Aller au contenu
Les Forums de MeteoBelgique
cumulonimbus

Chronique d'un froid brutal

Messages recommandés

Bonjour à tous.

Je vois que vous aimez tous la neige et l'hiver. En voilà encore !

L'hiver 1978-1979, l'un des grands hivers du siècle dernier, a surtout été caractérisé par son arrivée brutale. À ma connaissance, seule la vague de froid de 1956 a également connu une arrivée aussi brutale.

Voici la chronique, jour après jour, de l'arrivée de cet hiver. Cette fois-ci, je vous donnerai comme températures les relevés synoptiques, de 3 heures en trois heures, qui sont plus parlants pour suivre l'évolution pas à pas. J'exprimerai les heures d'observation en heure belge (GMT + 1).

29 décembre 1978

Depuis plusieurs jours déjà, le temps est particulièrement doux et il en est ainsi aujourd'hui aussi. La nuit dernière, des vents forts ont fait monter la température jusqu'à 12°C. Maintenant, le vent du sud-ouest a quelque peu faibli et la température oscille entre 10 et 11°C. Il fait humide, mais il ne pleut plus. Le ciel est couvert de stratocumulus, doublés de cumulus et de fracto-cumulus. Quelques rares éclaircies. Quand le timide soleil de décembre apparaît, on a une véritable sensation de printemps. La nuit suivante, les averses nous reviennent en force.

Une dépression oblongue s'étend du sud-ouest de l'Irlande à la Pologne en passant juste au nord de nos régions. De nombreuses perturbations ondulent dans notre voisinage. Les hautes pressions se trouvent très bas en latitude, sur le sud de la Méditerranée. Un puissant courant perturbé, plus méridional que d'habitude mais bien orienté vers nos régions, apporte l'air typiquement doux de l'Atlantique (au niveau 850 mb, la température est encore de 5°C). Pourtant en regardant plus au nord, il se passe bien des choses. En effet, un anticyclone sur les îles Spitsbergen avec une dorsale sur la Scandinavie commande un important flux d'est-nord-est avec de l'air très froid qui descend jusqu'à la latitude de 54° environ. Une énorme zone de convergence sépare l'air doux de l'air froid et se situe juste au nord de nos régions. Et elle descend lentement...

Températures : 1h = 12°C; 4h = 12°C; 7h = 10°C; 10h = 10°C; 13h = 11°C; 16h = 11°C; 19h = 9°C; 22h = 9°C

Précipitations : 6,7 mm

Insolation : 0h05

Neige au sol = 0 cm

30 décembre 1978

Le matin, le vent a tourné à l'ouest, il fait un peu plus frais et on note de petites averses sous des cumulus et des stratocumulus. Un petit front froid vient sans doute de passer (on ne voit encore absolument rien de celui qui va suivre). Pour le moment, la température est de 7°C et elle se stabilise à ce niveau pendant une bonne partie de la matinée. Toujours ce petit vent d'ouest et toujours ces petites averses en provenance des cumulus et des stratocumulus. Vers midi, le vent tourne au nord et la température se met soudain à baisser très fort. Il pleut toujours par intermittence, mais le plafond des nuages se fait fort bas. De la brume et des stratus se forment dans la mince couche d'air froid qui nous envahit, les sommets des grands immeubles deviennent invisibles. En début d'après-midi, le thermomètre descend en-dessous de 0°C, mais le verglas ne se forme pas, le sol est encore trop chaud. Quelques flocons, néanmoins, donnent de-ci, de-là, un peu de blancheur. Plus tard, l'air devient plus turbulent, les stratus se déchirent mais le ciel reste couvert, pourtant il ne tombe toujours rien. Le vent a tourné au nord-est, le soir est tombé et il gèle maintenant à pierre fendre. Le ciel est toujours couvert et tous les espoirs sont permis. Pourtant, rien ne se passe...

La dépression oblongue est désormais centrée sur nos régions. Au sud, toujours les courants doux atlantiques ; au nord, les courants d'est à nord-est très froids. La ligne de convergence est toute proche, et traverse le pays durant l'après-midi. Au niveau 850 mb, au-dessus de l'air froid, la température reste assez élevée (1°C en début de journée).

Températures : 1h = 9°C; 4h = 8°C; 7h = 7°C; 10h = 7°C; 13h = 2°C; 16h = -1°C; 19h = -2°C; 22h = -4°C

Précipitations : 16,1 mm

Insolation : 0h00

Neige au sol = traces le soir

31 décembre 1978

Vers minuit enfin, la neige se met à tomber, une neige toute fine mais abondante qui, poussée par un fort vent de nord-est, forme aussitôt des congères. Le matin, on n'observe certes que 14 cm de neige en plat, mais les congères sont énormes. Le ciel reste très nuageux, l'air froid gagne en épaisseur et des cumulus d'instabilité se forment, avec encore quelques flocons. Le temps est glacial : -11°C en matinée. L'après-midi, après une temporairement remontée des températures jusqu'à -10°C (max. = -10,0°C), il recommence à refaire plus froid, jusqu'à -13°C en début de soirée. Les cumulus se dissipent à nouveau. On observe des cirrus, des altocumulus puis un épais altostratus avec quelques cumulus fractus, et de nouvelles petites chutes de neige. La nuit, le ciel se dégage soudain et on s'attend à -20°C. Pourtant, paradoxalement, la température remonte, sans doute en raison d'un effet de compression de l'air à la suite du tassement.

La zone de convergence est désormais au sud de nos régions. La dépression, toujours oblongue, passe à présent au sud des Iles Britanniques, sur le nord de la France et s'étend jusqu'au centre de l'Allemagne. La majeure partie de la France et le sud de l'Allemagne sont toujours soumis aux courants atlantiques doux tandis que le froid est déjà très intense chez nous. L'anticyclone principal est toujours centré sur la Scandinavie. La température au niveau 850 mb était encore de -3°C la nuit précédente, pour arriver à -14°C la nuit suivante.

Températures : 1h = -7°C; 4h = -8°C; 7h = -10°C; 10h = -11°C; 13h = -10°C; 16h = -12°C; 19h = -13°C; 22h = -12°C

Précipitations : 0,7 mm

Insolation : 0h25

Neige au sol = 14 cm

1er janvier 1979

En fin de compte, la température minimale n'atteindra "que" -13,9°C. Le temps est splendide. Ciel serein le matin, garni de quelques altocumulus et cirrus l'après-midi. Le vent est devenu faible et souffle de directions variées. La neige est bien blanche, elle s'est un tout petit peu tassée et atteint une épaisseur de 13 cm En soirée, le ciel redevient nuageux, avec de nombreux altocumulus. Que va-t-il se passer ?

La dépression s'est décalée vers l'Autriche et l'air froid descend de plus en plus loin vers le sud. Un anticyclone reste centré sur la Scandinavie tandis qu'une dépression très lointaine, au nord-est de la Finlande, continue de renforcer le froid sur le continent en raison de coulées d'air arctique.

Températures : 1h = -11°C; 4h = -9°C; 7h = -10°C; 10h = -11°C; 13h = -8°C; 16h = -7°C; 19h = -10°C; 22h = -9°C

Précipitations : 0,0 mm

Insolation : 6h10

Neige au sol = 13 cm

2 janvier 1979

Le matin, on observe des stratus. Il fait -10°C. La neige est toujours aussi belle. Le vent a tourné au secteur sud et se met à souffler de plus en plus fort. Les stratus évoluent en nimbostratus et il recommence à neiger. En même temps, la température remonte rapidement, dépasse même le 0°C (max. = 0,9°C). Au secours ! Puis soudain, le vent vire au nord et se met à souffler fort. On assiste à une véritable tempête de neige. Un "polar low" vient de passer. La quantité de neige n'est pas énorme, mais avec les congères et le chasse-neige, ça reste quand même impressionnant !

L'anticyclone froid scandinave est descendu sur la France tandis qu'un second noyau est en train de se reformer sur l'ouest de la Scandinavie. Entre les deux, à peine visible sur la carte de la Wetterzentrale (mais mieux visible sur d'autres cartes), un "polar low", avec sa perturbation frontale (séparant l'air polaire de l'air actique), est en train de traverser rapidement la Mer du Nord pour arriver droit sur nous. À l'est de chez nous, la pression baisse sur l'ensemble du continent, ce qui favorise également le flux en provenance du nord. La température au niveau 850 mb est très basse : -15°C.

Températures : 1h = -10°C; 4h = -11°C; 7h = -10°C; 10h = -7°C; 13h = -5°C; 16h = 0°C; 19h = -3°C; 22h = -6°C

Précipitations : 2,5 mm

Insolation : 0h00

Neige au sol = 13 cm

3 janvier 1979

Après une nouvelle nuit glacée, sereine en dehors de quelques bancs de brouillard, le ciel devient peu à peu plus nuageux, avec des cirrus, des altocumulus et des cumulus. En après-midi, ces altocumulus deviennent très denses et couvrent pratiquement tout le ciel. Le vent s'oriente à nouveau au sud mais cette fois-ci, le gel persiste. En soirée, le ciel se dégage à nouveau. La neige, toujours aussi belle, se tasse un peu.

Restant invisible sur la carte de la Wetterzentrale, le "polar low" et sa perturbation sont désormais arrivés en Suisse. L'anticyclone froid s'est à présent décalé vers le sud de la France tandis que le deuxième noyau reste sur l'ouest de la Scandinavie. Un vaste complexe dépressionnaire s'est installé sur le continent, de la Baltique à la Grèce et s'étend à l'est jusqu'au-delà de Moscou. La température au niveau 850mb continue à tourner autour des -15°C.

Températures : 1h = -7°C; 4h = -10°C; 7h = -11°C; 10h = -9°C; 13h = -3°C; 16h = -4°C; 19h = -5°C; 22h = -6°C

Précipitations : 0,0 mm

Insolation : 5h15

Neige au sol = 12 cm

4 janvier 1979

Le vent se réoriente à l'est et souffle de façon soutenue. Le froid persiste donc. Le ciel, quant à lui, est voilé avec d'épais cirrus et des cirrostratus, ainsi que quelques bancs d'altocumulus. Le vent comme les nuages indiquent que les perturbations ne sont pas loin, mais elles ne nous atteignent pas. La neige se tasse encore un peu.

L'anticyclone, toujours scindé en deux, a une partie sur la Suisse tandis que l'autre partie est remontée vers le nord de la Scandinavie. De nombreuses dépressions, tant à l'ouest qu'à l'est de cette dorsale, donne une issue incertaine au temps sur nos régions. Au niveau 850 mb, il fait -12°C en ce moment.

Températures : 1h = -6°C; 4h = -6°C; 7h = -6°C; 10h = -5°C; 13h = -3°C; 16h = -5°C; 19h = -7°C; 22h = -7°C

Précipitations : 0,0 mm

Insolation : 2h20

Neige au sol = 10 cm

5 janvier 1979

Le vent reste orienté à l'est et le temps se refroidit à nouveau fortement. La température maximale ne dépasse plus -7,6°C. Le ciel est nuageux, avec d'abord des cirrus et quelques altocumulus, puis des cirrus et des cirrostratus. De la brume se forme en fin de soirée.

L'anticyclone sur la Scandinavie tient bon et, associé à des basses pressions continentales, est garant pour la persistance de l'hiver. Toutefois, une dépression sur le Golfe de Gascogne reste à surveiller. La température au niveau 850 mb remonte aussi un peu, elle est de -8°C.

Températures : 1h = -7°C; 4h = -8°C; 7h = -10°C; 10h = -10°C; 13h = -8°C; 16h = ?; 19h = ?; 22h = -9°C

Précipitations : 0,0 mm

Insolation : 2h55

Neige au sol = 10 cm

6 janvier 1979

Splendide journée hivernale. Il fait très froid (min. : -13,1°C/max. : -5,8°C) mais on ne le sent pas. Le vent est tombé et le soleil semble presque chaud quand on y expose le visage. Quelques rares altocumulus et cirrus garnissent le ciel. La neige, avec ses 10 cm, n'a rien perdu de son charme. En soirée cependant, un vent de sud-sud-ouest se fait davantage sentir. Le temps va à nouveau changer.

La dépression sur le Golfe de Gascogne a disparu. L'anticyclone scandinave est en train de se lier avec l'anticyclone des Açores. Cette fois-ci, c'est une autre dépression, très vaste et centrée au nord de l'Islande, qu'il faut surveiller. Celle-ci risque de pousser toute la dorsale vers le sud-est, nous mettant ainsi dans les courant de sud-ouest (ce qui a effectivement commené en soirée). La température au niveau 850 mb poursuit également son ascension, on n'est plus qu'à -7°C.

Températures : 1h = -10°C; 4h = -11°C; 7h = -13°C; 10h = -11°C; 13h = -7°C; 16h = -7°C; 19h = -9°C; 22h = -9°C

Précipitations : 0,0 mm

Insolation : 6h45

Neige au sol = 10 cm

7 janvier 1979

Le ciel est resté serein toute la nuit mais paradoxalement, il fait moins froid, à peine -8°C le matin. Le vent souffle toujours de sud à sud-ouest, de façon modérée. En journée, de nombreux altocumulus envahissent le ciel, ainsi que des cirrus. En après-midi, ces altocumulus présentent des aspects lenticulaires, témoins d'air tropical en altitude. Au niveau du sol, la température s'approche dangereusement du 0°C aussi, le dépasse même de quelques dixièmes de degrés (max. : 0,3°C). L'hiver va-t-il se terminer aussi vite et aussi lamentablement qu'en 1973 ? En effet, dans la nuit, la pluie se met à tomber... (Température à 850 mb montant même à +2°C).

La dorsale anticyclonique s'est réellement déplacée (en moyenne) vers le sud-est tandis que la dépression a développé un second noyau entre l'Islande et la Scandinavie. Les courants atlantiques gagnent du terrain.

Températures : 1h = -9°C; 4h = -8°C; 7h = -8°C; 10h = -6°C; 13h = -2°C; 16h = -0°C; 19h = -1°C; 22h = -1°C

Précipitations : 3,1 mm

Insolation : 2h50

Neige au sol = 10 cm

8 janvier 1979

L'hiver prend un tout autre visage, mais il est loin d'être terminé. L'un des plus terribles verglas de l'histoire de Bruxelles s'est formé et persistera pendant des jours. La pluie et la neige fondante tombent abondamment. 3,1 mm la nuit et encore 10 mm par après ! La température de l'air dépasse légèrement le 0°C mais le sol reste bien gelé. Au niveau 850 mb, la température redescend un petit peu, mais reste élevée pour le niveau : de +2°C à -1°C.

Les courants atlantiques ont vraiment gagné. Anticyclones au sud et dépressions au nord. Mais c'est sans compter sur la résistance de la couche d'air froid pelliculaire !

Températures : je ne dispose hélas plus du détail des observations synoptiques de l'époque après le 7 janvier. Je sais toutefois que les températures oscilleront entre -1°C et +2°C au cours des trois jours suivants.

Précipitations : 10,0 mm

Insolation : 0h00

Neige au sol = 7 cm

9 janvier 1979

Toujours des pluies et du verglas. Il tombe encore 3 mm, sous un ciel restant absolument couvert. La neige, recouverte d'une couche de glace, crisse curieusement quand on marche dessus. On dirait de la soie.

Le noyau principal de la dépression s'est décalé vers le nord de la Scandinavie. Un noyau secondaire, au sud de l'Islande, maintient cependant des courants de sud-ouest, soutenus par un anticyclone situé sur les Balkans. Heureusement que la couche d'air froid près du sol se maintient, car même au niveau 850 mb, il ne gèle que faiblement (-2°C).

Précipitations : 3,1 mm

Insolation : 0h00

Neige au sol = 6 cm

10 janvier 1979

Encore 8,9 mm d'eau ! Et toujours pas de dégel véritable ! On ne peut toujours rien faire contre le verglas !

Un vaste complexe dépressionnaire s'étend à présent du sud de l'Islande au nord de la Scandinavie, avec un noyau détaché sur l'Italie. L'anticyclone des Açores est bien présent... sur les Açores. Tout indique un temps doux et très perturbé, pourtant les pluies verglaçantes continuent ! À noter aussi la baisse des températures au niveau 850 mb (-7°C), ce qui témoigne que l'ensemble de la masse d'air n'est pas si doux que cela.

Précipitations : 8,9 mm

Insolation : 0h00

Neige au sol = 6 cm

Épilogue

Le dégel ne réussira pas. À partir du 11, les dépressions se replacent bien pour ramener de l'air polaire. Le 13, la couche de neige atteint à nouveau 11 cm puis, après une offensive d'air polaire direct (avec -9°C au niveau 850 mb), cette couche atteindra 19 cm le 14. Cette neige persistera jusqu'au 1er février, ce qui fait une série ininterrompue de 33 jours. Si on ajoute à cela les jours de neige fondante (jusqu'au 7 février), on obtient même une série de 39 jours. Et plusieurs vagues de neige, certes plus modestes, succéderont encore à cette vague de froid entre le 14 et le 26 février !

Sources

IRM pour les données à Uccle

Wetterzentrale pour les situations atmosphériques et les températures à 850 mb

Journal "Le Monde" de l'époque pour d'autres cartes atmosphériques

Notes personnelles

Cumulonimbus

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci aussi cumulonimbus, thumbsup.gif

Je m'en souviens également et c'est à partir de ce moment-là que je me suis intéressé à la météo (pour pouvoir comprendre le pourquoi du comment).

Des récits comme ceux-là, j'en redemande. Clair et précis.

Bravo clap.gifclapping.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je m'en souviens également : Je suis resté bloqué dans les congères en pleine campagne, en allant dîner chez mes parents le jour de l'an.

Quand je suis arrivé chez eux, à 15h00 whistling.gif , je leur ai offert un petit chien que j'avais trouvé perdu et frigorifié : Ils l'on baptisé Caramel, et ils l'on gardé 16 ans! smile.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je m'en rappelle très bien, même si je n'avais que 11 ans. La neige et le grand froid. Mais ce qui m'a le plus marqué, c'est la semaine qui était sensée apporter le dégel. La pluie et le verglas sont arrivés dans la nuit du dimanche au lundi. C'était exceptionnel ! Je me souviens avoir été, après l'école, faire du traineau sur 15 cm de neige recouvert par 1 ou 2 cm de glace. C'était surréaliste et surtout, le traineau glissait beaucoup plus vite. Que de sensations ! tongue.gif Mais, je me souviens également qu'à ma grande surprise, le lendemain matin, alors que de nouvelles pluis avaient été prévues, ce sont 5 cm de neige qui sont tombés. Et oui, le reste de la semaine, plus de pluie chez moi, c'était de la neige pendant la nuit et de la neige fondante pendant la journée avec des tempréatures maximales et minimales qui flirtaient avec le 0°c. Et puis arriva le vendredi. Pour la première fois depuis le début de la semaine, le soleil était là sans que les températures ne montent bien haut pour autant. Et puis en fin d'après-midi, nous allions bientôt sortir de classe et le ciel est devenu tout noir. S'en est suivi une averse de neige indescriptible, on ne voyait pas à plus de 20 ou 30 m. C'était incroyable. Elle a duré environ une demi-heure et a laissé plusieurs nouveau cm de neige. Ensuite, les averses se sont succédées jusqu'au semedi soir, apportant plusieurs nouveau cm. Je ne sais plus quelle était l'épaisseu totale de la couche, amis c'était assez important. Ensuite, à partir du dimanche, le temps est devenu serein, sec et froid mais sans excès pendant quelques jours. Aucun dégel donc. Quelle période ! On remet ça cette année ? tongue.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai pas (encore) tout lu mais j'ai (déjà) des questions:

{1) comment te souviens-tu de tout cela de manière aussi précise (nuages dans le ciel etc)? EDIT vu dans sources sorry.}

2) tu dis au début "un vent fort porte la température à 11° la nuit". Comment le vent, de nuit, fait-il monter la température?

3) tu parle aussi de la température qui, la nuit et sous ciel dégagé, ne descend pas "par effet de compression"... L'air froid n'est-il justement pas plus dense que l'air chaud?

J'y connais que dalle alors je me renseigne...

thumbsup.gif

Modifié par fenec des banquises

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut Fenec,

Je vais essayer de répondre à tes questions.

1) Entre 1973 et 1984, j'ai tenu (par intermittences) un journal où je notais au jour le jour ce que je voyais dans le ciel, avec souvent un petit dessin comme illustration. Après un "cross check" avec les observations synoptiques (bulletins synoptiques de l'IRM de l'époque), j'ai pu constater que mes observations étaient justes. Dès douze ans, je connaissais le nom des nuages. En outre, la mémoire à court et à moyen terme étant meilleure pendant l'enfance et l'adolescence (moins perturbée par les tracas de la vie quotidienne ou professionnelle), j'ai pu sans problème me rappeler en soirée ce qui s'était passé pendant toute la journée. En effet, c'est mon entrée dans la vie professionnelle en fin 1984 qui m'a empêché de poursuivre ces carnets de notes.

2) En hiver, surtout en décembre et janvier, le soleil est très faible sur nos régions et l'amplitude thermique entre le jour et la nuit ne dépasse pas 5°C en moyenne. Ce sont donc les masses d'air qui déterminent en grande partie les températures hivernales. Si de l'air tropical maritime nous envahit la nuit et que le vent souffle fort (empêchant l'air de se refroidir au contact du sol froid), la température peut très bien monter même en pleine nuit. Ce fut le cas, notamment, la nuit du 28 ou 29 décembre 1978 en raison du passage du secteur chaud d'une perturbation atlantique. En été, la présence ou l'absence de soleil joue un rôle bien plus important. Un tel phénomène ne peut alors qu'atténuer la différence entre le jour et la nuit, mais pas l'inverser.

3) En compressant de l'air (ou tout autre matière), on le réchauffe, en le dilatant, on le refroidit. Naturellement, de l'air se compresse en se refroidissant ce qui, en fait, ralentit son refroidissement puisque cette compression le réchauffe. S'il n'en était pas ainsi, les refroidissements et réchauffements seraient plus importants. En situation météorologique normale, la compression (donc réchauffement) de l'air qui se refroidit ne compense que partiellement son refroidissement, ce qui fait que le refroidissement existe bel et bien. Par contre, lorsque des phénomènes dynamiques interviennent (compression en raison de l'accumulation d'air en raison fortes hausses de pression ou de subsidences très marquées), il arrive que le réchauffement de l'air en raison de la compression soient supérieur à son refroidissement nocturne. C'est ce qui s'est sans doute passé la nuit du 31 décembre 1978 au 1er janvier 1979, d'autant plus que le phénomène n'était pas perceptible partout, certains endroits de la Belgique ayant connu une nuit très froide à ce moment-là.

Voilà. J'espère que j'ai été clair dans mes explications.

Cb.

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je m'en souviens trop bien de cet hiver sad.gif ... Mon Papa est décédé le 13 janvier et ça a été la croix et la bannière pour les funérailles : beaucoup de faire-part n'ont pas été distribués (impossible pour les facteurs d'atteindre certains endroits), difficulté de circuler entre la morgue et l'Eglise, puis de l'Eglise au cimetière et là, pas possible de mettre le cercueil en terre (terre trop gelée).

On a dit "au revoir, Papa"... tout simplement crying.gif

blush.gif pour cet état d'âme, mais comme quoi, moi qui aime tant la neige et l'hiver, parfois... on s'en passerait volontiers wink.gif

Modifié par MLVH

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×