Aller au contenu
Les Forums de MeteoBelgique
cumulonimbus

Été 2016

Messages recommandés

« Et ça continue, encore et encore… »

108,6 mm (!) à Lommel, 61,0 mm à Kleine Brogel, 54,5 mm à Genk, 41,6 mm à Gorsem, 37,1 mm à Koersel… L’été qui vient de commencer continue sur la même lancée que le printemps !

Bien étrange journée que ce 1er juin 2016. Une journée fraîche, humide, brumeuse où la température, en bien des endroits, n’atteint même pas les 15°C. Une journée quelconque, en plus, de prime abord. Un brouillard matinal qui se dissipe mal, des stratus qui persistent et qui, le soir, redescendent tellement bas qu’on peut reparler de brouillard en de nombreux lieux.

Et pourtant, quand on regarde le radar, c’est déjà chahuté même en matinée !

2hdcl68.jpg

Source : IRM

Chahuté, oui, parce qu’il pleut beaucoup plus fort, mais le ciel reste toujours aussi désespérément monotone !

2iurknk.jpg

Webcam MB – Slins – 1 juin 2016 à 10h

Le soir pourtant, le ciel brumeux prend une bien étrange coloration, à l’approche de nouvelles fortes précipitations, orageuses cette fois-ci. Mais le ciel jaune-orange s’étend bien au-delà des régions affectées par les orages.

Ci-dessous, l’évolution du ciel en une heure de temps au-dessus de Louvain, à 20h30 et à 21h30 :

2n4lsx.jpg

21358wl.jpg

Source : leuven.teambelgium.net

La même ambiance est observée aussi, notamment, du côté de Bruxelles et du côté de Jodoigne.

Un coup d’œil sur la carte des températures nous apprend que l’air chaud n’est vraiment pas loin de chez nous. En effet, une langue d’air chaud et exceptionnellement humide, en provenance du nord-est, affecte une grande partie des Pays-Bas et frôle l’extrême nord de notre pays. À 18 heures par exemple, la température n’atteint que 16°C à Anvers mais 22°C à Gilze aux Pays-Bas. Plus loin au nord-est, on observe 24-25°C à Arnhem, Deelen, Twente et Hoogeween, avec des points de rosée de 17 à 19°C.

Il n’est donc pas étonnant que des orages particulièrement violents se développent dans cet air humide, d’autant plus que la configuration est assez instable, avec 10°C au niveau 850 hPa (1480 m) et 1°C au niveau 700 hPa (3070 m). Et même si la décroissance thermique, dans les couches moyennes, n’est que de 0,55°C par 100 mètres, cela reste suffisant, avec un tel couple de température/humidité au départ de la convection, pour le développement d’orages intenses.

Arrivés au-dessus de la Belgique, dans l’air frais et très stable, ces orages se déglinguent littéralement mais ont encore le temps de déverser des masses d’eau sur toute la Campine belge tandis que d’autres cellules parviennent même à pénétrer très loin dans cet air frais en y laissant des précipitations certes moindres, mais absolument non négligeables avec par exemple 28 mm à Gembloux et 24 mm à Gosselies.

Cependant, l’activité orageuse, encore forte en Campine et dans le nord du pays, s’estompe graduellement vers le sud. En fait, tous ces cumulonimbus viennent littéralement s’encastrer dans la masse de nimbostratus, doublée de stratus, qui recouvre la Belgique. C’est ainsi que par endroit, on observe à la fois du brouillard et de fortes précipitations.

Il en va tout autrement aux Pays-Bas, où un magnifique arcus est observé à Nederweert, pourtant pas loin de la frontière belge. Il n’est d’ailleurs pas exclu que l’arcus ait été vu depuis diverses localité du Limbourg.

2ls5d0.jpg

Crédit photo : Bertha van Eerd ; source : Noodweer Benelux

L’extrême nord et l’extême nord-est du pays, de toute façon, connaissent des éclaircies en soirée, avec des altocumulus et des cirrus qui se profilent au travers de stratus se dissipant. L’air chaud, en outre, frôle cette région avec 21,0°C à Essen.

Au littoral, c’est encore une autre chanson. Là, les précipitations sont faibles mais, sous une chape de grisaille (stratus évoluant en stratocumulus), un vent froid et particulièrement désagréable se met à souffler, avec des rafales de 45-50 km/h en journée et jusqu’à 60 km/h en soirée. Les températures y restent coincées à 13-14°C avec presque pas de variation diurne.

Sur le front des inondations, c’est bien sûr la Campine qui est touchée, et plus particulièrement Lommel.

2w70i69.jpg

Source : Het Laatste Nieuws

À suivre…

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est vrai qu'on est passé à l'été météorologique, j'ai mis quelques minutes pour réaliser :lol:

On peut aussi noter que les conditions chaudes associées à une forte évapotranspiration sur l’Europe centrale et du Nord viennent fortement alimenter en flotte les masses d'air pilotées par ces creusement, qui finissent ensuite par précipiter sur l’Europe de l'ouest ( phénomène apparent sur les valeurs de PWAT, theta'E et compagnie ).

Modifié par passiion

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le niveau de la Seine atteint 5,62m à 9h ce matin ici au niveau du pont d'Austerlitz, plus forte crue depuis 34 ans :

CkAr-ciWsAEcUJM.jpg

Le malheur des uns fait le bonheur des autres, les palmipèdes prennent leurs aises :

CkApS8rW0AAXu0C.jpg

La crue en graphique, côte de 6m à Austerlitz :

CkBL_ySXIAA5JrT.png

@Meteovilles @KeraunosObs

Modifié par passiion

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On prend les mêmes et on recommence… Ou presque.

Jeudi 2 juin 2016

De façon plus nette que la veille, notre pays est divisé en trois zones météorologiques distinctes.

bff91e.gif

1. Le littoral

Sur une large bande littorale, le temps est digne d’une fin de mois de novembre. Avec un vent fort de nord, des pluies intermittentes et des stratocumulus a n’en plus finir, parfois rendus flous par la brume des embruns maritimes, la température maximale n’a pas dépassé 11,8°C à Middelkerke et 12,0°C à Coxyde.

352rq6b.jpg

La Panne – 2 juin 2016 vers 11h – Source : Royal Sand Yacht Club

Les rafales, à Zeebruges, ont atteint à plusieurs reprises 68 km/h (tôt le matin, en matinée et en début d’après-midi), tandis que Middelkerke est monté jusqu’à 58 km/h et Coxyde, jusqu’à 61 km/h. Dunkerque (FR) est montée jusqu’à 65 km/h, tout comme Cadzand (NL).

Ce vent désagréable a pénétré dans l’intérieur des terres jusqu’à quelques dizaines de kilomètres du littoral. À Beitem (près de Roulers), on notait encore des rafales de 50 km/h avec une température ne dépassant pas les 12,7°C.

Dans toute cette région, les précipitations ont été bien présentes mais pas excessives, avec 7,3 mm à Middelkerke, 2,1 mm à Coxyde et 5,0 mm à Beitem. Un peu plus a été mesuré aux stations MB de Blankenberge (13 mm) et de La Panne (10 mm).

2. Une large zone centrale

Le centre du pays, au sens large du terme, a connu un vent plus calme (de nord-ouest à nord-nord-ouest) mais avec un ciel d’autant plus monotone sous un stratus persistant et particulièrement bas, s’accrochant même aux plus basses collines et ne présentant pas la moindre variation, même pas sous les pluies résiduelles plus fortes observées le matin, principalement dans le sud de la zone en question. Sinon il s’agissait en journée essentiellement de petites bruines et pluies, qui n’allaient se renforcer quelque peu que le soir et la nuit.

Dans l’ensemble, les précipitations sont restées modestes dans cette zone, le plus souvent entre 2 et 5 mm. Quelques points ont été davantage arrosés comme La Hestre (10,4 mm), Uccle (9,0 mm) et Gembloux (8,9 mm). La station MP de Pont-de-Loup a reçu 11 mm.

Les températures maximales ont varié entre 13°C aux endroits les plus couverts et 17°C où des semblants d’éclaircie ont vaguement éclairci le ciel.

3. La zone (temporairement) affectée par l’air chaud

Dans le secteur chaud de la perturbation frontale (pratiquement renversée) une vague zone de convergence s’est formée tandis qu’une branche du front lui-même ondulait, ce qui a permis à l’air continental assez chaud à mieux s’imposer dans les basses couches, aidé par une petite poussée de vents de nord-est, voire d’est ou de sud-est.

2dgkplf.gif

Source : KNMI

Dans la zone limite, le stratus n’a réussi qu’à se déchirer un peu en milieu d’après-midi tandis que plus à l’est, le stratus s’est transformé dès le matin en stratocumulus pour se muer ensuite en cumulus bourgeonnants. Ces cumulus étant bien souvent séparés par de belles éclaircies, les températures ont pu monter jusqu’à des valeurs fort agréables, avec par exemple 23,8°C à Angleur (Liège), 23,3°C à Kleine Brogel, 22,2°C à Genk et 22,1°C à Koersel. Par endroit, les 25°C ont même été frôlés, comme l’indique la station MB de Vaux-sur-Chèvremont avec 24,9°C.

Dans la zone limite, les maigres éclaircies ont quand même réussi à pousser le mercure jusqu’à quelques 20°C comme à Retie (19,9°C), Gorsem (21,0°C) et Hastière (20,6°C). Ces régions sont encore restées épargnées par la violence des averses orageuses.

Dans la zone plus chaude, l’humidité associée à l’instabilité ont à nouveau fait exploser les cellules, notamment « boostées » par une baisse des températures au niveau 500 hPa (sous-estimée par les modèles, au vu du sondage de Beauvechain) et par la proximité de l’ondulation du front (voir plus haut la carte météorologique). À nouveau, on observe d’importants totaux de précipitations, en Ardenne notamment avec 22,0 mm à Saint-Hubert, 26,0 mm à Elsenborn, 26,4 mm à Mont-Rigi et 27,0 mm à Gouvy. La station MB de Beausaint est même arrivée à 33 mm. Au vu des inondations, il est cependant probable que de très grosses averses soient passées entre les mailles du filet.

2gxlmkh.jpg

Source : La Meuse

Voici, à titre d’exemple, ce que dit la presse :

Jeudi, en fin de journée, les intempéries ont provoqué de sérieuses inondations à Masbourg, petite entité de la commune de Nassogne. La rivière « la Masblette » est sortie de son lit en fin d’après-midi, paralysant une partie du village. Des coulées de boue à Nassogne, en province de Luxembourg, ont engendré la fermeture de deux chaussées ce jeudi soir. Un centre de crise a été mis en place. Inquiétude: une personne manque à l’appel du côté de Harsin. Une conférence de presse aura lieu vers 22h15.

La Meuse.

Malheureusement, la nouvelle vient d’être confirmée par SudPresse : la personne est décédée. Il s’agissait de Didier Wins, âgé de 60 ans.

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

À noter qu'à Uccle, on a observé 4 minutes de soleil... sur 5 jours ! Fait assez remarquable, surtout pour la période de fin mai/début juin qui est, en moyenne, la plus ensoleillée de l'année.

Dans le détail, nous avons eu 4 minutes de soleil le 29 mai, tandis que l'insolation a été nulle les 4 jours suivants, en l'occurrence les 30 mai, 31 mai, 1er juin et 2 juin.

En 2014, nous avons connu même 5 jours sans soleil en plein été, les 8, 9, 10, 11 et 12 juillet. Malgré tout, cela reste un fait remarquable, surtout que l'actinomètre actuel est sensible au moindre rayon de soleil et que là, il n'y a vraiment pas eu la moindre éclaircie.

Du temps de l'héliographe classique, la période sombre la plus célèbre a été celle du 19 au 26 juin 1977, avec 15 minutes de soleil seulement sur 8 jours. D'ailleurs 7 de ces 8 jours, dont 6 consécutifs, ont connu 0h00 de soleil.

Il est fort possible qu'avec l'actinographe actuel, plus précis et plus sensible, ces journées auraient connu l'une ou l'autre minute de soleil ici et là. Mais cela n'aurait pas augmenté de façon significative les 15 minutes enregistrées sur les 8 jours. Cela reste donc, jusqu'à nos jours, l'une des périodes estivales les plus sombres de l'histoire.

À moins que 2016 ne fasse mieux... (Mais rassurez-vous, d'après les prévisions, ce ne sera pas le cas, et ce, dès demain).

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Dans le détail, nous avons eu 4 minutes de soleil le 29 mai, tandis que l'insolation a été nulle les 4 jours suivants, en l'occurrence les 30 mai, 31 mai, 1er juin et 2 juin.

Je n'ai pas les chiffres d'hier, mais je pense que ça n'a pas du être mieux... <_<

post-14699-1465030517_thumb.jpg

Photo prise aujourd'hui vers 10:30 - distance des arbres 200 m.

Voilà le magnifique paysage auquel j'ai droit quasi chaque matin depuis une semaine, et parfois le soir aussi avec une colorisation rouge-orange. En journée, cela reste fort brumeux et la visibilité ne dépasse guère les 2-3 kms. J'habite sur les hauteurs de Braine-le-Comte, à la limite d'Hennuyères et l'impression d'être coincé dans une sorte de stratocumulus lenticularis; le centre de Braine se trouve 30m plus bas et Ronquières 50m.

Heureusement, la pie sur l'image (Gaston l'agace) a passé son brevet IFR et est capable de voler aux instruments ! ;)

Modifié par Eulzor

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Je n'ai pas les chiffres d'hier, mais je pense que ça n'a pas du être mieux... <_<

Grisaille quand tu nous tiens... D'ailleurs, dans la capitale Française, ça fait une semaine qu'ils n'ont plus aperçu un rayon de soleil. Sur les statistiques d’ensoleillement entre mai et août, c'est la première fois que ça arrive ( statistiques utilisées également pour les études sur l'influence du soleil sur le moral et la libido ).

Modifié par passiion

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nouvelle journée à 0' d'ensoleillement. Avec une sorte de stratus régénérants, chose impensable durant la saison chaude, ce qui fait que les averses orageuses viennent s'y superposer!

Nous vivons une période vraiment "remarquable", très étrange. Une période ponctuée d'une nouvelle journée à 0' demain? Pas impossible vu l'humidité stratosphérique dans les basses couches.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On a vécu un truc similaire en juillet 2014 mais cette année la durée est plus longue...et je suis pas optimiste non plus pour les éclaircies de demain...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quand on se trouve pas sous les orages, le spectacle est saisissant, j'ai pu choper de beaux amas de chantilly hier ici ( Moselle du nord ). Le tonnerre était audible :

660350hry.png

263132DSCF5578.jpg

268165DSCF5586.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vendredi 3 juin 2016

Nouvelle journée à la fois grise et orageuse, à la fois stable et instable.

L’air chaud a même reculé par rapport à la veille, n’effleurant plus que l’extrême nord et nord-est du pays d’une part, et l’extrême sud-est du pays d’autre part. Sinon, le pays est à nouveau soumis aux brumes et brouillards se transformant en stratus et stratocumulus sans se dissiper, si ce ne sont que de rares déchirures en fin de journée. 13°C au littoral, 14-16°C sur l’ouest du pays et 17-19°C sur le centre et le centre-est.

Dans les régions touchées par l’air chaud, les maxima sont évidemment plus élevés, mais encore fort modestes, avec au mieux 23,4°C à Aubange (SE) et 21,9°C à Kleine Brogel (NE). Toutes les températures supérieures à 20°C sont d’ailleurs très périphériques, entre l’extrême nord et l’extrême sud-est du pays, avec 20,0°C à Essen (N), 20,4°C à Retie (NNE), 20,2°C à Koersel (ENE), 20,4°C à Genk (ENE), 20,1°C à Angleur (E) et 20,0°C à Gouvy (ESE).

À ces endroits, on note des éclaircies, avec des cumulus, mais aussi pas mal de stratocumulus.

La carte ci-dessous montre bien la limite d’influence de l’air chaud, avec à nouveau des températures assez élevées aux Pays-Bas.

2ahwex.png

Source : KNMI

Les principaux orages éclatent dans la zone (un peu) plus chaude, avec 26 mm à Buzenol (IRM) et à Herve (MB), 22 mm à Virton (MB), 19 mm à Mont-Rigi (IRM) et à Chaîneux (MB), ou encore 15 mm à Vaux-sous-Chèvremont. Mais quelques averses parviennent à se frayer un chemin jusque très loin dans la zone de stabilité, avec par exemple 20 mm d’eau à La Hestre (Manage), où il n’avait pourtant fait que 15°C.

Ce nouvel apport d’eau n’est évidemment pas rassurant, quand on sait que les eaux des inondations ne sont pas encore toutes évacuées.

Samedi 4 juin 2016

Un ciel plus désespérant encore. Brouillard persistant parfois jusqu’en fin de matinée, comme en plein novembre, puis ciel gris et uniforme jusqu’au soir. Et puis de timides éclaircies, laissant entrevoir des altocumulus et… des enclumes de cumulonimbus !

Juste le sud du pays connaît des éclaircies meilleures, avec là aussi des altocumulus, mais surtout des cumulus et des cumulonimbus, cette fois-ci bien visibles.

En effet, l’air chaud a encore reculé un peu, mais s’est en même temps accentué sur les Pays-Bas, avec des températures de 27 à 28°C en de nombreux endroits.

Chez nous, sous le ciel gris, les températures ne dépassent pas 15 à 18°C, voire moins près du littoral (p. ex. 13,3°C à Middelkerke, 14,5°C à Beitem, 17,4°C à Uccle, 16,8°C à Gembloux, 16,9°C à Bierset…). Les températures les plus chaudes sont une nouvelle fois très périphériques, touchant à peu de choses près les mêmes endroits, mais avec des valeurs déjà un peu plus élevées (22,0°C à Essen, 22,4°C à Retie, 20,8°C à Deurne, 20,5°C à Sint-Katelijne-Waver, 22,1°C à Koersel, 23,3°C à Kleine Brogel, 22,1°C à Angleur [mais 16,9°C à Bierset], 20,9°C à Buzenol et 22,4°C à Aubange.

Pourtant les orages sont à nouveau bien là, d’abord au sud du pays (normal, il y’a eu des éclaircies), puis aussi sur le nord (zone plus chaude), mais aussi sur le centre et le centre-ouest où il n’y a (pratiquement) pas eu d’éclaircies et où il a fait frais. D’accord, il s’agit d’orages nocturnes mais quand même, pas de sensation pré-orageuse auparavant !

Ces orages, formés dans l’air chaud aux Pays-Bas (là, le temps a été clair l’après-midi, avec la typique formation de cumulus évoluant jusqu’au cumulonimbus), ont d’abord su survivre grâce à la propagation vers l’est de quelques éclaircies, avec basses couches plus chaudes et donc plus instables, mais après, ils sont restés actifs un long moment encore dans l’air frais et humide, jusqu’à venir mourir au-dessus de la région de Tournai.

À Virton, on relève 21 mm au pluviomètre, mais aussi, de façon très isolée, 15 mm à La Hestre (Manage), pourtant située très loin de l’air chaud.

Dimanche 5 juin 2016

Enfin une journée orageuse plus classique. Même s’il fait encore fort brumeux en matinée, avec des brouillards, le ciel se dégage vers midi, avec rapide hausse de la température et enclenchement de la convection (parfois cumulonimbus isolés dans de belles éclaircies).

Dans certains cas, la transition entre stabilité et instabilité se fait sans transition, comme à Wideûmont où, à 11h20 on observe encore des stratocumulus à la limite du stratus tandis qu’à 11h40 naît déjà un dôme de cumulus congestus.

5my748.jpg

2w5u341.jpg

Webcam IRM – Wideûmont – 5 juin 2016 à 11h20 et 11h40

10 minutes plus tard, le dôme devient encore plus visible, étroit mais catapulté vers le haut (sur la photo, on le distingue au travers de la brume, au centre gauche de l’image).

eqz51z.jpg

Il est intéressant de noter que les cellules orageuses ne réussissent pas toutes à vraiment se développer. François Riguelle, un observateur de Belgorage a rapporté ce qui suit (extrait) :

17h00 : une cellule explose au nord-est de Louvain

17h40 : l’orage passe juste au nord de Louvain

18h00 : il perd rapidement en activité

18h55 : une nouvelle cellule explose à l’est de Bruxelles

19h20 : la cellule s’effondre aussi rapidement qu’elle n’est apparue

19h50 : un système multicellulaire se trouve en région liégeoise et se dirige vers l’ouest

20h15 : un bel arcus est observé à Jodoigne

Fabienne Nicolas, également observatrice de Belgorage, capte l’arcus d’un autre orage, à 19h15 sur Ramillies.

2aa0oyx.jpg

Le pluviomètre de Wavre (MB), situé à une vingtaine de kilomètres à l’ouest-nord-ouest, recueillera 40 mm d’eau tandis que Jodoigne-Souveraine (MB), située à une dizaine de kilomètres au nord, en recueillera 15.

Parmi les stations officielles, les plus forts totaux ont été relevés à Bièvre (34,0 mm), Gorsem (23,4 mm) et Angleur (17,3 mm). Sur le réseau de MétéoBelgique, on épinglera encore, entre autres, les 21 mm de Chaîneux et d’Erezée.

Au niveau des températures, à l’exception de la bande côtière soumise à une brise de mer bien développée, il a fait chaud avec 28,1°C à Koersel, 28,0°C à Essen et Kleine Brogel et 27,4°C à Retie. D’une façon générale, il a fait entre 24 et 27°C sur une large portion du territoire, entre 15 et 17°C au littoral, 20-22°C dans les polders encore partiellement influencés par la bise de mer, et entre 21 et 23°C sur les hauts plateaux. Le sud du pays a connu des maxima assez modestes aussi, avec près de 23°C.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Lundi 6 juin 2016

Une nouvelle journée orageuse traditionnelle.

La persistance de hautes pressions sur le nord, et de pressions plus basses sur le centre-sud de l’Europe maintient chez nous un faible flux de nord-nord-est ou nord-est, avec de l’air continental stagnant presque sur nos régions.

Il s’agit d’air chaud. Il ne faut pas oublier que les régions nordiques, en juin et en juillet, bénéficient de très longues insolations en raison de l’absence ou de la quasi-absence de nuits. Ces longues insolations compensent le fait que l’intensité du soleil, dans ces régions, est (un peu) plus faible que chez nous. Certainement dans le cas d’air continental, les masses d’air qui nous arrivent de ce côté peuvent être chaudes au début et au milieu de l’été (mais déjà moins à la fin de l’été).

Les températures ont par ailleurs atteint de belles valeurs, avec 25 à 27°C, voire plus partout en plaine (littoral excepté). Bien sûr, l’air tropical continental ferait mieux, mais c’est déjà pas si mal pour notre petit pays.

Voici quelques relevés :

Basse et Moyenne Belgique (+ vallées)

Angleur : 29,3°C

Koersel : 28,1°C

Hastière : 27,8°C

Kleine Brogel : 27,3°C

Deurne : 27,1°C

Coxyde : 18,4°C

Middelkerke : 17,7°C

Haute Belgique

Elsenborn : 24,6°C

Saint-Hubert : 24,1°C

Mont-Rigi : 22,9°C

Gaume

Aubange : 26,4°C

Buzenol : 25,6°C

Les températures bien plus basses au littoral ont été évidemment liées à une brise de mer soutenue de nord-nord-est, soufflant l’après-midi par petites rafales de 30-35 km/h, occasionnellement 40 km/h, ce qui a empêché les températures de grimper, mais aussi la convection de se développer.

Ailleurs dans le pays, avec les points de rosée élevés (18-19°C en de nombreux endroits), la convection et la tendance orageuse étaient bien présentes. Mais d’abord, le temps a été très beau, avec un ciel soit serein, soit garni de quelques altocumulus, et des cumulus ne se développant qu’en début d’après-midi. Par endroit cependant, des brouillards tenaces ont été observés, ou une convection commençant très tôt.

Les premiers orages ont été notés dès le début de l’après-midi au sud-est de Liège, puis rapidement aussi dans la région de Durbuy.

En après-midi, on observait deux cellules particulièrement violentes, l’une se déplaçant de Verviers à Welkenraedt avec fortes pluies et grêlons, et une autre se déplaçant au sud-est de Namur avec, là, des grêlons de 2 à 3 cm.

En fin d’après-midi, les orages se sont multipliés, avec des exemplaires très développés à l’ouest de Bruxelles et au Hainaut, tandis que le massif ardennais continuait à être fortement affecté par les orages, pendant que des inondations sévissaient, entre autres, à Soiron et à Thimister.

Les relevés de précipitations :

Montignies-sur-Sambre (MB) : 35 mm

Saint-Hubert (IRM) : 31 mm

Chanly (MB) : 21 mm

Chaineux (MB) : 20 mm

Tollenbeek (MB) : 19 mm

Mont-Rigi (IRM) : 18 mm

Comme toujours par ce genre de situation, il est fort possible que des averses plus intenses encore soient passées entre les mailles du filet. En outre, de nombreuses stations ont aussi récolté 0 mm de précipitations.

Enfin, les deux cartes ci-dessous (17h et 20h L.T.) montrent l’effet des orages sur les températures.

2rnu0lj.png

t4twrp.png

Source : Infoclimat

Sur la première, on voit bien le refroidissement lié aux fortes précipitations des deux cellules orageuses les plus actives. Sur la deuxième, l’outflow de différentes cellules orageuses a fini par créer une véritable ceinture fraîche entourant le sud de notre pays. Sur les deux images, on remarque aussi la fraîcheur côtière liée à la brise de mer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Robert. :)

Je suis toujours émerveillé devant ce phénomène qui passe inaperçu chez les non-Liégesois...

Il s'agit du trou thermique que constitue Angleur!

Hier ma station a enregistré une Tmax de 24,9°C contre 29,3°C (!!!!) à Angleur, distante de quelques kilométres. Le temps s'est dégradé de la même façon pourtant, et au même moment. C'est à dire très tôt dans la journée. Angleur aurait donc pu dépasser très largement les 30°C avec 1-2 heure(s) de soleil en plus. K-B peut aller se rhabiller, et d'ailleurs je ne comprends pas qu'elle soit toujours prise en exemple de chaleur en été!

:w00t: :w00t: :w00t:

Dommage qu'aucune station MB ne se trouve dans cette vallée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mardi 7 juin 2016

Encore une journée d’orages traditionnelle, ou plutôt tropicale, car dans nos régions, des orages aussi typés ne sont pas si traditionnels que ça.

En effet, les orages sont presque exclusivement liés à la combinaison entre la chaleur, l’humidité et l’instabilité, alors que la dynamique est pour ainsi dire inexistante. Les températures, de 26-27°C sur une grande portion de notre territoire, associées à des points de rosée inhabituellement élevés pour nos régions, souvent de 18-19°C en milieu de journée et atteignant parfois 21°C comme à Ernage, sont idéales pour la formation d’orages.

En outre, rien dans la structure verticale de l’atmosphère n’est là pour empêcher leur formation. Des températures de 12°C au niveau 850 hPa (vers 1570 mètres) permettent une bonne instabilité de basses couches par réchauffement diurne, tandis que des températures de saison au niveau 500 hPa (–17°C) sont garantes d’une instabilité suffisante dans les couches moyennes, par contraste avec les basses couches chaudes.

Il s’ensuit qu’après le beau temps matinal, parfois accompagné de quelques altocumulus, la convection se met en place dès midi environ, lorsque le seuil d’instabilité est atteint. Et très rapidement, ces cumulus se transforment en cumulonimbus.

La rapidité de développement de certains nuages est bien visible sur les deux photos qui suivent, prises à 20 minutes d’intervalle depuis Dourbes :

11hxy8o.jpg

2zs46j8.jpg

Webcam – Dourbes – 7 juin 2016 à 12h15 et 12h35

Au-dessus de l’Eiffel et des Hautes-Fagnes, où le relief aide la convection, des orages se forment déjà dès la fin de matinée, alors que dans les autres régions, l’activité orageuse se met en place principalement pendant la première moitié de l’après-midi. (À noter qu’en Gaume, quelques orages étaient présents aussi aux premières heures du jour).

Ces orages se regroupent ensuite en multicellulaires étendus, se rangeant parfois sur une ligne en cessant presque complètement de bouger.

16gz79e.jpg

Source : IRM

Inutile de dire que les quantité de précipitations sont parfois très importantes. Voici les valeurs :

Lot (IRM) : 88 mm

Rumillies (MB) : 61 mm

Rumes (MB) : 58 mm

Kain (MB) : 41 mm

Uccle (IRM) : 37 mm

Kain Mt St. Aubert (MB) : 35 mm

Woluwe-Saint-Pierre (MB) : 34 mm

Mont-Rigi (IRM) : 32 mm

Genk (IRM) : 31 mm

Ces précipitations, tombant généralement en peu de temps, prennent de véritables allures de déluge. Le témoignage qui suit, rédigé par un observateur du collectif « Info Météo », résume à merveille la situation dans le pays. Je vous le livre dans son intégralité » :

« J'ai fait un saut jusque la région de Ath où c'est vraiment la cata ... J'ai circulé dans les campagnes avoisinantes, notamment sur Bobignies. C'est juste incroyable comme les cumulonimbus se régénéraient sur place. Je n'avais jamais vu des pluies stagner aussi longtemps.

C'est une région rurale très vallonnée et donc forcément, les ruissellements étaient monstrueux vers les points bas, depuis les champs. Points bas évidemment urbanisés un max ...

J'ai même vu un [éclair] positif toucher un pylône électrique au loin : il s'est illuminé de la tête aux pieds comme un objet en métal qu'on aurait chauffé à sa température de fusion. Une première pour moi !

Sinon, je n'ai pas compté le nombre de voitures immergées à mi-hauteur et probablement "noyées" même sur les routes principales près du centre de Ath. Les pompiers sont arrivées pour évacuer les gens d'une voiture bloquée dans un point bas d'une nationale. J'ai également vu un affaissement de ce route dû à un ruisseau qui érodait tout le bas côté. Et évidemment bon nombre de maisons inondées par les coulées de boue. C'était une première pour moi ! »

En bien d’autres endroits, comme à Bruxelles notamment, ça n’a pas été moins pire, comme on dirait chez nous.

Enfin, pour terminer, encore un mot sur les températures qui, localement, dépassaient même les 26-27°C généralement observés en Basse et Moyenne Belgique. Les valeurs :

Kleine Brogel : 28,6°C

Koersel : 28,5°C

Essen : 28,4°C

Kruishoutem : 28,2°C

Angleur : 28,1°C

Inutile d’insister sur la lourdeur du temps régnant sur ces lieux avant l’arrivée des orages.

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce qui m'a particulièrement frappé ici à Tournai, c'était la diminution hyper rapide de la luminosité; il faisait noir; pas gris sombre comme en cas de fortes pluies, mais noir, très noir. C'était très impressionnant et anxiogène.

A-t-on une idée de l'épaisseur du nuage qui était au-dessus de la région?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ce qui m'a particulièrement frappé ici à Tournai, c'était la diminution hyper rapide de la luminosité; il faisait noir; pas gris sombre comme en cas de fortes pluies, mais noir, très noir. C'était très impressionnant et anxiogène.

A-t-on une idée de l'épaisseur du nuage qui était au-dessus de la région?

Au vu des sondages et des relevés synoptiques, la base principale des cumulonimbus se situait le plus souvent entre 900 et 1100 mètres. Il faut cependant tenir compte des fractus, en dessous de la base, qui sont beaucoup plus bas. Le sommet (plat) des cumulonimbus se situe à peu près au niveau de la tropopause, qui se trouvait à un petit 12000 mètres d'altitude. Dans ce sommet plat, si le courant ascendant est suffisamment puissant (ce qui était le cas), il y a ce qu'on appelle un sommet pénétrant (overshooting top), parfois aussi nommé sommet protubérant ou dôme de dépassement. Cela ressemble un peu à un cumulus qui sortirait du sommet du cumulonimbus.

La page Wikipédia référencée ci-dessous explique bien le phénomène :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sommet_protub%C3%A9rant

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Avec la normalisation de la situation atmosphérique, je vais naviguer dans des eaux plus calmes aussi et m’accorder un peu de repos. Mais dès qu’une nouvelle situation météorologique particulière se présente, je serai de retour sur le forum.

En attendant, je fais encore le compte rendu de la journée d’hier, dernière journée de la série orageuse même si les orages, cette fois-ci, n’ont concerné qu’une très petite partie de notre pays.

Mercredi 8 juin 2016

L’évacuation vers le sud de plusieurs lignes de convergence a placé notre pays dans des courants maritimes un peu plus frais dans les basses couches, ce qui a stabilisé l’atmosphère.

Le temps, d’abord brumeux avec stratus, s’est ensuite éclairci en fin de matinée, avec des cumulus ne dépassant plus le stade mediocris dans la plupart des régions, tandis qu’on observait quelques cirrus en altitude.

Au littoral, le temps a même été beau, avec absence de stratus en matinée et absence de cumulus l’après-midi. Ce n’est qu’en fin d’après-midi que des stratocumulus maritimes, déjà visibles de loin au large, allaient progressivement envahir le ciel côtier avec un temps devenant très nuageux en soirée.

Le sud du pays n’a pas connu de brumes matinales, mais des stratocumulus résiduels, bientôt doublés de cumulus. Après la dispersion de ces stratocumulus en milieu de journée, les cumulus ont encore réussi à bien se développer jusqu’au stade de cumulonimbus avec quelques orages en après-midi.

Dans l’Entre-Sambre-et-Meuse, la grisaille matinale s’est rapidement transformée en cumulus fractus, puis en cumulus. La frange sud de la région a également connu quelques orages.

Les températures : 18°C au littoral et souvent entre 22 et 24°C à l’intérieur des terres. Les plus hautes valeurs : 24,8°C à Essen, 24,7°C à Kleine Brogel et 24,3°C à Angleur. Sur les Hauts Plateaux, il a fait 19 à 20°C.

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Orage très électrique dimanche ici ( et les jours qui suivirent également ), qui a provoqué des surtensions dans le réseau. Du coup, plus internet, plus de télé et plus de téléphone pendant 5 jours. J'ai pu récupérer le fichier vidéo où je filmait lorsque cela commençait à tomber très proche, je vous met le dernier impact filmé :

https://youtu.be/gwKVWlGNHiQ?t=30

Autant dire que, à l'image des oiseaux qui s’envolent suite à cette détonation, j'ai arrêté de filmer. L'impact qui a suivi ce dernier est tombé à une centaine de mètres vers le haut de ma rue et est responsable du court-circuit ( les appareils étant pourtant débranchés - par induction ). Aussi tôt tombé, aussi tôt claqué :D Je crois que c'est la plus grosse détonation que j'ai entendu de ma vie lors d'un orage, j'avais bien fait de poser ma caméra et de fermer la fenêtre. La tension - cardiaque ^^ - est également montée en pointe.

Modifié par passiion

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mardi 7 juin 2016

Encore une journée d’orages traditionnelle, ou plutôt tropicale, car dans nos régions, des orages aussi typés ne sont pas si traditionnels que ça.

En effet, les orages sont presque exclusivement liés à la combinaison entre la chaleur, l’humidité et l’instabilité, alors que la dynamique est pour ainsi dire inexistante. Les températures, de 26-27°C sur une grande portion de notre territoire, associées à des points de rosée inhabituellement élevés pour nos régions, souvent de 18-19°C en milieu de journée et atteignant parfois 21°C comme à Ernage, sont idéales pour la formation d’orages.

En outre, rien dans la structure verticale de l’atmosphère n’est là pour empêcher leur formation. Des températures de 12°C au niveau 850 hPa (vers 1570 mètres) permettent une bonne instabilité de basses couches par réchauffement diurne, tandis que des températures de saison au niveau 500 hPa (–17°C) sont garantes d’une instabilité suffisante dans les couches moyennes, par contraste avec les basses couches chaudes.

Il s’ensuit qu’après le beau temps matinal, parfois accompagné de quelques altocumulus, la convection se met en place dès midi environ, lorsque le seuil d’instabilité est atteint. Et très rapidement, ces cumulus se transforment en cumulonimbus.

La rapidité de développement de certains nuages est bien visible sur les deux photos qui suivent, prises à 20 minutes d’intervalle depuis Dourbes :

11hxy8o.jpg

2zs46j8.jpg

Webcam – Dourbes – 7 juin 2016 à 12h15 et 12h35

Au-dessus de l’Eiffel et des Hautes-Fagnes, où le relief aide la convection, des orages se forment déjà dès la fin de matinée, alors que dans les autres régions, l’activité orageuse se met en place principalement pendant la première moitié de l’après-midi. (À noter qu’en Gaume, quelques orages étaient présents aussi aux premières heures du jour).

Ces orages se regroupent ensuite en multicellulaires étendus, se rangeant parfois sur une ligne en cessant presque complètement de bouger.

16gz79e.jpg

Source : IRM

Inutile de dire que les quantité de précipitations sont parfois très importantes. Voici les valeurs :

Rumillies (MB) : 61 mm

Rumes (MB) : 58 mm

Kain (MB) : 41 mm

Uccle (IRM) : 37 mm

Kain Mt St. Aubert (MB) : 35 mm

Woluwe-Saint-Pierre (MB) : 34 mm

Mont-Rigi (IRM) : 32 mm

Genk (IRM) : 31 mm

Ces précipitations, tombant généralement en peu de temps, prennent de véritables allures de déluge. Le témoignage qui suit, rédigé par un observateur du collectif « Info Météo », résume à merveille la situation dans le pays. Je vous le livre dans son intégralité » :

« J'ai fait un saut jusque la région de Ath où c'est vraiment la cata ... J'ai circulé dans les campagnes avoisinantes, notamment sur Bobignies. C'est juste incroyable comme les cumulonimbus se régénéraient sur place. Je n'avais jamais vu des pluies stagner aussi longtemps.

C'est une région rurale très vallonnée et donc forcément, les ruissellements étaient monstrueux vers les points bas, depuis les champs. Points bas évidemment urbanisés un max ...

J'ai même vu un [éclair] positif toucher un pylône électrique au loin : il s'est illuminé de la tête aux pieds comme un objet en métal qu'on aurait chauffé à sa température de fusion. Une première pour moi !

Sinon, je n'ai pas compté le nombre de voitures immergées à mi-hauteur et probablement "noyées" même sur les routes principales près du centre de Ath. Les pompiers sont arrivées pour évacuer les gens d'une voiture bloquée dans un point bas d'une nationale. J'ai également vu un affaissement de ce route dû à un ruisseau qui érodait tout le bas côté. Et évidemment bon nombre de maisons inondées par les coulées de boue. C'était une première pour moi ! »

En bien d’autres endroits, comme à Bruxelles notamment, ça n’a pas été moins pire, comme on dirait chez nous.

Enfin, pour terminer, encore un mot sur les températures qui, localement, dépassaient même les 26-27°C généralement observés en Basse et Moyenne Belgique. Les valeurs :

Kleine Brogel : 28,6°C

Koersel : 28,5°C

Essen : 28,4°C

Kruishoutem : 28,2°C

Angleur : 28,1°C

Inutile d’insister sur la lourdeur du temps régnant sur ces lieux avant l’arrivée des orages.

Bonjour c'est moi dans la commune de lot Beersel ce mardi 7 Juin il est tomber 88 mm en quel que heure et a sint pieters leeuw il est tomber 53 mm de pluie en 2 a 3 heure le déluge total

voici la preuve désoler c'est en flamand

http://www.nieuwsblad.be/cnt/blide_02329051

Frederic

Modifié par Fred10000

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Après la très longue période de temps humide avec de nombreux orages, le temps s’est stabilisé les 9 et 10 juin, avec peu ou pas de précipitations en Belgique.

Cela a été possible grâce à un flux de nord, puis de directions variées, favorablement influencé par des hautes pressions. L’air, assez frais à l’origine, a pu quelque peu se réchauffer sur les sols baignés de soleil. L’instabilité s’est pourtant limitée, désormais, aux basses couches, bloquée par une bonne inversion de subsidence située d’abord vers 1500 mètres d’altitude, puis s’abaissant à 1000 mètres environ.

Jeudi 9 juin 2016

Le temps est devenu rapidement beau après dispersion des stratocumulus/stratus fractus résiduels le matin, avec quelques cirrus, quelques rares altocumulus et la formation de cumulus humilis en matinée, se résorbant à nouveau en début d’après-midi.

Températures de 16-17°C au littoral et sur les hauteurs ardennaises et de 20-21°C en plaine. Quelques pointes un peu plus élevées aux endroits privilégiés (23,2°C à Aubange, 22,8°C à Hastière, 22,6°C à Kleine Brogel).

Vendredi 10 juin 2016

L’inversion plus basse a empêché, cette fois-ci, la formation de cumulus, à quelques rares exemplaires près (généralement très petits et très dispersés). Mais le ciel s’est voilé par la suite de cirrus de plus en plus épais, accompagnés de cirrostratus et, parfois, de cirrocumulus.

Températures un peu plus élevées, d’une vingtaine de degrés au littoral et sur les hauteurs ardennaises, et de 22-23°C en plaine. Les valeurs les plus élevées : 24,1°C à Essen et à Kruishoutem, 23,6°C à Aubange et à Semmerzake, et 23,4°C à Hastière.

Dès le 11 juin, la pluie nous est revenue en force, souvent très abondante sous les averses orageuses. À Uccle, il a de nouveau plu tous les jours et, le 19, la quantité de précipitations s’élevait déjà à 126,8 mm, ce qui est vraiment beaucoup. Le record pour la région bruxelloise, de 173,3 mm, appartient à la lointaine année 1839. Il convient cependant de signaler que ce record est essentiellement le produit de deux orages, un premier datant du 4 juin 1839 avec 108,5 mm de précipitations et un deuxième datant du 18 juin 1839 qui, lui, a provoqué l’une des pires chutes de grêle que Bruxelles n’ait jamais connue (peut-être même pire que celle du 7 juin 2014).

Pour la station d’Uccle proprement dite (opérationnelle depuis 1886), le record sur 24 heures reste celui du 10 juillet 1942 avec 72,4 mm, tandis que le record pour tout un mois de juin est de 153,7 mm en 1963.

Dans les années récentes, on notera les 133,1 mm de juin 2012, chiffre qui a toutes les chances d’être dépassé (et peut-être même celui de 1963).

Samedi 11 juin 2016

Des basses pressions en provenance du sud-ouest, remontant depuis la France, ont créé une situation atmosphérique complexe sur notre pays, qui s’est d’abord traduite par un voile nuageux (altostratus translucidus), qui s’est aminci par la suite par endroit et a alors permis une bonne convection par réchauffement diurne (22-23°C en plaine), responsable de fortes averses. Notamment Uccle (IRM) et Heuveland (MB) ont reçu pas mal d’eau avec 21 mm, suivis de Chièvres et de Mont-Rigi avec 19 mm.

Dimanche 12 juin 2016

En ce jour, nous sommes passés de l’air (semi-)continental à l’air maritime avec le passage d’une perturbation frontale virulente, qui s’est s’occluse sur notre pays.

Le ciel a d’abord été gris et parfois pluvieux (altocumulus/altostratus par moment doublés de stratocumulus), ensuite des cumulus se sont développés rapidement en cumulonimbus et ce, malgré un voile persistant (altostratus translucidus/altocumulus/cirrostratus avec des parties plus effilochées). À noter que quelques cumulonimbus ont pris des aspects très menaçants, comme par exemple à Spa.

vr6aft.jpg

Spa – 12 mai 2016 à 20h20 – Crédit photo : Josette Wayaffe

On pourrait presque croire à une tornade. Pourtant il ne s’agissait que d’un abaissement très particulier de fractus, sans rotation, dans le cadre d’un orage somme toutes modéré.

Les précipitations, par contre, ont été abondantes en de nombreux endroits :

Les valeurs :

Deurne (IRM) : 27 mm

Retie (IRM) : 25 mm

Poederlee (MB) : 25 mm

Bree (MB) : 23 mm

Mont-Rigi (IRM) : 22 mm

Botrange (MB) : 20 mm

Les températures : le plus souvent 20-21°C en plaine (le plus haut : 22,9°C à Kleine Brogel).

Lundi 13 juin 2016

Notre pays s’est installé dans un flux maritime tantôt perturbé, tantôt instable. Le ciel est souvent resté gris (nombreux stratocumulus entre les nuages d’averses), mais parfois, avec de belles trouées.

Les précipitations ont à nouveau été relativement abondantes, avec 22 mm comme maximum à Poederlee (MB).

Les températures se sont montrées déjà plus fraîches, avec des 20°C qui n’ont plus été atteints qu’ici et là.

Mardi 14 juin 2016

Même type de temps, avec à nouveau des températures le plus souvent légèrement inférieures à 20°C en plaine. Précipitations ponctuellement assez abondantes, comme par exemple à la Hestre (IRM) avec 25 mm.

Le temps : un mix de stratocumulus et de nuages d’instabilité, ainsi que présence de cirrus dans les éclaircies. On a surtout noté la présence de nuages très étranges du côté de Malmédy.

1hxyr4.jpg

Source : Michel Météo

2prwxg9.jpg

Source : Michel Météo

Ici aussi, on pourrait croire à la formation d’une tornade. Ces structures très étranges n’ont cependant été que des cumulonimbus en fin de vie et la trombe, un fractus allongé sans doute lié à la recondensation d’un ancien virga évaporé des suites d’une variation de l’humidité de l’air.

Mercredi 15 juin 2016

Des précipitations qui n’ont certes pas été énormes (ici et là entre 15 et 20 mm), mais qui sont venues s’ajouter à tout ce qui était déjà tombé.

En outre, la température a continué sa baisse (souvent entre 17 et 19°C en plaine) et, même si les nuages d’instabilité (cumulus et cumulonimbus) ont été prédominants, les éclaircies n’ont pas été très larges.

Jeudi 16 juin 2016

Pluies et orages sont restés au rendez-vous, avec des températures toujours aussi fraîches en surface, et carrément froides en altitude, ce qui a maintenu l’instabilité.

Éclaircies matinales, suivies d’altocumulus puis de nuages d’instabilité, avec parfois structures à l’aspect particulièrement menaçant. On a notamment observé un très bel arcus à Clavier.

2meybrp.jpg

Clavier vers 15h – Crédit photo : Sébastien Dumoulin (observateur pour Belgorage)

Les précipitations : à nouveau pas exceptionnelles en soi (15 à 20 mm ici et là), mais s’ajoutant encore et toujours à ce qui est déjà tombé.

Vendredi 17 juin 2016

La « goutte » de trop. Les précipitations de ce jour ont fait « déborder le vase » et revoilà les inondations.

Surtout l’ouest du Hainaut est touché. « En ce début d’après-midi, la pluie est tombée abondamment sur notre région et ce durant plusieurs heures. De quoi faire déborder le canal de l’Espierre à Leers-Nord, mais aussi d’avoir les pieds dans l’eau dans certains coins comme sur la RN58 à Mouscron, ou encore à l’ancienne gare de Dottignies et à la chaussée d’Estaimpuis où la route s’est transformée en une véritable rivière. »

NordÉclair

jqhsu1.jpg

Source : NordÉclair

Comme vous pouvez le voir ci-dessous, ce ne sont pas les précipitations (bien qu’abondantes) du jour qui ont été responsables des inondations, mais l’accumulation, qui a détrempé les terres et qui a fait qu’il n’y avait plus beaucoup d’absorption possible.

La Hestre (IRM) : 34 mm

Stabroek (IRM) : 31 mm

Kain (MB) : 30 mm

Floriffoux (MB) : 29 mm

Elsenborn (IRM) : 24 mm

Koersel (IRM) : 23 mm

Passendaele (IRM) : 23 mm

Kain – Mt-St-Aubert (MB) : 22 mm

Le fait que ces précipitations, par endroit, ont pu tomber en peu de temps a également favorisé la survenue d’inondations.

Le temps : à nouveau un mix de nuages stratiformes (essentiellement des stratocumulus) et de nuages convectifs, avec une prédominance de cette deuxième catégorie l’après-midi. Quelques nuages particulièrement menaçants, aussi, comme par exemple du côté de Huy, dans le cadre d’une averse orageuses.

2e5jq6f.jpg

Crédit photo : Samuel Nottebaert

Les températures, toujours trop fraîches pour la saison, peinaient à atteindre 20°C. Seuls Kleine Brogel et Hastière y sont arrivés, avec respectivement 20,8 et 20,0°C.

Samedi 18 juin 2016

La pluie, encore et toujours !

Kruishoutem (IRM) : 30 mm

Gorsem (IRM) : 27 mm

Bierset (IRM) : 25 mm

Le temps, brumeux et gris le matin, est redevenu instable en journée (avec quelques structures orageuses bien développées, par exemple du côté de Liège), tandis que les températures ont encore baissé, n’atteignant plus que 16 à 18°C en plaine, avec plus que très localement un petit 19 ou 20°C (Kleine Brogel et Aubange : 19,4°C ; Hastière : 20,0°C).

Dimanche 19 juin 2016

Enfin une journée sèche, enfin, plus ou moins sèche car par endroit, des précipitations bien mesurables ont été observées, avec 3 à 4 mm du côté de Middelkerke, Passendaele et Beitem (précipitations appartenant, il est vrai, à la nuit et même à la deuxième partie de la nuit, c’est-à-dire déjà au 20 juin).

Le temps a certes encore été déterminé par des basses pressions scandinaves, mais avec l’influence favorable d’une crête anticyclonique sur la Mer du Nord. Le ciel présentait des stratocumulus doublés de cumulus, se déchirant par moment en belles éclaircies, avec juste de modestes cumulus, et l’un ou l’autre cirrus ou banc d’altocumulus.

Malgré cela, les températures n’ont que peu grimpé, le plus souvent 19-20°C en plaine et dans les vallées (le plus haut à l’ouest du pays avec localement 21°C).

Avec les nouvelles pluies de ce jour, et notamment les pluies attendues pour les 23 et 24 juin, on pourra franchement parler d’un mois de juin très inhabituellement pluvieux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'IRM rapporte un cumul de précipitations pour ce 20/06 à Uccle de ... 0,0mm.

Vraiment bizarre, j'étais à Bxl centre et il a plu toute l'après-midi!!

Modifié par Poplecerf

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
L'IRM rapporte un cumul de précipitations pour ce 20/06 à Uccle de ... 0,0mm.

Vraiment bizarre, j'étais à Bxl centre et il a plu toute l'après-midi!!

Bon ben ils ont modifié leur site... 13,4mm.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Lundi 20 juin 2016

La période entourant le solstice de l’été (20 juin à 22h34 G.M.T. ou 21 juin à 00h34 L.T.) est bien pluvieuse cette année-ci dans nos régions.

Ce lundi 20 juin a été une journée couverte en de nombreuses régions du pays, avec altostratus opacus distillant des pluies intermittentes et commençant à être doublé, vers midi de cumulus à la limite de l’humilis et du fractus, le tout évoluant en nimbostratus avec pluies plus marquées l’après-midi.

L’est du pays a connu quelques maigres éclaircies en matinée (altotstratus plus mince avec altocumulus) tandis que la Gaume a longtemps connu un temps nettement meilleur, avec un beau lever de soleil au-dessus des brumes de vallée, puis des cirrus/cirrostratus avec développement de cumulus humilis aplatis. L’après-midi, épaississement du voile nuageux et disparition progressive des cumulus, avant l’arrivée du nimbostratus pluvieux.

Au littoral, c’était l’inverse avec des éclaircies le soir, accompagnées de cumulus fractus, puis d’altocumulus.

Les précipitations, au total, étaient relativement abondantes par endroit, avec par exemple 20 mm à la Hestre (IRM), 16 mm à Essen (IRM) et à Mont-Rigi (IRM) et 15 mm à Koersel (IRM) et à Knokke (MB).

Les températures : 16-18°C en plaine, parfois une vingtaine de degrés en cas d’éclaircies (est et sud du pays).

À Uccle, le total de précipitations de ce mois de juin atteint déjà 135,2 mm et prend ainsi la 3e position des plus hauts totaux mesurés depuis 1886 à la station d’Uccle même, après les 153,7 mm de juin 1963 et les 140,5 mm de juin 1966.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lundi 20 juin 2016

La période entourant le solstice de l’été (20 juin à 22h34 G.M.T. ou 21 juin à 00h34 L.T.) est bien pluvieuse cette année-ci dans nos régions.

Ce lundi 20 juin a été une journée couverte en de nombreuses régions du pays, avec altostratus opacus distillant des pluies intermittentes et commençant à être doublé, vers midi de cumulus à la limite de l’humilis et du fractus, le tout évoluant en nimbostratus avec pluies plus marquées l’après-midi.

L’est du pays a connu quelques maigres éclaircies en matinée (altotstratus plus mince avec altocumulus) tandis que la Gaume a longtemps connu un temps nettement meilleur, avec un beau lever de soleil au-dessus des brumes de vallée, puis des cirrus/cirrostratus avec développement de cumulus humilis aplatis. L’après-midi, épaississement du voile nuageux et disparition progressive des cumulus, avant l’arrivée du nimbostratus pluvieux.

Au littoral, c’était l’inverse avec des éclaircies le soir, accompagnées de cumulus fractus, puis d’altocumulus.

Les précipitations, au total, étaient relativement abondantes par endroit, avec par exemple 20 mm à la Hestre (IRM), 16 mm à Essen (IRM) et à Mont-Rigi (IRM) et 15 mm à Koersel (IRM) et à Knokke (MB).

Les températures : 16-18°C en plaine, parfois une vingtaine de degrés en cas d’éclaircies (est et sud du pays).

À Uccle, le total de précipitations de ce mois de juin atteint déjà 135,2 mm et prend ainsi la 3e position des plus hauts totaux mesurés depuis 1886 à la station d’Uccle même, après les 153,7 mm de juin 1963 et les 140,5 mm de juin 1966.

Merci Cumulonimbus !

:thumbsup:

Si les orages prévus jeudi ont bien lieu à Uccle, ce mois de juin pourrait devenir le plus pluvieux jamais enregistré.

Affaire à suivre.

Bonne journée à tous !

:thumbsup:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×