Aller au contenu
Les Forums de MeteoBelgique

Messages recommandés

Bof pas tellement, sinon on aurait eu la même chose à la sortie de nombreux mois d'août...

Faut aller chercher à l'hiver dernier qui fut bien trop doux, plutôt ensoleillé et pluvieux. Ce cocktail n'est pas fameux pour un repos prolongé de la nature.

D'ailleurs fin mars il faisait déjà vert, inédit.

Personnellement je m'attendais à un paysage d'automne à partir de mi-août (mais sans être certain, car je ne m'y attendais pas vraiment finalement).

Après, la fraîcheur de cette deuxième quinzaine d'août et le manque de soleil contribue à assommer un peu plus une végétation qui comprend plus rien à ce qui se passe.

Enfin, si tu te souviens bien, la végétation était encore assez bien garnie en novembre 2013 et les feuilles étaient déjà sur bon nombre d'arbres au 1er avril. On fait le compte : pas de temps pour le repos, mais la je me répète.

EDIT :

les marronniers sont malades, donc logique qu'ils soient bruns dès le milieu de l'été http://fr.wikipedia.org/wiki/Chancre_bact%...n_du_marronnier

Yep, le manque de gel surtout à du faire mal. L'Hiver n'a sans doute pas été le plus doux, mais il a en tout cas été le moins froid qu'il soit depuis Dieu seul sait quand. Il n'a jamais aussi peu gelé, ce qui n'a pas permis à la végétation de respecter son cycle de vie. La végétation était déjà en fleurs et feuilles en Mars, il est logique que 6 mois plus tard, en Août, la végétation cherche déjà à entrer en dormance. De toute façon, comme le dit Julien, la flore local n'a pas les moyens d'être sempervirente. Si les hivers continuent de se réchauffer, cela finira par coincer quelque part... Pour les marronniers comme pour d'autres arbres il est vrai qu'il est des fois difficile de savoir si ils sont malades ou juste qu'ils ont un train d'avance ^^ malgré tout les marronniers sont souvent dans les premiers à virer couleur Automne, et dans le coin quelque soit l'arbre en question c'est déjà jaune-brun depuis mi Août au bas mot.

Modifié par paix

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, d'ailleurs cela se voit un peu partout, mais (enfin, on va essayer de rester dans le topic avec une photo du 31 août XD) le processus automnal est bien en marche

344985m010.jpg

(je me permets de la mettre ici car t'es complètement mort sur FB)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Août 2014... ou comment le normal devient très exceptionnel !

L'IRM vient de publier son bilan :

La moyenne des maxima a été de 20,1°C, la valeur la plus basse de toute la série depuis 1981. Donc du « très exceptionnel ». Si on regarde l'ancienne série (1901-1980) cependant, on ne serait qu'à 1,3°C en dessous de la moyenne, en d'autres termes un mois « normalement » frais.

La même remarque vaut pour la moyenne « très anormale » de 16,2°C qui redevient normale selon les anciennes normes, et même très proche de la moyenne générale (16,8°C).

Il faut toutefois tenir compte du fait que la variabilité interannuelle est plus faible en été qu'en hiver. Il suffit d'un bon degré en dessous ou au-dessus de la norme, pour un mois d'été, pour qu'on passe à l'anormal, puis on passe rapidement au très anormal et à l'exceptionnel.

En hiver, un mois froid est beaucoup plus éloigné d'un mois moyen et a fortiori d'un mois doux. Ainsi, un mois d'hiver normal selon les anciennes normes restera souvent normal aussi selon les nouvelles normes, sauf si on est à la limite de la normalité. Un mois presque anormalement froid, selon les anciennes normes, deviendra anormalement froid maintenant, et vice versa pour les mois doux.

Yep, tout à fait. Pour Août en particulier, même si cela reste vrai pour d'autres mois, le passage à la norme 81-10 a complétement faussé les comparaisons. Je me suis amusé un peu avec les chiffres, pour montrer à quel point la norme 81-10 ne veut plus dire grand'chose pour Août :

post-3513-1410596573_thumb.jpg

Si on sépare la série en 2, avant 1980 inclus, et après 1981 inclus, on a les quelques chiffres suivants. Avant 1980, seulement 13 mois sont plus chauds que la norme 81-10... C'est-à-dire qu'un mois plus chaud que la norme 81-10, avant 1980 serait très anormal au sens de l'IRM. Plus comique encore, quand on prend les 30 mois d'Août les plus chauds avant 1980, leur moyenne est égal à 18.3°C, c'est-à-dire quasiment la normale 81-10. Et heureusement qu'il a Août 1911 pour tracter un peu vers le haut. Cette normale n'est donc en fait que la moyenne des records pour faire court. On peut donc se demander l'intérêt de cette norme, vu qu'elle ne représente rien d'autre que la moyenne des records. L'OMM recommande de calculer sur une période de 30 ans les moyennes. Cependant 30 ans est plutôt le "plus petit dénominateur commun", et quand plus de données sont disponibles ce serait dommage de s'empêcher de travailler avec l'ensemble de la série. À l'évidence, Août 2014 a bien décroché par rapport à la moyenne 81-10, et est donc très frais par rapport à la tendance au réchauffement. Cependant, sur la série on voit bien qu'il est largement dans le tas de la distribution, un mois normalement frais.

C'est d'autant plus dommage que cela alimente en plus le déni du réchauffement. Les gens sont déjà prompt à confondre fraicheur et manque de soleil, mais en France en tout cas, MétéoFrance a chargé la barque, et pas qu'un peu. Le plus choquant est pour le mois de Juillet. Ce mois de tout point de vue aura été chaud et humide. Et à ce niveau ce n'est pas seulement une question de prise de tête sur les chiffres. En France, l'INVS a relevé une hausse des hyperthermies, hyponatrémie, déshydratation, en bref une hausse des consultations pour pathologies liées à la chaleur en semaine 29 (du Dimanche 13 au Samedi 19 Juillet) :

http://www.invs.sante.fr/fr/Publications-e...24-juillet-2014

http://www.invs.sante.fr/fr/Publications-e...22-juillet-2014

http://www.invs.sante.fr/fr/Publications-e...24-juillet-2014

http://www.invs.sante.fr/fr/Publications-e...24-juillet-2014

http://www.invs.sante.fr/fr/Publications-e...22-juillet-2014

C'est un peu le fouillis car l'INVS fait des rapport hebdomadaire par régions, il n'y a aucune synthèse dispo. Cependant, les organismes ont eu chaud en Juillet, c'est un fait indéniable. On en arrive donc au point où, pour Juillet, MF soutient que Juillet a été "maussade", "parfois frais", en confondant joyeusement précipitations, ensoleillement, et températures :

http://www.meteofrance.fr/web/comprendre-l...icleId=10725125

"Ce mois de juillet a été particulièrement maussade sur la majeure partie du pays, en termes de températures mais aussi de pluviométrie et d'ensoleillement. Seules les régions de la Basse-Normandie à la Bretagne et à la Vendée ont connu un temps globalement estival."

Juillet aura peut être été maussade au sens de pluvieux et sombre, mais il aura été très chaud et humide. Et ce ne sont pas des fantasmes, l'INVS dit très clairement que les organismes ont souffert de la chaleur. Et malgré tout on a MF qui, contre tout les chiffres, n'arrête pas de répéter que le mois aura été maussade et frais. Il aurait pu être pertinent d'essayer de séparer l'impression que les gens ont eu d'un mois maussade, à cause du manque de Soleil, de la réalité que Juillet aura été chaud, mais il faut croire que cela dépasse MF. Cela pourrait faire une bonne caricature n'empêche, avec les gens en train de crever de chaud en arrière plan sur fond de moiteur amazonienne, et MF qui plonge le thermomètre dans un seau de glace "mais non, il fait froid". On peut espérer que si la mortalité avait suivi la même hausse que les consultations MF aurait peut être quand même réagi. En attendant, bienvenue dans la réalité 2.0, ou : "le nouveau froid, c'est le chaud", et ou "même si tu as chaud, c'est une preuve qu'il fait froid". On a réussi à réécrire complétement la réalité de cet été pour nier qu'on a un problème avec le réchauffement des températures...

P.S. : Remarque bête mais sait-on jamais, l'INVS a des modèles pour prévoir le nombre de consultations pour chaque pathologie, et a donc des seuils pour savoir si cela devient notable ou pas. Si l'INVS en parle, ce n'est pas juste qu'on est en Juillet, et qu'en Juillet c'est normal d'avoir chaud parfois. Si l'INVS en parle, c'est qu'on a dépassé des seuils, qu'il y a une hausse qui mérite d'être mentionné.

Modifié par paix

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

D'ailleurs, il n'y a pas que les petits vieux qui ont terminé entre 4 planches à avoir trouvé l’Été chaud. J'y repense aussi parce qu'avant hier j'avais été faire du vélo, et à la pause casse croûte, en plus de croiser 4 chevreuils (au moins une femelle et un faon je pense), j'ai croisé je ne sais combien d'insectes. On en voyait littéralement tomber des arbres, sans compter les moustiques qui étaient acharnés. Les insectes aussi ont trouvé l'Hiver fort doux, et l’Été chaud... Il n'y a évidement pas que le climat qui explique la progression des insectes, et des maladies :

http://vigilance-moustiques.com/cas-import...ion-au-29-aout/

Le moustique tigre a été intercepté un peu plus au nord encore ce mois de Septembre, en Seine-et-Marne :

http://vigilance-moustiques.com/moustique-...en-seine-marne/

Mais si on demande l'avis de Météo France Moustique, je doute qu'eux aussi aient trouvé l’Été frais ; l'Hiver sans gel ou presque ayant bien aidé aussi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui bien sur. Je n'irais quand même pas jusqu'à dire que Août a été chaud. C'est surtout dommage de confondre température et ensoleillement, et d'essayer de faire passer Juillet pour frais avec. Et cela montre à quel point on peut vivre dans un monde d'illusions déconnecté de la réalité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On pourrait dire que le mois d'août et de septembre ont échangé leur place :P quand on voit les températures et voir les précipitations de ces 2 mois puisque les tx semblent plus élevées lors de ce mois de septembre que d'août etc.

De plus l'ensoleillement :sun: est bien plus important qu'en août :whistling:

Williams

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour en avoir discuté avec des gens tantôt, je vais déterré ce sujet sur l’Été 2014. En effet, en France, nous avons connu un épisode de surmoralité sur l'épisode de chaleur du 17 au 19 Juillet. Si nous regardons les bilans de l'Institut de Veille Sanitaire :

http://www.invs.sante.fr/fr/Publications-e...23-juillet-2014

http://www.invs.sante.fr/fr/Publications-e...24-juillet-2014

Et le nombre de morts a légèrement réagi, par exemple en Aquitaine où le seuil a été mordu :

post-3513-1420065047_thumb.png

Ou en Île de France :

post-3513-1420065182_thumb.png

À l'époque les chiffres n'étaient pas encore définitifs pour la mortalité et je n'avais pas pu les poster.

Donc de deux hypothèses. Soit les gens sont effectivement mort de chaud parce que l’Été fut chaud (et accessoirement dans ce cas MF avec son mois de Juillet "maussade" nous prend vraiment pour des cons). Soit les gens sont morts de froid en plein Été, et je me fais vraiment des idées sur les T de cet Été.

Il ne faut pas oublier que le non déclenchement de la vigilance orange pour la canicule en France reste un mystère dont seul MF garde la clef. Effectivement, les T sèches n'ont pas atteint des sommets. Mais les T corrigés de l'humidité ont pété le plafond. Si on prend par exemple Paris, le 18 l'humidex minimal était de 25, le 19 l'humidex minimal était de 28 ! Largement au dessus des seuils de l'orange canicule pour Paris. Et pour les humidex max, ce n'est pas mieux avec 38 le 17, 43 ( !!!! ) le 18 et 38 le 19. Là aussi on était largement au dessus des seuils de l'orange. Tout le monde parle de l'humidex maintenant, mais quand on en vient au concret et au pratique, il n'y a plus personne. Déjà qu'en terme de températures sèches, les Indicateurs Bio Météo (IBM) qui servent de référence ont flirté les seuils. Et en corrigeant de l'humidité (comme MF devrait le faire normalement...), ce n'est même plus la peine de se poser la question.

Dans l'absolu théorie de la chose, un réchauffement pourrait ne se manifester que par un réchauffement du Td, c'est-à-dire une hausse de la charge en eau de l'atmosphère. Tout ceci sans variation de la T "sèche", la T obtenu quand on agite un thermomètre dehors. La vapeur d'eau représente une grosse quantité d'énergie, et donc l'air peut être plus "chaud" dans le sens qu'il contient plus de chaleur, plus d'énergie, avec juste une hausse du Td. De plus, il ne faut pas perdre de vue qu'un Td à 35°C est de facto létal, peut importe comment on essaye de noyer le poisson, à la différence de la T. Le Td est un facteur de "stress thermique" important pour le corps humain. Avec le réchauffement, il semble logique que nous ayons de plus en plus de vague de chaleur humide, un truc qui dans notre coin du monde était inconnu. Il pouvait faire chaud et humide évidement dans le passé en France, je ne dis pas. Mais il n'y a jamais eu de canicule humide très prononcé avec des minimales de 20 - 25°C saturé et des 30-35°C quasi saturé. Les T les plus chaudes sont toujours très "sèches". Ici, en Juillet 2014, comme c'est le cas depuis plusieurs années, on a des mois d’Étés qui ont la bizarrerie d'être chaud et humide. C'était aussi le cas en Août 2006 ou Juillet 2011 par exemple. Mais à ce petit jeu, Juillet 2014 est tout simplement exceptionnelle par sa combinaison inédite de fortes températures, de fortes précipitations et de très faible ensoleillement. Pour Uccle, Juillet 2014 est au bas mot 3°C trop chaud par rapport à la valeur normalement associée à un tel niveau de précipitations.

Il est sûr après que la surmortalité n'a pas été très forte, elle se détecte à peine. La grippe de cet Hiver ou la canicule de 2013 ont bien plus saigner la population. Cependant, on sait que le climat continuera à se réchauffer. Et donc à l'avenir que les vagues de chaleurs humides deviendront de plus en plus marquées. Ce n'est pas à nouveau pour faire dans le catastrophisme mais je pense qu'on a vraiment eu de la chance que les humidex de fin nuit ne soient restés à des niveaux exceptionnels que deux jours de suite. Comme le montre l'exemple de 2003, on embrayait sur un troisième ou un quatrième jour ainsi, et le nombre de petits vieux finissant à la morgue aurait explosé. Le corps humain peut "stocker" de la chaleur un instant durant et encaisser, mais cette résilience est saturé dès qu'on a plus de quelques jours trop chaud. Et il est une certitude que nous finirons par l'avoir, cette vague de chaleur humide, où les gens tomberont sous les coups de la chaleur alors qu'il ne fait que 30-35°C l'après-midi. Faut juste espérer que les pouvoirs publics se rendent compte que l'humidex, ce n'est pas juste un concept théorique importé du Canada et dont on peut tranquillement discuté autour d'un café. Mais là, on peut avoir quelques doutes sur ce passage nécessaire à la pratique...

Modifié par paix

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour en avoir discuté avec des gens tantôt, je vais déterré ce sujet sur l’Été 2014. En effet, en France, nous avons connu un épisode de surmoralité sur l'épisode de chaleur du 17 au 19 Juillet. Si nous regardons les bilans de l'Institut de Veille Sanitaire :

http://www.invs.sante.fr/fr/Publications-e...23-juillet-2014

http://www.invs.sante.fr/fr/Publications-e...24-juillet-2014

Et le nombre de morts a légèrement réagi, par exemple en Aquitaine où le seuil a été mordu :

post-3513-1420065047_thumb.png

Ou en Île de France :

post-3513-1420065182_thumb.png

À l'époque les chiffres n'étaient pas encore définitifs pour la mortalité et je n'avais pas pu les poster.

Donc de deux hypothèses. Soit les gens sont effectivement mort de chaud parce que l’Été fut chaud (et accessoirement dans ce cas MF avec son mois de Juillet "maussade" nous prend vraiment pour des cons). Soit les gens sont morts de froid en plein Été, et je me fais vraiment des idées sur les T de cet Été.

Il ne faut pas oublier que le non déclenchement de la vigilance orange pour la canicule en France reste un mystère dont seul MF garde la clef. Effectivement, les T sèches n'ont pas atteint des sommets. Mais les T corrigés de l'humidité ont pété le plafond. Si on prend par exemple Paris, le 18 l'humidex minimal était de 25, le 19 l'humidex minimal était de 28 ! Largement au dessus des seuils de l'orange canicule pour Paris. Et pour les humidex max, ce n'est pas mieux avec 38 le 17, 43 ( !!!! ) le 18 et 38 le 19. Là aussi on était largement au dessus des seuils de l'orange. Tout le monde parle de l'humidex maintenant, mais quand on en vient au concret et au pratique, il n'y a plus personne. Déjà qu'en terme de températures sèches, les Indicateurs Bio Météo (IBM) qui servent de référence ont flirté les seuils. Et en corrigeant de l'humidité (comme MF devrait le faire normalement...), ce n'est même plus la peine de se poser la question.

Dans l'absolu théorie de la chose, un réchauffement pourrait ne se manifester que par un réchauffement du Td, c'est-à-dire une hausse de la charge en eau de l'atmosphère. Tout ceci sans variation de la T "sèche", la T obtenu quand on agite un thermomètre dehors. La vapeur d'eau représente une grosse quantité d'énergie, et donc l'air peut être plus "chaud" dans le sens qu'il contient plus de chaleur, plus d'énergie, avec juste une hausse du Td. De plus, il ne faut pas perdre de vue qu'un Td à 35°C est de facto létal, peut importe comment on essaye de noyer le poisson, à la différence de la T. Le Td est un facteur de "stress thermique" important pour le corps humain. Avec le réchauffement, il semble logique que nous ayons de plus en plus de vague de chaleur humide, un truc qui dans notre coin du monde était inconnu. Il pouvait faire chaud et humide évidement dans le passé en France, je ne dis pas. Mais il n'y a jamais eu de canicule humide très prononcé avec des minimales de 20 - 25°C saturé et des 30-35°C quasi saturé. Les T les plus chaudes sont toujours très "sèches". Ici, en Juillet 2014, comme c'est le cas depuis plusieurs années, on a des mois d’Étés qui ont la bizarrerie d'être chaud et humide. C'était aussi le cas en Août 2006 ou Juillet 2011 par exemple. Mais à ce petit jeu, Juillet 2014 est tout simplement exceptionnelle par sa combinaison inédite de fortes températures, de fortes précipitations et de très faible ensoleillement. Pour Uccle, Juillet 2014 est au bas mot 3°C trop chaud par rapport à la valeur normalement associée à un tel niveau de précipitations.

Il est sûr après que la surmortalité n'a pas été très forte, elle se détecte à peine. La grippe de cet Hiver ou la canicule de 2013 ont bien plus saigner la population. Cependant, on sait que le climat continuera à se réchauffer. Et donc à l'avenir que les vagues de chaleurs humides deviendront de plus en plus marquées. Ce n'est pas à nouveau pour faire dans le catastrophisme mais je pense qu'on a vraiment eu de la chance que les humidex de fin nuit ne soient restés à des niveaux exceptionnels que deux jours de suite. Comme le montre l'exemple de 2003, on embrayait sur un troisième ou un quatrième jour ainsi, et le nombre de petits vieux finissant à la morgue aurait explosé. Le corps humain peut "stocker" de la chaleur un instant durant et encaisser, mais cette résilience est saturé dès qu'on a plus de quelques jours trop chaud. Et il est une certitude que nous finirons par l'avoir, cette vague de chaleur humide, où les gens tomberont sous les coups de la chaleur alors qu'il ne fait que 30-35°C l'après-midi. Faut juste espérer que les pouvoirs publics se rendent compte que l'humidex, ce n'est pas juste un concept théorique importé du Canada et dont on peut tranquillement discuté autour d'un café. Mais là, on peut avoir quelques doutes sur ce passage nécessaire à la pratique...

J'avais aussi fait des petits graphiques sympas de température, d'humidité et toussa, mais j'avais oublié de les poster entre temps :lol2: Déjà les données de températures de température et point de rosée à De Bilt :

post-3513-1434231813_thumb.png

Le KNMI fournit les données horaires pour De Bilt depuis 1951 :

http://www.knmi.nl/klimatologie/uurgegevens/

Dans le même temps le KNMI fournit les données mensuelles depuis 1901 :

http://www.knmi.nl/klimatologie/maandgegev...dgeg_260_tg.txt

mais uniquement les données mensuelles de températures. La température moyenne du point de rosée a donc été calculée en tant que moyenne des données horaires. Et pour s'assurer que le truc marche bien, la température de l'air sec a été calculée de la même et comparée aux données du KNMI. Durant les années 50 et 60 il y a une faible divergence. Je n'ai pas approfondi, elle est vraisemblablement dû au fait que le KNMI doit calculer la moyenne un peu différemment dans le passé (sur des données extrêmes ou des données aux horaires synops principales ou un truc de ce genre) et donc doit s'assurer de la continuité de la série. Par contre, pour les dernières décennies, la moyenne sur les 24 heures de la journée donne le même résultat au dixième près. Donc le calcul du Td mensuel moyen est probablement valable. 'fin bref pour dire que Juillet 2014 a un Td moyen mensuel de 15.3°C, deuxième valeur de la série derrière les 15.4°C de Juillet 1995. Depuis 1901, Juillet 2014 est également le 6ème plus chaud, derrière 2006 - 1994 - 1995 - 1983 - 2010 dans l'ordre. Même Juillet 2013 est fumé. Tu parles d'un mois frais... Bon après on pourra toujours dire que les Pays-Bas, c'est loin, très loin, très très loin, tellement loin que ce n'est représentatif de rien du tout. À Paris-Montsouris, le mois de Juillet 2014 est en effet "seulement" dans les 15% des mois de Juillet les plus chaud, ce qui justifie largement de qualifier le mois de frais, maussade, etc... La vague de chaleur humide a pris place du 17 Juillet au 20 Juillet. Le graphique des températures et points de rosées à Paris-Montsouris pour cette période a cet aspect :

post-3513-1434233174_thumb.png

Des nuits à 20°C et des journées à 35°C avec des Tds à 15 - 20°C ... Cela commence franchement à cogner. La vague de chaleur a pris effectivement place entre le 17 dans la journée et le 19 dans la journée. Il y a donc à proprement parler 2 minimums (la nuit du 18 et la nuit du 19) et 3 maximums (la journée du 17, du 18 et du 19) a faire partie cette période. C'est vrai pour un bon paquet d'autres stations, généralement il manque la nuit du 17 ou la nuit du 19 pour avoir une période de 3 jours pleins. C'est bien la seule raison à laquelle MF peut encore se raccrocher pour justifier d'avoir laissé mourir des gens. En effet, sur les valeurs regardant les températures sèches, les seuils pour la vigilance orange étaient atteint :

post-3513-1434233566_thumb.png

mais l'indicateur biométéo des minimales étaient en effet peut-être un peu short à cause du manque d'une autre nuit au lance-flammes. Par contre, pour aller vers des éléments pertinents, la comparaison avec le maximum de Juillet 2006 est possible, et surprise ! c'est Juillet 2014 qui l'emporte... Vive les mois frais, d'après MF même Juillet 2006 pouvait donc être qualifié également de "frais" suivant le bon vieux principe de transitivité (un truc de matheux ça aussi, à placer dans une discussion sans aucun rapport avec les maths c'est l'idéal :lol2: ). Pour commencer, moulinons pour calculer la T'w (la température mouillé, celle que tout à chacun ressent en sortant de sa douche à poil et trempé pour courir après une serviette égarée... ) et l'humidex (en théorie ce n'est pas une température, mais l'idée est quand même de faire "comme si") :

post-3513-1434234125_thumb.png

L'humidex a atteint 43 et la T'w 25°C l'après-midi du 18 Juillet... Pour Paris c'est violent. Un humidex à 45 est généralement considéré comme comportant un risque de coup de chaleur, et un T'w à 25°C devient pénible pour quelqu'un s'activant en extérieur. Et à nouveau, mais un T'w à 35°C est mortel en 6 heures (à part peut-être pour Superman, faudra tenter l'expérience...) pour un gars lambda.

Si on prend les valeurs de la plus grosse période de chaleur en 2006, le graphique a cette tête :

post-3513-1434234957_thumb.png

Le point de rosée n'est plus tout à fait le même. On notera aussi que Juillet 2014 a approché le record de Juillet (40.4°C en 1947) avec une température de 35.8°C le 18 alors que l'air était saturé au taquet... Juillet 2006 a aussi approché le record avec 36.3°C le 26 Juillet, mais un point de rosée 4°C plus frais. De base, quelque soit la station du monde -sorti peut-être de certains coins en Arctique et en Antarctique-, les records en Été sont établis quand l'air est relativement sec. Et en France, c'est encore plus vrai, les records de températures en Été sont normalement très secs. Taper un petit 36°C humide en France c'est de la folie furieuse. Passons donc directement à la comparaison 2006 contre 2014 :

post-3513-1434235495_thumb.png

Et Juillet 2014 met donc la fessé à Juillet 2006 sur les maximales. Les données ont été alignées sur l'axe de temps de Juillet 2006, les données de 2014 vont bien du 16 au 21 (avoir deux axes des abscisses auraient été ingérable...). Pour les minimales les deux mois se tiennent par contre. Ce qui aura vraiment manqué, c'est une ou deux nuits en plus bien moites. On a certes perdu du monde en Juillet 2014, mais globalement on a sans doute évité le naufrage pour cette raison. La comparaison s'arrête à la T'w, mais il ne faut pas perdre de vue la pertinence de cette approche. D'une part, l'équilibre thermique d'un mammifère normalement constitué dépend en premier lieu de la température du thermomètre mouillé. Mais surtout, en physique, le plus important est de suivre l'énergie. Or la température sèche reflète mal le contenu en énergie de l'air. C'est la T'w qui permet de connaitre ce contenu en énergie (ou la Te, température équipotentielle. Les deux températures sont différentes, mais au final apporte la même info). Il est important de réaliser qu'il est tout à fait possible en théorie qu'un "réchauffement" ne se manifeste que par une hausse du Td moyen, et non par une hausse de la T sèche. J'ai déjà dû lâché ce lien quelque part d'autre (ces terribles trous de mémoires :whistling: ) mais cela vaut la peine d'essayer de lire un peu :

http://www.gfdl.noaa.gov/blog/isaac-held/2...ress-over-land/

Point de vue mathématiques c'est violent (il aime ça apparemment :lol: ) mais il est en effet important de noter que la chaleur de l'air, c'est à la fois sa température ET son humidité. Ce serait pertinent également de construire une série de la T'w globale (ou Te, au choix) de la même façon que nous avons des séries de la température globale. Mais ce doit être un bazar immonde de tricoter à partir des données horaires des stations... En effet, le calcul de la T'w n'est pas une opération distributive (un autre terme de matheux, à placer dans une conversation là aussi :lol2: Tu comprends ma chère, ma relation avec Raymond n'est pas distributive avec ses propres relations...). En français clair et plein, la moyenne des T'w et la T'w des moyennes n'est pas la même chose. Il ne suffit donc pas de connaître la moyenne mensuelle de la température et du point de rosée pour connaitre la moyenne mensuelle de la T'w.

Bref, en terme de température sèche, 2014 fait déjà bonne figure. Et en terme de température humide, 2014 met la pilule à 2006.

Et à Uccle, ce n'est pas mieux :

ku7Jet.png

Les températures sont tracées contre les précipitations (axe des abscisses) et de l'ensoleillement (taille des bulles). Globalement, plus le mois est flotteux et sombre, plus la température est dans les choux. Principe immuable qui a prévalu depuis des siècles en Europe de l'Ouest. Et là, Juillet 2014, chaud et arrosé avec un ensoleillement normal. Par rapport aux précipitations et à l'ensoleillement, Juillet 2014 est de l'ordre de 3°C plus chaud que la prévision. Ce n'est pas une anomalie de température au sens classique du terme, mais cela situe un peu l'énormité de Juillet 2014, qui est loin d'être frais. Déjà qu'en terme de température sèche il est dans les la norme 81-10, mais alors en terme de température humide on explose le plafond.

Et malheureusement, cette chaleur humide a eu des conséquences concrètes. Les seuils pour la vigilance orange canicule était atteint au moins pour Paris et des départements comme le Nord n'ont jamais vu une vigilance jaune de l’Été alors qu'elle aurait été largement justifié (et même l'orange pouvait se négocier). La mortalité en France en Juillet :

post-3513-1434238175_thumb.png

Elle tend à baisser avec le temps, mais la mortalité en France en 2014 est relativement élevée. Sur les 10 dernières c’est la quatrième valeur derrière le fameux trio 2006 - 2013 - 2010. Et pour mieux faire ressortir l'anomalie de 2014, on peut retirer cette tendance à la baisse :

n3ewKF.png

Le moins que l'on puisse dire, c'est que 2014 ne passe pas inaperçu... Il est difficile de faire un lien direct avec la chaleur en Juillet 2014 pour plusieurs raisons.

Pour une part, les données détaillées de la mortalité mensuelles sont introuvables en France. Par exemple Juillet 2014 a vu une très faible mortalité sur les routes. L'anomalie de mortalité en Juillet 2014 est donc encore plus forte si on considère que les morts sur la route n'ont pas été moins nombreux à cause de la température (ce qui est quand même le plus probable). Les données détaillées à l'échelle mensuelle ne sont cependant pas accessible et il est impossible d'éliminer toutes les causes de décès non liées à l'anomalie de température (il est sur que la météo est un facteur pour les accidents de la route, mais spécifiquement l'anomalie de température n'a sans doute pas grand'chose à voir. Qu'il fasse 20° ou 25° n'a sans doute pas d'impacts sur la mortalité au long des routes).

De plus, MF ayant bourré le crâne de ses partenaires -InVS etc...- et de manière générale d'un peu près tout le monde avec le fait que Juillet était frais, maussade, etc... il n'y a eu aucune enquête épidémio ou autre à ce sujet.

En plus, il est sûr que l'effet de surmortalité est resté faible et est donc d'autant plus difficile à détecter. Il est probable qu'une nuit ou deux vraiment chaude et humide en plus aurait conduit à une boucherie de bien plus grande ampleur.

Cependant, comme par le plus grand hasard du monde, l'InVS détecte une surmortalité et une hausse des pathologies de la chaleur fin Juillet justement la semaine où la température humide pète le plafond. Et une surmortalité se détecte sur les données mensuelles. Et comme par le plus grand hasard du monde, cette anomalie ne peut pas être réduite en éliminant les causes de décès non pas directement lié aux anomalies de T (accidents de la route, accidents domestique, etc...). Il n'y aucune preuve directe, mais cela commence à devenir un peu gros là... Dieu veuille que les types à MF n'aient pas sciemment dissimulé la vague de chaleur de Juillet 2014. En tout cas, même si ce n'est pas volontaire, en arriver à se convaincre à ce point qu'il ne se passe rien dans le monde réel est dingue. Enfin bon, après chacun fait comme il veut pour arriver à dormir le soir. Toujours est-il que maintenant, on peut - en exagérant à peine :lol: - dire que MF trouve Juillet 2006 frais. Et que maintenant on peut tranquillement attendre qu'il y ait à nouveau 15000 morts pour que MF se rende compte que Manaus n'atteint quasi jamais les 35°C et pourtant qu'il faudrait être cinglé pour dire qu'il fait frais à Manaus.

Modifié par paix

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×