Aller au contenu
Les Forums de MeteoBelgique
cumulonimbus

14 mois complètement fous

Messages recommandés

14 mois complètement fous

Mai 2006 :

Température moyenne : 14,2°C (normale : 12,7°C)

Précipitations : 115,6 mm (normale : 61,6 mm)

Insolation : 135 h 35 (normale : 199 h)

Le mois a été déterminé quasiment constamment par des courants maritimes. Ceux-ci ont pris très temporairement un caractère tropical au début du mois, et un caractère polaire à la fin du mois.

Commentaire : avec l’insolation déficitaire, la pluviosité abondante et le caractère maritime des masses d’air, la température moyenne aurait dû être déficitaire, or elle a réussi a être assez bien au-dessus des normes.

Juin 2006 :

Température moyenne : 17,3°C (normale : 15,5°C)

Précipitations : 25,8 mm (normale : 67,4 mm)

Insolation : 246 h 10 (normale : 202 h)

Le début du mois a été déterminé par des courants maritime très frais. Ensuite nous avons connu des courants généralement chauds, soit d’origine continentale, soit d’origine tropicale maritime. Quelques interruptions « maritimes » plus fraîches, sporadiques.

Commentaire : à nouveau un mois trop chaud, avec déjà une vague de chaleur du 9 au 13. Le maximum de 11,3°C du 1 et le minimum de 3,3°C du 2, derniers événements froids notables jusqu’à ce jour, ont été vite oubliés.

Juillet 2006 :

Température moyenne : 23,0°C (normale : 17,1°C)

Précipitations : 48,1 mm (normale : 74,3 mm)

Insolation : 308 h 40 (normale : 195 h)

Partage de courants continentaux et de courants maritimes, sous un ciel généralement ensoleillé. Quelques remontées tropicales aussi.

Commentaire : au niveau des températures, mois de tous les records. 23°C de moyenne, 28,6°C pour les maxima moyens, 17,3°C pour les minima moyens, 36,2°C comme maximum du mois, 13,0°C comme minimum du mois. Du jamais vu ! Même pendant les épisodes maritimes, les maxima oscillent encore entre 24 et 27°C, voire plus ! Les précipitations, quant à elles, se concentrent essentiellement sur 2 orages spectaculaires, notamment celui du 22. L’insolation, quant à elle, est la 3e plus élevée depuis le début des observations en 1887.

Août 2006 :

Température moyenne : 16,3°C (normale : 16,8°C)

Précipitations : 202,3 mm (normale : 74,4 mm)

Insolation : 94 h 30 (normale : 195 h)

Influence quasi permanente de courants maritimes ou polaires maritimes.

Commentaire : à mon sens, ce mois n’est pas moins exceptionnel que juillet, notamment au niveau des températures. Ce mois avait tous les ingrédients pour être l’un des plus froids, si pas le plus froids de toute la série : pas de soleil, beaucoup de pluies et des courants maritimes à polaires maritimes. Et pourtant : juste un petit déficit thermique. Le seul élément thermique qui ramène ce mois d’août parmi les plus mauvais de la série, c’est l’absence de jours d’été.

L’insolation, quant à elle, est effectivement la plus basse de la série(depuis 1887) tandis que le total des précipitations occupe une honorable 2e place de la série (depuis 1833).

Septembre 2006 :

Température moyenne : 18,4°C (normale : 14,6°C)

Précipitations : 9,6 mm (normale : 69,8 mm)

Insolation : 160 h 30 (normale : 154 h)

Prédominance de courants chauds, continentaux, tropicaux continentaux ou tropicaux maritimes. Quelques incursions d’air (un peu) plus frais d’origine maritime.

Commentaire : il est normal qu’une telle situation amène de l’excès thermique. C’est l’amplitude de cette anomalie qui est folle. Encore un mois le plus chaud de toute la série. À remarquer aussi, depuis quelques mois, l’alternance sans transition de périodes très sèches et de périodes très pluvieuses.

Octobre 2006 :

Température moyenne : 14,2°C (normale : 10,5°C)

Précipitations : 56,3 mm (normale : 70,8 mm)

Insolation : 108 h 15 (normale : 113 h)

Nette prédominance de courants maritimes ou tropicaux. Courants continentaux du 14 au 17.

Commentaire : ici, c’est aussi l’amplitude de l’excès thermique qui frappe. La moyenne a été la deuxième la plus élevée depuis le début des observations en 1833 et ce, malgré une insolation médiocre. Comme déjà en septembre, ce ne sont pas des pointes de chaleur extrêmes qui déterminent cet excès, mais la constance des températures douces et l’absence quasi complète de jours froids.

Novembre 2006 :

Température moyenne : 9,1°C (normale : 6,1°C)

Précipitations : 71,6 mm (normale : 68,3 mm)

Insolation : 79 h 20 (normale : 58 h)

À l’exception du début du mois (quelques invasions d’air polaire maritime), nette prédominance de courants maritimes et souvent tropicaux maritimes.

Commentaire : le énième mois trop chaud, même si l’écart est un peu moins extrême. Un jour tout à fait extrême par contre : le 25 avec un maximum de 18,5°C, qui pulvérise le précédent record décadaire.

Décembre 2006 :

Température moyenne : 5,9°C (normale : 3,3°C)

Précipitations : 88,7 mm (normale : 69,2 mm)

Insolation : 40 h 00 (normale : 43 h)

En dépit d’une période de courants continentaux assez longue (du 19 au 26), le mois ne réussit pas à donner du vrai froid, juste quelques toutes petites gelées. En plus cette période modérément froide est entourée de périodes à courants maritimes particulièrement doux, avec 15,3°C le 5 et à nouveau 12,1°C le 31.

Commentaire : la répartition des masses d’air aurait dû donner un mois de décembre légèrement trop doux, mais pas sensiblement trop doux comme cela a été le cas.

Janvier 2007 :

Température moyenne : 7,2°C (normale : 2,6°C)

Précipitations : 82,3 mm (normale : 64,7 mm)

Insolation : 34 h 35 (normale : 52 h)

À l’exception de la période du 22 au 27 (courants polaires), notre pays a été constamment soumis à des courants maritime, avec même un caractère tropical autour du 10.

Commentaire : ce sont surtout les 2 premières décades qui ont été tout à fait folles, avec des températures moyennes respectives de 9,0°C et de 9,4°C. Une pointe de 14,9°C a même été observée le 18. Les gelées assez marquées de la troisième décade (jusqu’à –4,4°C) n’ont pas suffi pour inverser la vapeur et le vieux record de l’IRM, datant de 1834, a quand même été battu : température moyenne de 7,2°C (6,9°C en 1834). En plus, il s’agit déjà du 3e mois le plus chaud depuis 1833 (après juillet et septembre).

Février 2007 :

Température moyenne : 6,8°C (normale : 3,5°C)

Précipitations : 95,4 mm (normale : 52,9 mm)

Insolation : 48 h 50 (normale : 73 h)

Très large prédominance des courants maritime. Juste la période du 5 au 8 connaît des courants polaires, avec même un petit épisode neigeux de courte durée.

Commentaire : deuxième décade particulièrement douce (encore !) et même une température remarquable : 16,2°C le 16. C’est une valeur rarement atteinte lors de la deuxième décade de février (record = 18,3°C le 20/02/1990).

Mars 2007 :

Température moyenne : 8,0°C (normale : 5,5°C)

Précipitations : 62,6 mm (normale : 53,6 mm)

Insolation : 144 h 35 (normale : 120 h)

Prédominance des courants maritimes jusqu’au 18. Ensuite courants polaires directs du 19 au 23 et courants continentaux du 24 au 28, avant le retour de courants maritimes.

Commentaire : les courants polaires directs ont donné un refroidissement beaucoup trop modeste. Sinon, douceur humide, et quelques belles journées printanières en fin de mois.

Avril 2007 :

Température moyenne : 14,3°C (normale : 9,0°C)

Précipitations : 0,0 mm (normale : 53,1 mm)

Insolation : 284 h 10 (normale : 158 h)

Large prédominance des courants continentaux, par moment polaires, par moment tropicaux. Juste du 3 au 4 et du 9 au 10, ces courants ont eu une composante maritime.

Commentaire : mois de tous les superlatifs. Températures : records pulvérisés pour la moyenne (14,3°C), la moyenne des maxima (20,5°C) et le maximum du mois (28,7°C). Probablement aussi le plus grand écart entre maxima moyens et minima moyens (12,9°C d’écart). Précipitations : 0 !!! Du jamais vu, sur aucun mois depuis 1833 !! L’insolation, quant à elle, pulvérise un très vieux record : 284 h 10 contre 255 h en 1893 !

Mai 2007 :

Température moyenne : 14,6°C (normale : 12,7°C)

Précipitations : 103,7 mm (normale : 61,6 mm)

Insolation : env. 164 h (normale : 199 h)

Jusqu’au 3, poursuite des courants continentaux du mois précédent. Ensuite air maritime d’origine subtropicale jusqu’au 13, ensuite air maritime d’origines diverses, polaire, subtropicale voire légèrement continentalisé.

Commentaire : malgré une insolation déficitaire, malgré une pluviosité abondante, la température reste beaucoup trop élevée. Les masses d’air subtropical y sont pour quelque chose, mais la grisaille du mois aurait dû davantage compenser cet excès.

Juin 2007 :

Température moyenne : 17,5°C (normale : 15,5°C)

Précipitations : 99,2 mm (normale : 67,4 mm)

Insolation : 130 h (normale : 202 h)

Du 1 au 14, on est passé graduellement de l’air continental à l’air subtropical, puis maritime subtropical dans une situation barométrique assez confuse. Ensuite, nous nous sommes retrouvés dans de l’air maritime tantôt doux, tantôt frais avec une origine polaire.

Commentaire : à nouveau le mois a été particulièrement doux en dépit de l’humidité et du manque de soleil. Très curieux en été, où l’insolation est la première source de chaleur.

Conclusion : depuis 14 mois, nous vivons presque constamment dans des situations tout à fait anormales du point de vue thermique. Parfois, c’est évident (juillet 2006, septembre 2006, janvier 2007, avril 2007) et parfois ça ne l’est pas (août 2006, mai 2007, juin 2007). Quelle sera l’évolution de tout cela, nul ne peut encore le dire. Je me contente donc de signaler que même les mois les plus « pourris » de ces derniers temps ne sont pas « normalement pourris », mais « bizarrement pourris ».

Sources :

IRM

Site de Marc Vandiepenbeeck

Cumulonimbus

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour cet article, Cumulonimbus...

thumbsup.gif

Les commentaires sont effectivement trés inquiétants.

Concernant les mois "pourris", ce pense que le fait que août 2006 aurait du étre nettement plus frais que ce qu'il a été peut s'expliquer (en partie, impossible de dire dans quelle proportion) par la température trés elevée de la mer.

whistling.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Concernant les mois "pourris", ce pense que le fait que août 2006 aurait du étre nettement plus frais que ce qu'il a été peut s'expliquer (en partie, impossible de dire dans quelle proportion) par la température trés elevée de la mer.

C'est cela qui est justement inquiétant, la répétition des effets couplés qui risquent d'aboutir à des cercles vicieux.

La température trop élevée de la Mer du Nord, à cause du mois de juillet 2006 exceptionnel, a certainement contribué à la modération de la fraîcheur du mois d'août 2006, surtout en raison de la fréquence des vents de nord-ouest passant justement au-dessus de la Mer du Nord.

Cet effet s'est maintes fois répété, jusqu'au mois de mars 2007 où les courants polaires directs (passant sur la Mer du Nord) n'ont même pas réussi à amener de vraies giboulées.

Un autre couplage significatif est le déficit neigeux dans le nord-est de l'Europe, lié aux courants de sud-ouest très doux de l'hiver qui remontent très haut en latitude. Ceci a pour effet qu'au printemps, le continent se réchauffe beaucoup plus vite (albédo). Ceci n'est peut-être pas étranger au mois d'avril exceptionnellement chaud chez nous cette année. S'il a été normal que la température s'élève très haut lors des courants subtropicaux, il n'a pas été normal du tout qu'elle reste presque aussi élevée par courants de nord-est, comme cela a été le cas.

Bien sûr, ce n'est qu'un des facteurs à considérer, mais je crois qu'il ne faut justement pas sousestimer les effets de couplage.

La meilleure chose qui puisse nous arriver maintenant, à mon avis (et je demande pardon à tous les vacanciers), c'est d'avoir un vrai été pourri, avec des températures moyennes de 15°C ou moins en juillet ET en août, beaucoup de pluie et peu d'insolation.

Cela signifierait qu'une grande partie de l'Europe serait baignée dans des courants maritimes frais, avec comme conséquence positive :

1) Un retour progressif à une température normale pour la Mer du Nord ;

2) Une préservation, au moins cet été, des glaciers alpins (qui souffrent bien plus d'un été chaud que d'un hiver doux) ;

3) Moins de bulles d'air chaud qui remontent très haut en latitude (du côté européen tout au moins), pour que la banquise ne batte pas à nouveau un record de petitesse au début de septembre de cette année.

Alors on aurait une chance que le climat européen oscille à nouveau autour des "nouvelles" normales (normales + 1°C), et pas autour de normales + 2,5°C comme c'est le cas depuis plus d'un an.

Cb

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

T° élevée de la Mer du Nord au double tranchant:

-garantir une certaine modération des t° quand les courants passent au Nord-Ouest.

-garantir un temps encore plus perturbé quand ces mêmes courants frais passent sur une Mer plus chaude (août 2006, à mon avis juillet 2007). On le voit ces jours-ci où chaque averse se transforme en mini perturbation.

Le prix à payer pour des températures finalement pas si basses que cela: la mousson!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je pense pas que la température de la mer soit si chaude que cela pour le moment, elle a eu le temps de refroidir en mai et juin :

lien

L'effet doit étre en tout cas nettement moins marqué qu'en aout 2006 : lien

whistling.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Juillet : enfin un mois normal !

Non seulement dans les données (température moyenne = 17,2°C, précipitations = 96,7mm, insolation = 178h15), mais aussi par rapport à la situation atmosphérique.

En effet, nous avons connu une prédominance de courants atlantiques, avec des perturbations mais aussi des accalmies anticycloniques, une période chaude vers le milieu du mois et une période fraîche à la fin du mois.

Ce n'est plus du tout comme en août 2006, où la température était "normale" aussi, mais sous des courants de nord-ouest et une insolation très largement déficitaire, ce qui aurait dû donner des températures (presque) exceptionnellement basses.

Les conditions atmosphériques de juillet 2007 auraient mené plus ou moins à une moyenne de 16,5°C dans les années 60. Eh oui, le réchauffement climatique est bien là, mais (provisoirement) pas dans des mesures aussi inquiétantes pour nos régions qu'au cours des 4 saisons précédentes.

Cb

Modifié par cumulonimbus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Juillet : enfin un mois normal !

Non seulement dans les données (température moyenne = 17,2°C, précipitations = 96,7mm, insolation = 178h15), mais aussi par rapport à la situation atmosphérique.

En effet, nous avons connu une prédominance de courants atlantiques, avec des perturbations mais aussi des accalmies anticycloniques, une période chaude vers le milieu du mois et une période fraîche à la fin du mois.

Ce n'est plus du tout comme en août 2006, où la température était "normale" aussi, mais sous des courants de nord-ouest et une insolation très largement déficitaire, ce qui aurait dû donner des températures (presque) exceptionnellement basses.

Les conditions atmosphériques de juillet 2007 auraient mené plus ou moins à une moyenne de 16,5°C dans les années 60. Eh oui, le réchauffement climatique est bien là, mais (provisoirement) pas dans des mesures aussi inquiétantes pour nos régions qu'au cours des 4 saisons précédentes.

Cb

ouf enfin un mois "normal" pour la saison.. wink.gif

n'empeche qu'on s'est habitué qui les mois de juillet étaient chaud et ensoleillé, la j'ai cru que c'était la fin du monde! laugh.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je n'irai pas jusqu'a dire que ça me rassure de retrouver des conditions "normales" mais c'est sur que l'emballement (climatique et mediatique) des derniers mois commençait a devenir (presque) insupportable.

esperons que ce retour aux normes ne soit pas le break qui ferait exeption.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Les conditions atmosphériques de juillet 2007 auraient mené plus ou moins à une moyenne de 16,5°C dans les années 60.

Cumulonimbus, je trouve que tu fais un raccourci un peu dangereux pour en arriver à ce résultat. Je suppose que tu as enlevé 0,7°c (valeur supposée du réchauffement depuis les années 60) de 17,2°c pour arriver à la valeur de 16,5°c ? Je ne suis pas convaincu du tout que ce soit la bonne méthode pour connaître la température qu'il aurait fait sans le "rechauffement climatique". D'ailleurs, cette méthode existe-telle ? Est-il possible de quantifier un phénomène que les scientifiques eux-mêmes ne maîtrise pas (encore) ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je me suis basé sur plusieurs éléments. Effectivement, j'ai pensé aux 0,7°C de réchauffement planétaire (estimé), c'est pour cela que j'ai dit "plus ou moins". Je me suis aussi basé sur le fait que de nombreux juillets des années 60 ont été dans la même gamme que celui qu'on vient de vivre. Seuls 1964 et 1969 ont fourni un été chaud au cours de cette décennie. Pourtant, à conditions (plus ou moins) égales, les températures étaient moins élevées pendant cette décennie. Enfin, je me suis basé sur le couplage océan-continent. En fait, le continent européen (et les mers avoisinantes, Mer du Nord, Mer Baltique et Méditerranée) s'est plus fortement réchauffé que le reste de la planète. Par contre l'Océan Atlantique a moins rapidement suivi le réchauffement climatique (probablement en raison de son inertie thermique). Cette dichotomie s'est bien vérifiée durant le mois écoulé. La période chaude a été nettement plus chaude qu'elle n'aurait dû être, chez nous mais surtout plus à l'est, en Allemagne et en Autriche, sans parler des Balkans. Les courants océaniques, par contre, ont été très "normaux", tout au moins près de la façade occidentale.

L'un dans l'autre, je dirais que l'excès thermique, chez nous, a été dans la fourchette de 0,5 à 1°C par rapport à une situation similaire dans le passé.

N.B. Les pluies exceptionnelles en Grande-Bretagne sont considérées, jusqu'à nouvel ordre, comme un phénomène isolé où l'influence du réchauffement climatique n'est pas identifiable avec certitude.

Les records de chaleur à répétition dans notre pays ou les pays avoisinants au cours des dernières années (par courants continentaux) ne sont par contre plus un phénomène isolé. Cf. 2003 (France, Allemagne et une partie de la Belgique), 2006 (Belgique surtout), 2007 (Allemagne et Autriche). En Méditerranée aussi, on note des records de chaleur à répétition (2007 qui bat les records de 2006 qui ont battu les records de 2003, en Italie, Grèce et Balkan ; en Espagne et au Portugal, on retrouve le même scénario avec d'autres années récentes).

Cb

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le fait qu'on ait eu des minimas assez élevés durant ce mois ne joue t 'il pas un rôle dans la moyenne du mois? J'ai entendu dire que les maxima étaient trop bas pour la saison, et donc, par conséquent, les minima devraient être plus hauts...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le fait qu'on ait eu des minimas assez élevés durant ce mois ne joue t 'il pas un rôle dans la moyenne du mois? J'ai entendu dire que les maxima étaient trop bas pour la saison, et donc, par conséquent, les minima devraient être plus hauts...

La moyenne maxima de ce juillet est de 21.7 contre une moyenne de 21.6. Donc tout-à-fait normale. Pareil pour la moyenne minima: 13.3 contre une moyenne de 13.1

Un mois complètement... normal!

Quel plaisir quand même!

smile.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×