Aller au contenu
Les Forums de MeteoBelgique
cumulonimbus

Hiver 2016-2017

Messages recommandés

Pour commencer ce nouvel hiver 2016-2017, d’abord un petit retour vers le passé.

 

Les hivers extrêmes ne sont pas toujours synonymes de plaisirs d’hiver.

 

Deux mois de décembre, parmi les plus froids jamais observés, ont été tout sauf agréables.

 

 

Décembre 1933

 

Le mois de décembre 1933, avec ses –2,7°C de moyenne à Uccle, a été le plus froid du 20e siècle. Pourtant la neige est restée aux abonnés absents. Il y en a même eu moins que certains décembres doux.

 

La première décade a été ensoleillée mais souvent avec un vent très désagréable d’est à nord-est qui soufflait par rafales. Notamment sur l’ouest du pays et la région côtière, le froid a été pénible. Et le tout, sans un gramme de neige jusqu’au 6.  Puis de faibles chutes de neige ont laissé quelques traces, sans plus.

 

Dès le 3, le gel permanent s’est installé à Uccle, tandis que les températures minimales oscillaient certaines nuits entre –8 et –9°C, et même –10°C le 9. Pendant les journées plus calmes des 5 et 6, on nota une forte inversion avec des températures atteignant occasionnellement +8°C dans les Hautes-Fagnes.

 

Pendant les 2 décades suivantes, le soleil ne s’est presque plus montré. Après un bref dégel le 12, un froid pénible s’est réinstallé, atteignant son apogée le 14, avec du vent fort et des maxima ne dépassant pas –7°C au centre du pays. Les minima (–12°C à Uccle) n’ont toutefois pas donné de valeurs extrêmes dans les cuvettes en raison de la turbulence de l’air. Seul Houffalize a connu un petite pointe à –20°C. Cependant, ce sont sûrement les –10°C d’Ostende, sous le vent fort, qui ont été les plus difficiles à supporter.

 

Par après, le vent s’est rapidement calmé, mais le temps n’en devenait pas plus agréable. Du brouillard a pris le relais, avec un ciel désespérément gris et de petites bruines sporadiques, parfois verglaçantes. Après une dernière forte gelée le 18, la température est restée presque constamment autour du 0°C, un peu en dessous la nuit et un peu au-dessus en journée, avec son lot d’humidité typique des dégels faibles. Cette situation a également mis fin au très bref épisode neigeux qu’a connu notre pays après les grands froids du 14, une fine neige qui a quand même réussi à blanchir Bruxelles durant 5 jours (max : 4 cm).

 

Il faut dire que le seul épisode neigeux digne de ce nom s’est produit en Flandre durant la soirée du 30, avec une zone de neige qui est littéralement venue mourir sur notre pays. Déjà le centre du pays n’en a plus rien reçu. Mais même à l’ouest du pays, cette neige précédant le dégel n’a pas fait long feu (si je puis m’exprimer ainsi… pour de la neige).

 

 

Décembre 1890

 

Un scénario plus ou moins similaire, mais en version encore plus froide. Avec une moyenne de –4,6°C à Uccle, ce mois a été le 2e mois de décembre le plus froid depuis 1833, et le 5e mois le plus froid, tous mois confondus (après les –6,3°C de janvier 1838, les –6,1°C de février 1956, les -5,6°C de décembre 1879 et les –5,3°C de février 1895 ; février 1855 et janvier 1963 étant ex-aequo avec 1890).

 

Mais le mois est tout aussi avare en neige. Il faut attendre le 18 décembre pour voir les premières traces de neige au sol, tandis qu’un maigre enneigement blanchit Bruxelles à partir du 25 décembre (max : 2 cm). Par contre le vent, souvent, a été à nouveau fort, notamment les 16, 17 et 30 décembre.

 

L’hiver avait déjà fait une entrée remarquée en novembre. Le 27, un air sibérien froid et turbulent avait empêché la température, à Uccle, de dépasser les –10°C en journée, après une nuit où il avait fait presque –13°C. Il s’agit donc de la journée de loin la plus froide jamais mesurée en novembre à Bruxelles. Cependant, cette turbulence de l’air a fait en sorte que le froid a été relativement uniforme (sans excès supplémentaire aux endroits exposés) avec, la nuit, –10°C dans la zone côtière, –12 à –13°C en plaine et –18°C dans les Hautes Fagnes.

 

Un peu comme en 1933, le mois a d’abord connu une longue période ensoleillée (du 7 au 17), avec du froid se mettant à stagner sur notre pays en s’atténuant quelque peu avant l’arrivée de nouvelles rafales froides les 16 et 17, avec des maxima de –6°C au centre du pays mais un ressenti du froid terrible.

 

Ensuite, le vent s’est à nouveau calmé avec formation rapide de grisaille, de brumes et de brouillards, parfois accompagnés de petites pluies (avec léger dégel) ou de faibles chutes de neige. On ne peut pas plus désagréable.

 

Enfin le 30 décembre a été peut-être le pire jour d’hiver de l’histoire belge. Avec le retour d’un vent mordant, les températures au petit matin ont été de –16°C pour ne pas dépasser les –12°C en journée. Ceci est plus froid encore que ce qu’on a vécu en février 1956.

 

Mais au sol, ce jour-là, rien qu’un maigre petit centimètre de neige. Même en Ardenne, la situation neigeuse n’a pas vraiment été glorieuse, avec toutefois ici et là 25 à 30 cm de neige certains jours.

 

 

Ni 1933, ni 1890 n’ont donc été des décembres féériques. Le plus féérique des mois de décembre, d’ailleurs, ne doit pas être recherché loin dans le passé : il s’est produit en 2010 !

 

 

Voilà pour le passé. Voyons à présent ce que nous réservera décembre 2016.

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et voici 2016.

 

 

1er décembre 2016

 

Le noyau anticyclonique principal se promène entre le Pays de Galles et L’Irlande et nous envoie de l’air plus humide avec, en mer, des vents venant principalement d’ouest à nord-ouest. Sur terre, les forces de frottement et le ralentissement lié aux températures plus basses donnent plutôt des vents de sud-ouest à ouest.

 

Les températures de l’air, l’après-midi, atteignent 9 à 10°C au-dessus de la mer, 8°C sur le littoral et le plus souvent entre 5 et 7°C en Basse et Moyenne Belgique. Sur les Hauts Plateaux, les températures se limitent à 2 à 3°C tandis qu’en Gaume, où l’air froid continue à stagner, les maxima ne dépassent guère 2°C.

 

Le temps varie fort d’un lieu à l’autre, avec soit un ciel fort gris avec stratus/stratocumulus (et même quelques gouttes), soit de belles éclaircies avec des stratocumulus plus occasionnels et plus minces. De façon générale, les éclaircies sont plus fréquentes en matinée et les ciels gris, en après-midi.

 

 

2 décembre 2016

 

Un front froid traverse notre pays. Il est précédé d’air maritime assez doux et suivi d’air maritime aussi, mais plus froid. Ce refroidissement ne se fera cependant vraiment sentir qu’au milieu de la nuit du 2 au 3 dans l’extrême nord du pays et le matin du 3 sur le restant du pays.

 

Le 2, les maxima sont assez doux, de l’ordre de 7 à 10°C, voire un peu plus en Basse et Moyenne Belgique, et autour de 4°C sur les Hauts Plateaux. La plus haute valeur, de 10,7°C, est mesurée à Coxyde. Des poches d’air plus froid subsistent sur le sud-est du pays, avec 3,4°C à Gouvy tandis qu’Aubange ne fait pas tellement mieux avec 5,2°C.

 

Le temps est gris, avec brouillards et stratus puis stratocumulus, doubles de cumulus fractus avant l’apparition de quelques éclaircies ici et là, avec cumulus. Les meilleures éclaircies sont notées à la côte.

 

Les vents soufflent d’abord d’ouest (intérieur des terres) et de nord-ouest (littoral) avant de s’orienter progressivement au nord, puis au nord-est.

 

 

3 décembre 2016

 

Des hautes pressions se forment rapidement dans l’air froid à l’arrière du front, air qui aura tôt fait de se continentaliser. L’épaisseur de l’air froid diminue aussi rapidement, passant de quelques 1500 mètres la nuit du 2 au 3 à quelques grosses centaines de mètres (variable selon les endroits) la nuit suivante.

 

Malgré la petite instabilité de basses couches le matin, des brouillards se forment sur les sols froids, mais ils se dissipent rapidement par la suite pour faire place au ciel bleu et à un temps particulièrement limpide. Le littoral et le sud du pays n’ont même pas connu de brouillard, avec du beau temps toute la journée.

 

Les minima, là où les éclaircies sont présentes dès le matin, sont nettement inférieurs à 0°C, avec –3,5°C à Kleine Brogel et –2,8°C à Essen et Retie. Sous un ciel couvert ou brumeux, les minima sont souvent faiblement positifs, sauf en Haute Belgique (le plus bas à Gouvy avec –3,6°C). Les vents soufflent d’est à nord-est et les températures maximales se situent le plus souvent entre 4 et 6°C en Basse et Moyenne Belgique (le plus haut à Zeebruges avec 7,4°C), et entre 1 et 2°C sur les Hauts Plateaux.

 

 

4 décembre 2016

 

L’anticyclone prend position à l’est de nos régions. Les vents continuent à souffler d’est à nord-est en Basse et Moyenne Belgique, en Haute Belgique ils se sont orientés au sud-est.

 

La couche d’air froid s’est fortement amincie, pour n’atteindre qu’une épaisseur de 500 mètres par place. Ainsi, les plateaux ardennais et les Hautes Fagnes bénéficient (partiellement) de l’air plus doux au-dessus de l’inversion.

 

Mais d’abord la nuit a été froide avec des gelées généralisées (excepté Zeebruges). Les minima se se situent souvent entre –2 et –5°C, localement plus bas aux endroits exposés de Haute Belgiques, vallées y compris. Les plus basses valeurs : Elsenborn : –7,6°C ; Hastière : –7,0°C ; Dourbes : –6,5°C ; Bièvre : –6,0°C.

 

Le temps est ensoleillé et splendide, sans le moindre nuage, nulle part en Belgique, ce qui est rare en décembre. Les températures atteignent souvent 4 à 5°C en plaine, mais localement moins. À Koersel, par exemple, le maximum ne dépasse pas 1,4°C, tandis que Beauvechain s’arrête à 2,5°C.

 

Les Hautes-Fagnes connaissent également 4 à 5°C, et 3°C sur les Plateaux ardennais grâce à une inversion qui s’est partiellement résorbée. Mais ce sont les vallées qui en profitent le mieux, avec 7,4°C à Stree (Huy) et 7,2°C à Hastière.

 

 

5 décembre 2016

 

La subsidence maintient l’inversion à un bas niveau, ce qui fait qu’elle peut se résorber à un plus grand nombre d’endroits. Sous un ciel à nouveau radieux, garni de quelques cirrus cette fois-ci, les températures atteignent 8,9°C à Mont-Rigi et 8,4°C à Elsenborn. Certaines vallées mais aussi certains plateaux à plus basse altitude et autres endroits bien exposés connaissent des valeurs équivalentes ou plus élevées encore, comme Angleur (9,9°C), Sivry (9,0°C), Dourbes (8,9°C), la Hestre (8,8°C) et Stree – Huy (8,6°C).

 

Le plus souvent toutefois, les maxima ne dépassent pas 4 à 7°C en plaine, et autour de 4°C en Gaume. À noter que dans la région d’Aubange, un épais smog persiste toute la journée, et tend même à s’épaissir l’après-midi.

 

Les vents soufflent partout de sud-est.

 

 

6 décembre 2016

 

L’influence anticyclonique reste prépondérante et le régime d’inversion se maintient.

 

Les températures nocturnes, déjà, sont fort variables d’un endroit à l’autre.  C’est ainsi qu’à Uccle, Beauvechain et Bierset, mais aussi à Saint-Hubert, il ne gèle plus (minima de la nuit, respectivement, de 0,3°C, 0,5°C, 0,7°C et 0,4°C). En d’autres endroits, il gèle bien, même en plaine, comme à Koersel (–5,8°C) et Genk (–5,4°C). En Haute Belgique, le minima relevé à 7 h est de –7,2°C à Elsenborn, tandis qu’à 8 heures, on y observe même –7,4°C. À noter aussi les –5,8°C de Buzenol.

 

Le temps est un peu plus nuageux, mais reste beau.  En matinée, on observe quelques gros altocumulus (à la limite du stratocumulus) et des cirrus denses. L’après-midi, les éclaircies sont belles avec encore quelques cirrus. Au littoral, les cirrus redeviennent denses en fin de journée, tandis que la région d’Aubange connaît à nouveau du brouillard, suivi d’un fort smog.

 

Les températures à 14 heures atteignaient quelques 9°C dans les Hautes Fagnes, 11°C sur les Plateaux ardennais et localement 10 à 11°C sur certains plateaux de moyenne Belgique. Sinon, les températures sont le plus souvent comprises entre 7 et 9°C en plaine, mais beaucoup moins sur l’extrême sud du pays (parfois près de 0°C), victime de l’inversion et de son smog.

 

Un peu plus au sud encore, une bulle d’air très froid, avec gelées permanentes, s’est constituée du côté de Metz, de Nancy mais aussi de Trêves.

 

2mwt4zr.jpg

Webcam MB – Rodange – 6 décembre 2016 à 13h40

 

 

+++ À partir de demain, je serai temporairement moins souvent présent sur le forum, mais je continuerai à vous tenir au courant s’il y a des phénomènes exceptionnels ou particuliers. Dès le 19 décembre, je serai de retour à part entière. +++

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et voici encore quelques températures maximales de la journée d'hier, 6 décembre.

 

Spa (aérodrome) : 11,1°C

La Hestre : 11,0°C

Bièvre : 11,0°C

Uccle : 10,9°C

Saint-Hubert : 10,8°C

Gosselies : 10,7°C

Sivry : 10,6°C

Stree (Huy) : 10,1°C

Gorsem : 10,0°C

Mont-Rigi : 9,9°C

Elsenborn : 9,9°C

...

Aubange : 3,2°C

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'histoire est peut-être en marche.

Les possibilités d'un avril 2007 en version hivernale grandissent au fil des jours.

 

 

MB.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 11/12/2016 à 09:07, Océanic a dit :

L'histoire est peut-être en marche.

Les possibilités d'un avril 2007 en version hivernale grandissent au fil des jours.

 

 

MB.png

 

En voyant les prévisions ce matin, cette sécheresse hivernale semble en effet bien partie pour persister.

Sauf changement majeur des modèles, je ne serai pas étonné si on attaque la dernière décade de décembre avec moins de 5mm au compteur d'Uccle (2.3 mm actuellement).

Le vieux record de 6.8 mm en 1840 pourrait donc être battu si tout se met bien en place mais on en est encore loin.

Quoiqu'il en soit, on est à une période ou les nappes phréatiques se rechargent habituellement et je suis curieux de voir comment elles vont réagir après çà.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le ‎11‎/‎12‎/‎2016 à 09:07, Océanic a dit :

L'histoire est peut-être en marche.

Les possibilités d'un avril 2007 en version hivernale grandissent au fil des jours.

 

 

MB.png

 

Oui, tout a fait, mais bien sûr uniquement en ce qui concerne les précipitations.

 

Car si avril 2007 avait battu le record de total des précipitations et de jours de précipitations (0, difficile de faire moins), il avait été aussi très exceptionnel pour d'autres choses en battant d'autres records pour un mois d'avril :

 

Vitesse moyenne du vent la plus faible

Durée de l'ensoleillement la plus élevée.

Température maximale moyenne la plus élevée.

Température moyenne la plus élevée.

 

Pour moi, avril 2007 est et restera vraisemblablement pour très longtemps encore le mois le plus hallucinant que j'aie connu en matiére de météo !

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

+++ Me voilà donc de retour de vacances. Ci-dessous, le résumé des derniers jours. +++

 

 

Le régime d’inversion, qui a commencé à se mettre en place le 4 décembre, s’est rapidement amplifié par la suite, puis a persisté de façon quasi-constante jusqu’à ce jour, 15 décembre. Voici donc l'évolution du temps depuis le 7 décembre :

 

 

7 décembre 2016

 

L’anticyclone, qui nous a valu quelques très belles journées, a quelque peu basculé et s’est quelque peu éloigné tout en continuant à déterminer notre temps et, surtout, à nous envoyer des courants chauds pour la saison.

 

Les vents, qui ont soufflé de sud-est à sud la veille, soufflent désormais de sud à sud-ouest avec, comme conséquence, un ciel plus nuageux, garni d’épais cirrus, de cirrostratus et d’altocumulus, parfois à la limite de stratocumulus. Mais les éclaircies sont encore loin d’être absentes, avec de véritables coins de ciel bleu. Dans le sud du pays toutefois, les brouillards sont persistants et ne se dissipent qu’en début d’après-midi pour faire place à un smog à peine moins opaque, laissant cependant deviner dans le ciel les mêmes nuages qu’ailleurs dans le pays.

 

En effet, il règne une inversion thermique sévère sur cette région. Après une nuit aux gelées marquées (–7,0°C à Aubange), la température est souvent encore négative en milieu de journée, pour ne devenir que faiblement positive en après-midi (1,8°C à Aubange). Pendant ce temps, la température atteint 8 voire 9°C vers 800 mètres d’altitude et encore 6°C au niveau 850 hPa (1600 mètres).

 

De ce fait, il fait plus doux sur le Massif Ardennais et dans les Hautes-Fagnes (7,1°C à Mont-Rigi et 6,9°C à Saint-Hubert) qu’en Gaume. Mais c’est surtout de l’autre côté du massif, en Basse et Moyenne Belgique ainsi que dans les vallées, qu’on profite le mieux de la douceur grâce à une résorption partielle de l’inversion (vents un peu plus forts).

 

Voici les valeurs :

 

Dourbes : 11,7°C

Uccle : 11,4°C

Sint-Katelijne-Waver : 11,2°C

Zaventem : 11,1°C

Gorsem : 11,0°C

Retie : 11,0°C

 

Quelques endroits en plaine, ici et là, sont restés légèrement en dessous de 10°C à cause d’une moindre résorption de l’inversion. Il est à signaler que là, au-dessus de la plaine, la température en air libre atteint 12°C vers 300-400 mètres.

 

 

8 décembre 2016

 

On prend les mêmes et on recommence.

 

L’inversion persiste en Gaume, tandis qu’elle se montre un rien plus coriace aussi dans les autres régions. Notamment le « nez » de l’inversion est quelque peu monté en altitude, avec la couche d’air la plus chaude un peu au-dessus de 1000 mètres,où la température atteint 12°C (avec temporairement jusqu’à 10°C au niveau 850 hPa vers 1600 mètres).

 

Cette configuration fait en sorte que les Plateaux Fagnards et Ardennais profitent moins de la situation, en n’affichant que 4 à 5°C. En Basse et Moyenne Belgique, les maxima se situent le plus souvent autour de 8 à 9°C, mais les valeurs sont plus élevées aux endroits privilégiés, comme par exemple à Angleur avec 11,1°C.

 

Le ciel est pratiquement le même que la veille, avec persistance du smog, voire de véritables brouillards l’avant-midi en Gaume, et des cirrus / cirrostratus accompagnés d’altocumulus / stratocumulus dans les autres régions. En après-midi cependant, les éclaircies sont plus larges, avec un ciel presque serein en de nombreuses régions. À noter qu’au littoral, on observe aussi des altocumulus castellanus, liés à la proximité d’un front froid. Celui-ci n’affectera que peu la Belgique en soirée, mais générera des lignes d’averses marquées sur la moitié nord des Pays-Bas.

 

 

9 décembre 2016

 

Le front froid, qui a quelque peu traîné sur le pays durant la nuit en donnant ici et là quelques petites précipitations (2e partie de nuit), est vite reparti en redevenant front chaud. Cette temporaire présence d’air frais sur une partie du pays n’a cependant pas accentué le refroidissement nocturne. Que du contraire. En raison de la présence de nuages, la nuit est même restée douce, avec des minima ne descendant localement pas en dessous de 8°C sur l’ouest et le nord du pays.

 

En journée, le retour de l’air chaud nous ramène le même type de nuages, cirrus (parfois spissatus épais) et altocumulus. Le matin toutefois, le ciel est plus gris en raison des nuages frontaux résiduels (essentiellement des stratocumulus). Dans le sud du pays, le smog a enfin été dispersé, avec là altocumulus / stratocumulus en matinée et belles éclaircies, avec encore des altocumulus l’après-midi.

 

L’air est encore un peu plus doux, avec des températures dépassant localement les 13°C comme à Essen (13,6°C). Le plus souvent, il fait entre 11 et 13°C en plaine, et autour de 9°C sur les hauteurs. La Gaume, quant à elle, remonte jusqu’à 8°C.

 

Quelques valeurs :

 

Middelkerke : 11,3°C

Uccle : 12,0°C

Beauvechain : 13,0°C

Bierset : 13,0°C

Kleine Brogel : 12,1°C

Mont-Rigi : 9,1°C

Aubange : 8,4°C

 

En altitude, une couche d’air à 11-12°C est toujours présente vers 800-900 mètres, au-dessus d’une inversion qui s’est toutefois affaiblie.

 

 

10 décembre 2016

 

L’approche d’une perturbation place notre pays sous des nuages frontaux avec un vent de sud-ouest assez présent sans être vraiment fort. Les pluies ne tomberont toutefois que la nuit, avec souvent dans les 2 mm de précipitations. Localement, il en tombe plus, comme notamment à Koersel avec 6,1 mm.

 

Le ciel est couvert et brumeux surtout sur l’ouest et, dans une large mesure, sur le centre du pays (stratus, parfois vagues stratocumulus). Plus on va vers l’est et le sud, plus les éclaircies sont larges (stratocumulus plus fins avec éclaircies, cirrus et altocumulus – ciel bleu sur l’extrême sud-est).

 

Les températures maximales : 8 à 10°C en plaine, 5 à 7°C sur les hauteurs, autour de 7°C en Gaume.

 

Au-dessus de cette dernière région, l’air chaud est encore bien présent en altitude, avec près de 10°C vers 1000 mètres le matin. Par la suite, l’inversion gagne de plus en plus en altitude, pour dépasser le niveau 850 hPa en soirée (Idar-Oberstein, niveau 850 hPa : 7,4°C à 1541 m à 19h [au-dessus de l’inversion] ; 1,6°C à 1514 m à 1h [en dessous de l’inversion]).

 

 

11 décembre 2016

 

Notre pays se trouve à l’arrière de la perturbation, avec un anticyclone qui se reconstruit rapidement.

 

Quelques stratus fractus matinaux font vite place à des éclaircies, avec des cirrus et altocumulus, ainsi que la formation de cumulus / stratocumulus.  Par endroit, les éclaircies sont très larges avec véritable beau temps, accompagné de cirrus et (parfois) quelques cumulus. C’est le sud-est du pays qui, cette fois-ci, reste le plus longtemps sous les nuages.

 

Ce mix de cumulus et stratocumulus, observé dans de nombreuses régions, dénote la présence d’une masse d’air plus fraîche, légèrement instable, dont l’épaisseur atteint temporairement 2000 mètres. Mais l’influence maritime (acheminée par des vents d’ouest) annule presque complètement ce rafraîchissement  dans les basses couches, avec des maxima de 8 à 10°C en plaine, de 7 à 8°C en Gaume et de 4 à 5°C sur les hauteurs (là, il fait déjà un brin plus frais).

 

 

12 décembre 2016

 

Le nouvel anticyclone s’est quelque peu mal placé par rapport à nos régions, en laissant entrer de l’air humide et la frange sud des perturbations atlantiques.

 

Le ciel est donc très nuageux, avec des stratocumulus (parfois aussi épisodes plus brumeux avec stratus ou stratus fractus) et quelques éclaircies avec des cumulus, mais aussi des altocumulus et des voiles d’altitude annonçant la perturbation.

 

Les températures sont fraîches dans la région côtière, souvent soumise à des brumes et brouillards, avec des maxima ne dépassant pas les 5 à 6°C. Localement aussi ailleurs en plaine, ces valeurs ne sont pas dépassées (entre autres dans la région Courtrai/Roulers/Ypres), sinon les maxima se situent le plus souvent autour des 8°C. Sur les Hauts Plateaux, ces valeurs retombent à nouveau vers les 4 à 5°C.

 

 

13 décembre 2016

 

Un train de perturbations affaiblies reste traîner sur notre pays, tandis qu’une dernière, à caractère de front chaud, le traverse en soirée.

 

Le ciel est donc gris, avec brume (principalement au littoral), stratus et stratocumulus et des bruines et petites pluies intermittentes. Le total des précipitations reste cependant faible, souvent inférieur à 1 mm. Ici et là, des précipitations un peu plus abondantes sont mesurées, comme par exemple à Mont-Rigi (4,7 mm), Angleur (4,3 mm), Retie (3,0 mm) ou Koersel (2,1 mm).

 

Les températures maximales : 7 à 8°C en plaine, 3 à 4°C sur les hauteurs, 3 à 5°C en Gaume. Pendant ce temps, les températures remontent en flèche en altitude (9°C vers 500-600 m au-dessus de Beauvechain en soirée), avec la mise en place d’un nouveau régime d’inversion.

 

 

14 décembre 2016

 

Une fois la dernière perturbation (front chaud) passée, l’anticyclone reprend tous ses droits avec, brusquement, du temps très beau et très doux sous l’influence de vents de sud tournant au sud-est.

 

Ces courants chauds finissent par faire monter la température en air libre jusqu’à 12°C vers 400 mètres d’altitude à Beauvechain (nuit du 12 au 13). Grâce à une inversion qui se résorbe relativement bien (pour la saison), des températures maximales élevées sont également observées en surface. Voici quelques valeurs :

 

Angleur : 14,2°C

Genk : 12,8°C

Uccle : 12,7°C

Sivry : 12,6°C

[…]

Saint-Hubert : 10,4°C

Mont-Rigi : 10,1°C

 

Peu d’endroits, dans le pays, restent en dessous de 10°C. C’est le cas, par exemple, d’Elsenborn (9,7°C) et de Gouvy (8,6°C). Hastière, généralement privilégiée, ne l’est pas tellement cette fois-ci, avec 10,4°C.

 

Le ciel est généralement très clair, avec juste quelques cirrus et quelques altocumulus, bien pommelés. Ces altocumulus sont toutefois plus fréquents au littoral. À la frontière avec le Luxembourg, le smog s’est reformé. Grâce à la résorption partielle de l’inversion en journée, ce smog peut cependant se dissiper en grande partie.

 

 

À suivre…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

+++ Un petit résumé sur la longue période avec de nombreuses inversions, la période de sécheresse hivernale et le retour de la pluie sera fait vers le 26/27 décembre prochain. Malheureusement, faute de temps, je ne pourrai sans doute pas le faire plus tôt. +++ 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 56 minutes, cumulonimbus a dit :

+++ Un petit résumé sur la longue période avec de nombreuses inversions, la période de sécheresse hivernale et le retour de la pluie sera fait vers le 26/27 décembre prochain. Malheureusement, faute de temps, je ne pourrai sans doute pas le faire plus tôt. +++ 

 

Merci, je me rejouis de voir ça. :thumbsup:

Grâce au retour de la pluie, ce mois ne rentrera donc pas dans l'histoire même si il va finir avec un déficit pluviomêtrique bien marqué...

 

Bonne journée à tous !

 

;)

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Par contre, je pense qu'il va battre le record de la Patm. moyenne la plus élevée jamais observée.

Certains modèles donnent des valeurs proches de 1050 hPa la semaine prochaine. Tout cela après 4 semaines sous 1030.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et le record de pression en Belgique est, je pense, de 1048 Hpa ! Je ne parle pas de moyenne, mais de pression observée....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La suite des événements.

 

15 décembre 2016

 

Les pressions demeurent élevées à l’est par rapport à nos régions, avec comme corollaire des vents de sud-est qui soufflent sur notre pays.

 

Le temps est beau, avec juste quelques cirrus et, ici et là, quelques stratus fractus en matinée. Seul le sud du pays connaît des brouillards qui ont du mal à se dissiper et qui, l’après-midi, se transforment en stratus, tendance stratocumulus.

 

La nuit a été très tempérée sur les plateaux (Uccle : 3,9°C ; Bierset : 4,7°C ; Gosselies : 4,2°C ; Saint-Hubert : 3,0°C) mais plus fraîche en plaine, dans les vallées et dans les cuvettes avec localement de petites gelées, la plus prononcée étant celle d’Elsenborn avec –3,5°C. Malgré ce départ pas trop froid et la générosité du soleil en journée, l’inversion se résorbe moins bien que la veille, avec des maxima qui restent partout inférieurs à 10°C.

 

Les plus hautes valeurs sont pour la Campine, avec 9,8°C à Koersel et 9,6°C à Genk (et 9,1°C à Kleine Brogel). Sinon, il fait le plus souvent entre 7 et 9°C en plaine et autour de 4°C sur les hauteurs ardennaises, situées juste en dessous de l’inversion. Dans le sud du pays, il ne fait pas plus de 6°C (5,7°C à Buzenol et 6,0°C à Aubange). En air libre cependant, il continue à faire doux avec près de 10°C vers 600-700 mètres d’altitude.

 

 

16 décembre 2016

 

Des hautes pressions sur  le centre-est de l’Europe maintiennent un flux de sud-est sur nos régions. Le temps est encore assez beau, en dépit de bancs d’altocumulus/stratocumulus parfois étendus. Au littoral, ces nuages sont très présents avec un temps blanchâtre, voire assez gris, tandis que la Gaume continue à connaître les brumes et stratus.

 

Les températures, après une nuit un peu plus douce que la précédente, grapillent aussi quelques degrés en journée, pour atteindre 11,0°C à Kruishoutem, 10,9°C à Dourbes et 10,2°C à Hastière. Sinon, les valeurs tournent souvent autour des 9°C en plaine et de 5 à 6°C°C sur les hauts plateaux. Mais certaines cuvettes restent froides, comme par exemple à Elsenborn où le maximum ne dépasse pas 2,4°C (contre 6,0°C à Mont-Rigi). De même, la Gaume, sous ses brumes, reste froide avec seulement 4,0°C à Aubange.

 

En altitude, l’air demeure doux au-dessus d’une inversion située vers les 800 mètres, avec là des valeurs de 7 à 8°C. Cette inversion, comme le montrent les températures en plaine, a été localement en partie résorbée.

 

 

17 décembre 2016

 

Les hautes pressions s’étendent désormais de la Suisse aux Balkans, tandis qu’une nouvelle cellule anticyclonique se forme sur le proche Atlantique, au sud-ouest des Îles Britanniques. Entre ces deux anticyclones se trouve une faible perturbation, qui se désagrège avant d’atteindre notre pays. Mais ce système fait basculer le vent au sud-ouest sur une grande partie du pays, avec l’arrivée d’air plus humide.

 

On observe donc de la brume et des stratus, persistant toute la journée, après encore quelques éclaircies matinales ici et là. Le sud du pays connaît même un brouillard tenace, qui ne se dissipe que temporairement et partiellement en après-midi, en devenant stratus. Sur les hauteurs par contre, le temps est d’abord beau au-dessus des brumes de vallée, avec cirrus et altocumulus mais aussi de larges éclaircies. En après-midi, les stratus (d’abord fractus) gagnent aussi les hauts plateaux.

 

2qu0pqv.jpg

Webcam IRM – Wideûmont – 17 décembre 2016 à 10h

 

Les températures sont en baisse, surtout en plaine, avec des valeurs comprises le plus souvent entre 5 et 8°C sur l’ouest et le centre du pays, entre 4 et 5°C sur les hauts plateaux et autour de 4°C en Gaume.

 

La diminution de la subsidence anticyclonique, à l’approche de la faible perturbation, fait quelque peu diminuer les températures en altitude. Malgré cela, on reste dans un contexte de grande stabilité.

 

 

18 décembre 2016

 

Après le passage des résidus d’un front froid, notre pays se trouve sous l’influence du nouvel anticyclone, désormais centré sur le nord de la France.

 

Ce nouvel anticyclone contient de l’air un peu plus frais, qui était à l’origine de l’air polaire maritime. Mais le refroidissement ne se fait sentir que vers 1000 mètres d’altitude, où la température flirte un certain temps avec le 0°C.

 

Dans les basses couches, l’air (maritime) est réchauffé par des eaux encore chaudes, dans les plus hautes couches, l’air est réchauffé par compression, par la subsidence du nouvel anticyclone. L’inversion est donc encore là, seulement elle s’est quelques peu soulevée.

 

Cette faible instabilité de basses couches, rapidement inhibée sur les sols froids, est insuffisante pour résorber les stratus, persistant toute la journée dans un contexte restant très humide. Ce n’est qu’ici et là que les stratus se transforment en stratocumulus. Au littoral, la persistance de la brise de terre repousse l’air maritime au large, ce qui fait que brumes et stratus persistent là aussi.

 

Les températures sont pratiquement la copie conforme de celles de la veille. Seuls les hauts plateaux, déjà situés dans la couche plus froide, connaissent une légère baisse des températures avec 2,8°C comme maximum à Mont-Rigi.

 

 

19 décembre 2016

 

La couche d’air (un peu plus) froid gagne brièvement encore en altitude, pour même atteindre le niveau 850 hPa en début de journée avec –4°C, avant de se faire littéralement ratatiner par la subsidence du nouvel anticyclone – situé entre-temps à l’est par rapport à nos régions, où il a fusionné avec l’ancien anticyclone –, avec à nouveau une inversion de plus en plus basse.

 

Après la dissipation de brouillards et stratus résiduels, et de quelques bancs d’altocumulus/stratocumulus, le temps redevient (assez) beau sous un vent d’est, avec la formation de cumulus butant contre l’inversion et s’étalant ou s’accompagnant parfois de bancs de stratocumulus assez étendus. Notamment en Ardenne et en Gaume, les stratocumulus sont très présents.

 

Les températures assez uniformes au niveau régional, tournent autour des 7°C en plaine, de 4°C en Gaume et de 1 à 2°C sur les hauts plateaux.

 

 

20 décembre 2016

 

Avec la prédominance des conditions anticycloniques (pression atmosphérique moyenne très élevée sur la Belgique), on commence à parler de sécheresse hivernale.

 

À Uccle par exemple, il n’est encore tombé que 4,1 mm d’eau depuis le début du mois. Et le temps, en ce 20 décembre, redevient très beau, sauf dans quelques régions où les altocumulus/stratocumulus sont coriaces. Au littoral, il se forme aussi temporairement des « rues » de stratocumulus, se détachant dans un ciel bleu.

 

2h2f9tt.jpg

Webcam IRM – Zeebrugge – 20 décembre 2016 à 9h50

 

La Gaume, quant à elle, connaît à nouveau des conditions très brumeuses, avec d’abord encore un ciel bleu délavé, puis des stratus en après-midi.

 

Après une nuit froide où les gelées se sont généralisées sur tout le pays (sauf aux abords immédiats de la mer), avec de 0 à –4°C en plaine,et  jusqu’à –6°C, localement, en Haute Belgique (Elsenborn), les températures en journée se sont également rafraîchies, sous une influence plus continentale, avec des valeurs de 4 à 5°C en plaine, et de 1°C seulement en Gaume.

 

En altitude cependant, les températures sont remontées en flèche, l’air froid n’occupant plus qu’une couche de quelques 500-600 mètres d’épaisseur. Les Hautes-Fagnes ont pu en profiter pleinement, avec un maximum de 8,5°C à Mont-Rigi.

 

 

Les inversions en hiver

 

Les inversions thermiques, même de longue durée, ne sont pas exceptionnelles en hiver. Mais elles reposent à chaque fois le même problème : l’extrême pollution de l’air.

 

En effet, les polluants disposent normalement d’une grande partie de la troposphère, voire de la troposphère toute entière pour se répartir. Mais les inversions hivernales, souvent situées près du sol la nuit, et à quelques centaines de mètres à peine en journée, retiennent une même pollution au sein d’un volume d’air beaucoup plus petit.

 

Ce mois -ci, comme les inversions n’ont le plus souvent pas été trop trop basses, le problème se situait moins au niveau des pics de pollution qu’au niveau de la durée du phénomène. Le fait de respirer un air très pollué (même s’il ne l’est pas extrêmement) sur une longue durée n’est certainement pas très bon pour la santé.

 

Le phénomène est pourtant loin d’être nouveau. La pire pollution par situation d’inversion s’est produite dans la vallée de la Meuse (notamment entre Huy et Liège) entre le 1er et le 5 décembre… 1930 ! Le bilan humain a été particulièrement lourd, avec 60 personnes mortes en moins de trois jours en raison de problèmes respiratoires. C’est vrai qu’à l’époque, c’était l’une des régions les plus industrialisées de l’Europe continentale, avec notamment la métallurgie lourde.

 

La cause de la persistance de l’inversion a été la fusion de deux anticyclones, l’un sur le sud-ouest et l’autre sur l’est de l’Europe, l’un acheminant l’air chaud en altitude et l’autre, l’humidité dans les basses couches qui, au contact du sol froid, donna aussitôt naissance à du brouillard tenace. Dans la vallée de la Meuse, les températures demeuraient particulièrement basses même en journée, avec des valeurs de 1 à 2°C par moment dans le brouillard , tandis qu’une arrivée massive d’air chaud donnait de véritables conditions printanières dans le Condroz et dans certaines vallées ardennaises, avec 13 à 14°C au tout début du mois (hauts plateaux : 9°C).

 

Par la suite, les températures baissaient certes progressivement en altitude, mais le froid et le brouillard s’auto-entretenaient dans la vallée et entretenaient une certaine inversion jusqu’au 5. Une étude (Benoît Nemery, Peter H M Hoet, Adberrahim Nemmar) a même évalué que le sommet de l’inversion se situait à 70-80 mètres seulement au-dessus de la Meuse, avec les hauteurs de Liège déjà dans l’air doux au-dessus de l’inversion. Cela laisse deviner l’intensité de la pollution, emprisonnée dans ce petit volume d’air emplissant juste la vallée de la Meuse autour de Liège.

 

En règle générale, l’intensité des inversions d’hiver, par advection d’air chaud sous régime anticyclonique, dépend d’une part du vent et de la turbulence résiduelle de l’air, et d’autre part par l’historique météorologique des semaines précédentes.

 

Même si le continent a une inertie thermique bien moindre que l’océan, le continent garde cependant un peu aussi la mémoire (thermique) de ce qui s’est passé auparavant.

 

Un bon exemple est décembre 2015. Ce mois-là aurait dû connaître de fortes inversions thermiques, mais cela n’a pas été le cas. En effet, il faisait suite à un mois de novembre déjà particulièrement doux, ce qui fait que le sol n’avait pas encore vraiment eu l’occasion de se refroidir. Avec cette avance thermique, même le faible soleil de décembre réussissait à réchauffer ce sol jusqu’à des températures raisonnables, et donc de résorber en grande partie les inversions en journée. Il en a résulté plusieurs journées très ensoleillées avec des températures élevées, ce qui est très rare en décembre.

 

Le 7 décembre a ainsi été une magnifique journée printanière, avec presque partout 12 à 14°C en plaine, et localement jusqu’à 16°C. Le 17 décembre, les effets de retour de la vague de douceur se sont encore amplifiés, avec une journée digne d’une fin de mars, avec soleil, quelques nuages seulement (cirrus/altocumulus) et des températures atteignant 16 à 17°C en plaine.

 

L’exemple contraire a été janvier 1982. Après un décembre 1981 plutôt froid, suivi d’une vague de froid neigeux au début du mois de janvier 1982, un afflux massif d’air doux s’est mis en place dès le 14 janvier 1982, tandis que l’air froid restait prisonnier des basses couches au-dessus d’un sol enneigé, avec un froid qui s’amplifiait même à l’extrême dans cette fine couche, par rayonnement au-dessus de la neige.

 

Les plus puissantes inversions que notre pays n’ait jamais connues se sont produites le 14 janvier 1982 en début de matinée, avec 7°C entre 700 et 800 mètres d’altitude et en surface… –21,4°C à Chièvres et –23,5°C à Gorsem (Saint-Trond). Quelques jours plus tard, alors que les températures ne remontaient parfois que péniblement en plaine, le thermomètre affichait +14,5°C le 17 à l’aérodrome de Spa, juste situé au-dessus de l’inversion.

 

21buc7l.jpg

Bruxelles le 14 janvier 1982 sous la neige, avec un ciel beau mais  poussiéreux sous l’inversion – Photo : Robert Vilmos

 

 

À suivre…

Modifié par cumulonimbus
Correction de quelques fautes grammaticales qui traînaient

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Cumulonimbus ! :thumbup1:

 

Une inversion qui reste dans ma mémoire car plus récente, c'est celle de début janvier 2009 avec des températures qui sont parfois descendues en-dessous des -20°c (plusieurs localités du namurois et de la région de Gembloux, entre autres) alors que la température à 850 Hpa était largement positive..... Mais comme en 1982, nous avions une belle couche de neige au sol !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 26/12/2016 à 22:28, Dany a dit :

Merci Cumulonimbus ! :thumbup1:

 

Une inversion qui reste dans ma mémoire car plus récente, c'est celle de début janvier 2009 avec des températures qui sont parfois descendues en-dessous des -20°c (plusieurs localités du namurois et de la région de Gembloux, entre autres) alors que la température à 850 Hpa était largement positive..... Mais comme en 1982, nous avions une belle couche de neige au sol !

 

Il y a en effet un point commun entre le 7 janvier 2009 et le 14 janvier 1982, même si l'inversion était un peu moindre (températures tout juste positives à quelques centaines de mètres du sol). Mais comme en 1982, il y avait des bulles d'air très froid très localisées, tandis que des stations voisines, quoique froides, restaient loin des records.

Le 7 janvier 2009, on retiendra notamment les –21,9°C d'Ernage, tout à fait exceptionnels pour la région. De nombreuses vallées et cuvettes connaîtront aussi des températures tout à fait exceptionnelles. C'est ainsi que Mélin (station MB), au fond de sa cuvette, descendra jusqu'à –23,2°C (alors que Beauvechain, situé juste à côté, n'affichera « que » –12,9°C comme minimum). Parmi les stations officielles, on retiendra notamment les –22,8°C de Rochefort, les –21,8°C de Ciney, les –21,0°C de Gorsem et les –20,2C de Koersel. Les vallées de la Meuse et de la Sambre ont eu très froid aussi, avec –19,0°C à Malonne et –18,0°C à Hastière.

 

Le 14 janvier 1982, le froid a aussi été très localisé et confiné dans les cuvettes, mais contrairement à 2009, le froid a parfois débordé des cuvettes et très brièvement influencé des stations sur des plateaux, pourtant peu habituées à ce genre de froid. C'est ainsi que Beauvechain a très temporairement (un peu après 8 heures du matin) vu son thermomètres descendre jusqu'à –21,7°C. Bierset, avec –19,0°C, a connu le même phénomène. À Saint-Trond, la température est descendue jusqu'à –21°C à 7 heures pour remonter à –16°C à 8 heures, puis redescendre à –19°C à 10 heures. Le soir, la température chute jusqu'à –18°C à 21 heures (après un maximum de –3°C en journée) avant de remonter à nouveau légèrement. Zaventem aussi a connu de telles oscillations, alors qu'Uccle, pas du tout.

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Là, y'a un truc qui me va pas...

ensodec.jpg

(source: http://www.meteo.be/meteo/view/fr/123763-Ce+mois-ci.html )

Hier le 27 décembre la journée a été particulièrement ensoleillée mais malgré tout aucune mesure d'ensoleillement n'a été enregistrée, comprend pas.  Côté précipitations, je pense qu'on peut se dire "qu'elle est faite" et qu'on aura le record de 1987.  Malgré cela il restait encore un haletant suspense sur la durée d'insolation, et pan une autre performance tant qu'on y est même si ce n'est que de quelques minutes pour dire que.  Ou alors un léger déficit en dessous des 87:25 de 2013 ah flûte on l'a presque eu.

C'est pas que j'ai parié du pognon dessus, mais à peu près...  Donc j'espère vérification de ces données :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tant qu'à faire, quelqu'un sait-il si on a battu le record de la pression atmosphérique la, plus élevée jamais observée sur la Belgique ? On ne devrait pas en être loin....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 21 heures, Dany a dit :

Tant qu'à faire, quelqu'un sait-il si on a battu le record de la pression atmosphérique la, plus élevée jamais observée sur la Belgique ? On ne devrait pas en être loin....

 

À ma connaissance, le record de pression atmosphérique à Uccle est de 1048 hPa, datant du 27 janvier 1932. Ce mois-ci, le maximum de pression a été atteint le 27 décembre à 23 h avec 1045,9 hPa. Mais il faudrait vérifier. Je n'ai pas la totalité des données pour ce paramètre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le record est effectivement de 1048 hPa.....on n'en était pas loin hier, mais je ne pense pas non plus qu'il ait été battu !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Dany, voici la pression atmosphérique d'hier à Hamois relevée par ma station  (Pression atmosphérique : 1046,9 hPa)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Jeanot ! Ton relevé confirme qu'on n'était vraiment pas loi du record.....mais que celui-ci ne sera vraisemblablement pas battu !  ,)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Décembre 2016, la suite des événements.

 

21 décembre 2016

 

Une perturbation (occlusion) s’approche de notre pays, en aborde l’ouest, mais les conditions restent encore assez anticycloniques sur une bonne partie du pays.

 

Le sud du pays connaît encore un temps brumeux et assez froid (sous une inversion) avec du brouillard évoluant en stratus / stratocumulus. Le centre-est du pays connaît les meilleures conditions, avec un ciel à peine voilé de cirrus et de minces cirrostratus, avec quelques altocumulus. Plus à l’ouest, le voile est un peu plus épais, et davantage accompagné de bancs d’altocumulus et de stratocumulus. Au littoral, le voile est le plus souvent épais, avec en plus de nombreux altocumulus et stratocumulus.

 

La nuit  a été assez froide avec des températures souvent proches du gel, voire de petites gelées même en plaine. Des gelées un peu plus prononcées (vers –3°C) ont été observées en Haute Belgique, avec la valeur la plus basse pour Mont-Rigi (–3,9°C), suivie d’Elsenborn (–3,7°C).

 

En journée, les températures sont de saison, avec près de 7°C en plaine et 0 à 1°C sur les hauteurs. À noter la persistance de l’inversion, qui est cependant située trop haut désormais pour que les sommets ardennais puissent en profiter.

 

Le vent, quant à lui, souffle de sud, avec une petite tendance sud-ouest.

 

 

22 décembre 2015

 

La pluie est de retour ! Tombée en abondance par moment durant la nuit, avec des cotes souvent supérieures à 10 mm. À Uccle par exemple, il est tombé 12,0 mm tandis que Sint-Katelijne-Waver, Retie et Passendaele sont encore un brin plus arrosés, avec respectivement 13,1 mm, 12,9 mm et 12,6 mm.

 

Le front occlus a fini par traverser le pays, aussitôt suivi d’un autre. Les systèmes se sont toutefois désagrégés avant d’atteindre le sud du pays, qui est resté sec ou presque (Aubange et Saint-Hubert : 0,0 mm ; Buzenol : 0,5 mm).

 

La Gaume reste donc dans des conditions largement anticyloniques, avec une inversion qui ne parvient toujours pas à se résorber. Il en résulte de fortes brumes se transformant en stratocumulus, tandis que brumes et brouillards se reforment très rapidement en après-midi, sans doute en raison du surplus d’humidité lié aux restants de perturbations.

 

Ailleurs dans le pays, le ciel est gris aussi, mais avec des stratocumulus un brin plus turbulents, aux caractéristiques plutôt post-frontales, avec bonne visibilité horizontale près du sol. Ici et là, on observe de timides éclaircies. Au littoral par contre, on observe temporairement du brouillard, au-dessus d’eaux côtières plus refroidies que celles au large.

 

Les températures sont à nouveau de saison, avec 7°C en plaine et 2°C sur les hauteurs. La Gaume ainsi que certaines vallées ardennaises restent très fraîches avec 3 à 4°C.

 

Le vent souffle temporairement d’ouest à nord-ouest en mer, mais ce flux n’atteint pas le littoral où le vent, comme sur le reste du pays, souffle de sud-ouest à sud.

 

 

23 décembre 2016

 

Nous sommes désormais au nord des principaux centres anticycloniques, avec des vents continuant à souffler de sud à sud-ouest et le passage d’une nouvelle perturbation.

 

Après des éclaircies matinales, le temps devient plus nuageux, d’abord voilé (cirrus et altocumulus), puis franchement nuageux par endroit (cumulus et stratocumulus). La Gaume, quant à elle, reste plongée dans le brouillard et, temporairement aussi, l’Entre-Sambre-et-Meuse.  L’inversion, quoiqu’affaiblie, ne se résorbe pas vraiment dans le sud du pays, où les températures maximales restent inférieures à 5°C. Ailleurs, il fait plus doux, notamment sur la moitié nord du pays où il fait partout 8 à 9°C.

 

Le soir au littoral et la nuit à l’intérieur des terres, il se remet à pleuvoir, avec jusqu’à 2 à 3 mm de précipitations par endroit.

 

 

24 décembre 2016

 

Bien triste veille de Noël, à la belge, avec un vent désagréable de sud-ouest, un temps nuageux (laiteux) et une absence complète de gel.

 

Après à nouveau quelques éclaircies matinales,le ciel est en effet fortement voilé par des cirrostratus et altostratus translucidus, devenant opacus par la suite. À cela s’ajoutent parfois des bancs d’altocumulus et, plus tard, des stratocumulus voire des stratus fractus.

 

En Gaume, le brouillard s’est enfin dissipé, faisant place à un ciel un peu plus turbulent, avec stratocumulus, parfois accompagnés de cumulus.

 

Le pays, en effet, se retrouve dans un air bien maritime, entre deux perturbations, avec des anticyclones toujours au sud. Les températures : une dizaine de degrés sur l’extrême ouest et nord (10,1°C à Beitem, 10,0°C à Coxyde, Passsendaele et Essen), sinon 8 à 9°C en Basse et Moyenne Belgique et 3 à 5°C sur les hauteurs.

 

 

25 décembre 2016

 

Un vaste secteur chaud s’avance sur le pays, annonçant l’un des Noëls les plus doux de l’histoire. Mais, contrairement aux prévisions, les températures sont un peu moins élevées que prévu, avec « que » 12°C sur l’ouest et le nord du pays (12,1°C à Coxyde), 10 à 11°C sur le centre et 6°C sur les hauteurs (maxima parfois atteints en soirée seulement).

 

Il est à noter que les pressions sont restées assez élevées pendant toute la période et le sont toujours en ce 25 décembre, ce qui limite l’intensité du flux dans les basses couches et favorise un (léger) refroidissement au contact des terres froides.

 

Cette situation est d’autant plus paradoxale que les hautes couches connaissent pas mal d’agitation, avec notamment un jet-stream dépassant les 100 nœuds au-dessus de Beauvechain et soufflant… de nord-nord-ouest !

 

L’observateur au sol perçoit cependant peu de cette agitation (juste quelques petites rafales désagréables), sous un ciel désespérément monotone rempli de stratocumulus bas, distillant de petites bruines par moment. En Gaume, les nuages sont parfois tellement bas que les crêtes des cuestas sont dans le brouillard. Là, les températures sont aussi plus fraîches, ne dépassant guère les 7 à 8°C.

 

 

26 décembre 2016

 

La Belgique, avant le milieu de la journée, se retrouve à l’arrière du système frontal, avec un anticyclone (encore un !) qui se développe rapidement au large de la Manche.

 

Au littoral, les derniers stratocumulus de la perturbation (avec pluies résiduelles) s’éloignent dès le matin, pour faire place à un beau ciel bleu, souvent serein, sinon garni par quelques modestes cumulus, à la limite de fractus.

 

Au centre du pays, on observe encore de la pluie en matinée, puis le ciel se dégage peu avant midi, avec aussi un beau ciel bleu, tantôt presque serein (juste quelques cirrus), tantôt garni de cumulus à la limite de fractus.

 

La Gaume devra attendre jusque peu après 14 heures pour voir son ciel se dégager, avec là persistance de quelques stratocumulus résiduels.

 

Les maxima, atteints tôt le matin sur l’ouest du pays et en matinée sur l’est, se situent entre 11 et 12°C sur l’ouest et le nord du pays (11,8°C à 5h à Coxyde, 11,5°C à 6h à Anvers), autour de 10°C sur le centre et le centre-est, et autour de 7°C sur les hauts plateaux. En début d’après-midi, ces températures n’atteignent plus que 8 à 9°C en plaine et 2°C dans les Hautes-Fagnes. En début de soirée, il fait 7°C au littoral, 5°C au centre et 1°C dans les Hautes-Fagnes.

 

Le vent, soufflant d’abord de sud-ouest, se met rapidement à souffler d’ouest à nord-ouest avant de revenir en soirée à l’ouest-sud-ouest à l’intérieur des terres par effet de frottement, tout en continuant à souffler d’ouest-nord-ouest au littoral.

 

 

27 décembre 2016

 

L’anticyclone, d’abord à l’ouest de nos régions, vient se centrer juste au sud de notre pays en fin de soirée. Il n’est donc pas étonnant que les pressions soient particulièrement élevées, même exceptionnelles.

 

À Uccle à 23 heures, on note une pression de 1045,9 hPa. Au même moment, on observe à Buzenol 1047,3 hPa. À Humain, on observe même 1048,1 hPa, ce qui à peu près équivalent à la plus haute valeur connue pour la Belgique (le 27 janvier 1932, on a mesuré une pression de 786 mm de mercure, ce qui équivaut à 1048 hPa).

 

Cette pression exceptionnelle s’accompagne, en de nombreuses régions, d’un temps exceptionnellement beau pour la saison, avec parfois même un ciel tout à fait serein, sinon garni de très rares cirrus. Paradoxalement, c’est là où la pression est la plus élevée que le temps est le moins beau, avec sur le sud du pays, des stratus fractus ayant quelque mal à se dissiper, et se transformant parfois en stratocumulus. Dans l’extrême sud, il s’agit de bancs de stratocumulus entre les éclaircies, avec un temps tendant à devenir poussiéreux.

 

Les températures minimales sont restées assez douces au littoral, avec 5 à 6°C, et modérément fraîches ailleurs, avec souvent 1 à 3°C en plaine (très localement des gelées comme à Chièvres avec –0,4°C ou Genk avec –0,6°C) et –1 à –2°C sur les hauteurs. Les valeurs les plus froides ont été observées en Gaume et dans certaines vallées, avec –4,0°C à Aubange, –2,9°C à Buzenol et –2,2°C à Hastière. L’après-midi sous le soleil, les températures atteignent 7 à 9°C en plaine (10°C aux abords immédiats de la mer) et 1 à 2°C sur les hauteurs.

 

En air libre, on observe par place une faible instabilité de basses couches, jusqu’à 1500 mètres environ, sauf dans le sud du pays où les températures de surface (autour de 4°C) demeurent insuffisantes pour cela.

 

Le vent, quant à lui, est variable avec une prédominance sud-ouest.

 

 

28 décembre 2016

 

Le noyau de l’anticyclone campe toujours sur le sud-est du pays, avec des pressions particulièrement élevées (ne baissant que très peu par rapport à la veille).

 

La structure verticale de l’atmosphère change cependant, avec une forte subsidence qui fait rapidement baisser le niveau de l’inversion, qui se retrouve bientôt à nouveau qu’à quelques centaines de mètres au-dessus du sol. Ceci va de pair avec un réchauffement par compression, avec des températures remontant à 7°C entre 700 et 1000 mètres en fin de journée.

 

L’air humide des basses couches se retrouve une nouvelle fois piégé, avec des brouillards persistant toute la journée en bien des endroits. Localement, le brouillard parvient tout juste à se dissiper pour donner un ciel vaguement bleu pendant une heure ou deux (souvent dans des régions situées entre environ  200 et 400 mètres d’altitude). Plus haut sur les plateaux ardennais, le temps est particulièrement beau, avec à peine quelques nuages près de l’horizon. Mais en après-midi, la brume remonte des vallées et finit par déborder sur certains plateaux.

 

eqxyr7.jpg

 

2qlfrsj.jpg

 

2guxe0m.jpg

Wideûmont – Source : IRM

 

L’on voit ici comment le brouillard déborde rapidement des vallées, en quelques minutes seulement. À peine une demi-heure plus tard, le brouillard est là à part entière.

 

Après une nuit aux gelées quasi généralisées (le plus bas à Aubange avec –7,2°C), les maxima se situent entre 0 et 2°C dans les régions à brouillard persistant (avec ici et là des gelées permanentes : –0,8°C à Gouvy ; –0,6°C à Dourbes ; –0,5°C à Florennes et –0,3°C à Gosselies). En présence du soleil, notamment sur les hauteurs (mais parfois aussi ailleurs), les températures atteignent 3 à 4°C, localement même plus (Bièvre : 6,2°C ; Hastière : 5,1°C). Cela signifie qu’en fin de compte, l’inversion ne se résorbe nulle part.

 

 

29 décembre 2016

 

L’anticyclone, désormais, est centré sur le sud de l’Allemagne et se déplace vers la Tchéquie, ce qui permet un apport d’air plus continental.

 

L’inversion est toujours présente, avec des températures de 7 à 8°C un peu en dessous de 1000 mètres, mais l’air des basses couches étant plus sec, le beau temps est revenu sur une grande partie du pays. Le plus souvent, le ciel est même serein toute la journée, ou alors après la dissipation plus ou moins lente ou rapide du brouillard matinal.

 

Sur une large bande côtière, mais aussi sur l’ouest du Hainaut (régions de Tournai, de Leuze), le brouillard n’arrive pas à se dissiper, ou très partiellement. À Ellignies-Ste-Anne par exemple, le brouillard matinal s’est quelque peu aminci en journée en se transformant en stratus, mais redevient épais dès le début de l’après-midi. À Rumillies, le brouillard et le stratus sont tout aussi coriaces, avec une dissipation très temporaire et très partielle en début d’après-midi. Bruges connaît une situation similaire. Au littoral, le brouillard est très épais, toutefois avec une brève mais franche éclaircie en début d’après-midi.

 

Quelques endroits en plaine ont certes connu de belles éclaircies, mais avec un brouillard se reformant durant l’après-midi.

 

Après une nuit froide avec à nouveau des gelées quasi généralisées (–8,3°C°C à Elsenborn ; –7,7°C à Dourbes), les températures maximales restent proches de 0°C, voire légèrement négatives (gelées permanentes dans les régions où le brouillard persiste, mais aussi dans certaines régions de plaine. Sur les plateaux (Uccle, Beauvechain, Bierset, Gosselies), les températures montent jusqu’à 4 à 5°C. De telles valeurs sont également observées dans les Hautes-Fagnes et les régions aux alentours.

 

Les vents soufflent avec une prédominance sud-est.

 

À noter que les pressions redescendent tout doucement, repassant en dessous des 1040 hPa en début de matinée sur l’ouest du pays, et vers midi sur l’est. Mais les valeurs de 1038 hPa en soirée, comme à Uccle, restent élevées pour la Belgique.

Modifié par cumulonimbus
Ajout de données

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Inversion, quand tu nous tiens…

 

 

30 décembre 2016

 

L’anticyclone s’est centré sur la Suisse en modifiant sa forme. De ce fait, les vents du sud, sur nos régions, ont tendance à basculer vers le sud-ouest, voire temporairement à l’ouest. Malgré cela, la majeure partie du pays reste à l’abri de l’air humide.

 

Après une nuit froide (–9,7°C à Elsenborn, –9,1°C à Dourbes, –8,2°C à Aubange, –7,8°C à Koersel mais aussi –4,9°C à Middelkerke ; minima souvent compris entre –3 à –6°C en Basse et Moyenne Belgique), le temps est donc particulièrement beau, sans le moindre nuage du matin au soir en de nombreuses régions. En Gaume, on observe du brouillard matinal qui met un certain à se dissiper. L’ouest du pays par contre connaît à nouveau des infiltrations humides.

 

Au littoral, après un matin pourtant beau, le brouillard et les stratus arrivent dès le milieu de la matinée, et ne se déchireront plus qu’occasionnellement en fractus très bas.

 

2rcsc53.jpg

Webcam IRM – Zeebruges – 30 décembre 2016 à 13h50

 

 À Bruges, le temps reste beau beaucoup plus longtemps, mais les premiers stratus fractus arrivent en début d’après-midi, puis le temps devient rapidement très nuageux à couvert.

 

Dans le Hainaut, les premiers stratus fractus arrivent également en début d’après-midi sur l’ouest du Tournaisis, avec un stratus devenant rapidement nebulosus avec tendance au brouillard. Sur l’est du Tournaisis, le stratus ne se forme plus complètement et n’est que temporaire, tandis que la région de Leuze n’est plus affectée par le phénomène.

 

Les températures maximales : autour de 2°C dans les régions affectées par le brouillard (2,2°C à Coxyde, 1,6°C à Middelkerke et Passendaele, 1,5°C à Beitem, très localement proche du 0°C sur l’ouest du Hainaut, avec aux stations MB : 0,8°C à Kain (Mont-St-Aubert) et 0,9°C à Rumes) et entre 4 et 6°C ailleurs en plaine, ainsi que sur les plateaux brabançons et hesbignons (le plus à Bierset avec 6,2°C). En Ardenne et dans les Hautes-Fagnes, les températures atteignent 6 à 7°C (6,7°C à Saint-Hubert), et dépassent même les 8°C à Mont-Rigi (8,3°C). Cependant même là, l’inversion n’est pas tout à fait résorbée avec des températures qui atteignent jusqu’à 9°C en air libre (inversion située vers les 800 mètres au-dessus de l’Ardenne, vers les 500-600 mètres au-dessus du centre du pays).

 

L’évolution de la température à Elsenborn mérite qu’on s’y arrête un peu. Entre 6 et 9 heures, la température y oscille entre –9 et –10°C, puis monte rapidement à +6°C en après-midi, puis rechute dès le coucher du soleil, pour plonger jusqu’à –9°C vers minuit. Dourbes connaît de gros écarts aussi, avec –9°C le matin et +6°C l’après-midi.

 

 

31 décembre 2016 au matin

 

Nouvelle nuit froide, avec la barre des –10°C franchie à Elsenborn. En fin de matinée, le pays est partagé entre brouillard persistant et très beau temps. Plus d’informations dans les tout prochains jours, avec aussi plus de précisions sur les températures des derniers jours.

 

 

303eo02.jpg

Modifié par cumulonimbus
Ajout de données

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×