Aller au contenu
Les Forums de MeteoBelgique
Océanic

Printemps - Eté 2007

Messages recommandés

Oui, mais même à cloturer à +0.1° ne retirerait pas le fait que la période de douceur est historique.

De plus, je pense que si l'anomalie va se calmer ( encore que ca fait depuis fin décembre que c'est envisagé sérieusement ... ), on va quand même cloturer de +1 à+ 2°C

Modifié par paix

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si vous avez envie de boire du vin aquitain et devoir péniblement raconté ce qu'est la neige à vos arrières petits enfants, continuez comme ça.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

smile.gif Tu m'annonces une bonne nouvelle Paix, santé à toi wine.gifsun.gifsun.gif

Ah bon , de +0,5 en juin ( je prend) , +2 en Juillet ( je prend ) , +1 EN AOUT ET + 3 EN SEPTEMBRE ( je prend et reprend ) . Pas de canicule Onbagienne en vue alors , seulement un bel été pas trop chaud et ensoleillé sun2.gifthumbsup.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On reste dans la douceur :

Prévisions saisonnières, science-climat.info

Le site Meteolafleche.fr a aussi réactualisé ses prévisions saisonnières, mais il a souvent tendance a plonger dans de surprenant excés ( du genre, formation de permafrost en février 2007 )

J'ai oublié : la NOAA voit la fraicheur débarquer pour Mai. Pourquoi pas, mais c'est une tendance minoritaire.

http://www.cpc.ncep.noaa.gov/products/peop...es/euT2mMon.gif

Modifié par paix

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Si vous avez envie de boire du vin aquitain et devoir péniblement raconté ce qu'est la neige à vos arrières petits enfants, continuez comme ça.

laugh.gifJe me vois mal centenaire avec mes excès en tout.

En bref, ce n'est pas une plaisanterie, pas un poisson d'avril: le vin anglais n'est plus une piquette.

La viticulture est en pleine expansion grâce aux températures douces, et les culto se reconvertissent dans la viticulture et produisent de bons pinot blanc et chardonnay.

Vais goûter cela laugh.gif

Que du bon le RC rolleyes.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vous êtes aussi égocentrique qu'optimiste. C'est hallucinant, mais je me marre quand même biggrin.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mise à jour des prévisions saisonnières sur le site de MétéoFrance.

http://www.meteofrance.com/FR/actus/dossie...jsp?docid=32300

Rien de nouveau ... MF confirme son bulletin précédent ! sleeping.gifsleeping.gif

Au rythme où est parti le mois d'avril (OK, nous ne sommes que le 7, mais bon ...), nous devrions égaler le record de 1834 : 8 mois consécutifs au-dessus des t° moyennes mensuelles. A la différence qu'en 1834, les moyennes mensuelles étaient comparées aux moyennes de l'époque ... whistling.gif

Si nous devions comparer nos moyennes actuelles à celles de la période référence de 1834 ... on aurait peut-être déjà battu le record ! whistling.gifcrying.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"Si nous devions comparer nos moyennes actuelles à celles de la période référence de 1834 ... on aurait peut-être déjà battu le record !"

C'est en effet une quasi certitude quand on sait que la moyenne annuelle était de "seulement" 8.8° et que l'on regarde l'évolution des courbes. Ce qui me frappe aussi, ce n'est pas seulement la durée de la période mais la moyenne de l'anomalie positive sur cette période. De septembre 2006 à mars 2007, on obtient 3.36° ! Hallucinant ! blink.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour en revenir à l'année 1834.

Les moyennes ont été reconstituées le mieux possible, mais elles restent approximatives.

Plusieurs problèmes se posent :

1) Les relevés n'ont pas été faits à Uccle, mais à l'Observatoire de Bruxelles, situé à l'actuel Botanique. Des observations parallèles à Uccle et à Bruxelles entre 1885 et 1890 ont permis de déterminer un correctif qui n'est qu'un correctif moyen. On peut retrouver une telle comparaison, à l'heure actuelle, entre Uccle et Zaventem. Les aléas peuvent être énormes en hiver. Un janvier doux, pluvieux et venteux donne peu de différences. Un janvier anticylonique et modérément froid, avec inversions thermiques répétées peut donner de très grosses différences, Uccle étant beaucoup moins influencé par les inversions que Zaventem, voire Bruxelles ville (cf. janvier 1982).

2) Les relevés de 1834 ont été faits sans abri, le thermomètre accroché au mur orienté au nord, à 3 mètres du sol. Là aussi, un correctif moyen a été adopté (pour les homogéniser par rapport aux mesures sous abri). Ce correctif peut toutefois fortement sous-estimer ou sur-estimer les températures des mois avec très forte radiation (mois très ensoleillés) ou avec très faible radiation (mois particulièrement sombres).

3) Entre 1833 et 1842, les moyennes ont été obtenues via la division par deux de la moyenne des maxima et des minima. À partir de 1843, la même méthode a été utilisée en parallèle avec le calcul de la moyenne en fonction de 12 observations bihoraires. Là encore des correctifs moyens ont été calculés dès le XIXe siècle pour homogéniser ces données par rapport aux moyennes établies de façon bihoraire.

4) L'ensemble de ces données a été homogénisé au début des années 1980 sur la base de l'abri ouvert, puis re-homogénisé plus tard sur la base de l'abri fermé.

Cela fait beaucoup de correctifs moyens. Dans certains cas, cela peut tomber très près de la réalité, mais parfois, cela peut s'en écarter sensiblement. C'est pour cela que je prendrais ces très anciennes données avec beaucoup de précautions.

À partir de 1901, il n'y a plus que le correctif moyen entre abri ouvert et abri fermé qui intervient. En ce qui concerne les moyennes mensuelles, ce correctif moyen est très fiable.

Même si j'utilise moi-même beaucoup ces anciennes données, j'émettrais toutefois beaucoup de réserves pour déterminer un record de nombre de mois consécutifs au-dessus de la moyenne par rapport à une année aussi ancienne que 1834, même s'il est tenu compte des moyennes de l'époque.

Cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Est-ce que les températures moyennes "de référence" changent d'année en année ?

Si p. ex. la t° moyenne pour le 15/04 était en 1960 de 12,2° (je n'en sais rien, j'invente), est-ce toujours la même valeur qui fait référence aujourd'hui pour le 15/04, ou toutes les années qui ont suivi viennent influencer cette moyenne ?

Je veux dire que si la t° générale de la terre se réchauffe, la t° moyenne pour un 15/04 sera plus élevée en 2007 qu'en 1960, mais cela sera "normal".

La t° moyenne du 15/04/1840 ne serait donc pas la même qu'en 1960 ou qu'en 2007. Donc une t° moyenne pour un jour donné changerait d'année en année (dans les limites du mesurable).

Merci pour vos réponses.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En tout cas, Mai devrait encore être au dessus des normales, mais moins nettement, certainnement aidé pas une mer qui ne cesse de se réchauffé.

Le MetOffice confirme quand à lui que l'été devrait être au dessus des normales, mais que la probabilité d'un été caniculaire comme 2003 ou 2006 est de 20%, ce qui est peu, mais non négligeable.

Si le record de 1834 fait débat, il est une chose sûr : si Mai est au dessus des normales, ces neuf mois d'éxédant thermique sont un record absolu, et Avril n'est pas si mal parti pour établir un nouveau record mensuel après janvier. Ca commence à faire beaucooup de record à la fois ....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
En tout cas, Mai devrait encore être au dessus des normales, mais moins nettement, certainnement aidé pas une mer qui ne cesse de se réchauffé.

Le MetOffice confirme quand à lui que l'été devrait être au dessus des normales, mais que la probabilité d'un été caniculaire comme 2003 ou 2006 est de 20%, ce qui est peu, mais non négligeable.

Si le record de 1834 fait débat, il est une chose sûr : si Mai est au dessus des normales, ces neuf mois d'éxédant thermique sont un record absolu, et Avril n'est pas si mal parti pour établir un nouveau record mensuel après janvier. Ca commence à faire beaucooup de record à la fois ....

Je me demande pourquoi on annonce qu'il n'y a que 20% de chance pour que l'on ait un été caniculaire comme 2003 et 2006, vu les températures actuelles, ne serait ce pas fort probable qu'il y en ait un en été blink.gif ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Est-ce que les températures moyennes "de référence" changent d'année en année ?

Si p. ex. la t° moyenne pour le 15/04 était en 1960 de 12,2° (je n'en sais rien, j'invente), est-ce toujours la même valeur qui fait référence aujourd'hui pour le 15/04, ou toutes les années qui ont suivi viennent influencer cette moyenne ?

Je veux dire que si la t° générale de la terre se réchauffe, la t° moyenne pour un 15/04 sera plus élevée en 2007 qu'en 1960, mais cela sera "normal".

La t° moyenne du 15/04/1840 ne serait donc pas la même qu'en 1960 ou qu'en 2007. Donc une t° moyenne pour un jour donné changerait d'année en année (dans les limites du mesurable).

Merci pour vos réponses.

Certes, les moyennes augmentent avec le réchauffement. C'est un truisme que de le dire !

Mais pour pouvoir mesurer l'amplitude et l'évolution de ce réchauffement, il faut bien une référence temporelle fixe, à savoir trois décades que l'on considérera comme une norme climatologique. (Ex : 1961-1990).

A partir de là, on pourra établir des statistiques probantes (moyennes lissées, écart-type de normalité, aberrances) sur quelque chose de stable et de fiable.

Il va de soi que si tel n'était pas le cas, il serait impossible de donner un sens à l'évolution climatique de notre pays et que nous serions dès lors sans cesse dans la normalité. Par exemple, si le climat belge aujourd'hui tourne autour d'une moyenne annuelle de 10.8°, soit 2°> au début du 19ème siècle, dans le futur il devrait continuer à se réchauffer, repoussant sans cesse les normes vers le haut. Nul doute dans ces conditions que des phénomènes, aujourd'hui considérés comme exceptionnels, ne le seraient évidemment plus et deviendraient normaux ! (Canicule 2003)

Comme le climat bouge sans cesse, il faut un point fixe de référence pour déterminer sa direction. thumbsup.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si je suis bien informé, l'IRM utilise une série de températures assez longue, s'étendant sur plus de 100 ans et que les dernières années chaudes n'influencent encore que très peu. Il existe aussi une période de référence 1961-1990 qui est utilisée.

Les Pays-Bas utilisent la période de référence 1971-2000 pour déterminer le degré d'anomalie d'une année.

Il existe déjà certaines études qui se basent sur la période de référence 1976-2005.

La condition est évidemment qu'il y ait au moins 30 ans.

Il est vrai que l'on peut utiliser indifféremment les périodes 1931-1960 et 1961-1990 puisqu'elles sont similaires (en dehors des aléas purement statistiques). Il s'agissait là d'une période de stabilité climatique s'étendant sur près de 60 ans. Si l'on prend comme référence 1901-1930 ou une période antérieure, il existe une faible différence, le 19e siècle et le début du 20e siècle ayant été plus froids.

Là où le problème se pose réellement, c'est dans les années récentes où le réchauffement climatique s'est fait fortement sentir.

Deux optiques sont possibles et elles se défendent tous les deux.

Soit on utilise comme l'IRM des normales "anciennes", ou tout au moins à début "ancien", se basant sur une très longue période, ce qui fait ressortir énormément d'anomalies chaudes dans ces dernières années et très peu d'anomalies froides. C'est un très bon indicateur de l'évolution du climat qui change.

Soit on utilise à chaque fois la série trentenaire la plus récente possible pour faire ressortir les anomalies interannuelle dans un climat que l'on considère d'office changé. Cela met moins en lumière l'évolution générale du climat, mais permet par contre de mieux apprécier si la variabilité interannuelle se maintient, se renforce ou diminue.

Pour moi, les deux méthodes se valent et elles sont très complémentaires l'une par rapport à l'autre pour comprendre le climat dans toutes ses dimensions.

Cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Soit on utilise comme l'IRM des normales "anciennes", ou tout au moins à début "ancien", se basant sur une très longue période, ce qui fait ressortir énormément d'anomalies chaudes dans ces dernières années et très peu d'anomalies froides. C'est un très bon indicateur de l'évolution du climat qui change.

Soit on utilise à chaque fois la série trentenaire la plus récente possible pour faire ressortir les anomalies interannuelle dans un climat que l'on considère d'office changé. Cela met moins en lumière l'évolution générale du climat, mais permet par contre de mieux apprécier si la variabilité interannuelle se maintient, se renforce ou diminue.

Hé hé beau débât que voila...

Personnellement je pense que la première méthode est la meilleure pour les scientifiques étudiant l'évolution du climat car comme tu le dis elle fait bien ressortir les anomalies..

Par contre on ne devrait pas l'utiliser pour parler des anomalies dans la presse comme c'est fait pour l'instant... Je preférerais que l'autre soit utilisé car c'est assez troublant pour une majorité de personnes...

En effet, aller expliqué à des jeunes de 15-20 ans que des valeurs de t° sont très anormales alors qu'ils les rencontrent (a peu de chose prés) presque chaque année depuis qu'ils sont en age de comprendre ce qu'est une valeur moyenne ?

Exemple l'avant dernier hiver qui n'était pas loin des normes 61-90 mais qui pour la + part à semblé froid car assez inhabituel depuis les année 90... Quid de la comparaison de cet hiver par exemple sur base d'une normes (années en cours - 30 ans).

Le résultat aurait été je pense sensiblement différent

Modifié par titi

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne vois pas pas ce qu'il y a de magnifique à imaginer la désertification qui nous pend au nez mais si vivre au milieu de la végétation morte de soif est magnifique allons-y donc rolleyes.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mis à jour des prévisions saisonnière (magnifiquement chaude cool.gif) de Guillaume Sechet.

http://www.meteo-paris.com/france/previsio...aisonnieres.php

Si ces prévisions se confirment, cela signifierait que nous sommes vraiment en train de connaître une accélération du processus de réchauffement climatique. La persistance d’une telle anomalie ne peut pas être liée à autre chose

Il est fortiche le gars pour affirmer cela...

Les gens devraient tourner 7 fois leur langue dans leur bouche avant de parler ou d'écrire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Soit on utilise comme l'IRM des normales "anciennes", ou tout au moins à début "ancien", se basant sur une très longue période, ce qui fait ressortir énormément d'anomalies chaudes dans ces dernières années et très peu d'anomalies froides. C'est un très bon indicateur de l'évolution du climat qui change.

Soit on utilise à chaque fois la série trentenaire la plus récente possible pour faire ressortir les anomalies interannuelle dans un climat que l'on considère d'office changé. Cela met moins en lumière l'évolution générale du climat, mais permet par contre de mieux apprécier si la variabilité interannuelle se maintient, se renforce ou diminue.

Hé hé beau débât que voila...

Personnellement je pense que la première méthode est la meilleure pour les scientifiques étudiant l'évolution du climat car comme tu le dis elle fait bien ressortir les anomalies..

Par contre on ne devrait pas l'utiliser pour parler des anomalies dans la presse comme c'est fait pour l'instant... Je preférerais que l'autre soit utilisé car c'est assez troublant pour une majorité de personnes...

En effet, aller expliqué à des jeunes de 15-20 ans que des valeurs de t° sont très anormales alors qu'ils les rencontrent (a peu de chose prés) presque chaque année depuis qu'ils sont en age de comprendre ce qu'est une valeur moyenne ?

Exemple l'avant dernier hiver qui n'était pas loin des normes 61-90 mais qui pour la + part à semblé froid car assez inhabituel depuis les année 90... Quid de la comparaison de cet hiver par exemple sur base d'une normes (années en cours - 30 ans).

Le résultat aurait été je pense sensiblement différent

Oui tout à fait c'est ce qu'on appelle la subjectivité intrinsèque, effectivement beau débat...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mis à jour des prévisions saisonnière (magnifiquement chaude  cool.gif) de Guillaume Sechet.

http://www.meteo-paris.com/france/previsio...aisonnieres.php

Si ces prévisions se confirment, cela signifierait que nous sommes vraiment en train de connaître une accélération du processus de réchauffement climatique. La persistance d’une telle anomalie ne peut pas être liée à autre chose

Il est fortiche le gars pour affirmer cela...

Les gens devraient tourner 7 fois leur langue dans leur bouche avant de parler ou d'écrire.

J'admire le travail de Guillaume Séchet, je vais sur son site tous les jours ! Ce site est une vraie mine d'informations en tous genres. thumbsup.gif

Mais concernant sa dernière MAJ des prévisions saisonnières, je rejoins TITI ... nimporte nawak !!! A se demander si c'est lui qui a rédigé cela.

Concernant El Nino, je ne suis pas suffisamment calé pour en parler, mais j'ai cru comprendre que le phénomène était en voie de régression rapide actuellement, et qu'il serait remplacé par une NINA qui le phénomène inverse si je ne me trompe ... donc à voir et à suivre, mais je préfère que nos spécialistes en parlent (peut-être Philippe pour une explication de La NINA ?)

smile.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Je ne vois pas pas ce qu'il y a de magnifique à imaginer la désertification qui nous pend au nez mais si vivre au milieu de la végétation morte de soif est magnifique allons-y donc rolleyes.gif

wink.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×