Aller au contenu
Les Forums de MeteoBelgique
maxous

vos prévisions du lundi 27 au dimanche 3 juillet

Messages recommandés

Pour en revenir aux orages de mardi, il semble que la probabilité reste faible pour le moment. Par contre le "lift index" reste très important et j'aurais une question : est-ce que cela sera très favorable aux amateurs de "pompes" pour le vol à voile où sera-t-on dans une instabilité au risque de se prendre des "dégueulantes" pouvant provoquer des "fermetures" en parapente ?

Les cartes telles que Boitsfort nous a montré restent très noires pour cette journée et j'aimerais apprendre si elles sont avantageuses à des vols thermiques.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je n'ai pas tout compris :lol2: :lol2: Par contre, pour Mardi, le risque d'épisode orageux massif est réel. Dès la fin de matinée, les éléments se mettent en place pour une dégradation orageuse massive. Celle-ci devrait progresser l'après midi durant de la Côte vers les Ardennes. Pour la France, Keraunos envisage un ISO de 6 à 21, la fourchette reste large vu l'échéance, mais l'organisme n'envisage même pas un "non événement" (ISO inférieur à 5).

Pour faire le tour, c'est encore lointain pour des orages mais la prévision semble assez stable et on n'est pas loin du cas d'école par certains aspects. Donc, déjà, la vue générale :

post-3513-1309042491_thumb.png

post-3513-1309042096_thumb.png

Un front froid qui débarque dans une atmosphère torride, une ligne de forte température potentielle équivalente, couplée à une région fortement pluvieuse, dans le contexte d'une dépression de surface (notez l’isobare 1015 hpa fermé qui englobe la zone) qui sent bon le creusement à la méso échelle. Déjà rien que là, cela réveille le chasseur d'orage.

On plonge dans le détail, un peu en vrac :

Sur la même zone, on retrouve une ligne de forte ascension verticale à 700 hPa.

vv700hpaz700hpa84.png

rmgfs637.gif

Il n'y a pas de doute, cela converge en surface.

En altitude, on se retrouve en entrée droite de jet (cf. les longues discussions de la semaine dernière :lol: ) avec donc une bonne divergence qui se est potentiellement bien couplée à la convergence de surface :

6638.gif

courantjet84.png

vent250hpa84.png

L'air est très instable, avec un maximum du CAPE (EPCD normalement en français... ) qui correspond au maximum de la ligne de tempértaure potentielle équivalente (logique... ) :

mucapemuli84.png

6648.gif

(remarque bête, mais faite gaffe pour ceux qui veulent comparer GFS et WRF, ce ne sont pas exactement les mêmes paramètres. WRF sort le MUCAPE, c'est-à-dire le CAPE et LI maximum, alors que GFS sort le MLCAPE.. ).

Et enfin, le sondage. J'ai posté les cartes pour l'échéance Mardi 12Z c'est-à-dire 14 heures locales, car WRF ne va pas au delà. À cette heure ci, la convection aborde seulement la côte, je me suis donc pris un endroit au hasard pas très loin de la côte. Si quelqu'un veut savoir où le hasard est tombé, il y a les cordonnées de toutes façons.

sondagegfs455167660.png

J'ai un peu forcé pour que cela tombe sur une adiabatique humide (se trace à la souris une adiabatique humide sur un énagramme, c'est coton...). En conséquence le LI est poil plus élévé que la valeur donné par GFS, mais bon on va faire avec. Bref, il n'y a quasiment pas d'inhibition de convection, le NCL (niveau de convection libre, LFC for level of free convection in english...) et le NCA (Niveau de condensation par ascension, LCL in english, mais rien à voir avec la banque...)sont quasi confondues.

On note aussi une forte humidité à tous les étages. Si cela dégénère, la forte humidité implique que les subsidences seront généralement faibles, limitant le risque de rafales descendantes. Et si cela tourne à la supercellule, elle aura des chances d'être de type humide. Je ne vous ai pas tracé l'hodographe (déjà qu'une adiabatique humide, c'est un mini exploit, mais alors l'hodographe à la souris, j'imagine même pas :lol2: :lol2: ) mais on remarque quand visuellement une tendance à un cisaillement assez linéaire et qui n'est pas très profond ni marqué. Bref, pour l'organisation de la convection, ce n'est pas gagné.

Sinon, j'en revient à la même chose, l'échéance est encore assez lointaine (H+80 environ, ce n'est pas négligeable pour des orages) et il y a encore de la marge pour un flop monumental, mais pour la situation est potentiellement intéressante. Il faudra aussi surveiller le cisaillement. Si la convection prend, ce sera le cisaillement qui déterminera l'organisation de la convection. Vu la situation, un creusement de la méso échelle pourrait renforcer le cisaillement de basses couches et donner une orientation supercellulaire à la convection. C'est l'hypothèse qu'évoque Keraunos, et elle est fondée. En l'état actuelle des choses, le cisaillement reste cependant prévu faible et donc comme je disais, pour l'organisation de la convection ce n'est pas gagné.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
... le LI est poil plus élévé que la valeur donné par GFS, mais bon on va faire avec...

Bel analyse, Paix.

Toutefois, il est normal que ton LI soit un peu trop élevé car il y a une petite erreur de construction sur ton graphe:

pour déterminer ton LCL (lifting condensation level) donc la base de tes nuages cumuliformes, tu dois bien partir en bas à gauche du point de rosée, mais au lieu de tirer une droite à partir de ce point sur une "isotherme" comme tu l'as fait, il faut tirer une droite sur une ligne "d'iso-rapport de mélange".

Les deux se ressemblent mais sont inclinées légèrement différemment et, de plus, les lignes d'iso-rapport de mélange sont en pointillés pour les différencier des isothermes.

Il en résulte un trajet un peu différent pour les ascendances (courbe verte que j'ai tracé) et légèrement décalé vers la gauche d'où un LI (Tenvironnement - Tparcelle ascendante à 500hpa) plus petit (en valeur absolue!) que celui que tu calculais.

post-2995-1309085335_thumb.jpg

post-2995-1309085347_thumb.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour le reste, le potentiel orageux est important, surtout mardi.

En gros, on a beaucoup de "poudre" (CAPE, LI élevés -> gros potentiel d'instabilité) lundi et mardi, reste juste des "étincelles" pour allumer la mèche. Or ces étincelles font défaut lundi, mais mardi tout est bon pour faire péter la bombe:

- convergence en surface autour d'une méso-dépression -> l'air est forcé de s'élever

- divergence d'altitude -> "appel d'air" en altitude, ce qui renforce les ascendances

Ces forcages de basse couche et de haute altitude viennent se mettre sur un air très instable mardi -> :thunder:

A noter que des structures orageuses pourraient déjà gagner l'Ouest lundi soir ou la nuit de lundi à mardi.

Enfin, on notera comme souvent que GFS calcule des points de rosée plus élevés qu'ECMWF avec par exemple, pour mardi après-midi, des pointes à 24-25°C pour GFS (énorme...) et à 20-21°C pour ECMWF.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bel analyse, Paix.

Toutefois, il est normal que ton LI soit un peu trop élevé car il y a une petite erreur de construction sur ton graphe:

pour déterminer ton LCL (lifting condensation level) donc la base de tes nuages cumuliformes, tu dois bien partir en bas à gauche du point de rosée, mais au lieu de tirer une droite à partir de ce point sur une "isotherme" comme tu l'as fait, il faut tirer une droite sur une ligne "d'iso-rapport de mélange".

Les deux se ressemblent mais sont inclinées légèrement différemment et, de plus, les lignes d'iso-rapport de mélange sont en pointillés pour les différencier des isothermes.

Il en résulte un trajet un peu différent pour les ascendances (courbe verte que j'ai tracé) et légèrement décalé vers la gauche d'où un LI (Tenvironnement - Tparcelle ascendante à 500hpa) plus petit (en valeur absolue!) que celui que tu calculais.

Oui, autant pour moi :blush: Effectivement, j'ai confondu une isotherme et une iso-rapport de mélange :whistling:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pour le reste, le potentiel orageux est important, surtout mardi.

En gros, on a beaucoup de "poudre" (CAPE, LI élevés -> gros potentiel d'instabilité) lundi et mardi, reste juste des "étincelles" pour allumer la mèche. Or ces étincelles font défaut lundi, mais mardi tout est bon pour faire péter la bombe:

- convergence en surface autour d'une méso-dépression -> l'air est forcé de s'élever

- divergence d'altitude -> "appel d'air" en altitude, ce qui renforce les ascendances

Ces forcages de basse couche et de haute altitude viennent se mettre sur un air très instable mardi -> :thunder:

A noter que des structures orageuses pourraient déjà gagner l'Ouest lundi soir ou la nuit de lundi à mardi.

Enfin, on notera comme souvent que GFS calcule des points de rosée plus élevés qu'ECMWF avec par exemple, pour mardi après-midi, des pointes à 24-25°C pour GFS (énorme...) et à 20-21°C pour ECMWF.

Rien à ajouter! :thumbsup:

Il y a vraiment un risque de voir des phénomènes puissants se développer à partir de mardi après-midi.

:unsure:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

OT: si Jeffgau était là, il aurait noté le superbe cisaillement actuellement (SE dans la basse couche, O dès la couche intermédiaire, cf. anim. satellite que je n'arrive point à charger). :whistling:

http://wolken.buienradar.nl/nl

Pour rester on topic, il semblerait que les modèles rebelles s'accordent à suivre ECMWF une bonne fois pour toutes à propos de la poursuite de la semaine un peu terne et légèrement instable, principalement jeudi où quelques belles ondées pourraient se développer dans l'intérieur sous de beaux congestus voire de beaux Cb.

Pas pour rien que Reading propose un modèle de référence, et que je me base sur ce modèle pour affirmer des choses que d'aucuns considèrent comme infondées (sur base d'un run de GFS sorti de nulle part).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjours a tous.

Prévision pour mardi de keraunos:

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mardi, l'axe du thalweg d'altitude vient pivoter sur le nord-ouest de la France. La masse d'air reste extrêmement chaude et humide à l'avant, avec des valeurs de thêta' w à 850hPa comprises entre 19 et 22°c et des valeurs de thêtaE à 850hPa ponctuellement proches des 60°.

+ Sur la zone à risque d'orages, plus précisément des Pyrénées à la Normandie et du sud du Massif-Central au nord-est, les profils verticaux se dotent également d'une forte instabilité croissante, caractérisée par des valeurs de MUCAPE pouvant atteindre dès la matinée 1500 à 2500 J/kg, ponctuellement 3000 J/kg, avec MULI < -5°K et SBCAPE > 2000 J/kg.

En début de matinée, la constitution d'une convergence de basses couches moyennement bien structurée et le maintient d'une entrée droite de courant-jet modérément divergente en altitude font office de forçage sur la convection, autorisant le déclenchement de nouveaux foyers orageux sur le nord-ouest de la zone visée.

Dans l'après-midi, le risque orageux se décale progressivement vers l'est, des Pyrénées aux régions Centrales notamment, avec la possibilité de chutes de grêle ponctuellement significatives et/ou d'inondations localisées (HCAPE > 1000 J/kg, PWAT > 35mm, MOCON significative).

En soirée et nuit suivante, l'activité orageuse se décale progressivement du Massif-Central vers les régions du nord-est et peut-être ponctuellement rendue forte par un risque de chutes de grêle et/ou d'inondations locales.

+ Sur la zone à risque d'orages forts, plus précisément du Massif-Central au Benelux et Ardennes, les profils verticaux sont très instables dès le lever du jour avec des valeurs de MUCAPE atteignant généralement 2000 à 3000 J/kg, ponctuellement 4000 J/kg du nord de l'Île de France au Nord-Pas de Calais, avec MULI < -5°K, ponctuellement -10°K sur le nord de la zone visée.

source: http://www.keraunos.org/prevision-orage-to...oyen-terme.html

--------------------------------------------------------------------------------------------

Quelqu’un peut-il m'expliquer ce "60°" dans le premier paragraphe oO parce que la je suis un peu larguer mdr ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On m'applaudit pour ma première intervention sur le forum prévisions XD

C'est surtout pour faire plaisir aux amateurs d'orages car moi moins il y en a mieux je me porte ^^" Donc le célèbre site EStoFEx met le niveau 2 aux orages pour presque toute la Belgique (les veinards qui n'ont que le niveau 1 sont les Germanophones et les Gaumais).

http://www.estofex.org/

Pour demain je ne comprends pas trop la différence entre les températures de la météo de TF1 (un tir groupé de 35°C le long de la frontière belge) et les météos belges (30-32°C dans les grandes villes). Il y a 3 à 5 degrés qui se perdent (ou se gagnent) je ne sais pas où. :blush:

Bonne nuit !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ESTOFEX nous place au niveau 2 pour risque d'orages violants pour mardi 6h00 à mercredi 6h00.

"Un niveau 2 a été émis pour NE-France, la Belgique et les Pays-Bas principalement pour de la grêle de très grande taille (> 5 cm de diamètre) et des grosses rafales de vent ."

post-2366-1309123798_thumb.jpg

Modifié par fredob

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ESTOFEX nous place au niveau 2 pour risque d'orages violants pour mardi 6h00 à mercredi 6h00.

Doit être confirmé demain mais nous sommes dans les bons délais ! COmme l'on dirait sur un autre site : Nowcast dan maar ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bonjours a tous.

Prévision pour mardi de keraunos:

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mardi, l'axe du thalweg d'altitude vient pivoter sur le nord-ouest de la France. La masse d'air reste extrêmement chaude et humide à l'avant, avec des valeurs de thêta' w à 850hPa comprises entre 19 et 22°c et des valeurs de thêtaE à 850hPa ponctuellement proches des 60°.

+ Sur la zone à risque d'orages, plus précisément des Pyrénées à la Normandie et du sud du Massif-Central au nord-est, les profils verticaux se dotent également d'une forte instabilité croissante, caractérisée par des valeurs de MUCAPE pouvant atteindre dès la matinée 1500 à 2500 J/kg, ponctuellement 3000 J/kg, avec MULI < -5°K et SBCAPE > 2000 J/kg.

En début de matinée, la constitution d'une convergence de basses couches moyennement bien structurée et le maintient d'une entrée droite de courant-jet modérément divergente en altitude font office de forçage sur la convection, autorisant le déclenchement de nouveaux foyers orageux sur le nord-ouest de la zone visée.

Dans l'après-midi, le risque orageux se décale progressivement vers l'est, des Pyrénées aux régions Centrales notamment, avec la possibilité de chutes de grêle ponctuellement significatives et/ou d'inondations localisées (HCAPE > 1000 J/kg, PWAT > 35mm, MOCON significative).

En soirée et nuit suivante, l'activité orageuse se décale progressivement du Massif-Central vers les régions du nord-est et peut-être ponctuellement rendue forte par un risque de chutes de grêle et/ou d'inondations locales.

+ Sur la zone à risque d'orages forts, plus précisément du Massif-Central au Benelux et Ardennes, les profils verticaux sont très instables dès le lever du jour avec des valeurs de MUCAPE atteignant généralement 2000 à 3000 J/kg, ponctuellement 4000 J/kg du nord de l'Île de France au Nord-Pas de Calais, avec MULI < -5°K, ponctuellement -10°K sur le nord de la zone visée.

source: http://www.keraunos.org/prevision-orage-to...oyen-terme.html

--------------------------------------------------------------------------------------------

Quelqu’un peut-il m'expliquer ce "60°" dans le premier paragraphe oO parce que la je suis un peu larguer mdr ^^

Les 60°C, c’est un thêtaE, pas une température, mais qui a la même unité qu’une température...

Allez, pour le fun et pour le plaisir de faire de la thermodynamique, je vais y aller au plus long. Je vais essayer de ne pas vous perdre en chemin, mais je pose une clause de non responsabilité si telle est le cas :lol:

Pour ceux qui ont un peu de connaissances en thermodynamique, j’ai essayé plus de rester simple (là, j'en vois déjà s'écrouler de rire en voyant le pavé que j'ai pondu :lol: ) plus que d’être rigoureux. Pour certains concepts, j’ai donc évité d’être trop rigoureux…

Et il paraît que la musique classique, cela aide à se concentrer :

L’air, qu’est-ce ? Un grand mélange de tous un tas de gaz, en majorité du dioxygène O2, du diazote N2, de la vapeur d’eau (de l’eau gazeuse) H2O ; et le reste en concentration infime (Ar, Ne, CO2, NOx…). Le plus important d’un point de vue thermodynamique est la vapeur d’eau. Seule la vapeur d’eau à la capacité à changer d’état dans les conditions atmosphériques. Elle peut se liquéfier -on parle aussi de condensation mais le terme techniquement exacte est liquéfaction- , c’est-à-dire passer de l’état gazeux à l’état liquide. Il existe une constante qui n’est pas constante, le Lv (enthalpie de liquéfaction), qui vaut entre 2200 et 2600 kJ/kg. En clair, un kilogramme de vapeur d’eau qui se liquéfie (passage de l’état gazeux à l’état liquide) va produire environ 2500 kilojoules à température ambiante. Pour ceux qui n’ont pas d’ordre de grandeurs pour l’énergie, cela représente pas loin d’un kilowatt-heure (0.7 environ). Et pour ceux qui ne se représentent pas un kilowatt-heure, ils peuvent aller voir leur facture d’élec’… :lol: En gros, c’est un micro-ondes à pleine puissance pendant une heure.

Et quand vous avez deux kilos d’eau, c’est deux fois 2500, soit 5000, et etc…

Pour quantifier la présence d’eau dans l’atmosphère, on utilise différentes mesures.

La première, la plus connue, est l’humidité relative. C’est la quantité d’eau contenue dans un volume d’air par rapport à la quantité maximale d’eau que peut contenir ce volume d’air. C’est donc un pourcentage, et c’est la mesure la plus connue (température de 21°C, humidité de 68%).

La deuxième est le rapport de mélange. C’est un rapport massique. On compte en grammes d’eau présents dans un kilogramme d’air. Ce rapport de mélange est noté r généralement. Il vaut entre 2 et 10 g/kg environ. Le rapport de mélange peut se lire sur un énagramme postés ci dessus. Ce sont les lignes pointillées orientées vers le haut à droite, que j’ai d’ailleurs confondues avec les isothermes…

Les graduations de ces lignes du rapport de mélange se lise au dessus de l’isobare 700 hPa ( les annotation 0.5 ; 4 ; 10 ; 20).

Pour s’amuser à passer de humidité relative à rapport de mélange, il existe des sites sympas, par exemple :

http://www.vaisala.com/humiditycalculator/...r.html?lang=eng

En thermodynamique, et plus spécifiquement en météorologie, on définit ce qu’il convient d’appeler un processus adiabatique. Pour l’instant de culture, adiabatique vient du grec : ἀ- , a -> privatif ; διὰ , dia -> à travers ; et βαῖνειν , bainein ou vainen -> passer.

Et signifie donc « que l’on ne peut traverser », « infranchissable ». Mais qui ne peut franchir quoi pour aller où ? En fait, un processus adiabatique se réfère à une absence de transfert de chaleur. Si par exemple on se prend un petit volume d’air, il ne pourra recevoir de chaleur de l’extérieur. C’est une hypothèse de travail plus qu’une réalité, mais c’est bien pratique au final.

Notre petit volume d’air ne peut donc pas être chauffer par l’extérieur. Son énergie interne peut malgré tout varier autrement que par un apport de chaleur externe.

On va définir deux processus permettant de faire varier son énergie interne.

De plus, l’énergie interne et la température de notre petit volume d’air sont liée par une constante que l’on va rencontrer souvent, le Cp. Plus l’énergie de notre petit volume d’air va augmenter, plus sa température va augmenter, et réciproquement.

On va donc travailler avec des températures qui quantifient tout ceci. Ce sont des températures construites, mais qui représentent malgré tout une réalité.

L’un de ces processus est quantifié par la température équivalente Te.

J’en reviens à ce que je disais au début. L’air, c’est beaucoup de gaz inertes et un peu de vapeur d’eau. Cette vapeur d’eau peut se liquéfier. Cette liquéfaction est un processus qui relargue de la chaleur latente (sans rentrer dans de grandes considérations physico philosophiques, la dénomination « enthalpie de liquéfaction » -que je considère personnellement plus rigoureuse- est parfois, voire rarement, utilisée). Cette chaleur latente est de l’énergie chaleur issue d’un processus interne qui va être récupéré par notre petit volume d’air pour se chauffer.

La température équivalente mesure cette variation de température (merci Wikipedia :D ) :

ed6a604ec7b1419b3ca802dd15320001.png

Te : Température équivalente en °C ou K

T : Température mesurée, la température sensible en °C ou en K

Lv : Enthalpie de changement d’état, autour de 2400 (à +25°C) à 2600 kJ/kg (à -40°C). À 20°C, cela est 2415 kJ/kg environ.

Cp : Constante de l'air dont je causais auparavant, 1004 J/kg

r : rapport de mélange, environ 2 à 10 g/kg

Si on se prend par exemple un petit volume d’air à 18°C à 850 hPa avec r = 10g/kg (humidité de 65%) pour faire simple, c'est-à-dire plus ou moins un petit volume d’air tel qu’il y en aura en nombre Mardi après-m’.

Te = 42°C

Il est donc efficace de liquéfier de l’eau pour chauffer de l’air….

On peut remarquer que tout les termes sont positifs (essayer par exemple d’avoir -5g d’eau par kilogramme d’air :lol2: :lol2: … Et un Lv négatif, v’là la singularité physique ). Donc on ajoute une quantité positive à la température. C’est-à-dire que Te est supérieur à T.

Un autre processus est quantifier par la température potentielle. Cette température se démontre facilement en faisant l’hypothèse de l’isentrope d’un gaz parfait. D’accord, on s’en fout un peu de savoir ce qu’est une isentrope :innocent: . C’est surtout pour dire que le concept de température potentielle n’est vraiment pas un truc spécifique à la météorologie. Dès qu’on modélise un processus isentropique d’un gaz parfait, quelque chose de relativement courant, on retrouve à quelques détails cosmétiques près cette équation.

Reprenons donc notre petit volume d’air. Si vous le comprimer, par exemple en le ramenant de 850 hPa à 1000 hPa, sa température va augmenter. Au contraire, si vous le détendez, par exemple en, le ramenant de 850 hPa à 500 hPa, sa température va baisser.

En fait, c’est comme les lapins. Quand vous avez un certain nombre de lapins, si vous les tassez dans une petite cage, ils vont avoir chaud (et il y a des chances qu’ils se bouffent entre eux ou se fassent une partouze si la cage est vraiment petite… Ce sont des choses qui arrivent aussi quand on comprime comme un barbare, mais cela serait hors de propos vu les niveaux de pressions à atteindre… ). Et si vous les laisser s’ébattre dans une plus grande cage, ils vont avoir moins chaud.

L’équation est donc (re : merci Wikipedia :D ) :

680396561e5f54bb4bbabb0af8d6f4e9.png

Thêta : température potentielle en Kelvin

T : Température mesurée, la température sensible, en Kelvin OBLIGATOIREMENT. Surtout pas de °C, sinon cela va partir en cacahuètes et pas qu’un peu….

Pstandard : généralement 1000 hPa, mais vous pouvez très bien envisager une température potentielle à 200 hPa ; ou 69,12 hPa ; ou …

P : la pression à laquelle nage votre petit volume d’air, en hPa.

Ra/Cpd : constante de l’air, Ra/Cp = 2/7 » 0.286

Si on se prend par exemple un petit volume d’air à 850 hPa et à la température T = 42°C = 315.15K (complètement au hasard évidement…)

Thêta = 330 K = 57°C

Cela est moins efficace niveau réchauffage de notre petit volume d’air, mais cela le réchauffe quand même.

On peut remarquer que le terme multiplicatif, le truc ( Pstandard / P ) ^ ( Ra / Cp ) peut être supérieur ou inférieur à 1. Si P est inférieur à Pstandard, le terme multiplicatif est supérieur à 1 ; et le thêta est supérieur à T. C‘est une compression, car la pression augmente, donc la température augmente, et l‘intuition physique est sauve.

Par contre, si P est supérieur à Pstandard, le terme multiplicatif est inférieur à 1 ; et le thêta est inférieur à T. C’est une décompression car la pression baisse, donc la température baisse, et l’intuition physique est sauve.

Malgré tout, en météorologie, le thêta est utilisé pour ramener l’air à 1000 hPa en partant d’une pression inférieur. Le thêta est donc, en météorologie, toujours supérieur à la température.

Maintenant, faisons encore mieux. On continue à triturer notre petit volume d’air, mais cette fois-ci pour lui faire subir ces deux processus séquentiellement. Déjà, on l’assèche dans un processus adiabatique (notion de température équivalente), puis on le comprime dans un processus adiabatique (notion de température potentielle). On définit alors la température potentielle équivalente ou thêtaE.

C’est comme les poupées russes, on emboîte. On calcule déjà la température équivalente Te. Puis on calcule la température potentielle de la température équivalente Te. Le résultat est le thêtaE :

0930ed3678482d0a4471e41a9dc77a3a.png

On reconnait le calcul de la température potentielle, mais avec T = Te. En explicitant Te comme décrit ci-dessus, on obtient.

e6979377522fb3daf0929d864e774e1d.png

Si on se prend un petit volume d’air à 850 hPa, T = 18°C et r = 10 g/kg, sa température équivalente est 315.15K. Et heureusement que le hasard fait bien les choses, puisqu’on a aussi calculé la température potentielle d’un volume d’air à 315.15K….

Bref, notre petit volume d’air à un thêtaE de 57°C. Et, surprise, c’est pratiquement les 60°C maximum de thêtaE annoncé par Keraunos.

Si on réfléchit un peu à cette valeur, on peut dire deux, trois trucs.

La température potentielle équivalente est un critère très important de stabilité.

Déjà, le critère température équivalente. La liquéfaction de la vapeur d’eau va apporter de la chaleur. Si pour une raison, l’eau commence à se liquéfier, elle va réchauffer le volume d’air. Et de l'air chaud, c'est de l'air « léger ». Depuis qu’Archimède a cessé de couler dans sa baignoire, tout corps qui se trouve dans un corps plus dense va flotter.

Cette raison qui pousse l'eau à se liquéfier est généralement une ascension forcée (par une entrée droite de courant jet au hasard…) qui va provoquer la détente du petit volume d’air, et donc son refroidissement. Il va y avoir alors un ralentissement du refroidissement, mais toujours un refroidissement, au fur et à mesure que notre petit volume d’air va s’élever. Si la température équivalente est élevée, l’air peut donc être instable (j’insiste sur le : peut être… suffit pas qu’il y ait de l’eau dans l’air pour que l’air soit instable :lol2: :lol2: )

Ensuite, le critère potentiel. Si un petit volume d’air se met à descendre vers le bas pour une raison, il va se comprimer, et sa température va augmenter. Si l’augmentation de sa température, évaluée par la température potentielle, le porte à une température supérieur à la température environnante, notre petit volume d’air va gentiment se faire remettre à sa place par la poussée d’Archimède. Pour les intéressés, il existe une fréquence au nom imprononçable, la fréquence de Brunt-Väisälä, qui quantifie le phénomène décrit cavalièrement par « se faire remettre à sa place ».

On peut noter aussi que la température mesurée décroit avec l’altitude. Intuitivement, on pourrait se dire que cela n’est pas logique, que le plus froid (rigoureusement, le plus dense) est au fond, et le plus chaud (rigoureusement, le moins dense) est au sommet du bocal. En fait, ce n’est pas la température mesurée qu’il faut regarder, mais bien la température potentielle. Cette température potentielle croit strictement avec l’altitude, sauf atmosphère particulièrement explosif sur le point de péter…

Donc, si on calcule la température potentielle de la température équivalente, ou ThêtaE, on calcule l’instabilité d’une masse d’air (comme le ferais la température potentielle) mais en tenant du réchauffage par relargage de vapeur d’eau (comme le ferais la température équivalente). Il est notable que la température potentielle de l’atmosphère n’est que très exceptionnellement décroissante. En général, il faut aider un peu avec la liquéfaction de la vapeur d’eau. La température potentielle équivalente est donc un concept météorologique pour quantifier l’instabilité de l’atmosphère. Quand le ThêtaE diminue avec l’altitude, on a affaire à une masse d’air instable. À l’inverse, si le ThêtaE augmente, l’atmosphère est stable.

En partant d’un ThêtaE à 60°C à 850 hPa, on comprend bien qu’il n’y que peu de chance que le ThêtaE augmente avec l’altitude. De plus, cela signifie que l’énergie potentielle portée par notre petit volume est très important. C’est donc un indicateur très important qui désigne une atmosphère instable, chargé d’humidité (tout du moins à 850 hPa), et qui n’attend pas grand-chose pour débuter le spectacle son et lumière.

Alors l’appellation petit volume d’air à un côté très mignon, un peu le genre chiquito, qui évoque plus ces charmantes têtes blondes, là où c’est doux et soyeux. Pourtant, notre petit volume d’air à un côté un rien inquiétant vu le potentiel qu’il porte en lui.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fréquence_de_Brunt-Väisälä

http://fr.wikipedia.org/wiki/Température_potentielle

http://fr.wikipedia.org/wiki/Température_équivalente

http://fr.wikipedia.org/wiki/Température_p...lle_équivalente

http://comprendre.meteofrance.com/jsp/site...portlet_id=1792

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Update de ce lundi matin:

L'air tropical qui a envahi le pays sera encore plus chaud avec des maxima atteignant cet après-midi : 28° en Hautes Fagnes et 30 à 36° dans les autres régions.

La zone orageuse actuellement présente sous la forme d'un front froid, sur la Bretagne et l'Ouest des Iles britanniques se déplace vers l'Est et affectera nos régions dès demain matin , très tôt, à la mer et sur l'Ouest du pays et vers le milieu de la journée sur le centre du pays.

Les phénomènes orageux ne seront d'abord pas trop importants et se manifesteront sous forme d'averse mais prendront de l'activité l'après-midi et la nuit suivante, sur une grande moitié Est du pays.

Avant l'arrivée des orages il fera lourd et très encore torride sur les provinces de Limbourg, Namur et Luxembourg avec des températures de 30 à 36° dans ces régions ; sur le centre et l'Ouest du pays les températures baisseront pour rester voisines de 20° près du littoral et entre 22 et 27° sur une grande moitié Ouest du pays.

La dépression qui commande ce front froid évoluera ensuite de la Mer du Nord vers le Sud de la Scandinavie et nous enverra un air océanique plus frais avec parfois de belles éclaircies mais aussi encore des développements de nuages pouvant donner quelques petites ondées surtout mercredi et jeudi après-midi et dans l'intérieur du pays.

Comme température nous n'aurons plus que des valeurs diurnes d'abord comprises entre 17 et 22°.

Comme nous allons bénéficier d'un anticyclone se rapprochant de l'Ouest du continent, vendredi et samedi s'annoncent temporairement un peu plus sec mais toujours pas plus chaud avec maxima de l'ordre de 16 à 21° selon les régions.

Dimanche , nous devrions voir revenir plus de nuages à partir de l'Ouest avec de nouvelles averses et ceci sans trop de changements dans les températures restant donc assez fraîches pour la saison

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Messieurs, Mesdames, surveillez bien le radar sur le Nord-Ouest de la France ce lundi soir: le feu d'artifice va commencer! :thunder:

PS: le 42°C à Bilbao n'est pas un bug. Par flux de sud, cette station du pays basque espagnol peut parfois monter très haut pendant quelques heures, alors que la station toute proche en bord de mer peut rester bien moins chaude.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
On m'applaudit pour ma première intervention sur le forum prévisions XD

C'est surtout pour faire plaisir aux amateurs d'orages car moi moins il y en a mieux je me porte ^^" Donc le célèbre site EStoFEx met le niveau 2 aux orages pour presque toute la Belgique (les veinards qui n'ont que le niveau 1 sont les Germanophones et les Gaumais).

http://www.estofex.org/

Pour demain je ne comprends pas trop la différence entre les températures de la météo de TF1 (un tir groupé de 35°C le long de la frontière belge) et les météos belges (30-32°C dans les grandes villes). Il y a 3 à 5 degrés qui se perdent (ou se gagnent) je ne sais pas où. :blush:

Bonne nuit !

Salut :)

Pour ce qui est en gras, c'est en fait tout simple. Météo France surestime les températures, que se soit minimales ou maximales. Par exemple en hiver ils trouvent ça normal que la neige tiennent par 3°C :whistling:

Il y a tout de même des coups où ils sont dans le bon.

Pour ce mardi ils indiquent 33°C à Reims. Je vais prendre Namur (j'habite Wépion, c'est juste en-dessous), les températures prévues demain pour Namur sont de 33°C. Ils donnent raison à leurs prévisions...mais en terme de températures c'est assez peu fréquent d'avoir les mêmes valeurs.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour les explications, Philippo :thumbsup:

PS : désolée pour le double message mais Philippo a répondu pendant que je postais le premier message et je ne peux pas encore éditer vu que chacun de mes messages a besoin de l'aval d'un modérateur pour être publié.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une première ligne d'orages a affecté Rennes. A noter les hautes températures sur Paris et sur l'Ouest, et des 24º entre les deux. Etonnant ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Update de ce lundi soir:

L'air d'origine tropicale persistera encore sur le pays au cours des prochaines 24h avec cette nuit des minima ne descendant pas en dessous de 16° en Hautes Fagnes et 22 à 24° en région de plaine.

Cet air sera progressivement replacé demain matin par un front orageux qui affectera d'abord la région côtière et la Flandre occidentale et, vers midi, également toutes les régions situées à l'Ouest de la capitale.

Pas trop active en un premier temps , cette zone d'orages s'activera en fin de journée sur le centre du pays après une nouvelle journée caniculaire aux températures maximales atteignant 32 à 37° sur la moitié Est du pays.

Ailleurs il fera déjà moins chaud avec une petite vingtaine de degrés au littoral et 25 à 30° sur les Flandres et la partie centrale du pays. (fiabilité: 4.3/5)

Dans le courant de la nuit suivante et mercredi, nous aurons également des pluies ou orages parfois violents sur l'Ardenne.

(fiabilité: 4.0/5)

Ce front froid sera ensuite suivi par un air océanique plus frais avec parfois de belles éclaircies mais aussi encore des développements de nuages pouvant donner quelques petites ondées surtout jeudi après-midi et dans l'intérieur du pays.

Comme température nous n'aurons plus que des valeurs diurnes comprises entre 16 et 21°. (fiabilité: 3.5/5)

Comme nous allons bénéficier d'un anticyclone se rapprochant de l'Ouest du continent et qui viendra s'installer samedi sur le Sud de la Mer du Nord , vendredi et le weekend prochain s'annoncent sec mais avec d'abord un air où les maxima se situeront entre 17 et 22° remontant dimanche après-midi entre 20 et 26°. (fiabilité: 3.5/5)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La nuit va être étouffante. J'ai l'impression qu'on va mettre en jeu des records de températures minimales élevées. A Uccle, la valeur à battre est 23,8°C (18 juin 2002, noté comme étant une des nuits les plus étouffantes depuis 1901).

Demain, l'air sera tout simplement irrespirable...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si quelqu'un pouvait faire un gif de l'animation radar ! Regarder la vitesse à laquelle une cellule est apparue au Nord de Paris ! Premiers forçages !

Modifié par Boitsfort

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×