qu’un retour à une certaine normalité saisonnière (petit coup de froid habituel pour une fin novembre), mais quelle brutalité dans le retour à la normale !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bulletin des neiges

Eh oui, il y’avait bien longtemps…

Situation en ce matin du 25 novembre 2015

Parmi les données officielles, nous avons les suivantes :

Mont-Rigi : 5 cm à 7h par +0,8°C

(une couverture complète et mesurable y est présente depuis hier à 19h (1 cm))

Elsenborn : 5 cm à 7h par +1,0°C

Dans l’ensemble, une couverture neigeuse est présente partout au-delà de 400 mètres d’altitude.

Situation vers 9 heures ce matin :

En dehors des stations officielles, une bonne petite couche de neige, de bonne qualité, est observée à Wirtzfeld, à Botrange et à Xhoffray. Une fiche couche est présente aussi, par exemple, à la Baraque de Fraiture et à Witry (Traimont). À Bastogne par contre, la neige est mouillée et de fort mauvaise qualité.

Entre 300 et 400 mètres, la situation est très variable. Par exemple à Pin (Chiny) et à Rossignol, on note une petite couche. À Beausaint, la neige est absente tandis qu'à Transinne, il y a des traces, tout comme à Frassem.

Ces informations sont issues des différentes webcams, la plupart appartenant à MB.

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hier, 29 novembre 2015, les dernières traces de neige ont disparu du sol de Mont-Rigi vers le milieu de l’après-midi. Ceci met fin au petit épisode neigeux qu’a connu la Haute Belgique ces derniers jours.

À Mont-Rigi, l’enneigement du sol a débuté le 22 novembre et s’est terminé le 29, soit 8 jours consécutifs avec de la neige au sol.

22/11 : fine couche le matin, s’épaississant quelque peu par la suite.

23/11 : couverture complète le matin, restes de neige l’après-midi.

24/11 : restes de neige le matin, couverture complète l’après-midi (1 cm à 19h).

25/11 : couverture complète, 5 cm à 7h, 3 cm à 19h.

26/11 : couverture complète, 3 cm diminuant à 1 cm.

27/11 : couverture complète, variant de 1 à 2 cm.

28/11 : couverture complète de 2 cm le matin, diminuant à 1 cm par la suite.

29/11 : neige fondante (couverture incomplète) le matin, dernières traces vers 16h.

À Elsenborn, le maximum de neige a également été de 5 cm, mais la neige y a déjà disparu le 27. Le 28, assez paradoxalement, on y a observé de la bruine par températures négatives la nuit, puis de la neige par températures positives le matin !

À Wirtzfeld, un peu de neige était présente sur les toits et les objets (bancs, tables, voitures, etc.) durant la matinée du 22, fondant par la suite puis quelque peu renouvelée l’après-midi. Le 23, on y observe à nouveau un peu de neige sur les toits et les objets en matinée. Les deux jours en question, la neige n’est pas arrivée à vraiment accrocher la sol. Le 24, il n’y a pas de neige tandis que la couverture est complète le 25. Le 26, des lacunes dans la couche apparaissent déjà, mais les dernières traces de neige ne disparaîtront que durant la nuit du 28 au 29.

À Wideûmont, les premières traces de neige apparaissent déjà sur le sol le 21, mais par la suite, seuls les 24 et 25 apporteront quelques enneigements, souvent incomplets.

À Saint-Hubert, l’enneigement n’a été qu’un peu meilleur, notamment grâce au 22 qui a connu un enneigement complet en matinée.

Les 22 et 25, des enneigements ont également été observés à des altitudes plus basses, parfois dès 300 mètres.

À Witry, le sol a été partiellement enneigé la matinée du 22 et complètement enneigé le matin du 25. À Chiny, à Bovigny et à Rossignol, une fine couche de neige était présente le matin du 25. Ce matin-là, des traces ont également été observées à Frassem et à Transinne.

Quelques endroits ont connu un bref enneigement juste le 21, à la suite d’averses un peu plus fortes, comme Humain, Courrière, Waha, Hamois et même localement la région de Tournai. À Courrière et à Humain, l’enneigement a même réussi à être complet. Dans cette dernière localité, quelques traces insignifiantes étaient encore signalées le matin suivant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Hier, 29 novembre 2015, les dernières traces de neige ont disparu du sol de Mont-Rigi vers le milieu de l’après-midi. Ceci met fin au petit épisode neigeux qu’a connu la Haute Belgique ces derniers jours.

À Mont-Rigi, l’enneigement du sol a débuté le 22 novembre et s’est terminé le 29, soit 8 jours consécutifs avec de la neige au sol.

22/11 : fine couche le matin, s’épaississant quelque peu par la suite.

23/11 : couverture complète le matin, restes de neige l’après-midi.

24/11 : restes de neige le matin, couverture complète l’après-midi (1 cm à 19h).

25/11 : couverture complète, 5 cm à 7h, 3 cm à 19h.

26/11 : couverture complète, 3 cm diminuant à 1 cm.

27/11 : couverture complète, variant de 1 à 2 cm.

28/11 : couverture complète de 2 cm le matin, diminuant à 1 cm par la suite.

29/11 : neige fondante (couverture incomplète) le matin, dernières traces vers 16h.

À Elsenborn, le maximum de neige a également été de 5 cm, mais la neige y a déjà disparu le 27. Le 28, assez paradoxalement, on y a observé de la bruine par températures négatives la nuit, puis de la neige par températures positives le matin !

À Wirtzfeld, un peu de neige était présente sur les toits et les objets (bancs, tables, voitures, etc.) durant la matinée du 22, fondant par la suite puis quelque peu renouvelée l’après-midi. Le 23, on y observe à nouveau un peu de neige sur les toits et les objets en matinée. Les deux jours en question, la neige n’est pas arrivée à vraiment accrocher la sol. Le 24, il n’y a pas de neige tandis que la couverture est complète le 25. Le 26, des lacunes dans la couche apparaissent déjà, mais les dernières traces de neige ne disparaîtront que durant la nuit du 28 au 29.

À Wideûmont, les premières traces de neige apparaissent déjà sur le sol le 21, mais par la suite, seuls les 24 et 25 apporteront quelques enneigements, souvent incomplets.

À Saint-Hubert, l’enneigement n’a été qu’un peu meilleur, notamment grâce au 22 qui a connu un enneigement complet en matinée.

Les 22 et 25, des enneigements ont également été observés à des altitudes plus basses, parfois dès 300 mètres.

À Witry, le sol a été partiellement enneigé la matinée du 22 et complètement enneigé le matin du 25. À Chiny, à Bovigny et à Rossignol, une fine couche de neige était présente le matin du 25. Ce matin-là, des traces ont également été observées à Frassem et à Transinne.

Quelques endroits ont connu un bref enneigement juste le 21, à la suite d’averses un peu plus fortes, comme Humain, Courrière, Waha, Hamois et même localement la région de Tournai. À Courrière et à Humain, l’enneigement a même réussi à être complet. Dans cette dernière localité, quelques traces insignifiantes étaient encore signalées le matin suivant.

Merci Cumulonimbus :thumbsup:

Une petite photo prise à la baraque fraiture le 22/11 en fin de matinée.

post-911-1448882632_thumb.jpg

Là-bas, il y avait déjà plus qu'une fine couche dès le 21 car les averses sont passées plus au sud...

Par contre, on voit qu'elle avait un peu de mal à tenir au sol à certains endroits. Il était encore assez chaud car la chute des températures a été rapide.

Bonne journée à tous !!

:thumbsup:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voici ce à quoi aura ressemblé notre coup hivernal sur les anomalies de ce mois de novembre en France :

791373saa.png

MF

And the winner is .. ? :clap:

Modifié par passiion

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et bien voilà, le verdict de l'IRM vient de tomber : nous n'avons pas atteint le record de 1994. Bon, de pas grand chose avec 0,3°C en moins pour la température moyenne mais quelque part on retrouve ces 3/10 dans les températures max avec 13,1°C contre 12,8°C en 94 :whistling:

Le plus surprenant est dans les précipitations : alors qu'hier encore il "manquait" 4,2 mm sur la moyenne, vlan on se retrouve du jour au lendemain avec 27,3 d'excédant ! Voilà qui accouche de la fin d'une période de 9 mois de déficit, est-ce que là on a un record de durée ? :unsure:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Et bien voilà, le verdict de l'IRM vient de tomber : nous n'avons pas atteint le record de 1994. Bon, de pas grand chose avec 0,3°C en moins pour la température moyenne mais quelque part on retrouve ces 3/10 dans les températures max avec 13,1°C contre 12,8°C en 94 :whistling:

Le plus surprenant est dans les précipitations : alors qu'hier encore il "manquait" 4,2 mm sur la moyenne, vlan on se retrouve du jour au lendemain avec 27,3 d'excédant ! Voilà qui accouche de la fin d'une période de 9 mois de déficit, est-ce que là on a un record de durée ? :unsure:

Non, je ne pense pas que l'on a un record de durée.

La grande sécheresse de 1976 (agravée par une période de canicule inégalée en juin-juillet c-à-d 16 jours consécutifs > 30°C ! ) avait commencé à l'automne 1975.

Plus précisément d'octobre 1975 à août 1976 (11 mois) si je ne me trompe pas.

Il faudrait voir aussi plus en détail les années 1921, 1949, 1953 et 1959.

Bonne journée à tous !

:thumbsup:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×