cumulonimbus

Automne 2017

10 messages dans ce sujet

L’automne…

 

Bien des fois, l’automne reste longtemps encore estival, comme par exemple en 1947, 1959, 2006 et 2016. D’autres années par contre, la mauvaise saison fait irruption de façon précoce et brutale. C’est ainsi que la neige n’est pas étrangère à l’automne et peut faire son apparition dès le début de la saison.

 

Les chutes de neige les plus précoces ont notamment été observées dans les Hautes-Fagnes le 4 septembre 1925 à la Baraque Michel. En 1952 et 1954, des chutes de neige ont également fait leur apparition en septembre, le 19 à la Baraque Michel et au Signal de Botrange dans le premier cas, le 29 à la Baraque Michel dans le second cas. Aucun enneigement au sol n’a cependant été attesté sur le territoire belge au cours d’un mois de septembre.

 

L’enneigement le plus précoce en Belgique a été relevé le 3 octobre 1994 avec 2 cm à Botrange et 1,5 cm à Mont-Rigi. Vers la mi-octobre, on a déjà relevé 3 jours consécutifs avec de la neige au sol à Botrange, du 11 au 13 octobre 1975 avec un maximum de 2 cm. Très récemment, en 2015, les Hautes-Fagnes connurent aussi un enneigement de 3 jours consécutifs, du 14 au 16 octobre avec un maximum de 2 cm le 16 à Mont-Rigi et à Mürringen (Bullange). Il est à noter que Saint-Hubert a également été blanchi le 16 octobre (traces de neige), ce qui constitue un record de précocité pour cette station.

 

Dans un lointain passé, des épaisseurs de 10 à 15 cm ont été observées dans les Hautes-Fagnes le 16 octobre 1887. En 1881, la neige a tenu au sol 12 jours en octobre à la Baraque Michel.

 

En Basse et Moyenne Belgique, des traces de neige ont été observées à Uccle le 16 octobre 1919. À la fin octobre, on y mesurait 5 cm le 30 octobre 1941. À Zomergem (au nord-ouest de Gand, non loin d’Eeklo), on relevait même 13 cm le 24 octobre 1908.

 

En 1869, de la neige était présente sur le sol de Bruxelles du 27 au 31 octobre.

 

Récemment, un enneigement temporaire en plaine a été noté le 24 octobre 2003 à la mi-journée.

 

Le mois de novembre, quant à lui, peut déjà être parfaitement hivernal, surtout en Haute Belgique. En novembre 1985, le sol des Hautes-Fagnes a été enneigé durant 22 jours avec, en fin de mois, 40 cm à Botrange et 31 cm à Elsenborn. Mais l’épaisseur maximale n’appartient pas à cette année-là. En 1973, à la fin du mois de novembre, d’impressionnantes chutes de neige ont fait monter l’épaisseur de la couche jusqu’à 81 cm (!) le 30 novembre à Botrange. À Spa, on mesurait ce jour-là 36 cm et à Saint-Hubert, 30 cm.

 

En 1925 aussi, de très importantes chutes de neige ont été observées à la fin du mois de novembre. À Drossart, on mesure 62 cm, à Bastogne, 50 cm et encore 44 cm au barrage de la Gileppe. Il est à noter que cette neige tiendra jusqu’à la mi-décembre, ensuite le dégel, associé à de fortes pluies, provoquera en janvier 1926 les inondations parmi les pires que notre pays n’ait jamais connues, notamment à Liège.

 

En Basse et Moyenne Belgique, les couches peuvent déjà être fort importantes aussi en novembre. Le 28 novembre 1973, la couche s’élevait à 34 cm à Uccle, tout comme à Ottignies, et 40 cm à Beauvechain et à Gembloux. Par contre, Florennes n’a reçu « que » 25 cm de neige, Bierset 23 cm, Zaventem 20 cm et Gosselies 18 cm. Les quantités de précipitations très variables dans les averses et des dégels temporaires plus ou moins longs entre les averses sont responsables de ces disparités.

 

En novembre 1925, Uccle a également connu 34 cm de neige, tandis que le 24 novembre 1877, une trentaine de centimètres de neige y sont tombés en l’espace d’une seule journée. Il s’agit là sans doute de la deuxième plus grande quantité de neige tombée sur une seule journée, après les 35 cm du 10 février 1902.

 

Plus récemment, on se souviendra des 21 cm de neige d’Uccle du 26 novembre 2005. Là aussi, il s’agissait de chutes de neige irrégulières, qui n’ont pas donné de grandes quantités partout.

 

Mais comme vous voyez, l’automne peut déjà réserver de belles surprises… pour tous les hivernophiles !

 

Sources

 

IRM

– Bulletins mensuels – Observations climatologiques – Parties I et II (papier)

– Bilans climatologiques mensuels (Internet)

– Événements marquants depuis 1901 (Internet)

– Consultation régulière des webcams (Internet)

– Aperçu climatique des Hautes Fagnes (Pascal Mormal et Christian Tricot)

 

Observatoire Royal de Bruxelles

– Annuaire météorologique pour 1904 (chapitre « Données météorologiques diverses » (3e série), Neige (A. Lancaster))

 

Infoclimat

– Climatologie mensuelle

– Données du jour

 

Meteociel

– Tableaux et graphiques par ville

– Tableaux horaires

 

 

 

Modifié par cumulonimbus
Correction d'une erreur de typographie

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci CB pour ce nouveau récit ;)

 

Bizarrement le début du mois de novembre 1980 semble être tombé dans l'oubli.

Pourtant de mémoire il y avait neigé abondamment dans le centre (et sûrement ailleurs)

Etant enfant à l'époque je ne pourrais dire combien de cm étaient tombé,  mais la quantité était largement suffisante pour pratiquer du traineau durant quelques jours.

NOAA_1_1980110400_1.png

 

NOAA_1_1980110418_2.png

Modifié par titibel
Lien supplémentaire

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Malheureusement, il existe peu de renseignements sur cet épisode neigeux.

 

La "Revue climatologique mensuelle" de novembre 1980 de "Ciel et Terre" mentionne ceci :

 

« Pour le reste, des chutes de neige ont été observées dans le pays de un à sept jours : à Uccle, la neige a persisté sur le sol sous forme de traces le 28 et le 29, tandis qu'à Mont Rigi et à Botrange des enneigements se sont produits du 6 au 8, du 12 au 14 et du 27 au 30. À la fin du mois, la couche de neige atteignait une épaisseur de l'ordre de 40 cm. »

 

Dans les observations synoptiques, des chutes de neige (faibles) sont attestées dans la nuit du 6 au 7 novembre 1980. Comme les températures sont le plus souvent proches de 0°C voire légèrement inférieures, un enneigement a dû se produire. Pour ma part, je me souviens d'une mince couche de neige tôt le matin le 7 novembre à Forest (donc tout près d'Uccle), qui a rapidement fondu avec les températures remontant par la suite. Comme les relevés climatologiques d'enneigement se font le matin à 8 heures à Uccle, cette couche de neige n'a plus été signalée. Malheureusement, on ne la retrouve pas non plus dans les observations synoptiques, alors qu'elle aurait dû y être mentionnée sur au moins 1 à 2 observations trihoraires. En fin de mois par contre, le synoptique relève à plusieurs reprise une mince couche le 28 et 3 cm le matin du 29 (la présence de cette neige étant irrégulière, les relevés climatologiques de 8 heures ne captent que des traces). En début décembre, on note des enneigements irréguliers entre le 3 et le 6 décembre (max : 5 cm le matin du 4) et un enneigement plus stable du 7 au 10 décembre (max 6 cm) et des traces le 11. 

 

Aussi ailleurs, les enneigements ont été plus importants à la fin du mois de novembre et au début décembre (souvent une neige lourde, fondant puis se renouvelant à l'arrivée d'autres averses). À Bierset, après des traces au sol les 6 et 7 novembre, on mesure 12 cm de neige entre le 29 novembre à 19h et le 30 novembre à 7h, neige qui persistera au moins en partie jusqu'au 5 décembre le soir (nouveau maximum de 10 cm le 5 décembre) avant un nouvel enneigement du 7 au 11 décembre. À Beauvechain, des traces de neige au sol sont attestées les 3, 6 et 7 novembre. Par contre en fin de mois, la neige n'y dépassera pas 2 cm le 28, tandis qu'un nouvel enneigement y apparaîtra du 4 au 5 décembre, par températures souvent légèrement positives (neige lourde, maximum 5 cm) avant un autre enneigement encore, plus mince mais par temps plus froid du 7 au 9 décembre. À Zaventem, aucun enneigement n'est attesté en ce mois de novembre, et juste un petit en début décembre. À Gosselies, la neige atteint 4 cm à la fin du mois de novembre, et 8 cm en début décembre.

 

À Kleine Brogel, un petit centimètre de neige a été signalé le soir du 6 novembre, tandis qu'à Chièvres, des traces sont notées le 7 novembre.

 

À Florennes, c'est du verglas qui est signalé le 7 novembre. On note 8 cm le 29 novembre avec une période neigeuse du 28 novembre au 11 décembre et un maximum de décembre de 14 cm les 4 et 5.     

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sur le site météo Paris il y a une chronique relatant cet incursion hivernale précoce.

http://www.meteo-paris.com/chronique/annee/1980

 

"Du 2 au 12 novembre : vague de froid très précoce (à peu près la même situation qu’en 1919 et 1966). Les gelées s’étendent à presque toute la France dés le 2 novembre.Le 4 novembre, la température descend à -8° à Nevers et le gel persiste tout au long de la journée dans le nord, l’est et le centre du pays (-3° à Château Chinon). Dans le même temps, des flocons font leur apparition à Carcassonne où il s’agit de l’une des chutes de neige les plus précoces jamais observées. Le 5 novembre, la neige se généralise à tout l’ouest et au sud-ouest du pays - on mesure 50cm de neige à Aubenas et Privas (Ardèche), 40cm à Millau, 26cm à Vichy, 20cm à Issoire, 15cm à Nantes, 10cm à Tours, 7cm à Lanvéoc (Bretagne), 4cm à Rennes - il neige également à Paris, et surtout à Brest, Montpellier et Perpignan où l’on mesure entre 10 et 20cm - au cours de cette journée, la température ne dépasse pas -1° à L’île d’Yeu, Nantes, Angers et bien d’autres villes de l’ouest de la France.Le 6 novembre, la neige concerne toutes les régions situées entre la Seine et la Belgique."

 

 

 

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 6 heures, titibel a dit :

Sur le site météo Paris il y a une chronique relatant cet incursion hivernale précoce.

http://www.meteo-paris.com/chronique/annee/1980

 

"Du 2 au 12 novembre : vague de froid très précoce (à peu près la même situation qu’en 1919 et 1966). Les gelées s’étendent à presque toute la France dés le 2 novembre.Le 4 novembre, la température descend à -8° à Nevers et le gel persiste tout au long de la journée dans le nord, l’est et le centre du pays (-3° à Château Chinon). Dans le même temps, des flocons font leur apparition à Carcassonne où il s’agit de l’une des chutes de neige les plus précoces jamais observées. Le 5 novembre, la neige se généralise à tout l’ouest et au sud-ouest du pays - on mesure 50cm de neige à Aubenas et Privas (Ardèche), 40cm à Millau, 26cm à Vichy, 20cm à Issoire, 15cm à Nantes, 10cm à Tours, 7cm à Lanvéoc (Bretagne), 4cm à Rennes - il neige également à Paris, et surtout à Brest, Montpellier et Perpignan où l’on mesure entre 10 et 20cm - au cours de cette journée, la température ne dépasse pas -1° à L’île d’Yeu, Nantes, Angers et bien d’autres villes de l’ouest de la France.Le 6 novembre, la neige concerne toutes les régions situées entre la Seine et la Belgique."

 

Les températures sont très basses pour la saison en Belgique aussi. Beauvechain connaît déjà 4 gelées permanentes consécutives, du 3 au 6 novembre, avec un maximum de –3,0°C le 3. À Uccle, le maximum de –2,3°C le 3 est tout à fait exceptionnel aussi et constitue la gelée permanente la plus précoce jamais enregistrée. De façon générale en plaine, les maxima ne dépassent jamais 3°C entre le 2 et le 8 novembre, soit une semaine entière. Le 8 toutefois est une journée à inversion thermique, avec des températures (un peu) moins froides en Moyenne et Haute Belgique qu'en plaine.

 

La nuit cependant, en l'absence de fort rayonnement, les températures sont froides mais pas (vraiment) extrêmes, avec –5 à –6°C pendant plusieurs nuits consécutives en de très nombreux endroits de Basse et Moyenne Belgique, et de –8 à un petit –10°C dans les Hautes-Fagnes (Mont-Rigi : –9,6°C le3).    

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une première décade de septembre bien belge.

 

1er septembre 2017

 

Les hautes pressions qui tendaient déjà de s’imposer la veille (31 août) retentent leur chance en ce 1er septembre, mais n’obtiennent qu’un succès limité.

 

Avec un positionnement à l’ouest par rapport à nos régions, l’air acheminé reste frais. En plus, des lignes d’instabilité génèrent encore des averses.

 

En matinée, le temps est beau, avec quelques bancs d’altocumulus (dans le sud du pays, aussi stratocumulus), puis des cumulus se forment assez rapidement et se développent en cumulonimbus porteurs d’averses, parfois orageuses, dès le début de l’après-midi. Au littoral, les cumulonimbus sont visibles au-dessus de la mer dès le matin, en journée par contre, l’activité convective y reste plus limitée (mais concentration orageuse en milieu de journée à quelques kilomètres à l’intérieur des terres).

 

456598WebcamZeebrugge201709010745.jpg

Webcam IRM – Zeebruges – 1 septembre 2017 à 7h45

 

La nuit suivante (du 1 au 2), des orages affecteront le littoral et l’ouest du pays.

 

Les températures maximales : autour de 20°C en plaine et dans les vallées, près de 16°C sur les hauteurs.

 

Les averses, comme d’habitude, donnent des précipitations très irrégulières. Certaines stations restent à 0 mm, d’autres affichent de beaux totaux, comme Mons (19 mm), Essen (18 mm), Middelkerke (15 mm, tombés lors des orages nocturnes), Fontaine (15 mm), Chanly (15 mm), Neufvilles (14 mm).

 

 

2 septembre 2017

 

Une dorsale anticyclonique reste à l’ouest de nos régions, avec persistance des courants frais.

 

En début de journée, le littoral subit encore des orages, tandis que de nouveaux orages éclatent à l’intérieur des terres l’après-midi.

 

La côte ne bénéficie donc d’éclaircies qu’après les orages, avec souvent encore de belles structures convectives visibles, notamment au-dessus de la mer, en matinée.

 

433423WebcamZeebrugge201709021010.jpg

Webcam IRM – Zeebruges – 2 septembre 2017 à 10h10

 

Puis le temps devient beau l’après-midi avec quelques cumulus humilis.

 

À l’intérieur des terres, le temps a l’air anticyclonique le matin, avec brumes et brouillards, mais devient instable ensuite avec cumulus et cumulonimbus, mais aussi de larges éclaircies. Outre les orages, les précipitations sont ici et là assez intenses, avec 21 mm à Buzenol, 17 mm à Vaux-sur-Chèvremont et 13 mm à Étalle.

 

Les températures : 19 à 21°C en plaine (18°C au littoral) et 14 à 16°C sur les hauteurs.

 

 

3 septembre 2017

 

L’anticyclone gagne enfin en influence. Mais la première conséquence est une nuit fort froide par endroit, sous les éclaircies. À Elsenborn, la température descend jusqu’à 0,8°C, tandis que Gouvy mesure 3,6°C et Bièvre, 3,7°C.

 

Après quelques bancs de brouillard, le ciel est serein ou peu nuageux (cirrus) en matinée, puis des cumulus se développent, ne dépassant plus le stade mediocris (rarement congestus) avec un peu d’étalement. Un voile de cirrus/cirrostratus apparaît également en après-midi.

 

Les températures, en journée, ne subissent pas de grands changements, avec 19 à 21°C en plaine et 16 à 18°C sur les hauteurs.

 

 

4 septembre 2017

 

L’anticyclone, désormais à l’est de nos régions, n’a même pas le temps de nous envoyer de l’air plus doux. Il s’affaiblit et déjà, une occlusion affecte le temps sur notre pays.

 

Les températures maximales restent donc quasi inchangées par rapport à la veille, avec 19 à 21°C en plaine et 15 à 16°C sur les hauteurs.

 

Le temps est très nuageux avec altocumulus épais le matin, suivis d’altostratus débouchant sur un temps faiblement pluvieux. Sur l’est et le sud du pays, temporairement aussi quelques cumulus plats, à la limite du stratocumulus.

 

 

5 septembre 2017

 

Après l’occlusion, un front chaud, suivi d’un large secteur chaud, détermine le temps sur nos régions.

 

Les températures montent donc, mais l’air reste humide.  Les valeurs maximales sont de 20-21°C au littoral et sur les hauteurs, et de 22-24°C en plaine. Localement, il fait un peu plus chaud, avec 25,9°C à Angleur, et 25,2°C à Gorsem et à Hastière.

 

Le temps est cependant très nuageux, avec altocumulus/stratocumulus doublés de cumulus, et quelques éclaircies seulement. Sur le sud et l’est du pays, les éclaircies sont un peu meilleures. Ici et là, on note aussi un peu de pluie ou de faibles averses (cumulus un peu plus développés).

 

 

6 septembre 2017

 

Après le passage d’un front froid, notre pays se retrouve à nouveau dans de l’air maritime frais.

 

Après les pluies du matin, on observe des éclaircies avec des fractus, puis des cumulus qui, rapidement, coexistent avec des stratocumulus. Il n’y a plus que quelques éclaircies. Un peu d’instabilité résiduelle donne ici et là quelques faibles averses.

 

Les températures : 18 à 19°C, voire un petit 20°C en plaine et dans les vallées, 14 à 15°C sur les hauteurs.

 

 

7 septembre 2017

 

Notre pays reste dans un flux d’ouest faiblement perturbé.

 

Le temps est nuageux à très nuageux, temporairement couvert. Le matin, on note des bancs d’altocumulus étendus, avec des voiles d’altitude. Après la formation temporaire de quelques cumulus à la mi-journée, le temps devient très gris avec principalement des altocumulus/stratocumulus, et encore quelques petits cumulus. Au littoral, quelques éclaircies plus larges en début d’après-midi.

 

Les températures : 17-19°C en plaine, 14-15°C sur les hauteurs.

 

 

8 septembre 2017

 

Un front ondulant sur notre pays est responsable d’une journée très pluvieuse et très fraîche.

 

Le temps est couvert avec pluies et bruines sur tout le pays, nimbostratus accompagné de fractus. Le matin, parfois altostratus/altocumulus avant les pluies. Dans le sud, aussi temporairement ciel couvert de stratocumulus (assez nettement dessinés) entre les périodes de pluie.

 

Les températures : 16-17°C en plaine, 12-13°C sur les hauteurs. Cette fraîcheur est rendue plus désagréable encore par la pluie et un vent bien présent.

 

Les totaux de précipitations sur 24 heures sont souvent fort importants. Voici quelques chiffres :

 

Fraiture : 47 mm

Bertrix : 37 mm

Lierneux : 36 mm

Bovigny : 30 mm

Beausaint : 30 mm

Dourbes : 30 mm

Neufchâteau : 30 mm

Mont-Rigi : 29 mm

Chanly : 28 mm

Buzenol : 28 mm

Hastière : 27 mm

Tollembeek : 26 mm

Winenne : 25 mm

Blankenberge : 25 mm

 

 

9 septembre 2017

 

Nous voilà dans une traîne active à l’arrière du front, avec de nombreuses averses, parfois agrémentées d’un coup de tonnerre.

 

Après un début encore pluvieux, la journée nous offre un ciel d’alternance avec cumulus, cumulonimbus et éclaircies et, accessoirement, les typiques altocumulus et stratocumulus cumulogenitus. Certaines cellules sont suffisamment développées que pour former un petit arcus.

 

456334WebcamUccle201709091545.jpg

Webcam IRM – Uccle – 9 septembre 2017 à 15h45

 

Au littoral, amélioration nette du temps l’après-midi, avec ciel bleu et cumulus.

 

Les températures maximales en Basse et Moyenne Belgique : 15 à 18°C en fonction de la durée des éclaircies, mais 13-14°C sous les averses (l’après-midi), localement même 11-12°C. En Haute Belgique, maxima de 13 à 14°C (mais près de 10°C sous les averses).

 

Malgré la fréquence des averses, les totaux de précipitations restent encore assez modestes, avec un maximum de 16 mm à Gembloux.

 

 

10 septembre 2017

 

Une accalmie avant une nouvelle perturbation nous donne un temps assez beau mais frais, avec stratus fractus le matin (localement aussi brouillard), formant ensuite temporairement des stratus/stratocumulus continus, puis éclaircies avec cumulus. Le soir, cirrus et altocumulus à l’approche de la nouvelle perturbation.

 

Au littoral, très beau temps toute la matinée, mais avec cumulus développés visibles sur la mer. L’après-midi, arrivée plus rapide des nuages de la perturbation, avec cumulus (résiduels), stratocumulus et voile d’altitude.

 

Les températures : 17 à 19°C en plaine, 16-17°C au centre et 12-13°C sur les hauteurs.

 

La nuit suivante, pluie et, dans la région côtière, un peu d’activité orageuse en fin de soirée, avec rafales de vent (68 km/h à Zeebruges et 65 km/h à Middelkerke). À l’intérieur des terres, à l’approche de la perturbation, des rafales sont observées aussi, comme par exemple à Uccle avec 65 km/h.

 

 

À suivre…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quelques bonnes précipitations dans le sud du pays.

 

Une ondulation dans le front a provoqué quelques bonnes précipitations dans le sud du pays en cette nuit du 13 au 14 septembre 2017.

 

Quelques chiffres (sur 24 heures) :

 

Virton : 33 mm

Torgny : 24 mm

Bertrix : 22 mm

Chiny (Pin): 22 mm

Bastogne: 20 mm

Rossignol: 20 mm

 

Plus au sud en France (department de la Moselle), les précipitations ont été plus importantes encore avec par exemple 37 mm à Semérange-Erzange.

 

On est pourtant loin des pluies diluviennes qu’a connues une partie de notre pays les 13 et 14 septembre 1998, dans le nord-est (une zone s’étendant depuis la région anversoise jusqu’au plateau des Hautes-Fagnes), cette fois-là en raison d’un retour d’occlusion.

 

On notera les 146,8 mm tombés à Wijnegem (Anvers) sur 24 heures, la deuxième valeur la plus haute jamais enregistrées, toutes stations confondues, depuis 1950. Le record revient à Botrange avec 156 mm le 10 octobre 1982.

 

On notera encore, en 1998, les 126,0 mm de Rillaar, les 120,2 mm de Liège-Monsin et les 101,0 mm de Stabroek.

 

À Rillaar, la cote de 126,0 mm a encore été suivie de 50,9 mm tombés le lendemain !

 

Ces précipitations, tombant essentiellement en fin d’après-midi et dans la soirée du 3 septembre, et dans la nuit du 13 au 14 septembre ont pris des allures particulièrement dantesques. D’abord une fine pluie continue, puis de plus en plus fort, jusqu’à atteindre un paroxysme le matin du 14, avec en plus quelques bonnes rafales de vent.

 

Une analyse plus complète de la journée d’hier sera faite lors de l’analyse de la 2e décade de septembre.

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'équinoxe aura lieu ce 22 septembre à 22h01m48s (20:01:48 GMT) avec l'arrivée de l'automne "astronomique".  Il se terminera au solstice d'hiver le 21 décembre à 17h27m57s (16:27:57 GMT).  Cette nuit du 22 durera donc quasi exactement 12h00 partout dans le monde (excepté aux pôles où c'est plus complexe m'enfin on va pas pinailler).  Ensuite, les journées, entre lever et coucher du soleil, passeront en-dessous des 12h dans l'hémisphère Nord jusqu'au solstice du 21.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Déjà trois petits jours (11, 12 et 13 septembre) analysés. Le reste suivra bientôt.

 

11 septembre 2017

 

Notre pays se trouve sous l’influence de courants maritimes post-frontaux frais et, surtout à l’ouest du pays, aussi instables.

 

La région côtière connaît donc un temps particulièrement variable, avec des cumulonimbus à la base parfois fort sombre, porteurs d’averses parfois orageuses, mais aussi avec des éclaircies marquées, accompagnées de cumulus. On observe aussi quelques bonnes rafales de vent, avec 72 km/h à Zeebruges.

 

C’est aussi au littoral et, plus encore, dans les régions situées à quelques 50 kilomètres de la mer, que les précipitations sont les plus abondantes, avec par exemple 15 mm à Sint-Katelijne-Waver, 14 mm à Armentières (FR), 13 mm à Essen, 12 mm à Anvers et 11 mm à Kallo. À la côte même, on mesure 10 mm à Middelkerke.

 

Plus loin à l’intérieur des terres, même si les cumulonimbus sont encore bien présents, on note une certaine tendance à l’étalement et une instabilité moindre. Mais le vent est bien présent aussi, avec des rafales jusqu’à 60 km/h, voire un peu plus.

 

Les températures : 12 à 13°C sur les hauteurs, 16 à 17°C sur les hauteurs. Un peu moins frais aux endroits abrités, comme par exemple à Angleur (18,7°C).

 

En soirée, de nouveaux orages, formés en mer, affectent notre littoral avant de mourir sur la Flandre Occidentale.

 

 

12 septembre 2017

 

Les courants maritimes instables continuent à affecter le temps sur nos régions. Cette fois-ci, les averses concernent tout le pays, avec un maximum sur le nord-ouest en fin de matinée et vers midi, et un maximum sur le sud-est  durant l’après-midi.

 

Le littoral par contre est grandement épargné par les averses. Là, le temps est assez beau avec de nombreux cumulus, souvent mediocris, parfois congestus. L’après-midi, les cumulus se résorbent et se raréfient, avec de très belles éclaircies.

 

L’intérieur des terres connaît un ciel d’instabilité typique avec éclaircies et averses parfois orageuses (cumulus et cumulonimbus, après disparition des stratocumulus et cumulus fractus matinaux).

 

Les précipitations, comme toujours par ce type de situation, sont fort variables d’un endroit à l’autre. Les plus forts totaux sont relevés à Bièvre (18 mm), Neufchâteau (17 mm), Chiny-Pin (14 mm) et Bree (13 mm).

 

Les températures : 12 à 14°C sur les hauteurs, 17 à 19°C en plaine.

 

 

13 septembre 2017

 

Une perturbation frontale traverse le pays. Le front froid, par la suite, reste traîner juste au sud du pays en ondulant. La pointe de l’ondulation passera en soirée et la nuit au-dessus de la Gaume en y générant beaucoup de précipitations.

 

801503analyse2017091318.gif

Source : KNMI

 

Le temps est donc particulièrement gris sur le sud du pays, avec d’abord du nimbostratus, puis un altostratus opacus en dessous duquel défilent des stratocumulus, puis des cumulus (avec très bonne visibilité). En fin d’après-midi, retour des nimbostratus pluvieux.

 

Les précipitations (sur 24 h) sont assez conséquentes, avec 33 mm à Virton, 24 mm à Torgny, 22 mm à Bièvre, Bertrix et à Chiny (Pin), et 20 mm à Bastogne et à Rossignol.

 

Ailleurs dans le pays, après des pluies matinales, on observe un temps faiblement variable avec cumulus fractus évoluant vers des cumulus plus conséquents. Parfois ils se développent en petites averses, parfois ils tendent plutôt vers l’étalement. Au-dessus, un voile d’altitude, qui devient de plus en plus épais au fur et à mesure qu’on se dirige vers le sud. Plus au nord par contre (et ce, dès le centre du pays), les éclaircies sont très belles entre les nuages convectifs.

 

Le littoral connaît même du beau temps avec des cumulus. L’après-midi, ces cumulus se résorbent complètement au-dessus de la côte, mais au large on voit nettement des cumulonimbus se détachant sur un ciel très bleu.

 

207659WebcamZeebrugge201709131550.jpg

Webcam IRM – Zeebruges – 13 septembre 2017 à 15h50

 

Ces nuages appartiennent à une ligne d’averse au large qui, pendant plusieurs heures, ne bouge pratiquement pas.

 

894237RadarIRM201709131550.jpg

Source : IRM

 

Cette formation fait penser à la convergence côtière, quelque peu décalée vers le large. Pourtant, une analyse approfondie montre qu’il n’en est rien. Aucune convergence des vents n’est détectable au large des côtes belge et néerlandaise. La cause est à rechercher beaucoup plus haut dans l’atmosphère. En effet, un jet-stream hyper-puissant, bien modélisé par UKMO, crée l’aspiration nécessaire pour former cette ligne d’averses.

 

Les températures : 17-19°C en plaine, 13-14°C sur les hauteurs.

 

 

 

Modifié par cumulonimbus
Ajout de quelques données

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les 5 jours suivants...

 

 

 

14 septembre 2017

 

Persistance des courants maritimes frais et instables avec averses, parfois orageuses. Une occlusion donne des pluies plus continues, l’après-midi, sur le nord du pays et, plus tard, sur l’est.

 

La moitié sud du pays connaît typiquement un ciel d’alternance, avec cumulus et cumulonimbus séparés par des éclaircies. Le nord connaît un temps plus gris l’après-midi, avec un mix de nuages frontaux (altostratus, altocumulus et temporairement nimbostratus) et de nuages d’instabilité (cumulus et (embedded) cumulonimbus).

 

Cette situation génère d’assez gros totaux de précipitations, notamment dans les régions concernées par l’occlusion. Voici quelques chiffres :

 

Kallo : 30 mm

Essen : 29 mm

Poederlee : 27 mm

Deurne : 25 mm

Retie : 21 mm

 

Mais les averses du sud du pays remplissent parfois bien les pluviomètres aussi, comme par exemple à Fraiture (19 mm) ou à Bovigny (17 mm).

 

Les températures maximales, plutôt basses pour la saison, se situent le plus souvent entre 14 et 16°C en plaine et autour de 10-11°C sur les hautes plateaux. À noter que les températures sont fort basses sous les averses et sous les pluies de l’occlusion. À Gosselies, le thermomètre n’affiche que 9°C à 15h. Une telle valeur est observée à Beauvechain à 14h. Sous les pluies de l’occlusion, les températures oscillent autour de 11°C pendant plusieurs heures d’affilée en plein après-midi.

 

 

15 septembre 2017

 

Une discrète amélioration du temps dans un air un peu moins instable.

 

Si la journée commence parfois sous la pluie, le ciel se dégage assez bien l’après-midi avec principalement des cumulus dont certains se développent encore jusqu’au stade de cumulonimbus, plus fréquemment sur la haute Belgique. L’activité orageuse, tout comme les fortes précipitations, sont désormais des phénomènes isolés. On retiendra par exemple les 16 mm de Sivry ou les 11 mm de Mont-Rigi. Le littoral connaît quelques bonnes cotes aussi (Blankenberge 17 mm, Coxyde 11 mm), mais qui sont liées, elles, à des précipitations qui tomberont la nuit.  

 

Les températures maximales : 14 à 16°C, localement 17°C en plaine, 10 à 11°C sur les hauteurs.

 

 

16 septembre 2017

 

Une occlusion reste traîner près du littoral avec, là, un temps fort gris avec un altostratus au départ épais, accompagné de pluie, en dessous duquel défile un mix de cumulus et de stratocumulus. Les cumulus, parfois, sont suffisamment développés pour aussi générer des précipitations, cette fois-ci sous forme d’averses.

 

L’après-midi, les précipitations cessent, les cumulus se résorbent jusqu’au stade humilis et l’altostratus s’effiloche parfois en petites éclaircies.

 

Ailleurs dans le pays, le temps est meilleur avec éclaircies accompagnés d’altocumulus/stratocumulus et de quelques gros cirrus le matin (et du brouillard dans le sud du pays), avant la formation de nombreux cumulus sur fond de ciel bleu. Quelques-uns de ces cumulus se développent en cumulonimbus avec des averses et, très localement, un coup de tonnerre. De la grêle est aussi signalée ici et là.

 

Les températures matinales sont parfois fort basses pour la saison. À Elsenborn, on frôle le gel avec 0,1°C, tandis que Bièvre descend jusqu’à 1,2°C. En Gaume, Buzenol note 2,5°C et Aubange, 3,2°C. Sur le nord et l’ouest du pays, sous les nuages, les minima ne descendent pas en dessous de 8 à 9°C.

 

Les maxima, trop faibles pour la saison aussi, oscillent entre 13 et 17°C en plaine (en fonction de l’insolation) et autour de 12-13°C sur les hauteurs.

 

 

17 septembre 2017

 

L’occlusion côtière de la veille continue à s’attarder dans la région en matinée, cette fois-ci à quelques dizaines de kilomètres au large. Cette occlusion est instable, alimentée d’une part par les eaux (relativement) chaudes du sud de la Mer du Nord et d’autre part par une convergence entre la brise de terre de sud, puis sud-sud-ouest et un vent d’ouest à sud-ouest en mer, s’orientant plus tard à l’ouest-nord-ouest. En cours de journée, les vents s’orientent à l’ouest-nord-ouest également au littoral, la convergence et les différences thermiques disparaissent et la perturbation se désagrège.

 

Malgré cela, le temps au littoral est assez beau avec parfois de gros cirrus. Les nuages d’instabilité au-dessus de la mer sont cependant visibles de loin.

 

143097WebcamZeebrugge201709170945.jpg

Webcam IRM – Zeebruges – 17 septembre 2017 à 09h45

 

En après-midi, on ne voit plus que de l’instabilité résiduelle sur la mer.

 

À l’intérieur des terres, le temps est beau en matinée et instable l’après-midi avec des averses parfois orageuses principalement sur la moitié sud du pays. Après un ciel serein ou presque (ici et là quelques cirrus et quelques altocumulus), les premiers cumulus se forment en fin de matinée, puis se développent en cours d’après-midi, soit en mediocris/congestus avec petite tendance à l’étalement, soit en cumulonimbus. Très localement, ces cumulonimbus provoquent de véritables intempéries, comme par exemple à Thuin, où la grêle tombée au sol blanchit temporairement le paysage (vers 15h40).

 

50694720170917RTL.jpg

Source : RTL Info

 

Ajoutons enfin qu’en Gaume, le brouillard est assez coriace en matinée. Les températures minimales sont aussi fort basses dans cette région, avec 2,1°C à Buzenol et 2,0°C à Aubange.

 

Ailleurs, la situation est variable avec une nuit tantôt plus froide, tantôt moins froide que la précédente. Elsenborn ne descend qu’à 4,3°C tandis que Gouvy enregistre 2,0°C. Le nord et le nord-est du pays connaissent aussi des températures froides pour la saison et pour leur situation géographique : Genk 2,9°C ; Deurne 4,1°C ; Retie 4,1°C ; Stabroek 4,3°C ; Sint-Katelijne-Waver 4,8°C.

 

Les températures maximales atteignent 16°C au littoral, 16 à 18°C en plaine et 12 à 13°C sur les hauteurs. En Gaume, les températures restent fort fraîches avec 14 à 15°C au meilleur moment de la journée.

 

 

18 septembre 2017

 

Des hautes pressions près de l’Irlande tentent d’influencer la météo de nos régions, mais n’y arrivent pas. Une petite mais virulente dépression se creuse sur les Pays-Bas et entraîne même une aggravation du temps. On le remarquera bien dans les pluviomètres d’ailleurs, surtout à l’ouest du pays. Quelques données :

 

Blankenberge : 34 mm

Coxyde : 28 mm

Wingene : 26 mm

Passendaele : 26 mm

Izegem : 21 mm

Middelkerke : 18 mm

Beitem : 18 mm

 

La présence de plusieurs perturbations post-frontales entraîne pour notre littoral un temps à la fois gris et instable. En effet, les nuages d’instabilité, puisant leur énergie dans l’eau (assez) chaude de la Mer du Nord, se développent en dessous d’un voile nuageux formé par des altostratus, parfois fort épais. Malgré cela, la convection est suffisamment forte pour générer des orages, orages formés en mer qui pénètrent ensuite dans l’intérieur des terres.

 

530440WebcamZeebrugge201709181025.jpg

Webcam IRM – Zeebruges – 18 septembre 2017 à 10h20

 

Le reste du pays, après un peu de grisaille matinale, connaît un temps plus « classiquement » instable, avec cumulus et cumulonimbus au sein d’éclaircies, avec aussi quelques stratocumulus d’étalement. De l’activité orageuse se développe en se déplaçant du nord-ouest au sud-est. Mais il s’agit d’orages ponctuels, faisant partie de la frange orientale d’une zone orageuse nettement plus organisée sur la France.

 

La Gaume, cette-ci, reste même plus ou moins à l’abri, avec du temps presque anticyclonique. On y note en effet du brouillard matinal, se transformant en stratus puis stratocumulus avant l’apparition des cumulus de l’après-midi avec des éclaircies. Ces cumulus sont toutefois trop nombreux et trop développés pour qu’on puisse vraiment parler de beau temps.

 

Les températures restent fort fraîches, comprises entre 13 et 16°C en plaine et autour de 10-11°C sur les hauts plateaux.

 

 

 

À suivre....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant