Aller au contenu
Les Forums de MeteoBelgique

Messages recommandés

Petite comparaison avec l’épisode froid de fin avril 1985

Neige

Botrange (693 m)

28/04/1985 : 11 cm à 14 et à 20h (seules observations disponibles pour cette station)

Elsenborn (564 m)

26/04/1985 : 1 cm à 8h

29/04/1985 : 4 cm à 7h, 7 cm de 9 à 11h, 5 cm à 14h

Spa-aérodrome (482 m)

27/04/1985 : 2 cm à 20h, 4 cm à 23h

28/04/1985 : 3 à 6 cm toute la journée, maximum l’après-midi et en début de soirée

29/04/1985 : 5 à 6 cm jusqu’en milieu de journée

Saint-Hubert (557 m)

27/04/1985 : 2 cm à 21h, 4 cm à 24h

28/04/1985 : 5 cm à 7 h, 10 cm à 13h, 11 à 12 cm de 18 à 23h

29/04/1985 : 12 cm de 4 à 11h, 8 cm à 20h

30/04/1985 : encore 5 cm à 8h

Florennes (279 m)

28/04/1985 : 1 cm de 4 à 11h

29/04/1985 : 1 cm de 6 à 11h

Gosselies (187 m)

28/04/1985 : neige de 3 à 9h, max de 2 cm de 4 à 6h

Bierset (186 m)

28/04/1985 : 1 cm de 13 à 14h

29/04/1985 : traces

Beauvechain (127 m)

28/04/1985 : 1 cm de 6 à 11h

Températures

Voici 4 stations pour comparer les deux vagues de froid. Notamment au niveau des minima, nous voyons que 1985 a été encore un peu plus froid !

| TEMPÉRATURES EN AVRIL 1985........................................... |

| ----- | ------------- | ------------- | ------------- | ------------- |

| Jour. | ... Uccle ... | .. Bierset .. | .... Spa .... | Saint-Hubert. |

| ----- | ------------- | ------------- | ------------- | ------------- |

| 25/04 | 1,0°C | 8,1°C | 0,3°C | 7,6°C |-2,3°C | 6,0°C |-1,6°C | 8,6°C |

| 26/04 |-0,8°C | 9,0°C |-2,9°C | 7,9°C |-4,1°C | 4,4°C |-3,5°C | 4,6°C |

| 27/04 | 2,7°C | 8,2°C | 0,9°C | 5,6°C |-1,1°C | 3,0°C |-2,5°C | 3,2°C |

| 28/04 | 0,8°C | 8,2°C |-0,4°C | 5,6°C |-2,8°C | 2,2°C |-2,5°C | 0,5°C |

| 29/04 | 2,5°C | 8,8°C |-0,1°C | 6,4°C |-1,2°C | 3,9°C |-1,5°C | 1,2°C |

| ----- | ------------- | ------------- | ------------- | ------------- |

| TEMPÉRATURES EN AVRIL 2016........................................... |

| ----- | ------------- | ------------- | ------------- | ------------- |

| Jour. | ... Uccle ... | .. Bierset .. | .... Spa .... | Saint-Hubert. |

| ----- | ------------- | ------------- | ------------- | ------------- |

| 23/04 | 4,8°C | 9,4°C | 4,0°C | 9,2°C | 2,4°C | 5,8°C | 2,0°C | 6,5°C |

| 24/04 | 1,4°C | 7,0°C | 0,0°C | 7,0°C |-0,7°C | 4,2°C |-1,7°C | 3,8°C |

| 25/04 | 1,1°C | 8,2°C | 0,3°C | 6,9°C |-0,7°C | 3,8°C |-1,0°C | 3,8°C |

| 26/04 | 0,5°C | 6,5°C | 0,4°C | 6,9°C |-1,2°C | 2,2°C |-2,1°C | 2,4°C |

| 27/04 | 2,2°C | 8,4°C | 1,2°C | 7,4°C |-0,4°C | 3,8°C |-1,6°C | 2,9°C |

| ----- | ------------- | ------------- | ------------- | ------------- |

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Petite comparaison des températures en altitude

Sondage d’Uccle du 28 avril 1985 à 00h

850 hpa ...... 1352 m ...... -08,5°C

700 hpa ...... 2833 m ...... -17,5°C

500 hpa ...... 5250 m ...... -37,1°C

Sondage de Beauvechain du 28 avril 2016 à 00h

850 hpa ...... 1410 m ...... -05,3°C

700 hpa ...... 2902 m ...... -15,9°C

500 hpa ...... 5330 m ...... -36,5°C

À nouveau, 1985 l’emporte, mais pas de beaucoup !

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Jeudi 28 avril 2016

On commence par une nuit froide. Pour certaines régions, il s’agit d’une gelée assez tardive, comme pour Uccle par exemple, où la température est descendue jusqu’à –0,7°C. Il faut en effet remonter à 1981 pour retrouver une gelée plus tardive encore, le 3 mai, avec –1,0°C.

Il a par ailleurs gelé presque partout en Belgique. Seule une partie de la plaine flamande, autour de Gand – Courtrai – Roulers – Ypres, a été épargnée et, plus localement, aussi quelques points de Wallonie, principalement sur les plateaux de Moyenne Belgique. C’est ainsi que Beauvechain (0,2°C) et Gosselies (0,4°C) n’ont pas connu le gel.

Les plus basses températures, quant à elles, ont été relevées en Haute Belgique, avec –3,7°C à Saint-Hubert, –3,4°C à Bièvre, –3,2°C à Mont-Rigi et –3,0°C à Gouvy.

La neige était encore bien présente sur les Hautes-Fagnes, avec comme mesures officielles à Mont-Rigi : 13 cm à 1h ; 10 cm à 11h, 8 cm à 14h et 5 cm de 17 à 23h.

Voici le détail pour la Belgique :

Mont-Rigi (673 m) : couverture neigeuse complète toute la journée (cf. ci-dessus).

Wirtzfeld (600 m ca.) : couverture complète le matin, fondant entièrement en journée.

Fraiture (580 m) : couverture presque complète le matin, fondant entièrement en journée.

Wideûmont (545 m) : traces le matin, disparaissant vers midi.

Bastogne (515 m) : très fine couche de givre ou de neige le matin.

Spa – aérodrome (470 m) : couverture presque complète le matin, fondant entièrement en journée.

Le temps sur nos régions a d’abord été beau le matin des suites de la nuit claire et froide, ensuite temporairement très variable avec des averses avant une diminution progressives des averses à partir de l’ouest. Au littoral notamment, les éclaircies ont été très larges.

sg338x.jpg

Source : IRM

Les températures maximales, en légère hausse, ont redépassé les 10°C en de nombreux endroits. Les plus hautes valeurs ont été relevées à Koersel (11,6°C), Kruishoutem (11,5°C) et Hastière (11,2°C). Le centre du pays n’a tout juste pas réussi à atteindre ce cap, avec 9,8°C à Zaventem, 9,6°C à Beauvechain et 9,4°C à Uccle. Mont-Rigi, au-dessus de la neige, n’a pas dépassé 4,8°C.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le bulletin du RNSA pour la semaine du 29 au 6 mai fait toujours état d'une domination des pollens de bouleaux dans le nord du pays. Dans le sud, les graminées prennent le pas.

Perso, j'en chie bien en ce moment avec les bouleaux, alors même que le temps n'était pas spécialement estival :(

614253pollen.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Comme chaque année, la tradition du muguet le 1er mai se perpétue. Cette tradition remonte en France à l'époque de la Renaissance. C'est en 1650, que le roi Charles IX se serait vu offrir un brin de muguet lors du premier mai, par le chevalier Louis de Girard de Maisonforte, lors de l'une de ses visites dans la Drôme. Cette coutume sera ensuite appliquée dès l'année suivante aux dames de la Cour à chaque premier Mai. Son association à la Fête du Travail ne s'est effectuée qu'en 1941, lorsque le maréchal Pétain instaurera le premier Mai comme la « Fête du travail et de la Concorde Sociale ».

Mais quid du muguet cette année ? L'absence d'un véritable hiver, ce dernier ayant été le plus doux de l'histoire climatologique en France ( et très chaud également en Belgique), aura été préjudiciable pour son développement, la floraison s’avérant plus tardive qu'habituellement. Conséquence, les muguets sont de moins bonne qualité (des tiges plus petites et moins de clochettes), mais surtout sa production est en baisse impliquant une hausse des prix (en moyenne 1.5€ le brin).

flowers-188076_640.jpg

http://www.meteo-paris.com/actualites-mete...1-mai-2016.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Comparaison de la fin avril 2016 avec la fin avril 1985

1. Températures

Du point de vue de la moyenne à Uccle, la dernière décade d’avril 2016, avec 6,4°C, a été légèrement moins froide que celle d’avril 1985 avec 6,1°C.

En moyenne Belgique, la température n’a jamais dépassé 10°C pendant 6 à 7 jours consécutifs (6 à Beauvechain et à Zaventem, 7 à Uccle). En 1985, ce nombre a été de 5 aux 3 stations précitées. En ce sens, la vague de froid a été un peu plus longue en 2016, mais un peu plus intense en 1985. L’un dans l’autre, on peut considérer les deux vagues de froid comme plus ou moins équivalentes.

Le maximum le plus bas, en 2016, a été de 6,5°C à Uccle, de 7,4°C à Zaventem et de 6,9°C à Beauvechain (le 26 avril aux 3 stations). Le minimum le plus bas a été de –0,7°C à Uccle, de –0,3°C à Zaventem et de 0,2°C à Beauvechain (le 28 avril aux 3 stations).

Le maximum le plus bas, en 1985, a été de 7,4°C à Uccle (le 27), de 7,5°C à Zaventem (le 25) et de 7,2°C à Beauvechain (le 29). Le minimum le plus bas a été de –1,3°C à Uccle, de –1,5°C à Zaventem et de –1,9°C à Beauvechain (le 24 avril aux 3 stations).

Des valeurs nettement plus basses, tant pour les maxima que pour les minima, ont déjà été observées ponctuellement pendant d’autres années, mais si l’on associe la durée à l’intensité du phénomène, ce sont 1985 et 2016 qui restent les plus remarquables.

Dans les Hautes-Fagnes, le 28 avril 1985 a enregistré l’une des gelées permanentes (jour d’hiver) les plus tardives jamais observées dans la région (Centre Nature de Botrange). Au Signal de Botrange, des gelées permanentes encore plus tardives ont été observées en 1979 (2 mai) et en 1957 (5 mai). La Baraque Michel (station fort similaire à Mont-Rigi et au Centre Nature de Botrange) a mesuré un maximum de 0,0°C tout juste le 5 mai 1957. Une même valeur a été mesurée à Mont-Rigi le 2 mai 1979.

En 2016, le seuil de jour d’hiver n’a tout juste pas été atteint avec un maximum de 0,3°C à Mont-Rigi le 26 avril. La station MB de Botrange à 670 m (un plus haut que le Centre Nature, un peu plus bas que le Signal) a connu un maximum de 1,5°C ce jour-là.

2. Enneigement

De façon globale, des enneigements temporaires ont été observés à des altitudes plus basses en 1985 qu’en 2016, mais la durée et l’épaisseur de l’enneigement dans les Hautes-Fagnes ont été meilleures en 2016.

En 1985, l’enneigement dans les Hautes-Fagnes a duré 4 jours (du 27 au 30) avec 11 cm au Signal de Botrange. En 2016, des enneigements au moins partiels ont été observés à Mont-Rigi entre le 24 avril et le 1er mai, avec des couvertures neigeuses complètes temporairement le 24 (début d’après-midi) et le 25 (début de matinée), puis un enneigement complet et durable du 26 au matin jusqu’au 29 en milieu d’après-midi, avec un maximum (officiel) de 16 cm le 27. Entre les observations (de 3h en 3h), la couche a même atteint plus ou moins 18 cm (snowcam). On parle même de 26 cm au Signal de Botrange.

En fin avril 1985, il est peu probable qu’une telle hauteur ait été atteinte quelque part en Belgique.

Sur le plateau de Saint-Hubert par contre, l’enneigement en 1985 a été nettement meilleur que celui de 2016, avec un enneigement complet du 27 avril au soir au 30 avril au matin, et un maximum de 12 cm atteint le soir du 28 et le matin (+ matinée) du 29. En 2016, des enneigements complets n’ont guère été observés que les 27 et 28 (minces couches).

À l’aérodrome de Spa, en 1985, la neige a entièrement couvert le sol du 27 avril le soir au 29 en milieu de journée, avec un maximum de 6 cm les 28 et 29. En 2016, l’enneigement a été temporairement complet le matin du 26, puis complet à quasi complet toute la journée du 27, ainsi que le matin du 28. En ce sens, la durée d’enneigement a été plus ou moins équivalente, compte tenu du fait que des enneigements successif du 26 ont fait que le plus souvent, plus de la moitié du sol a été recouverte de neige (après l’enneigement complet du matin). La hauteur maximale est malheureusement inconnue pour 2016.

À basse altitude, on a observé des enneigements sporadiques, en 1985, même à Beauvechain (1 cm), Bierset (1 cm) et Gosselies (2 cm), toutes des stations situées entre 100 et 200 mètres d’altitude. En 2016, l’enneigement s’est généralement limité aux altitudes entre 200 et 300 mètres, à quelques rares exceptions près, comme par exemple Chapelle-Lez-Herlaimont. Il convient cependant de noter que Bruxelles, entre autres, a été temporairement blanchie par le grésil le 24.

3. Plus loin dans le passé

Plus loin dans le temps, une période de froid à peu près équivalente a été observée en 1919 mais, en l’absence de douceur les 21 et 22 (tant en 1985 qu’en 2016), la décade a été encore plus froide et, avec une moyenne de 5,1°C, a formé la 3 e décade d’avril la plus froide jamais observée à Uccle. En outre, des chutes de neige ont été observées, à cette époque, jusqu’au littoral.

En 1903, une vague de froid particulièrement intense a frappé le pays du 22 au 25 avril, avec des épaisseurs de neige énormes en Haute Belgique, avec 45 cm du côté de Saint-Hubert, 40 cm du côté de Houffalize et de Vielsalm, mais aussi localement dans le Condroz, 30 cm à Libramont et encore 20 cm à Arlon. Cette neige était essentiellement tombée dans la nuit du 24 au 25, dans le cadre de précipitations de 30 à 40 mm sur pratiquement l’ensemble de la Haute Belgique (et plus encore ailleurs dans le pays, mais alors partiellement sous forme de pluie).

À Uccle, le sol a été (partiellement) enneigé 7 fois au cours de ce mois d’avril-là, dont une dernière fois le 24. Mais le 25, de la neige est à nouveau signalée dans certains quartiers de Bruxelles, avec des hauteurs jusqu’à 2 cm (malgré des températures positives à ce moment-là).

Avant cela, une bulle d’air particulièrement froid a empêché la température de dépasser 3°C à Uccle et 4°C à De Bilt le 23, tandis que cet air froid s’est retrouvé plus à l’est le 24 avec un maximum de 2°C à Aix-la-Chapelle.

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bilan de ce mois d'Avril en France :

Une ambiance printanière contrariée par une fin de mois quasi hivernale

La France a bénéficié jusqu'au 22 avril de conditions généralement douces et printanières, avec de nombreux passages nuageux et de fréquentes giboulées. La situation générale a ensuite été dominée par un flux de nord, avec à la clef un refroidissement généralisé.

Dans la continuité de la fin du mois de mars, les températures sont restées supérieures aux normales* durant les trois premières semaines d'avril. La fin du mois a été marquée par une importante chute du mercure et le retour des gelées sur une grande partie du pays. Sur l'ensemble du mois, la température, localement inférieure aux normales de plus de 1 °C sur le Nord-Ouest, a en revanche dépassé les valeurs saisonnières de 1 °C sur un petit quart sud-est et de plus de 2 °C en Corse. Suite à ces variations avec une valeur moyenne de 11.1 °C, la température moyenne mensuelle a finalement été conforme à la normale.

La pluviométrie a été très contrastée. Les cumuls ont été une fois et demie à deux fois supérieur à la normale* du nord de Midi-Pyrénées aux frontières du Nord-Est. En revanche, les précipitations ont été déficitairesde plus de 40 % du Cotentin et de la Bretagne à Poitou-Charentes ainsi que sur les régions méridionales. Le déficit a dépassé 70 % sur la région Provence - Alpes - Côte d'Azur et la Corse. Ainsi il est tombé seulement 7 mm à Calvi (Haute-Corse), 30.5 mm à La-Roche-sur-Yon (Vendée) mais 238.1 mm à Besançon (Doubs). Sur la France et sur le mois, la pluviométrie a été conforme à la normale.

L'ensoleillement a été inférieur à la normale** sur la quasi-totalité du pays. Le déficit a dépassé 20 % du nord du Massif central au nord des Alpes, à l'Alsace et à la Lorraine. Le soleil a été légèrement plus généreux sur les rivages de la Méditerranée comme localement sur les côtes de la Manche.

CARTE_FRANCE_ATM_201604.png

Anomalie de température.

http://www.meteofrance.fr/actualites/36085...ilan-avril-2016

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
L'IRM vient de publier des données à ce propos :

Depuis 1981, la 3e décade d'avril la plus froide a été de 6,1°C à Uccle en 1985.

Depuis 1901, la 3e décade d'avril la plus froide a été de 5,1°C à Uccle en 1919.

Merci Cumulonimbus !

Pour cette dernière décade d'avril 2016, la température a été de 6,35°C à Uccle.

Les températures moyennes des 21 et 22 avril (respectivement 12.4°C et 10,4°C) ont permis à cette décade de ne descendre en dessous de la dernière décade de 1985.

Bonne journée à tous !

:thumbsup:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La journée du 1er mai 2016 mérite aussi qu’on s’y arrête un peu.

Il s’agissait en fait d’une très belle journée ensoleillée, avec un ciel souvent tout à fait serein, sinon garni de quelques cirrus. Juste en matinée, il y a eu le passage d’altocumulus parfois denses, ainsi que de quelques stratus ou cumulus fractus. L’après-midi au-dessus de l’Ardenne, quelques cumulus très plats se sont formés.

Malgré cela, les maxima sont restés bas, avec par exemple 14,7°C à Deurne, 14,1°C à Zaventem, 13,5°C à Gosselies et 12,8°C à Bierset. Même des coins aussi privilégiés qu’Angleur ou Hastière n’ont eu que, respectivement, 14,5°C et 14,4°C. Seuls Kruishoutem dans la plaine flamande, Koersel en Campine et Aubange en Gaume ont atteint la barre des 15°C avec, respectivement, 15,0°C, 15,1°C et 15,4°C.

Le tout après une nuit froide, avec des températures proches, voire égales à 0°C en de nombreux endroits en plaine (0,0°C à Essen, 0,6°C à Beitem, 0,7°C à Passendaele et 0,9°C à Coxyde, à titre d’exemples).

À Uccle, la température minimale a été de 4,2°C et la maximale, de 13,9°C pour une insolation de 10h32. Surtout ces dernières années, c’est devenu très rare d’avoir des températures aussi basses par temps ensoleillé en mai. Dans les années 70, le phénomène a été un peu plus fréquent, mais encore assez rare malgré tout. On se souviendra de mai 1979 où, après une vague de froid de même amplitude que celle que nous avons connue cette année en fin avril (mais là, en début mai !), le temps s’est mis au beau les 6 et 7 mai tout en restant froid, avec à Uccle des maxima respectifs de 10,3°C et de 13,4°C, et une nuit de gel le 6 avec –0,4°C. À Bierset, Beauvechain et Eeklo, le maximum n’a même pas atteint les 10°C le 6 mai (9,8°C, 9°5°C et 9,9°C). Au littoral non plus, mais là c’est plus fréquent en raison de brises de mer en provenance d’eaux souvent encore fort froides à cette saison.

À noter aussi que les 20°C n’ont toujours pas été atteints à Uccle cette année. Ça aussi, c’est devenu très rare ces dernières années, que les 20°C ne soient atteints qu’en mai à Uccle. La dernière fois, c’était en 1997 (2 mai). En 1992, il a fallu même attendre le 13 mai pour cela, alors qu’un jour plus tard, le 14 mai…, les 30°C ont été dépassés !!! (30,3°C !)

Dans les années 70, c’était fréquent encore de devoir attendre mai pour avoir 20°C au centre du pays. Pour Uccle, c’était le cas en 1970 (4 mai), en 1972 (2 mai), en 1973 (3 mai) et en 1977 (18 mai !).

Ces années-là, par ailleurs, ont souvent été accompagnées d’été particulièrement pourris, ce qui rend ces scores plus tristes encore. Durant cette décennie, seuls 1971 (juste juillet), 1973 (dans une certaine mesure), 1975 et 1976 ont connu de beaux étés. Mais la canicule de 1976 s’est payée cher par après, avec 5 étés pourris à l’affilée (1977, 1978, 1979, 1980 et 1981). Ces 5 étés, dans une large mesure, ont même été plus pourris que le plus pourri des étés de ces dernières années !

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A peine 10 jours après la neige observée jusqu'en plaine, voilà les premiers 25°C de la saison. Encore localement néanmoins, mais atteints par exemple en vallée de la Meuse.

Andenne a tapé 25.9°C (station réseau MB), et 25.6°C chez moi.

Herhet a également fait 25°C avec 25.3°C (station réseau MB)

Quid des stations officielles ?

On y est pas encore à Uccle en tout cas avec 23.0°C relevés à 16h et 22.6°C à 17h.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Quid des stations officielles ?

On y est pas encore à Uccle en tout cas avec 23.0°C relevés à 16h et 22.6°C à 17h.

Un rapport sur le beau temps actuel sera fait vers le 9 ou 10 mai (lundi ou mardi) avec, entre autres, les données officielles d'un certain nombre de jours.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Notre pays est en train de vivre une longue période bien ensoleillée, un peu froide au début, mais très agréable par la suite, voire chaude…

Dimanche 1er mai 2016

La situation dépressionnaire, qui nous a valu le temps froid et même neigeux en Haute Belgique à la fin du mois d’avril, a fait place, le 1er mai, à des conditions plus anticycloniques grâce à une crête issue de l’anticyclone des Açores.

L’air froid – encore présent dans les basses couches en dessous d’un inversion se formant par subsidence à un bon millier de mètres d’altitude et s’abaissant encore davantage en soirée – a cependant fortement limité les maxima qui n’ont généralement pas dépassé les 14-15°C en plaine et dans les vallées, sauf très localement (15,4°C à Aubange, 15,1°C à Koersel et 15,0°C à Kruishoutem).

À Uccle, malgré une insolation de 10h32, la température maximale s’est limitée à 13,9°C après un minimum de 4,2°C. La plaine flamande, la nuit, a été encore nettement plus froide avec 0,0°C à Essen, 0,6°C à Beitem, 0,7°C à Passendaele et 0,9°C à Coxyde.

Le temps a été lumineux, avec un ciel souvent tout à fait serein ou alors juste garni de quelques cirrus. Ce n’est que très temporairement en matinée que des altocumulus parfois denses ont traversé notre pays. En raison de l’inversion assez basse, il y a eu le plus souvent absence de cumulus, sauf au-dessus de l’Ardenne où ils ont pris une forme très plate.

Enfin le vent a soufflé principalement du nord sur tout le pays.

Lundi 2 mai 2016

Le positionnement de l’anticyclone au sud de nos régions, et d’un nouveau noyau anticyclonique à l’ouest, a cependant encore permis le passage d’une perturbation dans la nuit du 2 au 3.

Avant cela, le temps a été beau (11h14 de soleil à Uccle), avec apparition d’un voile de cirrus/cirrostratus l’après-midi et d’altocumulus le soir. Les vents se sont orientés au sud-ouest mais l’air n’a pas encore été vraiment doux. La nuit, surtout, a été assez froide pour un mois de mai, avec des valeurs comprises entre 0 et 2°C à bien des endroits en plaine. À Uccle, ce minimum a été de 2,6°C. Les maxima, un peu plus doux que la veille, ont atteint le plus souvent 17 à 18°C. Des valeurs plus élevées ont été atteintes aux endroits privilégiés, comme à Angleur (20,1°C), Koersel (19,9°C), Kleine Brogel (19,7°C) et Aubange (19,6°C). Mais des bulles d’air frais ont été coriaces aussi, comme à Passendaele (15,9°C), Beitem (16,3°C) ou encore Gembloux (16,4°C).

La nuit a été pluvieuse, avec des précipitations souvent comprises entre 2 et 4 mm. Koersel a reçu 5,5 mm tandis que Coxyde n’a reçu que 0,2 mm.

Mardi 3 mai 2016

À l’arrière de la perturbation, les vents se sont orientés au nord-ouest avec une nouvelle portion d’air très frais pour la saison. Mais grâce à un anticyclone remontant du Golfe de Gascogne à la Manche avant de venir en soirée se centrer sur notre pays, le temps est redevenu beau dès le matin, et au plus tard en milieu de matinée au sud-est du pays.

Après l’évacuation des nuages résiduels de la perturbation, en effet, le ciel est devenu très bleu, avec formation de cumulus humilis, tendant à devenir très aplatis l’après-midi. Au littoral, le ciel est même resté tout à fait serein.

À Uccle, l’insolation a été de 9h36, mais la température maximale n’a pas dépassé 13,8°C. Comme déjà dit précédemment, il s’agit de valeurs très basses en mai pour du temps ensoleillé, surtout au cours de ces dernières années où nous avons eu peu l’habitude de ce type de temps.

Ailleurs dans le pays, les maxima ont souvent été compris entre 13 et 16°C en Basse et Moyenne Belgique et entre 10 et 11°C sur les Hautes Plateaux. Ces maxima fort modestes étaient bien évidemment liés à de l’air froid dans les basses/moyennes couches, qui peinait fort à se réchauffer. L’inversion de subsidence, située à un niveau plus élevé (vers 1500 mètres), et un côté plus maritime de la masse d’air ont permis (contrairement au 1er mai) une formation généralisée de cumulus (littoral excepté).

Mercredi 4 mai 2016

La combinaison d’une journée fraîche la veille et d’une nuit de rayonnement a donné à nouveau des températures nocturnes assez basses pour la saison. Le seuil du gel a été frôlé en de nombreux endroits en plaine, avec 0,3°C à Retie, 0,4°C à Kleine Brogel et à Genk, et 0,6°C à Gorsem. En Haute Belgique, le gel nocturne a été même très fréquent, avec par exemple –1,9°C à Gouvy et –1,8°C à Bièvre, tandis que le gel a été bien présent aussi en Gaume, avec –1,2°C à Aubange et –1,1°C à Buzenol.

L’anticyclone sur nos régions, puis au nord-est de celles-ci, a progressivement coupé l’arrivée d’air froid. Sous un ciel très bleu (13h05 de soleil à Uccle), garni de rares cirrus et de quelques cumulus humilis l’après-midi (souvent fort aplatis à nouveau) et avec un vent variable avec composante orientale prédominante, les températures ont à nouveau pu remonter quelque peu, en dépit d’une petite fraîcheur persistante, avec 17 à 18°C sur l’ouest du pays, 16°C sur le centre et 14 à 15°C sur le centre-est.

Quelques valeurs :

Kruishoutem : 18,0°C

Passendaele : 17,9°C

Zaventem : 16,3°C

Uccle : 15,7°C

Gembloux : 14,3°C

Bierset : 14,2°C

Elsenborn : 12,6°C

Mont-Rigi : 11,9°C

Jeudi 5 mai 2016

Une nouvelle nuit de rayonnement, après des températures pas encore très élevées la veille, a été une nouvelle fois responsable de valeurs parfois assez basses pour la saison. Elsenborn a même connu du gel avec –1,4°C, tandis qu’ailleurs, des valeurs de 1 à 2°C ont été observées ici et là.

L’anticyclone, cette fois-ci, est bien installé sur la Baltique et le sud de la Scandinavie, avec pour conséquence des vents soufflant d’est à sud-est sur nos régions. Avec une insolation de 13h28 à Uccle et un ciel serein ou juste garni de quelques cirrus (mais de nombreuses traînées d’avion) sur tout le pays, la remontée des températures a été plus franche, avec les 20°C atteints en de nombreux endroits (exemples parmi d’autres : 22,1°C à Angleur, 21,2°C à Hastière, 20,6°C à Koersel, 20,1°C à Kruishoutem). Uccle n’a toujours pas réussi à atteindre ses 20°C, avec un maximum calé à 19,2°C (après un minimum de 5,5°C).

Si le contraste entre le jour et la nuit n’a pas été excessif à Uccle, il n’en va pas de même à certaines autres stations, où un contraste plus important a été constaté.

Exemples :

Koersel : 1,0°C/20,6°C

Elsenborn : –1,4°C/17,1°C

Deurne : 3,5°C/20,3°C

Chièvres : 3,8°C/20,1°C

En altitude, les températures sont rapidement montées en raison de la subsidence en deuxième moitié de journée, pour atteindre 8°C vers les 1600-1700 mètres (au-dessus d’une inversion).

Vendredi 6 mai 2016

Une nuit beaucoup moins fraîche, avec des températures minimales de 9 à 11°C sur les plateaux de Moyenne Belgique, et localement de 4 à 6°C dans les vallées et creux, ainsi que sur les plaines sablonneuses. La plus basse valeur : 4,0°C à Gouvy ; la plus élevée : 10,6°C à Bierset.

En journée, les vents d’est à sud nous ont enfin amené de l’air véritablement chaud (pour la saison), avec 26,1°C à Koersel, 25,4°C à Essen, 25,2°C à Deurne et à Kleine Brogel et 25,1°C à Angleur. Même la région côtière ne s’est pas mal défendue, avec 23,1°C à Coxyde et 22,9°C à Middelkerke. Uccle, avec 23,4°C, a enfin réussi à passer la barre des 20°C. C’est très tardif : il faut remonter à 1992 pour trouver une date plus tardive encore pour ce seuil, en l’occurrence le 13 mai.

À nouveau, on a noté quelques gros écarts entre le jour et la nuit :

Genk : 5,4°C/24,9°C

Deurne : 6,1°C/25,2°C

Gouvy : 4,0°C/23,0°C

Du point de vue ciel, malgré une présence un peu plus marquée de cirrus (avec quelques rares cumulus dans le sud du pays), l’insolation a été supérieure à celle de la veille à Uccle, avec 13h54.

Samedi 7 mai 2016

Une tendance un peu plus instable s’est dessinée, avec des altocumulus castellanus le matin en de nombreuses régions. Ensuite, après que le ciel fut redevenu (quasi) serein en matinée, des cumulus se sont mis à bourgeonner l’après-midi, avec une petite tendance à former des congestus, mais aussi de l’étalement en stratocumulus cumulogenitus. D’autres cumulus avaient de nouveau tendance à s’aplatir et, parfois, à former des « rues » de cumulus. Dans l’extrême sud du pays, les cumulus ont même réussi à générer de très faibles averses.

On pouvait retrouver cette forte instabilité, notamment dans les couches moyennes, au niveau des sondages atmosphériques, qui révélaient en même temps une faible couche de stabilité (tendance à l’isothermie) entre 4000 et 4500 mètres. Mais l’air a été fort sec, ce qui, en même temps que la couche de stabilité, a inhibé la convection.

Les températures maximales, quant à elles, ont été élevées et ont dépassé les 25°C en de nombreux endroits. Les plus hautes valeurs ont été enregistrées à Koersel (28,1°C), Essen (28,0°C), Deurne (27,3°C), Kleine Brogel (27,2°C) et Hastière (27,0°C). Uccle, avec 25,2°C, note son premier jour d’été. Alors que le premier jour de printemps (20°C) a été tardif, le premier jour d’été (25°C) a été assez précoce. En 1992, c’était pire encore : un premier jour de printemps le 13 mai et un premier jour d’été ET de chaleur le 14 mai avec 30,3°C !

Pendant ce temps, l’anticyclone demeurait centré sur la Baltique et le Sud de la Scandinavie, mais des dégradations orageuses se sont mises en place sur la France, avec par exemple de l’orage sur Cherbourg en soirée.

Dimanche 8 mai 2016

Le temps est redevenu plus stable et toujours aussi beau, avec quelques cirrus et rares altocumulus le matin et des cumulus humilis isolés l’après-midi. Localement, le développement des cumulus a été un peu plus marqué, mais alors, freiné aussi par l’étalement.

Les températures, sous un bon petit vent d’est à sud-est, ont refait de belles performances, avec 27,8°C à Essen, 27,5°C à Semmerzake, 27,4°C à Deurne et 27,1°C à Koersel et à Kruishoutem. Middelkerke, avec 26,0°C, se défendait très bien aussi, tandis qu’Uccle, avec 25,9°C, marquait son deuxième jour d’été.

Il s’agit là de très belles températures pour un début mai, mais on est loin des situations extrêmes. On se souviendra de la première canicule de 1976, qui a déjà eu lieu en mai avec des températures particulièrement élevées les 7, 8, 9 et localement 10 mai. Kleine Brogel a même connu sa première véritable vague de chaleur avec 27,6°C le 6, 30,6°C le 7, 31,5°C le 8, 30,6°C le 9 et 31,7°C le 10. Mais même Eeklo, située fort à l’ouest, a noté trois jours très chauds avec 30,1°C le 7, 29,0°C le 8 et 30,3°C le 9. Uccle n’est peut-être pas arrivée à 30°C mais a enregistré ses jours les plus chauds pour un début mai avec, respectivement, 28,9°C, 28,3°C et 29,8°C les 7, 8 et 9 mai.

En 2005, c’est le 1er mai qui a été très chaud avec 31,5°C à Kleine Brogel et 31,0°C à Deurne. Uccle n’arrivait tout juste pas à la barre des 30°C, avec 29,7°C.

En 1998, une vague de chaleur (officielle) exceptionnellement précoce a touché une grande partie du pays à la mi-mai. Son premier jour, le 10, faisait cependant encore partie de la 1re décade et enregistrait des températures déjà très élevées avec 29,9°C à Kleine Brogel et à Chièvres, 29,6°C à Deurne, 29,2°C à Eeklo et 29,0°C à Beitem.

En début mai 1990, une période de chaleur précoce moins extrême, mais longue de 8 jours a touché une grande partie du pays, avec 4 à 5, voire 6 ou même 7 jours d’été.

Enfin les lendemains de la deuxième guerre mondiale ont été marqués par des températures exceptionnellement élevées du 9 au 13 mai 1945, avec des températures frisant voire atteignant parfois les 30°C et ce, même le 9 (donc durant la 1re décade du mois, avec 30,1°C à Maastricht et, probablement aussi, en Campine). Cette vague de chaleur précoce était d’autant plus surprenante que la fin de la guerre a été marquée par le froid, sur une période du 27 avril au 4 mai (traces de neige au sol à Uccle le 28 avril).

Le total de l’insolation, par contre, pourrait devenir remarquable en cette 1re décade de mai 2016.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

*** Météo très intéressante ces derniers jours ***

Un compte rendu de la semaine sera fait le week-end prochain. Malheureusement, je suis un peu à la "bourre" en ce moment et je ne suis pas en mesure de le faire au jour le jour.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Journée bien orageuse aujourd'hui encore sur le nord-est de la France, entre autre. J'ai pu photographier de grosses bases tourmentées lors de la formation de cellules qui auront donner déluge de pluie et grêle juste un peu plus au sud. Pas mal d'activité électrique également :

131725DSCF5532.jpg

237372DSCF5535.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Première quinzaine inégale au niveau des pluies, avec certes pas mal d'endroits concernés par des averses et des orages (33 mm en une trentaine de minutes à la station MB de Cour-sur-Heure, dans la province de Hainaut, ayant causés des dégâts matériels et des coulées de boues inévitables -11 mai-) notamment dans le Hainaut et Luxembourg (12 mai). Ce fut bien plus inégal ailleurs.

Certaines stations dépassent les 35/40 mm pour ce mois de mai, alors que d'autres ont de la peine à atteindre les 10 mm (parfois 5 mm, comme ici ou je ne relève que 4.4 mm depuis le premier).

Uccle : 11.9 mm, donc quand même pas mal sec aussi (au 15).

Autant faire le constat maintenant, car nous allons connaître une bonne semaine assez pluvieuse en général, avec le passage de plusieurs fronts et cieux de traîne.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Période très intéressante sur le plan de la météo – compte rendu du 9 au 16 mai

Lundi 9 mai 2016

L’influence croissante d’une dépression sur l’Océan, à l’ouest du Golfe de Gascogne, va progressivement mettre un terme à une période de 8 jours incroyablement ensoleillés, et empêcher ainsi le record d’insolation pour la première décade de mai. Avec 106h de soleil cependant, la décade restera « très anormalement » ensoleillée à Uccle.

Le 9 mai, il fait encore très beau en matinée, avec un ciel serein avant l’arrivée de quelques cirrus. L’après-midi, le voile s’épaissira (cirrus + cirrostratus) et s’accompagnera de bancs d’altocumulus tandis que des cumulus se forment par convection dès le début de l’après-midi. Quelques cumulus se font plus menaçants, mais s’étalent quand même avec altocumulus cumulogenitus turbulents, parfois accompagnés de mammatus.

102t56q.jpg

Webcam MB – Braine-l’Alleud – 9 mai 2016 à 17h30

En fin d’après-midi, atmosphère plus grise avec cumulus et stratocumulus surmontés d’un voile d’altitude et parfois un peu de pluie.

Avec un vent d’est à sud-est, c’est toujours de l’air continental qui est acheminé, avec des températures cependant plus élevées au nord du pays qu’au sud. Voici quelques valeurs :

Koersel : 26,5°C

Essen : 26,2°C

Kleine Brogel : 26,0°C

Gembloux : 23,0°C

Aubange : 22,8°C

Buzenol : 21,9°C

Dans l’ensemble : 24 à 26°C en Basse et Moyenne Belgique, mais plutôt 23°C sur la frange sud, 20 à 22°C sur les Hauts Plateaux et 22 à 23°C en Gaume. Au littoral : 24 à 25°C grâce à l’absence de brise de mer.

Mardi 10 mai 2016

Si l’insolation a encore été plus que raisonnable la veille, ce 10 mai marque vraiment la fin (provisoire pour certaines régions) de la période de grand beau temps. À Uccle, on n’observera plus que 48 minutes de soleil (pour encore 9h18 la veille).

Le ciel dans l’ensemble est très nuageux avec des stratocumulus en matinée, se doublant de cumulus en cours de matinée ou à midi, le tout accompagné parfois de pluie, avant que l’atmosphère ne devienne véritablement instable l’après-midi, avec formation de cumulonimbus et d’averses parfois orageuses, et des ciels prenant parfois des allures menaçantes.

24xgzdw.jpg

Webcam IRM – Wideûmont – 10 mai 2016 à 17h20

Le coupable est une perturbation frontale remontant vers le nord et dont l’occlusion se produit sur notre pays. L’air chaud est donc repoussé vers les Pays-Bas, avec une petite baisse chez nous et des températures qui peinent parfois à dépasser les 20°C comme à Uccle (20,0°C) ou Gembloux (20,2°C) ou qui n’y arrivent plus comme à Gosselies (19,9°C), Genk (19,7°C) ou Buzenol (19,3°C). Le plus souvent pourtant, il fait encore très doux, comme à Angleur (23,0°C), Essen (22,0°C) ou Passendaele (21,7°C).

Quelques cotes de précipitations assez marquées aussi, comme à Gorsem (18,9 mm) et Gosselies (13,0 mm).

Mercredi 11 mai 2016

Des perturbations qui sont arrêtées dans leur progression vers le nord en raison d’un anticyclone hésitant qui finit par se réinstaller sur la Scandinavie. De ce fait, le beau temps chaud tend à revenir à partir du nord. Il n’est donc pas étonnant que les températures les plus élevées soient réservées pour le nord et le nord-est du pays, avec 26,5°C à Kleine Brogel, 26,0°C à Koersel, 25,9°C à Essen et encore 25,3°C à Anvers-Deurne. À l’opposé, Hastière n’affiche que 19,0°C et Stree (Huy), 18,4°C, en grand contraste avec Angleur (Liège) qui enregistre 25,6°C. La région centrale du pays se trouve entre les deux, avec 22-24°C.

Le ciel se remet donc au bleu, avec stratocumulus résiduels le matin (parfois aussi quelques stratus ou cumulus fractus), puis cumulus se formant dès la matinée et se développant en congestus l’après-midi sous un léger voile de cirrus. Au sud du pays, ces cumulus congestus évoluent rapidement en cumulonimbus orageux tandis qu’au nord, le développement reste plus limité.

Au littoral, on observe également une évolution de stratus fractus en cumulus, atteignant, le stade de mediocris/congestus sur le temps de midi, avant de disparaître complètement. En effet, la brise de mer entre en scène à ce moment-là, avec baisse des températures et disparition de la convection.

Dans la région de Binche par contre, c’est même une supercellule qui est observée, dans un contexte de forts cisaillements du vent. Il est à noter que toute la région est affectée par des phénomènes orageux forts, et parfois d’importantes précipitations, comme celles observées à la station MB de Cour-sur-Heure avec 34 mm. De même, des grêlons d’une taille supérieure à 2 cm sont signalés à Walcourt.

Vous trouverez plus d’informations sur cette supercellule sous :

http://www.belgorage.com/actualites-orages-2016-05-11.php

Jeudi 12 mai 2016

L’anticyclone, désormais sur l’est de la Scandinavie, et les basses pressions qui tendent à se généraliser sur le sud de l’Europe maintiennent la bipartition de notre pays, avec de l’air chaud et assez sec au nord et de l’air humide et moins chaud au sud.

Une telle répartition « inversée » n’est pas rare à la fin du printemps. Le soleil, à nos latitudes, est suffisamment fort à cette saison pour produire de la chaleur sans apport d’air méridional. Plus au nord, le soleil est certes moins fort, mais compensé par des journées très longues, ce qui fait que la chaleur devient possible là aussi.

La Méditerranée, quant à elle, se comporte comme une mer intérieure ou plutôt, des mers intérieures coincées entre les péninsules et les grandes îles. Cela signifie qu’au printemps, à l’instar de l’Océan, les eaux sont encore froides de l’hiver. Ce n’est que plus tard dans la saison que les eaux de la Méditerranée finiront par se réchauffer, tandis que l’Océan reste frais tout l’été. C’est pour cela qu’en Europe, la chaleur au nord et la fraîcheur au sud est un phénomène typique du printemps, qui se produit de temps en temps.

En ce 12 mai, le temps chaud, poussé par des vents d’est, se concentre surtout sur une ceinture allant de l’Angleterre à la Pologne en passant par les Pays-Bas, le nord de la Belgique et la moitié nord de l’Allemagne, tandis que l’air humide et (nettement) plus frais concerne l’Espagne, la France, le sud de la Belgique, la moitié sud de l’Allemagne, la Suisse, l’Autriche et les Balkans, tandis qu’en Italie, le versant occidental des Apennins est frais aussi mais le versant oriental est plus doux en raison d’effets de foehn.

En Belgique, il fait chaud pour la saison grosso modo au nord de Bruxelles, avec 24-25°C sur les plaines flamandes et jusqu’à 26-27°C en Campine (26,8°C à Kleine Brogel et 26,3°C à Koersel). Le temps est beau, avec développement de cumulus humilis l’après-midi. En fin d’après-midi et en soirée cependant, une série d’orages se forment sur le Limbourg, pour progresser par la suite jusque dans la région de Louvain.

Au sud, les températures ne dépassent guère les 20°C à basse altitude, et se situent entre 16 et 19°C sur les hauteurs, le côté ardennais étant plus frais que le côté fagnard. Bien que thermiquement, les gradients verticaux soient moindres au sud qu’au nord, l’humidité fait en sorte que la convection y est malgré tout meilleure, quoiqu’irrégulière. La présence de stratocumulus, doublés ou non de cumulus, et parfois précédés de stratus le matin, rend la situation convective complexe, avec parfois pas mal d’inhibition et parfois des évolutions orageuses imprévisibles. Si la majeure partie de l’activité se cantonne à la France, juste au sud de nos frontières, des débordements affectent notamment la région de Chimay et les contreforts occidentaux de l’Ardenne. En outre, des orages sont signalés du côté de Wavre, de Nivelles et de Braine-le-Château.

D’un autre côté, la prédominance des vents de nord-est à est dans la partie « sèche » du pays favorise la mise en place d’une importante brise de mer le long du littoral, avec un vent y basculant au nord-nord-est. C’est ainsi que la côte connaît un temps particulièrement ensoleillé, à l’abri à la fois de la convection et des nuages du sud du pays, mais avec un vent assez froid (15-16°C l’après-midi en bord de mer), soufflant par rafales.

Vendredi 13 mai 2016

Les contrastes thermiques restent présents sur la Belgique, mais se décalent un peu par rapport à la veille, avec désormais une large bande (assez) chaude couvrant une grosse partie centrale du pays, et du froid au nord-ouest sur le littoral, et au sud-est en Gaume et sur les contreforts méridionaux de l’Ardenne.

Quelques valeurs maximales :

Kleine Brogel : 25,1°C

Angleur : 24,5°C

Essen : 24,4°C

Zaventem : 24,1°C

Deurne et Koersel : 24,0°C

mais :

Middelkerke : 15,8°C

Coxyde : 16,2°C

Aubange : 22,4°C (mais très forte baisse l’après-midi sous les averses)

L’anticyclone centré sur le nord-est de l’Europe continue à nous envoyer de l’air continental chaud, tandis que les basses pressions du sud de l’Europe et le mauvais temps qui y est associé continuent à donner des températures plus basses sur le sud du pays. Mais un troisième larron est en train de s’inviter : un anticyclone près de l’Islande qui, lui, contient de l’air très froid.

En attendant, le temps est encore beau et chaud sur de nombreuses régions, avec quelques cirrus uncinus et altocumulus castellanus le matin, puis un ciel serein en matinée avant que ne se développent des cumulus qui restent humilis au nord mais qui atteignent le stade de congestus au sud des régions centrales en question, sans toutefois donner d’averses.

Mais plus loin au sud, dans l’Entre-Sambre-et Meuse, l’Ardenne méridionale et la Gaume (et dans une moindre mesure aussi le Condroz et la Famenne), l’air reste plus humide, avec parfois du brouillard et des stratus fractus le matin, et une convection plus franche l’après-midi, avec formations d’averses orageuses. Cependant, le déplacement des averses se fait vers le sud et la tendance orageuse tend de plus en plus à se retirer du pays. De ce fait, seule la Gaume connaît encore une activité orageuse importante et ce, dès le tout début de l’après-midi.

Les températures se situent entre 23 et 24°C dans la zone chaude, avec localement 25°C en Campine, tandis que les valeurs, au départ à peine plus basses dans le sud, chutent fort sous les averses, avec des températures de 15°C ou moins durant tout l’après-midi en Gaume.

Un autre endroit très frais est la côte belge. Sous un ciel à nouveau radieux, juste garni de quelques cirrus uncinus, le vent de mer se met cependant à souffler fort, de direction nord, avec des rafales jusqu’à 65 km/h à Zeebruges. La température maximale, là, ne dépasse pas les 15°C tandis que Middelkerke et Coxyde ne font guère mieux avec 16 à 17°C. Cette brise de mer se fait d’ailleurs fort pénétrante en fin d’après-midi, avec une température commençant à chuter dès 16 heures même à Roulers, où des rafales de 50 km/h sont observées.

En soirée, c’est tout le pays qui sera affecté par la chute des températures, avec la brise de mer qui se fera doubler par une succession de deux fronts froid. Le nouvel anticyclone vient de prendre la relève…

Samedi 14 mai 2016

La chute des températures est vertigineuse, avec au niveau des maxima, des baisses de plus de 10°C dans certaines régions. Au meilleur moment de la journée, les températures n’atteignent plus que 11 à 14°C en plaine et dans les vallées, et 8 à 9°C sur les Hauts Plateaux, le tout sous un ciel souvent nuageux à très nuageux avec un mix de cumulus et de stratocumulus, et quelques éclaircies. Au nord-ouest du pays, de petites averses sont observées ici et là. Le vent, quant à lui, est fort désagréable, avec des rafales de 50 à 60 km/h dans la zone côtière, mais aussi dans la région d’Anvers.

Quelques températures maximales (entre parenthèses : température maximale de la veille)

Kleine Brogel : 13,8°C (25,1°C)

Zaventem : 12,9°C (24,1°C)

Deurne : 13,2°C (24,0°C)

Angleur : 13,9°C (24,5°C)

Uccle : 11,8°C (22,3°C)

Gembloux : 11,7°C (21,7°C)

La récurrence des phénomènes froids par air polaire maritime mérite qu’on s’y attarde un peu. C’est la seule masse d’air qui semble ne pas s’être réchauffée et ce, malgré la fonte de la calotte polaire. L’accumulation des situations froides, parfois même extrêmes, au cours de ces dernières années, est interpellante pour ce type de masse d’air. Souvenez-vous :

Du 11 au 14 mars 2013, des courants polaires à composante maritime (certes dégradée) nous valent l’épisode hivernal le plus spectaculaire que notre pays n’ait jamais connu en mars, avec deux jours de gelées permanentes même en plaine et, le 13, des minima de –10 (Uccle) à –13°C (Zaventem) dans la zone de Bruxelles, jusqu’à –16°C dans le Brabant Wallon et –17°C à Ciney, le tout accompagné de chutes de neige et de congères extrêmes sur une bonne partie du pays.

Les 24 et 25 mai 2013, des courants polaires maritimes sont responsables des maxima les plus bas jamais enregistrés pour une fin mai en de nombreuses régions, avec pour Uccle la valeur la plus basse depuis 1888. En même temps, les Hautes Fagnes connaissent leur enneigement le plus tardif jamais enregistré avec 3 cm à Mont-Rigi.

Du 13 au 16 octobre 2015, de l’air polaire quelque peu continentalisé, mais maritime au départ, nous vaut un épisode hivernal particulièrement précoce avec neige en Ardenne, assortie d’un record d’enneigement précoce pour Saint-Hubert. Les 13, 14 et 15, les maxima sont extrêmement bas avec de nombreux records battus, et une gelée permanente frôlée à Mont-Rigi avec 0,1°C (maximum nocturne, qui plus est ; en journée la température a été constamment négative).

Du 24 au 28 avril 2016, une vague de froid qui n’a rien à envier aux événements les plus froids observés par le passé à la même époque de l’année. En outre, l’enneigement des Hautes-Fagnes a été l’un des plus importants jamais mesurés à une saison aussi tardive.

Ceci amène une question qu’il serait intéressant d’étudier : le « cold blob » atlantique aurait-il (occasionnellement) un effet sur notre climat ? En effet, ce « cold blob » existe de façon quasi-constante dans l’Atlantique Nord depuis janvier 2013.

Des contre-arguments à cette hypothèse : l’épisode très froid et extrêmement neigeux, par air polaire maritime, de la fin mars 2008 et les maxima extrêmement bas de mai 2010, également par air polaire maritime, à une époque où le « cold blob » n’était pas encore (ou peu) développé.

Dimanche 15 mai 2016

Un ciel partiellement dégagé a valu une nuit assez froide pour la saison en de nombreux endroits :

Buzenol : –0,1°C

Aubange : 0,0°C

Mont-Rigi : 1,0°C

Dourbes : 1,1°C

Sivry : 1,6°C

Saint-Hubert : 1,8°C

Uccle : 4,0°C

Un air particulièrement froid en altitude (–4°C au niveau 850 hPa à 1470 m et –14°C au niveau 700 hPa à 2980 m) et une couche instable devenant temporairement assez épaisse nous ont valu quelques averses en journée, dans un ciel occupé par des cumulus et de petits cumulonimbus, mais aussi pas mal de stratocumulus d’étalement. Au littoral, l’instabilité est moindre, avec parfois de belles éclaircies l’après-midi.

Les températures maximales sont à peine plus élevées que la veille, avec le plus souvent 12 à 15°C en plaine et 7 à 8°C sur les Hauts Plateaux (où il fait même plus froid que la veille). La valeur la plus élevée : 15,5°C à Kruishoutem, la plus basse : 6,8°C à Mont-Rigi.

Lundi 16 mai 2016

Encore un brin plus doux avec maxima de 13 à 16°C en plaine et de 8 à 10°C sur les Hauts Plateaux. D’abord gris sur le sud du pays, puis cumulus accompagnés de quelques altocumulus et stratocumulus, plus nombreux en soirée et, à ce moment, doublés d’un léger voile d’altitude. Parfois de belles couleurs le soir.

121freb.jpg

Webcam IRM – Dourbes – 16 mai 2016 à 21h35

Au littoral, pas de cumulus , mais altocumulus/stratocumulus plus étendus.

Bref, un retour progressif vers un temps plus normal pour les jours à venir, temps « à la Belge », avec quelques pluies et 18°C, parfois un peu plus lors de petites pointes de douceur…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Des perturbations frontales nous ont bien arrosé ce week-end

Samedi 21 mai 2016

Un secteur chaud aborde notre pays durant la nuit de vendredi à samedi, tandis que le front froid ondule en restant à l’est de nos régions.

Nous avons donc un afflux d’air doux, avec des températures de 23 à 24°C en plaine et de 19-20°C sur les hauts plateaux. Les plus hautes valeurs :

Kruishoutem : 24,5°C

Angleur : 24,4°C

Koersel : 24,3°C

Essen: 24,2°C

Kleine Brogel: 24,2°C

Mais le temps n’est pas vraiment beau. Sous un voile de cirrus/cirrostratus, des cumulus se développent, atteignent le stade mediocris vers midi, puis s’aplatissent progressivement. Quelques belles éclaircies quand même avec voile s’effilochant. Le soir, altocumulus souvent castellanus, parfois fort développés avec virga.

16bx01z.jpg

Cumulus aplatis sous un voile de cirrostratus à Slins à 16h00 (Webcam MB)

14azy9j.jpg

Altocumulus castellanus à Cerfontaine à 20h40 (Webcam MB)

En début de nuit, une première ligne orageuse se manifeste principalement en mer, au large de la côte belge occidentale. Une seconde zone orageuse affecte en fin de nuit l’ouest du Hainaut et la Flandre Orientale, en donnant un peu de tonnerre jusqu’à Bruxelles (Il s'agit là des orages qui étaient d'abord passés par Paris).

Les précipitations sont encore assez modestes :

Middelkerke : 13,0 mm

Chièvres : 11,0 mm

Passendaele : 10,6 mm

Dimanche 22 mai 2016

Deux fronts successifs traversent notre pays, ondulent et ralentissent en arrosant bien notre pays. Ils sont bloqués par un long anticyclone remontant des Balkans jusqu’à l’est de la Scandinavie, avec une remontée d’air fort chaud sur l’Allemagne. C’est ainsi que Nuremberg monte jusqu’à 30 ,2°C tandis que berlin (Tempelhof) atteint 29,4°C et Francfort, 27,6°C. Cet air frôle aussi l’est de la France, avec 27,3°C à Strasbourg et 25,8°C à Colmar.

Chez nous par contre, la journée est parfaitement pourrie avec altostratus et nimbostratus, parfois doublés de stratocumulus et de cumulus fractus et précédés, le matin, de cirrostratus et d’altocumulus castellanus post-orageux. Seul le sud du pays est un peu moins sombre, avec altocumulus et stratocumulus assez bien dessinés avec une très bonne visibilité. Transformation en cumulus en même temps qu’épaississement du voile d’altitude avec arrivée du mauvais temps le soir.

Ici une image prise à la frontière belgo-luxembourgeoise.

25ugugh.jpg

Source : Radioamateurs du Luxembourg

Précipitations abondantes en de nombreux endroits, avec :

33,0 mm à Deurne (3 mm de 8 à 14h, 16 mm de 14 à 20h, 8 mm de 20h à 2h, 6 mm de 2 à 8h)

32,0 mm à Florennes (7 mm de 8 à 14h, 18 mm de 14 à 20h, 5 mm de 20h à 2h, 2 mm de 2 à 8h)

25,8 mm à Dourbes

25,0 mm à Semmerzake

21,8 mm à La Hestre

20,9 mm à Retie

20,3 mm à Bièvre

Mais :

2,5 mm à Coxyde

4,0 mm à Middelkerke

6,1 mm à Aubange

Les températures : 16 à 20°C en plaine, 14 à 16°C sur les hauts plateaux. À noter que les maxima ont souvent été atteints le matin, surtout à l’est du pays où il faisait encore fort doux à ce moment-là. L’après-midi, les températures en plaine n’atteignaient partout que 16 à 17°C.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Précipitations abondantes en de nombreux endroits

Effectivement, ce qui a provoqué une formation de brume sur la grand place de Mons ! Vers la fin du combat dit "lumeçon" (le Doudou), la chaleur et la ferveur des participants liée à l'humidité ambiante ont doucement fait monter une petite couche de vapeur (à gauche sur cette image) :

5741a72d35708ea2d5bb745c.jpg

Pas de quoi monter des phares antibrouillard sur le dragon, quoique on le voit nettement mieux ici :

858837304_B978727386Z.1_20160522161851_0

Les Montois n'en périront pas... Erac Eric on va sketter les statistiques ! :lol:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Des journées parfois localement, parfois généralement très pluvieuses

Vendredi 27 mai 2016

Ce qui, à l’origine – c'est-à-dire les 23, 24 et 25 mai –, a été une situation assez ordinaire de courants polaires à l’arrière d’une perturbation, avec influence anticyclonique grandissante des suites de hautes pressions entre l’Écosse et l’Islande, s’est fortement complexifié le 26 avec la naissance d’une perturbation frontale « renversée » au nord-est de nos régions, tandis qu’une activité dépressionnaire, avec perturbations associées, se mettait également en place au sud.

2v3lkeh.gif

Source : KNMI

Si le 26, nous n’avons pas encore été affectés par ces perturbations (beau temps avec cirrus et cumulus [sauf au littoral], localement un peu plus nuageux en fin de journée), ce n’était plus le cas le 27.

En effet, un front séparant deux masses d’air plus ou moins stagnantes se transforme peu à peu en ligne de convergence à la suite de l’égalisation des températures des deux masses d’air. Mais la différence reste marquée au niveau de la direction des vents et, malgré leurs vitesses assez faibles, la ligne de convergence active fortement la convection.

20ggtas.png

Source : Infoclimat

Il s’ensuit que, juste sur cette ligne de convergence, un tuba a été observé entre 10h53 et 11h05 non loin de nos frontières, à Raffelsbrand pour être précis, à une vingtaine de kilomètres au sud-est d’Aix-la-Chapelle et à une quinzaine de kilomètres au nord-nord-est de Montjoie (et à quelques 8 kilomètres de la frontière la plus proche avec la Belgique). Il n’est pas exclu que ce tuba ait formé une réelle tornade, mais des recherches sont encore en cours pour le déterminer.

f4kwpi.jpg

Source : Hütgenwaldwetter

Le temps, dans cette région frontalière, a d’abord été beau avec quelques bancs d’altocumulus. Mais la convection a vite démarré, dès le milieu de la matinée à partir d’un mix de cumulus et de stratocumulus, avec évolution rapide en cumulus congestus, puis en cumulonimbus avec averses.

Ailleurs dans le pays, le temps est resté beau plus longtemps, avec une convection ne s’enclenchant que vers midi et ne se développant vraiment que l’après-midi, avec formation d’averses et d’orages, provoquant parfois des inondations. Ces orages ont principalement concerné la moitié sud du pays et, en raison de leur mouvement lent, ont généré parfois beaucoup de précipitations. Par ailleurs, des tendances nettes vers des supercellules ont été également observées.

Les plus gros relevés de précipitations, sur 24 heures, ont été les suivants :

Courrière (MB) : 54 mm

Enghien (MB : 42 mm

Genk (IRM) : 37 mm

La Hestre (IRM) : 34 mm

Gembloux (IRM) : 32 mm

Angleur (IRM) : 30 mm (mais seulement 10 mm à Bierset)

Les températures, avec des valeurs de 22-23°C, ont été assez modestes, mais on sentait bien l’orage tant il faisait lourd. Au littoral par contre, le temps est resté nettement plus frais, avec 16°C seulement aux abords immédiats de l’eau et une absence complète de convection, ciel bleu avec quelques altocumulus, mais brumeux, le tout avec un vent désagréable de nord-nord-est.

Samedi 28 mai 2016

Et on remet cela… Orages, assez fortes précipitations et inondations locales. Les régions particulièrement touchées : l’Ardenne et une vaste zone en Flandre, d’Anvers à Hasselt et de Louvain jusqu’à la frontière néerlandaise. Mais ponctuellement, d’autres régions ont été touchées aussi par des orages, comme par exemple le sud de Waterloo et Gembloux.

Quelques relevés de précipitations sur 24 heures :

Saint-Hubert (IRM) : 26 mm

Retie (IRM) : 21 mm

Libin (MB) : 21 mm

La Hestre (IRM) : 19 mm

Beausaint (MB) : 17 mm

Notre temps continuait à être déterminé par des hautes pressions sur l’extrême nord du pays (trop éloignées pour avoir une influence favorable) et des basses pressions sur le sud, avec perturbations frontales ou lignes de discontinuité favorables aux orages.

En dehors des orages, le temps a été quelque peu brumeux, avec cumulus fractus naissant en milieu de matinée pour évoluer ensuite vers des cumulus et cumulonimbus gardant un caractère assez flou. Parfois aussi, le ciel était gris en matinée avec stratus, évoluant ensuite en cumulus. Les meilleures visibilités restaient réservées pour les hauts plateaux ardennais, se réveillant au-dessus d’une mer de brume dans les vallées, avec des cumulus aux contours beaucoup plus nets en journée, se détachant dans un ciel bien bleu, plus tard voilé de cirrus en provenance d’enclumes de cumulonimbus. En Ardenne, on voyait bien mieux les averses arriver à partir du milieu de l’après-midi.

Le littoral, une fois de plus, est resté à l’abri de la convection, mais sous des stratus tenaces, ne se dissipant qu’en milieu de journée pour faire place à un ciel bleu mais quelque peu délavé par la brume, sauf en fin de journée où la turbulence liée à l’intensité de la brise de mer rendait le ciel plus limpide.

Les températures : à peine 15°C aux environs immédiats de la mer, sinon 22 à 24°C en plaine et 19 à 20°C sur les hauts plateaux.

Dimanche 29 mai 2016

De la pluie pour tout le monde, mais parfois fine avec des totaux de précipitations modestes, et parfois très abondantes en raison de cumulonimbus enclavés dans la masse de nimbostratus.

Ceci devient très visible sure l’image radar qui suit, avec des points rouges (précipitations fortes) un peu partout au sein de la masse jaune (précipitations plus modérées).

2ludizp.jpg

Source : IRM

En outre, des éclaircies se développant à l’est de la zone pluvieuse généreront plus tard quelques cellules très virulentes.

Quelques valeurs de précipitations sur 24 heures :

Slins (MB) : 55 mm

Bierset (IRM) : 51 mm

Liège (MB) : 43 mm

Courrière (MB) : 35 mm

Oupeye (MB) : 29 mm

Frassem (MB) : 28 mm

Beausaint (MB) : 27 mm

Pour Bierset, il est à noter que 42 des 51 mm sont tombés durant l’après-midi. La pluie fine qui y tombait depuis 11 heures du matin s’est brusquement transformée en pluies torrentielles. Les deux images qui suivent permettent de visualiser ce qui s’est passé.

1tsx9u.jpg

Webcam MB – Slins – 29 mai à 17h00

13z71pe.jpg

Webcam MB – Slins – 29 mai à 17h10

Sur la première image, un temps simplement pluvieux avec ciel gris et monotone, sur la seconde image, un assombrissement brusque révélant le cumulonimbus enclavé.

Plus au sud-est, dans les zones à éclaircies, on observait d’abord un ciel gris aussi, puis un ciel « chahuté » avec cumulus se développant dans les stratocumulus avant dispersion de ces derniers, mais persistance d’un voile nuageux d’altitude.

Au vu des données de précipitations, avec forts totaux dans et autour de Liège, il n’est pas étonnant que des inondations aient été observées dans la région. À noter encore que de l’activité orageuse a également été signalée sur l’ouest du pays, comme par exemple dans la région du Mont de l’Enclus.

Les températures : parfois étonnamment douces pour un mois de mai par mauvais temps, avec 20,8°C à Essen et à Semmerzake, 20,6°C à Stabroek, 20,3°C à Deurne, 20,2°C à Passendaele et à Chièvres et 20,1°C à Beitem. Les 19,0°C d’Elsenborn sont plutôt doux aussi.

En ce 30 mai, les précipitations sont à nouveau fort abondantes. Entre 8h et 14h, il est déjà tombé 36 mm à Anvers, où de l’orage a été également observé. À Kleine Brogel, ce sont 33 mm qui sont tombés sur le même laps de temps, mais après déjà 11 mm tombés aux petites heures. Là, de l’orage a déjà été observé le matin, puis à nouveau vers midi.

Un point plus complet sera fait demain, 31 mai, notamment sur les inondations.

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La journée d’hier, lundi 30 mai 2016

Commençons par ce que dit la presse :

L’orage qui a frappé la région liégeoise ce dimanche après-midi n’avait rien d’impressionnant a priori... Il a pourtant causé d’incroyables inondations dans plusieurs communes de l’arrondissement à cause du déluge qui s’en est suivi. Les pompiers ont été sollicités plus de 200 fois en quelques heures !

Les trombes d’eau n’ont duré que quelques minutes, mais elles ont été suivies d’averses continues pendant plusieurs heures. Peu après 15h30, pompiers et policiers étaient submergés d’appels pour des caves et voiries inondées, des objets sur la chaussée et des accidents heureusement sans gravité.

LaMeuse.be

De très fortes pluies se sont abattues sur la Flandre les 12 dernières heures et le niveau des eaux continue à monter. Lundi soir, certains cours d’eau sont sortis de leur lit. […] Surtout les Provinces d’Anvers, du Brabant Flamand et de Flandre Occidentale ont été touchées par le débordement de certains ruisseaux. Heureusement que des bassins d’orage ont été construits en de nombreux endroits au cours des dernières années.

Het Nieuwsblad (traduction).

Et pourtant…

33451nd.jpg

Source : Het Nieuwsblad

Voyons à présent les quantités de précipitations :

Beitem : 87,9 mm

Passendaele : 68,9 mm

Retie : 64,5 mm

Deurne : 60,0 mm

Koersel : 49,6 mm

Semmerzake : 49,0 mm

Kleine Brogel : 46,0 mm

La Hestre : 45,0 mm

Middelkerke : 10,0 mm

Parmi les stations de MétéoBelgique, nous avons 69 mm à Wingene, 58 mm à Heuvelland et 53 mm à Izegem. À la frontière franco-belge mais du côté français, 82 mm ont été mesurés à Armentières.

Notamment les cotes de Beitem et d’Armentières peuvent être considérées comme remarquables et font partie des plus hauts totaux de précipitations mesurés dans nos régions, certainement en plaine.

Par le passé, quelques rares précipitations ont été encore plus impressionnantes. On se souviendra notamment des 133 mm à Haren et des 128 mm à Laeken (deux stations situées dans le nord de Bruxelles) tombés en 4 heures seulement le 24 août 1939. En Haute Belgique, le total le plus élevé sur 24 heures a été de 242 mm à Herbesthal (frontière belgo-allemande) le 24 juin 1953. Ces précipitations, d’ailleurs, sont même tombées en moins de 12 heures !

Plus près de nous, le 13 septembre 1998, une grande partie du nord de notre pays a connu des précipitations supérieures à 100 mm, avec un maximum de 147 mm à Wijnegem.

Pour en revenir aux précipitations d’hier, 30 mai 2016 à Beitem, nous savons que 58 mm sont tombés durant l’après-midi et 27 mm en soirée, le (petit) reste étant tombé en matinée.

Ces précipitations, comme déjà décrites dans l’article de La Meuse, ne se passaient pas sous des ciels impressionnants, mais le plus souvent dans une grisaille très monotone. Le pays presque tout entier s’est retrouvé sous un nimbostratus, dans lequel s’enclavaient des cumulonimbus orageux, qui ne donnaient qu’un ciel encore plus gris et plus flou à cause de l’intensité accrue des précipitations. Parfois cependant, on observait un assombrissement subit du ciel sous les plus fortes averses, comme par exemple à Bruges.

v5wyua.jpg

Bruges à 15h00, 16h30 et 18h00 – Source : Comité voor initiatief Brugge

En bien des endroits, le tonnerre a été entendu à plusieurs reprises. Anvers notait de l’orage vers 14, 18 et 20 heures. Avant, entre et après les orages : de la pluie et de la buine ! À Kleine Brogel, même topo, mais avec orage à 8 heures du matin, puis de 12 à 13 heures. À schaffen, un orage a été entendu vers 14 heures et à Zaventem, vers 19 heures. D’une façon générale, cette activité orageuse sporadique a concerné environ un tiers du territoire belge, du nord-est à l’ouest en passant par le nord et en frôlant le centre.

La situation atmosphérique : une dépression (dénommée « Elvira » en Allemagne) a effectué un parcours assez étrange, d’ESE à WNW en moyenne, en se déplaçant de la Bavière vers le centre de l’Allemagne, puis vers la Belgique. Un tel parcours n’est pas sans rappeler les très fortes pluies des 28 et 29 août 1996, où une dépression nous est venue du sud-est avant de repartir vers le nord-est selon un parcours plus traditionnel. Les 88,7 mm d’eau recueillis à Ernage le 28 ont été fort proches des 87,9 mm de Beitem hier. Sauf qu’en 1996, on avait « remis cela » le lendemain, avec comme conséquence des totaux sur 48 heures absolument impressionnants.

Enfin, un mot sur les températures d’hier, absolument pas spectaculaires mais parfois désagréables : 13 à 14°C sous les pluies constantes, mais 16 à 17°C dans les accalmies pluvieuses, en cas de ciel (un brin) plus clair. Le vent, quant à lui, ne s’est pas trop manifesté non plus.

En gros, on peut même dire qu’on l’a encore échappé belle par rapport à ce qui s’est passé en Allemagne.

Une seule photo suffit pour résumer…

ily49i.jpg

Braunsbach le 29 mai 2016 – Source : wetteronline

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×