Aller au contenu
Les Forums de MeteoBelgique

Messages recommandés

Non, je ne pense pas que l'on a un record de durée.

La grande sécheresse de 1976 (agravée par une période de canicule inégalée en juin-juillet c-à-d 16 jours consécutifs > 30°C ! ) avait commencé à l'automne 1975.

Plus précisément d'octobre 1975 à août 1976 (11 mois) si je ne me trompe pas.

Il faudrait voir aussi plus en détail les années 1921, 1949, 1953 et 1959.

Bonne journée à tous !

:thumbsup:

Je m’en souviens de l’été 1976, on commençais à travailler à quatre du matin tellement qu’il faisait chaud.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le dernier jour de l’automne s’est distingué par un temps automnal, et même plus qu’automnal, doux, venteux et pluvieux.

Sous un nimbostratus persistant, doublé de stratocumulus et de cumulus fractus bien bas, les pluies et bruines sont encore restées modérées en journée, mais se sont accentuées par la suite durant la nuit. Sur 24 heures, nous avons quelques totaux pluviométriques conséquents :

Mont-Rigi : 44,8 mm

Uccle : 31,5 mm

Elsenborn : 30,0 mm

La Hestre : 29,4 mm

Kleine Brogel : 27,0 mm

Koersel : 25,2 mm

Zaventem : 25,0 mm

Dans le nord et le sud du pays, et localement ailleurs aussi, les précipitations ont été moins importantes, avec 3,4 mm à Coxyde (mais déjà 9,8 mm à Middelkerke) et 5,2 mm à Aubange (mais 9,9 mm à Buzenol). Dans le sud du pays, le ciel a été par moment moins sombre, avec l’après-midi des altostratus doublés de quelques 4 à 5 octas de stratocumulus.

La région autour de Liège a été relativement épargnée aussi, avec 8,7 mm à Angleur, 8,0 mm à Bierset et seulement 5,9 mm à Stree (Huy).

Cette situation le plus souvent très pluvieuse a notamment été liée à un front (par moment dédoublé) ondulant sur notre pays, avec secteur chaud et deux fronts froids tentant de passer la nuit sans vraiment réussir à traverser le pays (et se retransformant bientôt en fronts chauds remontant à nouveau vers le nord).

Il n’est donc pas étonnant que les températures aient été élevées pour la saison, avec par exemple 13,3°C à Passendaele et à Beitem et 13,6°C à Stabroek. Ces maxima ont été observés durant la nuit, mais n’ont été que peu supérieurs aux températures mesurées en journée. De toute façon, les 10°C ont été dépassé presque partout en Belgique, à l’exception des hauteurs ardennaises.

Les vents aussi ont été forts, avec principalement en soirée des rafales jusqu’à 94 km/h à Zeebruges, 90 km/h à Middelkerke, 86 km/h à Coxyde et encore 72 km/h à Uccle et à Gosselies.

Il s’ensuit que le mois de novembre aura été particulièrement doux dans son ensemble, surtout sur l’ouest et le centre du pays. À Uccle, avec 10,1°C de température moyenne, novembre 2015 arrive en 2e position parmi les novembres les plus chaud, après les 10,4°C de novembre 1994. La troisième position est occupée par novembre 2009 avec 9,7°C.

Les précipitations, en fin de compte, sont devenues excédentaires en de nombreux endroits, avec les écarts les plus marqués du côté des Hautes-Fagnes. Quelques légers déficits ont cependant été notés aussi, surtout au littoral du côté ouest.

En raison d’un bref épisode moins doux durant la 3e décade du mois, la neige a fait son apparition en Haute Belgique et, localement et très temporairement, aussi ailleurs dans le pays. Les Hautes-Fagnes, avec un enneigement de 8 jours, ont même été très légèrement au-dessus de la normale du mois de novembre, qui est de 7 jours.

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Non, je ne pense pas que l'on a un record de durée.

La grande sécheresse de 1976 (agravée par une période de canicule inégalée en juin-juillet c-à-d 16 jours consécutifs > 30°C ! ) avait commencé à l'automne 1975.

Plus précisément d'octobre 1975 à août 1976 (11 mois) si je ne me trompe pas.

Il faudrait voir aussi plus en détail les années 1921, 1949, 1953 et 1959.

Bonne journée à tous !

:thumbsup:

Certains auteurs s’accordent à dire que la sécheresse de 1976 a débuté en réalité en octobre 1975, en raison de l’extrême déficit de précipitations qu’a présenté ce mois-là, pourtant assez gris et assez frais. À Uccle, on n’a mesuré que 5,2 mm d’eau, la cote la plus basse jamais enregistrée en octobre à cette station. Dans le pays, seuls 10 à 20% (voire moins) des précipitations sont tombées, à l’exception de l’ouest où la situation était un peu meilleure (40%).

Mais on peut vraiment dire que la première phase de la sécheresse a commencé par à coup. La première moitié de novembre 1975 se poursuit dans la sécheresse, avec des températures par moment fort basses pour la saison, mais des épisodes pluvieux souvent brefs mais intenses émaillent la deuxième moitié du mois, surtout sur l’ouest du pays, ce qui fait que, pour la dernière fois, les totaux pluviométriques sont au minimum normaux (est du pays), et souvent excédentaires (notamment à l’ouest du pays et, dans une moindre mesure, au centre).

Les mois suivants, par contre, s’enfoncent de plus en plus dans la sécheresse. Après un temps par moment froid vers le milieu et la fin de l’hiver, ainsi qu’au début du printemps, le temps devient graduellement plus chaud dès avril, avec les premières canicules déjà au début du mois de mai. C’est principalement cette combinaison entre sécheresse et intenses (et longues) canicules qui fait que 1976 ait connu une situation aussi grave (alors que d’autres périodes à déficit pluviométrique comparable, voire pire (1921) ont été moins affectées par des vagues de chaleur et donc moins affectées par l’intense évaporation qui y est liée).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une autre sécheresse, un peu oubliée, est celle-là :

Juillet 1995 : 50,4 mm (normale : 73,5 mm)

Août 1995 : 21,6 mm (normale : 79,3 mm)

Septembre 1995 : 61,8 mm (normale : 68,9 mm)

Octobre 1995 : 6,0 mm (normale : 74,5 mm)

Novembre 1995 : 41,4 mm (normale : 76,4 mm)

Décembre 1995 : 74,1 mm (normale : 81,0 mm)

Janvier 1996 : 16,0 mm (normale : 76,1 mm)

Février 1996 : 71,8 mm (normale : 63,1 mm)

Mars 1996 : 26,1 mm (normale : 70,0 mm)

Avril 1996 : 6,0 mm (normale : 51,3 mm)

Mai 1996 : 73,4 mm (normale : 66,5 mm)

Juin 1996 : 22,9 mm (normale : 71,8 mm)

Juillet 1996 : 56,0 mm (normale : 73,5 mm)

Par chance, la sécheresse ne s’est combinée à la chaleur qu’au début (juillet et août 1995), alors que les réserves d’eau étaient encore suffisantes (souvenez-vous des grandes inondations de janvier 1995). Dans les mois qui ont suivi, la sécheresse s’est aggravée, mais sans chaleur, ce qui fait que les conséquences n’ont pas été trop graves.

(Données d'Uccle.)

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

3e mois de novembre le plus chaud depuis 1900 en France :

CVSvbRIWoAET7Tt.png

En novembre, la température moyenne a été supérieure à la normale* sur l'ensemble du pays. Moyennée sur la France et sur le mois, elle a été supérieure de 2.7 °C à la normale, plaçant ce mois de novembre au 3e rang des mois de novembre les plus chauds depuis 1900, derrière 1994 et 2014. Sur le quart nord-ouest de l'Hexagone, où la température moyenne a généralement dépassé les valeurs de saison de plus de 3 °C, il s'agit même du mois de novembre le plus chaud depuis le début des relevés. Les maximales ont elles aussi été exceptionnellement élevées, dépassant la normale de 3.1 °C en moyenne sur la France, ce qui constitue un record absolu depuis 1900.

Les précipitations ont été généralement déficitaires* sur une grande moitié sud du pays à l'exception du piémont pyrénéen où l'excédent dépasse souvent 50 %. Sur le quart sud-est et la Corse, le déficit est souvent supérieur à 50 % et dépasse localement 80 % en Provence-Alpes-Côte d'Azur ainsi que sur l'île de Beauté. La pluviométrie a été plus proche de la normale sur le nord du pays, localement excédentaire de la Sarthe au sud de la Champagne ainsi que de la baie de Somme à la frontière belge. En moyenne sur la France et sur le mois, la pluviométrie est déficitaire de plus de 20 %.

Le soleil a été très généreux sur la majeure partie du pays. L'ensoleillement a été excédentaire** de plus de 30 % de Midi-Pyrénées au sud de l'Île-de-France, de la Champagne, de la Lorraine et de l'Alsace ainsi que sur le pourtour méditerranéen. L'excédent a même dépassé 50 % en Auvergne et en Rhône-Alpes. De nombreux records ont été enregistrés sur l'est du pays où seul le val de Saône a connu un ensoleillement proche de la normale en raison de nombreux brouillards souvent persistants. Plus à l'ouest, l'ensoleillement a été plus proche des normales voire légèrement déficitaire sur le Nord - Pas-de-Calais et le nord de la Picardie ainsi que de la pointe bretonne à la Loire-Atlantique avec un déficit supérieur à 20 % sur l'extrême nord et la pointe du Finistère.

Des températures exceptionnellement élevées

Durant les trois premières semaines de novembre, une bonne partie de l'Europe est restée sous l'influence d'un solide anticyclone centré sur le sud du continent et d'un flux de sud-ouest dominant. Du fait de cette configuration, les températures ont atteint en novembre des niveaux inégalés, non seulement en France, mais aussi dans certains pays voisins. Des valeurs exceptionnelles ont notamment été relevées en montagne.

Article complet ici : http://www.meteofrance.fr/actualites/31285...d-et-ensoleille

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour conclure cet automne 2015, notons encore qu’avec ses 10,1°C de moyenne, novembre a failli être plus doux que le mois d’octobre qui l’a précédé (10,2°C).

Depuis 1833, le mois de novembre a été plus chaud qu’octobre à quatre reprises seulement, en l’occurrence en 1852, en 1881, en 1994 et en 2003. C’est en 1881 que le renversement de l’évolution saisonnière a été le plus extrême, avec une moyenne de 5,8°C en octobre et de 8,2°C en novembre.

Dans un cas, c’est même le mois de décembre qui a été plus doux qu’octobre. Il s’agit de 1974 (octobre : 6,8°C ; décembre : 7,0°C). Cette année-là a d’ailleurs connu une très longue période de temps morose, pluvieux et presque sans variation saisonnière, qui a duré du 23 septembre 1974 au 2 février 1975. Les moyennes mensuelles sont d’ailleurs très parlantes :

Octobre 1974 : 6,8°C

Novembre 1974 : 6,7°C

Décembre 1974 : 7,0°C

Janvier 1975 : 6,3°C

Ce ne sera que février 1975 qui sera (enfin) un peu plus froid et, surtout, beaucoup plus ensoleillé !

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×