Aller au contenu
Les Forums de MeteoBelgique
titibel

Météorologue provocateur?

Messages recommandés

Ma foi, je vais en decevoir certain mais, ayant l'esprit tres Cartésien, je suis entierement d'accord avec lui.

Mais attention, je respecte ceux qui travaille pour essayer de nous fournir des tendances saisonnieres mais hélas, en ce moment, elles sont quelques peu hazardeuse. Mais qui sait dans le futur, avec les nouvelles techniques et tout, on y arrivera peut-etre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je sais très bien qui est Jörg Kachelman et aussi qui est Wolfgang Röder. Ce sont des personnes qui ne racontent pas de conneries, mais dont les sujets de recherches sont totalement différents.

Les prévisions à long terme restent très difficiles à nos latitudes en raison de la faible incidence du El Niño sur notre climat. La NAO, pour sa part, est bien connue mais difficilement prévisible aussi. Dans l'état actuel de la science, les taux de réussite de la prévision à long terme, dans nos régions, sont à peine supérieurs aux corrélations liées au hasard. Ce qui ne veut pas dire qu'il ne faut pas continuer des études dans ce domaine. Il fut un temps où la prévision à court terme était fort aléatoire, et c'est à force de persévérance qu'on est arrivé aux taux supérieurs à 90% qu'on connaît actuellement. Peut-être y arrivera-t-on pour le long terme aussi, et si ce n'est pas le cas, ça a quand même valu la peine d'essayer.

Wolfgang Röder étudie déjà depuis plus de 20 ans diverses possibilités pour arriver à des prévisions à long terme. Il faut lui laisser l'occasion de continuer son travail, qui est très minutieux, même si les résultats ne sont pas encore concluants. Mais je donne raison à Jörg Kachelmann (et au KNMI néerlandais qui rallie la même position) en ce sens qu'il ne faut pas encore publier des prévisions basées sur les concepts de Röder et d'autres chercheurs, sauf dans des médias qui insistent bien sur le côté expérimental de la chose.

Cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci de nous donner ton avis sur le sujet, même si par expérience j'avais déjà tendance à penser que trop souvent on ferait mieux de ne pas annoncer tout et n'importe quoi, comme dirait les plus âgés "faut bien dire qu'il fera beau à la mer autrement les gens ne vont pas y aller" biggrin.gifbiggrin.gifbiggrin.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci cumulonimbus pour ton complément d'information. wink.gif

Je pense aussi que le problème des prévisions saisonières comme le stipule Jörg Kachelmann est que le maillage des stations météos est encore trop large,et aussi que les supers calculateurs ne sont pas assez puissants pour permettre une bonne fiabilité pour les prévisions à long terme.

Malgré tout je suis admiratif sur certaines prévisions ou la tendance annoncée,n'était vraiment pas loin de la réalité.

Modifié par titibel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

N'y connaissant rien, je fais confiance aux tendances saisonnières de MB et je pense que, vu la difficulté de la chose, on peut vraiment féliciter MB pour ses efforts et un beau pourcentage de réussite dans lesdites tendances thumbsup.gif

Edit : corrigé "prévisions" par "tendances"

Modifié par MLVH

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne suis pas d'accord avec cette "star de la météo" en suisse.

Il a l'air de croire que les prévisions saisonnières donnent déjà des produits comme la température d'un jour à un endroit précis?! J'ai l'impression qu'il s'agit d'un de ces derniers conservateurs qui s'attache à ce qu'on lui a toujours dit... Qui a peur du changement et qui ne sait pas s'ouvrir à l'avancée technologique qui s'ouvre à nous. Il faudrait qu'il ouvre les yeux et qu'il s'intéresse aux personnes qui proposent ce type de prévision.

Je ne parle pas de De Decker qui s'amuse à prévoir des écarts de températures précis mais plutôt aux autres tels que MeteoBelgique qui propose non pas des prévisions mais des tendances saisonnières. Je pense qu'il faut passer par le temps général avant de commencer à prévoir avec exactitude. C'est comme cela que l'on a commencé pour le court terme! Et il faut aussi tirer un immense coup de chapeau à MB pour oser s'aventurer sur ce terrain alors que les instituts de météo officiels commencent à peine à s'en intéresser. C'est un exercice difficile, farfelu, exigeant et effectuer à partir d'outils rudimentaires pour les passionnés "amateurs" que nous sommes. A côté des grandes sociétés et leurs ordinateurs ultra-puissant, je pense que l'on peut être fier du travail réalisé.

Par contre, je suis bien d'accord avec lui concernant les stations d'observations. Quand je regarde les observations sur le site de l'IRM, je me marre parfois -c'est exagéré: certaines stations météo gérées par le météo Wing (l'armée) sont branchées en automatique la nuit. Ce qui fait que vous pouvez parfois voir des observations complètement erronées genre "Ciel serein" alors que le ciel est complètement couvert mais que l'appareil (ceilomètre) ne capte pas d'impacts. Ou encore "brume" alors que la visibilité est excellente mais que l'appareil de mesure (transmissomètre) est endommagé par de la poussière par exemple. Je pense qu'il y a quelque chose à faire de ce côté-là pour l'IRM et les données qu'elle fournit. J'ai remarqué ce problème avec Elsenborn, Chièvres et Semmerzake dans les trois derniers jours.

Nous avons la chance, en Belgique, d'avoir un réseau de stations (Belgocontrol) qui tourne avec un météorologue 24H/24. Ce qui permet d'avoir de bonnes observations d'un peu partout. Nous sommes très isolés dans ce cas: en France, dans les aéroports fermés la nuit, toutes les stations sont mises en automatique!! Et à part Paris et Lille, difficile d'avoir de bonnes données en matinée pour le Nord de la France et de faire de bonnes prévisions à court terme!

On sait que la Belgique possède un des instituts les plus 'calés' en matière de météo. Je pense que le fait de disposer de données d'observations fiables y est pour quelque chose. Je rejoins donc l'avis de ce météorologue.

wink.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est dommage qu'on mélange dans cet article les prévisions saisonniéres et les tendances saisonniéres, c'est tout a fait différent.

Wolfgang Röder, par exemple, ne fait pas de prévisions mais donne des tendances...

whistling.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quand on voit combien de fois les prévisions de la météo sont fausses pour le jour suivant …

Je ne suis absolument pas d’accord. Les prévisions sont à l’heure correcte à plus 99% pour le jour suivant et à plus de 90% jusqu’au 4ème jour. Le public a un œil qui juge les prévissions de façon incorrecte car le quidam regarde la prévision pour chez lui (ou pour là où il est) uniquement et pas à l’échelle de la région ou du pays.

Les prévisions à long terme? Nous n'en sommes qu'aux premiers balbutiements.

Oui c’est vrai, mais les débuts sont toujours des balbutiements : lorsqu’on apprend à marcher, cela ne se fait pas en un jour. Écrire, parler, conduire, … tout cela se fait de façon élémentaire au départ puis cela s’améliore avec le temps. Les premières prévisions ont aussi connu leur balbutiement et c’est d’ailleurs de là que traîne toujours à l’heure actuelle l’idée que les prévisions incorrectes. Outre que la technologie doit précéder les avancées scientifiques car ce genre de prévisions demandes d’énormes ressources ! Et enfin la connaissance de l’atmosphère est encore très parcellaire. Il nous faut combler encore beaucoup de lacune dans la connaissance de la machine thermique de l’atmosphère.

Ce projet que je suis en train de finaliser avec des partenaires va coûter quelques centaines de milliers de francs mais il permettra de fournir des prévisions météorologiques beaucoup plus précises.

Ce n’est pas tout à fait juste. La connaissance de l’atmosphère dans un pays ou une région permet les prévisions à cours terme. Mais pour prévoir plus loin dans le temps il faut connaître l’état de l’atmosphère de plus en plus loin : à l’échelle du continent, à l’échelle de la planète. Or il y a beaucoup de lacunes sur les océans et les régions désertiques. Avoir un réseau surdéveloppé en Suisse ne permettra pas d’améliorer de beaucoup les prévisions si on ne connaît pas le reste de l’atmosphère.

C’est vrai ce que dit Météo Suisse, il faut des moyen de vision globale de l’atmosphère comme les Radar, les détecteurs d’orage, les satellites …

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×